Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 2. Une chance à saisir pour les bibliothécaires

La Fabrique de l’Info

Une expérience EMI pour les adultes à la Bibliothèque municipale de Lyon

Anne-Cécile Hyvernat-Duchêne

Texte intégral

  • 1 Démocratie : rêver, penser, agir ensemble, novembre 2016-mars 2017, Prix Livre Hebdo de l’animatio (...)

1Les missions d’éducation et de formation sont dans l’ADN de la bibliothèque publique, inscrites dans les textes fondateurs de l’institution. Tour à tour, ces textes affirment son rôle dans la mise à disposition d’une information fiable, pluraliste et l’associent au renforcement de l’autonomie de l’usager dans l’utilisation de cette information et à la construction de son esprit critique. Ces principes sont rappelés dans le projet d’établissement de 2011 de la BmL et ont été réaffirmés lors de l’événement Démocratie1 qui reposait sur deux piliers thématiques : le pouvoir d’agir et les communs. Ce cadre a naturellement ouvert la voie à une réflexion sur la place de l’information en démocratie et à la proposition d’actions culturelles et pédagogiques sur ce thème.

Genèse de l’éducation aux médias et à l’information à la BmL

EMI : une appellation qui tarde à être adoptée par la bibliothèque

2La BmL a toujours accordé une attention particulière aux médias et à l’information ainsi qu’aux enjeux d’un nouveau contexte informationnel : accès à des collections de périodiques importantes, de plus en plus dématérialisées, mise à disposition de technologies et de services (Le Guichet du savoir, Point d’actu, Numelyo, L’Influx…), transmission d’une culture numérique.

3Cependant, les bibliothécaires furent longtemps mal à l’aise avec le terme « éducation » contenu dans EMI qui renvoie au modèle descendant de l’enseignement. Nous avons tardé à utiliser l’appellation EMI pour décrire nos actions de facilitation d’accès aux médias et à l’information. Pourtant, l’esprit EMI orientait déjà notre démarche culturelle et pédagogique et ce, depuis la fin des années 2000.

  • 2 Les désordres de l’information renvoient aux problématiques de mal-information, de surinformation (...)
  • 3 Voir le cadre posé au niveau international (Unesco, Union européenne) et le caractère polysémique (...)

4L’accélération des désordres de l’information2, l’évolution de la réflexion sur l’EMI au-delà du strict territoire de l’école, enfin, l’intérêt que lui portent chercheurs, intellectuels, professionnels de l’information et acteurs des politiques publiques3 nous invitent aujourd’hui, à la lumière de nos expériences passées, à affirmer la bibliothèque comme terrain idéal d’exercice de l’EMI.

Évolution des propositions EMI à la BmL

5Nous avons très tôt ressenti la nécessité de ne pas seulement donner accès à des contenus mais de donner des clés d’accès, de créer le lien cognitif entre les ressources accessibles et les publics par différents moyens.

Du rôle des collections et des espaces

6L’observation des pratiques informationnelles des usagers a été le point de départ de cette démarche. Malgré une offre abondante, évolutive, représentant des points de vue très variés, les lecteurs de presse restent souvent cantonnés à leur source d’information préférée. Aussi, il est apparu nécessaire de rendre visible cette diversité de points de vue. Établir des liens entre l’information produite par les différentes publications et les approches critiques sur les médias et l’information nous ont amenés à penser autrement la présentation des collections dans nos espaces.

7En juillet 2014 est créé le Carré Actu4. Il propose dans un espace commun, des collections de presse (papier et numérique5), à lire sur place ou à emprunter, ainsi qu’une offre documentaire temporaire en réaction à une actualité (le Focus Actu).

8Ces initiatives ont constitué nos premières réponses à la question de la mise en lien des différents modes d’accès à l’information et donnent aussi l’occasion d’aborder les modes de fabrication de l’information.

Accompagner les usagers

9La nécessité d’accompagner les usagers est également venue des usagers eux-mêmes exprimant leurs difficultés à s’informer dans un contexte d’infobésité. Il nous a semblé évident que notre rôle était de les outiller pour leur permettre de « consommer » de manière éclairée les informations proposées via de multiples canaux.

  • 6 Association chargée de promouvoir la citoyenneté, la liberté d’expression et la création de médias (...)

10Dans un premier temps, inexpérimentés dans ce type d’exercice, le département Société a confié l’animation d’ateliers à l’association étudiante « Esprits critiques »6. Il consistait essentiellement en une analyse d’articles de presse sur un sujet d’actualité (forme, ton, exposé des faits, sources…) prolongée par un débat sur le traitement de l’information. Une variante fut également proposée sur la presse en ligne. Il faudra attendre l’événement Démocratie pour que les bibliothécaires se lancent eux-mêmes dans la conduite d’ateliers EMI.

11Au même moment, les espaces numériques accompagnaient, de manière autonome, les usagers à l’appréhension de contenus en ligne : rapport à l’information, droits d’auteur et à l’image, place du libre…

L’événement Démocratie : création de La Fabrique de l’Info

12L’événement culturel Démocratie a impulsé un programme sur le thème des médias et de l’information – La Fabrique de l’Info – qui a servi d’ancrage pour les actions futures. De nouvelles approches sont alors explorées sur l’ensemble du réseau.

13Ce titre a été choisi car il évoque l’ensemble du processus de fabrication d’une information : ses contenus, les acteurs (du journaliste à l’internaute) les liens qu’ils entretiennent, les différents niveaux de lecture, les modèles économiques existants… Il renvoie à la notion de citoyen acteur, centrale dans tout projet EMI et a fortiori dans Démocratie.

  • 7 Voir les programmes de Démocratie pour La Fabrique de l’Info. [En ligne] < https://www.bm-lyon.fr/ (...)
  • 8 Accueil de 32 classes de collège et lycée.

14Afin d’explorer les multiples facettes de l’EMI, La Fabrique de l’Info7 a été construite pour s’adresser à tous les publics à partir de 13 ans8, en 3 volets :

  • Analyse de l’info et Tous journalistes : volet pratique permettant de s’initier à la posture critique vis-à-vis de l’information par l’observation, la réflexion, l’analyse. Ce volet permet aussi d’appréhender les processus de la production de l’information et ses enjeux en la fabriquant : préparation d’un reportage vidéo ou audio sur une exposition se déroulant à la bibliothèque, interview de visiteurs, choix de plans ou capture de sons d’ambiance. Faute de temps, le montage était assuré par les journalistes animant l’atelier. Afin de permettre à des déficients visuels de visiter l’exposition des photos de Bertrand Gaudillère, un atelier d’audio description a été également proposé : une approche originale de l’analyse de l’image documentaire.
  • Rencontres-débats : volet permettant de mieux comprendre le métier de journaliste et ses valeurscontre les a priori largement répandus dans le public (« Hanouna, c’est un journaliste » !). Une fois par mois, les Rendez-vous médias, animés par un journaliste ou un bibliothécaire permettent d’aborder les enjeux de la fabrique de l’information aujourd’hui, d’échanger sur l’économie des médias, de rencontrer des journalistes qui dirigent ou collaborent à un média papier ou en ligne, une chaîne de TV ou de radio, d’information générale ou spécialisée, dans la perspective d’envisager la pluralité de formes, de modèles économiques, de projets dans la presse et les médias d’aujourd’hui.
  • Découverte : volet reprenant le principe de présentation de collections de presse suivi d’un échange afin de valoriser les collections patrimoniales9 et contemporaines. Les Heures de la découverte « Caricatures des présidents » permettent d’aborder la caricature dans la presse à partir du personnage le plus représentatif du pouvoir en France, tout au long de la Ve République. Les séances mensuelles de 10 revues en 30 minutes sont l’occasion pour le public de découvrir, le temps du déjeuner, la vitalité et la variété du paysage de la presse aujourd’hui à partir de la présentation d’une sélection de titres, parfois thématisée.

15Ces 3 volets ont été pensés pour être suivis indépendamment les uns des autres mais constituent un ensemble cohérent. La cinquantaine d’actions produite par La Fabrique de l’Info en période pré-électorale a été très favorablement accueillie par le public. Ces retours positifs nous ont invités à pérenniser ce programme avec le défi de maintenir l’attention, l’énergie et l’intelligence collective des professionnels et du public.

L’affirmation du rôle de la bibliothèque dans le champ de l’EMI

  • 10 Exploitation du jeu Médiasphères édité par Canopé, version Time Line avec des Unes de presse, conc (...)
  • 11 Voir Topo, mars-avril 2019, La Fabrique de l’Info, p. 12-16.

16À partir de septembre 2017, La Fabrique de l’Info est un cycle de la programmation culturelle de la BmL proposant des rendez-vous réguliers, selon les volets explorés précédemment mais également retravaillés pour aborder d’autres sujets (le complot, l’information médicale sur internet, les images de presse iconiques, etc.), d’autres formes (réfléchir en jouant10, créer des Unes…), d’autres pratiques (les médias web, les podcasts, les graffitis, les affiches11, etc.).

Tableau 1. Les actions de La Fabrique de l’Info

Découvrir des sources de l'info Produire de l'info Décrypter l'info
10 revues en 30' ou 10 médias web : présentation d'une sélection de revues ou de médias en ligne Le prix du complot : atelier d'écriture sur le thème de la théorie du complot suivi d'un debriefing et d'un débat Atelier 1res clés pour décrypter l'information : échanger sur le fonctionnement des médias et la fabrication de l'information (économie des médias, métier du journaliste, « fake news » et vérification de l’information), développer des réflexes de vérifications de l'information
Les rdv médias : rencontres débats avec des journalistes ou spécialistes des médias Passeurs d’images sonores : découvrir le reportage photographique, discuter du rôle de l’image dans l’information qu’elles véhiculent, travailler sur l’accessibilité des images à travers des ateliers d’audiodescriptions Mediasphères version BmL : développement sur l'économie des médias, les sources d'information et le métier de journaliste (voir atelier 1res clés en version jeu de plateau)
Ressourcez-vous « Lire la presse en ligne » : découverte de ressources de la bibliothèque pour lire la presse en ligne ou chercher une actualité dans la presse Je réalise mon reportage radio / vidéo Infos-Intox : comment déjouer la rumeur ? Comment se fabrique l'information à l'heure d'internet ? Outils de décryptage
Caricatures de présidents de la Ve République : naissance et parcours du personnage caricaturé, rapport du dessinateur à son personnage Jeudi c'est Wiki : contribuer à Wikipédia à partir des ressources de la bibliothèque L'info sur Twitter
Mediasphères version BmL : developpement sur l'économie des médias, les sources d'information et le métier de journaliste À la Une ! : créer une Une sur un sujet Une image en 30' : pourquoi et comment une image devient iconique ? Regarder, analyser, parcourir la chronologie de son exploitation (arts, publicité...)
L'information médicale sur le web À la Une ! : faire une revue de presse sur un sujet donné Caricatures de présidents : présentation de caricatures de présidents de la Ve République à travers la presse satirique
Le point de vue par l'image : réfléchir sur le rôle de l'image pour illustrer un article
Les ateliers Culture numérique associés
Découvrir des sources de l'info Produire de l'info Décrypter l'info
Surfer sur internet Atelier vidéo : créer un montage vidéo, initiation aux effets spéciaux, bruitages E-time : café débat numérique
Ressourcez-vous (découverte de ressources numériques) Jeudi, c'est wiki (atelier wikipédia) ! : rechercher des informations libres de droits et enrichir des notices Wikipédia Facebook et les réseaux sociaux : comment gérer et protéger votre identité numérique
YouTube : ça vous parle ? et les chaînes YouTube ? Faire société à tout âge : les réseaux sociaux Des « fake news » aux « décodeurs » : s'orienter dans les nouveaux labyrinthes de l'information en ligne
Internet pratique : Instagram Internet pratique : Instagram Algorithme de satisfaction et bulle de filtre : qui choisit mon internet ?
Musique et web Photo et web Utiliser un appareil photo numérique avec un ordinateur Auto-défense numérique : les données personnelles
« Dégooglisons-nous ! » Détourner une affiche Enfants et écrans : sensibilisation aux bons usages des écrans
Faire société à tout âge : les réseaux sociaux Deviens Booktubeur !

La durée des ateliers est variable, d’1 à 2 heures.

  • 12 10 à 15 participants pour les ateliers et les Heures de la découverte, 5 à 10 pour les 10 revues e (...)

17La BmL affirmait sa place et son rôle sur le terrain de l’EMI, aux côtés de l’école, des journalistes et d’autres acteurs socioculturels alors même que les pouvoirs publics martelaient la nécessité de lutter contre toutes les formes de désinformation. Et sur ce terrain, elle entendait aussi marquer sa spécificité en s’adressant tout particulièrement aux adultes. Comparer les chiffres de participation12 à La Fabrique de l’Info à d’autres animations de la bibliothèque comme les conférences ou les expositions, n’aurait pas beaucoup de sens. Quelques participants deviennent des habitués de ce programme, suivant parfois tous les rendez-vous et d’autres sont touchés par hasard, quelques minutes, interpellés par un propos alors qu’ils passaient dans le hall de la bibliothèque où se déroule un Rendez-vous média. C’est un programme qui s’inscrit dans le temps long, une sensibilisation qui s’opère par une variété et une régularité d’actions sur la durée.

  • 13 Ibid.

18La présence de « consommateurs » d’informations avertis et avisés à nos ateliers (étudiants en sciences de l’information, ou en journalisme) montre bien que la bibliothèque reste un lieu « identifié par les publics comme espace de légitimation des sources d’information »13. C’est dans cet espace légitimé qu’a pu naître La Fabrique de l’Info et exister comme action culturelle et pédagogique.

  • 14 Articles ou brèves dans L’Influx, le webzine de la BmL.

19Ce cycle s’appuie sur le socle qui caractérise notre manière d’envisager l’EMI : une politique de veille sur le numérique et plus largement sur les médias, une politique documentaire, une politique d’accès à l’information sous toutes ses formes (papier, numérique) sur place ou à distance et une politique de production de contenus sur la thématique des médias et de l’information14.

20Cet écosystème n’aurait pas non plus été possible sans le volontarisme des professionnels de la BmL et les compétences qu’ils ont développées pour les publics et pour eux-mêmes au fil des expériences de terrain.

Penser notre projet en termes de compétences

21Pour les usagers, les différentes actions proposées ont pour objectif de développer des connaissances et des compétences afin de mieux se situer dans un monde saturé d’informations : chercher, trouver, sourcer, hiérarchiser, vérifier, se faire une opinion, etc. Pour les bibliothécaires, cet accompagnement nécessite un geste pédagogique particulier que leur formation initiale apporte rarement.

Compétences des publics : savoir-être et savoir-faire

22Aujourd’hui, on assiste à un élargissement du rôle de chacun dans la sphère informationnelle dont nos usagers sont rarement conscients. A-t-on le sentiment de produire ou de transmettre de l’information lorsqu’on like ou commente un contenu ? Quelle est notre part de responsabilité dans cet acte ? A-t-on conscience d’être enfermé dans une bulle informationnelle, mais d’avoir aussi le choix de s’en dégager ? Il est du rôle des professionnels que nous sommes de permettre à chacun d’être à l’aise dans ces trois dimensions de réception, production, transmission d’information.

Développer des compétences par trois approches de l’information

23À partir de l’observation de leurs pratiques, La Fabrique de l’Info propose aux usagers 3 approches :

  • sensible : ouvrir les yeux, sortir du cadre, apprendre à lire et regarder, libérer la parole ;
  • technique : chercher, trouver, décrypter, produire ;
  • éthique : s’appuyer sur des faits, valider, respecter les droits.

24Ces approches sont des fils conducteurs qui permettent ensuite de travailler plus finement :

  • la compréhension des conditions de production des contenus dans toutes leurs dimensions, économique, sociétale, technique, éthique ;
  • la prise de conscience de la diversité de nature, de niveau et de contenus des sources d’information, de la différence entre une opinion, une affirmation péremptoire, un fait et un argument, une publication polémiste et un travail de recherche, un préjugé et une réflexion, une croyance et une connaissance ;
  • la capacité à maîtriser l'information dans un univers numérique en permanente évolution ;
  • la capacité à produire et à diffuser de l’information.

Déconstruire pour construire l’information

  • 15 L’usage des débats mouvants permet par exemple de libérer l’expression à partir d’une question cli (...)

25Le travail sur le terrain montre que ces objectifs de développement de compétences ne peuvent être atteints que si les activités s’appuient sur l’expérience des usagers, leur bagage cognitif et socio-économique. Ainsi, débuter un atelier à l’aide d’outils de l’éducation populaire, comme les débats mouvants15, permet de dégager des profils de rapport à l’information. On prendra soin d’en tenir compte tout au long de l’atelier pour amener les participants à prendre du recul sur leur propre expérience et prendre conscience des interactions qui peuvent modifier leur activité dans la réception et la production de l’information.

26Mettre les personnes en situation de débat et/ou d'action est capital : faire réagir, ressentir, faire prendre conscience en expérimentant tout en restant dans le concret.

27Elles nourrissent souvent un profond scepticisme vis-à-vis des journalistes dont elles contestent la déontologie. Le conflit d’intérêts ou le complot n’est jamais bien loin… Aussi la seule opération de déconstruction de l’information par une démarche critique peut s’avérer contre-productive et marquer un peu plus la défiance. Il faut leur donner une boîte à outils pertinente afin de les rassurer en leur démontrant qu’ils peuvent être acteurs de leur information et qu’ils n’ont pas à la subir. Produire enfin soi-même de l’information permet in fine de la reconstruire, de lui redonner une valeur.

28Cette démarche de co-construction de la connaissance est plus efficace que de formuler un contre-discours perçu comme un jugement de valeur. En bibliothèque publique, elle n’est cependant pas toujours évidente à assurer. En effet, nos publics ne sont pas captifs. Ils puisent librement dans notre programme selon leurs envies. Il faut donc leur donner la possibilité de parcourir toutes les étapes en les rendant lisibles mais sans garantie qu’elles seront suivies. La Fabrique de l’Info est un programme modulaire, adapté à chacun et qui permettra à terme d’acquérir des compétences.

Compétences des agents de la BmL

Les acteurs de la Fabrique

29Dès le départ, tous les agents engagés dans La Fabrique de l’Info sont volontaires. Ils sont bibliothécaires spécialisés ou non sur les médias et l’information, animateurs numériques ou médiateurs culturels, de formations et de cultures professionnelles différentes. Ils ont en commun d’être en contact avec le public et sont observateurs des pratiques informationnelles. Sensibles aux enjeux de l’EMI, aux valeurs et techniques de l’éducation populaire, ils sont eux-mêmes consommateurs d’infos tous supports, ou utilisateurs des réseaux sociaux et ont une attitude réflexive sur leurs pratiques.

30Les propositions individuelles et collectives EMI ont émergé à partir d’envies ou d’intuitions. Au cours de la préparation de Démocratie, le cadre et les objectifs de La Fabrique de l’Info ont été définis collectivement. Mais en dehors de cet événement, une grande liberté d’action prévaut et garantit la diversité des approches de ce programme sans toutefois lui ôter sa cohérence.

  • 16 La demande de formation portait en particulier sur les phénomènes de désinformation et les théorie (...)

31L’évolution des supports d'information et de leurs modes de diffusion fait émerger des problèmes techniques, juridiques, sociologiques, économiques et éthiques sur lesquels nos professionnels ne sont pas toujours formés. Malgré l’intérêt qu’ils portaient à La Fabrique de l’Info, les collègues furent peu nombreux à se lancer en raison de la spécificité des connaissances et des compétences requises. Cette difficulté à se projeter avait été également constatée chez les enseignants qui sollicitaient nos interventions. L’essor de la désinformation, la crainte de devoir avancer des contre discours ou le manque de culture numérique rendent ce terrain d’action délicat. Beaucoup ont donc exprimé un besoin d’accompagnement voire de formation16 avant de se lancer. Certains préfèrent déléguer ces ateliers à des journalistes ou à des animateurs numériques dont la culture est plus en adéquation avec les enjeux de l’EMI et qui s’investissent de manière plus autonome.

32La Fabrique de l’Info est un cycle culturel et pédagogique qui n’est pas organisé aujourd’hui comme un projet. Aucun pilote ne coordonne le travail des acteurs pour garantir la transversalité des approches et la mutualisation des compétences. Pourtant, c’était dans cet esprit que nous avions pensé notre programme pour Démocratie. Il apparaît que le maintien de cette dynamique est une difficulté à laquelle nous devons faire face.

Savoirs, savoir-faire et savoir-être EMI

33À l’occasion des debriefings après nos ateliers, nous avons relevé des savoir-faire et des savoirs-être garants de leur réussite :

  • susciter l’expression, gérer les prises de parole individuelles ;
  • être à l’écoute ;
  • être clair et concret ;
  • être réactif, tenir compte de l’expérience de chacun, faire des liens ;
  • être neutre et impartial : garder en tête que l’on travaille sur la forme pas sur le fond de l’information de manière à éviter les prises de position idéologiques ;
  • être en capacité de produire un autre discours et non un contre discours, s’adapter aux publics très hétérogènes des ateliers (ouverts à tous, à partir de 13 ans) et donc construire des scenarii suffisamment souples pour les adapter aux pratiques et au niveau des participants.

34La construction de ces savoirs s’élabore au fil des expériences avec les publics et des échanges entre professionnels. Tous les ateliers sont menés en binôme de manière à ce que chaque animateur puisse s’aider des connaissances ou compétences de son collègue.

De l’initiative individuelle à l’organisation collective

35Ce fonctionnement est essentiel à la mise en confiance et au développement des compétences de chaque intervenant : le bibliothécaire apporte son expertise sur les contenus, sur la recherche d’informations ; le médiateur culturel apporte sa maîtrise des outils de l’éducation populaire et permet de développer d’autres techniques d’animations ; l’animateur numérique apporte sa culture, ses compétences techniques et de médiation.

Focus

La co-animation permet aux collègues débutants de s’investir en étant soutenu par un collègue plus expérimenté.

Si elle mobilise deux agents, elle permet aussi de diviser le travail, de confronter les points de vue, de partager des méthodes et d’améliorer les propositions : une « co-formation-animation » vertueuse.

36Cela a généré une bonne dynamique en interne, que l’on essaie de maintenir par d’autres moyens : partage de veille, partage de scénarii d’atelier, retours d’expérience, mise à disposition de contacts…

Place et rôle des partenaires de La Fabrique de l’Info

Les journalistes et les enseignants

Les journalistes

  • 17 Partenaire de l’événement Démocratie.
  • 18 Rue 89 Lyon, collectif We Report, Club de la Presse Rhône Alpes et journalistes free-lance.

37L’intervention des journalistes a été envisagée dès le début de La Fabrique de l’Info. Durant le temps de préparation de l’événement, nous avons contacté plusieurs journalistes de Médiapart17 et de la presse locale18 et notre proposition de collaboration a reçu un accueil enthousiaste. Nous partagions les mêmes constats sur les désordres de l’information et sur les besoins d’accompagner les publics.

38C’est dans un souci de co-construction et de partage de compétences que leur participation a été imaginée et aujourd’hui encore, ils restent mobilisés et sont sollicités : pour leur expérience métier et leurs savoir-faire (ateliers écriture d’article, reportage radio ou vidéo), sur les aspects professionnels (déontologie, formation, évolutions métier) et comme acteur-témoin d’un monde de l’information en mutation. Dans tous les cas, ils préparent le contenu et le déroulé avec le bibliothécaire. Parfois, ils co-animent avec eux. Sur l’atelier « Prix du complot » par exemple, après une première étape animée par les bibliothécaires pour imaginer, écrire et présenter le complot, le journaliste a conduit la partie débat permettant de prendre du recul sur l’activité qui venait d’être menée et de bien en comprendre les enjeux.

39Chacun bénéficie de l’expertise de l’autre et le journaliste peut profiter d’une fenêtre d’échange privilégiée avec le public, bienvenue dans le climat de défiance actuel à l’égard de leur profession.

Les enseignants : une collaboration avortée

40Si le projet EMI de la BmL s’adressait principalement aux adultes, nous avons aussi proposé nos services, dans le cadre de Démocratie, aux enseignants de collèges et de lycées.

41La structuration de notre offre a été cependant peu satisfaisante et certainement pas très efficace sur le plan pédagogique. Le format des ateliers (ateliers uniques d’une heure) n’a pas répondu aux besoins d’apprentissage des élèves sur tous les sujets EMI et représentait au mieux une sensibilisation.

42Aussi, à l’heure du bilan de l’événement, nous avons convenu que nous ne pouvions nous substituer aux enseignants pour assurer cet enseignement obligatoire. Ce n’est d’ailleurs pas la posture que le bibliothécaire choisit. L’investissement de l’enseignant dans la co-construction est un prérequis auquel nous souhaitons nous tenir : imaginer un parcours ensemble dans la durée, en partenariat avec d’autres professionnels comme des journalistes ou des acteurs de l’éducation populaire présents sur ce terrain, en incluant plusieurs séances à la bibliothèque pour faire le lien avec nos ressources.

Le Plan EMI Bibliothèques : de nouveaux acteurs, les volontaires en service civique

43L’annonce du Plan EMI pour les bibliothèques en juin 2018 a apporté un nouveau souffle à La Fabrique de l’Info. D’une part, ce plan affirmait enfin le rôle de la bibliothèque dans la lutte contre la manipulation de l’information et d’autre part il apportait des moyens pour développer nos actions (formation des professionnels des bibliothèques et services civiques).

  • 19 4 journées consacrée aux nouveaux enjeux de l’information, à la liberté d’expression et la désinfo (...)

44La formation19 proposée dans le cadre de ce Plan par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Auvergne-Rhône-Alpes a permis de former aux savoirs de bases de l’EMI une quarantaine d’agents du réseau BmL impliqués ou désireux de s’impliquer dans La Fabrique de l’Info. Cette opportunité garantit la constitution d’un socle de connaissances commun qui pourra ainsi se diffuser au sein des équipes et permettre le déploiement d’actions sur le réseau.

  • 20 Dans le cadre d’un conventionnement DRAC/BmL/Association de la fondation étudiante pour la ville ( (...)

45Début 2019, 5 services civiques intégraient nos équipes pour une durée de 6 mois afin d’accompagner les actions EMI20. Ils facilitent les interventions auprès des jeunes publics par le dialogue de pair à pair et permettent d’envisager des actions auprès d’eux. Ils co-animent avec les professionnels ou expérimentent de nouvelles activités en autonomie (sur le modèle d’un escape game par exemple). Enfin ils consolident nos outils (création à terme d’une valise pédagogique).

46Ce dispositif nécessite un investissement important de notre part pour former (sur les ressources de la bibliothèque, sur les techniques d’animation et de médiation, sur les contenus et la production de contenus), et encadrer ces jeunes afin de les rendre opérationnels. Après quelques semaines, nous pouvions déjà juger de ses effets : dynamisation de la réflexion sur l’EMI, élargissement de son champ d’application sur le réseau et développement des actions auprès de nouveaux publics. La présence de deux services civiques au département Jeunesse a favorisé l’élargissement du programme de La Fabrique de l’Info au jeune public et adolescents. En collaborant occasionnellement aux actions hors les murs de la Bibliothèque, cette équipe de volontaires permet au service du Pôle mobile d’intégrer des actions EMI à ses projets en direction de publics éloignés ou empêchés.

47Ce nouveau contexte nous invite à repenser l’organisation de La Fabrique de l’Info et à nous organiser en mode projet. Nous avons identifié les axes de travail suivants :

  • penser le programme dans sa globalité par rapport à un référentiel de compétences21 et renforcer les liens entre les volets ;
  • renforcer la transversalité thématique pour favoriser des réflexes EMI ;
  • identifier le potentiel EMI dans le programme culturel général de la bibliothèque afin de mettre en évidence la transversalité de la thématique EMI et favoriser le réflexe EMI chez les bibliothécaires ;
  • fidéliser le public sur des parcours avec validation de compétences EMI ;
  • développer l’augmentation numérique de nos actions (production numérique associée à chaque action) ;
  • documenter notre projet pour pouvoir le transférer et le dupliquer22 ;
  • Systématiser l'évaluation des actions ;
  • dégager des responsabilités et du temps pour piloter et pérenniser le projet et pour les agents investis, reconnaître leur investissement dans le profil de poste ;
  • évaluer et enfin dégager des responsabilités et du temps pour piloter le projet.

48Aujourd’hui, l’offre EMI est portée par de nombreux acteurs et le risque est d’amener les publics à saturation. Dans ce contexte, la bibliothèque occupe une place particulière dans la formation de l'esprit critique, sans nourrir de scepticisme à l’égard des médias.

Focus

Afin d’être efficace, notre projet EMI devra s’appuyer sur la force de son institution identifiée par les usagers comme un espace de validation de l’information. Elle doit exploiter cette valeur ajoutée, qui repose tant sur ses collections et ressources que sur les compétences des professionnels.

49Notre défi désormais est de généraliser le geste EMI, en introduisant ce mode de pensée au sein des équipes. Aujourd’hui, l’éducation aux médias et à l’information passe par La Fabrique de l’Info mais pourrait tout autant irriguer l’ensemble de notre programmation culturelle et pédagogique.

Notes

1 Démocratie : rêver, penser, agir ensemble, novembre 2016-mars 2017, Prix Livre Hebdo de l’animation 2018.

2 Les désordres de l’information renvoient aux problématiques de mal-information, de surinformation (« infobésité ») et d’« infotainment ».

3 Voir le cadre posé au niveau international (Unesco, Union européenne) et le caractère polysémique de l’information analysé par Divina Frau Meigs (médias, data, données). Voir sa contribution dans cet ouvrage, p.38.

4https://www.bm-lyon.fr/16-bibliotheques-et-un-bibliobus/bibliotheque-de-la-part-dieu/article/le-carre-actu >.

5 Sur le Comptoir à tablettes proposant uniquement des applications médias.

6 Association chargée de promouvoir la citoyenneté, la liberté d’expression et la création de médias jeunes et alternatifs.

7 Voir les programmes de Démocratie pour La Fabrique de l’Info. [En ligne] < https://www.bm-lyon.fr/nos-blogs/democratie/article/le-programme >.

8 Accueil de 32 classes de collège et lycée.

9 Présentation de ces séances dans le programme La Fabrique de l’Info dans l’Agenda culturel de la BmL.

10 Exploitation du jeu Médiasphères édité par Canopé, version Time Line avec des Unes de presse, concours de complot. Voir Topo, janvier-février 2019, La Fabrique de l’Info, p. 46-47.

11 Voir Topo, mars-avril 2019, La Fabrique de l’Info, p. 12-16.

12 10 à 15 participants pour les ateliers et les Heures de la découverte, 5 à 10 pour les 10 revues en 30 minutes ou Une image en 30 minutes, une petite trentaine pour chaque Rendez-vous média.

13 Ibid.

14 Articles ou brèves dans L’Influx, le webzine de la BmL.

15 L’usage des débats mouvants permet par exemple de libérer l’expression à partir d’une question clivante comme « Regarder le JT ou s ‘informer sur FB, c’est la même chose », « Grâce à internet, tout le monde peut produire de l’info » ou à partir d’un débat en croix pour permettre à chacun de faire part de ses sources d’information.

16 La demande de formation portait en particulier sur les phénomènes de désinformation et les théories du complot.

17 Partenaire de l’événement Démocratie.

18 Rue 89 Lyon, collectif We Report, Club de la Presse Rhône Alpes et journalistes free-lance.

19 4 journées consacrée aux nouveaux enjeux de l’information, à la liberté d’expression et la désinformation, à la place de l’image dans l’info et à des expériences EMI en bibliothèque.

20 Dans le cadre d’un conventionnement DRAC/BmL/Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV).

21 Voir à ce sujet les 7 compétences identifiées par l’association Savoir*devenir pour un projet EMI : compréhension, critique, création, citoyenneté, conflit, communication interculturelle, consommation. [En ligne] < http://savoirdevenir.net/ >.

22 Fiches actions (descriptions d’actions publiées sur le site de la Bpi) et fiches ressources EMI.

Auteur

Responsable du département Société à la Bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search