Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 3. Pour aller plus loin : développer et mutualiser les compétences

Des journalistes à la bibliothèque ?

Radio France, l’information et la bibliothèque

Marie-Anne Ritte

Texte intégral

1La consultation « Ma radio demain » lancée conjointement en octobre 2018 avec « Ma télé demain » et dont les résultats ont été publiés en février 2019 a montré que c’est en matière d’information que le public de la radio publique est le plus exigeant.

  • 1 Née en 1975, Radio France est une société nationale de radiodiffusion, constituée sous la forme d' (...)

2Pour 80 % des répondants, Radio France1 répond bien aux enjeux de l’information. Les attentes en matière de vérification de l’information représentent une priorité (85 %) tout comme la sensibilisation des jeunes aux médias (78 %), ainsi que l’investigation et les grandes enquêtes (53 %). 55 % des répondants souhaitent plus de décodage et de décryptage de l’actualité pour améliorer la qualité de l’information.

  • 2 Voir le sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour France Info et Le Figaro publié le 31 janvier 2019 : (...)

3La radio n’est pas reconnue comme étant le vecteur le plus important de « fake news » et elle reste une source d’information crédible et plébiscitée2.

4Les résultats d’audience de Radio France, en constante progression3, sont un indicateur de confiance.

5Aussi, dans un contexte néanmoins de défiance générale à l’égard des médias, aider les auditeurs et internautes à décrypter notre monde, et à faire le tri face à la prolifération d’informations reste un enjeu crucial. D’autant plus aujourd’hui, à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux, où les contenus proposés sont facilement mis sur le même plan, qu’il s’agisse de la contribution d’un non-professionnel ou de celle d’un journaliste et expert.

Pour une information fiable : l’offre de Radio France

  • Des débats entre journalistes et citoyens : les antennes vont à la rencontre des auditeurs. Des débats sont régulièrement organisés pour inviter les citoyens à échanger avec les journalistes qui ces derniers temps ont été pris pour cible et interrogés sur leurs pratiques dans la couverture des événements. Par ailleurs, Radio France et France Info ont été partenaires de la consultation citoyenne « # Mediaetcitoyens, parlons-nous » (plateforme en ligne du 4 novembre 2019 au 20 janvier 2020)/
  • L’Agence France Info : tous les journalistes de Radio France peuvent s’appuyer sur l’Agence France Info, agence interne de certification de l’information, dont la mission principale est de vérifier la crédibilité des sources et de valider les contenus de toutes les informations. Elle crée ensuite des dépêches à destination des rédactions du groupe.
  • La plateforme « Vrai ou fake » : France Info contribue à « Vrai ou fake », la plateforme de fact-checking* (repérage et correction des erreurs factuelles ou des mensonges des personnalités politiques et publiques) et de debunking* (décryptage et déconstruction des rumeurs, notamment circulant sur les réseaux sociaux) de l’ensemble de l’audiovisuel public (Arte, Institut national de l’audiovisuel, France Médias Monde, France Télévisions, France Info), que l’on peut retrouver sur le site de la chaîne.
  • Le Live : à travers son « live », les journalistes répondent aux interrogations des internautes sur les questions d’actualité.
  • Un magazine hebdomadaire : la chaîne propose également un rendez-vous hebdomadaire avec « Vrai ou fake » : l’envers de l’info, un magazine qui décrypte, analyse, passe au crible infos, rumeurs, manipulations et autres théories du complot.
  • Une émission : France Culture de son côté propose Les idées claires chaque semaine en vidéo et en podcast, pour lutter contre les fausses informations en matière d’actualité et de savoirs (en co-production avec France Info).

L’infox après Charlie Hebdo

6Après les attentats de janvier 2015 et la prolifération de « fake news » sur les réseaux sociaux, France Inter a mis en place son dispositif « Interclass » pour initier les collégiens et lycéens des zones prioritaires à la fabrique de l’information et les aider à exercer leur esprit critique.

Pour les élèves

7L’éducation aux médias fait aussi partie depuis plus de dix ans des missions mises en avant par Radio France. Ainsi, France Info organise des ateliers à la Maison de la Radio en direction du jeune public et, depuis octobre 2018, en propose une déclinaison numérique avec l’application « L’atelier France Info junior », un outil pédagogique d’éducation aux médias à destination des enseignants et de leurs classes.

8France Bleu a de son côté lancé en 2017 l’opération « Mon micro citoyen » à destination des collégiens.

9Chaque année, Radio France est partenaire de la Semaine de la presse et des médias dans l’école, en partenariat avec le CLEMI.

Radio France en région

10En organisant par ailleurs des débats en région, Radio France veut aller à la rencontre de ses auditeurs pour renouer le dialogue et restaurer la confiance entre médias et citoyens.

11En effet, concernant particulièrement le sujet des « fakes news », le baromètre 2019 sur la confiance des Français envers les médias réalisés par Kantar pour le journal La Croix, nous apprend que la crédibilité des médias est au plus bas, que près d’un Français sur deux est confronté aux « fakes news » au moins une fois par semaine, que les journalistes sont les principaux acteurs qui devraient agir contre la propagation de ces « fakes news » (36 %), suivis par les organismes de contrôle de la presse (34 %) et les citoyens eux-mêmes (31 %). Dans son édition 2020, le rapport indique que la moitié des personnes sondées considèrent la radio comme un média crédible, un chiffre stable par rapport à janvier 2019. Une crédibilité à relativiser puisqu’en 2014, 63 % des personnes interrogées accordaient leur confiance au média radio.

12Enfin, chaque fin de semaine, la médiatrice de Radio France traite et analyse en profondeur les nombreux messages des auditeurs concernant le traitement de l’information sur les antennes.

Les services de documentation, partie prenante de l’action de Radio France

13Comment la bibliothèque, au sein de la Direction de la documentation, contribue-t-elle à accompagner les journalistes de Radio France dans leur mission d’information ?

Une Direction de la documentation et 7 services de documentation4

  • 4 Documentation sonore, Documentation d’actualité, Bibliothèque centrale, Discothèque, Bibliothèque (...)

14Radio France dispose, et c’est exceptionnel dans le paysage médiatique actuel, de sept services de documentation, attachés à accompagner l’évolution de la production radiophonique, aussi bien à l’antenne que sur les supports numériques.

Focus

Au service des chaînes, des sites web et des orchestres, les documentalistes assurent la collecte, l’archivage et la distribution de l’information et des métadonnées et proposent un ensemble riche de ressources écrites, sonores et visuelles sur tous les sujets de musique, d’actualité, de société et de culture, d’hier à aujourd’hui.

15S’appuyant sur un vaste patrimoine documentaire constitué d’articles de presse, de disques, de partitions, de livres, de DVD, de photos, de vidéos, d’archives sonores, la documentation répond aux besoins éditoriaux, contribue à l’enrichissement des contenus et fournit le matériel nécessaire pour l’exécution des concerts.

Une offre de services pour les journalistes

16Outre la Documentation d’actualité dont le fonds presse et les services sont utilisés quotidiennement, les documentalistes proposent deux services spécifiques, très utilisés par les journalistes :

  • Les prévisions : une veille quotidienne pour anticiper les événements de l’actualité régionale, nationale et internationale. Les informations sont collectées dans les dépêches AFP, AP, Reuters, la presse quotidienne et hebdomadaire, les communiqués de presse et peuvent être consultées par rubriques, dates, mots-clés.
  • Orphéa : une plateforme d’archivage et de consultation d’images et de vidéos, produites par Radio France qui en détient les droits exclusifs, et destinées à la publication sur les sites web et intranet du média public.

La Bibliothèque de Radio France : une offre multiple

17Depuis les années 1930, la Bibliothèque est au cœur du processus de fabrication des programmes radiophoniques.

18D’abord bibliothèque théâtrale pour accompagner la production foisonnante des « dramatiques », elle s’est ensuite enrichie au fil du temps dans tous les domaines du savoir, exceptée la musique qui est gérée par un autre service, la bibliothèque musicale. Depuis quelques années, les acquisitions, qui suivent l’évolution des grilles des sept radios du groupe Radio France, s’orientent davantage vers la littérature, l’art, le cinéma, les sciences humaines et sociales.

Un fonds de référence

19Son fonds de plus de 100 000 documents imprimés et audiovisuels est utilisé au quotidien par les équipes de production ; elles y retrouvent les livres de référence qui ont fait date sur un sujet, les auteurs qui ont marqué le développement de la pensée.

20Nos collections sont encore majoritairement sous forme papier. Les demandes de livres numériques sont encore peu fréquentes chez nos usagers. Pour le moment, nous y répondons au coup par coup.

21À noter que depuis 2005, 95 % du fonds de la bibliothèque est conservé dans un magasin extérieur, dans le 18e arrondissement. Quatre navettes quotidiennes assurent la livraison des commandes des usagers.

22Le service est strictement interne à destination des collaborateurs accrédités de Radio France. Exception faite du fonds des « Manuscrits » ouvert aux chercheurs : ce secteur a pour mission de recenser, indexer et communiquer les textes des fictions diffusées à la radio et à la télévision, pour cette dernière jusqu’en 1980. Une grande partie est numérisée. Les brochures sont déposées aux Archives nationales et sont à la disposition des collaborateurs et des chercheurs.

Des dossiers documentaires

23Par ailleurs, nous numérisons des portraits et entretiens sélectionnés dans nos périodiques et constituons des dossiers sur des personnalités du monde culturel, facilement utilisables par les collaborateurs des émissions et journaux.

Une équipe, des services, des locaux

  • 5 France Culture produit et diffuse sept heures de fiction par semaine, qui se présentent comme des (...)

24L’équipe est composée d’une responsable de service, de six documentalistes et d’une assistante administrative, en charge également du « Bureau des manuscrits » qui traite les fictions de France Inter et de France Culture5.

25Les documentalistes, qui ne sont pas fonctionnaires (le statut juridique de Radio France est celui d’une société anonyme à capitaux publics dont le seul actionnaire est l’État) ont une formation initiale en documentation (diplôme universitaire de technologie [DUT], Institut régional des techniques documentaires [IRTD]). Certains membres de l’équipe ont également une formation universitaire en littérature ou sciences humaines.

26La majorité de l’équipe a fait toute sa carrière à Radio France.

27L’éventail des activités est très large : veille, sélection des acquisitions, catalogage et indexation, recherches documentaires, contributions aux sites web des chaînes, mais aussi équipement matériel des documents, numérisation, opérations d’inventaire et de désherbage.

28La bibliothèque contribue aux événements culturels de la Maison de la Radio : « Radio France fête le livre » (2011-2018), jury du concours Radio France de la micro-nouvelle en 2020, expositions diverses (Printemps de Bourges, Silence radio à l’occasion des 50 ans de mai 1968).

29Les usagers font majoritairement leur requête à partir du portail DocBib consultable en interne et depuis l’extérieur, en utilisant un compte lecteur. Celui-ci leur permet de faire leurs commandes de documents à distance, de consulter leur fiche de prêts, de se créer des alertes sur un sujet.

30Ils viennent aussi sur place ou formulent leur requête par téléphone ou par mail lorsque leur recherche s’avère complexe et nécessite l’expertise du documentaliste.

31La salle de lecture est ouverte la semaine de 9 h 00 à 17 h 30. Un documentaliste assure une permanence pour répondre aux questions et aux recherches. Il peut être sollicité sur des thématiques très diverses et doit pouvoir y répondre quel que soit par ailleurs son domaine de veille : littérature, beaux-arts, cinéma, sciences humaines et sociales, sciences de l'éducation, politique et économie.

32Cet espace dédié permet aux collaborateurs d’y trouver des usuels de référence, une collection d’œuvres complètes (Bibliothèque de la Pléiade, Quarto, Bouquins) et un fonds de DVD (fictions et documentaires) très sollicité par les antennes.

33Un poste de consultation en libre-service est à la disposition des usagers, qui ont ainsi la possibilité de venir y travailler pour trouver le calme dont ils ne disposent pas toujours dans leur bureau, parfois sur-occupé ou situé dans un open space. Une photocopieuse permet de faire des photocopies gratuitement.

34Depuis le mois de mars 2019, le prêt est assuré par un personnel administratif, ce qui dégage du temps aux documentalistes pour leurs activités documentaires.

Un public bien spécifique : les journalistes

35Les usagers de la Bibliothèque sont principalement les collaborateurs des « programmes » : producteurs, attachés de production, chargés de réalisation, auteurs, collaborateurs d’émissions.

36Néanmoins, une partie notable de ses lecteurs, et c’est ce qui nous intéresse ici, est constituée de journalistes. Ce sont principalement des journalistes qui produisent et animent des programmes d’actualité de débat et de reportages sur France Culture, France Inter et France Info.

37La bibliothèque peut les assister dans la production de leurs contenus et leurs choix éditoriaux à travers plusieurs leviers, parmi lesquels on retrouve les fondamentaux de la fonction « information-documentation » :

Des compétences

  • une culture générale pointue pour répondre aux demandes dans toute leur diversité ;
  • une bonne connaissance des programmes pour accompagner l’évolution des grilles de programmes et les besoins des chaînes ;
  • la maîtrise des outils, la formation continue sur les avancées technologiques en info-doc ;
  • la connaissance des réseaux sociaux ; la gestion des data.

Des ressources

  • l’enrichissement permanent d’un fonds de référence : choix éclairé des auteurs, des éditeurs ; pluralité des points de vue sur une même thématique ;
  • des sources d’information diverses, sélectionnées et certifiées ;
  • l’accès à des bases de données externes : Cairn.info, Encyclopaedia Universalis, Electre.

Des services

  • une indexation fine des documents tenant compte des demandes ;
  • une veille sur les publications autour du journalisme et des médias ;
  • une disponibilité et une réactivité à l’écoute des besoins et des urgences d’antenne ;
  • un délai de réponse rapide par envoi de documents numérisés ;
  • une expertise pour proposer des intervenants ;
  • la contribution aux bases de données « Ephémérides » et « Orphéa », accessibles depuis l’outil interne de partage éditorial « Édito ».
  • une diffusion sélective de l’information tenant compte des besoins (produits documentaires, newsletters)
  • des contributions aussi bien en amont pour la recherche documentaire qu’en aval sur les sites des antennes et des émissions (enrichissement avec des bibliographies, des webographies, de l’iconographie, etc.).

38Du point de vue du jargon journalistique, la Bibliothèque est plutôt sollicitée pour l’« actualité froide »* qui garde un pouvoir d’information permanent moins lié au temps immédiat. Des contenus éditoriaux dont le but est de générer un trafic dit « de longue traîne » : des dossiers thématiques, des « marronniers » comme la saint Valentin, les coupes du monde, les vacances d’été…

39Elle intervient dans une moindre mesure pour l’« actualité chaude »*, l’information directement liée à des événements ponctuels et caractérisés par la notion d’immédiateté. Une information facilement relayée sur les réseaux sociaux et qui génère beaucoup de trafic, permettant au média d’affirmer sa présence et de fidéliser son public.

40Cependant, la frontière n’est pas toujours aussi claire et dans tous les cas, l’expérience montre que le journaliste travaille par nature dans un tempo rapide et est en attente de réponses quasi immédiates.

41Parmi les émissions d’information qui régulièrement font appel à nos services citons notamment Du grain à moudre, Hashtag, Grands reportages, Cultures Monde sur France Culture), les Matinales de France Culture et de France Info, Affaires sensibles et Secrets d’info de la cellule Investigation sur France Inter.

L’exemple de la Matinale de France Info

42Un cas concret d’actualité chaude : la Matinale de France Info par Marc Fauvelle et Renaud Dély : chaque jour, un dossier sur l’invité est constitué la veille pour l’aide à la préparation de cette matinale. Un documentaliste y consacre une partie de sa journée. Après avoir participé à la conférence de rédaction du matin, il fournit aux journalistes une synthèse et des repères-clés sur la personnalité interviewée le lendemain ainsi que des articles de presse à l’appui des thématiques sélectionnées. Pour cela, il consulte le web, les réseaux sociaux, la base Pressed. Il doit se tenir informé de l’actualité récente. Et se montrer réactif en cas de changement d’invité de dernière minute.

43Dans ce cas précis, le documentaliste se rapproche de la fonction d’attaché de production (« attapro » dans le jargon maison) au sein de Radio France. Au Québec, on parlerait de « recherchiste »*. Si les attachés de production sont plus nombreux sur les émissions, certaines rédactions en comptent également parmi leurs équipes. Or, parmi les activités dévolues à l’attaché de production telles qu’elles sont définies dans sa « fiche de poste », le rassemblement de documentation et l’alimentation du site web en font partie. Il peut être aussi sollicité pour faire de la veille. Ainsi, selon son profil, celui-ci ira plus volontiers sur internet en première intention ou bien aura recours aux documentalistes, pour bénéficier de leur expertise et des fonds à disposition. En outre, dans un contexte actuel de réduction de moyens dans l’audiovisuel public, l’attaché de production voit sa tache accrue, avec parfois un portefeuille d’émissions conséquent, et le concours des documentalistes lui est fort utile pour préparer plus rapidement en amont les éléments nécessaires à la préparation du programme et à l’enrichissement de la page du site web.

La bibliothèque vue par les journalistes : verbatims

44- Hervé Gardette, journaliste et producteur à France Culture depuis 2000 (Journal de la rédaction, Les Retours du dimanche, La Grande table, Le grain à moudre, Politique !, La Transition) :

« Mon activité de journaliste à Radio France m'amène à lire beaucoup d'essais, dans la mesure où je présente une émission de débats sur des sujets de société. La bibliothèque de Radio France est donc une ressource importante pour moi et pour l'équipe : nous y faisons souvent appel pour emprunter des ouvrages qui vont alimenter l'émission.

J'y ai recours (et l'équipe avec moi) au moins 1 à 2 fois par semaine. Parmi les nouveaux services, peut-être qu'il serait intéressant de pouvoir consulter certains ouvrages récents en ligne. Et sinon, ce serait bien que les locaux de la bibliothèque soient plus accessibles.

S'agissant de la désinformation et des « fake news », oui bien sûr, c'est important : c'est dans les livres (en l’occurrence dans les essais) qu'on trouve les meilleures réponses à ce phénomène ».

45- Éric Chaverou, rédacteur en chef chargé du numérique à France Culture :

« J’ai recours à la bibliothèque pour des documentations de préparation à des articles ou des dossiers.

Trouver des informations précises rapidement, avec l'accompagnement d'un.e documentaliste. Avec une proximité physique et une expérience de mon interlocutrice précieuses.

Je souhaiterais une présence physique dans la rédaction de France Culture régulière, une fois par semaine par exemple. Pour renforcer encore nos interactions.

Pour moi, bien sûr, la bibliothèque (son fonds, ses services) a sa part dans le combat des journalistes contre la désinformation. Pour éclairer une problématique via un livre ou une revue de livres. Sur le moment ou d'un point de vue historique. Rappeler par exemple que ce débat d'actualité n'est pas nouveau, pourquoi et comment il était né il y a bien longtemps et comment il a pu avoir lieu déjà plusieurs fois ».

46- Chloé Leprince, journaliste au pôle web de France Culture : dans ses chroniques publiées sur le site de la chaîne, elle aborde des sujets liés à l’actualité et les contextualise – exemples : Les chercheurs sont-ils condamnés à dire n’importe quoi des « gilets jaunes » ?6 ; Non, le « A » entouré d’un cercle, toujours anarchiste, n’a jamais été un symbole d’extrême-droite7.

« Mon usage est lié aux articles que je produis. Étant spécialisée en sciences humaines et sociales dans le cadre de mon poste à franceculture.fr, j’utilise la bibliothèque comme centre de ressources. J’y trouve de nombreux ouvrages permettant notamment d’historiciser mes articles, et d’avoir une approche par le contenu, par mes lectures. Pour moi, la consultation d’ouvrages est essentielle, cruciale. Elle permet de démonter des idées reçues et de lutter contre le “présentéisme”, c’est à dire l’idée que tout est toujours nouveau.

La force de la bibliothèque c’est aussi de proposer un accès gratuit à des ressources en lignes payantes : Cairn, Encyclopaedia Universalis, Electre, etc.) ».

47- Christine Siméone, journaliste au pôle web de France Inter, fait appel à la bibliothèque pour alimenter ses dossiers. Citons : la Cop 24, les 90 ans de Tintin, l’approche du corps féminin dans le cinéma, une Masterclass avec le rappeur, écrivain et comédien Disiz.

« Personnellement, les livres m’ont construite, je ne peux donc pas me passer de ces ouvrages, sur le langage par exemple, qui m’ont ouvert les portes du monde. En tant que journaliste, je vis dans une société où le livre garde une place à part. Quand une philosophe ou une femme politique ou une scientifique estime qu’elle a un message majeur à faire passer, elle écrit un livre.

Une bibliothèque, pour moi, ce n’est pas un algorithme qui donne les dernières parutions, mais une équipe qui connaît l’intérêt et la portée des propos tenus dans les ouvrages. Mes collègues utilisent peu la bibliothèque. Je me souviens un jour avoir emprunté de nombreux livres d’un même écrivain avant de l’interviewer, et un collègue journaliste m’a dit « Mais pourquoi vas-tu donc lire tout cela ? ». La réponse : « 1/ par curiosité, 2/ pour savoir à qui j’aurai à faire ». Aujourd’hui sur le même écrivain, à l’heure d’internet, j’aurais trouvé trois pages de ses ouvrages à lire, juste assez pour avoir l’air de… pas tout à fait suffisant pour un travail plus approfondi. Ce que je dis là vaut pour les ouvrages scientifiques autant que pour les romans. Ceci ramène à la question de la lecture… au sens d’un cheminement personnel dans un sujet.

Focus

Passer de la page 14 à la page 15 en suivant un auteur, ce n’est pas recueillir une information supplémentaire, c’est faire le chemin d’un raisonnement, en juger de sa cohérence avec sa propre logique intérieure. L’usage des livres, le recours à la bibliothèque et à ses experts, sont à mon sens, une des armes contre la manipulation des idées.

Les mots ne sont pas que des pancartes, les idées naissent, vivent, cheminent, se transforment, et parfois meurent. C’est cela qu’il s’agit de décrypter. C’est là que les bibliothécaires peuvent aider les journalistes à mon avis ».

Une collaboration à renforcer

48Dans un monde de la toute information, les documentalistes participent pleinement à la ligne éditoriale des journalistes de Radio France et à leur combat pour une information fiable et de qualité.

Les « nouveaux terrains journalistiques »

49Chaque journaliste a sa propre manière de travailler et d’exercer son métier. Il est à noter que, à l’instar de tous nos utilisateurs dont le profil a changé avec l’apparition des ressources en ligne, la jeune génération de journalistes requiert moins souvent les services d’une documentation « à l’ancienne ». Plus indépendants, ils ont l’habitude de chercher leurs informations eux-mêmes. Leur formation pointue les amène à naviguer aisément dans toutes les ressources du web et des réseaux sociaux, qu’ils qualifient eux-mêmes de « nouveau terrain journalistique ». Il n’est pas évident d’endosser auprès d’eux un rôle d’accompagnement dans leur stratégie de recherche. Les outils qu’ils utilisent pour débusquer et contrer les fausses nouvelles deviennent de plus en plus performants. Et ils développent de plus en plus des partenariats avec des start-up ou des chercheurs pour la certification des informations.

50Cependant, le documentaliste peut apporter sa valeur ajoutée grâce à sa capacité de sélection des sources fiables et appropriées, à sa connaissance d’informations plus confidentielles (littérature grise, web « profond »), et d’outils de recherche moins « googlisés », sa maîtrise des moteurs de recherche.

51Certains journalistes expriment le souhait d’avoir à disposition un documentaliste au sein de leur rédaction, pour une collaboration « en direct ». En effet, l’information se diffusant de plus en plus vite, les vérifications sont de plus en plus nombreuses et urgentes, elles appellent des réponses quasi immédiates, notamment pour lutter contre la désinformation ou les « fake news ».

Des documentalistes « embarqués » : une expérience

52Notons que, à la demande des chaînes concernées, des expériences de permanences au sein des rédactions multimédia de France Info et de France Inter ont été menées les années passées, avec la contribution de documentalistes de plusieurs services, sur la base du volontariat.

53À France Info, les documentalistes se déplaçaient selon un planning établi à l’avance au sein de la rédaction web et recueillaient à l’issue de la conférence de rédaction du matin les sujets du jour à traiter sous forme de webographie en utilisant un poste dédié sur place. À la bibliothèque, trois puis deux documentalistes ont participé à cette collaboration qui a duré environ deux ans. De banals problèmes de place consécutifs aux travaux menés pour la réhabilitation du bâtiment ont modifié les modalités. Les demandes se sont effectuées par mail et non plus physiquement, ce qui a conduit à une raréfaction des requêtes des journalistes au fil du temps, de sorte que le service a cessé d’un commun accord au bout d’un an.

54À France Inter, malgré des besoins exprimés par le responsable du site, les journalistes de la rédaction web n’ont jamais vraiment sollicité le concours du documentaliste présent sur place qui se voyait le plus souvent obligé de quémander des recherches ! Problème de temps, de réactivité des uns ou des autres ? Problème de positionnement ? L’expérience n’a pas duré plus d’une année. À l’époque, la bibliothèque n’y a pas participé, faute de volontaires.

55Il reste à trouver les clés d’une réelle collaboration entre ces deux métiers.

56Continuer à proposer une information d’actualité, pertinente, fiable et de qualité représente un facteur primordial de crédibilité pour la Bibliothèque.

57La connaissance fine du fonds doit rester une priorité aux côtés de notre base informatique. En complément, la bibliothèque doit au cours des prochaines années renforcer son offre de contenus numériques pour répondre aux nouveaux usages, développer ses activités de veille et affiner la diffusion de l’information, poursuivre sa formation autour des réseaux sociaux et des data.

58La communication de nos offres et services s’avère stratégique et doit s’améliorer : plaquettes de présentation, tutoriels et visites guidées doivent s’organiser de façon concertée avec les services graphiques et de la communication de Radio France.

59Par exemple, un dispositif existe à l’usage des « Nouveaux arrivants » à Radio France qui permet de découvrir toutes les facettes de l’entreprise. D’une périodicité mensuelle, il intègre la présentation in situ des espaces de la documentation et concerne tous les métiers.

60Nous devons également accompagner les chaînes du groupe dans le contexte d’évolution de l’écoute de la radio et le déplacement de l’audience vers un mode de consommation non linéaire (réécoute, podcasts, réseaux sociaux). Avec le développement des programmes numériques, la Bibliothèque, à l’instar des autres services de documentation, sera sans doute de plus en plus sollicitée pour l’éditorialisation des contenus (sons, vidéos) et la production de métadonnées, pour les programmes et les rédactions.

Notes

1 Née en 1975, Radio France est une société nationale de radiodiffusion, constituée sous la forme d'une société anonyme à capitaux publics dont l'État est l'unique l'actionnaire. Radio France s'appuie sur sept chaînes complémentaires : France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Fip et Mouv' ainsi que sur les 44 stations locales composant le réseau France Bleu et sur ses quatre formations musicales.

2 Voir le sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour France Info et Le Figaro publié le 31 janvier 2019 : < http://www.odoxa.fr/sondage/francais-disent-stop-aux-fake-news/ >.

3 Voir les résultats Médiamétrie : < https://www.radiofrance.fr/professionnels/regie-publicitaire/actualite/les-audiences-novembre-decembre-2019 >.

4 Documentation sonore, Documentation d’actualité, Bibliothèque centrale, Discothèque, Bibliothèque musicale, Bibliothèque d’orchestre, Prévisions.

5 France Culture produit et diffuse sept heures de fiction par semaine, qui se présentent comme des pièces ou des films radiophoniques de différents formats, feuilletons et formats uniques de 60 minutes. Chaque fiction est élaborée à partir d'un texte – inédit ou adaptation – avant d'être confiée à un réalisateur qui choisit ses acteurs et les dirige. Des musiciens sont souvent associés dans le cadre de commandes de musiques originales destinées à la réalisation.

6https://www.franceculture.fr/sociologie/les-chercheurs-sont-ils-condamnes-a-dire-nimporte-quoi-des-gilets-jaunes >.

7https://www.franceculture.fr/histoire/non-le-a-entoure-dun-cercle-toujours-anarchiste-na-jamais-ete-un-symbole-dextreme-droite >.

Auteur

Responsable de la Bibliothèque centrale de Radio France

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search