Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 2. Une chance à saisir pour les bibliothécaires

Laisser des traces sur le web : l’exemple de Wikipédia et Eurekoi !

Salomé Kintz

Texte intégral

Encadré 1. Wikipédia et les bibliothèques : pour une information de qualité librement accessible sur Internet

« Wikipédia n’est pas une compilation d’informations ajoutées sans discernement, Wikipédia recherche la neutralité de point de vue, Wikipédia est publié sous licence libre, Wikipédia est un projet collectif qui suit des règles de savoir-vivre ».

Ces principes fondateurs ne peuvent que parler à des bibliothécaires.

Alors que l’encyclopédie participative s’est imposée depuis sa création en 2001 comme la « première encyclopédie du monde » et que publics – comme professionnels – en sont de grands utilisateurs, la question de comment contribuer à la qualité de ce bien commun1 dépasse les hésitations des débuts (« Wikipédia c’est bien ou mal ? »).

1 Voir aussi : Sylvain Machefert, « Wikipédia et bibliothèques : agir en commun », in Lionel Dujol (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2017 (coll. Bibliothèques), p. 141-149. [En ligne] < https://hal.archives-ouvertes.fr/​hal-01529644/​document >.

Des ateliers Wikipédia pour les publics

1Les notions de validation de l’information, de la qualité des sources, de la citation sont au cœur des ateliers Wikipédia proposés en bibliothèque, universitaire comme de lecture publique.

2En permettant bien souvent aux usagers de faire leurs premiers pas pratiques dans l’encyclopédie, ces formations sont des exemples parfaits d’une éducation aux médias et à l’information qui se veut active. L’occasion aussi d’enrichir ou de créer les pages encore manquantes. Les médiathèques et les musées de Strasbourg, par exemple, ont ainsi proposé à leurs publics de contribuer à la connaissance des artistes alsaciens dans le cadre du projet Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-19301.

3C’est aussi de plus en plus la contribution directe des bibliothèques elles-mêmes dans l’encyclopédie qui mérite réflexion, et peut s’envisager sous plusieurs formes :

Valoriser ses fonds

4Wikipédia reconnaît et sollicite la mise en place de partenariats avec ce qu’elle nomme les GLAM (pour Galleries, Libraries, Archives and Museums). Téléverser sous licence libre des documents numérisés par les bibliothèques dans Wikimédia rend ces collections plus visibles et plus accessibles, le choix qu’à fait la BIU Santé pour plus de 230 000 portraits issus des numérisations réalisées pour Medic@, leur bibliothèque numérique : « Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que via le site de la BIU Santé. Ce qui ne les empêchait pas d’être abondamment réutilisées sur des sites tiers, comme Wikipédia ou Pinterest. Quand le projet démarre, près de 300 images issues de la BIU Santé sont déjà repérées sur Commons. Ces emprunts en ligne ne sont pas toujours accompagnés des (bonnes) mentions de sources. [...] C’est surtout préjudiciable pour les documents eux-mêmes. En perdant leur mention d’origine, ils perdent une partie de leur histoire et de leur valeur. La BIU Santé s’est donc interrogée sur l’opportunité de déposer elle-même ses images sur Wikimedia Commons. Pour qu’elles soient plus visibles et plus facilement accessibles aux internautes du monde entier. Et pour être sûr que les références et mentions de sources soient bien rédigées (on n’est jamais mieux servi que par soi-même !) »2

Valoriser ses compétences

  • 3 [En ligne] < https://fr.wikipedia.org/wiki/1Lib1Ref#cite_note-Meta-4 >.

5La source au cœur et le bibliothécaire au centre, c’est aussi l’esprit de la campagne #1Lib1Ref (“One Librarian, One Reference”, « Un bibliothécaire, une référence ») initiée pour la première fois en 2016. Si tous les bibliothécaires de la planète passaient quinze minutes pour ajouter une référence, cela suffirait paraît-il pour nettoyer la liste des 350 000 passages dans divers articles comportant le modèle [citation needed] ([référence nécessaire]) de la Wikipédia anglophone3. On n’en est certes pas encore là (même si l’édition 2019 totalise près 11 000 contributions par plus de 700 personnes, contre 1 232 contributions et 327 utilisateurs en 2016) mais « imaginez un monde où chaque bibliothécaire ajouterait une référence de plus à Wikipédia ! »

6Si Wikipedia reconnaît et valorise ainsi les compétences des bibliothécaires, la prochaine étape sera peut-être d’acter et formaliser cette coopération du côté des établissements et des professionnels engagés dans la démarche : peu de bibliothécaires voient ainsi leur contribution à Wikipédia mentionnée sur leur fiche de poste…

Encadré 2. Un atelier Info-Intox et Eurekoi !, service de renseignements à distance

Lors d’un atelier Info-Intox à la Bpi, quatre élèves travaillent sur les illuminatis. Ils tapent dans le moteur de recherche Google : « Qu’est-ce que les illuminatis ? » ou encore « les illuminatis, c’est quoi ? ». Au milieu des résultats qui s’affichent ce jour-là, voir la copie d’écran ci-dessous, entre « syti.net (« Les Illuminatis sont une “élite dans l'élite”. C'est la plus ancienne et la plus secrète des organisations des “Maîtres du Monde” ») », « Wikipédia » et un article de L’Obs, « (Les illuminatis contrôlent-ils la planète ?) », apparaît « Eurekoi !, le service de renseignements en ligne de la Bpi ». Ce résultat est l’assurance de trouver une approche méthodologique et surtout des sources clairement mentionnées et explicitées1.

1. < https://www.eurekoi.org/​charte-eurekoi/​ >.

Figure. Résultats pour la recherche sur les illuminatis

Figure. Résultats pour la recherche sur les illuminatis
  • 4 Silvère Mercier, « Eurêkoi – il suffit de demander : vers un modèle de service public coopératif » (...)

7« Pour les répondants, les bonnes pratiques du savoir-répondre sont formalisées. Par exemple, les liens doivent toujours être justifiés et la valeur ajoutée des contenus proposés doit apparaître clairement pour les utilisateurs. Il est également demandé de présenter brièvement les sources d’information et la démarche utilisées afin de contribuer à la diffusion d’une culture de l’information. Les bibliothécaires répondants du réseau sont sensibilisés à l’importance de la qualité rédactionnelle de leurs réponses, de manière à faciliter leur publication en ligne. L’ensemble de ces contenus est publié sous une licence Creative Commons BY-NC-SA qui permet la réutilisation par tous à condition de citer les auteurs, de ne pas faire d’usages commerciaux des contenus et de partager les éventuelles œuvres dérivées dans les mêmes conditions que les contenus initialement mis en ligne »4.

8Et quand on sait que ce service touche des personnes qui ne fréquentent pas la bibliothèque5, comment ne pas y voir un moyen de remplir notre rôle au-delà des espaces physiques de nos établissements, en allant là où sont les « gens », sur le web ?

Notes

1 [En ligne] < https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Laboratoire_europ%C3%A9en_Strasbourg_1880_-_1930 >.

2 [En ligne] < http://www.biusante.parisdescartes.fr/blog/index.php/portraits-de-biu-sante-wikimedia-commons/ >.

3 [En ligne] < https://fr.wikipedia.org/wiki/1Lib1Ref#cite_note-Meta-4 >.

4 Silvère Mercier, « Eurêkoi – il suffit de demander : vers un modèle de service public coopératif », in Jérôme Pouchol (dir.), Mutualiser les pratiques documentaires : bibliothèques en réseau, Villeurbanne, Presses de l’Enssib (coll. La Boîte à outils ; 38), p. 92-99. [En ligne] < http://mutualisationpratiquesdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/II-2-eurekoi-modele-cooperatif#Noteftn12 >.

5 [En ligne] < https://pro.bpi.fr/collections-et-services/lactivite-deurekoi-en-2018 > : 12 % des internautes qui ont posé une question à Eurêkoi n'ont pas fréquenté une bibliothèque dans les 12 derniers mois, de même que les 17.90 % qui ont découvert Eurêkoi suite à une recherche sur un moteur de recherche.

Table des illustrations

Titre Figure. Résultats pour la recherche sur les illuminatis
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 638k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search