Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 3. Pour aller plus loin : développer et mutualiser les compétences

Impact de la bibliothèque universitaire de l’université Paris II Panthéon-Assas dans l’apprentissage des compétences informationnelles

Cécile Swiatek

Texte intégral

L’enjeu principal de la formation à la bibliothèque : construire son info !

1Chaque établissement a sa culture, son atmosphère et ses spécificités. La bibliothèque de l’université Paris II Panthéon-Assas (Paris II) est assez particulière. Créé au début des années 1990, le Service commun de la documentation (SCD) a évolué en une vingtaine d’années pour devenir, avec l’inauguration de l’élégante et aérienne bibliothèque du Learning Centre du 92 rue d’Assas en 2011, une référence dans le paysage de l’ESR en termes de services de proximité à destination des étudiants. L’accueil des nouveaux étudiants de l’université et des jeunes chercheurs (suggestion d'indexation des niveaux licence, master, doctorat), est une priorité de la bibliothèque qui a donné lieu au développement d’un ensemble de services de médiation et d’accompagnement documentaires, notamment un service de renseignements approfondis et un service de formation à la maîtrise de l’information très performants. La bibliothèque propose des services de formation présentiels, hybrides et distants, une diversité de modalités de transmission des compétences informationnelles qui confirme son engagement actif en faveur de la maîtrise de l’information.

2L’équipe de la bibliothèque est très réduite : en 2019, le SCD compte 25 personnes sur trois sites dont deux à Paris et un à Melun, dont une douzaine de personnels polyvalents, engagés sur des activités liées aux services, aux collections, et participant tous aux formations. Ces faibles effectifs ont imposé des objectifs clairs, des choix tranchés et l’adoption d’une démarche méthodique.

3Le service de formation de la bibliothèque décline de manière flexible et pragmatique une politique homogène et cohérente.

Focus

Les approches pédagogiques varient en fonction des disciplines et des niveaux d’étude, mais l’objectif est le même : donner avant tout des clefs de méthode pour appréhender et faire face à l’information, que ce soit pour la chercher, l’évaluer, l’exploiter ou en produire.

Lecture académique et écriture universitaire

4La qualité de la lecture académique est un premier enjeu : à l’université, la collecte de références doit être représentative et variée et se poursuit par une comparaison critique entre les documents, que le lecteur confronte dans une démarche scientifique. Le second enjeu a trait à l’écriture universitaire, qui fonde ses productions originales sur la lecture de textes préexistants dont le contenu est considéré et analysé en prenant en compte, entre autres, leur provenance et leur contexte de production. L’écriture universitaire pose la question de son propre avenir scientifique : qui va la lire, comment sa qualité sera-t-elle évaluée, quel traitement lui sera réservé, comment va-t-elle être (ré-)utilisée…

  • 1 Les ECTS, European Credits Transfer System (système européen de transfert et d’accumulation de cré (...)
  • 2 « La capacité en droit est une voie parallèle d'accès aux études supérieures juridiques. Il s'agit (...)

5À Paris II, la bibliothèque est très intégrée aux services de l’institution. Elle s’engage, d’une part, dans une relation avec le corps enseignant et la gouvernance, à travers des collaborations qui incluent idéalement des ECTS1 dédiés à la formation aux compétences informationnelles dans les maquettes des diplômes, et d’autre part, dans une relation de proximité avec les étudiants dont elle fait sa priorité. Ses efforts sont marqués par la prédominance dans l’établissement des filières de sciences juridiques, qui composent en 2020 environ 80 % des effectifs. Les autres filières de l’université sont les sciences économiques, les sciences de gestion, la science politique et, avec un récent développement du Cycle Licence, les sciences de l’information et de la communication (info-com). Le droit n’est pas enseigné dans le secondaire, les études juridiques suivent un programme national, et ses spécificités sont multiples : les études de droit peuvent être intégrées après une Capacité2 sans baccalauréat, les premiers semestres de licence concentrent toutes les attentions des professeurs des universités car s’enseignent en L1 et L2 les grandes matières du droit, et c’est dans les premières années que se structurent la démarche et la méthode d’apprentissage propres à la discipline.

6Comment la bibliothèque touche-t-elle de manière personnalisée de très larges cohortes d’étudiants de première année ? Comment conserver et enrichir ce lien entre pédagogie et documentation tout au long d’un apprentissage académique ?

Focus

S’adapter à son public pour mieux le toucher, tel est le mot d’ordre de la bibliothèque, pour la première année de licence comme pour la première année du doctorat en sciences juridiques.

Exemples de formations pour les L1

7La bibliothèque porte ses efforts sur les primo-entrants à l’université, partagés en trois équipes de L1 – 2 100 personnes en 2019. Les étudiants réorientés au second semestre, ceux rejoignant Paris II en cours de cursus et les étudiants étrangers sont également tous concernés, mais nous détaillerons ici l’exemple des L1. L’objectif premier des formations en L1 de droit est d’accompagner l’étudiant dans ses « premiers pas dans la documentation juridique ». N’ayant que peu d’idée sinon aucune de la manière dont on appréhende la documentation juridique, il se heurte souvent à la difficulté du décryptage des références et peine à maîtriser ou à diversifier ses sources documentaires. Les techniques de recherche d’information juridique lui sont encore inconnues. Ces formations en L1 de droit ont systématiquement fait l’objet d’une décision formelle indiquant leur caractère obligatoire3.Elles sont dispensées dans les bâtiments dédiés aux enseignements de la L1 et l’organisation des séances respecte la composition des groupes de TD habituels (35 étudiants) voire les scinde en demi-groupes. Convocations et évaluations sont envoyées selon les mêmes canaux que les autres informations institutionnelles. Les séances suivent l’emploi du temps qui rythme le calendrier de chacune des équipes d’étudiants. Elles s’intègrent enfin au cœur même des enseignements : elles se fondent sur des fiches de TD réelles, que les étudiants ont pour tâche de préparer4.

8L’effort consenti est très important, mais ce modèle volontariste et d’immédiate proximité a fait ses preuves et jouit d’un excellent retour sur investissement. Les étudiants de L1 sont tous concernés, les personnels du SCD des catégories A et B connaissent tous les cursus et programmes de L1, les retours de satisfaction des étudiants et des enseignants manifestent la part d’utilité et soulignent la qualité de la formation proposée.

9Une évolution des usages de la bibliothèque par les L1 a été constatée : la bibliothèque est identifiée et revendiquée par les étudiants comme espace studieux, comme pourvoyeuse de ressources documentaires parfaitement adaptée à ses études qui sont, rappelons-le, en L1, une véritable littératie et une véritable découverte, mais aussi comme conseillère compétente et médiatrice pédagogique.

Focus

Chaque semaine, la bibliothèque réalise pour chaque matière à TD, et pour chaque équipe, des dossiers documentaires qui sont empruntés en quasi-permanence.

10Leur succès démontre l’importance accordée par l’étudiant à développer ses capacités à se repérer dans la documentation pour l’articuler avec ses apprentissages et les faire coïncider. De manière cohérente et complémentaire, le personnel de la bibliothèque des L1 est constitué d’une part importante de tuteurs documentaires qui sont des étudiants avancés dans les études juridiques et qui ont fait leur apprentissage sur Paris II : ils se positionnent en parfaite complémentarité avec les apports pédagogiques des chargés de TD, des tuteurs méthodologiques de l’université, et les apports écrits des dossiers documentaires.

11Les services d’accompagnement documentaire destinés aux L1 évoluent ensuite vers des formes plus flexibles afin de favoriser l’autonomie des étudiants dans leur recueil et dans leur exploitation documentaire. Ils restent visibles et accessibles à la BU. Les actions de formation des juristes se déclinent en fonction des sollicitations de professeurs*, notamment en L3 et Master, dans le cadre de l’année du diplôme.

Les formations à distance

12La nécessité de connaître mais surtout de maîtriser les logiques documentaires sur le versant numérique a amené la bibliothèque à s’intéresser de très près aux étudiants connectés à distance, en particulier à ceux et celles qui suivent la licence numérique de droit de Paris II sur la plateforme Agor@ssas. Elle a adopté les méthodes et outils de transmission employés à distance sans grande difficulté (vidéos enrichies, tutoriels, texte). L’enjeu fondamental est le même. Globalement, investir le terrain numérique des formations à distance est courant en BU. Certaines travaillent déjà sur les technologies d’agents conversationnels ou chatbot pour ce qui repose sur des données, mais réfléchissent aussi à des développements plus complexes. Les services numériques de formation et d'information par les bibliothèques ont de beaux jours devant eux, en compléments aux autres services de pédagogie universitaire, et la bibliothèque de Paris II n’y fera pas exception.

Séminaire et accompagnement individuel pour les nouveaux doctorants

13La systématisation des formations présentielles reprend avec les primo-doctorants, tous invités à s’inscrire par groupes et par spécialité du droit au séminaire de maîtrise de la documentation proposé en tout début d’année civile, dès les inscriptions en doctorat terminées5. Ce séminaire est assuré pour les doctorants en sciences juridiques en partenariat avec la bibliothèque Cujas, interuniversitaire Paris I – Paris II, et rappelle la possibilité offerte aux doctorants de faire appel à d’autres formations complémentaires telles que les rendez-vous de la BnF et les stages des Urfist. Au cours du doctorat, le dispositif de formation est complété par un accompagnement individuel sur les terrains de l’exploration, de la maîtrise et de l’exploitation de sources et de références documentaires. Le service est proposé lors des séminaires pour les doctorants : il est ouvert sur demande et donne lieu à des rendez-vous en bureau. Certains doctorants basculent parfois dans l’équipe des tuteurs de la bibliothèque pour participer à former et informer les nouveaux étudiants, ceci est un effet concret de la volonté continue de la bibliothèque d’entretenir un dialogue approfondi avec les jeunes chercheurs et les étudiants.

Évaluation des formations

14Les évaluations pragmatiques de ces formations par les participants, L1 ou doctorant, ont pour perspective d’ajuster et de faire évoluer les contenus et méthodes de formation, toujours dans le cadre d’une relation triangulaire entre BU, enseignants-chercheurs et étudiants ou doctorants. La rigueur méthodologique et la démarche intellectuelle exigeante qui caractérisent ces dispositifs ne sont toutefois pas l’apanage d’une seule discipline : ils se déclinent avec flexibilité par cursus et niveau.

15L’effort d’accueil, de formation, d'accompagnement dans la documentation et l'information juridique est constant de la part de la bibliothèque. L’accent est mis sur la nécessaire connaissance de la diversité des sources d’information et sur la prise de conscience des logiques à l’œuvre dans la documentation. Outre les sciences juridiques, deux filières sont particulièrement concernées par les formations à la maîtrise de l’information et aux compétences informationnelles, ce sont les sciences de gestion et l’info-com. Leurs particularités, la dynamique et l’esprit créatif qui les caractérisent sont à présent abordés.

De la lutte contre les « fake news » à la production d’une information vérifiable et vérifiée en licence d’Info-com

16L’ouverture d’une filière Info-com à Paris II délivrant des doctorats date du rattachement de l’IFP à l’université, en 1969. Des masters se sont depuis ouverts, puis une Licence 3, enfin la totalité du cycle L depuis la rentrée 2018-2019. Arnaud Mercier, directeur des études de licence d’Info-com et président de The Conversation France6, a noué en 2018 un dialogue nourri avec la bibliothèque de Paris II. Un volume horaire conséquent est consacré à la formation aux compétences informationnelles, confiée à la bibliothèque, dans les maquettes du cycle Licence. Deux dispositifs ont été mis en place : le premier sur neuf heures en L1, année critique d’entrée dans l’université aux issues variables, et le second sur six heures en L3, année qui marque la réussite dans les études supérieures et ouvre la porte du cycle Master et des orientations professionnelles.

Construire son opinion en L1

17Le dispositif de la première année est centré sur l'appréhension de la sphère de l’information et met un accent fort sur les « Infox », ou « fake news ». Il amène les L1 à s’interroger sur la manière dont on discrimine et hiérarchise l’information* dans un contexte d’infobésité où l’information est pléthorique, nivelée et infestée par de l’information souvent médiocre, ce qui est une chose, mais aussi et surtout souvent partielle, erronée, et/ou volontairement toxique ou malsaine – pour des raisons développées dans les autres chapitres du présent ouvrage. Les neuf heures de formation, dispensées par groupes, ont pour objectif d’amener l’étudiant à prendre assez de recul critique pour avoir une « réaction » intellectuelle face à une Infox : la déceler, mais aussi l’analyser et se construire une opinion personnelle éclairée. La formation part du principe selon lequel critiquer, s’indigner, rejeter en bloc les idées du « système » ou les informations en provenance des médias réguliers ne constitue pas une démarche satisfaisante : refuser une information officielle ne fait pas d’un individu un citoyen éclairé. Cette formation destinée aux jeunes étudiants est une invitation à avoir le courage du questionnement.

Focus

La bibliothèque cherche à provoquer un déséquilibre dans les a priori et les certitudes : s’interroger sur un écrit, sur ses sources, en chercher le contexte et les raisons pique la curiosité et provoque une avalanche de questions. Voici qui est le premier pas dans la construction d’un regard critique en info-com.

18À travers l’usage de méthodes actives et des réalisations concrètes7, l’étudiant se voit proposer une démarche intellectuelle liée à ses pratiques informationnelles personnelles, et fait l’expérience de l’effort que demandent une véritable recherche d’information et un travail de confrontation des sources. Il n’est pas si simple de se forger une opinion.

19Le dispositif des L1 est ancré dans le paysage documentaire parisien : les formations ont lieu à la fois sur Assas et la bibliothèque Sainte-Barbe (BSB) dont Paris II est partenaire, afin d’inciter par la pratique les étudiants à se déplacer et à exploiter dès le départ et au mieux l’ensemble des structures documentaires, ressources, espaces et services qui leur sont accessibles et destinés.

20Qu’il s’agisse des exercices pratiques proposés ou de la visite longue de la BSB, cette formation permet aux étudiants d’ouvrir dès leurs premiers moments à l’université un dialogue privilégié avec les professionnels des bibliothèques. L’objectif est d’amener l’étudiant à comprendre quels sont les principes d’une sélection documentaire, que ce soit sa collecte ou la sélection faite par les bibliothécaires chargés de constituer une collection universitaire, et à comprendre les mécanismes, les logiques et les enjeux du signalement documentaire. En info-com, expliquer les enjeux documentaires et inviter l’étudiant dans l’envers du décor ouvre la voie à la construction d’une démarche réfléchie de recueil et d’évaluation de l’information et de la documentation. Il faut ensuite l’accompagner dans la poursuite de son cursus.

En L3, les étudiants deviennent journalistes et rédacteurs en chef

21Le parcours proposé en troisième année d’info-com à Paris II vise de nouveau à déstabiliser les opinions toutes faites. Projeté dans un décor professionnel et chargé d’une mission concrète, l’étudiant est sorti de sa zone de confort par une scénarisation générale sur six heures qui met en jeu la responsabilité intellectuelle du participant. Le voici en effet tout à coup dans la peau d’un journaliste qui entre dans un comité de rédaction. Six heures de formation plus tard, avec du temps en suffisance pour des actions libres entre deux séances, les étudiants ont non seulement produit une rédaction, mais aussi expérimenté un processus d’évaluation et de vérification des écrits.

22Comment cela se passe-t-il ? La formation assurée par la bibliothèque s’effectue en groupes à géométrie variable pour favoriser le travail en très petit nombre. Le parcours commence in medias res lors d’un comité de rédaction animé par un rédacteur en chef ou un journaliste réel ou, à défaut, un intervenant aux talents d’acteur affirmés. L’objectif de la première étape est de faire parvenir l’étudiant à produire un écrit journalistique concret. Les étudiants agissent ensuite en comité de relecture : ils font du peer reviewing et découvrent en fin de formation les enjeux économiques et scientifiques d’une publication, les circuits d’une publication et les modes de publications traditionnels ou alternatifs de la production universitaire, aussi bien sous licence que libre et ouverte. Ils expérimentent la difficulté de produire une information vérifiée, et vérifiable.

Un objectif d’autonomie en trois étapes

23Les trois étapes de la formation des L38, visibles dans la fiche décrivant la formation, manifestent la volonté de la bibliothèque de mettre l’accent sur l’apprentissage de l’autonomie critique de l’étudiant face à la sphère de l’information. Cet « objectif autonomie » recouvre trois enjeux :

24-savoir lire et écrire à l’université, autrement dit passer de la prescription à une autonomie de lecture qui se caractérise par un recoupement, une contextualisation et une confrontation des sources primaires et secondaires ainsi que des corpus ;

25-développer son regard critique, en relation directe avec le développement de compétences de lecture « universitaire » mais aussi dans un contexte personnel de consultation ou d’écriture sur internet et sur les réseaux sociaux, pour se forger des opinions éclairées en tant qu’étudiant et que citoyen ;

26-faire l’apprentissage de son autonomie comme étudiant mais aussi comme futur professionnel de l’information-communication, du journalisme ou de la recherche en info-com.

27Cet exemple nous présente la BU en tant que conceptrice pédagogique et formatrice, partenaire de l’enseignement académique : son apport est estimé indispensable dès la L1 pour apprendre à lire l’information, et déterminant par la suite pour apprendre à la produire et à l’analyser. Au-delà de l’apport en méthodes et techniques, nous entrons ici dans la chair de la discipline, dans la « matière ». Le débat est parfois ouvert pour savoir si la maîtrise de l’information et les compétences informationnelles forment ou non une matière. Dans le cas présent, c’est un postulat manifeste où la bibliothèque fait figure d’accélératrice de réussite étudiante.

Labellisation et co-construction de diplômes en sciences de gestion

28Recueillir, discriminer, hiérarchiser et (ré)exploiter l'information en sciences de gestion décline d’autres facettes des compétences informationnelles, dont voici deux enjeux et impacts très concrets mais aussi très différents de ce que l’on a pu voici précédemment.

29La bibliothèque participe de manière significative à la qualité de l’environnement universitaire, confère une profondeur à la formation étudiante et apporte une valeur ajoutée lors de l’intégration professionnelle des étudiants. Elle est ainsi identifiée à Paris II dans les sciences de gestion. La BU a exercé un effet positif lors des auditions des intervenants et partenaires du Master international du Centre interdisciplinaire de formation à la fonction personnel (CIFFOP) par l’European Foundation for Management Development (EFMD) pour une accréditation de programme (EPAS) –  qui a été obtenue en 2017 pour trois ans. La BU est identifiée, en relation avec d’autres services, à la fois comme un acteur essentiel de soutien à la pédagogie, un gage de profondeur du parcours étudiant, et une garantie de qualité pour l’insertion professionnelle à travers les ressources documentaires adaptées qu’elle propose, ses espaces, sa facile et très large accessibilité, les services distants mis à la disposition de l’étudiant et l’accent mis sur les actions de proximité pédagogique et ses formations intégrées aux cursus.

  • 9 Certains classements (rankings) se fondent sur l’expérience étudiante, comme par exemple pour 2018 (...)

30L’impact de l’action des BU sur les labellisations et accréditations internationales d’institutions ou de programmes, largement sous-estimé en France, démontre s’il en était encore besoin de l’intérêt à ancrer les services documentaires au cœur des établissements, et à lier les services des BU et leurs formations aux compétences informationnelles aux maquettes des diplômes. Élément fort d’accueil, de soutien aux apprentissages et à la recherche, de cohésion universitaire, les BU accompagnement chercheurs, enseignants et étudiants au fil de leurs trajectoires. Elles sont un marqueur de campus absolument évident dans l’expérience étudiante9, mais aussi et surtout, c’est un levier déterminant d’ouverture des diplômes sur la vie citoyenne, un pont jeté entre l’univers académique et la société, qu’il s’agisse du monde de l’entreprise, de l’appréhension et de l’usage des médias, ou des enjeux d’intelligence notamment collective posés par la vie, l’action, la construction d’une opinion citoyenne.

  • 10 UXlib par exemple < http://uxlib.org/ >.
  • 11 BiblioRemix notamment. [En ligne] < https://biblioremix.wordpress.com/ >.
  • 12 Rapport Taddei – où l’on peut regretter l’absence de mention des bibliothèques : « Un plan pour co (...)
  • 13 Voir en particulier les publications de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE). [En ligne] < htt (...)

31La co-construction est un mot parfois galvaudé, pourtant il est chargé de sens. On retrouve des pratiques de conception collectives au détour de multiples expériences utilisateurs (UX)10 ou en relation avec des méthodes d’évaluation ou de projection participatives et actives en bibliothèques11 ou dans l’éducation12. Toutefois, notamment sous l’effet de l’évolution et de la diversification des profils étudiants de plus en plus salariés13 et le développement des reprises d’études et de la formation tout au long de la vie (FTLV), il est indispensable de se poser la question d’une construction collaborative de certaines actions.

32La bibliothèque est multiforme et flexible, elle ne craint pas les expérimentations : assise sur un socle traditionnel ferme lié aux collections et aux compétences de recherche, elle a les moyens de se montrer agile et d’adapter ses services de médiation documentaire et de formation aux compétences informationnelles à des projets audacieux.

Co-création d’un dîplôme d’université

  • 14 « Le diplôme d'université (DU) est un diplôme d'établissement (non national) dont l'université est (...)

33Voici un exemple où la BU est reconnue pour bien davantage qu’un partenaire de méthode ou qu’un partenaire de formation académique. Sollicitée pour réfléchir au contenu et déterminer les modalités d’apprentissage d’un diplôme hybride (présentiel / à distance) axé sur la gestion de l’information en sciences de gestion, elle est co-conceptrice pédagogique d’un diplôme universitaire14 en sciences de gestion à Paris II. Particulièrement participatif et innovant, orienté à la fois sur la stratégie et les enjeux opérationnels de l'information et sur la conception d’une veille informationnelle fonctionnelle, le prototype de ce DU a été conçu en 2019. La démarche a été initiée sur la base de relations interpersonnelles. Elle s'est confirmée et approfondie au fil des réunions de travail, devenues de véritables moments de rencontre. La part de confiance et le professionnalisme des participants au projet de diplôme ont permis de creuser des fondations solides sur lesquelles faire travailler en collaboration une équipe pédagogique restreinte, et deux professionnelles de la bibliothèque de l'université chargées des questions de formation aux compétences informationnelles.

  • 15 Lire à ce propos les recommandations du groupe de travail dans ses conclusions, parues suite au ra (...)

34Le DU fraîchement créé est en 2020 un objet à peine sorti du laboratoire. Sa conception collaborative permet de démontrer la richesse que produit un dialogue entre équipes pédagogiques et bibliothèque au sein de l’université15.

35Surprenante bibliothèque ! Service d’appui à la pédagogie rompu aux formations actives et collaboratives, pourvoyeuse de ressources et spécialiste des méthodes et techniques de veille, à la fois terrain de stabilité et partenaire d’innovation, la bibliothèque est un véritable iceberg. Grâce à cette expérience de co-conception de diplôme, elle a été également identifiée comme conseillère avisée en termes de licences et de droit d’auteur, aussi bien pour les ressources et outils de collecte, de curation et de veille utilisées dans la formation elle-même que pour éclairer les choix de stratégie de publication (à venir) des supports pédagogiques du diplôme – ouverte, notamment.

36Le lien interpersonnel, l'établissement d’un dialogue et l’entretien régulier d’une relation de confiance ressortent comme trois paramètres fondamentaux pour une action débutante. Cette force de lancement ne doit pas se constituer une limite lors des évolutions qui s’ensuivent, au risque d’enfermer une action dans une relation individuelle. Il est important pour cela de travailler en équipe. La relation privilégiée de départ évolue ainsi pour donner lieu, lorsque le projet est devenu une action stable et mature, à une aventure de service et non plus de personnes. Cela assure sa reproductibilité en dehors de la sphère des acteurs de départ. Les membres de l’équipe en se renouvelant découvrent le dispositif, le questionnent. S’ils sont convaincus, ils deviennent des prescripteurs impartiaux des compétences pédagogiques de la bibliothèque comme formatrice à la maîtrise de l’information et aux compétences informationnelles. Ces « ambassadeurs » pédagogiques favorisent le développement voire la dissémination des pratiques de collaboration étroite avec la bibliothèque. L’étape suivante naturelle est une formalisation officielle des pratiques là où elles sont souhaitées : décisions en Conseil, systématisation des démarches pédagogiques, inscription dans les maquettes des diplômes lors des vagues d’accréditation, déclinaison pragmatique de l’apprentissage des compétences informationnelles.

37La volonté de la bibliothèque de lier les compétences informationnelles aux problématiques propres à une discipline et son approche décomplexée des méthodes pédagogiques prouvent une fois de plus la valeur ajoutée des structures documentaires. Ce "regard différent" que posent les bibliothèques sur les cursus, la constitution de parcours d'apprentissage et les méthodes pédagogiques favorisent l’évolution des modalités d’enseignement et d’apprentissage, les deux faces de la pédagogie. Engagés, actifs et pragmatiques, les bibliothécaires sont ici « embarqués » dans la pédagogie à la racine même de ce projet de DU co-construit, axé sur la gestion de l’information, où l’intérêt du participant est fondamental.

38La démarche de la bibliothèque de Paris II vise à donner à chacun les moyens de repérer avec méthode de la documentation tantôt noyée dans la masse, tantôt rare ou inédite, tantôt moins valorisée que d’autre par l’effet de choix éditoriaux ou de signalement ; elle invite à prendre pour habitude de recouper les références et de prioriser les sources en fonction de leur qualité et de leur portée ; elle pose la question de la valeur scientifique des informations recueillies et des documents consultés. L’enjeu de chaque formation consiste à piquer la curiosité du participant afin qu’il trouve un intérêt personnel, et qu’il s’engage dans une démarche volontaire et consciente de questionnement de l'information et de ses sources. En se dotant lui-même d’ailes pour voler, l’étudiant ou le jeune chercheur développe son autonomie et ses compétences face au foisonnement de l’information.

39Soutien à la pédagogie et à la recherche, s’appuyant sur une tradition académique tout en s’adaptant aux transformations profondes de la sphère de l'information, des médias et aux évolutions de la société, la bibliothèque de Paris II met en lumière l’intérêt et l’enjeu de la collecte mais aussi de la production d’une information exemplaire : toujours vérifiable et toujours vérifiée.

Notes

1 Les ECTS, European Credits Transfer System (système européen de transfert et d’accumulation de crédits) sont une mesure du volume de travail fourni par l'étudiant (cours, partiels, mémoire, etc.) et permettre de faire reconnaître dans le cadre Erasmus qui englobe tous les établissements de l'enseignement supérieur européen la validation des niveaux suivis. Source : < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20949/la-reconnaissance-des-diplomes-dans-l-union-europeenne.html >.

2 « La capacité en droit est une voie parallèle d'accès aux études supérieures juridiques. Il s'agit d'une formation juridique générale qui se déroule sur deux ans. Elle est ouverte à tous les publics, sans condition de diplôme (les non bacheliers y ont accès), ni limite d'âge [...] Elle permet de se présenter à tous les concours de la fonction publique de catégorie B ou d'accéder à d'autres filières universitaires autres que la filière juridique bien que la suite logique soit la poursuite logique d'études supérieures juridiques ». Source : < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid93184/la-capacite-en-droit.html >.

3 Vote en Conseil d’administration le 13 avril 2016, sous le point « Créations et modifications relatives à des enseignements ».

4 Les descriptifs fonctionnels sont librement accessibles sur < https://doi.org/10.5281/zenodo.2203618 >, et sont recensés par la communauté ADBU < https://zenodo.org/communities/adbu_competencesinformationnelles/ >.

5https://doi.org/10.5281/zenodo.2543791 >.

6https://theconversation.com/fr >.

7https://doi.org/10.5281/zenodo.3528204 >.

8https://doi.org/10.5281/zenodo.3491687 >.

9 Certains classements (rankings) se fondent sur l’expérience étudiante, comme par exemple pour 2018 “Student Experience Survey 2018: the results”, Times Higher Education (THE), publié le 22 mars 2018. [En ligne] < https://www.timeshighereducation.com/news/student-experience-survey-2018-the-results >, tandis que d’autres prennent ce critère en compte de manière plus globale comme par exemple U-multirank, qui publie ses indicateurs ici : < https://www.umultirank.org/about/methodology/indicators/ >.

10 UXlib par exemple < http://uxlib.org/ >.

11 BiblioRemix notamment. [En ligne] < https://biblioremix.wordpress.com/ >.

12 Rapport Taddei – où l’on peut regretter l’absence de mention des bibliothèques : « Un plan pour co-construire une société apprenante », Centre de recherches interdisciplinaires, 2018. [En ligne] < https://www.cri-paris.org/en/shared-documents/WEBSITE-CRI_PDF-un-plan-pour-construire-une-societe-apprenante-fr2018.pdf >.

13 Voir en particulier les publications de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE). [En ligne] < http://www.ove-national.education.fr/wp-content/uploads/2018/11/Fiche_activite_remuneree_CdV_2016.pdf > à partir de l’enquête « Conditions de vie des étudiants » de 2016 et Salariat étudiant, parcours universitaires et conditions de vie, à partir de l’enquête 2013. Source : < http://www.ove-national.education.fr/publication/salariat-etudiant/ >.

14 « Le diplôme d'université (DU) est un diplôme d'établissement (non national) dont l'université est la seule initiatrice. Il en existe à différents niveaux et de différentes durées mais ne bénéficient d'aucune reconnaissance nationale. Cependant, ils peuvent être enregistrés, à la demande de l'université, au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ». Source : < http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Conseils-et-strategies-d-etudes/Quelle-reconnaissance-pour-les-diplomes-du-superieur/Les-diplomes-nationaux >.

15 Lire à ce propos les recommandations du groupe de travail dans ses conclusions, parues suite au rapport du LISEC. Source : < http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Enseignement_superieur/34/5/conclusions_GT_pedagogie-documentation_683345.pdf >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search