Version classiqueVersion mobile

Lire dans un monde numérique

 | 
Claire Bélisle

Conclusion. Perspectives : penser la lecture aujourd’hui

Claire Bélisle

Texte intégral

1Les activités de lecture deviennent plus complexes, en raison de la transformation des matériaux à lire et de la diversification des supports. Il est donc opportun de repérer les enjeux de ces évolutions, et principalement la dimension culturelle qui est l’objet principal de cet ouvrage. La lecture a toujours été perçue comme un lieu et un moyen de libération. Aussi, les craintes qui s’expriment quant à une baisse des pratiques n’ont-elles rien d’étonnant. Bien que ces activités soient basées sur la maîtrise d’un ensemble d’habilités techniques et cognitives, leur maîtrise ne suffit pas pour rendre compte de ce que devient lire dans un monde numérique. Ainsi que les travaux des psychologues, des linguistes et des historiens l’attestent, la lecture est une pratique fondamentalement située et contrainte par les contextes technologiques, socioculturels, politiques et historiques des communautés dans lesquelles elle se déroule. Avec le développement de nouveaux environnements numériques de la connaissance, au sein desquels les compétences du XXIe siècle se développent, la lecture devient incontournable. Elle s’insère dans le même temps dans un ensemble d’actions et d’interactions multimodales et non plus simplement linguistiques et textuelles. En d’autres termes, il est plus que jamais indispensable de savoir lire, mais savoir lire se transforme en une multi-compétence qui va au-delà de la lecture et de la maîtrise des textes. Aussi, penser et comprendre les activités de lecture aujourd’hui amène à une perspective globale des interactions avec l’information et la connaissance.

2Dans cet ouvrage, la lecture a été envisagée de façon autonome. Elle a longtemps été perçue ainsi d’autant plus que les supports papier favorisent une pratique dissociée de l’écriture. Les technologies numériques cependant changent la donne, et ont tendance à rendre caduque la séparation lecture/écriture. Différents outils offrent la possibilité d’intervenir dans les textes et les documents. D’autres modes de mise en sens et de signification que le mode langagier et textuel émergent. En conséquence, les problématiques de lecture s’éclairent par association étroite aux pratiques de l’écrit ainsi qu’à l’expression sonore et visuelle. Aussi proposons-nous, pour clore cet ouvrage, d’explorer rapidement les perspectives développées depuis quelques années avec le concept de littératie(s), au croisement des pratiques sociales et des représentations, de l’apprentissage et des domaines de la lecture/écriture linguistique et textuelle, mais aussi visuelle et sonore.

LA LITTÉRATIE, UNE NOUVELLE PERSPECTIVE POUR LA LECTURE

3Dans l’interaction avec la connaissance numérique, ce n’est plus simplement la capacité de lire qui est en jeu, mais des capacités beaucoup plus vastes et plus fondamentales qui sont habituellement désignées par le terme de « littératie ». D’une part, « les activités de lecture ont certes connu au cours de ces dernières décennies un accroissement exponentiel » [Jaffré, 2004] et d’autre part, la pratique de lecture est de plus en plus associée aux activités d’écriture, non seulement pour l’apprentissage, mais dans de nombreuses professions et tout au long de la vie. L’influence bénéfique de ces activités l’une sur l’autre est maintenant connue, rendant encore plus nécessaire leur désignation conjointe par un seul terme : « La lecture et l’écriture jouent des rôles complémentaires qui, à terme, contribuent à construire une compétence homogène et complexe dont ni le terme de lecture ni celui d’écriture ne peuvent, à eux seuls, rendre compte » [Jaffré, 2004]. C’est ainsi que prend fin une « disjonction, née au XVIe siècle, entre lecture et écriture » [Chartier & Hébrard, 2000] qui s’était instaurée avec l’arrivée de l’imprimerie, afin de faciliter alors l’éducation d’un nombre grandissant de personnes aspirant à la maîtrise du déchiffrement des textes.

4Apparu en anglais en 1883 [Fraenkel, 2010], le terme literacy était lié au départ aux campagnes contre l’analphabétisme. Positionné d’abord dans le cadre d’études médiévistes, le concept de littératie s’est peu à peu imposé pour comprendre les civilisations de l’écrit [Ong, 1989 ; Olson, 1994]. En donnant en 1957 à son ouvrage le titre The Uses of Literacy, traduit en français par La Culture du pauvre, Richard Hoggart a donné une assise plurielle au terme en produisant les premières descriptions des pratiques de lecture de différents groupes sociaux. Par ailleurs, des approches multiples de la littératie se sont largement développées dans le monde anglo-saxon avec les travaux, entre autres, de Ong, Olson, Goody et Street, cherchant à en préciser la nature et les effets, ainsi que les moyens de la mesurer. Bien qu’en France le terme de littératie suscite quelques réticences et que son orthographe ne soit pas encore stabilisée, entre une référence au terme anglo-saxon (literacy), un ancrage en littérature (« littéracie » ou « littératie ») et un renvoi à l’illettrisme (« littérisme » ou « lettrisme »), son usage s’installe dans les travaux des chercheurs et les publications officielles dans l’ensemble de la francophonie. Une des définitions les plus pertinentes est sur le site Statistiques Canada : « Traditionnellement, la littératie a fait référence à la capacité de lire, de comprendre, et d’utiliser l’information. Cependant, la signification du terme s’est élargie pour englober une gamme de connaissances, de compétences et d’habiletés qui ont trait à la lecture, aux mathématiques, aux sciences, et plus encore. Cet élargissement du sens reflète les changements profonds et généralisés qui se sont produits dans les domaines de la technologie et de l’organisation du travail au cours des 25 dernières années. Par exemple, la capacité d’utiliser et de mettre en application des concepts clés en mathématiques et en sciences est maintenant nécessaire dans une vaste gamme de professions »1.

5Déjà en 2000, Pont et Werquin soulignaient que : « L’arrivée massive des outils électroniques a remis l’écrit au goût du jour, et peut-être même au centre des compétences fondamentales que chacun doit posséder. Paradoxalement, la révolution d’Internet, la messagerie électronique et la mondialisation des flux de l’information font en effet de la lecture et de l’écriture des compétences dont personne ne peut se passer, que ce soit pour soumettre une requête à un site Internet ou postuler à un emploi par courriel. » La littératie numérique, ou digitale (digital literacy), avait été initialement comprise comme équivalente à la littératie technologique, dans une approche techno-centrée. Le postulat implicite était que la technologie introduit le changement dans la société et que les individus ont besoin de maîtriser les outils technologiques afin d’être capable de s’adapter à ces changements. Cette approche avait d’autant plus de prégnance qu’elle s’enracinait dans les occasions de plus en plus nombreuses d’interagir par l’intermédiaire d’outils technologiques avec les informations et les connaissances. La littératie numérique s’est cependant révélée comme un défi beaucoup plus complexe, renvoyant à la manière de penser la littératie elle-même.

6On distinguera ici trois approches complémentaires de la littératie, les deux premières étant particulièrement présentes dans le milieu éducatif [Varis, 2002 ; Barré-De Miniac et al., 2004 ; Leu et al., 2004] : un modèle dit « autonome » de la « littératie », basé sur le postulat que lire et écrire sont simplement des compétences techniques ; un modèle socioculturel, basé sur la reconnaissance que toutes les littératies sont socialement et idéologiquement inscrites et délimitées ; et un modèle à fortes prétentions d’« encapacitation », basé sur les affirmations anthropologiques de la puissance révolutionnaire des processus cognitifs instrumentés. Retracer comment le concept de littératie s’est progressivement complexifié fournira les éléments pour comprendre les défis des littératies en cours de développement.

LE MODÈLE « AUTONOME » OU LA LITTÉRATIE FONCTIONNELLE

7La littératie a longtemps été comprise comme un ensemble de simples compétences cognitives et pratiques apprises, nécessaires pour interagir avec les textes et les nombres. La littératie est ici fortement associée aux différents systèmes scolaires, et se définit comme une « capacité à lire et utiliser de l’information écrite, à écrire de façon appropriée dans un ensemble de contextes, et à reconnaître les nombres et les signes et les symboles mathématiques de base » [Langford, 1998]. Cette première approche fonctionnelle de « savoirs élémentaires en partie mesurables » [Fraenkel, 2002] allait devenir un outil stratégique entre les mains des politiques et des parties prenantes de l’effort d’éducation et des programmes de développement de l’Unesco.

  • 2 Cette définition de la functional literacy, traduite à l’époque par « alphabétisme fonctionnel » a (...)

8En effet, l’Unesco, sous la poussée des États nouvellement entrés dans l’organisation, fit de l’alphabétisation, particulièrement celle des adultes, une de ses priorités. Ainsi, en 1978, l’alphabétisation, ou la littératie fonctionnelle, était définie ainsi : « Une personne est alphabète du point de vue fonctionnel si elle peut se livrer à toutes les activités qui requièrent l’alphabétisme aux fins d’un fonctionnement efficace de son groupe ou de sa communauté et aussi pour lui permettre de continuer d’utiliser la lecture, l’écriture et le calcul pour son propre développement et celui de la communauté »2. Ce concept initial allait évoluer dans la communauté internationale : ainsi, le concept de la littératie, d’abord un simple processus d’acquisition de compétences cognitives de base, s’est élargi à l’utilisation de ces compétences afin de contribuer au développement socio-économique. « De nombreux éducateurs ont été amenés à concevoir l’alphabétisation comme un processus actif d’apprentissage impliquant la conscience sociale et la réflexion critique, susceptible de donner aux individus et aux groupes les moyens de promouvoir le changement social. Les travaux de l’éducateur brésilien Paulo Freire ont intégré les notions d’apprentissage actif dans des contextes socioculturels particuliers. Comme il l’a écrit, “toute lecture du mot est précédée d’une lecture du monde” » [Unesco, 2006].

9Suite à des travaux sur la littératie dans les sociétés traditionnelles, l’anthropologue Goody va introduire une nouvelle perspective en présentant la maîtrise de l’écrit comme une avancée significative de la raison avec son ouvrage sur « La domestication de la pensée sauvage », titre anglais, qui a été remplacé en français par La raison graphique. Pour Goody, l’écriture est une véritable technologie de l’esprit et le passage de l’oral à l’écrit suppose des changements importants dans le rapport au réel et l’organisation mentale. Jean-Marie Privat (2009), dans la lignée de la pensée de Goody, résume ainsi les trois aspects de la littératie pour un anthropologue : « La littératie est d’abord un système constitué d’objets : des plumes, des papiers, des tables… C’est ce qu’on nomme le capital objectivé. La littératie, c’est aussi un capital institutionnalisé : l’Académie française, le baccalauréat, le concours de professeurs des écoles, l’école elle-même. L’institution. Entrer en littératie c’est entrer dans tout cela en même temps ou à la fois. […] C’est aussi le capital incorporé. Par exemple dans les expressions : parler comme un livre ou ce grand-père se tient droit comme un I, on perçoit le monde à travers des catégories littératiennes, on mobilise des catégories de l’écrit pour “dire l’oral” ».

10Dans cette approche de la littératie avec l’acquisition des trois compétences de base : lire, écrire, compter, « l’écrit est appréhendé comme une technologie ayant partout les mêmes effets » [Fraenkel, 2010]. Or dans leurs efforts pour comprendre les échecs scolaires et sociaux d’entrée en littératie, des chercheurs vont identifier des limites inhérentes à cette approche qu’ils vont qualifier d’« autonome » ou de vision de « la littératie en elle-même ». C’est ainsi que Street (1984), chercheur pionnier du courant de recherche New Literacy Studies (NLS), va montrer que la littératie telle qu’étudiée par Goody est revêtue des caractéristiques qui en fait sont celles de l’ordre social dans lequel on la rencontre. Telle qu’analysée par les études sociologiques, cette littératie « neutre » ou « universelle » serait de fait porteuse d’un agenda caché de valeurs, de comportements et d’hypothèses implicites sur la « pensée primitive » et la « pensée graphique » que les adeptes de la littératie fonctionnelle tendent à considérer comme universel, mais qui résulte de l’enchâssement socioculturel des compétences de littératie. Ainsi, certains des effets attribués à la littératie, par exemple, « des progrès de l’esprit critique » ou « des rapports sociaux plus dépersonnalisés » se sont avérés résultés plutôt du système scolaire dans lequel se faisait l’apprentissage. Les chercheurs (NLS) vont s’efforcer de mettre en évidence « la pluralité des manières culturelles de s’approprier l’écrit sur des terrains extrêmement divers et la variété des configurations entre oral et écrit » [Fraenkel, 2010]. Ces travaux s’avèrent très instructifs pour aborder et comprendre les évolutions en cours et le développement d’une « littératie numérique » et pour amenuiser les craintes d’uniformisation, de standardisation ou de disparition de la culture. Les peuples sont toujours plus complexes que les projets qui veulent les organiser.

LA LITTÉRATIE EN TANT QUE PRATIQUE SOCIOCULTURELLE

  • 3 New Literacy Studies : pour une introduction à ce courant de recherche, voir Fraenkel & Mbodj, et l (...)

11Aussi, à cette critique de la littératie conçue comme une technologie neutre de l’esprit, le courant de recherche NLS3 va progressivement imposer une autre approche, plus englobante, non seulement en termes des compétences techniques, mais postulant aussi une capacité sous-jacente à savoir quelles compétences utilisées selon les différents contextes et à être capable d’activer instantanément les compétences pertinentes pour la tâche à portée de main.

12Les difficultés rencontrées par les enseignants, en voulant garantir l’accès à la littératie pour tous les étudiants quel que soit leur horizon culturel, les ont incités à en approfondir leur compréhension. En procédant ainsi, ils sont arrivés aux mêmes conclusions que les anthropologues. Le contexte social et historique de la littératie doit être pris en compte pour apprécier ce qu’elle signifie pour un groupe social donné. Comme Langford (1998) l’a spécifiquement souligné, « le concept de littératie dépend réellement des besoins d’information de la société en question ». Présenté comme le modèle idéologique de la littératie, le modèle socioculturel est basé sur la reconnaissance qu’en réalité, ce concept varie d’un groupe social à l’autre et est largement déterminé par les contextes culturels, politiques et historiques dans lesquels il se développe. La littératie est ici comprise en tant que compétence donnant accès non seulement à la maîtrise des informations et des connaissances mais aussi aux structures de pouvoir et d’autorité par la maîtrise des textes écrits et des nombres et permettant leur compréhension.

13Ce modèle offre « une vue générale des pratiques, très réceptive aux dimensions culturelles dans leurs variations d’un contexte à l’autre. […] Elle est toujours enracinée dans des principes épistémologiques socialement construits » [Street, 2003]. Ainsi, la littératie a été associée dans l’hémisphère occidental à des compétences cognitives, mais aussi au progrès économique, à la citoyenneté et au développement de compétences sociales et culturelles. Avec l’émergence des mass médias, il est devenu évident que des compétences spécifiques étaient nécessaires pour faire face à la masse de sollicitations et de messages persuasifs envoyés aux auditeurs et aux spectateurs. La littératie médiatique est devenue une compétence indispensable pour faire face au besoin universel de « comprendre, produire et négocier les significations dans une culture faite d’images, de mots et de sons puissants. Une personne compétente en littératie médiatique – et chacun devrait avoir la possibilité de le devenir – peut décoder, évaluer, analyser et produire à la fois des contenus imprimés et sur médias électroniques » [Aufderheide and Firestone, 1993]. L’acquisition d’une littératie médiatique a été tentée de nombreuses manières, soit par l’école, en développant une compétence médiatique par l’analyse des contenus et des formats spécifiques à chaque médium, soit par l’approche « apprendre en faisant », au cours de laquelle les étudiants parcourent toutes les étapes de la production, soit avec des groupes de discussion de conscientisation médiatique, après avoir eu une expérience personnelle de la dimension expressive et esthétique en regardant des films, des programmes ou des expositions. Cette littératie médiatique est devenue indispensable dans le monde de l’information et de la connaissance numérique.

14Ainsi comprise, la littératie n’est pas simplement un ensemble de compétences pour la maîtrise des graphèmes, des phonèmes, des textes écrits, parlés et des documents médiatiques. La dimension culturelle de la littératie englobe aussi des attitudes, des valeurs, des pratiques et des conventions. Être compétent implique que l’on connaît les pratiques, attitudes et valeurs adéquates dans une situation donnée. Alors que l’éducation formelle est souvent centrée sur la maîtrise des dimensions autonomes de chaque littératie, les dimensions « idéologiques » introduisent des défis beaucoup plus impérieux et plus profonds.

15C’est pourquoi la littératie est de plus en plus comprise aujourd’hui comme une acculturation et une maîtrise de la connaissance. Se construire en littératie comme se construire en culture, ce n’est pas seulement identifier et satisfaire des besoins d’information par la maîtrise des documents imprimés et multimédias, mais cela suppose de plus en plus la capacité et l’inclination à constamment construire ses propres connaissances. Apprendre nécessite un effort qui dure tout au long de la vie et n’est jamais complètement terminé.

LA POSITION FORTE OU LA LITTÉRATIE COMME AUTONOMISATION INTELLECTUELLE

16Dans cette troisième approche, la littératie ne constitue pas seulement le moyen et les compétences pour interagir avec des textes écrits, des nombres et des documents multimédias à l’intérieur de contextes culturels et idéologiques spécifiques, elle apporte aussi un enrichissement profond et engage éventuellement une transformation des capacités de pensée humaine. Est reprise ici l’hypothèse d’une évolution intellectuelle qui se produit quand l’humanité se dote de nouveaux outils cognitifs, par exemple, l’écriture, ou de nouveaux instruments techniques, par exemple ceux que la technologie numérique rend possibles. Des chercheurs tels que le spécialiste des médias Marshall McLuhan et l’historienne Elisabeth Eisenstein, ont, en se focalisant sur des périodes qui se distinguent par des changements technologiques importants – l’arrivée de l’imprimerie ou le développement de la radio et télévision –, suscité des discussions controversées sur les interactions entre culture et technologie. Est-ce que la capacité humaine de compréhension évolue avec l’arrivée de technologie autonomisante ? Goody (1977) a étudié plus spécifiquement les processus cognitifs de la catégorisation et de la sériation, processus stimulés par l’usage de l’écrit et le développement intellectuel qui en est résulté. Le professeur Ong (1982) a montré comment l’écrit a transformé la conscience humaine. Probablement « inventé largement pour faire quelque chose comme des listes » et supplanter les faiblesses de la mémoire humaine, l’écriture a introduit « la division et l’aliénation, mais aussi une plus grande unité. Cela a intensifié le sens de soi et a favorisé une interaction plus consciente entre les personnes. Écrire c’est élever son seuil de conscience » [Ong, 1982].

17Selon Olson, il n’existe pas d’histoire documentant sur le long terme une évolution des capacités humaines de raisonnement, mais les différents travaux sur notre rapport à l’écrit ont mis en évidence que notre conception de la pensée humaine puise largement dans notre rapport aux textes écrits [Olson, 1994]. Aujourd’hui, il s’agit de repérer, dans l’interaction avec les outils numériques, l’émergence d’activités cognitives innovantes, pouvant conduire, comme cela a pu être le cas dans le passé, au développement de nouveaux outils cognitifs. Ong pense même que ceux-ci peuvent faciliter ou amplifier autant la conscience d’activités cognitives que la maîtrise de nouveaux concepts, la logique d’argumentation rhétorique (l’art du discours) que la logique du questionnement critique (l’art de pensée) [Ong, 1982].

18William St Clair, auteur d’un important ouvrage érudit sur l’histoire du commerce du livre anglais, discerne « une correspondance reconnaissable entre des patterns historiques de lecture et les mentalités conséquentes » [St Clair, 2004]. Il plaide en faveur d’une économie politique de la lecture par des enquêtes sur les processus par lesquels les textes atteignaient les mains, et donc potentiellement les esprits, des différents types de lecteurs. Ces travaux montrent que les structures économiques gouvernantes et les pratiques d’affaires aident à « déterminer la société elle-même, et jouent sur tous les niveaux de l’élaboration culturelle, depuis la production textuelle, en passant par le choix, la production et la distribution des imprimés, jusqu’à l’accès des lecteurs, les horizons des lecteurs, le choix de lecture, de réception et des mentalités conséquences » (ibid., 17).

  • 4 Par exemple, 133 millions de blogs seraient apparus depuis 2002 selon le site Technorati, spécialis (...)
  • 5 Voir le site Visual Complexity un espace unifié de ressources pour toute personne intéressée par la (...)

19Ces investigations historiques, sur les conséquences que la lecture et l’écriture ont sur l’art de pensée, apportent des perspectives stimulantes pour comprendre le paysage de la littératie numérique. Des avenues importantes pour le développement intellectuel ont été ouvertes avec la croissance exponentielle de l’information4 et avec la disponibilité de puissants outils multimédia et de visualisation5. En enregistrant, extrayant ou construisant des comptes rendus visuels et oraux de la réalité (événements, personnes, situations, etc.), les films, les bandes, les photographies, les outils de réalité virtuelle et le cyberespace présentent à l’esprit de nouveaux matériaux bruts pour penser et pour produire de la connaissance. Les défis émergeants des contextes de connaissance numériques, et pour lesquels la littératie numérique est opérante, ouvrent-ils des horizons réellement nouveaux pour l’art de pensée et pour la création de connaissances ? Malgré le doute, la question mérite d’être posée. Pour certains chercheurs, la société de la connaissance réduit tout savoir à des données mesurables et monnayables, alors que pour d’autres elle introduit dans une nouvelle démocratie cognitive. Dans l’ouvrage qu’il consacre à L’avenir des Humanités, Yves Citton (2010) plaide pour des « cultures de l’interprétation ». Selon lui, ce qui fait la spécificité d’une société de la connaissance, ou du « capitalisme cognitif », est « moins dans l’automatisation de tâches jadis considérées comme intellectuelles (cette machinisation étant au contraire le propre de la phase industrielle du capitalisme), que, d’une part, dans l’intellectualisation collective de toutes les dimensions de l’activité humaine et, d’autre part, dans la mise en valeur spécifique d’un certain type d’activité intellectuelle relevant précisément de l’interprétation. » Sans doute faut-il chercher plutôt du côté de cette activité qui relève spécifiquement des « subjectivités humaines » pour pouvoir penser les perspectives de développement et d’autonomisation qu’offrirait la littératie numérique.

20Passer d’une conception de la littératie comme la maîtrise de compétences techniques à la littératie comme « encapacitation » de la pensée nécessite que soient reconsidérés les concepts d’information et de connaissance. Même quand la littératie numérique comporte une approche en profondeur, avec ce que cela implique en termes de compétences, d’autonomisation et de réflexion critique, celle-ci peut encore s’accommoder d’une représentation de la connaissance telle que produite par la culture de l’imprimé : des représentations fondamentalement stabilisées et structurées de la réalité, accessibles par la lecture de textes (alphabétiques et numériques), interprétées et dotées de signification par des acteurs, et validées par des professions et des institutions académiques reconnues. Or ce qui caractérise la littératie, c’est bien le rapport spécifique que chaque tradition de lecture va instaurer avec non seulement les textes, mais aussi les valeurs et les régimes d’autorité caractéristiques de leurs contextes spécifiques. Ainsi, loin de pouvoir caractériser la littératie numérique à partir des outils technologiques sur lesquels elle s’appuie, ou du contexte de globalisation dans lequel elle se développe, il apparaît nécessaire de repenser les évolutions en cours des pratiques de lecture, à partir du contexte d’une société de la connaissance et des forces économiques qui la structurent.

21Cette approche large de la lecture par le concept de littératie s’avère indispensable pour comprendre que la baisse de lecture de certains types d’imprimés n’est pas forcément une baisse de la lecture et encore moins un recul de la culture. Il se trouve que depuis plus d’un siècle, d’autres accès à la culture et à la citoyenneté ont été adoptés massivement par les populations, alors que les enquêtes continuent de lier le développement de la culture à la lecture de livres imprimés sur papier. Bien que les livres imprimés puissent être considérés comme étant « intrinsèques à l’identité humaine », comme le proclamait le romancier John Updike, il semble bien que la culture humaine s’apprivoise aujourd’hui dans une pluralité de formes, de modalités, d’institutions et de valeurs. C’est pourquoi l’horizon de la littératie s’impose pour penser la lecture aujourd’hui.

22Parmi les défis à relever dans un monde qui devient numérique, celui de l’apprentissage de la lecture reste entier. Chacun doit maîtriser le couplage phonème-graphème pour accéder à l’expérience de lecture. Ceci suppose d’avoir compris le principe qui gouverne le codage alphabétique des mots et de savoir segmenter les énoncés écrits et oraux jusqu’à leurs constituants les plus simples. Cette habileté à discriminer les formes graphiques linguistiques n’est qu’un début dans l’entrée en littératie, c’est-à-dire dans la capacité à évoluer dans un monde de la connaissance, monde multiculturel, multilingue et multimédia. Ce défi n’est pas nouveau, mais il reste entier pour chaque lecteur débutant.

23Non seulement, il faut encore et toujours apprendre à lire, mais il faut de plus apprendre à lire différemment des textes imprimés et des textes à l’écran. Actuellement, la différence peut être minime, surtout s’il s’agit de lire à l’écran des textes mis en forme pour le papier et reproduits sur écran. Mais dès que l’on prend en compte des écritures multimodales conçues pour l’écran, et particulièrement l’expression littéraire numérique, la question de l’apprentissage de la lecture à l’écran devient primordiale. En résumant, on peut dire que cet apprentissage comprend à la fois la connaissance et la maîtrise de l’interaction dynamique, de l’interprétation symbolique et de l’engagement en contexte. Lire à l’écran, c’est faire des choix, c’est interagir, c’est comprendre et c’est agir. Apprendre à lire à l’écran c’est, pour un lecteur, être initié et entraîné à l’activité de pensée, à partir de documents, textes et écrans interactifs. C’est maîtriser différentes modalités d’interprétation et de compréhension afin d’atteindre des objectifs de culture. L’enseignement de la lecture numérique exige une ouverture d’esprit et une reconnaissance de l’aspect innovateur des évolutions en cours. L’écrit d’écran n’en est aujourd’hui qu’à des balbutiements. Il est difficile dans ce cas de pouvoir prétendre baliser les interactions avec les informations sur l’écran. Mais, s’il est impossible de prévoir comment se présenteront les écrans dans quelques années, il est tout à fait souhaitable de pouvoir affirmer l’importance des étapes dans la connaissance des nouvelles écritures et la maîtrise des outils de pensée. Cela va des objectifs poursuivis, en passant par les modes d’attention, et les types d’écritures textuelles, mais aussi graphiques, sonores et visuelles, jusqu’aux sens construits, retrouvés et interprétés.

24Dans les évolutions en cours, il y a une grande diversité des pratiques, avec cependant des tendances générales. « Dans l’histoire des formes, les révolutions ne se déduisent jamais systématiquement des conditions matérielles dans lesquelles les textes s’actualisent. Elles sont au contraire toujours le résultat de la créativité des hommes qui les écrivent, et s’en jouent » [Mounier, 2010]. Aussi, les repères à construire sont ceux qui vont permettre d’aller au-delà à la fois des modèles imposés par la littératie dominante et des tendances spontanées à fonctionner avec un horizon limité. Ici, la créativité est indispensable, pour que les personnes se développent et construisent une maîtrise de l’écrit, et des multiples formes de la culture qui ne soient pas totalement inventées localement, et pas complètement importées d’ailleurs.

25Au terme de cet ouvrage, il apparaît que les défis posés à la pratique de la lecture dans le monde numérique sont multiples. Cependant, la connaissance acquise sur le rôle de la lecture dans la culture humaine à travers l’histoire peut nous orienter vers l’importance à la fois de développer cette compétence, de l’ouvrir à la perspective plus globale de la littératie et de porter l’attention plus spécifiquement sur l’activité d’interprétation. Dans un recueil de textes choisis, Nathalie Piégay-Gros (2002) écrivait : « La lecture est une activité comparable à l ‘ interprétation d’une partition musicale : elle donne vie et corps à un texte […] ; elle lui donne aussi une inflexion, une tonalité, une signification qui ne peuvent s’entendre auparavant ». De nombreuses perspectives de la lecture dans un monde numérique ont été proposées ici en espérant qu’elles donneront aux lecteurs l’envie de les explorer davantage et le goût d’une culture de l’interprétation.

Bibliographie

Tous les liens ont été consultés le 1er octobre 2010.

Aufderheide Patricia & Firestone Charles M. Media literacy : a report of the national leadership conference on media literacy. Washington DC, Aspen Institute, 1993.

Barré-De Miniac Christine, Brissaud Catherine & Rispail Marielle (dir.). La littératie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture. Paris, L’Harmattan, 2004, collection « Espaces discursifs ».

Chartier Anne-Marie & Hébrard Jean. Discours sur la lecture (1880-2000). Paris, Bpi-Centre Pompidou ; Fayard, 2000.

Citton Yves. L’avenir des Humanités. Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? Paris, Éditions La Découverte, 2010.

Dacos Marin (dir.). Read/Write Book. Paris, Les éditions du Cléo, 2010.

Fraenkel Béatrice. « Littératie ». Patrick Charaudeau & Dominique Maingueneau (éd.), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 348-350.

Fraenkel Béatrice & Mbodj Aïssatou. « Introduction. Les New Literacy Studies, jalons historiques et perspectives actuelles ». Langage et société, n° 133, septembre 2010 ; p. 7-24.

Goody Jack. The Domestication of the savage mind. Cambridge (UK), Cambridge University Press, 1977.

Grossman Francis. « Littératie, compréhension et interprétation des textes », Repères, n° 19, 1999, p. 139-166.

Hoggart Richard. La culture du pauvre. Paris, Les Éditions de Minuit, 1957, collection « Le sens commun ».

Jaffré Jean-Pierre. « La littératie : histoire d’un mot, effets d’un concept », paru dans Barré-De Miniac Christine, Brissaud Catherine et Rispail Marielle (dir.), La littératie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture. Paris, L’Harmattan, 2004.

Langford Linda. “Information literacy ? Seeking clarification.” School libraries worldwide 4 (1), 1998 : 59-72.

Leu Donald J. Jr., Kinzer Charles K., Coiro Julie, & Cammack Dana. “Towards a theory of new literacies emerging from the Internet and other ICT”. Robert B. Ruddell & Norman J. Unrau, Theoretical Models and Processes of Reading, International Reading Association, 2004 ; p. 1570-1613.

Mounier Pierre. « Le livre et les trois dimensions du cyberespace », Read/Write Book, Marin Dacos (dir.). Paris, Les éditions du Cléo, 2010.

Olson David R. The world on paper. The conceptual and cognitive impoications of writing and reading. Cambridge (UK), Cambridge University Press, 1994.

Ong Walter J. Orality & Literacy, The Technologizing of the Word. London and New York, Routledge, 1982.

Piégay-Gros Nathalie (éd.). Le lecteur. Paris, GF Flammarion, 2002, collection « Corpus ».

Pont Beatriz & Werquin Patrick. « Nouvelles compétences : vraiment ? », n° Paris, L’Observateur de l’OCDE, 2000. [En ligne] < http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/314/Nouvelles_comp_E9tences_:_vraiment__.html >.

Privat Jean-Marie. « La raison graphique à l’œuvre », Les Actes de lecture, n° 108, décembre 2009.

St Clair William. The Reading Nation in the Romantic Period. Cambridge (UK), Cambridge University Press, 2004.

Street Brian. Literacy in Theory and Practice. Cambridge (UK), Cambridge University Press, 1984.

Street Brian. “What’s new in New Literacy Studies ? Critical approaches to literacy in theory and practice”. Current Issues in Comparative Education 5 (2), 2003.

Street Brian. Autonomous and Ideological Models of Literacy : approaches from New Literacy Studies . E-Seminar 17-24 January, 2006, European Association of Social Anthropologists (EASA), Media Anthropology Network. [Online] < http://www.media-anthropology.net/street_newliteracy.pdf >.

Unesco. Éducation pour tous. L’alphabétisation, un enjeu vital, résumé. Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous. Paris, Éditions de l’Unesco, 2006. [En ligne] < http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001442/144270f.pdf >.

Varis Tapio. New Literacies and e-Learning Competences . ELearningeuropa. info, 2002. [Online] < http://www.elearngeuropa.info/index.php?page=doc&amp;doc_id=595&amp;docIng=6&amp;menuzone=1 >.

Notes

1 < http://www.statcan.gc.ca/pub/81-004-x/200404/6853-fra.htm#noter > (consulté le 2 décembre 2010).

2 Cette définition de la functional literacy, traduite à l’époque par « alphabétisme fonctionnel » a été adoptée en 1978 par la Conférence générale de l’Unesco, comme précisé dans Unesco (2006), p. 17.

3 New Literacy Studies : pour une introduction à ce courant de recherche, voir Fraenkel & Mbodj, et l’ensemble du n° 133 de la revue Langage et Société, septembre 2010.

4 Par exemple, 133 millions de blogs seraient apparus depuis 2002 selon le site Technorati, spécialisé dans l’information sur les blogs : < http://technorati.com/blogging/state-of-the-blogosphere/ > (consulté le 5 novembre 2010). Voir aussi < http://thefutureofpublishing.com/influences/information_explosion.html > (consulté le 5 novembre 2010).

5 Voir le site Visual Complexity un espace unifié de ressources pour toute personne intéressée par la visualisation de données complexes < http://www.visualcomplexity.com/vc/index.cfm > (consulté le 5 novembre 2010).

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search