Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 3. Pour aller plus loin : développer et mutualiser les compétences

La médiathèque départementale de l’Hérault après l’attentat contre Charlie Hebdo

Agnès Defrance et Salomé Kintz

Texte intégral

1La lecture publique, compétence obligatoire des départements, est assumée dans l’Hérault, à travers les missions de sa médiathèque départementale et du réseau des 233 bibliothèques.

2À pierresvives, la médiathèque départementale offre depuis 2012 un espace de consultation sur place de 1 000 m2, la Médiathèque pierresvives. Ouvert à tous, pierrevives se veut un lieu d’apprentissage de la citoyenneté et du vivre ensemble.

3La médiathèque départementale fait partie depuis janvier 2019 du dispositif déployé par le ministère de la Culture dans le cadre du volet Bibliothèques de son plan EMI avec la mise à disposition de volontaires en service civique.

Salomé Kintz : Comment et quand la médiathèque départementale s’est-elle saisie de ces questions d’éducation aux médias et à l’information ?

Agnès Defrance : Ces préoccupations sont évidentes pour les bibliothèques et le métier de bibliothécaire, mais c’est l’attentat contre Charlie Hebdo qui a suscité une réelle prise de position.

Focus

Un mois après, le 18 février 2015 , l’équipe de la médiathèque pierresvives accueillait les usagers dans une bibliothèque vidée de ses collections et privée d’accès à internet !

L’occasion de lancer une réflexion sur la censure et de faire de la liberté d’expression le fil rouge du projet d’établissement.

Cela s’est traduit par la valorisation de nos collections de presse, papier et numérique, par l'organisation de rencontres avec des journalistes ou dessinateurs de presse. Dans le cadre de l’action éducative territoriale, la médiathèque départementale a pu proposer et financer des interventions de journalistes et dessinateurs de presse dans les collèges : « le temps presse »1.

Et surtout, les équipes ont commencé à travailler à un projet de jeu vidéo2, en collaboration avec des collégiens et le studio d’Oscar Barda. Dans Chut ! quatre joueurs collaborent pour mettre à bas quatre dictatures : militaire, bureaucratique, religieuse et dictature du spectacle. Trois ans plus tard, le jeu est déployé dans les collèges, les bibliothèques et il est librement accessible en ligne.

Cet axe « liberté d’expression » traverse aussi, depuis 2016, notre plan de formation, avec des propositions autour de la presse, de la presse en ligne, de la pluralité des collections et aussi des formations sur la conduite d’ateliers, activité ou fonction avec laquelle les bibliothécaires ne se sentent pas toujours à l’aise.

S. K. : À quels publics s’adressent ces actions autour de l’éducation aux médias et à l’information ?

A. D. : Les scolaires, primaires, collégiens, lycéens, sont certes particulièrement ciblés, mais pas seulement. Le public adulte est bien sûr lui aussi concerné, d’une part parce qu’il accompagne ensuite les jeunes – nous nous sommes ainsi adressés aux parents ou aux animateurs et enseignants – mais aussi en tant que citoyen. En travaillant avec une maison de retraite et une maison des jeunes, nous avons aussi choisi de développer un axe intergénérationnel.

Le recrutement de 12 « volontaires en service civique »

S. K. : Participer au dispositif expérimental « volontaires en service civique » du plan EMI du Ministère permet donc de poursuivre une démarche déjà très engagée ?

A. D. : Oui, d’autant plus que depuis 3 ans également, pierresvives accueille 1 à 2 jeunes en service civique pour travailler autour de l’écriture numérique. Nous n’étions donc pas sans expérience.

Entre le printemps 2018, période à laquelle le ministère et Unis-cité (association chargée du portage de la mission) nous ont contactés et l’arrivée des volontaires en janvier 2019, nous avons pu préparer les membres du réseau et choisir 5 territoires en fonction de leur capacité à s’emparer de la problématique.

Trois communes – dont une qui présente la particularité d’accueillir un établissement « double-face », à la fois CDI et bibliothèque, où bibliothécaire et documentaliste travaillent ensemble avec les élèves – et deux communautés de commune font ainsi partie de la première vague du dispositif.

S. K. : Quel est le profil des volontaires ?

A. D. : Il est très diversifié. Le recrutement en service civique ne se fait pas sur les compétences ou connaissances mais sur la motivation. Parmi les 12 jeunes recrutés, 2 sont de grands lecteurs de presse avec un intérêt préexistant pour la thématique, 2 ou 3 ont plus un profil de « geeks », 2 sont usagers de bibliothèques.

L’association partenaire, Unis-cité, s’est retrouvée face à un gros défi lors du recrutement, en particulier dans les territoires ruraux. Cela a été l’occasion de découvrir des réalités méconnues quant à l’entrée sur le marché du travail d’une partie de ces jeunes, leurs difficultés en termes de mobilité…

Unis-cité, en plus d’assurer le recrutement, met en place un important programme d’accompagnement : un coordinateur référent pour les 12 jeunes et chaque semaine, une journée de « rassemblement » pour tous.

S. K. : Ces douze jeunes ont-ils suivi une formation avant d’arriver dans les établissements ?

A.D. : Trois semaines d’intégration ont eu lieu début janvier. Organisées par Unis-cité, elles se déroulaient à pierresvives, dans nos locaux, ce qui nous a permis d’être très présents et d’intervenir directement auprès des jeunes volontaires. On a ainsi pu leur proposer une journée autour des bibliothèques et du réseau départemental, une séance sur le numérique dans les bibliothèques avec une présentation approfondie de nos ressources en ligne et la création de comptes utilisateurs pour chaque volontaire et des interventions autour du jeu vidéo indépendant et plus particulièrement de notre jeu, Chut ! puisque les volontaires seront aussi amenés à en devenir les « ambassadeurs » auprès des publics.

Les journées de rassemblement, une par semaine, qui là aussi ont lieu à pierresvives, sont l’occasion de proposer des séances complémentaires en fonction des besoins. Nous avons ainsi monté un atelier sur la presse d’une demi-journée, un atelier « Comment mieux travailler en équipe ? » pour permettre aux jeunes de mieux se positionner face aux professionnels, ou encore « Comment communiquer sur une action » afin de mieux faire connaître les initiatives.

S. K. : Comment les bibliothécaires ont-ils réagi ?

A. D. : Tous les bibliothécaires ne se sentent pas investis de cette mission de la même façon, ce qui est dû bien sûr à la grande diversité des personnels qui travaillent en médiathèque départementale, où les profils sont très différents selon que l’on est professionnel dans une grosse structure ou bénévole dans un tout petit établissement. Les bibliothécaires ont parfois l’impression de ne pas être légitimes pour intervenir, alors que si, bien au contraire !

Choisir deux communautés de commune pour cette expérimentation a d’ailleurs été l’occasion de faire un important travail d’accompagnement auprès de très petites structures avec la coordinatrice du réseau.

Focus

Il est nécessaire aussi de poser les choses clairement : les jeunes volontaires ne sont en aucun cas là pour remplacer les bibliothécaires ou bénévoles. Mais co-construire des projets avec eux permet d’introduire l’EMI dans les pratiques professionnelles. Pour la rentrée prochaine, on prévoit d’ailleurs d’insister davantage sur cette collaboration entre volontaires et bibliothécaires en prévoyant une à deux journées de formation commune.

4Dans tous les cas, l’expérimentation a été un succès puisque sur les 5 territoires, 4 ont demandé à reconduire la mission à l’automne 2019. La cinquième bibliothèque se sent, quant à elle, capable de reprendre et développer les actions lancées de manière autonome.

S. K. : Et qu’en pensent les jeunes volontaires ?

A. D. : Nous n’avons eu que de bons retours. Ils ont pour beaucoup découvert le milieu des bibliothèques, certains sont revenus sur des préjugés qu’ils pouvaient avoir à notre encontre, d’autres ne soupçonnaient ni l’offre, ni le rôle que peuvent jouer les bibliothèques sur le territoire. Ils disent aussi être plus conscients de la société dans laquelle ils vivent.

Cette expérience est un vrai projet réussi « d'éducation populaire » : tant les jeunes que les publics… et les bibliothécaires ont su avancer ensemble.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search