Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 2. Une chance à saisir pour les bibliothécaires

De l’EAC à l’EMI1

Le public scolaire au centre d’une offre en évolution

Valérie Robin

Texte intégral

Genèse du projet

  • 1 De l’éducation artistique et culturelle à l’éducation aux médias et à l’information.

1La Bibliothèque publique d’information (Bpi) a pour caractéristique d’être fréquentée par un large public d’étudiants et, dans une moindre mesure, de lycéens qui fréquentent principalement la bibliothèque pour étudier.

2Depuis les années 2000 la Bpi accueille des lycéens puis des collégiens dans le cadre de visites de la bibliothèque ou d’expositions et d’ateliers TPE.

3Ces actions à destination des élèves pendant le temps scolaire permettent de leur faire connaître la Bpi et ses ressources afin d’en avoir un usage individuel. L’éducation artistique et culturelle (EAC) et l’éducation aux médias et à l’information (EMI) représentent donc un fort enjeu d’ouverture culturelle pour des publics qui ne se vivent pas toujours comme légitimes à fréquenter et utiliser des équipements culturels. Une attention particulière est ainsi portée à la diversité des classes accueillies.

4Ces accueils ont permis aux bibliothécaires d’observer et d’analyser les compétences des élèves en recherche documentaire et d’identifier les difficultés rencontrées : méconnaissance des fondamentaux de la recherche documentaire (définition du sujet et des mots-clés – identification, croisement, évaluation de la qualité et de la pertinence des sources) couplée à une maîtrise partielle de la navigation sur le web et une méconnaissance de son fonctionnement.

De l’EAC à l’EMI

Des ateliers Info-Intox dès 2016

  • 2 Circulaire n° 2013-073 du 3-5-2013 sur le parcours ÉAC publiée au Bulletin officiel de l'Éducation (...)
  • 3 Voir aussi la contribution de Raphaëlle Bats : « Pluralité, visibilité, responsabilité : la désinf (...)

5En 2016, dans le cadre du Parcours d’éducation artistique et culturelle2 et du développement des actions portées par les bibliothèques dans un contexte politique, social et médiatique nouveau résultant du choc qui traverse la société après les attentats de 20153, une réflexion est conduite par les bibliothécaires de la Bpi afin de poursuivre le travail engagé auprès des lycéens et des collégiens et de proposer un nouveau cycle consacré à l’EMI. L’atelier Info-Intox est proposé aux enseignants au quatrième trimestre 2016, première action d’EMI qui se veut pérenne et constitutive de l’EAC de l’établissement. C’est donc dans un premier temps autour du public scolaire, qui n’est pas le public fréquentant de la bibliothèque, que se pense et se construit l’offre EMI de la Bpi.

Pourquoi à la Bibliothèque publique d’information ?

6La Bpi, à travers les espaces, ressources, services et programmations culturelles qu’elle propose, est un lieu de transmission des connaissances fortement engagé dans une politique de démocratisation culturelle et l’EMI s’impose comme un axe majeur de son action d’EAC.

7La Bpi met gratuitement à disposition des usagers et des groupes accueillis un parc informatique important, des accès internet, des collections documentaires physiques ou en ligne et un service de réponse à distance4.

8Un principe fondateur de la politique de l’établissement est l’actualité des informations proposée au public grâce au renouvellement permanent des collections et à une veille constante. Aussi une attention toute particulière est portée aux questions relatives au traitement de l’information et à sa diffusion et se décline tant dans l’offre documentaire, la programmation culturelle et les médiations que dans la production de contenus.

9Ainsi le « cycle des ateliers numériques »5 développé dès 2012 dont l’objectif premier est de remédier à la fracture numérique, s’oriente peu à peu naturellement vers une « culture générale numérique ». De nouvelles séances sont proposées qui s’apparentent à une démarche d’EMI : « j’optimise ma recherche sur Internet », « je lis la presse en ligne » ou encore plus récemment « je repère les “fake news” ».

10De même La fabrique des médias6, cycle de rencontres avec des journalistes et des universitaires, permet de découvrir les coulisses des médias.

11Par ailleurs, la Bpi propose plus de 18 000 périodiques ainsi que l’accès à deux bornes InaTHEQUE dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) avec une partie « Kiosque » qui donne accès aux trois derniers mois de diffusion de 11 chaînes de télévision d’actualité en continu et à 5 stations de radio et une partie « Collections Ina ».

12Enfin, le magazine Balises,7 en ligne depuis octobre 2014, propose des contenus en relation avec la programmation culturelle de la Bpi ou les ateliers de médiation. Son ambition est d’offrir des repères au grand public en lui proposant les meilleures références sur ces sujets. Ainsi, Balises s’est fait l’écho de la réflexion et du travail conduit sur les médias et a publié un dossier croisant analyses, vidéos, infographies et ressources documentaires, « Entre les lignes : décrypter la presse papier et numérique »8.

« PAROLES DE »

[Enseignant] Dans les médiathèques et les bibliothèques on se pose les vraies questions sociétales. Le public est monsieur et madame tout le monde – on y vit, observe des vrais enjeux de société.

[Enseignant] Être dans un autre lieu [à la bibliothèque] que le collège leur permet d’être plus réceptifs aux messages qu’on leur fait passer. Ils sont dans un climat de confiance, leur parole est prise en compte sans évaluation.

Le Parcours média : comment ça fonctionne ?

13Engagée dans une réflexion sur les enjeux des questions relatives au décryptage de l’information et à la compréhension de l’écosystème des médias lors des médiations conduites en direction des scolaires et du grand public, la Bpi a souhaité construire et expérimenté un Parcours média avec des établissements scolaires.

L’atelier Info-Intox

14L’objectif de cet atelier est d’immerger les élèves dans un environnement familier, internet, qu’ils pensent maîtriser, afin de les faire réfléchir sur leurs pratiques.

15Après un échange autour de leurs pratiques de recherche documentaire et d’information sur l’actualité dans un cadre scolaire ou privé, les élèves travaillent par petits groupes sur un sujet. En se servant des ressources du web (réseaux sociaux, presse en ligne), ils tentent de démêler le vrai du faux. Si aucun thème n’est a priori exclu, on peut identifier deux grandes familles de sujets : les sujets « controverse » (« Les vaccins sont dangereux pour la santé ») et les sujets relevant de la théorie du complot (« Les fumées blanches des avions contiennent des produits chimiques »). Ces sujets favorisent la prise de conscience par les élèves de leurs propres biais informationnels, de l’importance de la connaissance du contexte qu’ils ont d’un évènement dans la lecture d’une information, de la nécessité de penser contre leurs intuitions.

16Chaque groupe est suivi par un « tuteur bibliothécaire ». Au cours de cet accompagnement, l’accent est mis sur la démarche et les questions posées par la recherche plus que sur la nécessité d’apporter une « bonne réponse ». Au fil des recherches, sont abordées les notions de reformulation, mots-clés, sources, auteurs ; des précisions sont apportées sur les sources consultées : nature du site, public visé, date, compétences de l’auteur dans le domaine abordé, sur son architecture ou le fonctionnement de Wikipédia… autant d’éléments permettant aux élèves de vérifier la fiabilité et la pertinence des sources consultées et d’exercer leur esprit critique.

17À l’issue de ce travail, chaque groupe prépare une synthèse exposée ensuite à l’ensemble de la classe. Les échanges lors de ces restitutions, la distribution d’un « Petit mémo de la recherche sur le web » et de l'infographie « Comment repérer des “fake news” » réalisée par l'IFLA permettent de formaliser quelques points essentiels.

18Huit bibliothécaires de différents services de la Bpi sont investis dans l’animation et la réflexion autour de cet atelier qui évolue en fonction de leurs expériences. Chaque atelier est animé par 3 à 4 bibliothécaires et fait l’objet d’un débriefing et d’une synthèse. Cette étape d’analyse est essentielle pour l’évolution et l’adaptation du déroulement, des contenus et des outils proposés ; elle participe de la veille nécessaire et continue pour travailler ce sujet avec ce public.

19Au cours de l’atelier, les élèves découvrent un environnement médiatique compliqué et se confrontent à des difficultés que le format de l’atelier ne permet pas toujours de résoudre. Comment expliquer un modèle économique de production journalistique caractérisé par une concentration des médias ? Quel rôle le développement accru des réseaux sociaux joue-t-il dans la diffusion à large échelle d’informations peu fiables ou difficilement vérifiables ? Comment mieux prendre en compte la multiplicité des motivations et des attentes des jeunes dans leurs usages des réseaux sociaux ?

20Le périmètre et la durée de l’atelier Info-Intox ne permettaient pas d’aborder dans sa complexité les fondamentaux de la recherche documentaire, du métier de journaliste ou de la fabrication de l’information.

21Les bibliothécaires ont également observé que la plupart des élèves développaient une perception binaire de l’information (vrai/faux) et que le travail fait en atelier ne permettait pas toujours d’éviter l’écueil du relativisme généralisé à l’égard des médias. De même, l’expression des élèves lors de la restitution dénotait une réelle difficulté à formaliser leur recherche, prendre la parole pour présenter leurs travaux et accepter le débat contradictoire.

« PAROLES DE »

[Chercheur observateur] L’engagement des élèves dans la démarche est étonnant, ils jouent le jeu, ils sont motivés. Il s’agit d’un exercice difficile, il y a parfois un petit malaise, une inquiétude par rapport au fait de ne pas trouver « la » bonne réponse. Il faudrait mettre l’accent sur la démarche à l’œuvre dans l’atelier, qui peut être inhabituelle pour eux dans le contexte scolaire.

[Bibliothécaire] Les élèves me disent que « toutes ces recherches [sur les chemtrails] les ont un peu embrouillés, que sur internet on trouve facilement n’importe quoi » ; ils prennent conscience de la circulation d’une masse d’informations qu’il est difficile de discriminer.

[Bibliothécaire] Les élèves peuvent confronter leurs points de vue en argumentant. Le choix de sujets clivant et qui les touchent, comme « les filles sont moins intelligentes que les garçons », leur permet de réfléchir sur leurs convictions face aux préjugés par exemple, ce qui peut être une force car cela leur donne envie d’affirmer leur opinion mais aussi de prendre conscience que les idées que l’on a a priori sur un sujet ne sont pas toujours exactes ou partagées.

[Bibliothécaire] La restitution est un moment assez magique car in fine les élèves « jouent le jeu ». Ce moment est difficile pour la plupart d’entre eux car il s’agit de prendre la parole devant le groupe et de s’extraire du cadre scolaire. Il ne s’agit pas tant de faire un exposé que de restituer une démarche collective avec les questions que cela a posées et qui quelquefois restent ouvertes.

Des défis à relever

22Afin de mieux envisager l’ensemble de ces problématiques, la Bpi a conçu le Parcours média9 avec deux nouveaux modules : Construire son opinion et Le métier de journaliste. En parallèle, des ateliers philosophiques ont été développés pour mieux prendre en compte les questions relatives à l’exercice de la pensée complexe, l’élaboration d’un discours argumenté et l’expression orale.

23Ces ateliers ont été construits avec des partenaires afin de créer un dispositif pluridisciplinaire qui s’appuie sur des compétences professionnelles complémentaires et permet d’approfondir et croiser les éclairages, à savoir Mediaeducation.fr, TOPO, l’actu dessinée pour les – de 20 ans (et les autres) pour le Parcours média et l’association Philomoos pour les ateliers Philo et création.

24Le format des modules devait également permettre aux élèves des appropriations théoriques et des expérimentations. Par cette proposition d’approches multiples, il s’agissait de réaffirmer les objectifs des ateliers :

  • épouser la posture du journaliste en (se) posant des questions et en vérifiant ses sources ;
  • permettre une lecture distanciée des contenus médiatiques ;
  • approfondir et exercer le jugement et l’esprit critique ;
  • être capable de développer une réflexion personnelle et une argumentation convaincante ;
  • accepter le débat contradictoire et la diversité de points de vue.

25Pour ce premier cycle mis en place en septembre 2018 et afin de répondre au mieux aux nombreuses demandes des enseignants, les classes ont assisté, pour la majorité d’entre elles, à un seul atelier.

Encadré. Des partenaires pour construire des ateliers

Mediaeducation.fr1

Plateforme consacrée à l’éducation à l’information et à la liberté d’expression sous ses diverses formes, elle rassemble les journalistes volontaires pour intervenir auprès du public. Mediaeducation.fr est soutenue par le ministère de la Culture et la Communication, le ministère de l’Éducation nationale et la Fondation Charles Léopold Meyer - pour le progrès de l'homme (FPH).

TOPO, l’actu dessinée pour les – de 20 ans (et les autres)2

Revue d’actualité en bandes dessinées, créée en septembre 2016 par les fondateurs de la Revue dessinée à la suite des attentats à Charlie Hebdo, TOPO décrypte le monde contemporain sous forme de grands reportages ou de chroniques et raconte l’actualité en contextualisant les informations. Elle a notamment pour objectif « d’aider le lecteur à développer un sens critique et citoyen ».

Philomoos

Association créée à l’initiative de Fanny Bourillon, enseignante en philosophie et pianiste, en partenariat avec Angie Gadea, architecte d’intérieur et artiste. Convaincues que la philosophie est une ressource indispensable pour faire face aux défis du XXIsiècle, elles proposent des ateliers pour rendre accessible le débat philosophique contemporain dès le plus jeune âge dans la continuité des initiatives qui se multiplient en France depuis la création d’une chaire de philosophie pour enfant à l’Unesco en 2016.

1. < https://www.mediaeducation.fr/​fr/​Accueil.htm >.

2. < https://www.toporevue.fr/​ >.

L’atelier « Construire son opinion »

26En s’appuyant sur des thèmes d’actualité proches des centres d’intérêt des élèves ou centrés sur des sujets liés aux médias (réseaux sociaux, théories du complot, protection des données), cet atelier a pour principaux objectifs de permettre aux élèves d’identifier les différents médias et productions documentaires pour traiter d’un sujet, de développer leur esprit critique et d’aborder les questions de pluralité en questionnant les concepts d’information/opinion, de subjectivité/objectivité et de liberté d’expression.

27Il se décline en deux versions élaborées l’une avec Mediaeducation.fr, l’autre avec des journalistes de TOPO.

28Le module animé par une journaliste de médiaéducation.fr est un atelier pratique d’étude de dossiers de presse ou des unes de journaux qui permet aux élèves d’observer et d’analyser le traitement d’une information par différents médias et l’impact sur leur propre point de vue.

29La première partie de l’atelier est consacrée à un échange avec les élèves afin de partager un vocabulaire et des concepts communs relatifs au fonctionnement et aux usages des médias. Puis par petits groupes, les élèves sont invités à lire les articles ou les unes des journaux et à se questionner sur leur construction, les contenus véhiculés et la lecture qu’ils en font.

30Ce décryptage et les synthèses restituées collectivement font l’objet d’échanges qui leur permettent de se confronter à leur propre expérience de lecteur.

31Construit avec TOPO, le module se décline sous forme de rencontre avec un journaliste et un illustrateur qui exposent et croisent leur travail de recherche, de collaboration et de restitution pour la publication d’un reportage dans la revue. Une sélection de reportages publiés dans TOPO et communiqués à l’enseignant traitant de sujets relatifs aux médias comme « Enquête sur la théorie du complot » [TOPO n° 3 janvier 2017] – « Je m’aime sur les réseaux sociaux » [TOPO n° 6 juillet 2017] permet de préparer les rencontres.

L’atelier « Qu'est-ce que le métier de journaliste ? »

32Ce module se propose de faire découvrir le off du métier de journaliste : expérience professionnelle, contexte économique de la presse écrite, différentes formes du journalisme. Il se donne pour objectif d'aider les élèves à appréhender ce qu'est une information indépendante, les conditions de sa construction et de sa circulation, et de les sensibiliser à la question du point de vue dans la fabrication de l’information dans un environnement où le journalisme est exposé à une concurrence de canaux d’information.

[« PAROLES DE »]

[Bibliothécaire] J’ai remarqué qu’au début de l’atelier, ils mentionnaient beaucoup de médias officiels – Le Figaro, Le Monde, BFM, le 20 heures de TF1…- puis qu’au fil de l’atelier ils citaient des médias ou des sites plus en lien avec leur âge ou des sites d’information étrangers. Une volonté de partager une expérience plus personnelle de leur rapport à l’information ?

L’atelier « Philo et création »

33Les ateliers s’organisent en deux temps. Il y a d’abord le temps de la réflexion, d’un débat construit et argumenté à partir d’un sujet choisi pour la séance. L’animateur, tout en laissant la liberté de parole aux élèves, encourage les échanges constructifs, introduit des notions philosophiques et « recentre » le débat suivant le thème proposé : « Les imaginaires du futur : l’intelligence artificielle pense-t-elle ? », « L’image et les réseaux sociaux : suis-je celle ou celui que je montre aux autres ? », « Rêver le jour, rêver la nuit : sur les fonctions du rêve dans l’édification de la conscience ».

34Dans un deuxième temps, il est proposé aux élèves de mettre en perspective l’atelier de philosophie par le biais de la création. Le groupe est encadré par un artiste et par l’animateur de philosophie. Les enjeux sont nombreux puisque les enfants sont amenés à se saisir d’une idée et d’en faire « quelque chose » de beau, de surprenant. Ils réalisent ainsi que la pensée ne s’arrête pas dans le discours et peut trouver une continuité dans une forme artistique.

L’éducation aux médias et à l’information : une pédagogie de la relation à l’autre ?

35L’EMI telle que pensée et développée à la Bpi est l’élément structurant de son offre pédagogique.

Focus

Terrain d’expérimentation et de mobilisation pour les bibliothécaires, le Parcours média s’est révélé un important levier d’innovation pédagogique. À ce titre, il contribue à la réflexion sur l’évolution de nos pratiques professionnelles dans notre relation à l’usager.

36En effet, l’EMI ne saurait se réduire à la connaissance ou à la maîtrise technologique des médias qui permettrait ensuite de développer et d’exercer son esprit critique. L’enjeu semble être plutôt du côté de la construction d’une culture commune qui favorise du collectif, du débat, du contradictoire et une posture réflexive des élèves sur leur démarche en matière d’accès à l’information. Ainsi, entre le démarrage des ateliers en 2016 et aujourd’hui, la pratique des bibliothécaires a évolué et fait émerger des questionnements sur les contenus et les formats des ateliers.

Les compétences des bibliothécaires

37Adossés à cette pratique, les bibliothécaires en charge de l’animation des ateliers font le premier constat d’un besoin important de formation des élèves en recherche documentaire ou informationnelle et sur les médias pour en comprendre le fonctionnement, les contenus et le modèle économique qui les sous-tend.

Focus

Cela implique de proposer des dispositifs qui s’appuient sur les connaissances, les pratiques et les centres d’intérêt des jeunes.

Quelle place est faite dans les grands médias traditionnels aux sujets qui les préoccupent ?1 Comment entendre ce qu’ils ont à nous dire et la façon dont ils nous le disent ?

1. < https://www.franceculture.fr/​emissions/​hashtag/​medias-faire-emerger-la-parole-des-jeunesses >.

38En s’appuyant sur la mutualisation des apprentissages entre pairs et sur une pédagogie active d’apprendre en faisant, le bibliothécaire est moins du côté de l’enseignement que de l’interaction avec les jeunes. Il endosse la posture de celui qui accompagne par les questions qu’il pose, les reformulations qu’il propose, les hypothèses qu’il formule.

39Pour les bibliothécaires, c’est aussi l’occasion d’affirmer leur rôle et leurs compétences. Cela s’est fait timidement au départ, puis de manière plus claire : l’introduction de l’atelier Info-Intox a ainsi évolué au fil du temps jusqu’à « revendiquer » un positionnement propre.

40Tout comme les journalistes qui viennent en bibliothèque parler de leur métier, nous, bibliothécaires, pouvons apporter notre expertise :

41« Vous êtes dans une bibliothèque, notre métier à nous, c’est d'une part sélectionner des sources d'information (livres, journaux, sites web, etc.) et d'autre part être capable de donner des pistes de réponse ou des conseils aux lecteurs qui peuvent venir avec n'importe quelle question. Et c’est ce que vous allez devoir faire pendant l'atelier ! »

42Le deuxième constat des bibliothécaires porte sur les compétences à développer pour animer et faire évoluer les ateliers avec cette préoccupation : quelle capitalisation et transmission des enseignements des ateliers peut-on opérer pour l’ensemble des collègues de la Bpi ? Comment partager et mutualiser les pratiques dans un domaine en perpétuelle évolution ? Comment adapter ces propositions à notre public « adulte » puisqu’on le voit bien, l’éducation aux médias et à l’information intéresse et concerne tout le monde : du collégien au retraité, en passant par le bibliothécaire lui-même…

43Dans un premier temps et de façon très pragmatique, le collectif s’est appuyé sur des savoirs et des expériences d’accueils de groupes, des compétences en recherche documentaire et médiation, des échanges entre pairs ; il a développé une veille sur l’EMI et plus largement sur les pratiques collaboratives, l’actualité des médias ou la médiation de la culture scientifique. Dans un deuxième temps et à l’aune de l’évaluation régulière des ateliers, il a identifié des formations qui permettraient une montée en compétences tant sur les contenus que sur l’animation de groupes en s’inspirant notamment des principes et des pratiques à l’œuvre dans l’éducation populaire.

44Des formations « Analyse d’image : décrypter une image truquée » et « Savoir déjouer un discours conspirationniste » ont été organisées en interne et ouverts plus largement aux bibliothécaires de l’établissement (collègues en charge de collections ou de l’espace Presse et actualité). Elles ont complété la participation à des journées d’étude et aux formations Éducation aux médias, à l’information et à la liberté d’expression (EMILE) initiées par la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) / Ministère de la Culture.

45Le troisième constat porte sur le positionnement des bibliothèques dans le débat sur l’EMI. Au carrefour de trois professions, bibliothécaire/enseignant/journaliste, le développement de projets dans nos établissements invite les professionnels des bibliothèques à penser la place accordée aux partenaires dans la conception et la mise en œuvre des actions et l’articulation des interventions de chacun dans une synergie tout à la fois complémentaire et commune.

46La coopération avec les acteurs de l’Éducation nationale pose par exemple la question de l’évaluation des actions conduites dans le cadre scolaire. Comment mesurer l’impact du travail conduit en atelier alors que la discipline est transverse aux enseignements et souvent portée par les professeurs documentalistes ? Comment répondre à une sollicitation toujours croissante des enseignants ? De même l’articulation des actions avec celle des journalistes mérite d’être questionnée afin que chacun puisse affirmer la place d’où il intervient dans une logique de complémentarité de compétences au bénéfice des projets.

Une réflexion à poursuivre

47Engagée dans une phase de réflexion et d’évaluation de ses actions EMI, la Bpi a été missionnée par le Service du livre et de la lecture (SLL) pour animer le réseau de lecture publique sur ces questions et proposer des instances de réflexion, de partages d’expériences et de contributions professionnelles.

48Ainsi, la Bpi a organisé conjointement avec le SLL / ministère de la Culture une première journée d’étude10 le 27 novembre 2018 dans le double objectif de partager les fondamentaux et l’état de la réflexion sur l’EMI en bibliothèque d’une part et d’identifier les acteurs ou expériences conduites d’autre part. Elle avait vocation à interroger la place des bibliothèques publiques dans l’EMI et favoriser les partages d’expériences et de ressources.

49Cette journée a été l’occasion du lancement d’une rubrique11 consacrée à l’EMI sur le site professionnel de la Bpi. Plateforme de ressources et d’échanges, elle se propose de fédérer les professionnels de la lecture publique, mutualiser l’état des connaissances et partager les expériences et bonnes pratiques.

Notes

1 De l’éducation artistique et culturelle à l’éducation aux médias et à l’information.

2 Circulaire n° 2013-073 du 3-5-2013 sur le parcours ÉAC publiée au Bulletin officiel de l'Éducation nationale (BOEN) n° 19 du 9 mai 2013. [En ligne] < http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=71673 >.

3 Voir aussi la contribution de Raphaëlle Bats : « Pluralité, visibilité, responsabilité : la désinformation comme une exhortation au rôle politique des bibliothèques », p. XX.

4https://pro.bpi.fr/collections-services/eurekoi >.

5https://www.bpi.fr/agenda/ateliers-numeriques >.

6https://www.bpi.fr/agenda/la-fabrique-des-medias >.

7https://balises.bpi.fr/ >.

8https://balises.bpi.fr/medias/entre-les-lignes--decrypter-la-presse-papier-et-numerique >.

9https://www.bpi.fr/informations-pratiques/les-offres-par-type-de-public/enseignant >.

10https://pro.bpi.fr/debats-et-journees-detude/education-aux-medias-et-a-linformation-en-bibliotheque >.

11https://pro.bpi.fr/cohesion-sociale/emi >.

Auteur

Chargée de mission Éducation artistique et culturelle – Éducation aux médias et à l’information, Service développement des publics et communication, Bibliothèque publique d’information

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search