Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 3. Pour aller plus loin : développer et mutualiser les compétences

Affirmer et développer les compétences des bibliothécaires

Se former

Marie-Françoise Defosse

Texte intégral

À l'avenir, l'éducation aura pour but d'apprendre l'art du filtrage. Umberto Eco

Figure 1. Extrait de la réponse du Guichet du savoir à une question concernant l’intérêt pour les bibliothèques de faire des ateliers « fake news »1

Figure 1. Extrait de la réponse du Guichet du savoir à une question concernant l’intérêt pour les bibliothèques de faire des ateliers « fake news »1

1Je suis professionnelle de l’information et formatrice à la recherche d’informations depuis plus de 15 ans auprès de professionnel.les des bibliothèques, de centres de documentations mais aussi d’étudiant.es, de veilleurs, de commerciaux, de dirigeant.es d’entreprises ou de communicant.es.

2Au cours de ma pratique, j’ai pu observer les questions que se posent ces professionnel.les : qu’est-ce que la neutralité de l’information, quelles sources privilégier, comment valider les informations et transmettre les résultats de veille ou de recherches documentaires ?

3Toutes ces questions revêtent une actualité encore plus grande face aux infox. Pour sortir des implicites et des injonctions, et parce que les professionnel.les des bibliothèques ont un rôle important à jouer dans la lutte contre les « fake news », je me suis attachée à analyser et questionner les compétences que pourraient ou devraient avoir, et/ou acquérir, ces professionnel.les.

4Cette question des compétences professionnelles s’inscrit dans la complexité naturelle de l’information, de sa construction comme de ses évolutions. Connaissances, aptitudes, attitudes… elles sont elles-mêmes à examiner selon plusieurs approches. J’en relève ici quelques-unes, dans le cadre de notre analyse :

5La légitimité du professionnel des bibliothèques à valider l’information et à former à cette validation. Comment penser la tension entre le bibliothécaire prescripteur versus le bibliothécaire garant de la neutralité ?

6Puis viennent les actuelles propositions à « éduquer les publics aux médias ». Pour mettre en œuvre ces actions d’EMI, le bibliothécaire intervient ou bien avec son institution, mais aussi, souvent, en partenariat, avec l’école, avec des journalistes. Au-delà de ces formations aux usager.es et de ces partenariats avec d’autres spécialistes de l’information, quelles pistes d’intervention les bibliothécaires peuvent-ils suivre ? Par exemple, quel rôle pour les bibliothèques dans la construction et la compréhension de l’information scientifique ? Ou encore, quel positionnement adopter pour les professionnel.les des bibliothèques, et comment inscrire dans leurs/ses missions, la nécessaire éducation aux compétences informationnelles ?

7S’interroger sur les compétences des professionnel.les équivaut à s’interroger non seulement sur les missions mais aussi sur le positionnement du bibliothécaire par rapport à l’information.

8Pour développer cette réflexion et rédiger cette contribution, j’ai contacté des professionnel.les ayant mis en œuvre des dispositifs d’éducation aux médias et à l’information et je leur ai demandé comment ils concevaient leur rôle, quels étaient leur parcours, leur conception de l'information, de leur mission face aux infox ? Qu’ils soient ici remerciés pour la richesse de leurs propos et de leurs réflexions.

9J’ai également repéré l’offre de formation continue existante à destination des professionnel.les des bibliothèques. La moisson, peu importante quantitativement au démarrage de cette rédaction, s’est intensifiée depuis pour répondre à la forte demande des bibliothécaires.

10Les offres de formation suivent principalement trois axes : celui de la recherche et de l’évaluation de l’information, celui de l’éducation aux médias et celui de la culture numérique.

11À ces trois axes s’ajoute pour nous professionnel.les des bibliothèques, la question de la transmission de ces compétences auprès de nos publics.

12Je rendrai d’abord compte de la parole des professionnel.les interrogé.es, puis j’exposerai, dans une deuxième partie, un panorama de formations spécialisées.

Quatre acteurs des bibliothèques et de la formation

13Je me suis entretenue avec des professionnel.les des bibliothèques et j’ai choisi d’approfondir ces rencontres avec quatre d’entre elles et eux. Je présente leurs analyses de terrain, les actions de formation engagées et les compétences principales visées.

14Céline Raux, conservatrice d’État, cheffe du département des services aux publics de la Bibliothèque LSH – École normale supérieure (Paris), met en avant ce qui dans le débat actuel pose question :

Le bibliothécaire doit défendre à la fois la liberté d’expression et son obligation de pluralisme. Or, on lui demande de faire un tri ce qui le replace en position de prescripteur. Beaucoup de collègues ne sont pas à l’aise avec ça. Cela interroge notre positionnement de comprendre pourquoi les gens relaient et aiment des “fake news” » ? C’est bien souvent une position de défi. Pourquoi croiraient-ils alors le bibliothécaire ? Pourquoi croiraient-ils la bibliothèque ? Il y a une posture à trouver qui n’est pas évidente.

Lutter contre les « fake news » est presque une question à contretemps. Expliquer comment faire pour trier le bon grain de l’ivraie est de l’ordre de la recette. J’ai l’impression d’éteindre un incendie avec un arrosoir. La validation et l’évaluation des informations, croiser ses sources sont insuffisantes puisqu’il y a des « fake news » sourcées. Il est nécessaire de redéfinir les concepts de pluralisme souvent mal définis. Le pluralisme est confondu avec le relativisme, la liberté d’expression, la déontologie, la position éthique… Il y a là un malstrom de concepts qui ne sont pas faciles à concilier.

Focus

L’usager.e voit la bibliothèque comme une instance de validation, ce qui me rend perplexe. On ne peut pas être passif par rapport à l’information. On ne peut pas être seulement neutre. Si nous ne sommes que neutres, nous serons remplacés. Il faut toucher à l’information, c’est notre métier. Cela implique des compétences scientifiques sur certains domaines.

Des ateliers : lycées et licences

15Caroline Péron est adjointe de la Bibliothèque des sciences de Saint-Jérôme et responsable de la formation des usager.es au sein de l’université d’Aix-Marseille. Elle a mis en place un dispositif d’information sous forme d’ateliers de 45 minutes, à destination d’étudiant.es ou de lycéen.nes, intégrant une animation à des ressources pérennes en ligne (recension de guides et infographie)2.

16Pour elle, évaluer l’information s’inscrit dans la continuité des missions des bibliothèques. Dans ce contexte, les compétences souhaitées pour les professionnel.les des bibliothèques, de son point de vue, sont de :

  • promouvoir la diversité des sources ;
  • intégrer la complexité de l’information, c’est-à-dire comprendre et savoir que la vérité seule et unique n’existe pas et que la fraude scientifique est réelle ;
  • cultiver l’esprit critique par la lecture, la visualisation de vidéos de vulgarisation – comme l'émission consacrée à l'esprit critique et à la zététique, « La Tronche en Biais3 » ;
  • pouvoir bénéficier de formations concernant les rumeurs, la désinformation, les infox, etc.

Des formations de formateurs et de formatrices

17Gilles Sahut est docteur en sciences de l'information et de la communication, professeur documentaliste et formateur à l'INSPÉ Toulouse Occitanie-Pyrénées. Son point de départ est issu d’un premier travail de recherche mené à propos de Wikipédia : « Wikipédia, une encyclopédie collaborative en quête de crédibilité : le référencement en questions »4. Depuis, il travaille sur la crédibilité de l’information, sur ce qui fonctionne et ce que cela révèle des usages. Le domaine conceptuel est complexe : validation, fiabilité, confiance… Pour lui, les infox traduisent une inquiétude sociale quant à l’évaluation critique de l’information et la désinformation.

18Gilles Sahut forme les formateur.rices à comprendre comment « fonctionnent » les usager.es qui cherchent de l’information, comment prendre en compte des manières de faire à la fois installées et intuitives et à voir comment se marque la confiance. Il constate que les usager.es sont plus attentif.ves à l’accès à l’information qu’à son statut d’autorité. Elles.ils apprennent à repérer quels sont les savoirs, les compétences nécessaires pour analyser une information et à les traduire en termes d’objectifs.

19Il a déterminé un ensemble de compétences nécessaires aux professionnel.les des bibliothèques :

  • accepter la complexité de l’information ;
  • penser la diversité de la conception de la vérité et la question de l’interprétation des règles au regard des usages de publics différents ;
  • accepter des conceptions différentes ; savoir se situer et faire bouger des curseurs entre le tout scientifique et le tout encyclopédique ;
  • dans un contexte universitaire, savoir comment se fait et se crée la science en arrière-plan, comment elle peut et doit se faire, comment élaborer les sujets scientifiques pour garantir un certain niveau de confiance.

Des stages de formation continue pour les bibliothécaires

20Pour Mathilde Barthe, directrice du Centre régional de formation aux métiers des bibliothèques (Grand Est) MÉDIAL, l’offre de stages rencontre aujourd’hui son public à travers des formations à l'éducation aux médias. Les professionnel.les des bibliothèques ressentent le besoin d’être guidé.es sur des thèmes liés à l’information : comment les jeunes s’informent-ils ? Comment se construit l’information de presse ? Comment fonctionne une rumeur ? Quel travail faire sur les sources ? Comment monte-t-on des ateliers pour les publics sur ces questions ?

21Pour répondre à ces besoins, MÉDIAL construit une offre de formation différenciée : « Entre un salarié qui reprend la direction d’une bibliothèque et la.le professionnel.le de catégorie B qui a passé un concours, la culture professionnelle ne repose pas obligatoirement sur un fonds culturel commun. Nous sommes dans un moment où la légitimité des bibliothèques est interpellée : la.le professionnel.le des bibliothèques est un.e professionnel.le de l’information. Nous devons sensibiliser, travailler en partenariat avec l’Éducation nationale, avec les jeunes… Dans les BU, nous sommes clairement entre la formation des étudiant.es et l’appui aux chercheur.es. Notre plus-value n’est pas dans les circuits mais dans la méthodologie de l’information, dans sa gestion. Elle est, par exemple, à travers l’appel à projet CollEx Persée, de savoir comment on aide à recenser les sources d’information produites par les chercheur.es. »

22Le socle de compétences identifié par MÉDIAL se décline en plusieurs axes. Des compétences explicitement liées : :

  • à l’analyse de l'information, à la gestion de l’information, à des soft skills métier, à savoir : rechercher l’information de manière experte, savoir comment l’information se construit et se diffuse, aider à l’ordonnancement de l’information : maîtriser sa description, sa gestion, son explication, sa mise en valeur…
  • liées à la capacité d’analyse en gestion de l’information : en appui à la recherche, dans la formation à la recherche documentaire, savoir comment l’information se construit et se diffuse.
  • à la capacité de faire valoir des compétences et des expertises scientifiques.
  • à des profils nouveaux : Data Librarian5

Quelles compétences mobiliser ?

23À partir de ma pratique, des recherches menées et des entretiens conduits, je propose de détailler quatre grandes compétences.

La recherche et l’évaluation de l’information : « maîtriser » l’information ?

24La.le professionnel.le des bibliothèques est naturellement un.e professionnel.le des sources, des documents et de leurs évolutions, de leurs connaissances expertes et scientifiques.

  • 6 Alexandre Serres, « Évaluation de l'information : le défi de la formation », @sic, 2005. [En ligne (...)
  • 7 Comprendre les mécanismes de la production et de la diffusion des informations sur internet sous-t (...)

25La formation à la recherche d’information semble être une nécessité pour tout.e professionnel.le étant donné la « société d’information » dans laquelle les étudiant.es d’aujourd’hui auront à vivre demain. Or, pour reprendre ce qu’Alexandre Serres écrivait en 2005 : « La formation à l’évaluation de l’information apparaît ainsi comme l’une des plus difficiles à délimiter, si on la compare par exemple à la formation aux outils de recherche ou aux bases de données. »6 On constate que la formation théorique ou réflexive sur les notions et les questions de l’information est souvent ignorée ou reléguée, faute de temps. Les besoins en formation continue dans ce domaine ne s’expriment que peu, ou pas. Il ressort que, de manière implicite, les professionnel.les des bibliothèques sont censé.es savoir chercher, trier, valider les informations7.

26Il est donc nécessaire d’affirmer et de renforcer ces compétences liées à la maîtrise de l’information. Les professionnel.les des bibliothèques s’attacheront non seulement avec profit à se former aux compétences informationnelles, mais aussi à questionner leurs conceptions de l’information et à en accepter la complexité.

Acquérir une culture de « l’information-actualité »

27La bibliothèque produit de l’information et accompagne ses publics vers l’actualité, à travers des productions variées : dossiers documentaires, webmagazines, web TV et podcasts, contenus postés sur les réseaux sociaux, manifestations orales… La bibliothèque agit comme média. Elle organise, elle produit et elle traite de l’information-actualité.

  • 8 Claire Tignolet, Les bibliothèques et les mutations de l’actualité, Mémoire d’étude de conservateu (...)

28« De nouveaux enjeux invitent toutefois à donner plus d’importance à l’éducation aux médias à l’université. Il s’agit tout d’abord de rendre les étudiant.es autonomes et critiques en matière d’information pour favoriser leur réussite. Les jeunes adultes comptent parmi les plus crédules et les plus perméables aux théories conspirationnistes et connaissent mal la problématique des « fake news » ; il convient dès lors de les accompagner dans leur évaluation de l’information, dans la continuité de ce qu’ils ont fait dans le secondaire et pour renforcer l’articulation entre le lycée et l’université. »8

29Les compétences à développer concernent alors autant la production de contenus numériques que la connaissance des acteur.rices et des enjeux médiatiques : langages et structures des documents médiatiques, place et comportements des publics dans le système médiatique, enjeux économiques.

30Comment évaluer la qualité d’un article scientifique disponible en ligne ? L’interrogation conduit bien souvent à élargir la réflexion sur la fiabilité de l’information en général, et notamment l’information médiatique. Enfin, le renforcement de la collaboration des bibliothécaires avec les enseignant.es et le développement de l’action pédagogique des BU, qui deviennent des Learning Centres, conduit à appréhender l’information de manière plus transversale.

  • 9 Christelle Di Pietro (dir.), Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pou (...)

31Se former à la construction des contenus éditorialisés est l’une des voies que peuvent emprunter les professionnel.les des bibliothèques pour créer de la confiance9

Comprendre les « mondes numériques »

  • 10 Acronyme des géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

32Il n’est pas question de maîtriser des outils et des techniques, mais bien, comme l’indique Céline Raux, « d’enseigner une culture numérique aux professionnel.les comme aux usager.es. Expliquer comment se fait le traitement des données personnelles, comment fonctionnent les algorithmes, quelle est la nature des profilages, comment se fait l’enfermement dans des bulles de filtre, faire comprendre l’architecture toxique des plates-formes des GAFAMs*10, prévenir les usagers des risques d’exposition de leurs données et comment tout ceci existe via uniquement des revenus publicitaires et des clics. Il faut aussi se rapprocher et travailler avec des enseignant.es en sciences de l’information qui étudient les algorithmes et peuvent donner les clés de compréhension des mondes numériques. »

Savoir transmettre

33À ces connaissances à maîtriser, s’ajoute une compétence essentielle qui n’est pourtant que peu, voire pas abordée dans la formation initiale des professionnel.les des bibliothèques. Si la.le bibliothécaire est un.e « intermédiaire », il devient indispensable de la.le former à la transmission des compétences envers des publics très divers : jeunes, étudiant.es, adultes, retraité.es…

34La.le bibliothécaire n’est pas enseignant.e mais doit être « pédagogue ». Les formations de formateur.rice proposées dans le cadre de la formation continue permettent d’acquérir des notions de pédagogie.

La notion d’éducation populaire

  • 11 Voir la contribution de Valérie Robin : « De l’EAC à l’EMI : le public scolaire au centre d’une of (...)

35Parce qu’elle clarifie et affirme un positionnement de médiateur.rice, d’accompagnateur.rice, la notion d’éducation populaire revient fréquemment parmi les collègues qui se lancent actuellement dans l’éducation aux médias et à l’information11.

La coopérative d’éducation populaire politique L’Étincelle : extrait d’un entretien entre Salomé Kintz et William Tournie12

Salomé Kintz : De quoi parle-t-on quand on parle d’éducation populaire ?

  • 13 Pour une histoire de la notion, voir Alexia Morvan, « Pour une éducation populaire politique », Bi (...)
  • 14 Société coopérative et participative. [En ligne] < http://www.scoplepave.org/ >.

William Tournier : Il n’y a pas une seule éducation populaire. Dès ses débuts, à la fin du XVIIIsiècle, jusqu’aux années 200013, plusieurs tendances se répondent, voire s’affrontent autour de deux conceptions : une éducation populaire politique (autour de la question de l’émancipation du citoyen dans une perspective de transformation sociale) et une éducation populaire liée au développement de la « société de loisirs ». Depuis les années 2000 et en particulier les actions de la SCOP Le Pavé14 à Rennes, autour de Franck Lepage, la question politique revient au centre.

S. K : En quoi consiste l’éducation populaire ?

W. T. : L’éducation populaire, c’est travailler « à la transformation sociale et à l’émancipation avec les gens, à partir de ce qu’elles et ils vivent. »

S. K. : Peut-on « faire de l’éducation populaire » en bibliothèque ?

  • 15 L’arpentage est une méthode de lecture inventée au XIXe siècle par des collectifs ouvriers et redé (...)
  • 16 Même si c’est le cas par exemple à la BmL ou à la médiathèque pierres vives. [En ligne] < http://p (...)

W. T. : Les bibliothèques ont tout à fait vocation à accueillir des interventions (je pense à « l’arpentage »15 par exemple) et à travailler en partenariat avec des structures d’éducation populaire, mais cela reste encore marginal16.

S. K. Au-delà, le bibliothécaire pourrait-il devenir « éducateur populaire » ?

W. T. : En revendiquant sa position de « médiateur », certainement, mais cela implique je pense un changement de posture. C’est aussi une façon de redonner du sens à son métier, ce qui rejoint les préoccupations des médiateurs culturels ou des travailleurs sociaux qui, par l’éducation populaire, identifient la dimension politique de leur métier.

S. K. : Peut-on se former à l’éducation populaire ?

W. T. : Oui, les structures d’éducation populaire accompagnent volontiers ces démarches ! L’Étincelle, par exemple, propose deux types de formation : un certificat universitaire en partenariat avec l’université de Lille ou des interventions, à co-construire, dans les structures, dans le cadre de la formation professionnelle. Avec toujours cette volonté de ne pas apporter de réponse toute faite, mais d’encourager les questionnements.

Se former, où et comment ?

Figure 2. Formations « fake news », le service Q ?R ! de l’Enssib, 13 juillet 2018

Figure 2. Formations « fake news », le service Q ?R ! de l’Enssib, 13 juillet 2018

36Concernés par cette « lutte contre les “fake news” », les bibliothécaires ont témoigné d’un besoin en formation certain. Peu nombreux au départ, les programmes de formation se développent, montrant une prise de conscience réelle de ces questions et une réflexion approfondie sur l’information, la désinformation et le rôle des professionnel.les des bibliothèques.

37Entre approfondissement des compétences « implicites » des bibliothécaires (recherche et évaluation de l’information), connaissances des mondes médiatiques et numériques, ces programmes de formation se caractérisent par leur grande diversité, montrant ainsi la complexité que recouvre l’éducation aux médias et à l’information.

Panorama des offres de formation

Recherche d'informations sur internet (perfectionnement), URFIST de Paris : reprendre les bases implicites

38« Parce que l’on peut toujours rendre sa recherche d’informations sur internet plus rapide et efficace, on reviendra d’abord sur la méthodologie d’une bonne recherche d’information :

  • questionnement du sujet ;
  • choix des termes et formulation de sa requête ;
  • avant de passer en revue les grandes catégories d’outils (moteurs de recherche comme Google, moteurs de recherche scientifique comme Google Scholar, réservoirs de publications en archives ouvertes et open access comme HAL, outils de repérage de thèses, outils sociaux comme Academia ou Twitter, etc.) ».

Source : < http://urfist.chartes.psl.eu/​ressources/​recherche-d-informations-sur-internet-perfectionnement >.

Le cycle EMI du CRFCB Auvergne : monde numérique et adaptation aux usages des différents publics et partenariats

39Le cycle propose le découpage suivant :

  • adapter ses propositions aux différents publics17 ;
  • pérenniser ses actions grâce aux partenariats18 ;
  • accompagner les usagers à comprendre, construire et maîtriser leur identité19 ;
  • les communs en bibliothèque20 ;
  • les droits numériques21.

Le partenariat du CRFCB Médiaquitaine et de Média Centre-Ouest pour passer de la sensibilisation aux mises en œuvre effectives

40Les contenus sont les suivants :

  • les images multiples sur les écrans aujourd'hui. Éléments de sémiologie ;
  • les objectifs de communication à travers les images : communiquer, convaincre, persuader, critiquer ;
  • problématiques liées aux images : fiabilité, manipulation, falsifications, désinformation par les images ;
  • acquérir des réflexes critiques : identifier la source, analyser l'image, amener les publics jeunes mais aussi adultes à se poser les bonnes questions (ce que je vois, ce que je sais, ce que j'en déduis, etc.) ;
  • quels partenariats mettre en place, avec des enseignants, des spécialistes de l'image et des médias ?

41« Les résultats attendus de la formation :

42L’éducation aux médias et à l’information est un axe prioritaire du ministère de la Culture et de la Communication. Le CRFCB Médiaquitaine, en concertation avec son homologue Média Centre Ouest, a organisé, avec le soutien de la DRAC Nouvelle Aquitaine, un cycle de formations dans ce domaine en 2018-2019. Celui-ci a pour objectif de permettre aux bibliothèques territoriales d'élaborer et de mettre en œuvre des actions. Pour être à proximité des personnels des bibliothèques et faciliter leur participation aux formations, Médiaquitaine organise les mêmes formations à Bordeaux et dans le sud de la région Aquitaine. Une première journée d’étude « Rôle des bibliothèques dans l’éducation aux médias et à l’information » a été organisée le jeudi 20 septembre 2018 à Bordeaux, avec le soutien financier de la DRAC Nouvelle Aquitaine et a réuni 70 personnes. Elle a permis de créer un socle de connaissances commun, de sensibiliser les personnels des bibliothèques à l’EMI. Les formations proposées en 2019, plus pratiques, doivent permettre des mises en œuvre effectives, construites en partenariat avec des acteurs du territoire. C'est notamment l'objectif du premier stage, proposé les 7 et 8 mars à Mérignac et les 14 et 15 mars à Billère. Ce cycle se poursuit avec une journée consacrée à l'analyse critique des images, à Bordeaux le 26 novembre et à Biarritz (département Image de la Médiathèque) le 17 décembre ».

Source : < http://www.formations-bibdoc.fr/​formations/​1642-lecture-et-analyse-critique-des-images-cycle-education-aux-medias-et-linformation-em >.

Le programme EMILE de la DGMIC

43En 2017, le ministère de la Culture et de la Communication lance un appel d’offres concernant la conception et l'animation de formations dédiées à l'éducation aux médias, à l'information et à la liberté d'expression (EMILE)22. Le marché est composé de 3 lots :

  • lot 1 : Comprendre le paysage médiatique et informationnel ;
  • lot 2 : Connaître le cadre juridique de l'expression personnelle ;
  • lot 3 : Développer des connaissances et des compétences dans l'usage des médias et du numérique.

44Depuis juin 2018, la DGMIC propose à l’ensemble des agents du ministère de la Culture un programme de formation dédié à l’éducation aux médias, à l’information et à la liberté d’expression dont les objectifs généraux sont de transmettre la connaissance des fondamentaux et des enjeux de la culture numérique, de la maîtrise de l’accès à l’information et de l’acquisition de compétences sur l’écosystème des médias.

  • 23 Propos échangés avec Aude Vital-Beraud du ministère, rapportés par Salomé Kintz.

45« Suite à la journée d’études organisée à la Bpi sur l’EMI en bibliothèque, la DGMIC a décidé d'ouvrir ce plan de formation de manière exceptionnelle à la fonction territoriale. Deux sessions « accompagnement EMILE au plan Bibliothèque » ont ainsi été proposées hors ministère de la Culture. Les deux sessions étaient complètes, il a fallu en programmer une troisième et il reste encore 20 personnes sur liste d’attente. Ce qui en dit long sur les attentes des professionnel.les »23.

Information, désinformation, pluralisme et liberté d’expression : des injonctions contradictoires pour les bibliothécaires ?24

Stage de Média Normandie organisé avec le soutien financier de la DRAC Normandie

46Les objectifs de la formation sont :

47« Si la fausse nouvelle, la désinformation et les rumeurs ont toujours agité l'opinion, le cyberespace, notamment via les réseaux sociaux, leur confère aujourd'hui une force de frappe inégalée. Les fausses informations et toutes les falsifications du savoir et de la connaissance sont devenues de puissants leviers de pouvoir et de déstabilisation sociale, politique et intellectuelle. Elles questionnent aussi le rapport à la vérité et à la connaissance aujourd'hui fragilisé dans nos sociétés démocratiques et interrogent frontalement les pratiques des professionnels en charge de promouvoir l'accès à l'information et à la connaissance : comment conjuguer l'injonction de pluralisme et de liberté d'expression tout en assumant d'être un maillon essentiel dans la lutte contre les “fake news” ? Comment soutenir et renforcer le pluralisme tout en discriminant entre l'information de qualité et la mauvaise information ? Sur quels critères éthiques ou déontologiques s'appuyer pour séparer le grain de l'ivraie dans cette infobésité ? Quelle médiation et éducation aux médias proposer face à la puissance des réseaux sociaux ? Quels publics espérer toucher dans un contexte de défiance vis-à-vis de la presse et des institutions ? Autant de questions parmi d'autres qui impliquent de se poser la question de l'efficacité de nos chartes, de nos politiques documentaires et de nos activités de médiation ou formation des usagers ; mais autant de réponses qui sont à rechercher dans une analyse profonde des concepts de pluralisme et de liberté d'expression, qu'il s'agit bien, là aussi, de défendre. »

48Programme

49Information, désinformation :

  • de la rumeur aux « fake news » : éléments de contexte et essai de généalogie ;
  • la question du rapport à la connaissance, au savoir et à l'approche de la vérité ;
  • « fake news » et désinformation : la difficile mise à l'épreuve des principes de pluralisme et de liberté d'expression ;
  • pistes d'approche possibles en matière d'EMI et de médiation.

50Panorama des actions et initiatives en faveur d'une information de qualité en bibliothèque :

  • le renforcement des compétences informationnelles (Information Literacy) ;
  • quelques initiatives en BM/BU ;
  • le cas des wikiparties ;
  • les méthodes pour un regard critique sur l'information ».

De l'information à la « fake news » : savoir identifier et utiliser les sources

Stage de MédiaLille organisé avec le soutien financier de la DRAC

51Les objectifs de la formation sont :

  • déconstruire la fabrique de l’information et ses stéréotypes ;
  • savoir distinguer les fausses informations et transmettre ces compétences aux usagers des bibliothèques.

52Programme

  • savoir identifier les sources et vérifier l’information ;
  • démêler le vrai du faux ;
  • différencier information et communication ;
  • théories du complot & propagande : fabriquer et déconstruire ;
  • comprendre le fonctionnement par algorithme des réseaux sociaux ;
  • savoir reconnaître les fausses informations (hoax, « fake news ») ;
  • savoir désamorcer les théories complotistes ;
  • déconstruire les stéréotypes dans les médias (genre, quartiers populaires) ;
  • présentation de la journée d’étude « “Fake news”, un défi qui nous rassemble : regards croisés États-Unis/France » organisée à la BULAC à Paris par Antoine Torrens (directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne).

53Méthodes pédagogiques

  • Alternance de propos théoriques, d’exemples pratiques et de temps de réflexion collective.
  • Présentation d'une boîte à outils pour mettre en place ces ateliers avec son public

Source : < https://www.crfcb.fr/​#/​program/​2170/​4114/​ >.

Consolidation, évolution, transformation du métier de bibliothécaire ?

  • 25 Depuis 1998, Outre-Rhin, des FaMI – Fachangestellte/r für Medien- und Informationsdienste sont des (...)

54Dans la relation à l’information et la lutte contre les infox, les bibliothécaires et les professionnel.les de l’information, documentalistes, archivistes mais aussi Data Scientist, Knowledge Managers, médiateur.rices culturels… ont un rôle essentiel à jouer. Verrons-nous émerger des métiers « nouveaux », entièrement dédiés à ces activités25 ou au contraire, des bibliothécaires outillés et acteurs incontournables de ces questions autour de l’information ?

55Le thème de la désinformation est un enjeu documentaire et les professionnel.les peuvent et doivent s'affirmer comme des acteurs positifs de la société de l'information.

56Il est alors indispensable d’établir des objectifs de compétences à atteindre, de favoriser la formation permanente dans sa diversité, les associations avec d’autres partenaires et de réfléchir à la construction de programmes qui tiennent compte de quatre piliers fondamentaux permettant de déterminer des compétences en termes de savoir être et de savoir-faire. Toutes les sensibilités sont bonnes à écouter. On ne bâtira pas la formation idéale mais on travaillera à ce matériau protéiforme et évolutif qu’est l’information.

57Au terme de cette contribution, j’additionne plus de pistes que de réponses mais les axes se dessinent. Les compétences attendues d’un professionnel ou d’une professionnelle des bibliothèques tiennent dans ces quatre grandes orientations :

  • savoir que valider l’information est une activité complexe. Et donc savoir comment se former à cette complexité sans la contourner mais en la rendant explicite, est indispensable ;
  • s’acculturer à la culture informationnelle et numérique : son histoire, son évolution, ses acteurs, et ses modèles de production et de reproduction ;
  • s’intéresser aux conditions de la production de contenus éditoriaux, un défi pour l’information scientifique ;
  • interroger et définir la liberté d’expression en bibliothèque et les conditions de son expression. Sur quels critères éthiques ou déontologiques s'appuyer ? Quelle(s) médiation(s) proposer ?

58Pour terminer, je partage avec enthousiasme la devise tirée d’un article de Strategic Library26 sur les compétences informationnelles, les bibliothécaires et les infox :

« En cas de doute, consultez un.e bibliothécaire ! »

  • 27 Kathy Stein-Smith, “Librarians, Information Literacy and Fake News”, Strategic Library, 2017 March (...)

(“When in doubt, check with a librarian !”)27

Notes

1 Lire la suite de la réponse en ligne. < http://guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=78924&p=150418&hilit=ateliers+fake+news#p150418 >.

2https://bu.univ-amu.fr/infox-comment-reperer >.

3https://www.youtube.com/user/TroncheEnBiais >.

4 Thèse soutenue en 2015. [En ligne] < https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01257207 >.

5 MÉDIAL, avec ses collègues de Lorraine, travaille à la construction d’un dictionnaire de compétences associant fiches métiers et fiches de postes.

6 Alexandre Serres, « Évaluation de l'information : le défi de la formation », @sic, 2005. [En ligne] < https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00108434 >.

7 Comprendre les mécanismes de la production et de la diffusion des informations sur internet sous-tend les enseignements à la recherche d’informations dispensés à l’Enssib en formation initiale ou en formation continue. C’est à la question de la diffusion de l’information – quoi et comment – que je m’attache également : « concevoir des produits documentaires », « s’initier à l’alimentation de Wikipédia et réfléchir à ses usages possibles », « animer un compte de veille d’informations sur Twitter », « lutte contre la désinformation et rôle des BU » sont des interventions que j’ai programmées ou animées auprès des Masters Panist, des étudiant.es de COBD (pour Cadre opérationnel des bibliothèques et de la documentation) ou des élèves fonctionnaires de l’État.

8 Claire Tignolet, Les bibliothèques et les mutations de l’actualité, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction d’Emmanuèle Payen : Enssib, 2018. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/68103-les-bibliotheques-et-les-mutations-de-l-actualite.pdf >.

9 Christelle Di Pietro (dir.), Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ?, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014 (Coll. La Boîte à outils ; 30).

10 Acronyme des géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

11 Voir la contribution de Valérie Robin : « De l’EAC à l’EMI : le public scolaire au centre d’une offre en évolution », p. 118, notamment p. 8 : « […] il a identifié des formations qui permettraient une montée en compétences tant sur les contenus que sur l’animation de groupes en s’inspirant notamment des principes et des pratiques à l’œuvre dans l’éducation populaire. » et celle d’Anne-Cécile Hyvernat : « La Fabrique de l’Info : une expérience EMI pour les adultes à la Bibliothèque municipale de Lyon », p. 149, notamment p. 7 : « […] les agents engagés dans La Fabrique de l’Info sont volontaires […] sensibles aux enjeux de l’EMI, aux valeurs et techniques de l’éducation populaire […] ».

12 L’Étincelle est une coopérative d’éducation populaire politique. [En ligne] < http://l-etincelle.fr/ >.

13 Pour une histoire de la notion, voir Alexia Morvan, « Pour une éducation populaire politique », Bibliothèque numérique Paris 8, [En ligne] < https://octaviana.fr/document/172299233 >. Partie 1, une histoire politique de l’éducation populaire

14 Société coopérative et participative. [En ligne] < http://www.scoplepave.org/ >.

15 L’arpentage est une méthode de lecture inventée au XIXe siècle par des collectifs ouvriers et redécouverte par des associations d’éducation populaire. Elle permet de s’approprier un livre a priori difficile, de dédramatiser le rapport à la lecture et à la compréhension d’ouvrages dits compliqués, et d’encourager chacun.e à exprimer son avis et ses sensations au sujet de ces ouvrages.

16 Même si c’est le cas par exemple à la BmL ou à la médiathèque pierres vives. [En ligne] < http://pierresvives.herault.fr/evenement/atelier-arpentage-lecture-collective >.

17http://crfb.univ-bpclermont.fr/formation/cycle-emi-adapter-ses-propositions-aux-differents-publics > (archive).

18http://crfb.univ-bpclermont.fr/formation/cycle-emi-perenniser-ses-actions-grace-aux-partenariats > (archive).

19http://crfb.univ-bpclermont.fr/formation/cycle-emi-accompagner-les-usagers-comprendre-construire-et-maitriser-leur-identite > (archive).

20http://crfb.univ-bpclermont.fr/formation/cycle-emi-les-communs-en-bibliotheques > (archive).

21https://crfb.univ-bpclermont.fr/formation/cycle-emi-droits-numeriques-12-et-1306-matinee-du-1406-0 > (archive).

22https://centraledesmarches.com/marches-publics/Paris-cedex-01-Ministere-culture-et-communication-2017-43-DGMIC-Prestations-de-formations/3133492 >.

23 Propos échangés avec Aude Vital-Beraud du ministère, rapportés par Salomé Kintz.

24 < https://www.crfcb.fr/#/program/1831/3342/?from=program(%7Bcode:%26%2334;caen%26%2334;%7D) >.

25 Depuis 1998, Outre-Rhin, des FaMI – Fachangestellte/r für Medien- und Informationsdienste sont des spécialistes des médias et des services d’information, reconnus au niveau national. Créée pour répondre aux besoins de la société de l’information, la formation met l’accent sur la maîtrise d’outils techniques et organisationnels. Leur rôle est d’acquérir et développer particulièrement la médiation de médias et d’informations sous toutes leurs formes, de mettre en œuvre des mesures visant à promouvoir la lecture, de transmettre les informations et d'aider à la maîtrise des médias.

26http://strategiclibrary.com/ >.

27 Kathy Stein-Smith, “Librarians, Information Literacy and Fake News”, Strategic Library, 2017 March 15, 37, p. 1-4. [En ligne] < http://www.libraryspot.net/SL/SL_Mar17_1.pdf >.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extrait de la réponse du Guichet du savoir à une question concernant l’intérêt pour les bibliothèques de faire des ateliers « fake news »1
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure 2. Formations « fake news », le service Q ?R ! de l’Enssib, 13 juillet 2018
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 912k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search