Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 1. Désinformation, rumeur, propagande et infox : retour sur un phénomène

Pluralité, visibilité, responsabilité

La désinformation comme une exhortation au rôle politique des bibliothèques

Raphaëlle Bats

Texte intégral

1D’un côté, désinformation, rumeurs, « fake news », vérités alternatives, etc. ; de l’autre, ateliers info-intox, fabrique de l’information, serious games sur la vérification de l’information, ateliers Wikipédia, etc. Le phénomène de la désinformation correspond aussi à un temps de grande activité pour les bibliothèques, scolaires, académiques ou territoriales. Cette actualité peut être également une opportunité pour celles-ci de valoriser leurs compétences, leur utilité, voire leurs missions traditionnelles, en les adaptant à une situation politique inédite, sinon dans sa forme, tout au moins dans l’attention qui lui est portée. Car les fausses informations, les rumeurs, la manipulation des citoyens ne sont pas davantage des nouveautés que les formations en bibliothèque à la maîtrise de l’information. Plus encore, la bibliothèque prend part à la construction de ponts entre information et participation à la définition de la société et du vivre-ensemble.

  • 1 Robert Damien, Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratiq (...)
  • 2 Anne Kupiec, « Le Livre sauveur », Bulletin des bibliothèques de France, 1989, n° 2-3, p. 124-30. (...)
  • 3 Eugène Morel, La librairie publique, Paris, Armand Colin, 1910.
  • 4 Région Nord-Pas de Calais, Actes du colloque, Lecture et bibliothèques publiques. Hénin-Beaumont, (...)
  • 5 Dominique Tabah, « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny », Bulletin des bibl (...)

2Ainsi, qu’il s’agisse de la bibliothèque de Gabriel Naudé (XVIIe siècle), matrice documentaire, guidant le maître de la bibliothèque dans ses choix diplomatiques et politiques1, qu’il s’agisse de la bibliothèque de la révolution (XVIIIe siècle) qui sacralise le livre comme émancipateur2, qu’il s’agisse de la librairie publique d’Eugène Morel (début du XXe), qui fait de la lecture un « service public nécessaire » contre le danger public de l’ignorance3, de la bibliothèque du colloque d’Hénin-Beaumont (années 1980) comme lieu de lecture publique pour lutter contre les inégalités et favoriser le développement local4, ou encore de la bibliothèque responsable, agissant pour la démocratisation, comme nous y encourage Dominique Tabah5 à l’aube du XXIe siècle, la bibliothèque a toujours été pensée comme intermédiaire documentaire entre les citoyens et la cité. Aujourd’hui, nous dirions qu’elle est un intermédiaire nécessaire à la possibilité d’un débat démocratique, pour des citoyens informés.

  • 6 Étienne Balibar, Libre parole, Paris, Éditions Galilée, 2018.

3Dès lors, la notion de désinformation, qui désigne aussi bien la production et la diffusion (malintentionnées ou non) d’informations fausses, que ses conséquences, notamment en termes d’incompréhension, de rejet et de haine, ne lasse pas de questionner le rôle de la bibliothèque. Et si la désinformation existe déjà, tout autant que le rôle de la bibliothèque dans l’information, ne faut-il pas considérer que la nouvelle visibilité acquise par la désinformation appelle à une nouvelle visibilité des bibliothèques ? Poser cette question ne pourra se résoudre par un tour de passe-passe consistant à postuler qu’il faut simplement davantage de publicité aux actions de la bibliothèque en matière d’information. Il s’agirait plutôt de questionner ce que cette visibilité renouvelée appelle de transformation dans le modèle de bibliothèque que nous connaissons aujourd’hui. Et parce que la désinformation semble porter de grands risques pour la liberté d’expression, nous faisons la proposition d’étudier cette transformation à travers trois notions proposées par Étienne Balibar6 : la liberté d'expression, la parole libre et enfin la parole vraie.

Liberté d’expression et bibliothèque

4La liberté est un élément essentiel des démocraties modernes. Si l’effectivité du pouvoir par le peuple est toujours questionnée, en revanche, toutes les démocraties font de la liberté un socle inaliénable. Wendy Brown dit ainsi :

  • 7 Wendy Brown, « Nous sommes tous démocrates à présent », in Démocratie, dans quel état ? Paris, La (...)

Si la démocratie prémoderne, républicaine, était fondée sur l'idée d'exercer le pouvoir en commun – le pouvoir du peuple pour le peuple – et était par conséquent centrée sur un principe d'égalité, la promesse de la démocratie moderne a toujours été la liberté. De fait, la liberté individuelle reste la métonymie la plus puissante associée à la démocratie, alors que la promesse du gouvernement par le peuple est souvent oubliée7.

5Aussi, on ne s’étonnera pas qu’en France l’ensemble des libertés individuelles soient considérées comme socle de la République. La liberté d’expression est un des droits énoncés dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC), reprise dans le préambule de notre constitution et consacrée par le Conseil constitutionnel. Celui-ci a également consacré plusieurs principes dits « principes fondamentaux reconnus par les lois de la République (PFRLR) », principes énoncés de manière très générale dans le préambule de la constitution de 1946, mais précisés par le Conseil constitutionnel8. Ainsi, la liberté d’association, la liberté individuelle, la liberté de conscience, etc. Ces ensembles de liberté font la démocratie, au sens où elles permettent à ce régime d’être constamment critiqué, repensé, reconstruit par les citoyens9. Balibar dit ainsi que « la démocratie est un régime qui (dans toute la mesure du possible) admet et prend le risque de sa propre critique, […] un régime, qui est fort seulement au prix de sa fragilité. »10

  • 11 Anne-Marie Bertrand, Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris, (...)
  • 12 Du moins pour les bibliothèques territoriales. Il conviendrait de se pencher un jour sur certaines (...)
  • 13 Frais réservés aux personnes non résidentes.

6La bibliothèque en tant qu’institution publique se doit d’incarner cette liberté, socle d’une république démocratique. Les bibliothécaires se réfèrent d’ailleurs volontiers à ces valeurs. En 2002, Anne-Marie Bertrand écrivait : « Quelles sont les valeurs sur lesquelles fonder les choix d'acquisition (ou plus encore de non-acquisition) ? Le pluralisme mot ambigu, voire dévoyé, ne peut se décliner qu'au sein de valeurs républicaines (constitutionnelles), c’est-à-dire sur une certaine idée du vivre-ensemble. […] On peut certes, s'étonner que les bibliothécaires doivent gloser sur les textes fondateurs ou les valeurs reconnues : on le sait, il n'y a pas de texte fondant en droit les missions des bibliothèques [...]. D'où le recours aux valeurs de la République ou du service public. »11. La liberté d’expression, comme l’ensemble des autres libertés individuelles, s’incarne ainsi en bibliothèque selon deux fondamentaux : d’abord dans la gratuité et la liberté d’accès à la bibliothèque, ensuite dans la pluralité des contenus proposés. Si le premier point fait l’unanimité12, comme on a encore pu le constater en 2018 lorsque la ministre de la Culture est intervenue directement auprès d’une municipalité qui avait tenté d’instaurer des frais d’entrée13, en revanche, la question du pluralisme en bibliothèque paraît plus complexe.

  • 14 Raphaëlle Bats (éd.), « Après les attentats : les bibliothèques face à la laïcité, au pluralisme e (...)
  • 15 Isabelle Duquenne, Gilles Éboli et Jean Vanderhaegen, « Au regard des collections », Bulletin des (...)
  • 16 On l’aura encore constaté en juin 2018 au sein de l’ABF, dans le n° 92-93 de Bibliothèque(s) autou (...)

7Au lendemain des attentats de janvier 2015, l’étude14 des actions menées par les bibliothèques en réaction aux attaques avait fait ressortir que les concepts dont la bibliothèque devrait être la garante, tout en étant garantie par ceux-ci, ne sont que peu, voire pas, maîtrisés. Non seulement les bibliothécaires reconnaissent que leurs pratiques effectives sont en-deçà des exemples de pluralisme qu’ils croyaient illustrer15, mais encore ils constatent les débats et désaccords internes sur le sens même des valeurs de la République, telles celles de laïcité, pluralisme ou même citoyenneté16. En réaction, plusieurs bibliothèques, dont celles de Lingolsheim, Rennes ou la médiathèque départementale du Nord, ont organisé des ateliers de philosophie autour de ces notions, en interne, au sein d’un réseau ou avec les habitants.

  • 17 Gloria J. Leckie, Lisa M. Given, et John Buschman, Critical Theory for Library and Information Sci (...)

8Penser le pluralisme et la liberté d’expression aujourd’hui, c’est revenir à ces valeurs, non pas pour les revendiquer telles quelles, mais pour assumer ce qu’elles provoquent de débat et de nécessaire prise de position. Et cet intérêt pour la philosophie, et les questions éthiques présentes dans le milieu documentaire, se retrouve également dans un mouvement appelé critical library science17, soit la bibliothéconomie critique, qui appelle les bibliothécaires à questionner ces concepts pour les mettre à l’épreuve de leur histoire et de leurs usages.

Focus

Construire une approche critique de notre métier est peut-être le meilleur moyen de devenir une institution exemplaire de la démocratie, une institution qui ne craint pas le débat.

  • 18 Jacques Rancière, Le maître ignorant : cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayar (...)

9Plus encore, en suivant ce processus de questionnement sur ses propres pratiques, les bibliothécaires sont amenés à se défaire d’une image de l’émancipation par trop descendante, et qui reposerait sur une inégalité fondamentale entre le sachant et l’ignorant18. Il devient alors possible de se mettre en situation d’égalité avec ses publics, de partager le même rapport au savoir, celui d’une enquête, et d’une approche qui relève d’un rapport sensible et créatif au monde plutôt que d’une acquisition de connaissances et d’une progression infinie.

10Lutter contre la désinformation passera ainsi par redéfinir, avec un esprit critique, les valeurs qui sont celles que nous devons incarner, pour permettre à la bibliothèque de demeurer un lieu, non pas démocratique, mais pour la démocratie ; un lieu dont la légitimité repose sur notre capacité à incarner une communion d’engagement envers la cité.

La libre parole

  • 19 Marieke Stein, « Philippe Breton, L’incompétence démocratique. La crise de la parole aux sources d (...)

11Si des institutions phares sont nécessaires, une démocratie n’est encore possible qu’à condition d’avoir des citoyens à la fois libres de s’exprimer et en mesure d’avoir une parole libre. Pour Philippe Breton, le « parlé démocratique » tient en trois types de compétences : « La capacité à se former librement une opinion sur un sujet donné ; celle d'argumenter, sans recourir à la violence ni à la ruse ; celle qui combine la prise de parole et l'écoute, dans une démarche “d'empathie cognitive”. »19. La possibilité d’avoir accès à l’information plurielle est fondamentale dans la construction des opinions individuelles. Comme dit précédemment, l’accès libre et gratuit aux collections plurielles (autant que possible) des bibliothèques est une base de cette compétence. La bibliothèque ajoute à ce socle toutes les formations d’évaluation de l’information, qui permettent de se positionner sur un sujet de société. Les ateliers d’éducation aux médias et à l’information, sous les formes variées énoncées précédemment dans ce texte ou dans les autres contributions de ce livre, complètent ces parcours d’acquisition de compétences en vue d’une parole libre.

12Cependant, EMI et pluralisme ne jouent pas un grand rôle pour les deux autres capacités listées par Philippe Breton : la capacité à argumenter et l’empathie cognitive. Il convient de noter que ces deux compétences ne relèvent pas d’un rapport individuel à l’information, comme peut l’être la première, mais du dialogue autour de l’information et de la publicité donnée à une opinion. Il ne s’agit pas tant d’une relation à l’information que d’une relation à l’autre. Ces compétences ne sont pas à sous-estimer. Le défaut dans la prise en compte de l’autre conduit notamment à un mésusage de la parole libre sur internet et à tous les discours de haine, qui font que la parole libre se trouve être davantage une parole totalement libérée (de toutes contraintes sociales) qu’une parole construite (pour penser en commun). Que la parole se libère n’est pas un mal en soi, bien au contraire. Cependant, il serait naïf de ne pas être conscient des conséquences également négatives de cette libération, afin justement de pouvoir penser une parole libre qui resterait constructive. La violence des échanges sur les réseaux sociaux, qui s’appuie en grande partie sur la diffusion de rumeurs, le manque d’information ou de distance vis-à-vis de l’information, le manque de contexte et de sources, tout ceci a pour conséquence le faible impact dans le débat d’une expression non maîtrisée, vite discréditée, l’alimentation de l’idée que les réseaux sociaux ne sont que le lieu d’une indigence intellectuelle, le développement des discours de haine et enfin une tendance à la restriction légale à la parole libre (on reviendra sur ce dernier point plus loin). On pourrait considérer que la bibliothèque n’a pas de rôle à jouer à ce niveau et que ces compétences relationnelles relèvent plutôt d’une (bonne) éducation que de l’acquisition de facultés. Or ce serait se méprendre sur ces compétences. Certes, la maîtrise de la langue et des codes sociaux est facilitée par le milieu socioculturel, néanmoins cela ne signifie pas que langue et code ne puissent s’acquérir par d’autres moyens, pas plus que cela ne signifie que la maîtrise du « parlé démocratique » repose exclusivement sur la maîtrise de la langue et des codes.

13Il semble évident, mais cela n’empêche pas de le redire, que la bibliothèque joue un rôle dans la maîtrise de la langue et des codes, aussi bien par son offre d’accès aux savoirs que par les différentes occasions proposées de se confronter à autrui dans la bibliothèque : d’abord dans la rencontre avec les bibliothécaires, ensuite dans la rencontre avec les autres usagers, et enfin dans la rencontre avec les divers intervenants qui participent aux activités socio-culturo-scientifiques des programmes de la bibliothèque. La capacité d’argumenter peut bénéficier de ce milieu d’acculturation qu’est la bibliothèque en tant qu’espace fréquenté par une diversité d’usagers. Le pluralisme des collections et des intervenants joue aussi sur l’acceptation qu’une opinion ne craint rien à la confrontation avec d’autres. Il s’agit pour la bibliothèque d’œuvrer à la mise en visibilité de toutes les opinions. On peut en effet interroger la diversité de la bibliothèque : tout comme le pluralisme, plus idéal que réalité, la diversité des usagers reste plus espérée que totalement confirmée. S’il y a une certaine diversité parmi les usagers des bibliothèques, diversité culturelle, générationnelle, etc., la rencontre entre les usagers s’apparente plus à une cohabitation dans un espace partagé qu’à un véritable échange. D’autre part, cette diversité n’est pas représentative de toute l’hétérogénéité de la société, et si certains parmi les plus exclus fréquentent la bibliothèque, les sans domicile fixe (SDF) par exemple, un grand nombre d’invisibles en restent tout à fait éloignés.

14Comment, dans ces conditions, la bibliothèque peut-elle rendre possible la parole libre et libérer le parler démocratique ?

15Une des réponses tient en la mise en visibilité des voix inaudibles. Travailler avec les habitants les plus exclus ou les plus éloignés des institutions culturelles, organiser des événements où les premiers concernés ont autant la parole que les experts, faciliter la découverte des récits singuliers ; toutes ces actions participent d’une montée en reconnaissance et en capacité des habitants les moins à l’aise avec la prise de parole. Les bibliothèques sont déjà actives sur ces plans : les expositions des parcours de vie des habitants (Romans-sur-Isère et Melting Popotes20 par exemple), les bibliothèques vivantes* (dont celle sur « les exilés dans la ville » de la BmL), les archives vivantes (celle du projet Oral History21 de la New York Public Library [NYPL]) en sont quelques exemples parfaitement réussis et tout autant reproductibles. En rendant ces voix audibles, en rendant visibles ces citoyens, la bibliothèque renforce la pluralité de ses collections, qui dès lors ne sont plus seulement la parole des experts.

Focus

Lutter contre la désinformation, c’est donc s’assurer aussi que des voix plurielles et variées puissent se faire entendre et faciliter les prises de parole de chacun. C’est transformer nos injonctions au pluralisme en actions, en se faisant l’écho non seulement de la liberté d’expression, mais encore de la libre parole.

  • 22 Wendy Brown, « Nous sommes tous démocrates à présent », op. cit., p. 72.

16Et les enjeux ne sont pas à minimiser, comme le souligne Wendy Brown : « Et si les êtres humains refusent la responsabilité de la liberté, s'ils n'ont ni l'éducation ni les encouragements nécessaires au projet de liberté politique, que peuvent signifier les systèmes politiques qui tiennent pour acquis ce désir et cette orientation ? Quelle extrême vulnérabilité à la manipulation par les puissants, à la domination des forces sociales et économiques, une telle condition n'entraîne-t-elle pas ? »22.

La parole vraie

  • 23 Étienne Balibar, Libre parole, op. cit.
  • 24 Étienne Tassin, « Ce que l’action fait à l’acteur : notes sur la théâtralité de l'action politique (...)

17Donner la parole aux citoyens n’est pas un geste simple. Exposer les paroles de SDF, les parcours des réfugiés ou le vécu de personnes minorisées, c’est reconnaître en tant qu’institutions que les SDF, les réfugiés et les minorités doivent recevoir une attention qu’elles ne reçoivent pas suffisamment et dont l’absence est une lacune pour le vivre-ensemble. Exposer, c’est mettre sur la place publique, non seulement ces paroles, mais aussi le geste même de les avoir mises. Donner la parole revient à prendre la parole. Étienne Balibar23 propose pour comprendre la liberté d’expression une troisième notion, qu’il emprunte à Foucault, celle de parrêsia, la parole vraie, ce « courage de la vérité » qui se joue dans l’expérience de la parole des participants à la démocratie. C’est cette parole qu’on assume, qui nous rend acteur, qui nous expose autant que ce que nous exposons, qui nous fait entrer sur la scène politique24.

18Ainsi, la bibliothèque ferait acte de parole vraie, dans toutes les actions qu’elle mène en vue de favoriser la parole libre par une mise en visibilité des invisibles de notre société. Or, ce courage l’avons-nous ? Assumons-nous cette responsabilité ?

  • 25 Assemblée nationale française, « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 », Légifr (...)
  • 26 Voir une liste complète et détaillée sur le site Éduscol : < http://eduscol.education.fr/internet- (...)
  • 27 Pour reprendre le débat ABF de juin 2018, voir la note 16, p. XX.
  • 28 Guillaume Erner, « Il y a donc une liberté d’expression 2.0 », France Culture, 15 février 2019. [E (...)

19Deux principes sont régulièrement convoqués par les bibliothécaires pour éviter cette responsabilité : le conflit et la neutralité. Le conflit, perçu comme ce risque lié à la libération de la parole, que les bibliothécaires ne sauraient ni réguler, ni affronter. La neutralité, perçue comme ce mot d’ordre qui nous éloignerait de toute position politique et finalement de tout enjeu démocratique. Or, le métier de bibliothécaire implique des activités constamment aux prises avec des questions qui font conflits, dans la société mais aussi dans nos communautés professionnelles, débats qui, le plus souvent, favorisent une position de neutralité. Prenons l’exemple mentionné précédemment des limites de la parole libre. En France, la restriction de la parole libre fait l’objet de plusieurs lois, qui sont toutes des précisions de ce que la DDHC appelle l’abus de liberté. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »25. La liberté d'expression est donc restreinte par la possibilité d'un « abus de liberté », qui contreviendrait au vivre-ensemble dans l’espace partagé. On compte parmi ces restrictions26 les lois liées à l’interdiction de l’incitation à la haine raciale, ethnique ou religieuse, l’apologie de crimes de guerre ou du terrorisme, les propos discriminatoires à raison d'orientations sexuelles ou d'un handicap, l’incitation à l'usage de produits stupéfiants, le négationnisme. On peut y ajouter également des limitations liées au droit à la vie privée, au respect de l’image, à la diffamation, au secret professionnel et au devoir de réserve. Si le principe de ces limites ne fait pas débat, leur application en revanche pose un certain nombre de problèmes, pour les citoyens en général et pour les bibliothèques en particulier. Ainsi, un livre d’Éric Zemmour en accès libre dans le fonds d’une bibliothèque est-il une incitation à la haine raciale ? Est-ce que le respect de la vie privée est prioritaire et l’emporte sur d’autres lois, comme celle de la lutte contre le terrorisme27 ? Est-ce que l’anonymat, sur les réseaux sociaux, doit être interdit ?28, etc. Chacune de ces questions fait l’objet de débats conflictuels dans la profession comme chez nos concitoyens. Chacune de ces questions demande une prise de position qui doit être une savante articulation, argumentée, entre les valeurs que nous représentons, notre esprit critique, notre déontologie. De notre point de vue, la résolution concrète, dans un établissement, de ces débats, doit se traiter non pas comme un problème d’application de la loi, mais bien comme une question éthique. Il ne nous échappe pas qu’exposer des questions qui font débat, en admettant que les bibliothécaires l’acceptent, nécessitera d’être explicité à nos élus. Il convient alors de préciser qu’exposition n’est pas militantisme ; il ne s’agit pas de prendre parti, mais de participer. L’advocacy, ou plaidoyer, appelle à se positionner comme des acteurs politiques d’un territoire, partenaires et interlocuteurs des élus, des autres services et des habitants. Le plaidoyer est un outil, essentiel pour assumer et faire comprendre notre rôle pour un débat démocratique, qu’il nous faudra maîtriser.

Quelques pistes pour repenser/afficher/exprimer le rôle politique de la bibliothèque

  • 29 Voir aussi les ebooks gratuits de la collection La Numérique (Presses de l’Enssib) dirigée par Mur (...)
  • 30 Marcello Vitali-Rosati, « Réécrire la Transcanadienne à l’ère numérique », Écritures numériques. [ (...)
  • 31 Robert Damien, « Émancipation et citoyenneté », Colloque « Horizon 2019 » organisé à l'Enssib du 1 (...)

20En parallèle, car nos efforts contre la désinformation ne peuvent attendre d’avoir fait aboutir notre plaidoyer, il nous faut nous demander si l’action de la bibliothèque n’est possible que sur une scène publique concentrée dans ses propres locaux, ou si d’autres scènes lui sont ouvertes. À l’heure où le centre névralgique de la désinformation est au cœur de l’espace public numérique, via notamment les réseaux sociaux, il convient de voir comment la parole vraie de la bibliothèque peut s’y exprimer. Le rappel de nos valeurs et de nos positions dans les projets d’établissements, chartes documentaires et autres documents cadres en ligne sur nos sites web ou affichés dans nos murs serait déjà un premier pas. Un deuxième niveau tient à l’éditorialisation29 des savoirs sur le web. Marcello Vitali-Rosati invite à repenser les systèmes d’autorité dans l’espace public numérique30 ; la bibliothèque peut être une de ces autorités, diffusant des contenus, produits par des experts ou par des profanes, susceptibles d’apporter au débat à la fois des sources et des références, pour que les citoyens puissent identifier la bibliothèque comme vectrice d’une information de qualité. En 2009, Robert Damien disait : « En 2019, il y aura peut-être des bibliothécaires capables de nous diriger à l’intérieur de ces mécanismes fonctionnels d’intelligibilité […] des spécialistes des médiations informatiques […] pour construire une nouvelle cité, une nouvelle organisation politique. »31.Des bibliothèques comme la NYPL, la bibliothèque du Congrès ou la bibliothèque municipale de Montreuil ont joué ce rôle à l’occasion de la Marche des fiertés en 2018. Passant leurs avatars twitter aux couleurs de l’arc-en-ciel, diffusant des listes d’ouvrages, des récits, des programmes rendant visibles à la fois les individus, l’histoire et les productions de la communauté lesbienne, gai, bisexuel, trans et queer (LGBTQ), ces bibliothèques ont assumé leur rôle d’intermédiaire entre le savoir et les citoyens, pour un débat nourri et nourrissant.

21Lutter contre la désinformation, c’est donc assumer aussi le rôle politique de la bibliothèque, assumer que nos actions nous engagent, nos choix nous rendent visibles, c’est exposer haut et fort notre défense de la liberté par l’ensemble des leviers que permet notre institution : du plaidoyer aux politiques documentaires en passant par l’attention aux publics, les offres de formation ou encore la programmation culturelle. C’est travailler à une bibliothèque citoyenne, qui incarne au plus haut point la liberté qui fait la démocratie.

22L’écho donné à la désinformation, les inquiétudes qui se cristallisent autour de celle-ci, sont des opportunités pour les bibliothèques de repenser leur rôle démocratique. Regard critique et circonstancié sur nos valeurs, mise en visibilité des plus exclus, formations et EMI, plaidoyer et présence active sur les réseaux sociaux, toutes ces actions nous permettent d’accompagner la construction pas à pas de la société française. Faisons partie des institutions agissantes, qui construisent demain avec les citoyens et non pas à côté, pour, ou même contre. Car soyons clairs : l’enjeu n’est pas et n’a jamais été l’information pour l’information, mais bien la possibilité de vivre ensemble aujourd’hui et surtout demain ; demain, qui ne cesse d’arriver plus vite et plus sombre qu’on ne le souhaite.

Notes

1 Robert Damien, Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique, Paris, Presses universitaires de France, 2003 (coll. Fondements de la politique).

2 Anne Kupiec, « Le Livre sauveur », Bulletin des bibliothèques de France, 1989, n° 2-3, p. 124-30. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1989-02-0124-004 >.

3 Eugène Morel, La librairie publique, Paris, Armand Colin, 1910.

4 Région Nord-Pas de Calais, Actes du colloque, Lecture et bibliothèques publiques. Hénin-Beaumont, Lille, Office régional de la culture et de l’éducation permanente, 1981.

5 Dominique Tabah, « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny », Bulletin des bibliothèques de France, 1997, n° 1, p. 41-50. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1997-01-0041-007 >.

6 Étienne Balibar, Libre parole, Paris, Éditions Galilée, 2018.

7 Wendy Brown, « Nous sommes tous démocrates à présent », in Démocratie, dans quel état ? Paris, La Fabrique Éditions, 2015, p. 67-68.

8 Pour en savoir plus : < https://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/conseil-constitutionnel-protecteur-droits-libertes-citoyens.html >.

9 D’où évidemment le problème de toutes les lois liberticides, qui nous éloignent encore davantage de l’idéal démocratique, porté par les deux notions de liberté et d’égalité.

10 Étienne Balibar, Libre parole, op. cit., p. 22.

11 Anne-Marie Bertrand, Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002, (coll. Bibliothèques), p. 90.

12 Du moins pour les bibliothèques territoriales. Il conviendrait de se pencher un jour sur certaines BU, qui bien que publiques, ne donnent aucunement accès libre à leurs espaces et collections.

13 Frais réservés aux personnes non résidentes.

14 Raphaëlle Bats (éd.), « Après les attentats : les bibliothèques face à la laïcité, au pluralisme et à la citoyenneté », in Fabienne Henryot (dir.), Bibliothèques, religions, laïcité, Paris, Hémisphères ; Maisonneuve & Larose, 2018.

15 Isabelle Duquenne, Gilles Éboli et Jean Vanderhaegen, « Au regard des collections », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, no 5, p. 72-77. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2015-05-0072-007 >.

16 On l’aura encore constaté en juin 2018 au sein de l’ABF, dans le n° 92-93 de Bibliothèque(s) autour de la notion de vie privée avec le débat entre les articles de Chloé Lailic : « Devenir bibliothécaire, devenir militante », p. 150-151 ; et d’Anna Marcuzzi : « Militant de la liberté ou sentinelle du pacte républicain ? », p. 151-153. [En ligne] < http://www.abf.asso.fr/fichiers/file/ABF/prises_position/bib92-93p150-153.pdf >.

17 Gloria J. Leckie, Lisa M. Given, et John Buschman, Critical Theory for Library and Information Science Exploring the Social from across the Disciplines, Santa Barbara, Libraries Unlimited, 2010.

18 Jacques Rancière, Le maître ignorant : cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987.

19 Marieke Stein, « Philippe Breton, L’incompétence démocratique. La crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique, Paris, Éditions La Découverte, 2006 (coll. Cahiers libres) », Questions de communication, 2007, n° 12, p. 387-389. [En ligne] < https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/2516#quotation >.

20 Voir < https://pro.bpi.fr/cohesion-sociale/bibliotheques-dans-la-cite/fiches/atelier-melting-popotes >.

21http://oralhistory.nypl.org/ >.

22 Wendy Brown, « Nous sommes tous démocrates à présent », op. cit., p. 72.

23 Étienne Balibar, Libre parole, op. cit.

24 Étienne Tassin, « Ce que l’action fait à l’acteur : notes sur la théâtralité de l'action politique », Tumultes, 2014/1, n° 42, p. 41-54. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-tumultes-2014-1-page-41.htm >.

25 Assemblée nationale française, « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 », Légifrance. [En ligne] < https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789 >. Article 11.

26 Voir une liste complète et détaillée sur le site Éduscol : < http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources/legamedia/liberte-d-expression-et-ses-limites.html >.

27 Pour reprendre le débat ABF de juin 2018, voir la note 16, p. XX.

28 Guillaume Erner, « Il y a donc une liberté d’expression 2.0 », France Culture, 15 février 2019. [En ligne] < https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-par-guillaume-erner-du-vendredi-15-fevrier-2019 >.

29 Voir aussi les ebooks gratuits de la collection La Numérique (Presses de l’Enssib) dirigée par Muriel Amar : < https://books.openedition.org/pressesenssib/413 >.

30 Marcello Vitali-Rosati, « Réécrire la Transcanadienne à l’ère numérique », Écritures numériques. [En ligne] < https://ecrituresnumeriques.ca/fr/2016/4/7/Reecrire-la-Transcanadienne-a-lere-numerique >.

31 Robert Damien, « Émancipation et citoyenneté », Colloque « Horizon 2019 » organisé à l'Enssib du 19 au 21 novembre 2009. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48052 >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search