Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie I. Comment peut-on être un éditeur critique indépendant ?

Chapitre 1. Genèse du champ de l’édition critique

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 2 Anne Simonin, « Écrire le politique : quelques formes contemporaines du livre politique », in Jean (...)

1L’édition de tonalité critique, qu’elle s’exprime par le biais d’une production théorique ou politique, n’est pas apparue de manière subite et spontanée à la fin du XXe siècle. Elle s’enracine dans une tradition historique longue, dans laquelle elle puise un certain nombre de modèles, topiques et figures de référence. Chaque champ a une histoire autonome, qui détermine ses règles et enjeux spécifiques, et dessine un espace des possibles délimité par les luttes antérieures et le capital symbolique accumulé1. Il est pour cette raison indispensable, afin de saisir la spécificité de ce champ éditorial, de retracer sa généalogie, à partir de la seconde moitié du XXe siècle tout au moins, époque où il gagne en importance. Ce chapitre porte sur deux espaces qui n’ont cessé de se croiser, se recouper et s’éloigner à partir des années 1960 : celui de l’édition de sciences humaines, principalement au sein de maisons d’édition généralistes qui vont accumuler un important capital symbolique à cette époque, et celui du livre politique, moins autonome. L’objectif est de prendre en compte l’ensemble des discours politiques, qu’ils émanent de maisons militantes, de littérature générale ou plus spécialisées. Séparer ces différents domaines serait en effet totalement artificiel dans la mesure où, loin d’être cloisonnés, ils présentent de nombreuses continuités et passerelles, les frontières ne cessant de se déplacer au gré des périodes et des modifications de ce qui est considéré comme relevant du « politique ». Comme le dit Anne Simonin, « les frontières du politique sont mouvantes, impossible de les limiter à un discours particulier, de les identifier à un corpus théorique »2.

  • 3 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004 (coll. L’ (...)
  • 4 Luc Boltanski, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982 (coll. Le sens co (...)
  • 5 Marie-Cécile Bouju compare l’édition politique à un phénix renaissant de ses cendres tous les ving (...)

2L’inscription dans une perspective historique remplit un double objectif : donner à voir la genèse d’un espace spécifique, en montrant que les éditeurs étudiés s’inscrivent dans une histoire complexe, riche de modèles plus ou moins pérennes, abandonnés ou poursuivis, et souligner les continuités, les invariants, mais aussi les ruptures. En effet, si l’on considère que l’organisation d’un champ est le produit du passé, qui perdure autant dans les institutions que dans les représentations mentales des agents3, il est crucial de situer les petits éditeurs critiques dans l’ici et maintenant du champ éditorial, mais également dans une perspective diachronique. Cette dernière permet d’échapper à la « fascination du nouveau » qu’évoque Luc Boltanski, qui a pour inconvénient majeur de « naturaliser l’objet qu’elle désigne »4. Cela consisterait à donner, dans le cas qui nous occupe, l’illusion d’un surgissement, ou d’une nouveauté radicale – qu’exprime l’idée d’une « nouvelle génération d’éditeurs » – à un phénomène ayant certes des propriétés particulières, liées au contexte économique, social et culturel de l’époque, mais s’inscrivant néanmoins dans une tradition ancienne et cyclique5. Sans pour autant tomber dans l’aveuglement contraire, celui de « l’intemporalité ».

3Nous brosserons dans un premier temps un rapide tableau de l’édition politique jusqu’aux années 1960, période où émerge un véritable marché éditorial du livre politique, avant d’analyser la rupture représentée par celui qui constitue l’archétype de l’édition politique moderne, François Maspero. Maspero incarne en effet une façon nouvelle d’être un éditeur d’extrême gauche, laissant derrière lui l’édition de parti pour une forme radicalement critique, tant sur le plan politique que théorique. Dès le milieu des années 1970, la production éditoriale de caractère politique accuse un net reflux, avant de connaître un nouvel élan dans les années 1990.

LE LIVRE POLITIQUE JUSQU’AUX ANNÉES 1960

L’espace du livre contestataire et militant

  • 6 Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985 (coll. Historique) ; Robe (...)
  • 7 Sur ce point, voir Isabelle Olivero, L’invention de la collection : de la diffusion de la littérat (...)
  • 8 Isabelle Olivero, « Les propagandes catholiques et républicaines dans la librairie au début de la (...)
  • 9 Richard Lebaron, « La librairie Marcel Rivière, entre science, économie et politique », Les cahier (...)
  • 10 Philippe Olivera, « De l’édition "politique et littéraire" : les formes de la politique lettrée en (...)

4Il faudrait remonter à la période prérévolutionnaire pour retracer les origines des ouvrages contestataires, avec les mazarinades de la Fronde, les libelles du XVIIIe siècle et toute la littérature clandestine que Robert Darnton et Roger Chartier ont fait revivre6. Une telle entreprise nous éloignerait cependant trop de notre objet. Nous nous contenterons de constater que c’est au XIXe siècle que se mettent en place les principaux genres, formes éditoriales et topiques qui dominent encore aujourd’hui ce champ spécifique. Les ouvrages de propagande catholique et républicaine au début de la IIIe République inaugurent en effet une nouvelle forme, la collection7, souvent appelée « Bibliothèque » – « la Bibliothèque utile », « la Bibliothèque des libres-penseurs », « la Bibliothèque ouvrière », etc. – qui vient s’ajouter aux catégories plus anciennes que sont la brochure, le tract et l’almanach, également très courantes. Les collections républicaines, qui entendent contribuer à une « éducation de la démocratie » et être un outil de formation des citoyens, joueront un rôle important dans la diffusion des idées républicaines à la fin du XIXe siècle, particulièrement au moment de l’affaire Dreyfus, et seront reprises par différentes mouvances de gauche8. De nombreuses petites structures éditoriales plus ou moins artisanales produisent à la fois des collections destinées aux militants et des collections intellectuellement plus ambitieuses, mêlant au sein d’un même catalogue brochures et volumes, comme la librairie Edouard Cornely ou la librairie Marcel Rivière, qui publie des essais destinés à un public lettré9. Cependant, à partir des années 1920, les brochures politiques et polémiques disparaissent progressivement de la production éditoriale des éditeurs généralistes en raison d’un glissement vers une forme discursive plus littéraire – l’essai – qui assure la permanence du discours politique dans la culture lettrée sous une forme plus euphémisée. Pour Philippe Olivera, la Belle Époque est une époque charnière où s’opère progressivement la séparation entre circuits politiques et circuits littéraires de diffusion, avec « la disparition lente d’un espace de production intermédiaire relevant à la fois du champ littéraire et du champ politique »10.

  • 11 Pascal Fouché, « L’édition. 1914-1992 », in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites e (...)
  • 12 Voir Marc Bauland, « Les Éditions sociales et Messidor », in Pascal Fouché (dir.), L’édition franç (...)
  • 13 Marie-Cécile Bouju, op. cit.

5La guerre et l’Occupation contribuent à radicaliser les positions politiques et à unifier les catalogues11. Dans l’immédiat après-guerre, la séparation entre littérature et politique est avérée sur le plan éditorial, comme l’illustre le cas des maisons d’édition contrôlées par le parti communiste français (PCF) : la production littéraire est dévolue aux Éditeurs français réunis, résultat de la fusion en 1949 de plusieurs éditeurs créés avant-guerre, tandis que la théorie et les idées incombent aux Éditions sociales, structure éditoriale née en 1945 dans la continuité des Éditions sociales internationales12. Leur but premier est de reconstituer un fonds de littérature marxiste-léniniste tout en rendant disponible la pensée des principaux acteurs de la Révolution – Babeuf, Robespierre, Saint-Just, Marat. Elles défendent une conception de l’histoire édifiante et pédagogique, destinée à l’éducation des masses. La structure est dirigée par un militant autodidacte et ancien du Komintern, Joseph Ducroux. Marie-Cécile Bouju identifie trois genres principaux dans leur production : la littérature directe, qui concerne la vie du parti ; les classiques du marxisme-léninisme – avec la collection « Classiques du peuple », au format de poche, destinée aux enseignants et étudiants et lancée en 1950, et les « Classiques du marxisme » en 1966 ; et enfin les essais politiques13. La radicalisation du champ éditorial au début des années 1960 sera profitable aux Éditions sociales, bien que le maintien d’un contrôle politique important par le parti constitue un frein à leur insertion dans le champ éditorial et à leur véritable professionnalisation.

Le développement des sciences humaines

  • 14 Sur ce point, voir Valérie Tesnière, Le Quadrige : un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, P (...)

6Jusqu’aux années 1950, les sciences humaines sont cantonnées à la production universitaire et à l’édition spécialisée14. La guerre d’Algérie va modifier en profondeur le champ éditorial et intellectuel, favorisant la convergence entre littérature de savoir et littérature politique, principalement incarnée par deux nouveaux entrants : les éditions du Seuil et surtout Minuit, qui va réactiver le modèle dreyfusien de l’engagement intellectuel.

  • 15 Anne Simonin, « Les éditions de Minuit et les éditions du Seuil. Deux stratégies éditoriales face (...)
  • 16 Anne Simonin, « Écrire le politique… », op. cit., pp. 143-157.
  • 17 Anne Simonin, Les éditions de Minuit, 1942-1955, le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, ains (...)

7Les éditions du Seuil, créées en 1935, deviennent un des principaux acteurs de la production d’après-guerre sous la direction de Jean Bardet et Paul Flamand, tous deux issus de la bourgeoisie provinciale. Marquée par l’humanisme chrétien et une sensibilité de gauche, cette jeune maison dénuée de capitaux tant économiques que symboliques va jouer un rôle important dans les combats contre le colonialisme (Peau noire, masques blancs, de Frantz Fanon, est publié en 1952, ainsi que plusieurs plaidoyers pour l’indépendance du Vietnam, du Maroc et de Madagascar), puis contre la guerre d’Algérie avec la publication en 1957 de Contre la torture de Pierre-Henri Simon. Prenant une place croissante dans le champ intellectuel, elle abrite la revue Esprit d’Emmanuel Mounier avant de s’ouvrir aux avant-gardes littéraires en accueillant en 1960 la revue Tel Quel de Philippe Sollers et de confirmer son ancrage politique avec la collection du même nom (« Politique »), créée en 1966 par Jacques Julliard. L’engagement contre la guerre d’Algérie est cependant moins radical que chez Minuit, qui publie plusieurs textes refusés par Le Seuil15. Issues de la Résistance, les éditions de Minuit, dirigées par Jérôme Lindon à partir de 1948, incarnent l’avant-garde à la fois littéraire avec le nouveau roman, et politique. La publication d’Au service des colonisés du militant anticolonial Daniel Guérin en 1954, mais surtout de La question d’Henri Alleg en 1958, emblématique de la « littérature de témoignage »16, vient prolonger l’engagement de la maison créée par Vercors sous l’Occupation. En dénonçant la torture pratiquée par l’armée française, cet ouvrage, qui sera saisi quelques semaines après sa parution, rappelle la force politique intrinsèque du livre en tant que moyen d’expression à une époque marquée par la censure. Anne Simonin a montré comment l’engagement des éditions de Minuit contre la guerre d’Algérie donne une dimension politique à la revendication par le nouveau roman de l’autonomie absolue de la littérature, marquant la fin de la « littérature engagée » selon le modèle incarné par Sartre17.

  • 18 Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 268 (...)

8Mais la littérature politique de l’époque ne peut se réduire à ces deux maisons. Comme le rappelle Jean-Yves Mollier, la période de la guerre d’Algérie est également marquée par une forte production éditoriale de soutien à l’Algérie française – notamment au sein de La Table ronde, qui publie des auteurs tels que Montherlant et Léautaud – qui a tendance à être occultée au profit de la production anticoloniale de « gauche »18. Mais quel que soit le camp politique considéré, l’époque se caractérise par des succès de librairie retentissants, à l’enseigne de La guerre d’Algérie de Jules Roy publié par Julliard en 1960 et vendu à 120 000 exemplaires. Ce qui tend à rappeler que l’édition engagée n’est pas forcément opposée au pôle le plus commercial du champ et que les projets les plus marqués du sceau des valeurs symboliques peuvent également receler une dimension économique importante. Un phénomène qui ira s’amplifiant dans la période ultérieure.

LE TOURNANT DES ANNÉES 1960

  • 19 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Bernard Pudal et al.(...)

9La période 1960-1975 se caractérise par une accélération de la politisation du champ intellectuel autour des événements de 68. Le mouvement de rapprochement entre production savante et production politique se poursuit au travers de l’exploration des sciences humaines. Ces dernières connaissent un bouillonnement théorique et idéologique sans précédent autour d’auteurs tels que Foucault, Deleuze, Lacan, Bourdieu, Illich, Barthes, et de nouvelles disciplines comme la linguistique et la sémiotique. Les débats autour du marxisme et de ses divers courants font rage, avec des répercussions dans tout le champ éditorial. De nouveaux éditeurs apparaissent pour diffuser ces débats théoriques et politiques, étroitement imbriqués, tandis que les éditeurs généralistes comme Gallimard et Flammarion investissent fortement le champ. L’essentiel de la pensée politique de la fin des années 1960 se diffuse cependant plus par voie de tracts et de publications éphémères, relativement mal connues et étudiées, que d’ouvrages brochés19. Les librairies d’extrême gauche, qui connaissent une véritable efflorescence dans ces années, en sont les principaux vecteurs de diffusion.

  • 20 Pierre Guillaume, Histoire sociale de la France au XXe siècle, Paris, Masson, 1992, p. 56 sq.

10Le champ éditorial de l’époque connaît une mutation en profondeur dont les causes sont connues : forte croissance économique, développement de la consommation, démocratisation de l’enseignement supérieur. Le nombre d’étudiants passe ainsi de 227 000 en 1959 à 500 000 en 196820. À cela s’ajoute l’apparition du livre de poche, né dans les années 1950, qui vient bouleverser l’économie du secteur. Les collections d’ouvrages de poche à faible prix vont se multiplier en littérature, mais également dans le domaine des sciences humaines et du livre politique. En 1962 sont lancées les collections « 10/18 » (Plon), « Idées » (Gallimard) et la « Petite Bibliothèque Payot » (Payot) ; en 1964, « Archives » chez Julliard – Gallimard, « GF » chez Garnier-Flammarion ; en 1967 ce sera la « Petite collection Maspero », « Liberté » chez Pauvert, « L’évolution de l’humanité-poche » chez Albin Michel et, en 1970, la collection « Points » au Seuil.

11La collection « 10/18 » est l’une des plus représentatives de la période. Dirigée par Christian Bourgois, directeur général de Julliard, à partir de 1968, elle se fait l’écho de l’effervescence intellectuelle et politique, devenant le « lieu géométrique » de la contestation des années 1960 et 1970. Y sont publiés dans un grand éclectisme des auteurs tels que Trotski, Marx, Mandel, Mao, Castoriadis, Lyotard, Lefebvre et Deleuze, parallèlement à la littérature policière et aux romans d’aventures. Cette collection met à la portée du grand public les recherches les plus pointues en sciences humaines, en lien avec les nouvelles universités de Vincennes et de Jussieu, tout en publiant un large éventail de la pensée politique de gauche, avec de nombreux inédits. Moins marginale que Minuit ou Maspero, « 10/18 » publiera plus de 1 000 titres entre 1969 et 1979, contribuant à une large diffusion de textes tant théoriques que politiques.

De nouveaux éditeurs engagés au pôle intellectuel

12Au cours des années 1960-1970, de petits éditeurs d’avant-garde vont se créer une place à partir d’un socle politique, sans pour autant – et c’est ce qui fait leur nouveauté – relever de l’édition de parti. Le plus emblématique est incontestablement François Maspero, qui invente une nouvelle forme éditoriale combinant de manière inédite théorie et engagement politique, en marge du champ éditorial.

Maspero, l’invention d’une forme éditoriale

  • 21 Sur les éditions Maspero, voir Julien Hage (sous la dir. de Jean-Yves Mollier), « Feltrinelli, Mas (...)

13Créées en 1959 par François Maspero dans le sous-sol de sa librairie, sans capitaux de départ, les éditions Maspero vont incarner tous les combats politiques des années 1960 et 1970 et exercer une influence majeure, en dépit de leur taille modeste21. Engagé dès l’origine contre la guerre d’Algérie, Maspero publie de nombreux ouvrages dénonçant la torture et la présence française en Algérie, en particulier La mort de mes frères de Zohra Drif et La révolution algérienne par les textes d’André Mandouze en 1960, qui lui vaudront les foudres de l’Organisation armée secrète (OAS) et une surveillance policière constante. Cet engagement va se prolonger dans la lutte contre le colonialisme et en faveur des mouvements de libération du Tiers-Monde. Maspero va en effet publier, en particulier dans la collection les « Cahiers libres », placée sous les auspices des Cahiers de la quinzaine de Charles Péguy, tous les grands noms du « tiers-mondisme » : Pietro Nenni (La guerre d’Espagne, 1959), son premier ouvrage, Frantz Fanon (L’an Vde la révolution algérienne la même année, puis Les damnés de la terre, 1961), Che Guevara, Fidel Castro, Malcolm X ainsi que Paul Nizan, dont la réédition d’Aden Arabie (1960) est préfacée par Sartre. La collection, qui ambitionne de « faire l’histoire et l’écrire en même temps » est vendue par abonnement, une formule typique des éditeurs contestataires d’avant-guerre. La librairie propose également un fonds très riche de périodiques et de brochures. Son intérêt pour les pays émergents s’étend également à la littérature et à la poésie, avec la collection « Voix » dirigée par Fanchita Gonzalez-Battle, qui publiera Nazim Hikmet et Tahar Ben Jelloun. La revue Tricontinental (1968), édition française de la revue tiers-mondiste lancée à Cuba, complète le dispositif. Les ouvrages sont régulièrement saisis et interdits, ce qui place l’entreprise en difficulté financière de manière récurrente à partir de 1970.

14Cet engagement politique se double, après la guerre d’Algérie, d’une production théorique exigeante dans le domaine des sciences humaines grâce aux liens tissés avec plusieurs intellectuels et normaliens de la rue d’Ulm. La collection « Théorie » est inaugurée en 1965 par Louis Althusser, dont le texte Pour Marx suscite de larges débats et contribue au renouvellement du marxisme. La collection « Textes à l’appui » accueille Pierre Vidal-Naquet, Nicos Poulantzas, Jean-Pierre Vernant (Mythe et pensée chez les Grecs, 1965) ainsi qu’Alexander Neill (Libres enfants de Summerhill, paru en 1970, est l’un des plus grands succès de la maison). Plusieurs séries sont développées, en sociologie (Les cols blancs de Wright Mills en 1966), en pédagogie (avec notamment Célestin Freinet et Wilhelm Reich) et en histoire antique avec Moses Finley.

  • 22 Julien Hage, « Une brève histoire… », op. cit., p. 103.

15Plusieurs autres collections voient le jour, qui maintiennent cette double exigence militante et théorique alors que le catalogue se développe très rapidement : la « Bibliothèque socialiste » dirigée par Georges Haupt, qui publie principalement des classiques révolutionnaires, en hommage à la collection du même nom de la fin du XIXe siècle patronnée par Charles Péguy ; « Économie et socialisme » et la « Bibliothèque d’anthropologie », dirigée par Maurice Godelier, « Histoire classique » sous la direction de Vidal-Naquet et surtout la « Petite collection Maspero » au format poche, créée en 1967, tirée à 5 000, puis 10 000 exemplaires, très appréciée des étudiants. Cette collection, qui totalisera près de 300 titres, est l’expression de la volonté de Maspero d’utiliser les nouveaux moyens offerts par la culture de masse pour diffuser le plus largement possible ses publications, dans une optique d’éducation populaire22. Elle est reconnaissable à son fond de couleur et son emblème, un vendeur de journaux à la criée, qui deviendra celui de la maison d’édition.

  • 23 10 % du tirage était donné gratuitement aux groupes concernés, le reste leur étant cédé au prix de (...)
  • 24 Julien Hage, « Maspero (Éditions) », in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir. (...)

16Le catalogue élaboré par Maspero a pour particularité de rassembler toutes les tendances de la gauche et de l’extrême gauche, de Boukharine à Marx et Trotski, Victor Serge, en passant par Rosa Luxemburg, Lukács, Benjamin, Mao et Fidel Castro. C’est un véritable miroir de l’époque. Il mêle témoignages militants (Grève à Flins, rassemblés par Jean-Philippe Talbo, 1968), récits, enquêtes et écrits théoriques. Sans oublier la littérature de propagande, la structure se mettant au service des groupes d’extrême gauche (dont certains, comme les maoïstes, que Maspero appréciait peu politiquement), publiant pour eux des textes à prix coûtant dans l’objectif « d’alimenter le débat »23. La maison connaît un développement très important après 1968, particulièrement avec ses deux collections bon marché, la « Petite collection Maspero » et « Rouge », publiée avec la Ligue communiste révolutionnaire. La production annuelle double entre 1968 (60 titres par an) et 1971 (120 titres par an)24. Au début des années 1970, une quarantaine de personnes travaillent au sein de la librairie et des éditions, auxquelles il faut ajouter une vingtaine de collaborateurs, pour une publication d’environ 80 livres, brochures et revues par an. François Maspero écrit dans le catalogue publié pour les dix ans de la maison :

  • 25 Cité par Pascal Fouché, « François Maspero l’insurgé », Livres Hebdo, 17 décembre 1999, n° 362, p. (...)

« Commencées pratiquement sans autres ressources que la force de travail de ses animateurs, les éditions Maspero constituent le seul exemple en France de maison d’édition nouvelle – et que rien ne lie, ni à un groupe financier, ni à un groupe de pression, ni à un parti – qui ait pu se créer et se maintenir ces dix dernières années, en sauvegardant sa plus entière indépendance, sur tous les plans, y compris celui de la diffusion. »25

  • 26 Julien Hage, « Vie et mort d’une librairie militante : La joie de lire (1958-1976) », in Philippe (...)

17Mais ce succès paradoxal va fragiliser la maison d’édition, la plaçant en situation de crise de croissance au moment où le reflux du gauchisme, dès les années 1970, vient changer la donne. Les relations entre François Maspero et ses employés sont tendues, le premier éprouvant des réticences à exercer un rôle de « patron » particulièrement mal perçu dans les milieux gauchistes. La librairie, qui a servi de poumon économique à l’entreprise, doublant de surface après 1968, fermera en 1975, au moment même où l’abandon d’une diffusion autonome coûteuse pour une délégation auprès de la Sodis vient alléger les charges26. À partir de cette date, le livre politique entame son déclin.

Champ libre : un engagement d’avant-garde

  • 27 Franck Veyron (sous la dir. de Jean-Yves Mollier), « Éditions Champ libre, 1970-1984. Une aventure (...)
  • 28 Gérard Guégan a relaté ses souvenirs de cette première période dans l’ouvrage Cité Champagne, esc. (...)

18Champ libre est avec Maspero, bien que de manière très différente, une maison d’édition emblématique de l’engagement politique et intellectuel de cette période27. Elle incarne le versant d’avant-garde de l’édition politique, qui rejette les formes classiques du militantisme. Des caractéristiques que l’on va retrouver chez plusieurs éditeurs contemporains. Spécialisée dans les textes de l’ultragauche et de la contre-culture, cette maison fait de la provocation sa marque de fabrique, tout en ambitionnant de devenir « le Gallimard de la révolution ». Gérard Guégan, ancien communiste converti au situationnisme, s’allie avec le producteur de cinéma Gérard Lebovici pour monter cette structure atypique, qui refuse de jouer le jeu des services de presse et des prix littéraires, tout en bénéficiant de la diffusion de Gallimard. Il s’adjoint le concours d’Alain Le Saux pour le graphisme, de Floriana Valentin et du maoïste Raphaël Sorin pour l’éditorial. La production monte rapidement en puissance : 2 titres en 1970, 17 en 1971, 20 en 1972 et 1973. Guy Debord y exerce une influence croissante, entraînant une radicalisation des pratiques : refus de toute compromission commerciale ou promotionnelle, présentation de plus en plus austère, typographie au plomb. Le Rapport secret sur Staline au XXe congrès du PC soviétique de Khrouchtchev est le premier texte publié en 1970, suivi de La rumeur irlandaise de Jean-Pierre Carasso la même année, puis Les habits neufs du président Mao de Simon Leys, qui dénonce la Révolution culturelle chinoise l’année suivante. La réédition de La société du spectacle de Debord en 1971 (initialement publié chez Buchet-Chastel en 1967) contribue fortement à la réputation de la maison, qui accueille également les textes du Groupe d’information sur les prisons (GIP), du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), ainsi que le célèbre pamphlet de Mustapha Khayati, De la misère en milieu étudiant (1972). Seront aussi publiés des textes situationnistes, des classiques de la subversion comme les œuvres complètes de Bakounine, mais également de prestigieux anciens, comme Hegel ou Clausewitz. Après la rupture entre Guégan et Lebovici en 1974, Champ libre continuera jusqu’en 1977 sous la houlette de Jean-Claude Zylberstein, puis sous le nom des Éditions Gérard Lebovici, et enfin d’Ivrea, qui incarne bien la continuité d’une posture politique d’avant-garde (voir infra)28.

Ivrea, un héritier discret
Ivrea est une maison d’édition en retrait du champ éditorial qui cultive, à l’instar de Champ libre, le goût de la confidentialité. Elle a été créée en 1992 par Lorenzo Valentin, le fils de Floriana Valentin et de Gérard Lebovici, pour poursuivre l’aventure éditoriale de Champ libre et des Éditions Gérard Lebovici, en association avec un ami d’enfance. Sa production est relativement faible – de 3 à 5 ouvrages par an –, mais le fonds compte près de 200 titres et la diffusion est toujours assurée par la Sodis (Gallimard).
Les ouvrages publiés, marqués du sceau de l’éclectisme et de l’avant-garde politico-littéraire, se répartissent selon deux directions principales : une ligne politique libertaire et gauchiste (Bakounine, Souvarine, mais aussi les Œuvres philosophiques de Marx), directement héritée de Champ libre, et une veine plus expérimentale et poétique, dans la lignée de Mallarmé, avec des auteurs comme Bernard Collin, Roger Lewinter ou Michel Falempin. Radicalité politique et choix littéraires distinctifs sont les deux versants d’une même posture esthétique issue du surréalisme et du situationnisme. Les traductions représentent presque la moitié du catalogue et incluent des auteurs tels que Günther Anders (L’obsolescence de l’homme, 2002), George Orwell (les Essais, articles et lettres, entre 1995 et 2001), tous deux en coédition avec l’Encyclopédie des Nuisances, et Georg Groddeck (Écrits de jeunesse, 1992).
Ivrea partage avec l’Encyclopédie des Nuisances le goût de la langue classique, le souci du style, dans un esprit emblématique du XVIIIe siècle. Ce tropisme explique des rééditions de classiques tels que L’Éthique de Spinoza (1993), Le Prince de Machiavel (2001), des Œuvres de Tacite (avec une nouvelle traduction, en 2004), ou encore des raretés comme les écrits de Baltasar Gracián, jésuite du XVIe siècle. Les deux maisons d’édition ont racheté en commun une imprimerie typographique au plomb pour produire leurs ouvrages de manière traditionnelle. Elles partagent en effet une même conception élitiste de l’objet livre et le refus des techniques informatiques usuelles comme la PAO. La présentation des ouvrages est sobre et soignée, sans aucune fioriture ni illustration de couverture.

Édition féministe

  • 29 Fanny Mazzone, « La traduction aux éditions Des femmes : une stratégie géo-politico-poético-éditor (...)

19Si Maspero et Champ libre sont indéniablement les éditeurs ayant laissé la trace la plus profonde, ils ne sont cependant pas les seuls à émerger dans ces années de grande effervescence politique et intellectuelle. Il faut également citer les éditions féministes Tierce, créées en 1973, et les éditions Des femmes l’année suivante, qui donnent une nouvelle incarnation à la fusion caractéristique de l’époque entre revendication politique et expression éditoriale. Leur directrice, Antoinette Fouque, est l’une des cofondatrices du Mouvement de libération des femmes (MLF), avec Monique Wittig et Josiane Chanel en 1968. Les éditions Des femmes vont s’intéresser aux grands noms de la critique féministe des années 1970 : Hélène Cixous, Françoise d’Eaubonne, Angela Davis, Luce Irigaray, Julia Kristeva. Elles vont traduire un grand nombre de féministes italiennes, américaines et allemandes, parvenant à convertir par ce biais leur capital militant initial en capital littéraire et politique29. Le mouvement féministe va essaimer au-delà des éditeurs spécialisés et imprimer sa marque dans le paysage éditorial, contribuant à le politiser. Des collections voient le jour chez 10/18 (« Féminin futur »), Minuit (« Autrement dit »), Le Seuil (« Libre à elles »).

L’évolution des éditions du Seuil et de Minuit

20Alors que Maspero et Champ libre font bouger les lignes de définition du livre politique, Le Seuil et Minuit, les deux nouveaux venus de l’après-guerre, vont fermement enraciner leur production dans le champ de la réflexion théorique à dimension politique au cours des années 1960, délaissant de plus en plus le versant directement militant. Le Seuil devient un acteur incontournable de l’édition de sciences humaines sous l’impulsion de François Wahl, qui publie presque tous les auteurs du structuralisme par l’intermédiaire de deux collections principales : « Le champ freudien » (1964) dans laquelle paraîtront les Écrits de Lacan (1966) et « L’ordre philosophique » (1965) avec Paul Ricœur, qui traduit Chomsky, Frege et Peirce, tandis que la collection « Poétique » accueille Tzvetan Todorov et Gérard Genette. Roland Barthes, Françoise Dolto, Ivan Illich (Une société sans école, 1971) et André Gorz font également partie des auteurs de la rue Jacob. Le versant politique n’est pas pour autant abandonné, avec la collection « L’Histoire immédiate », collection de documents d’actualité développée depuis 1961 par Jean Lacouture, ainsi que « Politique » (1966), au contenu plus théorique, sous la houlette de Jacques Julliard, et « Combats », lancée en 1968 par Claude Durand, qui publie notamment Daniel Cohn-Bendit (Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme, 1968).

  • 30 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », op. cit., pp. 150-152.

21Au sein du catalogue de Minuit se constitue progressivement un important pôle de sciences humaines d’avant-garde, principalement autour d’ouvrages grand format lettrés et onéreux, au détriment des textes d’intervention publiés pendant la guerre d’Algérie dans la collection « Documents », et de l’héritage de la Résistance30. Au seuil des années 1960, trois collections vont incarner l’avant-garde théorique. Il s’agit tout d’abord d’« Arguments », dirigée par Kostas Axelos, en prolongement du travail de la revue du même nom. La collection fait paraître des grands classiques du marxisme comme Histoire et conscience de classe de Georg Lukács (traduit pour la première fois en français en 1960), Éros et civilisation de Herbert Marcuse en 1963 ainsi que des ouvrages majeurs de linguistique (Jakobson), de philosophie (Deleuze) et des rééditions (Bataille, Blanchot). La collection se veut un lieu de réflexion interdisciplinaire libérée du communisme orthodoxe. La collection « Le sens commun » est lancée en 1964 par Pierre Bourdieu, qui accueillera ses propres travaux (Les héritiers en 1964 et La reproduction en 1970) ainsi que ceux de Benveniste, Goffman (Asiles est traduit en 1968) et Panofsky, tout en rééditant des classiques de la sociologie comme Mauss et Durkheim. En 1967, une troisième collection est créée par Jean Piel, « Critique », à partir de la revue éponyme créée par George Bataille, qui s’intéresse à la philosophie, à la littérature et à la psychanalyse. Y seront notamment publiés De la grammatologie de Jacques Derrida (1967) et L’anti-Œdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari (1972), ainsi que Michel Serres et Jean-François Lyotard, Économie libidinale (1974).

  • 31 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », op. cit., pp. 154-155.

22Le début des années 1970 est tout à la fois l’apogée des sciences humaines, marqué par une certaine confusion entre production lettrée et production politique, et le début d’un nouveau mouvement de séparation entre les deux domaines, plusieurs maisons délaissant insensiblement la production politique au profit d’un discours plus universaliste et dépolitisé annonçant la période suivante. Cette évolution est sensible chez un éditeur comme les Éditions sociales, dont les classiques marxistes sont largement diffusés. L’éditeur opère un tournant vers une pratique moins militante, et donc une certaine normalisation avec un rattrapage au niveau des prix, qui augmentent sensiblement, la purge des brochures bon marché et la véritable construction d’un fonds diversifié, le catalogue connaissant une forte croissance31.

1975-1990 : LE REFLUX DE LA PRODUCTION POLITIQUE

Changement de conjoncture

23Dès la moitié des années 1970, la conjoncture va se modifier dans le secteur éditorial dans son ensemble en raison de plusieurs faisceaux de facteurs. C’est tout d’abord le début des grands mouvements de rachats, sur fond de chocs pétroliers et de marasme économique général, ainsi que le développement des techniques de gestion et de management, qui vont changer la pratique éditoriale en profondeur. L’absorption d’Hachette par le groupe Matra en 1980 marque l’accélération d’un processus de concentration commencé dans les années 1960, tout en accentuant la polarisation du marché autour de deux groupes dominants : Hachette – qui regroupe désormais les maisons Grasset, Fayard, Stock, Lattès, Le Livre de poche… – et le Groupe de la Cité rassemblant Nathan, Larousse, Bordas, Plon, Perrin, Julliard et 10/18, la constitution du groupe CEP Communication datant de 1987. À leurs côtés se maintient une poignée d’éditeurs de taille moyenne, au passé prestigieux : Gallimard, Le Seuil, Flammarion et Albin Michel, ainsi qu’une kyrielle de petits ou très petits éditeurs indépendants.

  • 32 Si l’on considère la catégorie « sciences humaines générales », qui a peu fluctué depuis 1970, les (...)
  • 33 Olivier Godechot (sous la dir. de Jacques Marseille), « Le marché du livre philosophique en France (...)
  • 34 Créées en 1985, les trois collections reprennent les titres de la collection « Idées » ainsi que p (...)
  • 35 Rémy Rieffel, La tribu des clercs, les intellectuels sous la Ve République, Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)
  • 36 Sur ce point, voir Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République : l’avenir des intellectuels (...)

24Alors que les tirages moyens commencent à s’effriter dans le domaine des sciences humaines32, les éditeurs généralistes disposent de trois modes d’adaptation possible de leur production : le recentrement sur le poche et les classiques, le glissement vers l’essayisme, ou la spécialisation accrue33. Les deux premières solutions seront les plus courantes. Les collections de poche poursuivent leur croissance, que ce soit chez Flammarion avec la collection « Champs » (1977), Hachette avec « Pluriel », ou Gallimard avec la trilogie des « Folio essais », « Folio histoire », « Folio actuel »34. Quant à l’essayisme, il va se développer à la faveur du mouvement des nouveaux philosophes autour de Bernard-Henri Lévy, qui fait son entrée sur la scène intellectualo-médiatique avec la publication chez Grasset de La barbarie à visage humain en 1977. Le champ intellectuel perd une partie de son autonomie alors que les « éditeurs médiatiques »35 – Grasset, Julliard ou encore Fayard avec la collection « L’espace du politique » – gagnent en visibilité avec un petit groupe d’essayistes à succès : André Glucksman, Pascal Bruckner, Régis Debray, Luc Ferry, Jacques Attali, entre autres. La nouvelle pensée néotocquevillienne représentée par Pierre Manent, Gilles Lipovetsky ou encore Alain Renaut gagne en importance, tandis que les « intellectuels de gouvernement »36 cumulent les positions d’influence dans la presse, l’enseignement et la politique. Bien que les situations soient variables selon les éditeurs et les collections, les questionnements politiques tendent à s’éclipser devant les interrogations morales et religieuses tandis que les livres engagés marquent le pas, sans pour autant disparaître.

  • 37 Bruno Auerbach, « Publish and perish : une définition légitime des sciences sociales au prisme du (...)
  • 38 Sur ce point, voir Wolf Lepenies, Les trois cultures : entre science et littérature, l’avènement d (...)
  • 39 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, (...)

25La notion de « crise des sciences humaines », censée caractériser ce secteur éditorial depuis les années 1980, a été efficacement remise en cause par Bruno Auerbach, qui analyse l’évolution du secteur en termes de logique de spécialisation et de rupture avec le « grand public cultivé »37. Le topique de la crise, principalement véhiculé par les éditeurs de littérature générale, lesquels ont le plus intérêt au maintien d’une confusion entre production savante et production grand public, réactive selon lui une lutte ancienne entre définition lettrée et définition scientifique des sciences humaines38. Effectivement, on constate que le chiffre d’affaires de l’édition de sciences humaines fait preuve d’une grande stabilité sur la période 1975-1985 et que la production continue de croître39.

Déclin de l’édition politique

  • 40 Julien Hage, « Une brève histoire… », op. cit., p. 157.
  • 41 Jean-Yves Mollier évoque les éditeurs « désenchantés », passés du marxisme aux « coups » éditoriau (...)
  • 42 Sur cette collection, voir Hervé Serry, « Faire l’Europe, enjeux intellectuels et enjeux éditoriau (...)
  • 43 Hervé Serry, Les éditions du Seuil, 70 ans d’histoires, Paris, Le Seuil/IMEC, 2008.
  • 44 Olivier Godechot, « Le marché du livre philosophique… », mémoire cité, p. 131.

26Il demeure que la période se montre peu propice aux éditeurs politisés qui avaient marqué les deux décennies précédentes, et que le marché du livre politique semble avoir atteint une forme de saturation40. Les éditions Maspero perdent une grande partie de leur identité militante après la démission de leur fondateur en 1982. L’effort de normalisation est particulièrement notable avec la disparition de la collection du Centre d’étude set d’initiatives de solidarité internationale (Cedetim) en 1981 et la création la même année de « L’État du monde », qui produit des ouvrages de synthèse collectifs. Les éditions Champ libre s’arrêtent après l’assassinat de Gérard Lebovici et Le Sagittaire, confié par Jean-Claude Fasquelle à Gérard Guégan et son équipe en 1975, ne maintient que quelques années le cap politique de la précédente structure41. Quant aux maisons généralistes comme Le Seuil et Minuit, elles infléchissent le versant le plus engagé de leur production. Au sein de la maison de la rue Jacob, la collection « La couleur des idées », sous la direction de Jean-Luc Giribone puis d’Olivier Mongin, marque un tournant politique en s’ouvrant aux auteurs de la « troisième voie » britannique (Anthony Giddens, Tony Blair), et du communautarisme (Michael Walzer, Charles Taylor). La collection « Faire l’Europe », qui débute en 1993 autour d’un ambitieux programme de coédition européen, vient confirmer cette tendance42. Parallèlement, la maison s’est ouverte à de nouveaux secteurs éditoriaux : jeunesse, beaux livres, pratique, polar, tout en se consacrant aux grands ouvrages historiques de référence à l’image d’Histoire de la France urbaine en cinq volumes (1980-1985), sous la direction de George Duby et Armand Wallon43. Chez Minuit, l’essoufflement des grandes collections de référence est notable à partir des années 1980. De nouvelles collections sont lancées – « Proposition », « Philosophie », « Paradoxe » – qui ne rencontreront pas le succès escompté, et seront progressivement désinvesties par l’éditeur, au profit de la littérature44.

  • 45 Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences (...)

27Les années 1980 sont tout aussi difficiles pour les structures d’édition militantes liées au parti communiste. Le groupe Messidor est constitué en 1981, regroupant plusieurs maisons, dont les Éditions sociales, qui poursuivent leur ligne éditoriale de maintien d’un fonds marxiste. Les dix premières années sont marquées par une forte activité, Messidor produisant jusqu’à 150 titres par an. La baisse d’influence du parti communiste se répercute cependant sur l’activité du groupe, qui est mis en redressement judiciaire en 1992 malgré l’achat récurrent d’ouvrages par le parti. La fermeture progressive du réseau des librairies de la Renaissance vient confirmer ce déclin de l’édition partisane. Également en redressement judiciaire l’année suivante, les Éditions ouvrières renaissent sous le nom des Éditions de l’Atelier, qui rejoindront La Découverte et Syros au sein d’une holding en 1993. Le début des années 1990 marque bien la fin du modèle d’édition militante de type « partisan » et d’une certaine conception de l’édition de sciences humaines. Le développement des éditions Odile Jacob ne vient pas véritablement contredire cette assertion. Fille du prix Nobel de biologie François Jacob, cette dernière a fait ses premières armes chez Fayard après des études de philosophie aux États-Unis. Elle lance en 1986 sa maison d’édition en s’appuyant sur des scientifiques prestigieux, dont elle souhaite diffuser largement la pensée : biologistes, médecins, cognitivistes, hommes politiques. Cette création marque une redéfinition des sciences sociales au profit d’un « biologisme » et d’une « psychologisation » du social45.

LES ANNÉES 1990 : LE RENOUVEAU DE L’ ÉDITION CRITIQUE ?

  • 46 Les chiffres de vente de ces deux ouvrages sont respectivement de 70 000 et 300 000 exemplaires (c (...)

28Après cette période de reflux, les années 1990 marquent le retour d’une expression éditoriale du politique. Le creusement des inégalités sociales dans un contexte politique marqué par la domination des idées néolibérales, par le fossé croissant entre la gauche institutionnelle et diverses expressions de « gauche de la gauche », mais également par les grèves de 1995, vient nourrir le phénomène. L’engagement de Pierre Bourdieu en faveur des grévistes donne un nouvel élan à la figure de l’intellectuel spécifique théorisée par Michel Foucault, qui échappe au modèle tant prophétique qu’universaliste pour développer un savoir spécifique. Le succès de La misère du monde, vaste enquête sur la souffrance sociale dirigée par le sociologue et publiée en 1993 au Seuil en est un des symptômes de même que, dans un autre registre, l’essai antilibéral L’horreur économique de Viviane Forrester, publié en 1996 chez Fayard46. Les ouvrages de critique de l’économie et de la société se multiplient en librairie, traduisant ce nouveau contexte et le fort besoin d’intelligibilité qui l’accompagne.

29Ce tournant va se traduire par l’apparition de nouveaux entrants dans le champ éditorial, qui se caractérisent par leur choix des sciences humaines comme moyen tout à la fois intellectuel et politique de « questionner le monde ». Les modalités d’expression sont d’une grande diversité. C’est par exemple l’étude des utopies aux éditions de L’Éclat, la redécouverte d’une critique sociale de tendance libertaire avec un auteur comme Orwell chez Climats, l’exploration de l’urbanisme et de l’architecture chez Sens & Tonka, qui réédite les « livres de combat » de Baudrillard. Ou encore, de manière plus directement politique, la remise en avant des idéaux de la Commune par Le Temps des cerises et l’exploration du monde social par les éditions Syllepse. Parallèlement, la pensée libertaire et anarchiste connaît un nouvel essor au travers de petites structures éditoriales alternatives (L’Insomniaque, Nautilus), mais aussi de librairies, à Paris comme en province. Toutes ces initiatives participent d’une volonté de renouer avec une vision critique de la société. Comme l’explique un éditeur de province, « on veut produire la critique du temps ».

Raisons d’agir : un modèle politico-intellectuel

  • 47 Liber était à l’origine une revue fondée en 1989 par Pierre Bourdieu, en coédition avec plusieurs (...)

30La création de Liber-Raisons d’agir par Pierre Bourdieu en 1996 constitue l’étape marquante de ce phénomène de réinvestissement du champ politique à partir d’une forme éditoriale originale, dont la première manifestation sera l’ouvrage du sociologue, Sur la télévision, paru en novembre 199647. Association sans but lucratif diffusée par le Seuil, cette maison d’édition atypique va rencontrer un grand succès avec de courts ouvrages d’intervention (généralement 128 pages) peu onéreux (30 F à l’origine, de 4,50 à 8 € aujourd’hui) majoritairement écrits par des chercheurs en sciences sociales. Le projet initial, ambitieux, envisage d’essaimer en Europe, mais ne fonctionnera finalement qu’à l’échelle hexagonale. Il met à la disposition du public des outils de réflexion accessibles, percutants et rigoureux quant à l’argumentation. Il s’agit pour Pierre Bourdieu d’atteindre un nouveau lectorat en modifiant le support et la forme de ses écrits :

  • 48 Pierre Bourdieu, « Sur l’esprit de la recherche », entretien avec Yvette Delsaut, in Yvette Delsau (...)

« Je pense que, en changeant de lieu de publication, le texte change de sens, parce qu’il change de lecteurs, il devient accessible à des lecteurs qui s’excluaient jusque-là et qui importent leurs habitudes de lecture […]. »48

  • 49 Frédéric Lebaron, ibid.
  • 50 Julien Duval, Christophe Gaubert, Frédéric Lebaron, Dominique Marchetti et Fabienne Pavis.

31La création de cette structure éditoriale coïncide avec l’investissement croissant de Bourdieu sur la scène publique contre les « effets économiques et sociaux dévastateurs des politiques économiques libérales »49, et en particulier avec son engagement en faveur des grévistes en 1995. Les titres publiés abordent tous cette thématique, que ce soit par le biais de l’analyse de la crise de l’université (Diagnostic et remèdes urgents pour une université en péril, par l’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche, ARESER, 1997), du mouvement de grève de 1995 (Le décembre des intellectuels français, rédigé par un groupe de jeunes chercheurs en 1998)50, Les prisons de la misère de Loïc Wacquant en 1996, ou encore du second opuscule signé par Bourdieu, au titre explicite, Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, recueil d’interventions publiques du sociologue paru en 1998.

  • 51 Valérie Tesnière, Le Quadrige : un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, PUF, 2001.

32Raisons d’agir ambitionnent également de donner aux producteurs culturels les moyens de mieux contrôler la diffusion de leurs travaux, et donc de reconquérir une certaine autonomie face aux forces économiques dominantes et à leurs relais médiatiques. Il s’agit par conséquent d’un projet doublement politique : promouvoir des analyses et des réflexions allant à l’encontre de la pensée économique et politique dominante, afin de faire entendre une « autre voix » face aux intellectuels médiatiques et aux experts, tout en se donnant les moyens d’une diffusion efficace de ces savoirs (rarement accessible aux petits éditeurs) qui ne soit pas subordonnée à la censure du marché et obéisse à d’autres critères, définis de manière autonome. Le projet évoque un idéal dont la constitution des Presses universitaires de France, en 1921, avait posé les premiers jalons : les universitaires dreyfusards cherchaient alors à mettre en place des instruments de diffusion de leurs travaux en phase avec le temps long de la recherche en créant une coopérative – sur le modèle des coopératives intellectuelles internationales promues par la Société des nations (SDN) – servant de garantie contre les dérives capitalistes liées au statut de société anonyme51. Jérôme Bourdieu, qui a repris la maison d’édition après le décès de son père, rappelle cette motivation :

« Raisons d’agir est une maison d’édition un peu particulière qui est née en 1996. Le point de départ c’était… je crois que mon père cherchait à avoir un instrument éditorial indépendant des grandes maisons d’édition pour publier à la fois des ouvrages politiques et en même temps pour pouvoir avoir un endroit pour éditer des ouvrages académiques sans avoir les contraintes éditoriales habituelles, qui ne font que se renforcer, je suppose que d’autres éditeurs vous diront ça. En gros, la consigne générale aujourd’hui c’est : les sciences sociales, ça ne se vend plus, il vaut mieux faire des essais. Donc en 96, mon père a cherché à constituer une maison d’édition et dans une maison d’édition, un des enjeux essentiels, c’est d’avoir une bonne diffusion-distribution, il n’est pas question de faire ça soi-même. »

  • 52 Antoine de Gaudemar, « Les petits pavés de Bourdieu », Libération, 16 avril 1998, pp. 1-3.

33Avec la volonté de mêler rigueur scientifique et critique sociale, les ouvrages s’inspirent de la « Petite collection Maspero », tout en prônant une figure relativement nouvelle, celle de « l’intellectuel collectif autonome ». Les grandes figures de la sociologie, tels Marcel Mauss et Émile Durkheim, sont invoquées au travers de la nécessité pour la discipline de « constituer un savoir réflexif qui permette à la société d’intervenir sur elle-même »52. L’objectif est d’abolir la frontière entre travail scientifique et militantisme, d’intervenir sur les problèmes politiques et sociaux d’actualité les plus brûlants, et de réhabiliter la polémique en sortant de la supposée neutralité scientifique. Le résultat est un croisement assez inédit entre pamphlets d’actualité et ouvrages de réflexion, militantisme et scientificité :

  • 53 Pierre Bourdieu, « Sur l’esprit de la recherche », op. cit., pp. 234-235.

« Je suis venu à me demander, à partir d’un certain moment, si ça avait du sens, quand il est question de sujets importants comme le journalisme, de continuer à écrire pour un tout petit monde fermé, qui n’en fait rien. Et s’il ne valait pas la peine de faire passer les idées au-delà, ce qui implique qu’on change un peu le support, et qu’on donne des signaux d’accessibilité. »53

  • 54 Plus de 135 000 exemplaires de Sur la télévision de Pierre Bourdieu seront vendus en trois ans ; 2 (...)

34Les premiers titres de Pierre Bourdieu et Serge Halimi, journaliste au Monde diplomatique, développent une critique sans concession des médias. Ils rencontrent un grand succès et suscitent une polémique alimentant encore les ventes54. Bourdieu souhaite que les ouvrages soient largement diffusés – d’où l’importance de travailler avec le Seuil, qui dispose d’un outil logistique efficace et d’une équipe de représentants appréciée par les libraires – et vendus à faible prix. Ce qui est rendu possible par le bénévolat des personnes impliquées, qui travaillent toutes dans l’enseignement supérieur ou la recherche, et l’absence de frais fixes. Économiquement, un cercle vertueux peut se mettre en place : des coûts de réalisation et de fonctionnement faibles, des tirages importants alliés à un prix de vente peu élevé permettent d’amortir les ouvrages autour de plusieurs milliers d’exemplaires, avec une marge globale conséquente, bien que très basse à l’unité. Un libraire parisien évoque le maillon central de la diffusion dans ce dispositif :

« Raisons d’agir, s’ils ont vendu autant de titres, c’est aussi parce qu’il y avait la force du Seuil derrière, qui leur a permis d’être partout. Les mêmes titres publiés par un petit éditeur mal diffusé, il ne fait pas le quart des ventes. »

35Pris isolément, rien n’est véritablement original dans les petits ouvrages de Raisons d’agir, mais l’ensemble du dispositif – petit format, petit prix, couvertures colorées, mélange de rigueur scientifique et d’engagement citoyen, ton polémique, maîtrise et efficacité de la diffusion, personnalité de Pierre Bourdieu, qui bénéficie d’une visibilité croissante – fait sens. La force du concept réside en quelque sorte dans son aspect « total », qui allie avec une rare efficacité forme et fond, ne négligeant aucun aspect de la chaîne éditoriale, de la conception des ouvrages à la mise sur le marché. Plusieurs éditeurs, à la marge comme au centre, tenteront de reproduire cette mise en cohérence entre un projet politique et intellectuel fort, une incarnation matérielle accessible et une demande sociale, avec des succès très divers.

Deux exemples de nouvelles formes d’édition militante

  • 55 Isabelle Olivero, « Le livre de poche : cinquante ans de succès », in Jean-Yves Mollier (dir.), (...)

36L’impact de Raisons d’agir sur le paysage éditorial français peut se mesurer à l’aune des collections similaires lancées dans les années qui ont suivi sa création, tant chez d’autres petits éditeurs indépendants que chez plusieurs éditeurs généralistes prestigieux. Isabelle Olivero note ainsi le « retour de l’édition militante », avec la publication de « petits livres de la citoyenneté » réactivant les collections du XIXe siècle en mêlant « savoirs et formation à la citoyenneté »55. La collection « L’Esprit frappeur », lancée par l’éditeur libertaire Dagorno, en fournit une bonne illustration. Y sont publiés à partir de 1997 de courts documents politiques d’actualité, vendus à faible prix (10 F à l’origine, de 1,50 à 10 € aujourd’hui), sur des thèmes sociétaux variés : les sans-papiers, le nucléaire, les drogues ou encore le racisme, avec 90 % de nouveautés. C’est le génocide rwandais qui a été le déclencheur de la collection, avec un titre de Mehdi Ba, Rwanda 1994, un génocide français (1997), suivi d’une analyse du responsable, Michel Sitbon, Un génocide sur la conscience (1998). Ce dernier déclare vouloir faire avec cette petite collection de l’« agit-prop » gauchiste assumée.

  • 56 Chiffre éditeur.
  • 57 En avril 2004, la circulaire Perben instaure la responsabilité première de l’éditeur pour incitati (...)
  • 58 Ce choix de format a valu à l’éditeur un procès pour parasitisme avec les éditions Mille et une nu (...)

37Les tirages sont fixés au départ à 10 000 exemplaires, et les coûts de réalisation maintenus au minimum, soit de 2 000 à 5 000 € selon les titres. Ce qui permet à la structure de rester à l’équilibre, sans pour autant gagner de l’argent, les marges par titre étant trop faibles. Comme l’explique le responsable, « ces livres ne nous rapportent pas grand-chose : sur un livre vendu 10 F, il y a 6 F pour la distribution, 2 F pour l’impression, et le reste à partager entre l’éditeur et l’auteur ». L’argent provient d’autres sources, en particulier du minitel « rose », exploité avec profit par Michel Sitbon pendant vingt ans. Un des premiers titres publiés est une traduction de l’anarchiste américain Bob Black, Travailler, moi, jamais ! (2005) qui s’écoulera à 30 000 exemplaires56. Suivront plusieurs titres sur les bavures policières et les dérives sécuritaires de l’historien libertaire Maurice Rajsfus, ainsi que quelques ouvrages sur le cannabis qui vaudront à l’éditeur les foudres du ministère de l’Intérieur57. Les livres se vendent très bien, surtout dans les FNAC, qui représentent 60 % du chiffre d’affaires réalisé. La production montera en puissance jusqu’en 2004, avec un catalogue de près de 130 titres bénéficiant d’une grande visibilité. Les couvertures colorées dessinées par l’illustrateur de presse Placid sont proches de celles de Mille et une nuits, notamment par le format réduit (105 x 170 mm)58.

38S’inscrivant plus directement dans le projet académico-militant de Pierre Bourdieu, les Éditions du Croquant ont été créées par plusieurs membres de l’association Raisons d’agir après le décès du sociologue. Installée en Savoie, cette maison d’édition organisée en coopérative loi de 1947 fonctionne depuis 2003 selon le principe de l’intellectuel collectif. La collection d’intervention « Savoir/Agir », dirigée par un comité éditorial composé de chercheurs en sciences sociales, s’inscrit dans la continuité du travail du sociologue – « Mettre à jour les mécanismes de domination et relater les initiatives sociales »59. Y sont publiés des textes polémiques, en prise avec l’actualité, reposant sur des données empiriques solides. Les thématiques abordées explorent des sujets de société comme la mondialisation (Le savant, la politique et la mondialisation de Frédéric Lebaron, 2003) et l’électorat du Front national (Le « populisme du FN », un dangereux contresens d’Annie Collovald, 2004).

39D’autres collections ont été développées, comme « Artisans d’utopie » et « Idées coopératives », qui portent sur les initiatives sociales concrètes (sans grand succès) et « Champ social » (2006), codirigée par le sociologue Gérard Mauger, qui rassemble des travaux académiques. Globalement, la formule s’avère économiquement peu équilibrée, les livres du Croquant ayant adopté une pagination plus lourde que les petits volumes de Raisons d’agir (192 pages, mais également 224 ou 256 pages pour plusieurs titres) qui fait grimper les prix (de 9 à 18,50 €), sans garantir pour autant des marges viables à l’éditeur, en raison de tirages qui restent modestes : 3 000 exemplaires au départ, puis 1500-2500 selon les titres, avec des mises en place en librairie en forte baisse. Dans ces conditions, le point mort – c’est-à-dire le nombre d’exemplaires vendus à partir duquel l’éditeur commence à gagner de l’argent – n’est jamais inférieur à 1 000 exemplaires, et souvent proche de 2 000, pour des ventes qui restent faibles. Comme le constate l’éditeur :

« [l’idée serait de] se recaler sur ce qu’étaient la “Petite collection Maspero” ou, après elle, la collection “Raisons d’agir”, avec des ouvrages écrits plus simplement, des sujets plus chauds, des sujets moins vastes… avec des expériences de tirage de 4 000 exemplaires. »

Une certaine contamination du champ éditorial

  • 60 De manière non exhaustive, citons : Hervé Hugueny, « Petit livre, grosse vente », Livres Hebdo, 29 (...)

40La diffusion des thématiques, des formats et des genres remis au goût du jour par ces petits éditeurs à l’identité critique dans l’espace éditorial élargi atteste de l’impact du phénomène, dont les médias et particulièrement la presse spécialisée, se sont fait l’écho60. Presque tous les éditeurs généralistes vont ainsi développer, dès la fin des années 1990, des collections à caractère politique, s’engouffrant dans la brèche du court texte ne dépassant pas 130 pages, présenté comme « critique » et vendu aux alentours de 10-12 €, qu’il s’agisse de rééditions ou de textes d’actualité. L’innovation éditoriale progresse donc de la périphérie vers le centre, de manière assez caractéristique. L’idée est, au moment de la réémergence d’un certain esprit de contestation, de développer une image politique subversive, et de s’approprier ainsi une partie du capital symbolique qui lui est historiquement associé. En 1997, Gérard Guégan, venu de Champ libre, crée la collection « Révolutions » au sein de « Babel » (Actes Sud), qui publie notamment Daniel Guérin et Paul Lafargue. En 1998, La Découverte lance la collection « Sur le vif », composée de petits ouvrages de 128 pages vendus de 6 à 8 € sur divers problèmes d’actualité (le sida, l’immigration, les sans-papiers…) avec des auteurs tels que Michel Husson et Alain Garrigou. Mille et une nuits inaugure en 2001 une collection d’actualité, « Les petits libres » en association avec ATTAC (Les paradis fiscaux, 2001 et Tout sur ATTAC, 2002), dont les ouvrages se vendent entre 15 000 et 60 000 exemplaires. En 2002, Buchet-Chastel lance « Au fait », également sur des sujets d’actualité tandis que L’Aube crée « L’école des idées », qui réédite des classiques révolutionnaires (Robespierre, Kropotkine). Flammarion lance la collection d’actualité « Café Voltaire » en 2005, puis « Antidote » (« La nouvelle collection impertinente et critique »), et Hachette, la collection de brefs essais « Tapages » l’année suivante.

  • 61 Ancien permanent de la CFDT, proche de Rocard et de la « deuxième gauche », Pierre Rosanvallon est (...)
  • 62 En plus d’être une collection éditée au Seuil, « La République des idées » est une boîte à idées, (...)
  • 63 Agathe Cagé (sous la dir. de Frédérique Matonti), « Vers une nouvelle figure de l’intellectuel de (...)
  • 64 « La République des idées » a organisé plusieurs partenariats avec Le Monde et Le Nouvel Observate (...)

41La collection la plus emblématique de cette diffusion des formats et des thématiques de l’édition critique vers l’édition généraliste demeure « La République des idées ». Lancée en 2002 au sein des éditions du Seuil, elle est dirigée par Pierre Rosanvallon61 dans un objectif de « refondation intellectuelle de la gauche réformiste » et de « nouvelle critique sociale »62. Cette collection de petits ouvrages de 64 à 96 pages, vendus aux alentours de 10 €, s’inspire directement de Raisons d’agir, tant du point de vue de la forme matérielle (format réduit, couverture de couleurs vives, typographie) que du fond, tout en s’inscrivant dans une perspective de production d’une expertise académique destinée à la prise de décision politique, très éloignée des objectifs de la maison créée par Pierre Bourdieu63. Les importants relais médiatiques64, mais aussi parlementaires, dont bénéficient les ouvrages à leur sortie sont également une différence marquante avec le fonctionnement de Raisons d’agir. Les thèmes abordés présentent cependant une certaine proximité dans les intitulés, tout comme l’enracinement dans les sciences humaines et le terrain des enquêtes : l’exclusion sociale (Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social d’Éric Maurin, 2004), le monde du travail (Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme de Philippe Askenazy, 2004) ou encore Trois leçons sur la société post-industrielle de Daniel Cohen (2006).

Retour aux sources

  • 65 Source : site éditeur. [En ligne] <www.editions-zones.fr/spip.php?page=a_propos> (7 octobre 2010).
  • 66 Sur ce point, voir Camille Joseph, Les rééditions de textes politiques aux éditions La Découverte, (...)

42Parallèlement, plusieurs éditeurs « historiques » vont opérer un retour aux sources en choisissant de remettre à l’honneur certains pans de leur production à connotation contestataire développée dans les années 1960-1970 afin de reprendre l’initiative sur un terrain quelque peu laissé en déshérence. En 2001, La Découverte inaugure ainsi la collection explicitement nommée « Re-découverte » sur le modèle de l’ancienne « Petite collection Maspero » afin de rendre à nouveau disponibles certains titres du fonds Maspero longtemps laissés dans l’oubli par la maison, comme l’emblématique L’an vde la révolution algérienne de Frantz Fanon, mais aussi des textes de Flora Tristan, Louise Michel, Che Guevara ou Paul Nizan (Aden Arabie). La veine savante n’est pas oubliée, avec par exemple Mythe et pensée chez les Grecs de Jean-Pierre Vernant. Une cinquantaine de titres seront publiés en l’espace de trois ans, la collection étant ensuite abandonnée faute de rentabilité suffisante. L’éditeur poursuivra cet effort de renouer avec le passé militant de la maison avec la collection, ou plutôt le label « Zones » lancé en 2007, qui ambitionne de constituer « un espace de résistance éditoriale centré sur la contre-culture, l’activisme et les nouvelles formes de contestation, en lien avec les mouvements sociaux et en prise avec les nouvelles théories critiques »65, en mettant à disposition des ouvrages – réédition de classiques, enquêtes sociales et récits de luttes – sous double format numérique et papier, avec l’objectif affiché d’atteindre un public élargi, ne fréquentant pas nécessairement les librairies. Le fait que « Zones » soit présenté par l’éditeur comme un label (à l’image des imprints des grands groupes anglo-saxons) est significatif d’une volonté de créer une collection « qui permette de faire des écarts par rapport à la production de La Découverte, sans écorner l’image de la maison ». Et de publier par conséquent des textes plus radicaux, proches de la mouvance « alter », à l’instar du livre-film Les sentiers de l’utopie, d’Isabelle Fremeaux et John Jordan publié en 2011. Dans les deux cas, la position spécifique dans le champ des éditions La Découverte – dominante par rapport aux petits éditeurs engagés, mais dominée par rapport à l’édition généraliste – explique un rapport ambigu à l’héritage Maspero, à la fois mis en avant et dénié, parce que perçu comme trop « militant »66.

  • 67 Source site éditeur. [En ligne] : <www.10-18.fr/collection-9.html> (7 octobre 2010).

43Dans le même ordre d’idées, 10/18 a renoué en 2003 avec l’engagement de ses origines avec la collection « Fait et cause », destinée à « rendre accessible au plus grand nombre les ouvrages les plus représentatifs du renouveau de la réflexion critique sur le monde et la société »67 en rééditant des textes fondateurs et des ouvrages d’actualité en philosophie, sociologie, économie, histoire ou critique littéraire. Ont ainsi été repris en poche L’esprit de la Révolution de Saint-Just (publié en 1963), mais également Empire de Toni Negri et Michael Hardt, le Manifeste contre le travail du collectif Krisis, Le maître ignorant de Jacques Rancière, ou encore Le travail sans qualités de Richard Sennett. Il est intéressant de noter que, tout en mettant en avant l’héritage spécifique de la maison en matière d’édition critique dans les années 1960 et 1970, l’argumentaire de la collection précise que « […] la réflexion critique contemporaine se distingue néanmoins par son esprit d’ouverture, son refus des dogmatismes et des vérités révélées », prenant ainsi bien soin de garder ses distances avec certains aspects d’un passé jugé trop politiquement marqué.

44Remise au goût du jour des idéaux politiques gauchistes certes, mais sous certaines limites, et sous la sauvegarde des valeurs d’« ouverture » et de « refus des dogmatismes » – qui tendent à en neutraliser la portée politique réelle. D’une manière générale, les éditeurs sont animés par la volonté de satisfaire un lectorat le plus large possible et de répondre à l’air du temps, et les collections sont rapidement abandonnées en cas de ventes décevantes. Mais au-delà de ce constat, la mise en avant de textes présentés comme « critiques », qui permet d’engranger des profits symboliques spécifiques, que l’on peut qualifier de profits de radicalité (la contestation, la subversion, l’engagement, quel que soit le flou entourant leur définition, étant des topiques valorisés), s’accompagne d’un discours de présentation et de marquage qui tend en quelque sorte à désamorcer leur portée politique immédiate en fixant des limites claires. Soit une position qui tend à brouiller les repères, en s’efforçant de gagner sur le plan symbolique (et par là même économique) sans se compromettre sérieusement sur le plan politique.

45Le champ du livre politique au sens large, tel qu’il se présente au début du XXIe siècle, est ainsi l’aboutissement d’une histoire complexe, d’un jeu de glissements et de recoupements permanents entre sphère lettrée, savante et militante. Ce rapide tableau sur un peu plus d’un demi-siècle, pour limité qu’il soit, a permis de dégager certaines tendances essentielles pour la compréhension de la spécificité des éditeurs apparus dans les années 1990. On ne peut que constater une articulation ancienne entre production militante et production lettrée et savante, laquelle a pris des formes variables selon les contextes intellectuels et politiques. Les maisons d’édition actuelles s’inscrivent dans un mouvement historique qui a vu alterner les phases de politisation et de dépolitisation du champ éditorial. S’il est indéniable que les conditions de production, de diffusion ainsi que de réception ont profondément changé depuis les années 1960, et plus encore depuis le XIXe siècle, ces éditeurs ne s’inscrivent pas moins dans une lignée ancienne et bien balisée, avec ses formes et thèmes de prédilection. Le terrain politique ayant été quelque peu abandonné par les éditeurs généralistes à partir de la fin des années 1970, la place était libre pour de nouveaux acteurs. Ces derniers ont contribué à repolitiser les formes éditoriales dans un contexte radicalement nouveau, marqué par l’affaiblissement des structures partisanes, la disparition de la domination du parti communiste, et l’effacement des « grands intellectuels » tels que Sartre, au profit d’un émiettement sans réel centre de gravité et d’une exploration de nouvelles formes. Reste à mieux cerner l’identité et les spécificités de ces éditeurs critiques, ce à quoi sera consacré le chapitre suivant.

Notes

1 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

2 Anne Simonin, « Écrire le politique : quelques formes contemporaines du livre politique », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2000, p. 157.

3 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004 (coll. L’espace de l’histoire), p. 13.

4 Luc Boltanski, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982 (coll. Le sens commun), p. 58.

5 Marie-Cécile Bouju compare l’édition politique à un phénix renaissant de ses cendres tous les vingt ou trente ans. Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste. Les maisons d’édition du PCF : 1920-1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (coll. Histoire), p. 333.

6 Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985 (coll. Historique) ; Robert Darnton, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, trad. E. de Grolier, Paris, Gallimard, 1991 (NRF Essais), ainsi que Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au XVIIIe siècle, trad. E. de Grolier, Paris, Gallimard – Le Seuil, 1983 (coll. Hautes études ; 5) ; Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990 (coll. L’univers historique).

7 Sur ce point, voir Isabelle Olivero, L’invention de la collection : de la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, IMEC, 1999 (coll. In Octavo).

8 Isabelle Olivero, « Les propagandes catholiques et républicaines dans la librairie au début de la IIIe République (1860-1880) », in Jean-Yves Mollier, Le commerce de la librairie en France au XIXe siècle, Paris, IMEC, 1998, pp. 243-253.

9 Richard Lebaron, « La librairie Marcel Rivière, entre science, économie et politique », Les cahiers du Centre de recherches historiques, 31, 2003. [En ligne] <http://ccrh.revues.org/295> (7 octobre 2010).

10 Philippe Olivera, « De l’édition "politique et littéraire" : les formes de la politique lettrée entre la Belle Époque et l’entre-deux-guerres », Mil neuf cent, 2003, n° 21, pp. 127-151.

11 Pascal Fouché, « L’édition. 1914-1992 », in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992 (coll. NRF Essais ; 2), pp. 257-292.

12 Voir Marc Bauland, « Les Éditions sociales et Messidor », in Pascal Fouché (dir.), L’édition française depuis 1945, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1998 (coll. Histoire du livre), pp. 758-759.

13 Marie-Cécile Bouju, op. cit.

14 Sur ce point, voir Valérie Tesnière, Le Quadrige : un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, PUF, 2001.

15 Anne Simonin, « Les éditions de Minuit et les éditions du Seuil. Deux stratégies éditoriales face à la guerre d’Algérie », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991 (coll. Questions au XXe siècle), pp. 233-235.

16 Anne Simonin, « Écrire le politique… », op. cit., pp. 143-157.

17 Anne Simonin, Les éditions de Minuit, 1942-1955, le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, ainsi que « La littérature saisie par l’histoire. Nouveau roman et guerre d’Algérie aux éditions de Minuit », Actes de la recherche en sciences sociales, 1996, n° 111-112, pp. 69-71.

18 Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 268 sq. Voir également Nicolas Hubert (sous la dir. de Jean-Yves Mollier), « De l’encre sur la plaie : éditeurs et édition en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 », thèse de doctorat d’histoire, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2007.

19 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Bernard Pudal et al. (éd.), Mai-juin 68, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2008, pp. 144-157.

20 Pierre Guillaume, Histoire sociale de la France au XXe siècle, Paris, Masson, 1992, p. 56 sq.

21 Sur les éditions Maspero, voir Julien Hage (sous la dir. de Jean-Yves Mollier), « Feltrinelli, Maspero, Wagenbach : une nouvelle génération d’éditeurs politiques d’extrême gauche en Europe occidentale, 1955-1982 », thèse de doctorat en histoire, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010, et « Une brève histoire des librairies et des éditions Maspero », in Collectif, François Maspero et les paysages humains, Lyon, La Fosse aux ours/À plus d’un titre, 2009, pp. 94-160.

22 Julien Hage, « Une brève histoire… », op. cit., p. 103.

23 10 % du tirage était donné gratuitement aux groupes concernés, le reste leur étant cédé au prix de fabrication et/ou écoulé par les circuits de diffusion habituels.

24 Julien Hage, « Maspero (Éditions) », in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008 (coll. Utopie critique), pp. 517-526.

25 Cité par Pascal Fouché, « François Maspero l’insurgé », Livres Hebdo, 17 décembre 1999, n° 362, p. 63.

26 Julien Hage, « Vie et mort d’une librairie militante : La joie de lire (1958-1976) », in Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective (1962-1981), Paris, Éditions La Découverte, 2008, p. 533 sq.

27 Franck Veyron (sous la dir. de Jean-Yves Mollier), « Éditions Champ libre, 1970-1984. Une aventure éditoriale dans la France des années 68 », DEA d’histoire, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2000.

28 Gérard Guégan a relaté ses souvenirs de cette première période dans l’ouvrage Cité Champagne, esc. I, appt. 289, 95-Argenteuil : 1968-1971, Paris, Grasset, 2006 (coll. Éditions Champ libre ; 1) ; le second tome, couvrant les années 1972-1974, est paru en 2008 chez le même éditeur.

29 Fanny Mazzone, « La traduction aux éditions Des femmes : une stratégie géo-politico-poético-éditoriale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2009 (coll. Culture médias), pp. 177-199.

30 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », op. cit., pp. 150-152.

31 Philippe Olivera, « Les livres de Mai », op. cit., pp. 154-155.

32 Si l’on considère la catégorie « sciences humaines générales », qui a peu fluctué depuis 1970, les tirages moyens sont passés de 5 000 exemplaires en 1970 à près de 4 000 en 1990, puis 2 588 en 2010. Source : SNE, L’édition de livres en France. Repères statistiques 2011 (données 2010).

33 Olivier Godechot (sous la dir. de Jacques Marseille), « Le marché du livre philosophique en France de 1945 à nos jours », maîtrise d’histoire, Université Paris 1, 1996, p. 131.

34 Créées en 1985, les trois collections reprennent les titres de la collection « Idées » ainsi que plusieurs inédits et connaissent une croissance importante.

35 Rémy Rieffel, La tribu des clercs, les intellectuels sous la Ve République, Paris, Calmann-Lévy, 1993 (coll. Liberté de l’esprit), p. 488 sq.

36 Sur ce point, voir Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République : l’avenir des intellectuels en France, Paris, Fayard, 2005 (coll. Histoire de la pensée), chapitres 3 et 4.

37 Bruno Auerbach, « Publish and perish : une définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition de sciences humaines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2006, n° 164, pp. 75-92.

38 Sur ce point, voir Wolf Lepenies, Les trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, trad. H. Plard, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990 [1985].

39 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, 1990, n° 4, pp. 47-94.

40 Julien Hage, « Une brève histoire… », op. cit., p. 157.

41 Jean-Yves Mollier évoque les éditeurs « désenchantés », passés du marxisme aux « coups » éditoriaux. Jean-Yves Mollier, « Les intellectuels et l’édition », in Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.) L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 125-144.

42 Sur cette collection, voir Hervé Serry, « Faire l’Europe, enjeux intellectuels et enjeux éditoriaux d’une collection transnationale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les contradictions…, op. cit., pp. 227-252.

43 Hervé Serry, Les éditions du Seuil, 70 ans d’histoires, Paris, Le Seuil/IMEC, 2008.

44 Olivier Godechot, « Le marché du livre philosophique… », mémoire cité, p. 131.

45 Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, n° 176-177, pp. 68-81.

46 Les chiffres de vente de ces deux ouvrages sont respectivement de 70 000 et 300 000 exemplaires (chiffres éditeurs).

47 Liber était à l’origine une revue fondée en 1989 par Pierre Bourdieu, en coédition avec plusieurs journaux européens, et Raisons d’agir un collectif créé fin 1995 par des chercheurs en sciences sociales dans le sillage du mouvement social de novembre-décembre. Ce dernier est devenu une association de militants et chercheurs en 1998, présidée par Frédéric Lebaron, et membre fondateur de l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (ATTAC). Son objectif était de « donner plus de force sociale et politique aux travaux, recherches, réflexions, analyses qui contredisent les discours dominants, en particulier les discours économiques, diffusés quotidiennement à la télévision, sur les ondes ». Source : « Raisons d’agir, Qui sommes-nous ? », communication de Frédéric Lebaron. Consultable sur <http://www.savoir-agir.org/spip.php?article26> (20 juin 2012). La maison d’édition adoptera par la suite le seul nom de Raisons d’agir, « Liber » étant le nom d’une collection dirigée au Seuil par Pierre Bourdieu.

48 Pierre Bourdieu, « Sur l’esprit de la recherche », entretien avec Yvette Delsaut, in Yvette Delsaut et Marie-Christine Rivière, Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu, Pantin, Le Temps des cerises, 2002, pp. 234-235.

49 Frédéric Lebaron, ibid.

50 Julien Duval, Christophe Gaubert, Frédéric Lebaron, Dominique Marchetti et Fabienne Pavis.

51 Valérie Tesnière, Le Quadrige : un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, PUF, 2001.

52 Antoine de Gaudemar, « Les petits pavés de Bourdieu », Libération, 16 avril 1998, pp. 1-3.

53 Pierre Bourdieu, « Sur l’esprit de la recherche », op. cit., pp. 234-235.

54 Plus de 135 000 exemplaires de Sur la télévision de Pierre Bourdieu seront vendus en trois ans ; 230 000 exemplaires de la première édition des Nouveaux chiens de garde de Serge Halimi (chiffres éditeur).

55 Isabelle Olivero, « Le livre de poche : cinquante ans de succès », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007 (coll. État des lieux), p. 218 sq., ainsi que « Les propagandes catholiques et républicaines dans la librairie au début de la IIIe République (1860-1880) », op. cit., pp. 243-253.

56 Chiffre éditeur.

57 En avril 2004, la circulaire Perben instaure la responsabilité première de l’éditeur pour incitation à la dépénalisation du cannabis. Les libraires subissent, selon l’éditeur, de fortes pressions policières et retirent plusieurs titres de la collection de leurs rayons.

58 Ce choix de format a valu à l’éditeur un procès pour parasitisme avec les éditions Mille et une nuits, qui l’a conduit à augmenter légèrement la taille des ouvrages.

59 Texte de présentation des Éditions du Croquant. [En ligne] <http://www.atheles.org> (7 octobre 2010).

60 De manière non exhaustive, citons : Hervé Hugueny, « Petit livre, grosse vente », Livres Hebdo, 29 octobre 2004, n° 575, p. 88 ; Catherine Andreucci, « L’alter édition », Livres Hebdo, 18 mars 2005, n° 593, pp. 104-112 ; Daniel Garcia, « Du light, mais du mordant », Livres Hebdo, 20 octobre 2006, n° 662, pp. 52-53 ; Olivier Pascal-Mousselard, « Livres de rage », Télérama, 26 mars 2008, n° 3037, pp. 42-43 ; François Cusset, « Les indés de la critique sociale », Livres Hebdo, 24 novembre 2006, n° 667, pp. 70-72.

61 Ancien permanent de la CFDT, proche de Rocard et de la « deuxième gauche », Pierre Rosanvallon est historien au Collège de France et ancien membre de la fondation Saint-Simon. Sur l’itinéraire de Rosanvallon, voir Christophe Gaubert, « Révolution culturelle et production d’un “intellectuel de proposition” (Pierre Rosanvallon) », in Sylvie Tissot et al. (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005 (coll. Sociologie et sciences sociales), pp. 231-268.

62 En plus d’être une collection éditée au Seuil, « La République des idées » est une boîte à idées, ou think tank créée en 2002 par Pierre Rosanvallon à la suite de la disparition de la fondation Saint-Simon. Issue de la mouvance de la « deuxième gauche », elle a été lancée grâce au financement de grandes entreprises.

63 Agathe Cagé (sous la dir. de Frédérique Matonti), « Vers une nouvelle figure de l’intellectuel de gauche ? », mémoire de sciences politiques de Master 2, Université Paris 1, 2008.

64 « La République des idées » a organisé plusieurs partenariats avec Le Monde et Le Nouvel Observateur.

65 Source : site éditeur. [En ligne] <www.editions-zones.fr/spip.php?page=a_propos> (7 octobre 2010).

66 Sur ce point, voir Camille Joseph, Les rééditions de textes politiques aux éditions La Découverte, communication au colloque « Mutation des industries de la culture, de l’information et de la communication », septembre 2006. [En ligne] <www.observatoire-omic.org/colloque-icic/omic_icic_atelier13.php#3> (23 juillet 2012).

67 Source site éditeur. [En ligne] : <www.10-18.fr/collection-9.html> (7 octobre 2010).

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540