Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire dans un monde numérique

 | 
Claire Bélisle

Chapitre V. Les nouveaux environnements de lecture

Claire Bélisle

Texte intégral

1La transformation des pratiques de lecture au sein de nouveaux contextes numériques offre des conditions inédites : non seulement l’offre de textes à lire n’a jamais été aussi pléthorique ni aussi accessible, comme celle des bibliothèques numériques, mais surtout les nouveaux supports que sont les outils nomades comme le téléphone portable et la tablette numérique dédiée suscitent un engouement mondial ahurissant. Bien que les pratiques de lecture aient beaucoup évolué depuis le début du XXe siècle en interaction avec le développement des médias – du journalisme à l’Internet en passant par le cinéma et la télévision –, comme cela a été présenté dans les chapitres précédents, ce n’est qu’avec l’arrivée des ebooks et des livres numériques que l’alerte est devenue générale quant aux menaces qui planeraient sur la pérennité du livre et sur le futur de la lecture.

  • 1 The Economist, février 2010.

2Aussi a-t-il semblé pertinent de présenter ici quelques informations sur les nouveaux environnements de lecture de ce début du XXIe siècle, pour donner une idée beaucoup plus précise des nouvelles possibilités de lecture et des nouveaux rôles et compétences que ces environnements suscitent, exigent ou nécessitent. Car il devient de plus en plus évident que l’on n’a jamais autant lu : « La quantité de textes lus, qui déclinait à cause de la télévision, a presque triplé depuis 1980, grâce à tous les textes mis en ligne. »1

3Les innovations et les renouvellements successifs des matériels et des dispositifs rendent rapidement obsolètes toutes les descriptions un peu précises des fonctionnalités et usages en cours. Il ne s’agit donc pas de décrire l’ensemble des nouvelles situations de lecture, mais seulement d’ouvrir la porte sur quelques expériences qui semblent symptomatiques des développements en cours et à venir. Aussi avons-nous choisi de focaliser l’attention sur quatre aspects qui nous semblent significatifs quant aux évolutions en cours et aptes à introduire une réflexion sur les nouveaux horizons culturels que ces environnements appellent quand ils ne les instaurent pas tout simplement.

4Ce sont d’abord les bibliothèques numériques, issues des fonds dont disposent les bibliothèques publiques, et mises en place systématiquement depuis peu de temps, qui ouvrent à de nouvelles pratiques de lecture grâce à l’usage d’outils numériques, dont les moteurs de recherche sont les plus déterminants. Ces nouvelles offres et les services qui les accompagnent, sont symptomatiques d’un nouveau rapport aux savoirs et aux textes que promeuvent les bibliothécaires.

5Simples décalques de la version papier, les premiers livres numérisés n’avaient pas permis de mesurer à quel point l’art de lire allait se transformer. Avec le livre numérique, c’est tout l’acquis de la mise en page du monde de l’imprimerie qui se met à évoluer. Le premier changement est dans le rapport matériel. La possession des livres perd de son importance et n’est plus un signe de distinction. De nouveaux supports physiques de lecture, comme les ebooks, le lecteur numérique, la tablette dédiée ou liseuse, ont fait leur apparition, les derniers modèles ayant réussi une percée significative. De nombreuses universités voient là le support polyvalent dont ont besoin enseignants et étudiants pour utiliser sérieusement les ressources numériques. De nombreuses expérimentations en cours vont permettre l’évolution des usages et leur observation.

6Mais il s’avère que c’est avec le téléphone mobile, que personne n’aurait associé à la lecture il y a une dizaine d’années lors de sa sortie, que se développe aujourd’hui une expérience de lecture mobile qui étonne quand elle ne suscite pas scepticisme et sarcasme. Le format de l’écran invite à un autre type d’écriture, avec des phrases plus courtes et des textes plus dépouillés, et le support assure une accessibilité permanente et une nouvelle proximité du lecteur avec le texte.

7Enfin, un dernier aspect incontournable des nouveaux environnements de lecture est leur dimension sociale. Avec les réseaux sociaux, ce sont des fonctionnalités et outils de partage et de communication qui s’imposent au cœur de la lecture. « N’est-ce pas le rôle de l’œuvre culturelle de favoriser la reconnaissance mutuelle et l’échange social ? » rappelait Hervé Le Crosnier (2002). Un texte lu et apprécié est un texte que l’on voudra signaler à ses amis, partager avec eux et éventuellement faire connaître au plus grand nombre de personnes possible. Ces nouveaux dispositifs techniques que sont les réseaux en ligne font-ils de la lecture une activité marginale au service des flux de communications, un nouveau lieu de contrôle social ou peut-on y voir une nouvelle socialisation de la lecture ?

8En quoi ces nouveaux dispositifs constituent-ils de nouveaux environnements de lecture ? La multiplication de textes et de documents à lire sur supports numériques entraîne des changements qui vont bien au-delà du développement de compétences techniques pour la prise en main de ces supports matériels mais aussi logiciels. C’est l’ensemble des dispositifs – bibliothèques, écoles, universités, presse, éditeurs, librairies – qui se voit contraint d’évoluer et d’inventer des formes d’interaction avec les usagers.

9Ces environnements numériques de lecture modifient profondément l’expérience corporelle et affective de la lecture en rendant tout texte accessible à distance, en faisant de l’écran l’intermédiaire incontournable, en donnant au lecteur des outils d’écriture, de partage et de communication pour accompagner sa lecture. Mais plus largement, ces nouveaux environnements appellent de nouveaux repères dans les savoirs, autres que les repères disciplinaires, de nouvelles sources de légitimation autres que les sources académiques, éditoriales, journalistiques ou politiques, et de nouveaux projets sociaux et culturels. Comme le formulait déjà Alberto Manguel en 1997 : « Dans ces nouveaux espaces technologiques, avec ces artéfacts qui vont certainement coexister avec (et dans certains cas évincer) le livre, comment allons-nous réussir à être encore capable d’inventer, de se souvenir, d’apprendre, d’enregistrer, de rejeter, de s’émerveiller, d’exulter, de subvertir, de nous réjouir ? Avec quels moyens allons-nous continuer à être des lecteurs créatifs plutôt que des spectateurs passifs ? »

BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES ET MÉDIATEURS DE LA LECTURE ?

  • 2 Voir une liste des bibliothèques numériques à la fin de la bibliographie.

10Dans la société française, les bibliothèques sont un des pôles majeurs des politiques publiques de l’accès ouvert à la culture. Depuis une quinzaine d’années, des « bibliothèques numériques » ont progressivement été mises en place, soit dans le cadre de bibliothèques existantes, soit dans le cadre de collaboration à des projets internationaux. Cette offre numérique2 a d’abord consisté à donner accès à des ouvrages préalablement numérisés, détenus par les bibliothèques et dont les droits étaient tombés dans le domaine public. Puis l’offre s’est diversifiée, avec des dossiers, puis avec la présentation animée de livres ou documents particulièrement rares. Depuis quelques années, de nouveaux services sont offerts au public, soit dans les locaux des bibliothèques comme l’accès à Internet, le prêt d’ebooks ou tablettes dédiées et la formation à l’usage des outils numériques, soit dans le cadre d’une offre à distance. Parmi ces nouveaux services, le lecteur peut choisir entre l’accès à des conférences en ligne, le prêt de livres numériques ou la recherche documentaire en ligne. Enfin, certaines bibliothèques offrent aussi l’accès à des sites spécialisés mis en place par les bibliothécaires sur des thèmes culturels, comme par exemple des questions de santé, avec des bibliographies spécifiques ou des services documentaires à la demande, des veilles technologiques, l’accès à des expositions virtuelles et à des dossiers pédagogiques.

  • 3 Robert Darnton vient de publier un intéressant plaidoyer pour la création d’une bibliothèque numéri (...)

11C’est avec les nouveaux services numériques des bibliothèques que sont devenus perceptibles les changements dans les rôles et compétences des bibliothécaires. Car ces services, actuellement développés par des bibliothèques nationales, municipales ou universitaires, font partie d’une repensée complète des missions, rôles et compétences de ces institutions dans le partage du savoir3. Au-delà de la première étape qu’a été la mise en ligne, puis l’interconnexion, des catalogues des œuvres de chaque bibliothèque, ce sont les nouvelles modalités de lecture en ligne des textes eux-mêmes qui sont devenues déterminantes de l’intérêt des lecteurs et du développement des usages. Les moteurs de recherche, dont les capacités d’analyse transforment la recherche d’information et de documents, prennent en charge précisément les tâches qui étaient jusque dans les années 1980 des tâches très représentatives de l’activité des bibliothécaires et des documentalistes.

12Le rôle des bibliothécaires dans ce nouveau contexte est appelé à évoluer fortement. Les nouvelles tâches sont vite apparues comme le signalait déjà la directrice adjointe de la Bpi en 2000 : « Qu’est-ce qui change du côté des bibliothécaires avec les collections électroniques ? Tout d’abord l’émergence de nouvelles tâches, qui vont de la veille électronique au catalogage de sites internet en passant par la mise à jour (souvent mensuelle !) de nombreux titres de cédéroms. Il s’agit là d’une véritable maintenance tant physique qu’intellectuelle des ressources électroniques » [Diament, 2000].

13Les bibliothécaires ont de plus en plus à travailler avec des objets documentaires qui ne sont pas des objets physiques, mais des objets d’information. Ils n’ont plus à gérer des stocks, mais des flux. Pour Caroline Wiegandt (2005), « le catalogage change de raison d’être : il ne sert plus seulement à localiser des supports physiques dans l’espace mais à informer sur la structure des contenus. »

14Car les bibliothécaires ont aussi dû répondre à une attente et une demande de formation de la part des publics. Pour tout cela ils ont dû se former et acquérir de nouvelles connaissances et une bonne maîtrise des outils de navigation, des moteurs de recherche et des sites pouvant intéresser les lecteurs. L’arrivée des technologies numériques dans les bibliothèques a entraîné de nouvelles règles documentaires et économiques dans la gestion de l’accès à l’information, a posé des problèmes juridiques inédits comme l’obtention de licence d’utilisation de copie numérique, ou le calcul des droits pour des prêts d’exemplaires numériques. Avec les espaces numériques sont apparus de nombreux problèmes techniques comme la conservation des documents numérisés, ou de nombreux problèmes documentaires comme la constitution de collections numérisées. Des changements importants ont exigé des efforts d’adaptation autant de la part des personnes qu’en ce qui concerne les institutions. Il suffit de parcourir les pages d’informations4 documentaires, techniques et juridiques pour mesurer à quel point indexer et conserver un livre dans le monde numérique est une activité hautement complexe.

  • 5 La BnF annonce sur son site que le succès des activités en ligne « s’est confirmé en 2009 avec 3,4 (...)

15Les nouveaux services numériques des bibliothèques ont d’abord été expérimentés de façon exploratoire et parfois avec scepticisme. C’est le succès rencontré par certaines bibliothèques5 qui en a convaincu d’autres. Les personnels ont dû se former et s’adapter à ces nouvelles tâches et activités. Être bibliothécaire sur le net n’est pas la même chose que faire ce travail en face à face avec les lecteurs. Non seulement les compétences ne sont pas les mêmes, mais le rôle à tenir est nouveau, plus de l’ordre d’un cyber-médiateur que d’un documentaliste classique. Repenser les données bibliographiques et l’homogénéisation des normes de catalogage s’est avéré une tâche colossale. C’est en partie pourquoi de plus en plus, les bibliothèques ont dû établir des partenariats avec de multiples organismes, institutions et associations.

16Les nouveaux services offerts par les bibliothèques recoupent les mises à disposition de fonds documentaires déjà pratiquées, mais les questions de recherche sont souvent beaucoup plus complexes, et surtout les bibliothécaires n’ont plus la relation face à face et connaissent rarement les utilisateurs avec lesquels ils interagissent. Par exemple, le service Questions ? Réponses !6 répond aux questions dans le domaine des sciences de l’information et des bibliothèques ; le service Le Guichet du savoir. Vous avez une question ? nous avons la réponse !7 propose une réponse par les bibliothécaires dans les 72 heures maximum à toutes les questions, ainsi que l’accès à l’ensemble des questions et réponses déjà traitées ; ou encore Rue des Facs8, service de réponse à distance, par des bibliothécaires, pour des recherches documentaires ; ce service répond en priorité aux questions des étudiants, enseignants-chercheurs et personnels des universités, mais est ouvert à tous.

17Ces services, qui rencontrent un vif succès, répondent à des besoins grandissants. Actuellement développés par des bibliothèques nationales, municipales ou universitaires, ces services intéressent fortement les entrepreneurs privés pour l’accès aux publics qu’ils procurent. Ce sont déjà des sociétés privées qui produisent et gèrent les outils les plus utilisés dans la recherche d’information et de documents, les moteurs de recherche. Les tâches prises en charge par ces outils étaient précisément jusque dans les années 1980 des tâches très représentatives de l’activité des bibliothécaires et des documentalistes. De fait, personne ne sait quels seront les services que demanderont les lecteurs de demain. Mais il apparaît de plus en plus probable que ce seront les services à distance qui seront les plus sollicités, et qu’ils pourraient concerner à terme une partie beaucoup plus importante de la population.

18Les bibliothécaires sont en effet au premier rang pour apprivoiser le « nouveau continent documentaire » [Guillaud, 2010] que constitue le livre numérique. Non seulement les textes sont accessibles à distance, mais surtout chaque mot peut être porteur d’un ensemble d’informations sur sa forme, son sens ou son rôle dans le texte. Ce sont ces informations qu’utilisent en partie des outils actuels mais que pourront exploiter beaucoup plus efficacement les moteurs de recherche sémantique en cours de développement. Car en devenant numérique, tout livre devient « cherchable » [Guillaud, 2010], c’est-à-dire qu’il peut être abordé de multiples façons, grâce à la possibilité d’interroger son contenu non plus simplement avec des critères formels comme les mots-clés, les titres, les résumés, et autres données bibliographiques, mais selon de nouveaux paramètres sémantiques, comme les thèmes, les genres littéraires, les illustrations, les péripéties du récit, les personnages, les lieux, etc.

19Avec la recherche sémantique, le lecteur entre dans l’univers de la lecture savante, qui pourrait devenir la forme première de la lecture dans un monde numérique. La lecture dite savante concerne aujourd’hui de plus en plus de lecteurs, même si l’initiation à son mode numérique fait encore cruellement défaut. Ce travail de lecture réflexive se trouve faciliter par l’exploration documentaire, mais aussi stylistique, sémantique et affective que permettent les outils numériques et l’activation de liens avec les encyclopédies, les dictionnaires, les repérages géographiques par cartographie, etc. Car une fois que le texte recherché est trouvé, ce mode de lecture « consiste surtout à partir à la recherche, à travers le texte, de l’intention de l’auteur, à découvrir la manière dont celui-ci se représente son lecteur, à apprécier les moyens mis en œuvre dans l’écriture, à entrer dans le regard sur le monde ainsi proposé, mais aussi à porter un jugement sur les effets produits et la manière dont le texte s’insère dans l’ensemble des textes existants » [ELSA, 1996]. Peut-être est-ce là une utopie, car comme le fait remarquer Manguel (2010), « La lecture au sens fort du terme a toujours été le privilège de quelques-uns » et il ajoute « la lecture est l’habileté à entrer dans un texte et à l’explorer au maximum de ses capacités personnelles, le faisant sien dans un acte de réinvention. […] Précisément, à cause du pouvoir que la lecture donne au lecteur, les différents systèmes politiques, économiques, et religieux qui nous gouvernent ont toujours craint une telle liberté imaginative ». C’est pourtant à cette liberté que les bibliothécaires ont toujours voulu initier.

20Michel Melot (2005) souligne cette importance des nouveaux savoirs que doit maîtriser cette « nouvelle espèce d’experts » que sont les archivistes, documentalistes et bibliothécaires et qui sont de l’ordre des connaissances « méta » des nouveaux médias : « Nous sommes entrés dans l’ère des métalangages, des métadonnées et, par suite, d’un métasavoir contenu non pas dans ce que les messages ont d’explicite mais dans ce que leur dicte la forme qu’ils ont choisie. […] Or, c’est précisément à ce métaniveau que se situent nos compétences. Nous ne sommes ni des auteurs, ni des ingénieurs, ni des commerçants, ni des professeurs, mais une nouvelle espèce d’experts qui doivent gérer les modes d’accès au savoir » [Melot, 2005].

  • 9 Flickr est un site Web de partage de photos et de vidéos gratuit, utilisé par des amateurs autant q (...)

21Enfin, c’est dans la relation aux usagers que les bibliothécaires exercent la spécificité de leur rôle, et dans cette relation, « la notion de médiation est centrale et dominante puisqu’il s’agit avant tout d’établir une relation entre une ressource et un utilisateur » [Wiegandt, 2005]. Les bibliothèques doivent en effet repenser le lien avec leurs usagers, dans un contexte d’abondance d’information. « Une masse d’information non validée, non traitée, disponible immédiatement malgré la distance, voilà la concurrence à laquelle se trouvent effectivement confrontés aujourd’hui les bibliothécaires entourés, dans leurs établissements, d’un public de moins en moins jeune. Ce modèle tend pourtant à devenir le seul d’une génération d’enfants nés avec Internet, dont les références en matière d’accès à l’information sont celles imposées par les grands moteurs de recherche » [Touitou, 2008]. Ainsi, la bibliothèque municipale de New York a été amenée à complètement repenser son rapport à ses usagers. Pour être trouvée et reconnue, la direction de cette institution n’a pas craint d’utiliser les réseaux sociaux et les sites de partage. Ainsi, 700 000 images de manuscrits, cartes historiques, posters, imprimés rares et photographies issues des collections de la bibliothèque sont accessibles sur le site Flickr de Yahoo9.

22Bertrand Calenge envisage, au-delà des deux modes actuels d’intervention des bibliothèques sur Internet un troisième mode, qui ouvrirait un nouvel espace et une nouvelle identité numérique, et qui va dans le sens de la consommation collaborative qu’Hubert Guillaud a présentée récemment et que Calenge situe dans la lignée du « Web participatif » : « Une troisième hypothèse est possible, mais reste encore peu explorée, celle de la construction de savoir et de service avec et même par les utilisateurs euxmêmes » [Calenge, 2009]. En fait, sa proposition ouvre sur la grande question de la production du savoir par les lecteurs-utilisateurs de la bibliothèque et de la place et du rôle des bibliothécaires dans cette production.

CAMPUS UNIVERSITAIRES : EBOOKS ET LIVRES NUMÉRIQUES

23Le changement s’apprécie aussi avec le support qui a le plus intéressé, fasciné et fait peur à l’élite lettrée, l’ebook ou tablette électronique pour la lecture. La commercialisation des premiers ebooks à la fin des années 1990 a été largement vécue comme l’arrivée brutale du monde numérique dans la culture. Aujourd’hui, c’est dans le monde universitaire que les ebooks et livres numériques suscitent des changements importants, avec la mise à disposition massive pour les étudiants de podcasts, d’i-manuels, et de ressources accessibles à distance pour l’elearning. Dans son rapport annuel, un important consortium de collèges et d’universités prévoit que d’ici trois ans, les tablettes numériques auront remplacé les volumineux et coûteux manuels universitaires. Aussi, c’est dans un contexte de formation universitaire que sont explorées ici les promesses et les limites des supports mobiles qui actuellement permettent la lecture de livres numériques, à savoir les ebooks à encre électronique, les ebooks à écran rétro éclairé, et l’iPad, qui, avec son système multitâche, laisse entrevoir les hybridations à venir.

24Pour lire sur un ebook, il faut un logiciel de lecture, – applications permettant de lire les fichiers des livres numériques, dont l’Adobe Reader est le plus connu –, et des documents sous des formats dédiés, ou fichiers de livres numériques. Initiée à la fin des années 1990 avec les premières tablettes électroniques, la lecture de livres numériques, soit des livres papiers numérisés, soit des livres d’origine numérique, se développe aujourd’hui, avec notamment les nouvelles générations de lecteurs nomades.

  • 10 Pour un aperçu historique, de 1971 jusqu’à 2009, voir sur le site de Marie Lebert, chercheuse, jour (...)

25Bien que les premiers lecteurs numériques, ou tablettes dédiées à la lecture, soient apparus il y a maintenant plus d’une dizaine d’années10, ce n’est que depuis l’offensive, en 2007, de l’entreprise de commerce électronique, Amazon, avec son lecteur Kindle, que la lecture de livres sur un écran peut rivaliser avec celle sur papier. De nouveaux lecteurs, à base d’encre électronique, à la fois plus légers et plus ergonomiques que la première génération de la fin des années 1990, permettent de lire dans des conditions similaires à celles sur papier, mais en contenant en plus plusieurs centaines d’ouvrages. Si le Kindle a pu percer, c’est en grande partie grâce aux 400 000 titres du catalogue d’Amazon, car jusque-là, la réticence des éditeurs à permettre la conversion numérique des œuvres constituait un frein incontournable.

  • 11 3,3 millions d’iPad ont été vendus au cours des six premiers mois de vente de la tablette. Plus de (...)

26L’arrivée de la tablette numérique d’Apple, l’iPad, en janvier 2010, semble – l’avenir seul pourra le confirmer – initier un deuxième tournant. Cette tablette n’est pas dédiée à la lecture, mais d’abord à l’alliance de la lecture avec la navigation sur le Web, dans un contexte multimédia. Bénéficiant de l’aura et de la puissance commerciale d’Apple, cette tablette comporte la couleur, l’interactivité, une interface qui s’oublie rapidement et un écran tactile de haute performance : en somme une attractivité ergonomique qui a rencontré un succès imprévu11. En revanche, les premières versions ne comportaient ni connexion wifi ni la possibilité du multitâche, ni de connexion USB, ni de caméra, et sont dotées d’un écran brillant rétroéclairé par LED (light-emitting diode ou diode électroluminescente). L’iPad a donc tous les désavantages des écrans à cristaux liquides, c’est-àdire angle de vision limité, reflets sur l’écran et non performant au soleil, ce qui en limite les usages. De plus, l’iPad constitue une offre fermée, toutes les applications et tous les contenus, gratuits ou payants, ne pouvant être téléchargés que depuis le site commercial d’Apple ou via son application iTunes.

27Néanmoins, l’arrivée de cette tablette sur le marché a eu un réel effet de stimulation. De nombreux fabricants ont annoncé la sortie de tablettes concurrentes dans les prochains mois. Surtout, les éditeurs et les grands groupes de presse ont compris qu’un point de non-retour avait été franchi et ont commencé à développer des offres spécifiques pour transposer leur production de livres papier sur des tablettes numériques. Cela est d’autant plus facile que la plupart des livres aujourd’hui existent d’abord en mode numérique avant d’être imprimés sur papier.

  • 12 Les bibliothèques publiques ont exploré très tôt l’usage des tablettes numériques en proposant des (...)

28Mais les bibliothèques universitaires12 n’ont pas attendu l’iPad pour explorer les possibilités des tablettes et livres numériques pour l’enseignement et l’apprentissage. En fait, une prise de conscience progressive s’est faite, appuyée sur des expérimentations, du rôle central que les bibliothèques avaient à jouer comme intermédiaires dans le développement de l’usage de livres numériques et notamment sur des tablettes dédiées. Ces premières expérimentations ont permis aux bibliothèques de se regrouper face aux éditeurs, de faire connaître leurs exigences, de révéler les usages tout en obligeant les éditeurs à réduire l’hétérogénéité et la complexité de leurs offres éditoriales.

29En France, outre les recherches au sein des bibliothèques municipales et de la BnF, plusieurs projets se sont développés avec la collaboration des bibliothèques universitaires. Un premier projet innovant d’expérimentation de livres électroniques a réuni en 2005 et 2006 quatre services communs de documentation des universités de Bretagne occidentale, Bretagne Sud, Rennes 1 et 2, ainsi que l’IUFM de Bretagne. Il visait à constituer un fonds et un catalogue partagés de livres numériques destinés aux étudiants bretons, et dont la diffusion était assurée sur l’espace numérique de travail Esup Portail. L’Université numérique en Région Bretagne (UNRB) a ainsi « réussi à mettre en place le premier fonds interuniversitaire d’ouvrages électroniques » [Jonchère, 2007]. Les résultats, mitigés quant à l’usage par les étudiants des 352 livres numériques disponibles, sont liés au peu d’interactivité des livres proposés, à l’absence de contenus multimédias ainsi qu’aux conditions dissuasives d’usage imposées par le système de protection des droits. L’expérimentation a néanmoins permis d’identifier un intérêt réel chez les étudiants, et surtout de faire avancer la réflexion des éditeurs sur la nécessité de développer l’offre française adaptée aux besoins des publics universitaires. Car comme le souligne Laurent Jonchère, « Les nouvelles générations d’étudiants consommateurs d’internet introduisent de nouvelles façons d’apprendre et de rechercher l’information, auxquelles doit répondre une évolution des pratiques pédagogiques et documentaires. » Ce nouveau service est devenu pérenne en s’inscrivant dans un projet plus vaste d’université numérique en région Bretagne.

30Peut-être parce qu’handicapées par l’offre dérisoire, à cette époque, d’œuvres numériques en langue française, notamment pour les parutions récentes, des recherches se sont développées autour des tablettes physiques, à la fois pour faire connaître ce nouveau dispositif et pour en étudier les conditions d’acceptabilité. À Angers (2008-2009), ainsi qu’à Toulon, des prêts de liseuses électroniques ou « livrels » ont été mis en place avec des Cybook de Bookeen et des PRS-505 de Sony. Les emprunts, d’une durée d’une vingtaine de jours, ont été limités. Les « livrels » étaient pré-chargés avec un ensemble d’ouvrages (romans, nouvelles, autres textes) récents publiés par publie.net, une structure destinée à la promotion de la création littéraire contemporaine. Des conseils invitaient chaque lecteur-étudiant à transférer ses documents personnels vers le « livrel », et à télécharger des documents depuis l’Internet. Les résultats montrent que les usages n’ont pas été très élevés ni significatifs, et qu’il fut difficile d’en tirer des conclusions autres que la nécessité de mieux faire connaître ce nouveau service, notamment avec la participation des enseignants-chercheurs mais aussi des bibliothécaires. Les pages vues étaient parcourues ou lues de façon partielle, par bribes, avec environ 20 % des lecteurs balayant les pages, 80 % lisant des extraits. On constate aussi une indifférenciation au type de document (livre, article de revue, article d’encyclopédie) lié à un accès homogénéisant les parcours. Il ressort que pour ce type de service, les commanditaires auraient tout intérêt à s’appuyer sur les besoins réels et les demandes des futurs utilisateurs : beaucoup d’étudiants ont déjà un équipement numérique conséquent et ne souhaitent pas s’encombrer d’une tablette numérique supplémentaire, ce que des enquêtes préalables auraient pu révéler.

  • 13 Cet organisme gouvernemental britannique pour l’innovation technologique en éducation et en recherc (...)

31La plus importante étude jamais réalisée sur l’usage de livres numériques et sur les pratiques de lecture en ligne, même si ce dernier aspect n’était pas le seul, ni le principal, étudié, a été mise en place à partir 2007 en Angleterre. Ce programme ambitieux, l’Observatoire national de livres numériques du Joint Information Systems Committe (JISC)13, réunissait un consortium d’universités anglaises, dont la participation de 127 universités et institutions d’enseignement supérieur, et la collaboration de nombreux éditeurs. Vingt-six titres de manuels universitaires dans quatre domaines – économie/gestion, médecine, étude des médias, et ingénierie – ont été mis librement à la disposition des étudiants pendant toute la durée de l’étude, soit 14 mois. De plus, 30 000 livres numériques étaient accessibles sur chaque plate-forme. Deux enquêtes (janvier 2008 et janvier 2009) ainsi qu’une analyse des fichiers log (qui enregistrent l’activité de l’utilisateur à travers l’interface) de plus de 48 000 étudiants et enseignants ont fourni les données sur lesquelles s’appuient les résultats obtenus.

32L’usage s’est avéré très dépendant de l’activité scolaire et des priorités académiques. Les pics d’utilisation ont été observés principalement au cours des premiers mois de l’année universitaire, de même qu’au cours du créneau horaire 10 h 00 à 14 h 00 et pendant les week-ends. Le mode de lecture dominant était de type ponctuel, avec des allers-retours sur un document, ce que les enquêteurs ont nommé « la navigation puissante », par comparaison à des modes plus classiques de lecture d’un ou plusieurs chapitres en entier ou de l’ouvrage au complet. Une session de lecture durait environ 13 minutes et portait sur une moyenne de 8 pages d’un des ebooks académiques, les lecteurs ayant fait, au cours d’une enquête, une approximation de leur temps de lecture assez fidèle aux usages enregistrés. Une page de livre numérique était lue approximativement en une minute. Seulement 5 % des usagers ont consacré plus de 5 minutes à regarder une page et 85 % ont consacré moins d’une minute par page. L’usage de manuel sur papier par des étudiants universitaires est très peu étudié et il n’a donc pas été possible de faire la comparaison de ces pratiques avec celles des livres numériques. Il s’avère cependant que l’usage dominant observé de lecture ponctuelle sur support numérique n’est pas uniquement le fait de la « génération Google », mais s’observe à travers tous les âges, autant chez les étudiants que chez les enseignants. Une augmentation régulière de l’usage des livres numériques par les étudiants et les enseignants a aussi été observée au cours de l’étude. Les personnes ont d’ailleurs exprimé leur satisfaction de pouvoir avoir accès à des versions numériques des manuels, car les bibliothèques universitaires sont régulièrement incapables de répondre à toutes les demandes de prêt des étudiants pour certains manuels, pris d’assaut à certaines périodes de l’année. Avec les versions numériques, ce type d’insatisfaction a baissé notablement entre les deux enquêtes. Il est aussi intéressant de noter que les livres d’économie/gestion, qui étaient les plus utilisés dans la version numérique, sont aussi les titres dont les versions papier ont été les plus achetées, ce qui est susceptible d’apaiser les craintes des éditeurs quant à l’avenir des livres papier. Enfin, la courbe des utilisations des livres numériques au cours de l’année scolaire a montré un usage croissant de la part des étudiants, et correspond à l’opinion exprimée d’une acceptation croissante des livres numériques à la fois dans le travail scolaire et pour les loisirs.

33Bien que l’offre numérique, sous forme d’encyclopédies, dictionnaires, et abonnements de revues, ait été mise en place depuis le début des années 2000 dans de nombreuses universités en France, il semble bien que ce n’est que maintenant, avec le succès des supports nomades, que les usagers se manifestent significativement. Avec la multiplication de tablettes numériques capables de contenir plus d’une centaine de livres, avec l’arrivée de logiciels de lecture sur téléphone portable et le développement de l’offre de livres numériques, les bibliothèques universitaires vont devoir faire face à une demande croissante de contenus numériques, non seulement pour les « usuels » des salles de référence, mais pour les manuels et autres recueils de texte, ainsi que l’ensemble des ouvrages à la disposition des étudiants. Pour faire face à la complexité des offres numériques des éditeurs et la diversité des formats selon les supports, les bibliothèques sont appelées à devoir développer les compétences leur permettant d’être les intermédiaires assurant sélection, qualité et facilité d’accès, entre les demandes des étudiants et les exigences des éditeurs.

  • 14 Le Monde Magazine, n° 53, supplément au Monde n° 20420 du samedi 18 septembre 2010.

34La tablette mobile d’Apple, l’iPad, sortie il y a à peine quelques mois, non seulement s’est déjà vendue à plus de trois millions d’exemplaires, mais l’application la plus téléchargée pour cette tablette a d’abord été une application de lecture, 250 000 livres numériques ayant été téléchargés sur les iPads en 24 heures le premier jour de vente, le 3 avril 2010, et plus de 2 millions de livres numériques auraient été écoulés durant le premier mois14. Ainsi, ce qui apparaissait comme relevant de l’insolite, s’impose depuis quelques mois comme une pratique à prendre en compte. Car au rythme actuel de téléchargement de livres numériques, le téléphone portable va s’avérer être le support de lecture le plus utilisé.

35Cela est sans doute ce qui a poussé enfin les éditeurs français (près de 200 à ce jour, dont la plupart ne proposent cependant que quelques livres) à s’unir pour présenter un catalogue commun pour leurs livres numériques (près de 28 000) à télécharger au sein du Portail de libraires ePagine avec un panier d’achat unique quelle que soit la plate-forme gérant l’accès aux fichiers.

36Nous sommes actuellement à la confluence entre une offre conséquente de livres numériques, un développement massif de supports nomades intégrant des logiciels de lecture et des préoccupations écologiques concernant l’usage du papier. Les manuels universitaires, notamment ceux qui sont assez vite obsolètes parce que certaines disciplines sont appelées à se renouveler rapidement, seront sans doute les premiers livres à basculer sur écran. Mais bibliothécaires et éditeurs manquent d’information sur les nouveaux comportements de lecture. Le rôle des enseignants apparaît particulièrement déterminant dans la démarche des étudiants à consulter ou pas des livres numériques.

  • 15 Un article du Wall Street Journal indiquait que les universités George Washington et Princeton, pou (...)

37Surtout, les expérimentations jusqu’à ce jour n’ont pu porter que sur des livres numériques très proches des livres papier, quand ce n’était pas simplement une version numérisée de livres papier. Or, l’intérêt du livre numérique apparaît lorsqu’il est fait usage des possibilités d’animation pour expliquer des concepts complexes, lorsqu’il est fait appel à des vidéos pour faire connaître des phénomènes physiques, géographiques, culturels. Surtout, ces livres deviennent stimulants pour apprendre dans la mesure où ils intègrent l’interactivité inhérente à l’informatique, c’est-à-dire la possibilité pour le lecteur de devenir actif, de pouvoir marquer, écrire, copier, transférer, ré-organiser, en fonction de ses besoins, de changer de langue, de communiquer en intégrant des passages. C’est là un défi que les éditeurs d’ouvrages académiques devront relever, alors que les écoles et universités devront mettre en place des infrastructures sans doute plus robustes15 et plus performantes que celles offertes aux étudiants et aux enseignants aujourd’hui.

TÉLÉPHONES MOBILES ET OBJETS NOMADES : LIRE EN PETIT FORMAT

38Lorsqu’en 2008, la nouvelle s’est répandue en Occident que les Japonais s’adonnaient à la lecture de romans écrits sur téléphone mobile16, seuls les férus de nouvelles technologies semblaient prendre le phénomène au sérieux. Pourtant, force est d’admettre aujourd’hui que peut-être ces lecteurs de littérature sur mobile étaient précurseurs. Les téléphones mobiles sont aujourd’hui omniprésents et les applications foisonnent, notamment pour les téléphones à puce dits smartphones.

  • 17 En 2009, il s’est vendu dans le monde plus d’un milliard de téléphones mobiles, dont plus de 100 mi (...)
  • 18 < http://actu-des-ebooks.fr/2009/01/26/lire-des-ebooks-sur-iphone-methode-n%C2%B01-stanza/ > (consulté le 6 mai 2010).

39L’usage des téléphones mobiles17 pour la lecture de romans ou autres œuvres littéraires n’apparaît pas très adapté à première vue. Or, il s’avère que les applications permettant la lecture de livres numériques sur les téléphones mobiles sont parmi les plus plébiscitées et téléchargées. Le site Actu des ebooks18 donne des indications pratiques pour utiliser les principales applications permettant de télécharger et de lire des livres numériques sur les téléphones mobiles. Les écrans de ces appareils ont une très bonne définition et présentent des textes très lisibles. Les applications permettent de gérer non seulement les téléchargements, l’organisation de la bibliothèque, mais aussi l’affichage du texte aux dimensions de l’écran.

40Au Japon, une expérience unique de romans écrits avec et pour le téléphone a ouvert la voie à une expérience originale de production littéraire qui pour le moment est encore unique, semble-t-il. A priori, on pourrait penser que la taille exiguë des écrans de ces téléphones (en moyenne 5 cm x 7,5 cm, mais pouvant aller jusqu’à 10,5 cm pour les plus grands) excluait toute activité de lecture suivie. Bien que cela semble à première vue assez dissuasif pour une lecture continue d’ouvrage ou de document, il s’avère que lire sur un mobile est devenu une réalité. Les téléchargements de livres numériques ont dépassé ceux des jeux sur l’iPhone et les principaux acteurs du secteur développent une application pour les smartphones. La lecture sur mobile constitue une expérience ludique, et surtout éminemment versatile, car pouvant se pratiquer dans les circonstances les plus diverses et pour des contenus multiformes.

  • 19 < http://www.lsnlearning.org.uk/m-learning > (consulté le 6 mai 2010).

41Cela n’a pas échappé aux développeurs d’elearning qui depuis quelques années travaillent avec les constructeurs à l’élaboration d’une offre dans ce sens. Dans le cadre du projet mLearning19, il s’est avéré que la formation sur téléphone mobile a été perçue de façon très positive par des jeunes qui avaient quitté trop tôt le cursus scolaire. Apprendre sur un téléphone mobile permet une autre expérience de l’apprentissage, moins formelle et plus autonome. Les apprenants ont fait preuve de capacité de concentration pour des périodes plus longues que celles en classe. L’intégration de la lecture avec l’écriture et la communication renouvelle la situation d’apprentissage. Le principal frein vient de la nécessité de repenser la situation pédagogique, les processus d’apprentissage et les ressources mis à la disposition de l’apprenant, la refonte de la présentation des contenus des cours n’étant pas négligeable.

42Le téléphone portable a l’avantage d’être un objet courant – pratiquement tous les étudiants en sont pourvus – d’être toujours à portée de main, et d’être relié à Internet sur pratiquement tout le territoire français. Avec le soutien de l’académie de Montpellier, un projet s’est développé en application permanente disponible sur le Web qui se présente comme le premier portail mobile interactif pour l’éducation, avec bientôt une communication entre les enseignants, les élèves et leurs parents : Wapeduc20. Le bouquet de services pour les élèves et les enseignants permet de consulter des cours et de recevoir des conseils sur un téléphone portable. Wapeduc se positionne comme étant le premier service de Mobile-Learning francophone et s’adresse particulièrement aux élèves passant le bac. Mais il permet aussi aux élèves et aux enseignants d’être en liaison pédagogique, avec la possibilité d’accéder en permanence aux cours et aux contenus pédagogiques, et de pouvoir communiquer par email ou par SMS.

  • 21 Chaque passager a à sa disposition un « écran personnel de 10.6-inch, à haute résolution, et de qua (...)
  • 22 Voir l’article de Howard Hill pour qui la lecture sur téléphone mobile a été une véritable découver (...)

43Pour que l’expérience de lecture sur petit écran soit agréable, les textes doivent être découpés et présentés en fonction de l’écran, ce qui demande un travail conséquent. Mais comme la lecture sur écran se généralise fortement, le recours à des algorithmes de transformation s’impose. Dans un contexte de supports numériques généralisés, lire à l’écran va devenir la norme. Ainsi, à titre d’exemple, une compagnie aérienne propose en standard en classe économique l’accès individualisé21 à l’ensemble de l’information habituellement présentée sur papier dans les avions. Fiche de sécurité, magazine maison, catalogue des ventes en vol, films, programmes musicaux, jeux vidéos : toute cette information est désormais disponible uniquement sur écran. Pour la compagnie, cela représente une économie de papier considérable et constitue un argument écologique irréfutable. De plus, il s’avère que de nombreuses personnes préfèrent la lecture sur écran, qu’elles peuvent piloter à leur guise, et accommoder selon leurs besoins. L’intérêt d’un petit écran, à condition que les textes soient lisibles, c’est de pouvoir traiter peu d’informations à la fois et de pouvoir afficher au fur et à mesure ce que l’on lit. Pour les grands lecteurs, qui ont une rapidité de lecture élevée, le petit écran peut constituer un frein, notamment pour la lecture d’anticipation. Mais pour la majorité des lecteurs, et notamment les dyslexiques, la présentation par bribes, et la parcimonie d’écriture qu’impose le petit écran, est un aspect très positif22.

LA LECTURE EN RÉSEAU : LE WEB 2.0

44L’indéniable succès des sites sociaux vient de ce qu’ils permettent à l’usager de se retrouver entre amis, de communiquer par chat et d’échanger informations, musique, photos et vidéos. Aussi, une des caractéristiques des réseaux sociaux est de développer la lecture en ligne, tout autant que l’écriture. Se tenir informer, c’est lire, regarder, écouter, échanger, réagir. Connecté en permanence, l’usager apprend à s’insérer dans les formats et les modalités de communication que son réseau permet. Les messages écrits se réduisent alors que les pratiques se développent. Un message par courrier électronique est en moyenne d’une centaine de mots, et quelques centaines au plus s’il s’agit d’une question complexe. Les messages sur Facebook, le réseau dominant, ont tendance à s’aligner sur le format restreint de 140 caractères, format imposé par un autre réseau, Twitter, pour les échanges. Il en résulte une grande rapidité de lecture et le cas échéant d’écriture en réponse. Le tout peut donner l’illusion d’une conversation. Le format réduit est facilitant, car il incite à l’écriture et à la lecture même le plus récalcitrant des usagers. Bien sûr, la question a déjà été maintes fois posée : lire des messages de ses amis sur les sites de réseaux sociaux, lire des SMS sur son téléphone mobile, est-ce encore de la lecture ?

45Peut-être avons-nous là les premiers signes d’une mutation profonde de l’expérience de lecture. D’une lecture référée d’abord à une révérence des grands textes et des grands auteurs, nous passons à une lecture dynamique où la référence centrale est la construction de soi, dans une interaction avec les textes et avec les auteurs des textes. Devenir lecteur dans un monde numérique, c’est entrer d’une certaine façon dans le futur, un futur qu’un journaliste [Bilton, 2010] du New York Times définit comme un monde technologique centré sur l’usager. Pour illustrer son propos, il raconte comment, lors d’une visite d’amis, leur fille adolescente lui avait demandé de pouvoir utiliser son ordinateur pour regarder rapidement les informations. Quelle ne fut pas sa surprise de constater qu’elle se connectait sur Facebook et non sur CNN ou le New York Times ou TMZ, un site de potins sur les vedettes. Et lorsqu’il lui demanda si elle n’avait pas dit qu’elle voulait regarder les informations, elle répondit : « ce sont mes informations ». Pour elle, l’information, c’est l’ensemble des liens qu’elle s’est choisis et ceux de ses amis, car sur un tel réseau, toutes les informations susceptibles d’intéresser les membres sont rapidement relayées à tous. C’est donc à travers les informations fournies par son réseau Facebook qu’elle s’informe. S’agit-il d’une illusion ou peut-on découvrir réellement le monde à partir des liens qu’on a tissés autour de soi, de ses amis, de ses goûts, de ses choix, de ses expériences antérieures ? On peut penser qu’on va vraiment vers une telle personnalisation, quand on voit les moyens mis en œuvre pour récupérer le maximum de données personnelles de chaque usager en ligne.

46Il est nécessaire de continuer à explorer ce que devient la lecture dans un monde numérique, car nous n’en sommes qu’au début. De multiples perspectives s’entrouvrent, mais quelles sont celles qui existeront vraiment ? Dans une contribution à l’ouvrage Futur 2.0, Frédéric Kaplan (2007) faisait part de son envie d’un livre qui pourrait parler, qui raconterait ses pérégrinations d’une lecture à l’autre, afin de pouvoir partager entre lecteurs les découvertes, les joies et les déceptions vécues avec chaque livre lu : « Pourrait-on imaginer un livre qui, dans le futur, prendrait de la valeur à chaque fois qu’il change de mains ? Sur lequel chacun pourrait laisser sa trace, l’empreinte de sa lecture pour que d’autres suivent ou, au contraire, se détournent de ce chemin. Pourrait-on imaginer que ce livre puisse, au hasard de ses pérégrinations, servir de relais, de point de rencontre entre des lecteurs, déjà amis ou parfaits inconnus. Le livre de demain devrait pouvoir faire tout cela : ne pas raconter seulement son histoire, mais aussi celle de ses lecteurs » [Kaplan, 2007].

47Avec les « médias de masse individuels » comme les appelle Manuel Castells (2010), la société dispose d’une « plus grande faculté de contrôle, d’intervention. Et une capacité supérieure d’organisation politique à ceux qui se tiennent en dehors du système traditionnel ». Pour le moment, Internet c’est encore largement de l’écrit, même s’il est d’une facilité déconcertante aujourd’hui de produire et de publier des photographies, des vidéos et des émissions radios. Mais ce sont aussi de nouveaux types de textes, comme les blogs et les SMS, les fils Twitter, et les liens qui les accompagnent qui recomposent le paysage de l’écrit, en bouleversant les équilibres séculaires des droits d’auteur, des éditeurs, des sources de légitimation, des droits à l’écriture. C’est en ce sens que ce qui est donné à lire sur Internet, l’est dans le cadre d’une nouvelle expérience de lecture.

48Pour conclure, ce rappel de Pierre Mounier (2010) : « La révolution formelle que certains attendent du simple changement d’environnement n’arrivera pas. Tout simplement car dans l’histoire des formes, les révolutions ne se déduisent jamais systématiquement des conditions matérielles dans lesquelles les textes s’actualisent. Elles sont au contraire toujours le résultat de la créativité des hommes qui les écrivent, et s’en jouent. » La lecture numérique existe déjà, mais les lecteurs ont encore à tout inventer.

Bibliographie

Tous les liens ont été consultés le 1er octobre 2010.

Albanel Christine, Rousseau Aurélien, Ladouari Laurent. Pour un livre numérique créateur de valeurs. Paris, La Documentation française, 2010. [En ligne] < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=104000189&amp;brp_file=0000.pdf >.

Barluet Sophie. Rapport Livre 2010 – Pour que vive la politique du livre. Rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication. Paris, La Documentation française, 2007. [En ligne] < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=074000434&amp;brp_file=0000.pdf >.

Bélisle Claire & Ducharme Christian. « Contrats de lecture. Une expérience de prêt de livres électroniques en bibliothèque ». Bulletin des bibliothèques de France, 2003, t. 48, n° 3. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-03-0074-001 >.

Bilton Nick. “A Tech World That Centers on the User”, New York Times, September 12, 2010. Extrait du livre de Nick Bilton : “I Live in the Future & Here’s How It Works”. New York, Crown Publishing Group/Random House, 2010.

Calenge Bertrand. Identité(s) numérique(s) de la bibliothèque, blog du 6 mai 2009 : < http://bccn.wordpress.com/2009/05/06/identites-numeriques-de-la-bibliotheque/ >.

Castells Manuel, Linchuan Qiu Jack, Fernandez-Ardèvol Mireia et Sey Araba. Mobile Communication and Society. A global Perspective. Boston, MIT Press, 2006.

Castells Manuel. « Naissance des “médias de masse individuels” », dans Internet révolution culturelle, Manière de voir, n° 109. Paris, Le Monde diplomatique, février-mars 2010.

Clémente Hélène, Tachon Caroline. Accueillir le numérique ? Une mutation pour la librairie et le commerce du livre. Paris, Éditions La Découverte, 2008, collection « Les Cahiers de la librairie », hors série.

Dacos Marin, Mounier Pierre. L’édition électronique. Paris, Éditions La Découverte, 2010, collection « Repères ».

Dacos Marin. Read/Write Book. Le livre inscriptible. Marseille, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010.

Diament Nic. « L’électronique à la PBI. Enjeux et paradoxes. » Programmer une bibliothèque aujourd’hui ? Quelles évolutions prévues, prévisibles des attitudes de lecture ? Bulletin d’informations de l’ABF, n° 188, 2000, p. 27-46.

Doueihi Milad. « Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de résistance », dans Qu’est-ce qu’un livre aujourd’hui ? Pages, marges, écrans. Les Cahiers de la librairie, n° 7. Paris, Éditions La Découverte, 2009.

ELSA. Logiciel d’entraînement à la lecture savante. Texte de présentation accessible sur le site de l’Association française pour la lecture, 1996. < http://www.lecture.org/logiciels_multimedias/elsa/elsa_savante.html >.

Fekete Jean-Daniel, Lecolinet Éric (dir.) « Visualisation pour les bibliothèques numériques ». Document numérique, volume 9, n° 2/2006. Paris, Éditions Lavoisier, 2006.

Guillaud Hubert. « Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ? », dans Marin Dacos (dir.), Read/Write Book. Marseille, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010, 2e édition ; p. 49-64, collection « Édition électronique ».

Isaac Henri. L’université numérique. Rapport à Madame Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 2008.

Jonchère Laurent. « Quel avenir pour le livre électronique dans les bibliothèques universitaires françaises ? ». Documentaliste-Sciences de l’Information 1/2005 (volume 42), p. 26-30. < http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2005-1-page-26.htm >.

Jonchère Laurent. « Des livres électroniques pour les étudiants. Une action de l’Université numérique en Région Bretagne ». Paris, Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 6. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2007-06-0028-005 >.

Kaplan Daniel, Pouts-Lajus Serge. Du cartable électronique aux espaces numériques de travail. Une réflexion conduite par la Caisse des dépôts et la Fondation internet nouvelle génération (Fing). Paris, La Documentation française, 2004.

Kaplan Frédéric. « Si les livres pouvaient parler », dans Futur 2.0. Comprendre les 20 prochaines années. Limoges, Futuroscope/Fyp éditions, 2007, p. 112-115.

Korn Melissa. “IPad Struggles at Some Colleges”, The Wall Street Journal, April 19, 2010.

Lebert Marie. Une courte histoire de l’ebook. NEF (Net des études françaises), 2009. < http://www.etudes-francaises.net/dossiers/ebook.htm >.

Le Crosnier Hervé. « Défendre la lecture socialisée contre les nouveaux péages de la culture », article d’abord paru sur la liste BIBLIO-FR, et repris sur le site homo numéricus, 2002 < http://homo-numericus.net/spip.php?article183 >.

Manguel Alberto. A Reader on Reading. New Haven, Yale University Press, 2010.

Martin Chloé. Le guide des bibliothèques numériques. Le guide essentiel des s @ voirs numérisés du monde. Limoges, FYP éditions, 2010.

Mazloff Bruno. Le cinquième écran. Les médias urbains dans la ville 2.0. Limoges, Fyp éditions, 2009, collection « La Fabrique des possibles ». < http://fing.org/?Le-5e-ecran,122 >.

Melot Michel. « Archivistes, documentalistes, bibliothécaires ». Bulletin des bibliothèques de France, 2005, t. 50, n° 5, p. 9-12. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-05-0009-003 >.

Mitterrand Frédéric. Propositions pour le développement de la lecture. Département de l’information et de la communication. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2010. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/mcc/Espace-Presse/Dossiers-de-presse/Presentation-des-propositions-de-Frederic-Mitterrand-pour-le-developpement-de-la-lecture >.

Mounier Pierre. « Le livre et les trois dimensions du cyberespace », dans Marin Dacos (dir.), Read/Write Book. Marseille, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010, collection « Édition électronique », 2e édition, p. 175-183.

Patino Bruno. Le devenir numérique de l’édition – Du livre objet au livre droit. Rapport au ministre de la Culture et de la Communication. Paris, La Documentation française, 2008. [En ligne] < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=084000381&amp;brp_file=0000.pdf >.

Racine Bruno. Schéma numérique des bibliothèques, Rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication. Paris, La Documentation française, 2010. [En ligne] < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=104000143&amp;brp_file=0000.pdf >.

Schmutz Bruno, Pollier Michèle et Vincent Armelle. Publics du livre numérique. Étude réalisée par Ipsos Media CT pour le compte du Centre national du livre. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2010. [En ligne] < http://www.centrenationaldulivre.fr/?Le-livre-sera-t-ilnumerique >.

Tessier Marc. La numérisation du patrimoine écrit. Rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication. Paris, La Documentation française, 2010. [En ligne] < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=104000016&amp;brp_file=0000.pdf >.

Touitou Cécile. « Les nouveaux usages des générations internet : un défi pour les bibliothèques et les bibliothécaires ». Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, n° 4. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2008-04-0067-001 >.

Wiegandt Caroline. « Bibliothécaires et documentalistes ». Bulletin des bibliothèques de France, 2005, n° 5, p. 16-18. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-05-0016-005 >.

Bibliothèques numériques (BN)

De plus en plus de bibliothèques nationales, municipales, universitaires ou privées proposent l’accès gratuit à une partie de leurs collections en ligne. Quelques-unes des plus importantes bibliothèques quant à la qualité et à la quantité de l’offre sont indiquées. Pour une information plus étendue, on se reportera au guide de Chloé Martin.

Gallica, BN comprenant plus de 1 200 000 documents de la Bibliothèque nationale de France : < http://gallica.bnf.fr/ >.

Europeana, BN rassemblant des ressources numériques des bibliothèques nationales des États membres de l’Union européenne : < http://www.europeana.eu/portal/ >.

Online Gallery, BN comprenant environ 30 000 items de la British Library : < http://www.bl.uk/onlinegallery/index.html >.

Google livres ou Google books, BN, qui vise à terme à inclure tous les livres existants, développée par Google : < http://books.google.fr/ >.

Digital Collections, BN de la bibliothèque du Congrès américain : < http://www.loc.gov/library/libarch-digital.html >.

Centre pour l’édition électronique ouverte. Cléoradar. Le carnet de veille professionnelle du Cléo : < http://cleoradar.hypotheses.org/ >.

Blogs

Bibliobsession : le blog d’un bibliothécaire bibliobsédé des bibliothèques (2.0), par Silvère Mercier, alias Silvae, chargé de médiation numérique à la Bibliothèque publique d’information - Centre Pompidou. < http://www.bibliobsession.net/ >.

Bertrand Calenge : carnet de notes, blog de Bertrand Calenge, conservateur. < http://bccn.wordpress.com/ >.

Technologies du langage. Actualités, commentaires et réflexions, par Jean Véronis, professeur de linguistique et d’informatique à l’université de Provence. < http://blog.veronis.fr/ >.

Le tiers livre, littérature et internet, par François Bon, écrivain français, auteur de romans, de pièces de théâtre, d’émissions radiophoniques et télévisuelles, cinéaste, éditeur (publie. net) : < http://www.tierslivre.net/ >.

Blogo numericus, le blog d’homo-Numericus, par Pierre Mounier, enseignant à l’EHESS, fondateur d’Homo Numericus (portail d’information et de réflexion sur les enjeux sociaux et politiques des nouvelles technologies), responsable du pôle formation et usages du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) : < http://blog.homo-numericus.net/ >.

La feuille. L’édition à l’heure de l’innovation, par Hubert Guillaud, journaliste à la FING et rédacteur en chef d’InternetActu. net : < http://lafeuille.blog.lemonde.fr/ >.

Aldus. Un blog pour suivre l’actualité de la lecture numérique, par Hervé Bienvault, consultant indépendant : < http://aldus2006.typepad.fr/ >.

Alain Giffard. Blog personnel d’Alain Giffard, spécialiste des technologies de l’écrit, directeur du projet « Gis Culture & Médias numériques », co-fondateur de l’association culturelle « Ars Industrialis » : < http://alaingiffard.blogs.com/ >.

Papier électronique. Le blog de l’encre et du papier électroniques communicants, par Bruno Rives, directeur de Tebalco, un observatoire avancé des tendances et usages des nouvelles technologies : < http://papierelectronique.blogspot.com/ >.

Book Search : Inside Google Book Search. Le blog de l’équipe de recherche de Google livres : < http://booksearch.blogspot.com/ >.

Notes

1 The Economist, février 2010.

2 Voir une liste des bibliothèques numériques à la fin de la bibliographie.

3 Robert Darnton vient de publier un intéressant plaidoyer pour la création d’une bibliothèque numérique nationale américaine. “Can We Create a National Digital Library ?” The New York Review of Books, October 28, 2010. < http://www.nybooks.com/articles/archives/2010/oct/28/can-we-create-national-digital-library/ > (consulté le 2 décembre 2010).

4 Voir les pages s’adressant aux professionnels : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels.html >.

5 La BnF annonce sur son site que le succès des activités en ligne « s’est confirmé en 2009 avec 3,4 millions de visites et 36 millions de pages visitées, en augmentation par rapport à l’an dernier (2,9 millions de visites en 2008). Par mois, expositions virtuelles et dossiers pédagogiques connaissent désormais une fréquentation d’environ 300 000 visites. » < http://webapp.bnf.fr/rapport/html/numerique/2_dossiers_peda.htm > (consulté le 2 décembre 2010).

6 < http://www.enssib.fr/questions-réponse/ >.

7 < http://www.guichetdusavoir.org/ >.

8 < http://www.ruedesfacs.fr/ >.

9 Flickr est un site Web de partage de photos et de vidéos gratuit, utilisé par des amateurs autant que par des professionnels. < http://www.flickr.com/photos/nypl/sets/ >.

10 Pour un aperçu historique, de 1971 jusqu’à 2009, voir sur le site de Marie Lebert, chercheuse, journaliste et traductrice : < http://www.etudes-francaises.net/dossiers/ebookFR.pdf > (consulté le 6 mai 2010).

11 3,3 millions d’iPad ont été vendus au cours des six premiers mois de vente de la tablette. Plus de 1,5 millions de livres auraient été écoulés durant le premier mois. « Aux États-Unis, 250 000 livres numériques au format iPad ont été téléchargés en 24 heures, le 3 avril 2010, jour du lancement de l’iPad. ». Le Monde Magazine, n° 53, supplément au Monde n° 20420 du samedi 18 septembre 2010.

12 Les bibliothèques publiques ont exploré très tôt l’usage des tablettes numériques en proposant des livres numériques à leurs adhérents. Voir à ce sujet les résultats de la recherche « Contrats de lecture » : < http://lire.ish-lyon.cnrs.fr/IMG/pdf/ContratsDeLecture.pdf > (consulté le 6 mai 2010) ainsi que l’article [Bélisle & Ducharme, 2003].

13 Cet organisme gouvernemental britannique pour l’innovation technologique en éducation et en recherche, a piloté le projet “National e-Book Observatory” qui s’est déroulé de 2007 à 2009 sur l’usage de manuels universitaires numériques par les étudiants et les enseignants. Ce programme est remarquable, entre autres, par la participation de plus de 70 % des universités anglaises. Voir la présentation du projet ainsi que l’ensemble des résultats, [en ligne] < http://www.jiscebooksproject.org/ > (consulté le 6 mai 2010).

14 Le Monde Magazine, n° 53, supplément au Monde n° 20420 du samedi 18 septembre 2010.

15 Un article du Wall Street Journal indiquait que les universités George Washington et Princeton, pourtant bien équipées, se sont retrouvées avec des problèmes de surcharge de leurs réseaux informatiques suite à l’utilisation intensive d’iPads par des étudiants, situation qui avait déjà été vécue lors de l’arrivée des iPhones [Korn, 2010].

16 « Japon, la révolution du roman écrit sur mobile », < http://www.generation-nt.com/japonrevolution-roman-mobile-actualite-66867.html >. Voir aussi « Au Japon, l’époque des romans sur potable est irréversible, par Actualitte.com : < http://bibliobs.nouvelobs.com/20090128/10259/au-japon-lepoque-des-romans-sur-portable-est-irréversible > (consultés le 6 mai 2010).

17 En 2009, il s’est vendu dans le monde plus d’un milliard de téléphones mobiles, dont plus de 100 millions étaient des téléphones à puce (smartphone), c’est-à-dire des téléphones permettant des applications diverses, dont la navigation sur Internet.

18 < http://actu-des-ebooks.fr/2009/01/26/lire-des-ebooks-sur-iphone-methode-n%C2%B01-stanza/ > (consulté le 6 mai 2010).

19 < http://www.lsnlearning.org.uk/m-learning > (consulté le 6 mai 2010).

20 < http://www.wapeduc.net >.

21 Chaque passager a à sa disposition un « écran personnel de 10.6-inch, à haute résolution, et de qualité LCD », avec « une programmation en 3D, les dernières nouveautés et les programmes TV les plus populaires ». De plus, chacun peut connecter ses propres instruments ou utiliser l’ordinateur de bord : la « connexion électrique et des ports USB avec Microsoft Office à chaque siège permet de travailler sur des documents Word, des feuilles de calcul, ou des présentations ». Voir une présentation complète sur le site de Singapore Airlines : < http://www.singaporeair.com/saa/fr_FR/content/exp/cabin/index.jsp >.

22 Voir l’article de Howard Hill pour qui la lecture sur téléphone mobile a été une véritable découverte : “My iPhone has revolutionised my reading”, The Guardian, April 6, 2010. [Online] < http://www.guardian.co.uk/education/2010/apr/06/iphone-makes-reading-books-easier > (consulté le 6 mai 2010).

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540