Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Mémento

Salomé Kintz

Texte intégral

1Dans un monde de l’information qui change, les « fake news » et autres désinformations nous renvoient aux fondamentaux de notre métier de bibliothécaire. À nous de les revendiquer pour exister, aux côtés de nos partenaires désignés – journalistes et enseignants – au cœur du dispositif et non pas à la marge. La bibliothèque n’est pas qu’un lieu où l’éducation aux médias et à l’information trouve une place : le bibliothécaire est lui –même tout désigné à éduquer aux médias et à l’information.

Ne pas sous-estimer l’existant : l’état des lieux

2Les bibliothèques ne partent pas de zéro ! Avant de se lancer dans la mise en place de projets « estampillés » EMI, il peut être utile de prendre le temps de considérer ce que la bibliothèque a déjà à proposer, peut valoriser et mettre en avant.

  • 1 Voir la Typologie des actions Éducation aux médias et à l'information, p. 223.

3Passer les missions et les actions de sa bibliothèque au crible de l’EMI, c’est en effet déjà se positionner comme acteur de l’éducation aux médias et à l’information. Et c’est souvent l’occasion de réaliser que tel atelier « sécurité sur internet » ou telle formation Wikipédia rentre parfaitement dans le cadre.1

La bibliothèque

  • est un lieu ouvert à tous, sans distinction, gratuit, ce qui en fait un lieu incontournable de la formation tout au long de la vie ;
  • met à disposition des collections imprimées et numériques, y compris la presse d’information ;
  • offre des accès à internet ;
  • propose une programmation culturelle ;
  • est de plus en plus présente sur le web (billets de blogs, réseaux sociaux, enrichissement de Wikipédia, services de question-réponse, bibliothèques numériques…) et touche ainsi au-delà de son public fréquentant, suivant le principe de la dissémination.

Les collections et le signalement

  • le bibliothécaire sélectionne l’information (papier et numérique) pour faire collection ;
  • la bibliothèque met à disposition des collections encyclopédiques, d’actualité ou spécialisées ;
  • la bibliothèque éditorialise ses collections ;
  • la bibliothèque gère – parfois – des fonds d’archives, sources primaires ;
  • la bibliothèque numérise ses collections patrimoniales pour faciliter l’accès à l’information ;
  • la bibliothèque signale : devant la masse d’informations disponibles et la facilité d’accès à l’information, l’enjeu du signalement est primordial pour permettre à l’usager l’accès à l’information recherchée.

4Constituer des collections de bibliothèques est ainsi une des tâches essentielles du bibliothécaire et comme le souligne Dominique Peignet dans Le métier de bibliothécaire :

  • 2 Dominique Peignet, « Concevoir la bibliothèque et le métier de bibliothécaire dans leur environnem (...)

5« Être bibliothécaire aujourd’hui, c’est avoir la capacité de rendre accessibles une collection et des ressources correspondant aux demandes du public auquel s’adresse la bibliothèque. […] Cette attente concerne la qualité des ressources sélectionnées au sein d’une production pléthorique où le meilleur côtoie le pire. C’est la dimension sélective et critique du métier, qui suppose une œuvre collective et l'invention des outils spécifiques capables de labelliser des productions du réseau à côté des ressources physiques, garantissant aujourd’hui et demain plus encore, la confiance qui est et sera accordée aux bibliothèques»2.

Les services

  • la bibliothèque met à disposition des accès à internet. La réflexion autour de son offre d'accès à internet3 est d’ailleurs un projet EMI à part entière…
  • le bibliothécaire renseigne le lecteur sur place pendant des plages de service public ;
  • le bibliothécaire renseigne le lecteur à distance (services gratuits de questions-réponses) ;
  • le bibliothécaire propose des ateliers et formations à la recherche documentaire (préparation de sa recherche, sélection des sources d’information, localisation des documents, évaluation de la qualité et de la pertinence des sources) et à la culture numérique.

Développer un axe EMI dans sa bibliothèque

Élaborer un projet de service EMI

6Il convient de définir au préalable les objectifs en précisant les enjeux de l’EMI pour l'établissement et en formalisant les liens avec le projet d’établissement.

Pour quels publics ?

7Dans les bibliothèques de lecture publique, l’éducation aux médias et à l'information est souvent partie prenante de l’éducation artistique et culturelle (EAC) ou des accueils de classe ; en BU, il s’agit des séances de formation à la recherche documentaire.

8Mais les bibliothécaires se rendent rapidement compte que ces actions de formation dépassent bien vite ce cadre, pour concerner finalement l’ensemble des publics :

  • jeune public ;
  • adolescent ;
  • étudiant ;
  • adulte ;
  • tous publics ;
  • familles, intergénérationnel : développer un axe parentalité autour de ces questions peut être intéressant, suivant l’exemple de ce que le CLEMI propose avec son Guide pratique La famille Tout-Écran4. De même, s’appuyer pour ce type de projet sur le couple parent (ou grand-parent / enfant) est un bon moyen de lancer des discussions autour des pratiques et des usages, avec d’un côté des jeunes qui maîtrisent les outils, mais ne disposent pas toujours du recul nécessaire et de l’autre des adultes, parfois moins à l’aise avec la technique, mais non sans connaissances ou expérience !

Trouver des partenaires

9Une fois clairement posées les champs d’expertise du bibliothécaire et ce qui ne relève pas de ses compétences, il faut choisir les bons partenaires. On peut distinguer :

  • les spécialistes de l’information (dont font partie les journalistes) ;
  • les spécialistes disciplinaires (scientifique, chercheur, vulgarisateur, etc.) ;
  • les spécialistes de la « médiation » (associations d’éducation populaire, école de journalisme, enseignant, etc.).

Co-construire un projet

10Mais aucun de ces partenaires n’est a priori « expert en EMI ». Inviter un journaliste à parler de son métier, si intéressant que cela puisse être, n’est pas « éduquer aux médias et à l’information ».

11« Raconter son métier » ne suffit pas à « faire de l’EMI ». Pour cela, il est nécessaire de :

  • définir les attendus avec les partenaires ;
  • intervenir avec, ou en lien avec le partenaire ;
  • prévoir un volet pratique et participatif.

12La bibliothèque publique de Dallas et le Dallas Morning News ont ainsi monté ensemble 8 semaines de formations à destination de lycéens pendant lesquelles des journalistes apprennent aux jeunes à poser des questions ciblées tandis que les bibliothécaires expliquent comment utiliser les bases de données pour trouver une information appropriée5.

Évaluer

13L’évaluation des actions porte :

  • sur des éléments quantitatifs : nombre d’usagers touchés, typologies des actions menées et des publics touchés. Il est difficile en bibliothèque d’évaluer les compétences acquises, sauf à suivre un même public sur le moyen ou le long terme ;
  • sur des éléments qualitatifs : retours des usagers, des animateurs ;
  • l’impact auprès des bibliothécaires impliqués est aussi à mesurer et à prendre en compte : satisfaction, réflexion sur le métier, besoins en formation.

Se former tout au long de la vie

Se former

Définir ses besoins en formation

  • L’évaluation des actions menées par des bibliothécaires permet de faire remonter des besoins et de mettre en place un plan de formation adapté ;
  • dans le contexte de l’EMI, ces besoins sont potentiellement très diversifiés et leur cohérence n’apparaît pas toujours a priori, ce qui peut compliquer l’élaboration du plan de formation : le programme EMILE du ministère de la culture regroupe ainsi aussi bien une formation au « droit des contenus dans l’écosystème des médias, du digital et de l’internet », qu’aux « nouveaux publics en ligne et leurs modes de participation » ou à la « liberté d’expression et phénomène de désinformation ».

Développer ses compétences

14Consolider les compétences « de base » :

  • approfondir ses compétences en recherche et évaluation de l’information dans un contexte en perpétuelle évolution : ressources en ligne, internet, importance de l’image…

15Élargir sa culture professionnelle :

  • développer une culture médiatique englobant les transformations actuelles du monde des médias ;
  • développer une culture numérique, non pas centrée sur la maîtrise des outils technologiques mais sur les enjeux économiques ou de sociétés qui y sont liés.

16Être un intermédiaire, un accompagnateur :

  • savoir transmettre des compétences, expliquer, animer un groupe, en privilégiant les méthodes de l’éducation populaire.

« Comment repérer des “fake news” » : une infographie de l’IFLA

Quand le dictionnaire Oxford a annoncé que « post-vérité » était le mot de l'année 2016, nous, en tant que bibliothécaires, avons réalisé qu’il était nécessaire d’agir pour éduquer et revendiquer une pensée critique – une compétence cruciale pour naviguer dans la société de l’information. [...]

L’IFLA a créé cette infographie en huit étapes simples6 [...] Téléchargez, imprimez, traduisez et partagez – chez vous, dans votre bibliothèque, dans votre communauté locale et sur les réseaux de médias sociaux7.

Figure 1. Infographie : Comment repérer des « fake news »

Figure 1. Infographie : Comment repérer des « fake news »

Source : IFLA, < https://www.ifla.org/​publications/​node/​11174 >.

Typologie des actions Éducation aux médias et à l'information

Figure 2. Panorama d'actions Éducation aux médias et à l'information : des exemples

Figure 2. Panorama d'actions Éducation aux médias et à l'information : des exemples

Notes

1 Voir la Typologie des actions Éducation aux médias et à l'information, p. 223.

2 Dominique Peignet, « Concevoir la bibliothèque et le métier de bibliothécaire dans leur environnement », in Association des bibliothécaires de France, Raphaële Mouren et Dominique Peignet (dir.), Le métier de bibliothécaire, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007 (coll. Bibliothèques), p. 65.

3 Internet en libre accès. [En ligne] < https://www.netcommons.eu/sites/default/files/2018-01-29-guide_internet_en_libre_acces.pdf >.

4https://www.clemi.fr/fileadmin/user_upload/espace_familles/guide_emi_la_famille_tout_ecran.pdf >.

5 < https://swbdallas.org/ >.

6 Infographie basée sur l’article How to Spot Fake News, December 9, 2019. [En ligne] < https://www.factcheck.org/2016/11/how-to-spot-fake-news/ >, où il n’est pourtant pas question des bibliothécaires ! Ils deviennent « experts » sur l’infographie.

7https://www.ifla.org/publications/node/11174 >.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Infographie : Comment repérer des « fake news »
Crédits Source : IFLA, < https://www.ifla.org/​publications/​node/​11174 >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2. Panorama d'actions Éducation aux médias et à l'information : des exemples
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search