Version classiqueVersion mobile

Décoder les fausses nouvelles et construire son information avec la bibliothèque

 | 
Salomé Kintz

Partie 1. Désinformation, rumeur, propagande et infox : retour sur un phénomène

Défiance ou insécurité informationnelle, le rapport des adolescents à l’information journalistique

Sophie Jehel

Texte intégral

La défiance des adolescents vis-à-vis des réseaux socionumériques (RSN) et des sources officielles de l’information

  • 1 En témoigne notamment le nombre d’actions conduites sur le sujet sous la bannière du CLEMI.

1Les adolescents ont des pratiques informationnelles qui combinent plusieurs sources médiatiques : médias traditionnels, et en particulier la télévision, et réseaux sociaux ou plateformes de téléchargement. Les pouvoirs publics s’inquiètent de la place que prennent les « fausses informations » qui se diffusent sur les plateformes en ligne par rapport auxquelles les adolescents seraient particulièrement démunis. Les entretiens que nous avons pu conduire depuis plusieurs années auprès d’adolescents de milieux sociaux variés, nous montrent que le rapport des adolescents aux informations est complexe, socialement situé, et que la « croyance » dans les « fausses informations » est un phénomène diffus et fuyant. Or, les pouvoirs publics ont placé la lutte contre les manipulations de l’information au cœur des enjeux de l’éducation aux médias et à l’information1. Ils ont interprété la résistance de certains jeunes vis-à-vis de la minute de silence lors des attentats de janvier 2015 comme une sonnette d’alarme et une menace pour la cohésion nationale. L’éducation à l’information ne peut pourtant devenir un outil de promotion pour des vérités gouvernementales, sous peine de susciter une défiance accrue.

  • 2 Réalisé pour les centres d'entraînement aux méthodes d'éducation active (CEMEA), la région Normand (...)

2Nous nous appuierons ici principalement sur trois enquêtes issues des rapports 2016, 2017 et 2018 réalisés dans le cadre de l’Observatoire des pratiques numériques des jeunes en Normandie2. Cet observatoire vise à donner des éléments de compréhension aux enseignants et aux éducateurs engagés dans le dispositif « Éducation aux écrans », quant aux difficultés rencontrées par les adolescents sur les plateformes numériques, telles qu’ils les perçoivent et les formulent. Nous présenterons ici les principales sources de défiance des adolescents vis-à-vis de l’information, selon qu’ils y accèdent par les RSN ou les médias professionnels et leurs pratiques vis-à-vis du risque de désinformation. Notre cadre théorique est principalement ancré dans la sociologie des usages articulée avec la socio-économie des médias et des plateformes numériques.

Des modalités d’information hybrides

  • 3 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents e (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Carine Marcé, Le baromètre de la confiance des Français dans les médias, 23 janvier 2018. [En lign (...)
  • 6 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents e (...)
  • 7 Arnaud Mercier, Alan Ouakrat, Nathalie Pignard-Cheynel, « Facebook pour s’informer ? Actualité et (...)

3Les modalités d’accès des adolescents à l’information suivent une logique d’hybridation. Ils déclarent s’informer principalement et quasiment à égalité à partir de trois types de sources : 8 adolescents sur 10 déclarent s’informer par les RSN, la télévision et les discussions avec leur entourage, parents ou amis3. Mais ils ne leur accordent pas la même confiance. Contrairement à ce que redoutent les journalistes et les pouvoirs publics, les adolescents situent les réseaux sociaux très bas dans leur niveau de confiance (11 % pour les élèves des filières professionnelles, 5 % pour ceux des filières générales). La télévision reste pour 45 % d’entre eux un média de confiance4. En cela, les opinions des adolescents sont comparables à celles des adultes. La fréquentation de plus en plus forte des RSN notamment en matière d’information s’accompagne d’une crédibilité particulièrement faible des informations qu’ils y trouvent, comme le montre l’enquête Kantar Sofres dans la confiance dans les médias5. Seuls 25 % des enquêtés accordent leur confiance à internet en janvier 2018, quand les journaux télévisés des chaînes généralistes apparaissent comme le média permettant d’approfondir certains sujets (pour 48 % des personnes interrogées), auxquels on peut ajouter les chaînes d’information en continu (32 %). Les utilisateurs réguliers d’internet préfèrent s’informer par les sites web des titres de presse plutôt que par les RSN (38 % vs 23 %). Le discrédit régulier jeté sur les RSN comme source de désinformation par les discours médiatiques et politiques peut jouer un rôle dans la perception par les adultes comme par les adolescents de la faible légitimité de l’information qui y circule. Sans être ce qui préoccupe le plus les adolescents sur internet, le risque que constitue la désinformation inquiète 39 % des adolescents des filières générales (vs 33 % dans les filières professionnelles)6. Il s’agit là néanmoins d’une forte différence avec les modalités d’information des jeunes adultes (18-24 ans), qui privilégient au contraire les sources numériques et les réseaux sociaux7.

  • 8 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents e (...)

4La défiance des adolescents vis-à-vis des RSN peut aussi s’expliquer par la nature des informations qu’ils y reçoivent. Leurs fils d’actualité Facebook sont alimentés principalement par leurs connaissances, leurs amis et leurs parents. 47 % des adolescents des filières générales déclarent recevoir des informations recommandées par leur famille, et 56 % des adolescents des filières professionnelles. Ces informations sont principalement ludiques ou conversationnelles, elles diffèrent de la tonalité des médias d’information. Nous n’avons pas d’indication claire sur la confiance qu’ils accordent aux vidéos qu’ils consultent sur YouTube. YouTube est en effet devenu en 2018 le premier réseau social sur lequel ils créent un compte, qu’ils consultent sur leur smartphone8. Nous savons qu’ils utilisent cette plateforme selon des modalités de plus en plus proches de la télévision, en suivant les recommandations de l’algorithme qui propose un enchaînement de vidéos. Ils y consolident des apprentissages (cours de maths), approfondissent des domaines personnels d’exploration en vue d’activités, professionnelles ou non, mais y recherchent surtout des contenus divertissants.

Hyperconnexion et ennui sur les RSN

  • 9 Sophie Jehel, « Hyperconnexion des adolescents : une initiation au digital labor », CR 33, Colloqu (...)
  • 10 Danah boyd, It’s Complicated. The Social Lives of Networked Teens, New Haven (CT), Yale University (...)
  • 11 Les Apprentis d’Auteuil, Les TIC : usages et appropriation par les jeunes, Observatoire des jeunes (...)
  • 12 Laurence Le Douarin, « “C'est personnel !”. L'usage des TIC par les cadres dans l'articulation des (...)
  • 13 Antonio A. Casilli, En attendant les robots : enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019 ( (...)

5Le troisième facteur qui peut expliquer cette défiance vis-à-vis des RSN vient de la nature des relations que les adolescents entretiennent avec les plateformes numériques du fait de leur hyperconnexion9. Contrairement aux croyances de nombreux adultes, voire des enseignants eux-mêmes, quant aux digitales natives, les adolescents expriment un sentiment de lassitude à propos de leurs usages de Facebook. Nous l’avons observé dès 2015 et qualifié d’ennui, en référence aux deux connotations du terme : lassitude et soucis. Les échanges qui se nouent sur les plateformes numériques sont « compliqués », comme l’avait relevé Danah boyd10. Une étude sur les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) des jeunes en difficulté menée par les Apprentis d’Auteuil, en 201511, posait le même constat paradoxal : les adolescents ne pouvaient s’en passer, tout en se trouvant soumis à de nombreuses difficultés liées à « l’apparition d’embrouilles ». Les adolescents font en effet partie des catégories de la population les plus connectées, et leurs témoignages souvent désabusés se rapprochent des symptômes d’hyperconnexion décrits depuis plus de 10 ans par des chercheurs à propos des adultes exerçant une fonction de cadres12. Cette analogie conduit à prendre au sérieux l’hypothèse du « travail du clic »13 et à voir dans la connexion des adolescents une immersion dans les modalités numériques du travail caractéristique de la société néo-libérale.

  • 14 Olivier Ertzscheid, « L'homme synchronisé », Médium, 2014/4 (n° 41), p. 157-168. [En ligne] < http (...)
  • 15 Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation f (...)
  • 16 Sophie Jehel, Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ? Observatoir (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Laurence Le Douarin, « “C'est personnel !”. L'usage des TIC par les cadres dans l'articulation des (...)

6L’hyperconnexion des adolescents a pour conséquence le flux incessant de notifications sur leurs terminaux portables. Ils vivent les tensions de l’« homme synchronisé »14 : s’il leur est difficile d’échapper à l’injonction de regarder les notifications15, ils se sentent déçus par le faible intérêt de la plupart de leurs contenus. Nicolas, 4 000 contacts, reconnaissait consulter son compte « au moins toutes les deux heures, c’est un réflexe », tout en trouvant Facebook « démodé »16. Martine y allait plusieurs fois par heure. Christine déclarait consulter son compte 50 fois par jour, « mais c’est pas important, c’est vraiment vite fait »17. La consultation vient ainsi fragmenter le temps, manifestant un souci permanent de se tenir informé, de prendre de la distance par rapport à l’environnement physique, et de gérer de façon synchronisée des univers séparés, avec une virtuosité qui rappelle, du moins dans son rythme, celle déployée par les adultes pour articuler des temps sociaux disjoints décrite par Laurence Le Douarin18.

  • 19 Perle, ibid.
  • 20 Ibid.

7Comme ils consultent l’application de Facebook (comme celle de YouTube, Snapchat ou Instagram) sur le téléphone portable, sans se déconnecter, le processus de synchronisation peut opérer de façon machinique : « on regarde tout le temps, dès qu’on ouvre le portable »19. Pourtant la déception point régulièrement : « Je regarde 10 minutes, et puis je m’en vais sur autre chose, disait Nathan. […] C’est pas quelque chose de vachement intéressant, je vais pas passer une heure dessus, non, j’y vais comme ça. » « Je ne regarde pas mon fil d’actualité, je zappe comme ça. Je passe vite. Ça me soûle un peu. C’est lassant » déclarait Léa, 500 contacts20. L’ennui exprimé provient aussi des violences qui peuvent survenir à tout moment sur ces espaces publics, et de l’atmosphère de harcèlement qui peut y régner. À cette attention sur-stimulée par les dispositifs des plateformes numériques, s’ajoute le contexte de confusion créé par l’agglomération sur les fils d’actualité d’informations totalement disparates.

Le chaos des fils d’actualité

  • 21 Le Monde, 1er juillet 2014.
  • 22 Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 20 (...)

8L’ordre d’apparition des messages sur le fil d’actualité est structuré par l’algorithme de Facebook, Edgerank, reposant au départ sur trois critères – l’affinité (priorité aux contenus venant des contacts avec lesquels l’internaute interagit), le poids différencié des contenus (priorité aux modifications de statut plutôt qu'aux « j’aime ») et la dégradation temporelle (priorité aux contenus récents) mais qui est devenu beaucoup plus complexe et machine learning21. Le détail de l’algorithme est tenu secret, l’organisation du fil d’actualité reste opaque aux utilisateurs, ce qui donne régulièrement lieu à des questionnements sur la pertinence des informations mises en avant22. La décision de Facebook en 2017 de favoriser encore davantage les contenus provenant des contacts au détriment de ceux provenant des médias professionnels n’a pu qu’accélérer le malaise des adolescents.

  • 23 Ce constat rejoint celui de la fracture numérique cognitive fait par de nombreux chercheurs : Esth (...)
  • 24 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

9Pour eux, le fil d’actualité, par-delà la sophistication de sa production, se présente en effet comme un chaos d’informations, dont il est difficile de trouver la source, surtout si elles proviennent d’un partage amical. Le fil juxtapose des messages hétérogènes : les annonces d’anniversaire des copains jouxtent celles des catastrophes. Les vidéos de gags succèdent à celles plus insolites, voire violentes, et réciproquement, « tout est mélangé ». Les fils sont parcourus par les adolescents dans un geste mécanique rapide. Pour ceux qui ont des aptitudes modérées à la lecture, leur hiérarchisation et leur évaluation représentent une difficulté particulière23. La consultation accentue la vision paysagère du monde déjà construite par les médias traditionnels : « je vais voir les actualités », voir « ce qu’il y a », dit Mélanie. Plus l’individu a conscience de lui-même, plus il considère les autres comme un paysage, extérieur à soi, conséquence du processus séculaire d’individualisation mis en lumière par le sociologue Norbert Elias24. À travers la personnalisation de l’information, les RSN accélèrent ce phénomène. Le paysage construit par les RSN ne se contente pas d’objectiver les autres, il est égocentrique, traitant sur le même plan les actualités quotidiennes du cercle amical et celles de la société globale. L’information générale – celle qui construit l’espace commun, livre les références du débat public – est noyée sous le divertissement, l’insolite, l’anecdote.

La difficulté du tri des informations

  • 25 Sophie Jehel, Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ? Observatoir (...)
  • 26 Ibid.

10Certains réussissent néanmoins à mettre un peu d’ordre dans les informations qu’ils reçoivent : David, 400 contacts25, classe « les plus importants [en] ‟favori” avec une étoile » mais la plupart des jeunes internautes prennent rarement le temps de se désabonner des pages ou des contacts qui ne les intéressent plus. L’ampleur de la masse des informations accessibles les décourage : « Je regarde mais je n’apprends rien », dit Mickael ; Jean, qui compte entre 600 et 700 contacts, explique que sur son fil, il n’y a « que des trucs qui ne [l]’intéressent pas », des jeux, des pubs, « trop de trucs qui s’affichent qu’on n’a pas envie de voir », comme la vidéo d’« un tigre qui mange un enfant »26. Du fait de la configuration du fil d’actualité, mais aussi du fait de l’ancienneté des inscriptions, Facebook est la plateforme qui pâtit le plus de ce trop-plein : « Twitter et Instagram, c’est mieux que Facebook, ils sont spécialisés dans un truc. Du coup, c’est mieux. » Snapchat qui limite l’apparition des messages à quelques secondes, évite ce travail de tri, mais accélère le sentiment d’obsolescence des informations reçues.

  • 27 Voir la recherche sur la réception des images violentes sexuelles et haineuses, et sa présentation (...)

11Les adolescents se trouvent donc constamment sollicités par des informations non contextualisées, qui ne font pas sens et qui, en même temps, sont difficiles à refuser parce qu’elles ont un fort potentiel d’émotion ou de curiosité et qu’elles se présentent comme ayant déjà bénéficié d’un grand nombre de vues, dont le chiffre s’affiche sur la vidéo27.

Conflits de valeur avec les sources institutionnelles de l’information

12Comme leur rapport à l’information semble souvent spontané et décontextualisé, les adolescents sont parfois troublés par des vidéos qui s’avèrent complotistes et certains décrivent un rapport également très méfiant vis-à-vis des médias professionnels. Une jeune fille qui avait visionné sur YouTube une « vidéo de 30 minutes » relative aux attentats était séduite par une thèse mettant en cause l’extrême droite dans les attentats de Paris revendiqués par Daech en janvier 2015. Elle lui paraissait plus vraisemblable que l’implication de musulmans, dont elle partageait la religion. Le critère de vraisemblance est souvent à l’origine de l’adhésion à des thèses que l’on pourra considérer comme complotistes : réinterprétation à partir de détails ou d’un geste qui semble invraisemblable (terroristes qui laissent leurs cartes d’identité sur le lieu du crime). La fuite dans la dénégation aussi. Devant l’horreur des faits, plusieurs d’entre eux préfèrent rejoindre la thèse d’une manipulation de l’information par les médias.

13L’avalanche des informations, le sentiment d’être dépassé, de ne savoir quoi en faire, peuvent alimenter un sentiment de relégation suscité par internet, bien décrit pour les classes populaires non diplômées28. Le sentiment que les médias donnent une représentation biaisée et plutôt négative des quartiers populaires et des musulmans nourrit aussi la méfiance dans les populations qui s’y identifient. La distance aux médias et à leur mode de production accélère cette tendance, qui est observée au niveau international, mais particulièrement forte en France29.

  • 30 Sophie Jehel, Observatoire des pratiques numériques des jeunes en Normandie pour l’année 2017. Sui (...)
  • 31 Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Bry-sur-Marn (...)

14En 2017, suite à la longue campagne présidentielle, les adolescents exprimaient une forte défiance vis-à-vis des discours politiques, particulièrement dans les filières professionnelles30. Elle rejoint les postures d’indifférence à la politique institutionnelle qui caractérisent certaines fractions des classes populaires non militantes31.

  • 32 Centre de formation d’apprentis.

Abdel (CFA32 restauration) : Tout ce qui est politique, économique, je m’en bats… Les infos je regarde jamais.

Marek (CFA restauration) : la politique j’en ai rien à faire. C’est que des cons, qui vont te raconter des conneries. J’écoute deux trois coups la télé, tout ce qu’ils disent c’est des mensonges. J’écoute beaucoup ce que les gens en disent [son père, sa famille].

Émilien (CFA restauration) : Ils disent plein de trucs dans leurs programmes, et ils n’en font même pas la moitié ». Il ne veut plus entendre parler des informations, pour entendre le monde est dans la merde, c’est la guerre partout… Moi je fais ma vie, ce qui se passe dans le monde, ça se passe dans le monde, Si ça doit arriver ici, ça arrivera ici, on pourra rien faire.

15Ces adolescents expriment leur déception vis-à-vis de discours politiques qu’ils accusent de mentir. En 2017, nous avons pu percevoir également un sentiment d’insécurité lié aux attentats particulièrement sanglants commis en France, qui leur faisaient prendre conscience de leur vulnérabilité, de la nécessité de devoir un jour se défendre sans pouvoir compter sur les politiques. Ils leur reprochaient aussi de tenir des propos relevant d’une propagande répétitive et vide de sens : « Marine Le Pen, elle va dire une chose, et une semaine après elle va redire exactement la même chose, donc ça sert à rien qu'on relise ou réécoute les discours plusieurs fois, parce qu'ils disent tout le temps la même chose » (Adèle).

16Sora se souvient de la vidéo d’Emmanuel Macron, la voix cassée, s’égosillant en fin de meeting. La dérision et la méfiance vis-à-vis des politiques caractérisent l’approche des adolescents à l’échelle nationale voire européenne, comme le montre la consultation auprès de plus de 300 000 jeunes, Génération Va33, dirigée par Anne Muxel34. L’horizon d’une révolte se dessinait dans les discours que nous avions recueillis, annonciateur du mouvement des « gilets jaunes » de 2018-2019. Julia (en CFA) avait confié être rebelle, et même si sa famille était proche de l’extrême droite, se préparer à manifester si Marine Le Pen arrivait au pouvoir : « le seul point positif » serait que les « anarchos » seraient « dans la rue pour renverser le pouvoir ».

Les adolescents gagnés par le doute dans la mobilisation contre la désinformation

Le repérage de la « fausse information »

  • 35 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents e (...)
  • 36 Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, op. cit.

17En 2018, nous avons mené des entretiens pour comprendre plus précisément les attitudes des adolescents suite à la mobilisation de l’éducation nationale mais aussi des principaux médias d’information contre la manipulation de l’information, ce qu’ils en retenaient pour leurs pratiques personnelles35. Ces entretiens ont été réalisés auprès de jeunes relevant exclusivement des classes moyennes (ayant des parents appartenant aux professions intermédiaires pour la plupart). Leur discours dénotait une forme plus grande de confiance dans les médias généralistes que celui des adolescents des classes populaires. Il leur importait de manifester une distance vis-à-vis des thèses complotistes, pour préserver leur crédibilité dans le groupe. Même si les différentes catégories de la population peuvent partager un socle commun de sources médiatiques36, le rapport à l’information journalistique est très différent selon les milieux sociaux.

18Les lycéens repèrent la désinformation à partir de la publication de démentis : elle concerne souvent les aléas des carrières de sportifs ou la vie privée de personnalités médiatiques, chanteurs, chanteuses, acteurs et actrices de séries ou de téléréalité, parce que ce sont ces informations qui font partie des « actualités » qu’ils recherchent. D’autres associent à la désinformation les publicités mensongères, d’autres encore le harcèlement des filles en ligne. La dimension géopolitique des batailles de l’information n’est jamais mentionnée.

19Quand on les interroge sur les informations « étranges » qu’ils auraient pu voir, ils évoquent des phénomènes surnaturels (revenants, sorcières), ou des photomontages qu’ils n’identifient pas nécessairement comme tels (des « chiens à tête de rat »). Spontanément ils parlent peu de vidéos complotistes sur les Illuminatis, la terre plate, ou les reptiliens, dans un cadre scolaire. Mais ils reconnaissent souvent en avoir rencontrées en visionnant des chaînes de YouTube qui visent plutôt à les dénoncer, comme celles de Squeezie.

20Les adolescents abordent encore moins spontanément les vidéos qui contestent l’information officielle relative aux attentats. Mais ils en ont vues ou entendues, qu’il s’agisse des thèses attribuant à la Central Intelligence Agency (CIA) l’effondrement des Tours jumelles, ou réfutant l’exploit de Mamadou Gassama sauvant un enfant en escaladant une façade d’immeuble à Paris. Ils n’évoquent ni ne sont au courant des scandales liés à des formes de propagande politique (Cambridge Analytica, ou la fausse mort du journaliste russe, Arkadi Babtchenko).

Des stratégies variées face aux thèses « complotistes » : du rejet à la croyance, en passant par l'amusement

  • 37 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents e (...)

21Dans la plupart des groupes de notre échantillon37, le rejet des thèses ouvertement complotistes était majoritaire. L’adhésion à ces thèses ne pouvait donc s’exprimer sérieusement. Celui qui s’y risquait devait essuyer des jugements dépréciatifs. Le positionnement des adolescents rencontrés face à ces thèses n’était cependant pas homogène. Nous avons distingué plusieurs stratégies : le rejet net des thèses complotistes, la tolérance vis-à-vis de formes de croyances, l’amusement. Le rejet des thèses complotistes s’accompagne d’un certain mépris pour ceux qui y « croient » : « faut qu’ils passent moins de temps à voir des films », ce sont des gens « influençables et naïfs », des désœuvrés, des personnes vulnérables. Certains ont intégré la dimension paranoïde de ces thèses, critère qui fait partie des éléments de déconstruction de ces discours formulés par les enseignants pour les aider à les repérer : « Ce serait des personnes qui contrôlent le monde […] ils seraient cachés quelque part sur terre. Ils gouvernent le monde et tout leur profite » (Bruno). Mounir compare les Illuminatis avec les sectes, qui s’appuient sur un sentiment paranoïaque, celui qu’« on nous observe, [qu’] on est espionné ».

  • 38 Gérald Bronner, La démocratie des crédules, Paris, Presses universitaires de France, 2013.

22La plupart adoptent néanmoins une posture plus hésitante. Les thèses complotistes qui s’appuient sur des indices de réel les laissent souvent dubitatifs. La démonstration que ces thèses sont fausses étant très difficile38, nombreux sont ceux qui y voient une forme de croyance. Au final, ceux qui « n’y croient pas » comme Emma, comparent leur propre posture de rejet à une croyance, et prônent la tolérance vis-à-vis des thèses adverses : « Moi perso j'y crois pas. […] On a notre propre croyance, comme Dieu je crois. J'y crois pas et c'est mon choix. […] C'est un choix d'y croire si on n’a pas de preuves, on va pas critiquer les autres si ils y croient ».

  • 39 Le Parisien, 16 décembre 2016 ; Marc de Boni « Sylvain Durif, “le grand monarque” de Bugarach, can (...)
  • 40 Comme “culture of laughter”.

23La troisième posture observée est celle de l’amusement : « Moi j'y crois pas, mais c'est marrant. […] ça fait des histoires à raconter et tout. C'est… j'en sais rien. C'est une histoire. » (Baptiste). Bruno connaît de nombreuses vidéos de Sylvain Durif, « je le crois pas, il me fait juste marrer ». Le personnage se présente comme « monarque universel », « Christ cosmique ». Il s’est fait connaître des médias généralistes en 2012 pour ses prophéties sur la fin du monde à Bugarach, puis en 2016 en postant sur Facebook sa candidature pour la présidentielle39. Le caractère farfelu des thèses complotistes constitue un attrait de ces vidéos qui obtiennent des centaines de milliers de vues. Elles alimentent sur YouTube diverses chaînes qui relèvent la plupart du temps de l’humour40. Pour les adolescents, on peut se demander néanmoins à quel moment ces contenus passent du statut d’information à celui de divertissement et réciproquement.

Perception de la responsabilité des plateformes

24Certains lycéens ont construit une réflexion sur l’origine de ce flux de désinformation. Ils font le lien entre adhésion à des thèses complotistes et défiance vis-à-vis du gouvernement. Ainsi, pour Florian, ceux qui croient en ces thèses sont des personnes qui « n’ont pas super-confiance en l’État, enfin en le gouvernement, pour faire une suspicion. Enfin confiance en elles-mêmes pour croire en la vérité, enfin leur vérité à elles. » Pour lui, il y a donc un lien entre la confiance dans les gouvernements et la confiance en soi : « Par exemple que les robots soient les armes des gouvernements. S’ils nous disent pas tout […], si on n’a pas confiance en notre chef d’État, ça établit un doute. Et le doute ça installe tout le reste du truc. […] Après le gouvernement peut-être cache des choses. »

25Le rôle des plateformes et de leurs algorithmes est aussi pressenti par d’autres qui ont observé que la diffusion des vidéos de désinformation est facilitée par le fonctionnement viral de YouTube. Pour Vincent, elles y apparaissent en « top tendance ». La responsabilité des plateformes est envisagée aussi sous l’angle financier. Viktor pense que les plateformes comme Facebook « font de l’argent » avec la désinformation. Pour Pauli, « comme c’est un contenu facile, y aura beaucoup de vues et après [l’auteur] va se faire de l’argent ». Pauli fait le lien entre la diffusion de ces vidéos et la liberté d’expression qui permet à chacun de développer ses idées, quelles qu’elles soient. Ils ne rejettent pas le fonctionnement des algorithmes par recommandation ni le traçage des activités des internautes en bloc, parce qu’il leur semble aussi utile pour trouver des informations qui les intéressent. Ces éléments de compréhension du fonctionnement des plateformes ont probablement été renforcés grâce aux ateliers du dispositif « Éducation aux écrans ».

Lutter contre les « fausses informations » accroît leur visibilité et le doute

  • 41 Gérald Bronner, « La résistance au darwinisme : croyances et raisonnements », Revue française de s (...)
  • 42 Voir Black Mirror, par exemple.

26Le paradoxe de la mobilisation autour des « fake news » tient dans l’inéluctable diffusion de ces messages pour les contrer. Les adolescents rencontrés, qui étaient les plus réticents vis-à-vis des thèses complotistes, n’étaient pas les plus informés, mais les plus informés semblaient souvent fascinés par elles. Les thèses complotistes s’appuient sur une logique « finaliste »41. La consommation élevée de vidéos de dénonciation peut favoriser le doute sinon l’adhésion à ces thèses, dans la mesure où elles diffusent un mécanisme de pensée finaliste et systématique, quel que soit le contexte, qui semble rationnel. La logique de l’énigme policière, très présente dans la culture audiovisuelle et cinématographique populaire (mainstream), est aussi de nature finaliste : le détective cherche ceux à qui « profite » le crime, les agents du Federal Bureau of Investigation (FBI) cherchent les traces des extraterrestres dans leurs enquêtes criminelles. Dans les séries populaires nord-américaines, les phénomènes paranormaux font partie des techniques qui permettent la révélation de la vérité, l’usage des technologies nourrit des scénarios de manipulation de masse et la méfiance vis-à-vis des thèses officielles42.

  • 43 Eli Pariser, The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You, New York, Penguin Press, 201 (...)

27Ceux qui s’intéressent à ces thèses vont en être abreuvés par les algorithmes43, ce qui peut ancrer des habitudes de pensée. Connor ne veut pas être soumis à la vérité officielle, il pense que ceux qui exercent des pouvoirs cachent aussi « des choses ». Il veut « garder son esprit critique […] essayer de voir les deux [versions] essayer de prendre les deux éléments pour se faire son propre avis ». Au final, il met sur le même plan des sources d’information qui ne sont pas soumises aux mêmes règles déontologiques, et se retrouve pris dans une forme de doute généralisé : « on a chacun notre réalité, notre vérité sur chaque chose. »

28Cette mobilisation suscite également diverses formes d’anxiété. La désinformation paraît pour certains de l’ordre de l’indécidable. Marine se construit une carapace d’indifférence pour s’y habituer : « on le saura jamais, et on va pas s’empêcher de vivre pour ça ». Baptiste s’amuse de la thèse des reptiliens : « Ouais, des reptiliens incrustés dans la race humaine ! » Son énonciation suscite des rires, mais fait aussi surgir le doute. « C'est vraiment une vraie idée, mais c'est faux. Enfin on sait pas si c'est faux… » conclut Jimmy. Ce qui le perturbe, dans un souci de rationalité, c’est le manque de preuve négative.

Focus

La mobilisation autour des « fausses informations » produit de ce fait une sorte d’inquiétude diffuse, un sentiment de manipulation générale.

29Ils n’étaient pas au courant de l’affaire Cambridge Analytica, mais ont le sentiment que « c’est truqué tout ça ». Un « tout ça » qui englobe les élections, les décisions politiques, le financement des partis. À force de devoir tenir une posture critique, Bruno, dont les jugements sont souvent pertinents, en vient à douter de l’existence des francs-maçons : « C’est indéfinissable, tellement tout le monde dit quelque chose sur ce que sont les francs-maçons. Certains disent que ça viendrait des templiers, c'est indéfinissable […] pour certains [ils existent], mais moi je pense que non. »

Vérification de l’information : des pratiques adolescentes éloignées des solutions pédagogiques préconisées

30Les techniques de vérification qu’évoquent spontanément les adolescents rencontrés, y compris après des séances d’éducation aux médias dédiées, restent assez sommaires. Ils perçoivent la méfiance généralisée sur les procédés de désinformation. Ils savent qu’« il faut vérifier nos sources ». Mais cela peut les conduire à vérifier sur Instagram ce qui se dit sur Twitter. Ils cherchent des modalités de réassurance simples, adaptées à la vie quotidienne. Ainsi la télévision, et plus largement, les médias professionnels leur semblent des sources plus fiables parce qu’accessibles à un plus grand nombre et donc moins falsifiables. Les discussions avec les parents leur servent aussi de point d’appui, même s’ils ne peuvent pas leur faire part de tous leurs doutes, pour ne pas perdre leur confiance. Ils cherchent aussi des indicateurs simples comme les logos « officiels » des comptes sur Twitter par exemple.

31Devant l’appréhension de la manipulation et de sa généralisation, certains veulent se faire une opinion « par eux-mêmes ». Il s’agit d’une étape indispensable dans la formation de l’esprit critique : « faut le voir de moi-même pour me faire ma propre opinion, pour pas être influencé par les autres ». Le recours au sentiment personnel peut néanmoins s’avérer fragile quand il s’appuie principalement sur des images*, et leur libre interprétation.

32Les règles prescrites de vérification de l’information et de recherche des sources premières s’avèrent au final éloignées de la réalité de la construction des points de vue personnels. La question de la confiance dans les institutions et dans les parents s’avère cruciale. Oubliant l’importance de la qualité des sources, le raisonnement peut se faire alors assez approximatif, reposant sur le contenu de l’information et son degré de gravité ou de crédibilité : « si c’est un attentat, c’est vrai, parce que c’est sérieux », mais si c’est extravagant, comme la désinformation sur les missions des astronautes sur la lune qui n’auraient pas eu lieu, alors « c’est faux ».

  • 44 Sophie Jehel, Angélique Gozlan (dir.), Les adolescents face aux images trash sur internet, Paris, (...)

33La démultiplication des modalités d’accès à l’information des adolescents rend stratégique le rôle de l’EMI. La place prépondérante des réseaux sociaux et la diversité de leurs usages, loin de faciliter le tri des informations, le complexifient : sur-sollicitation des internautes par les notifications et l’extension des réseaux de contacts, juxtaposition d’informations sans lien, difficulté à vérifier les sources, saturation par des vidéos émotionnellement très fortes. La lutte contre les « manipulations de l’information » conduit à surexposer les thèses les plus insolites ou complotistes, face auxquelles les adolescents se trouvent plus souvent dans des postures de retrait, d’amusement mais aussi de doute. Les techniques de recherche et de recoupement des sources enseignées dans les dispositifs d’EMI, inspirées des méthodes des professionnels de l’information, ne pourront devenir des pratiques quotidiennes pour les adolescents qui ont tendance à se réfugier, pour se réassurer, vers des médias traditionnels, et avant tout vers la télévision, qui propose des récits stabilisés qui leur semblent plus fiables. Pour autant, le rapport à l’information est marqué par des formes de défiance diverses qui concernent aussi bien les institutions politiques que médiatiques. L’écoute et l’analyse des points de vue développés par les adolescents conduisent à privilégier une éducation aux médias faisant place à une incertitude raisonnable, à un rapport à la vérité qui ne relève pas de l’absolu, mais de vérités provisoires et partielles, liées à un état des connaissances, lui aussi provisoire et partiel. Ne pas réduire l’EMI à la lutte contre la désinformation semble également important pour renforcer l’autonomie de pensée. La confiance en soi qui est le meilleur barrage à l’adhésion aux thèses « complotistes » a besoin de s’ancrer dans une connaissance du fonctionnement des plateformes, comme de la spécificité du travail journalistique. Le travail sur la place des images dans l’information, leur rôle dans l’établissement d’une réalité, leur polysémie, la nécessaire recherche de leurs métadonnées, la connaissance de leurs auteurs et des conditions de la prise de vue, peut conforter des postures plus solides. Il restera encore à faire le lien avec une prise en compte de l’impact émotionnel de la consommation des images sous le régime des plateformes numériques44.

Notes

1 En témoigne notamment le nombre d’actions conduites sur le sujet sous la bannière du CLEMI.

2 Réalisé pour les centres d'entraînement aux méthodes d'éducation active (CEMEA), la région Normandie, l’académie de Caen. Les rapports issus de cet observatoire sont accessibles sur le site : < http://educationauxecrans.fr/index.php/le-dispositif/observatoire-des-pratiques-des-jeunes >. La méthodologie de recueil des informations y est chaque fois explicitée. Les statistiques s’appuient sur la passation d’un questionnaire auprès de plusieurs milliers d’adolescents entre 15 et 18 ans, les entretiens sont passés chaque année après de 50 adolescents, en petits groupes. Dans ce dispositif éducatif, collaborent des enseignants de lycée et des éducateurs des CEMEA.

3 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie pour l’année 2018. Suivi des pratiques des adolescents sur les plateformes numériques, de leurs modalités d’information et de leur rapport aux « fausses informations », CEMEA, Région Normandie, Rectorat de Caen, 2018.

4 Ibid.

5 Carine Marcé, Le baromètre de la confiance des Français dans les médias, 23 janvier 2018. [En ligne] < https://fr.kantar.com/m%C3%A9dias/digital/2018/barometre-2018-de-la-confiance-des-francais-dans-les-media/ >.

6 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie pour l’année 2018. Suivi des pratiques des adolescents sur les plateformes numériques, de leurs modalités d’information et de leur rapport aux « fausses informations », op. cit.

7 Arnaud Mercier, Alan Ouakrat, Nathalie Pignard-Cheynel, « Facebook pour s’informer ? Actualité et usages de la plateforme par les jeunes », in Arnaud Mercier, Nathalie Pignard-Cheynel, (dir.), #info, Commenter et partager l'actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2018 (coll. Le [bien] commun), p. 176.

8 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie pour l’année 2018, op. cit.

9 Sophie Jehel, « Hyperconnexion des adolescents : une initiation au digital labor », CR 33, Colloque Association internationale des sociologues de langue française, Montréal, Canada, 4-8 juillet 2016. [En ligne] < https://web.univ-pau.fr/RECHERCHE/SET/AISLFCR33/DOCS_SOCIO/2016/Actes_AISLF_CR33_2016_Montreal.pdf >.

10 Danah boyd, It’s Complicated. The Social Lives of Networked Teens, New Haven (CT), Yale University Press, 2014.

11 Les Apprentis d’Auteuil, Les TIC : usages et appropriation par les jeunes, Observatoire des jeunes et des familles, préface de Monique Dagnaud, 2015.

12 Laurence Le Douarin, « “C'est personnel !”. L'usage des TIC par les cadres dans l'articulation des temps sociaux : vers une évolution de la rationalisation au travail ? », L'homme et la société, 2007, 1 (n° 163-164), p. 75-94. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2007-1-page-75.htm > ; Francis Jauréguiberry, « La déconnexion aux technologies de communication », Réseaux, 2014, 4 (n° 186), p. 15-49. [En ligne] < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01427536/document > ; Nicole Aubert, « Hyperformance et combustion de soi », Études, 2006, n° 10, t. 405, p. 339-351. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-etudes-2006-10-page-339.htm >.

13 Antonio A. Casilli, En attendant les robots : enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019 (coll. La couleur des idées).

14 Olivier Ertzscheid, « L'homme synchronisé », Médium, 2014/4 (n° 41), p. 157-168. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-medium-2014-4-page-157.htm?contenu=article >.

15 Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale », Communiquer, 2015, n° 13. [En ligne] < https://communiquer.revues.org/1521 >.

16 Sophie Jehel, Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ? Observatoire Basse Normandie pour l’année 2015, CEMÉA, Région Basse Normandie, Académie de Caen, 2016.

17 Ibid.

18 Laurence Le Douarin, « “C'est personnel !”. L'usage des TIC par les cadres dans l'articulation des temps sociaux : vers une évolution de la rationalisation au travail ? », L'homme et la société, op. cit.

19 Perle, ibid.

20 Ibid.

21 Le Monde, 1er juillet 2014.

22 Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 2015 (coll. La République des idées).

23 Ce constat rejoint celui de la fracture numérique cognitive fait par de nombreux chercheurs : Esther Hargittai, “Second-Level Digital Divide: Differences in People’s Online Skills”, First Monday, 2002, n° 4, vol. 7 ; Périne Brotcorne, Gérard Valenduc, « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’Internet », Les cahiers du numérique, 2009, n° 1, vol. 5, p. 45-68. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-1-page-45.htm > ; Hélène Bourdeloie, « L’appropriation des dispositifs d’écriture numérique : translitteracie et capitaux culturels et social », Études de communication, 2012, n° 38, p. 23-36. [En ligne] < https://journals.openedition.org/edc/3378 > ; Mickaël Le Mentec, Pascal Plantard, « INEDUC : pratiques numériques des adolescents et territoires », Netcom, 2014, 28-3/4. [En ligne] < https://journals.openedition.org/netcom/1799 > ; Anne Cordier, Grandir connectés : les adolescents et la recherche d'information, Caen, C&F Éditions, 2015. [En ligne] < https://cfeditions.com/grandirConnectes/ressources/cordier-specimen.pdf >.

24 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

25 Sophie Jehel, Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ? Observatoire Basse Normandie pour l’année 2015, op. cit.

26 Ibid.

27 Voir la recherche sur la réception des images violentes sexuelles et haineuses, et sa présentation notamment : Sophie Jehel, « Les adolescents face aux violences numériques : entre adhésion et résistances aux logiques de violence », Terminal, 2018, n° 123. [En ligne] < http://journals.openedition.org/terminal/3226 > et Sophie Jehel, « Emprise et déprise des images : une analyse des pratiques numériques des adolescents », Dossier séduction et peur des images, Les cahiers de la Justice, 2019/1, p. 117-132. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-la-justice-2019-1-page-117.html >.

28 Fabien Granjon, « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l'informatique connectée », Les cahiers du numérique, 2009, 1, vol. 5, p. 19-44. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-1-page-19.htm >.

29https://fr.slideshare.net/EdelmanInsights/2017-edelman-trust-barometer-global-results-71035413 >.

30 Sophie Jehel, Observatoire des pratiques numériques des jeunes en Normandie pour l’année 2017. Suivi des pratiques, des inquiétudes des jeunes sur les plateformes numériques, et de leurs modalités d’information, CEMEA, Région Normandie, Rectorat de Caen, 2017.

31 Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2010 (coll. Médias essais), p. 355.

32 Centre de formation d’apprentis.

33http://generation-what.francetv.fr/ >.

34 Fabien Trécourt, « Le grand miroir de la jeunesse française, entretien avec Anne Muxel », Le journal cnrs.fr, 14 décembre 2016. [En ligne] < https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-grand-miroir-de-la-jeunesse-francaise >.

35 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie pour l’année 2018, op. cit.

36 Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, op. cit.

37 Sophie Jehel, Léo Jannot-Sperry (collab.), Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie pour l’année 2018, op. cit.

38 Gérald Bronner, La démocratie des crédules, Paris, Presses universitaires de France, 2013.

39 Le Parisien, 16 décembre 2016 ; Marc de Boni « Sylvain Durif, “le grand monarque” de Bugarach, candidat loufoque pour 2017 », Le Figaro, 8 décembre 2016.

40 Comme “culture of laughter”.

41 Gérald Bronner, « La résistance au darwinisme : croyances et raisonnements », Revue française de sociologie, 2007/3, (vol. 48), p. 587-607. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-1-2007-3-page-587.htm >.

42 Voir Black Mirror, par exemple.

43 Eli Pariser, The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You, New York, Penguin Press, 2011 ; Romain Badouard, Le désenchantement de l'internet : désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP éditions, 2017 (coll. (Présence / questions de société), p. 32-38.

44 Sophie Jehel, Angélique Gozlan (dir.), Les adolescents face aux images trash sur internet, Paris, InPress, 2019 (coll. Ouvertures psy).

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search