Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 2. Une chance à saisir pour les bibliothécaires

Éduquer aux médias en valorisant les collections de la BnF

Presse et photographies d'agences de presse

Sophie Pascal

Texte intégral

Un lieu privilégié pour l'étude des médias

Le service de l’éducation artistique et culturelle et les collections de presse

1Le service de l'EAC de la BnF (en partie héritier du service de l'Action pédagogique créé en 1995) dépend depuis le 29 novembre 2018 de la nouvelle Direction des publics. Il est en charge de concevoir des visites, des ateliers et des formations autour des collections et des expositions de la BnF, aussi bien pour le visiteur curieux que pour les scolaires. Neuf médiateurs culturels et huit chargés de projet EAC conçoivent et animent ces activités. Les chargés de projet EAC collaborent plus spécifiquement à des formations à l'attention des enseignants organisées par le rectorat, les délégations académiques aux arts et à la culture (DAAC) ou dans le cadre du Plan académique de formation (PAF), et des journées de formation nationales. Ils rédigent des fiches pédagogiques autour des expositions et des affiches sur des thématiques comme entre autres : la presse, la laïcité et les fausses nouvelles1. Ce service est partenaire d'établissements scolaires et d’institutions culturelles. Il participe à des concours (concours de photos de la DAAC de Créteil, les concours Médiatiks du CLEMI2, et Les p’tits citrons – quand les primaires s'essaient au dessin de presse face aux professionnels). Il accompagne ces actions par des ateliers pédagogiques spécifiques.

2La BnF est un des lieux de savoir idéal pour explorer le passé : héritière des collections royales et du Dépôt légal mis en place par François Ier en 1537, elle conserve quasiment toute la production culturelle française et, pour notre sujet, toute la presse imprimée en France (ou par des Français à l'étranger) depuis la Gazette de 1631. À cela s'ajoutent les dations, donations, et le travail de conservateurs passionnés qui ont collecté des documents underground non soumis au Dépôt légal comme, pour les médias, les libelles des XVIIe et XVIIIe siècles, les journaux de tranchées de 1914-1918, les journaux clandestins de 1939-1945, des revues de mai 1968 ou certains fanzines de la contre-culture française des années 1970. À ce jour, la presse récente consultable sur le site de Tolbiac en Haut-de-jardin compte près de 400 titres et les collections patrimoniales autour de 270 000. De plus, 56 journaux quotidiens, de nombreux titres de presse spécialisée et de presse locale depuis leur origine jusqu'à 1947 sont accessibles et libres de droits dans Gallica3, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires. La BnF dispose aussi d'une importante collection de photographies d'agences de presse* (Roll, Meurisse, Mondial Photo Presse, Safara) acquises en 1961 par le département des Estampes et photographies, et consultables dans Gallica (jusqu’en 1947).

Des ateliers presse « traversés » par la désinformation

  • 4 Nous parlerons indifféremment d'élèves pour ne pas alourdir le texte.

3Grâce à ces trésors de ressources, la BnF propose huit ateliers4 presse pour les scolaires, du CE2 à Bac+3, les premiers ayant été créés en 2012 pour l'exposition La presse à la une. De la gazette à internet. Ils ont été conçus bien avant la question de l'infox mais ils sont tous « traversés » par le sujet. Ils s'intègrent dans le cadre du parcours d’EAC de l'élève, instauré par la loi de refondation de l'école de 2013, dans lequel l'éducation aux médias et à l'information (EMI) est à l'honneur. Ces ateliers durent de 1 h 30 à 2 heures. Après un rappel des enjeux historiques de l'époque via un PowerPoint réalisé avec des documents issus de Gallica, les élèves démarrent l’activité pratique.

4Les objectifs de ces ateliers sont les suivants :

  • interroger la construction de l’événement par les journaux : qui écrit, qui prend les images ? Comment les choix éditoriaux se traduisent-ils sur la page (mise en scène de l'information : choix d'image, cadrage, composition, retouche, légende, etc.) ? ;
  • appréhender les aspects techniques et temporels de la fabrication selon les époques ;
  • appréhender la matérialité de la presse au travers de fac-similés imprimés depuis Gallica et de documents originaux (achetés, car les ouvrages issus des collections patrimoniales réservés aux chercheurs et trop fragiles pour être régulièrement manipulés ne peuvent qu’exceptionnellement sortir des magasins) ;
  • découvrir la presse numérisée dans Gallica.

5Nous ne décrirons pas ici les ateliers « Connais-tu la presse ? » ni « Dessine ton actu » qui sont des ateliers de découverte pour les primaires. Le premier se déroule dans la salle de la presse du Haut-de-jardin du site de Tolbiac et présente la grande variété de titres nationaux et internationaux, le second initie à la transcription d’une opinion sur l’actualité via le dessin d’une petite mascotte.

Ateliers « Une de presse » (durée : 1 h 30)

« Un match de boxe en 1921 » (à partir du collège)

  • 5 Les photographies télétransmises par bélinographe mettent trois jours à arriver entre les États-Un (...)

6Cet atelier porte sur le match opposant Jack Dempsey à George Carpentier en juillet 1921 à New York (Charlie Chaplin y a assisté, ce qui touche beaucoup les élèves). Il met l'accent sur les enjeux du sport dans la presse : dès la fin du XIXsiècle, les journaux ont créé des événements sportifs pour s'assurer lectorat régulier et recettes publicitaires. Par analogie, nous présentons le quotidien L'Équipe du 26 juillet 2012 édité lors des jeux olympiques, « deux fois plus large, deux fois plus long : le record du quotidien sportif le plus grand du monde », avec ses publicités king size (79,5 cm x 56 cm), sources de revenus colossaux. Autre point abordé : la maquette. Durant la Première Guerre mondiale, les fausses informations ont eu pour conséquence de faire chuter les ventes de journaux. Après la guerre, les rédactions ont opté pour des mises en page attractives agençant les photographies de façon dynamique. La spéculation autour des récits et images des performances des stars est évoquée, ainsi que la tentation de faire un scoop : ainsi le quotidien La Presse a imprudemment titré en une le 27 mai 1927 : « Nungesser et Coli ont réussi » [à traverser la Manche en avion], alors que ces deux aviateurs français ont disparu et n'ont jamais été retrouvés. Les lecteurs ont perdu confiance dans ce titre qui a cessé de paraître en 1935. Rassurés par l'existence d'une certaine justice, les élèves comprennent qu'il est capital de vérifier l'information avant sa parution. Cet atelier appréhende également la lenteur de télétransmission des textes et images dans les années 1920. La radio diffusée par télégraphie sans fil (T.S.F.) ne couvre pas les distances intercontinentales. D’autre part, les images télétransmises5 ne peuvent pas illustrer le match en temps réel, ce qui oblige les rédactions à contourner ce problème par des croquis, des portraits issus des stocks des agences de presse, ou de faire des montages avec des vues de combats précédents, ou prises en studio. C'est le cas de L'intransigeant du 3 juillet 1921, qui, le soir du match, légende un montage ainsi : « Voici les deux champions, américain et français, à peu près tels qu'ils se sont mis en garde aujourd'hui sur le ring de New York ». Au vu de l'instantanéité de diffusion actuelle, les élèves peinent à imaginer la lenteur de l'époque mais ils réalisent que la légende ne doit pas flouer le lecteur.

  • 6 Voir note 4.

7Durant la partie pratique, les élèves se mettent dans la peau d’un journaliste iconographe de 1921 et choisissent, parmi des similis planches-contact réalisées en amont avec des photographies d’agences de presse issues de Gallica, l’image qui leur semble la plus pertinente en regard des titres principaux de la une. Ils en déterminent le cadrage, voire la retouche, réalisent une composition et écrivent une légende tenant compte des précautions à prendre. Pour finir, nous leur présentons les quotidiens de l'époque sur Gallica6 afin de les familiariser à la recherche dans les collections de presse de la BnF.

8Documents originaux présentés : des quotidiens avant et après le match, des magazines illustrés, une carte postale du match, un montage de neuf photographies retouchées pour en accentuer le contraste et assemblées comme la suite cinématographique des dix dernières secondes de Georges Carpentier K.O., et une image diffusée par bélinographe, dont les lignes hachées dues à la télétransmission nécessitent une sérieuse retouche manuelle.

« Libération de Paris en août 1944 » (3e à post-bac)

  • 7 Voir note 4.

9Cet atelier dresse l'état des lieux de la presse sous l'Occupation et sa complète reconfiguration après la Libération. La Résistance diffuse ses idées à travers une presse clandestine7 qui a très vite vu le jour, s'est développée au fil de la guerre et a réquisitionné, dès la mi-août 1944, les locaux des titres collaborationnistes désormais interdits de parution. Un extrait du film documentaire Journalistes dans la tourmente de Michel Van Zèle (Beta digital, 1999) explique le fonctionnement de la censure imposée par le gouvernement de Vichy. Sont présentés ensuite les étapes de la fabrication d'un journal résistant et le processus de sa diffusion clandestine : les élèves appréhendent la particularité de l'information en temps de guerre et l'obligation pour les titres de choisir leur camp.

10La répression de l'époque frappe les jeunes qui pensent pouvoir tout exprimer librement sur les réseaux sociaux. Les élèves analysent une photographie d'Henri-Cartier Bresson et comprennent la sémantique de l'imagerie de la propagande résistante en miroir de celle de Vichy. Sont présentées deux vues de rues, l'une brouillonne et mal cadrée, l'autre (ayant au verso un tampon d’agence photographique) parfaite dans sa composition et dans sa symbolique : les élèves perçoivent la différence entre œil professionnel et amateur, et le point de vue spécifique de chaque photographie.

11Durant la partie pratique, ils font des choix iconographiques dans deux planches contact pour illustrer deux unes : « Tous aux barricades ! », L'Humanité, 23 août 1944, et la une d’Ouest France du 29 août 1944. Ils découvrent cette dernière avec la photographie aérienne en grand format du défilé du général de Gaulle avec la foule immense. La tour Eiffel, trop discrète dans la brume, a été rehaussée de noir pour faire comprendre que la Libération s’est faite à Paris, et que Paris, c'est la France.

Atelier « Liberté de la presse et liberté d'expression » (lycéens et étudiants, durée : 2 heures)

12Nous présentons aux élèves la lente accession – entre répression et libéralisation – à la liberté de la presse avec la loi de 1881 à travers les collections de la BnF : journaux avec autorisation royale de parution, presse révolutionnaire, « petite presse » du XIXsiècle maniant satire, caricature et provocation. Nous expliquons différents articles de cette loi qui limitent la liberté au travers d’exemples historiques croisés avec des situations contemporaines, par exemple les caricatures dégradantes du capitaine Dreyfus et celles de Christine Taubira en 2013. Ce texte de loi, peu attractif pour les élèves, est capital pour la cohabitation des différentes opinions dans l'espace public comme dans l'espace virtuel (loi de 2004 « pour la confiance dans l’économie numérique » qui adapte la loi de 1881 aux nouveaux usages et techniques, et loi de 2018 relative à la lutte contre la manipulation de l'information en période électorale).

Focus

Les élèves sont sensibles aux délits comme la provocation à la haine, la discrimination et la violence (délits florissants sur les réseaux sociaux) à laquelle ils ont peut-être été confrontés en tant qu'acteur, victime ou témoin.

13Ils sont ensuite mis en situation de censeur de l’époque pour deux cas : la lettre « J’accuse » d’Émile Zola (L’Aurore, 13 janvier 1898) et l’affiche « Conscrits, voici l’instant venu de payer votre dette à la patrie » (éditée par l’Association internationale antimilitariste des travailleurs, 1906) qui pose la question : peut-on tout diffuser dans l’espace public ? Les élèves censeurs analysent le support de parution (éditeur, auteur, date), déterminent si son contenu doit être ou non censuré, en s’appuyant sur la loi et citant l’article qui pourrait condamner ou non son auteur.

Ateliers « Photographie et presse » (durée : 2 heures)

14Ces deux ateliers ont été créés en partenariat avec Odette Martinez, alors à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) devenue La contemporaine en 2018, spécialisée dans l'histoire contemporaine et les relations internationales des XXe et XXIe siècles.

« Photographie et presse de la Grande Guerre » (à partir de la 3e)

15Cet atelier aborde la question des mensonges d'une presse muselée par l'armée qui saisit tardivement l'importance de l'image pour sa propagande. Après une mise en contexte historique, il est demandé aux élèves de faire une recherche dans Gallica sur deux sujets : les ruines d'églises (surreprésentées dans les médias comme preuve de la monstruosité des Allemands et comme documentation pour les demandes de réparations après la guerre), et les cadavres (allemands, bien sûr).

16Les élèves apprennent à faire des recherches par mots dans la presse et sont confrontés aux termes propres à une époque comme la charge, mot récurrent bien qu’inapproprié pour ce conflit. Ils découvrent les journaux de tranchées8 et comprennent la motivation de leurs rédacteurs à la lecture de l'éditorial du n° 1 du Canard enchaîné (10 septembre 1915) : « Le Canard enchaîné [...] prend la grande liberté de n'insérer, après minutieuse vérification, que des nouvelles rigoureusement inexactes. Chacun sait, en effet, que la presse française, sans exception, ne communique à ses lecteurs, depuis le début de la guerre, que des nouvelles implacablement vraies. Eh bien, le public en a assez ! Le public veut des nouvelles fausses… pour changer. Il en aura. [...] »9.

« Photographie et presse de la Guerre d'Espagne » (lycée et post-bac)

17Cet atelier présente le regard de la presse française sur les événements, chaque camp soutenant avec force, voire violence ou déni son opinion sur le conflit, entre peur du fascisme ou du communisme, au risque de la caricature. Le résultat d'une recherche par le mot Guernica dans la presse est révélateur10. L'Humanité du 28 avril 1937 accuse la flotte aérienne d’Hitler et Mussolini quand L'Action française11 du 29 avril 1937 se range du côté de Franco et moque les cris scandalisés de « la presse rouge »12. Comment démêler le vrai du faux ? Un extrait du film documentaire L'album de Juliette d'Odette Martinez et Jean-Claude Mouton (BDIC, 2004) est diffusé aux élèves : une ancienne brigadiste internationale commente son album de photographies prises durant la guerre avec son regard personnel sur la guerre. Dans L'Argonnaute, bibliothèque numérique de La Contemporaine, une recherche d'images dans les albums de Gabriel Ersler, médecin engagé volontaire, est demandée aux élèves, en regard des vues des photoreporters Robert Capa, Gerda Taro et Chim sur Gallica intramuros (images sous droit, consultables sur site).

18Les élèves apprennent à faire la différence entre images parfois spectaculaires de photoreporters engagés dont le regard annonce l’image-choc visant à attirer l’attention (être « liké ») et vues intimes, et entre document réalisé en vue d’une publication et témoignage à caractère privé. Enfin, ils appréhendent la question de la signature (sur internet, tout s’emprunte, se réinvestit, se pastiche) selon l’époque concernée : si la notion d’auteur de photoreportage commence à être appréhendée dans l’entre-deux-guerres, les images de ces derniers ne seront vraiment créditées qu’avec la création des grandes agences photographiques comme Magnum Photo, la première du genre, créée en 1947.

Les fausses nouvelles à la BnF

Colloque, portail Presse et médias, exposition en affiches

19Laurence Engel, présidente de la BnF, a souhaité que l'établissement organise des actions à l'attention de ses publics sur le sujet brûlant des infox. Thierry Grillet, directeur de la Direction de la diffusion culturelle, a organisé un colloque international le 20 mars 201913 : Les démocraties à l’épreuve de l’Infox dans lequel la fabrique, la circulation et la lutte contre les fausses nouvelles sont débattues.

20Le portail « Presse et médias » de la BnF présente un dossier Fake news, infox et fausses nouvelles14.

21L'équipe EAC a réalisé, avec la collaboration du CLEMI, un jeu de onze affiches téléchargeables en ligne : Histoires de fausses nouvelles15 qui mettent en regard collections patrimoniales et médias numériques. Conçues pour les enseignants, elles s’ouvrent à un public plus large et se concluent par des pistes d’action et de réflexion pour mener, de manière individuelle et collective, le débat face à l’infox.

22En voici un extrait.

Caquetage et bavardage, deux piliers de la fausse nouvelle

23La fausse nouvelle, que l’actualité remet au goût du jour sous l’appellation de « fake news » ou d’infox, est tout sauf un phénomène inédit ! Jusqu’à l’invention de l’imprimerie vers 1450, la fausse nouvelle circule de façon orale ou écrite dans la société.

Figure 1. Les nouvellistes. Anonyme, deuxième moitié du XVIIIsiècle

Figure 1. Les nouvellistes. Anonyme, deuxième moitié du XVIIIe siècle

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

24Elle court les rues au XVIIIsiècle par l’intermédiaire des nouvellistes qui commentent l’actualité politique sous les arbres dits « de Cracovie » (de l’expression populaire « craque » pour désigner mensonge et vantardise) dans les jardins publics parisiens, mais aussi des « nouvellistes de rue » comme cette « Mme Caquet » dont le nom évoque le gazouillis des « tweets » d'aujourd'hui.

Figure 2. Mme Caquet, laittierre [sic], ou la nouvelliste du quartier 1797-1781

Figure 2. Mme Caquet, laittierre [sic], ou la nouvelliste du quartier 1797-1781

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Deux ateliers « Fausses nouvelles »

Atelier d'initiation à la recherche documentaire (3e à post-bac, durée : 1 h 30 à 3 heures)

25À l'ère d'une information numérique prépondérante, il s'agit d'abord de sensibiliser les élèves à la validation des contenus comme des sources. En activité sur un poste, ils trouvent et croisent les indices contenus dans les moteurs de recherche et les sites web (auteur, source, date, format d'un article, etc.) afin de fiabiliser l'information collectée avant leur utilisation dans le cadre de leurs projets scolaires. Ainsi, ils se familiarisent avec une posture scientifique de prospection. Celle-ci est ensuite mobilisée avec la pratique des ressources numériques de la BnF librement accessibles (Gallica, Catalogue général, Sindbad, portails thématiques) ou plus spécifiques (Factiva, Europress, Xerfi, Dalloz, etc.).

Focus

Cet atelier est complété d'une visite du site et de ses salles de lectures : lycéens et étudiants saisissent la nécessité d'une consultation physique des documents dont la numérisation est loin d’être exhaustive.

Atelier « Fausse nouvelle : histoire et décryptage » (3e à post-bac, durée : 2 heures)

Objectifs

  • Faire relativiser la crispation actuelle à l’égard de la fausse nouvelle qui ne date pas d’hier et ne s’arrêtera pas aujourd’hui ;
  • expliquer la particularité de ce phénomène aux facettes multiples et la spécificité de la fausse nouvelle numérique (fermes à clics, algorithmes, pièges à clics, etc.) et les dessous de la viralité de l’infox : quels sont leurs objectifs ? Pédagogiques, humoristiques, financiers, politiques ? ;
  • donner des outils aux élèves pour qu’ils soient critiques à l’annonce de toute forme de nouvelle (politique, sportive, people, personnelle, etc.).

Déroulé

26Après avoir suivi une présentation de cas historiques d’infox de toutes formes (pastiches, canulars, buzz, calomnie, diffamation, propagande, rumeurs, complotisme, etc.), à partir de documents patrimoniaux faisant écho à des actualités récentes, les élèves se lancent dans une recherche en ligne sur différents sujets, et sont confrontés à la difficulté de pouvoir valider ou non une information.

Focus

Ils débattent ensuite ensemble sur la façon dont ils réagissent face aux news : émotionnellement, avec du recul ? Éprouvent-ils l'envie de la partager avec un proche, un groupe, à tous publics ? Les élèves perçoivent alors les contours des domaines publics et privés et la différence entre réalité et fiction. Se pose alors la question de la vérification avant diffusion sur des sujets qui les touchent.

Un atelier presse en bibliothèque de quartier ?

27Les problématiques abordées dans les ateliers presse de la BnF croisent souvent celles de la fausse nouvelle. Ces ateliers sont construits à partir des collections patrimoniales numérisées et libres de droit de Gallica (jusqu'à 1947) qui sont accessibles à tous pour monter des séquences thématiques et pédagogiques. Celles-ci peuvent être illustrées par des ressources locales, si le sujet s'y prête. Les élèves peuvent alors questionner et s'approprier leur patrimoine régional.

Exemple : un atelier sur un sujet spécifique à une région

28Nous avons participé à une journée d'étude pour enseignants et bibliothécaires « Le patrimoine sort de sa réserve » le 3 décembre 2018 à Lyon, proposée par l’association Auvergne-Rhône-Alpes livre et lecture en partenariat avec le ministère de la Culture, la BnF et la DAAC de Lyon et avec le soutien du réseau Canopé. Cette journée s'articulait autour de la mise en place de projets éducatifs et culturels en lien avec le patrimoine écrit et graphique. Nous avons proposé un atelier « Presse ancienne et recherche documentaire. Étude de cas sur une figure locale ». Nous avons privilégié un sujet de proximité susceptible de motiver les élèves d'une région dans laquelle il serait possible de trouver des documents (cartes postales, photographies, presse, rapports administratifs, etc.) dans les lieux de ressources locaux type bibliothèque, archives ou musée, voire des archives familiales, à mettre en regard des collections numérisées dans Gallica.

Une ouvrière syndicaliste du Dauphiné

  • 16 Michèle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012 (coll. Nos héroïnes).

29Notre recherche s'est portée sur les femmes syndicalistes de la région du Dauphiné, avec pour point de départ l’essai Mélancolie ouvrière16. Cet essai enquête sur Lucie Baud, ouvrière tisseuse en soierie très active dans les grèves du début du XXsiècle. Nous savions que nous trouverions peu de documents sur elle, puisque l’auteur, Michèle Perrot, s'est confrontée à « l’opacité des sources et à l’incertitude des interprétations ».

Focus

Cette opacité est remarquable en soi car elle montre le peu d'intérêt porté alors aux ouvrières dans le milieu syndicaliste mais aussi dans celui des bibliothécaires qui n'ont pas indexé ces sujets. Cela questionne le regard porté sur la fiabilité des institutions : elles sont avant tout le reflet d'une époque.

30Nous avons cependant glané des pépites dans la presse du moment17 sur les conditions de travail terribles des femmes et des enfants et des indices sur leur cadre de vie. Nous encourageons les classes à continuer les recherches dans leur région.

31Clin d'œil de cette journée passée à la Villa Gillet : nous avons déjeuné sous le buste d’un des membres de la lignée éponyme d'industriels lyonnais ayant débuté en 1838 dans la teinture de textiles pour finir aux manettes des fleurons de l'industrie chimique et celles des textiles artificiels.

32Ont-ils entendu parler de Lucie Baud ?

Notes

1 [En ligne] < https://www.bnf.fr/fr/enseignants-et-communaute-educative >.

2 Service de Réseau Canopé, opérateur public sous tutelle du Ministère français de l'Éducation nationale.

3 [En ligne] < https://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-et-revues >.

4 Nous parlerons indifféremment d'élèves pour ne pas alourdir le texte.

5 Les photographies télétransmises par bélinographe mettent trois jours à arriver entre les États-Unis et la France par câbles sous-marins, et l'image obtenue, peu lisible, n’est pas utilisable en l’état. Les tirages arrivent en dix jours, largués par avion sur un navire parti en amont pour gagner du temps.

6 Voir note 4.

7 Voir note 4.

8 Voir note 4.

9 Voir le blog. [En ligne] < https://gallica.bnf.fr/blog/26042019/la-propagande-dans-la-presse-au-debut-de-la-grande-guerre >.

10 Voir le blog. [En ligne] < https://gallica.bnf.fr/blog/26042017/bombardement-de-guernica-le-26-avril-1937-controverse-dans-la-presse-francaise >.

11 L'Action française : organe du nationalisme intégral. En ligne] < https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7666838.item >.

12 [En ligne] < https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7666838/f2.item.r=guernica >.

13 [En ligne] < https://www.bnf.fr/fr/agenda/les-democraties-lepreuve-des-infox#bnf-en-direct-du-colloqueinfox- >.

14 [En ligne] < https://bnf.libguides.com/presse_medias/fake_news_infox >.Voir aussi les articles du site Rétronews.fr sur le sujet, réalisés à partir des documents issus des collections de presse de la BnF.

15 Voir sur « BnF avec ma classe » : < https://www.bnf.fr/fr/avec-ma-classe >, rubrique « Enseignants et communauté éducative », expositions en affiches. [En ligne] < https://www.bnf.fr/fr/enseignants-et-communaute-educative#bnf-expositions-sur-affiches > et sur l'exposition virtuelle « Presse à la Une », {En ligne} < http://expositions.bnf.fr/presse/index.htm >.

16 Michèle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012 (coll. Nos héroïnes).

17 Voir le site de presse locale ancienne. [En ligne] < http://presselocaleancienne.bnf.fr/accueil >.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les nouvellistes. Anonyme, deuxième moitié du XVIIIsiècle
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 2. Mme Caquet, laittierre [sic], ou la nouvelliste du quartier 1797-1781
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

Auteur

Chargée de projet éducation artistique et culturelle, direction des Publics, département Développement des publics et médiation, service Éducation artistique et culturelle, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search