Version classiqueVersion mobile

Lire dans un monde numérique

 | 
Claire Bélisle

Chapitre II. Qu’est-ce que lire ?

Eliana Rosado

Texte intégral

1Depuis bientôt une vingtaine d’années, avec l’arrivée de l’hypertexte et du Web sur les écrans numériques, des interrogations concernant ce qu’est lire se font de plus en plus insistantes. Les craintes d’une baisse dans la pratique de la lecture sont de plus en plus manifestes, alors que jusque-là les enjeux se focalisaient plutôt sur l’apprentissage de cette activité banale, évidente, presque naturelle.

2C’est bien là un premier leurre : l’acte de lecture recouvre une telle étendue conceptuelle que la même appellation peut désigner des activités très diverses, permettant au discours de glisser d’un aspect à l’autre sans prise en compte des écarts sous-jacents, créant ainsi l’illusion d’un tout homogène. Parler de lecture, cela peut signifier évoquer les composantes neurologiques, l’activité psychologique, les méthodes d’apprentissage, les objectifs pédagogiques, ou les compétences défaillantes, l’illettrisme, l’absence d’intérêt, ou encore les dimensions individuelles, sociales ou culturelles. On peut s’intéresser à la lecture selon le but poursuivi, par exemple, la lecture d’information, la lecture de divertissement, la lecture de contrôle ; ou selon les modalités de parcours, par exemple la lecture en diagonale, la lecture de surface, la lecture rapide, la lecture méditative ; ou selon le traitement du contenu : par exemple, la lecture studieuse, la lecture méthodique, la lecture savante, la lecture exploratrice ou d’écrémage, la lecture professionnelle.

3Pour certains, la lecture est une activité en déclin appelée à être remplacée par la communication orale et visuelle, multimédia et virtuelle ; pour d’autres c’est un élargissement de la représentation de ce qu’est lire qui se met en place avec le texte à l’écran. Car si lire a surtout été pensé jusqu’à maintenant sous l’angle de la littérature, c’est aujourd’hui une multitude de productions qui sont objets de lecture. Dans l’acte de lecture il y a un ensemble d’aspects dont la mise en fonctionnement harmonieuse et tacite est bel et bien perturbée par l’avènement des technologies numériques qui appellent d’abord une compétence de lecture informationnelle et dynamique, et non plus seulement littéraire, comme condition d’intégration de l’individu à la société moderne.

4Nous avons pour ambition dans ce chapitre, de poser quelques jalons notamment d’ordre réflexif, concernant ce qu’est lire. Loin d’être exhaustive, notre démarche a été de choisir parmi l’ensemble de connaissances disponibles, un certain nombre de références et/ou de fondements qui témoignent des acquis, mais aussi des questionnements, dans l’état des connaissances actuelles sur la lecture, et principalement la lecture littéraire. Alors que les travaux ont largement privilégié l’étude, l’analyse et la compréhension de ce type de lecture, c’est-à-dire de la lecture de matériaux dits « littéraires », nous allons ici poser aussi le problème de la lecture ordinaire, dont les deux modalités les plus courantes sont la lecture d’information et la lecture de communication. Ces modalités font-elles appel aux mêmes processus que ceux de la lecture littéraire ? Quelques avancées récentes dans la connaissance des processus de la lecture sont proposées dans la deuxième partie en tant que repères pour aider à interroger et à penser les évolutions en cours. Cette contribution à la problématique de la lecture dans un contexte en mutation veut aider à la transformation du regard porté sur cette pratique qui se trouve sans aucun doute bouleversée, mais qui en ressort très probablement renouvelée, élargie et enrichie.

POURQUOI S’INTERROGE-T-ON AUJOURD’HUI SUR CE QU’EST LIRE ?

5La lecture fait l’objet de multiples interrogations, depuis la meilleure façon d’apprendre à lire jusqu’aux stratégies pour combattre la désaffection de la lecture chez de nombreux adultes. Les questionnements sur la valeur de la lecture sur Internet rejoignent ceux qui s’étaient déjà posés à propos de la bande dessinée ou de la lecture des « romans de gare ». À l’heure actuelle, les discours semblent se partager entre deux pôles : la lecture sur papier, la lecture de livres papier, qui serait la véritable pratique de lecture, et une activité de lecture sur écran numérique, par bribes ou par segments, ce qui, pour certains, ne peut pas être identifié et accepté comme étant « de la vraie lecture ». Or, cette dichotomie ne naît pas dans le vide, mais vient cristalliser des problématiques latentes, plus ou moins connues.

6Toutes les pratiques de lecture ne se valent peut-être pas, mais pourquoi certaines sont-elles tant méprisées et d’autres sacralisées ? Quel statut notre société occidentale attribue-t-elle à la compétence de lecture ? Les réponses ne sont ni simples, ni uniques, ni consolidées en raison de la complexité sémantique du concept de lecture, de la confrontation au changement des usages et enfin de la remise en cause de l’ensemble des repères de la lecture sur papier liée aux changements de support et à l’évolution de la société.

7Ainsi, nous explorerons différentes raisons qui permettent de comprendre pourquoi on s’interroge aujourd’hui sur ce qu’est lire. D’abord nous reviendrons sur la complexité des références à la lecture dans le discours social. Puis nous aborderons la difficile question de l’acquisition des compétences permanentes en lecture par tout citoyen, objectif qui semble quasi inatteignable, alors que précisément la lecture devient la compétence de base nécessaire dans une société de l’information. Aussi persiste-t-il un malaise certain dans l’appréciation de ce que devient lire dans un monde numérique.

Lire : un concept polysémique dans le discours social

8Peut-être une des contributions les plus fortes de l’innovation technologique est celle de « mettre à nu », de dévoiler les constantes sous-jacentes à des pratiques sociales diverses, transmises et reproduites par des générations successives, pratiques dont « l’individu lambda » n’identifie pas les repères et ne mesure pas de manière consciente les enjeux. Concernant spécifiquement la lecture, le changement de technologie permet de mieux cerner plusieurs éléments dans ce qui, à l’heure actuelle, domine dans la représentation de ce qu’est lire et de ce qu’est la lecture dans la société.

9Les nouvelles technologies perturbent les structures, les modèles, les règles qui régissent les rapports entre individus, communautés et institutions à l’intérieur des différentes sociétés. Non seulement les modes de communication sont directement impliqués, mais aussi les rapports entre les individus et les objets, notamment les objets culturels. Le numérique change la donne par rapport au papier. Ainsi, la bande-annonce d’un film ou la programmation télé sur Internet peuvent être un point de départ dans la consommation de produits culturels pouvant aller au-delà d’une simple « soirée-télé » : on peut choisir de regarder un film à la télévision, se passionner par une chanson présentée dans le film et l’acheter directement sur Internet ; on peut récupérer à l’écran les paroles en langue étrangère pour pouvoir les apprendre et imprimer la partition de la chanson dans le cas où on veut la jouer sur un instrument ; on peut trouver la biographie du compositeur et de l’auteur du film tout en accédant à l’information permettant de situer l’œuvre dans un contexte social, économique ou autre ; on peut acheter l’édition originale du livre ayant inspiré le metteur en scène à faire le film et établir des comparaisons entre les deux produits culturels.

10Le comportement d’achat des livres se diversifie : on peut choisir en ligne la qualité d’impression d’un livre, le type d’édition, le prix que l’on veut payer un ouvrage (neuf ou non) et le mode de livraison (chez soi ou en magasin). D’autres informations sont habituellement disponibles pour le lecteur qui veut approfondir le thème ou l’intrigue : de plus en plus, sont accessibles en ligne le sommaire, les premières pages du livre, ou des recensements sur les sites Web de critiques littéraires. Le lecteur peut aussi interagir avec d’autres lecteurs et/ou spectateurs d’origines différentes, et échanger non seulement les impressions sur les productions (livre et film), mais aussi découvrir d’autres titres, d’autres objets culturels. En résumé, le lecteur ou téléspectateur, peut enrichir une activité culturelle à la maison à l’aide du Web dans la mesure où le plaisir peut s’accompagner de nouvelles connaissances. Des informations amènent le lecteur vers d’autres champs d’intérêt, ouvrant la porte à des échanges et des points de vue qui contribuent à approfondir le regard que l’on portait sur le titre de départ. Chaque pas fournit d’autres modèles d’analyse, d’autres optiques de critique insoupçonnées. L’approche et la consommation de produits culturels peuvent se consolider au terme d’un cheminement plus conscient, plus volontaire, plus autonome de la part du sujet.

11Ce chapitre ne se focalise pas sur les nouvelles pratiques culturelles. Cette rapide ébauche n’est fournie ici que pour rappeler que les technologies ont ouvert de nouveaux possibles dans le rapport des individus avec les objets et dans les pratiques culturelles, notamment la lecture. Pour faire tout ce que l’on a décrit rapidement ci-dessus, il faut pouvoir lire. Et à l’heure actuelle, lire ne se conjugue pas encore suffisamment au pluriel dans les représentations et les pratiques. Car l’ensemble des activités évoquées ci-dessus ne sont pas habituellement prises en compte comme étant de la lecture.

  • 1 Par exemple, on peut trouver des comptes rendus de travaux récents : Enquête sur la lecture et les (...)
  • 2 TLF, voir le mot « lire » : < http://atilf.atilf.fr/ . Bien que la publication du TLF se soit achev (...)

12Des rapports d’études et de recherches font périodiquement état des connaissances sur les pratiques de lecture et sur les lecteurs1. Ces approches sont en général très larges et très riches, mais peuvent aussi refléter avec précision le point de vue d’un groupe ou d’une communauté en particulier. Pour introduire dans la problématique actuelle de la lecture, nous avons choisi de partir d’une autre approche qui peut être vue comme un condensé des différentes acceptions de l’idée de lecture dans la société actuelle : les définitions présentées dans un dictionnaire, le Trésor de la langue française (TLF)2. Les différents sens du mot retenus reflètent non seulement les usages du mot lecture dans la langue mais aussi les idées et les traits conceptuels associés présents dans le discours social. Ainsi se dégagent les sens principaux mais aussi les applications que les membres d’une communauté font de ce terme. Dans le TLF, la définition de lire réunit les principaux éléments suivants :

13– établir la relation entre des signes et la langue :

    1. « établir la relation entre les séquences de signes graphiques (alphabétiques, idéographiques) d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales) » ;

    2. « accéder à une information non linguistique par le biais de signes graphiques (lettres, chiffres, symboles) » ; par exemple, lire l’heure ;

14– établir la relation entre des éléments linguistiques et un sens : prendre connaissance du contenu d’un texte écrit ; c’est l’interprétation au premier niveau ;

      • attribuer une signification par-delà le sens littéral.
        Synonyme : interpréter, comprendre.

15Des définitions plus spécifiques, de l’ordre de la divination, ne sont pas prises en compte ici. Par exemple lire peut consister à « deviner la réalité, la pensée non formulée par-delà le sens littéral, comme deviner les événements à partir de signes, lire l’avenir dans le marc de café ; lire les lignes de la main, les cartes. »

16De même, des définitions où lire est une opération technique accomplie par une machine ne sont pas concernées :

  1. « (électronique) : parcourir un enregistrement et restituer les sons » ;

  2. « (informatique) : reconnaître et extraire des données sur un support d’information » ;

  3. « (mécanique, dans le textile) : lire un dessin ». « Percer dans un ordre déterminé les cartons nécessaires pour transposer le dessin sur le tissu ».

17Notons cependant que dans le discours social les machines aussi « lisent » : le sens attribué à l’acte de lire investit l’univers technique et technologique, au niveau des dispositifs électroniques, informatiques ou mécaniques qui deviennent « des lecteurs », mais qui ne sont pas pour autant vus comme étant capables d’interpréter, ou de comprendre.

18Lire reflète l’interaction d’un sujet avec une production symbolique. La forme la plus courante de cette production est le texte, mais la diversité des codes disponibles et la variabilité des contextes de lecture font que le code articule souvent texte, représentations figuratives et analogiques, ou abstraites et symboliques. Dans une autre acception, dans un sens figuré, lire correspond aux efforts du sujet pour comprendre des situations vécues, ou encore faire des déductions, ou des prévisions à partir d’indices vis-à-vis d’autrui ou de lui-même. Rappeler ces définitions met en évidence la polysémie du terme « lire » et la grande diversité des situations concernées par l’acte de lire : la complexité des codes à déchiffrer et des conditions et compétences pour pouvoir le faire.

  • 3 Voir Jodelet (1989) pour le concept de représentation sociale.

19Plus que la grande pluralité de sens que recouvre l’activité de lecture, c’est l’automaticité de la pratique qui étonne. Il est en effet difficile d’être conscient de ce qui s’est peu à peu accumulé dans cette pratique et de la perception que l’on en a soi-même. C’est le concept de représentation, au sens psychosocial du terme3, qui peut le mieux traduire cet ensemble de significations et de repères construits lors des interactions entre l’individu et son environnement physique et interpersonnel, et constituant une forme de connaissance d’ordre social. Les représentations sont dites sociales lorsqu’on prend en compte le fait que ces constructions, à la fois individuelles et sociales et ayant un processus d’évolution graduel et lent, sont profondément enracinées dans les mentalités d’un individu, d’un groupe, d’une communauté. Selon Jodelet (1989), « la représentation se présente comme une “modélisation” de l’objet, directement lisible dans, ou inférée de, divers supports linguistiques, comportementaux ou matériels ». Les représentations justifient, expliquent, dirigent les conduites, donnent un sens à l’individu, à ce qui l’entoure et aux rapports qu’il établit avec son environnement. Rapprochées de l’idée de modèle, ces constructions mentales sont portées par chaque individu, partagées par les membres d’un groupe ou communauté et s’actualisent sous différentes formes notamment au niveau du discours social.

20Dans le cas précis de l’objet culturel lecture, cette approche conceptuelle permet de cerner ce qui définit lire/lecture, ce qui inscrit cet acte dans la vie pratique, ce qui donne un sens précis à l’acte, aux acteurs, aux objets et aux contextes de sa réalisation. Les représentations sociales construites jouent un rôle-clé dans ce qui mobilise les attitudes et fonde les conduites des sujets dans des contextes particuliers, définit des modèles d’interaction prévus socialement, véhicule des modes d’opération et de déroulement, fournit des indicateurs pour l’évaluation des processus mis en jeu, et structure une place et une fonction à ce qu’est lire/lecture dans la société. À la simple évocation d’un des composants du champ conceptuel de l’objet en question, tout l’ensemble de significations, d’attitudes, de conduites, de repères, et notamment l’ensemble de valeurs attachées à l’objet sont mobilisés dans l’espace psychologique de l’individu. Autrement dit, les significations qui sous-tendent les attitudes et les conduites des individus envers un objet social ne sont pas forcément conscientes et clairement formulées à des niveaux équivalents selon les différents individus qui composent un groupe ou une communauté donnés.

21La lecture occupe une place à part dans les apprentissages et dans la culture française. Les historiens ont bien documenté l’immense effort qui sera fait à partir des années 1960 pour développer la lecture publique et la lecture personnelle, la désaffection pour les livres et la découverte de l’illettrisme étant mises d’abord sur le compte de situations marginales dans la société. La prise de conscience que « la lecture n’est plus aujourd’hui le principal instrument d’acculturation à la disposition de l’homme contemporain » [Petrucci, 1998] se fera difficilement. « C’est la disjonction possible entre savoir et livre, entre pensée et écrit, entre culture et lecture qui paraît irrecevable, car “inconcevable”. Toutes les recherches et actions sur la lecture des années 1980-1990 peuvent ainsi être mises au compte d’un effort gigantesque pour “concevoir” ce qui, dans les représentations spontanées des lettrés, écrivains-lecteurs, professeurs et bibliothécaires, chercheurs et universitaires, gens du livre et du lire, est comme interdit de pensée, en raison même des expériences livresques qui ont construit leur identité professionnelle » [Chartier et Hébrard, 1989].

La lecture, fondement de l’éducation occidentale

22La lecture tient un rôle-clé dans l’éducation occidentale où elle est considérée comme étant au fondement de tous les apprentissages. Non seulement l’école commence avec l’apprentissage de la lecture, mais la lecture est le « fondement premier de tous les fondamentaux des processus d’éducation » [Baudelot et Leclercq, 2004]. Dans une conférence de presse en 2006, le ministre de l’Éducation, Gilles de Robien, revient sur ce rôle-clé de la lecture : « L’apprentissage de la lecture est sans doute le plus beau moment de la mission d’enseignement. La lecture est le plus bel outil de développement personnel, le plus fondamental. » Si la question des méthodes pour apprendre à lire peut diviser, la place accordée à la lecture relève du consensus. Promue au rang de grande cause nationale, « pivot de la démocratisation culturelle » [Bonaccorsi, 2007], la lecture à l’école est toujours l’objet d’un apprentissage organisé à partir du deuxième cycle (Grande section de maternelle, CP et CE1) ou cycle des apprentissages fondamentaux.

23Ce n’est pas banal de le souligner : pour pouvoir lire il faut d’abord apprendre à lire. Générateur de sens pour le lecteur affirmé, source d’efforts et d’inconfort pour ceux qui débutent, savoir lire se construit par chaque enfant – ou adulte illettré – dès son entrée à l’école et continue à se perfectionner selon les intérêts, besoins et habitudes de l’individu. Apprendre à lire pose le lecteur entre deux espaces qui, s’ils sont intimement liés, peuvent s’entrechoquer : l’espace de l’apprentissage et l’espace de l’activité de lecture. D’une part, il y a toutes les étapes intermédiaires qui s’imposent dans le parcours d’apprentissage de ce qu’est lire : comment apprend-on à lire ? Quelles méthodes et procédures pour apprendre à lire ? Quelles stratégies pour faire de la lecture un acte valorisé, employé, prisé ? Le parcours scolaire amène à découvrir tout un ensemble de connaissances formelles qu’il faut s’approprier et qui, acquises de manière détachée de leur fonction dans l’acte de lecture, peuvent facilement voiler, voire déformer, le sens que la lecture pourrait avoir pour le futur lecteur.

24Des recherches dans différents domaines d’investigation font évoluer les problématiques et les connaissances, mais ces avancées n’empêchent pas que des problèmes dans l’apprentissage de la lecture persistent sans que des solutions stables soient trouvées. Ainsi, il peut y avoir un écart important entre ce que les élèves attendent de la lecture – connaître, apprendre, acquérir des savoirs, se comprendre – et ce que l’enseignant propose. « Le terme “comprendre” n’a pas le même sens pour le pédagogue qui oriente l’apprentissage vers la compréhension du texte et le lecteur qui oriente son activité de lecture vers la compréhension du monde, des autres et de soi, dans une perspective épistémique et ontologique, qui le construit en tant qu’individu et sujet. Ces deux conceptions ne sont pas forcément antinomiques, elles sont même plutôt complémentaires. Mais quand l’école pose comme fondement à la lecture le texte (le déchiffrer, formuler son sens, l’analyser, le commenter), elle confronte l’élève qui fonde sa lecture sur ce qui le construit en tant que lecteur et en tant que sujet à un conflit des fondamentaux » [Guernier, 2010]. On voit ici que l’écart entre les différentes finalités assignées à la lecture, et sur lesquelles nous reviendrons plus loin, vient complexifier l’apprentissage.

25L’école est le lieu par excellence de l’apprentissage formel de la lecture. Pour l’institution scolaire, l’apprentissage de la lecture s’oriente vers la recherche d’éléments, de stratégies, de méthodes qui puissent assurer la motivation du lecteur et consolider un rapport fragilisé entre lecture et apprenants. Ils ne lisent plus parce qu’ils n’ont pas bien appris à lire (une question de méthodes) ? Ou parce qu’ils ne partagent pas les finalités de la lecture en tant que pratique culturelle (transmission des valeurs culturelles de la société) ? Chaque élève franchit les portes de la classe chargé de tout un univers de significations enracinées dans la famille, concernant des pratiques, des habitudes, des connaissances mais surtout, des valeurs attribuées à la lecture et aux livres. Les différences de départ peuvent évidemment être impressionnantes, mais dans tous les cas, la notion de ce qu’est lire dans la famille entrera en résonance avec les enseignements formalisés et systématisés de l’école. Le rôle de l’école, c’est d’une part, de faire découvrir les règles langagières, sociales, culturelles, littéraires qui organisent la mise en sens des textes. Et d’autre part, c’est de rendre possible l’exercice de l’interprétation qui engage le sujet, visant à développer chez chacun des capacités de discernement, de distanciation et de reconnaissance de l’autre dans son identité, individuelle mais aussi sociale.

26La compétence de lecture s’appuie sur différents types de connaissances, qui dans le contexte scolaire, sont référées principalement aux textes littéraires, l’école et le lycée par la suite visant la maîtrise de la langue d’abord sous sa forme écrite, et la connaissance des grands textes donnant accès aux valeurs fondamentales. Des connaissances plus spécifiques permettent de traiter des textes en tant qu’objets culturels, selon l’articulation de deux dimensions directement liées au texte : celle qui touche le tissu textuel à proprement parler, c’est-à-dire les connaissances d’ordre syntaxique, sémantique, littéraire telles que les composants et les structures des récits, les genres, les registres de langage, les indicateurs de rhétorique ; celle provenant de l’héritage de l’imprimerie, telles les règles typographiques et de ponctuation, de sectionnement, d’organisation logique, de repères extérieurs au texte, etc.

27D’autres connaissances d’ordre culturel vont permettre de contextualiser l’œuvre (littéraire) dans le temps et l’espace, selon les valeurs sociales de la période, le contexte historique, politique, religieux ou autre. Bien que les connaissances à acquérir soient en « courbe exponentielle », il semble qu’au lieu de jouer un rôle de facilitateur et d’enrichissement du processus de lecture, l’effet soit inverse : l’attachement, le sens, la pertinence de ce modèle légitimé de lecture s’essouffle graduellement. Le modèle de lecture littéraire ne semble pas s’affranchir des murs de l’école, tout au moins dans la lecture volontaire et consciente par les lecteurs qui semblent préférer « lire autre chose et autrement » lors de leurs « lectures personnelles ».

28Savoir lire devient la compétence incontournable pour pouvoir survivre dans une société où l’univers symbolique est omniprésent. Advient alors la question des objectifs poursuivis et l’attribution de la signification de cet acte de lecture : Pourquoi lit-on ? Ou pour quelles raisons décide-t-on de lire ? C’est le sens que le lecteur attribue à la lecture qui lui confère toute sa pertinence, son utilité dans le monde actuel. Cet investissement conséquent ne se fait pas sans peine. En effet, lire suppose la mise en pratique d’une compétence d’une haute complexité, qui résulte de la mobilisation et du fonctionnement harmonieux, bien qu’à équilibre changeant, d’un ensemble de capacités, de connaissances et d’habilités tout aussi spécifiques. Cet acte ne se produit pas sans qu’il y ait un texte et son auteur, un support, un lieu, un contexte, un temps et, bien sûr, un lecteur. Ce sont là autant de variables qui s’organisent dans un concept à fort ancrage culturel et qui font l’objet d’appréciations tumultueuses, notamment en raison des difficultés à faire de la compétence de lecture un acquis pour tous. Ainsi, ce tableau désespéré, que citent Baudelot et Leclercq dans leur rapport (2004), dressé en 1996 par l’académicien Poirot-Delpech : « C’est la lecture comme instrument unique de regard sur le monde et sur soi que le XXe siècle a évacué en quelques décennies. La langue a cessé d’être l’objet d’un savoir républicain facteur de liberté et d’égalité […]. L’abandon, par le XXe siècle, de la notion de richesse et de liberté personnelles par le livre représente une perte aussi tragique et lourde de conséquences que l’anéantissement par les deux guerres mondiales du concept d’humanité. » Sur quels changements s’ancre une telle critique ?

Les rapports problématiques entre la lecture et la société

  • 4 Cf. To Read or Not To Read : A Question of National Consequence, 2007 ; Reading at Risk : A Survey (...)

29Généralisée avec l’école obligatoire, la pratique de la lecture a bénéficié au cours des années d’importants investissements publics sous forme de bibliothèques, de soutien aux industries du livre, et de manifestations diverses pour développer le goût de lire. Considéré comme un droit social, l’apprentissage de la lecture devait aboutir à terme à une maîtrise des textes par tous les membres de la société. Or, depuis plus d’une trentaine d’années déjà, la pratique de la lecture des livres papier dans différentes couches sociales s’avère être en déclin, phénomène présent en France mais aussi en Europe et aux États-Unis4. La figure du lecteur se redessine : les grands lecteurs, consommateurs de productions littéraires de référence sont moins nombreux que les lecteurs occasionnels, ceux-ci adeptes des supports diversifiés porteurs de contenus moins liés aux valeurs culturelles fondamentales. Il règne notamment chez l’élite, la crainte d’un déclin dans la compétence de lecture chez la nouvelle génération si l’on prend en compte la fréquence avec laquelle la lecture est pratiquée et les contenus qui en sont l’objet.

  • 5 « La lecture et les loisirs multimédias des collégien (ne) s et lycéen (ne) s », enquête du Centre (...)
  • 6 Illettrisme : les chiffres. Enquête INSEE 2004-2005 faite pour l’Agence nationale de lutte contre l (...)

30Les pratiques de lecture observées sont assez éloignées de celles préconisées par l’école et le livre n’est plus le principal support de lecture. La prise en compte de productions textuelles hétérogènes (textes informatifs, scientifiques, littérature de jeunesse, etc.), qui n’ont cependant pas un statut d’objets valorisés de lecture, permet de comptabiliser une fréquence de pratique, mais ne convainc pas les enseignants et les décideurs d’un maintien d’une compétence de lecture. En France, depuis le début des années 2000, les déficiences en lecture (chez différentes tranches d’âge) ont été répertoriées par des recherches et travaux5. C’est un chiffre global impressionnant que nous livre une étude de l’INSEE, en identifiant en 2005, « 3 100 000 personnes en situation d’illettrisme, soit 9 % de la population âgée de 18 à 65 ans vivant en France métropolitaine et ayant été scolarisée en France »6. La situation des jeunes est particulièrement préoccupante : « Si plus de 10 % des jeunes à l’issue de la scolarité obligatoire éprouvent des difficultés face à l’écrit, le pourcentage de ceux qui ne maîtrisent pas la base de la base et éprouvent des difficultés si graves qu’elles peuvent entrer dans la définition de l’illettrisme s’élève en 2005 à 4,3 % (4,8 % en 2006 et 4,9 % en 2007) de la classe d’âge ce qui représente environ 30 000 jeunes concernés. »

31Cette situation globale d’échec quant à la maîtrise de la lecture est d’autant plus problématique que les différents acteurs (représentants des ministères de l’Éducation, de la Culture, du Travail, enseignants et bibliothécaires) s’accordent sur l’importance de cette compétence indispensable pour les citoyens du XXIe siècle. Néanmoins, il s’avère difficile d’identifier les repères les plus pertinents pour orienter les décisions. Les études et recherches, notamment en sciences de l’éducation, offrent des résultats contradictoires ou peu concluants quant aux stratégies et moyens pour renverser la tendance d’une baisse de la lecture. Le débat est loin d’être clos, d’autant que les discussions semblent privilégier soit le côté technique et/ou didactique (spécificité des méthodes, avantages, limites et inconvénients), soit la difficile question de l’ancrage et de la signification de cet apprentissage pour des apprenants.

32On peut voir dans cette situation un double problème. Les enquêtes, même la dernière du ministère de la Culture en 2008, ne prennent en compte que la lecture sur papier, et principalement la lecture de livres. Il est banal de dire qu’il est facile de quantifier la lecture en termes de livres lus, même si de grandes disparités existent quant au nombre de pages ou au type de contenu, alors que l’on ne sait pas faire de même pour la lecture en ligne ou sur écran. Il ressort qu’on ne sait pas exactement s’il y a baisse de la lecture, car il est tout à fait possible que ce soit le contraire qui soit constaté avec la prise en compte de la lecture sur écran.

33Mais l’autre aspect problématique tient à la conception de la lecture. La lecture à laquelle l’école initie a d’abord été la lecture pour s’instruire ; puis progressivement, pour motiver davantage les apprenants, l’école a pris en compte la lecture pour se distraire. Or ces deux finalités de la lecture sont en cours de migration, quand ce n’est pas déjà fait, vers les autres médias. Les sources de la connaissance sont aujourd’hui beaucoup plus diverses que le simple champ académique et les moyens de se distraire, depuis le cinéma jusqu’aux nouvelles formes numériques de communication, rivalisent largement avec le livre papier.

34Pourtant, la maîtrise de la lecture est reconnue comme indispensable pour pratiquement tous les emplois dans le monde numérique. Jusqu’à aujourd’hui, l’école s’est très peu intéressée à la lecture pour travailler, à la lecture comme outil de travail, ce qui est pourtant une réalité incontournable aujourd’hui avec les technologies numériques. Cet apprentissage de la lecture de contenus numériques est encore relégué aux marges des activités scolaires, pour de nombreuses raisons, certaines étant sûrement valables, mais toutes contribuant à laisser la lecture utile et fonctionnelle d’aujourd’hui sans ancrage dans une réelle compétence.

35Il est intéressant de comprendre pourquoi la lecture est encore d’abord associée à l’apprentissage, à la connaissance et à la distraction, et très peu au monde du travail. L’article que Christine Détrez (2001) a consacré au « bien lire » met judicieusement en évidence cette antinomie apparue à un moment historique entre la lecture et le travail, dont nous sommes sans doute encore en large partie tributaires : « Peuvent ainsi être distinguées deux modalités de lecture, et cela dès l’Antiquité : d’une part, la lecture autorisée, parce qu’utile, procure des profits éthiques ou savants, et d’autre part, la lecture bannie, parce que futile, voire condamnée, parce que pernicieuse, cultive le plaisir fondé sur l’identification et les émotions ».

  • 7 Pour une présentation du modèle de la lecture savante, voir ci-après, page 90.

36Les lectures utiles sont celles qui contribuent à « l’enrichissement personnel et intellectuel » : ainsi pour les humanistes et les philosophes des Lumières, la lecture est une « voie vers la sagesse », alors qu’avec la scolarisation, la lecture devient une « voie d’accès au savoir ». Ainsi l’enseignement va consacrer, « tout au long du XXe siècle une définition “officielle” du “bien lire” fondée sur le modèle savant »7, c’est-à-dire sur les règles de l’explication de texte fixées par Gustave Lanson au début du siècle [Détrez, 2001]. La lecture devient ainsi « affaire de savoir », et il en résulte une « suprématie de la lecture savante sur toute autre forme de lecture […] tenue pour indiscutable jusqu’à la fin du XXe siècle ». En témoignent cette phrase que Détrez a tirée des Instructions officielles de seconde, datant de 1986 : « En s’exerçant à déchiffrer les textes littéraires, les élèves apprennent à mieux lire tous les textes. » On voit l’ancrage ici de la lecture littéraire qui va être imposée comme mode d’appropriation de tous les textes.

37À l’opposé de l’univers de sagesse, de spiritualité et de savoir construit par un travail intellectuel de haut niveau, se situe la lecture futile ou bannie, rejetée parce que porte d’entrée au royaume du plaisir, des phénomènes d’identification et des émotions intenses. Avec les lectures futiles, on est dans le « mal lire », ou la dimension condamnée de la lecture. Cette lecture est méprisable autant aux yeux des écrivains que des lettrés parce qu’elle procure des émotions vécues simplement et ne fait l’objet d’aucune distanciation ou d’analyse de la part du lecteur (tout au moins, consciente et volontaire). Les lectures futiles seront considérées comme dangereuses à cause, soit de la langue utilisée, soit des genres d’écrits lus jugés mauvais, soit des passions qu’elles suscitent chez le lecteur : « Mal lire, c’est ainsi se laisser dominer par ses sensations plutôt que de suivre sa raison, sentir avant de penser, […] s’identifier aux personnages, et confondre imaginaire et réalité : être ravi, au double sens du terme, à en perdre la raison » [Détrez, 2001]. On reproche à la lecture futile d’être une perte de temps, d’être non-productive, de mettre le lecteur en danger, de le rendre malade. Ainsi, des genres tels que la poésie ou le roman tout comme les personnes non cultivées, ou encore les paysans ou ouvriers, seront les indicateurs du mal lire, de la lecture profane, qui vole le temps destiné originairement au travail. Ce lecteur ne produit rien, n’accède à rien de plus élevé que la rêverie et le plaisir oisifs, alors que l’individualisme et l’oisiveté sont réputés capables de mettre en danger les fondements de la culture et de la société.

  • 8 Détrez (2001) précise que selon Robert Darnton, « c’est Jean-Jacques Rousseau qui, le premier, affi (...)

38C’est seulement au début du XXe siècle que cette lecture condamnée sera réhabilitée par la reconnaissance que le processus d’identification aux personnages est au service du développement de la personnalité du lecteur. L’identification deviendra une voie d’accès à l’introspection en donnant lieu à deux types d’expériences : d’ordre esthétique, avec la prise de distance de l’œuvre pour apprécier sa forme, et d’ordre éthique avec l’ancrage des expériences des personnages dans le vécu des lecteurs leur permettant de réfléchir aux valeurs sous-jacentes et de retirer des enseignements pour leur vie personnelle [Détrez, 2001]. Cette lecture dite ordinaire8 trouve une place dans l’ensemble des expériences littéraires acceptées, notamment auprès des enfants et des adolescents, dans la mesure où elle sera désormais porteuse d’une fonction « légitime », « noble », attachée à l’évolution de l’individu.

39Dans un ouvrage historique clé portant sur les Discours sur la lecture (1880-2000), Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard (2000) consacrent un chapitre à la lecture « ordinaire » dans lequel ils retracent la « fin d’un monde » qu’a été, « pour l’élite intellectuelle et morale sinon sociale », la banalisation et la baisse de la lecture. La protestation indignée, dont ces résistants font état, contre la mort de la lecture, la défaite de la pensée (Finkielkraut), l’ère du vide (Lipovetsky), ou la nouvelle trahison des clercs [Sallenave, 1989], témoigne de leur incompréhension des changements en cours et notamment de l’évolution de la civilisation fondée sur le livre et la lecture. « Devenue une pratique ordinaire, relevant de l’utilité sociale plus que d’un projet politique, un geste découlant du besoin ou du plaisir et non de la volonté de savoir ou du devoir de culture, la lecture a rompu son lien essentiel au “Livre”, pierre d’angle d’une civilisation humaniste, née de la république des Lumières, désormais anéantie » [Chartier et Hébrard, 2000].

40La lecture ordinaire va être progressivement réhabilitée, d’abord par l’explosion des recherches qui vont mettre en évidence, entre autres, l’écart mal connu entre les lectures déclarées, pour correspondre aux attentes des enquêteurs, et les lectures pratiquées, qui vont se révéler beaucoup plus multiformes que prévu. Mais cette reconnaissance que les pratiques de lecture réelles ont pour objets des textes qui n’émanent pas de la « grande littérature », que les lecteurs s’adonnent au plaisir de l’émotion et de l’identification, qu’ils y cherchent évasion et rêve, ne prend toujours en compte que la lecture de textes littéraires.

41Une autre lecture va venir complexifier le paysage : c’est la lecture sur écran, avec ses nouvelles modalités d’interaction avec les textes : « Il s’invente une nouvelle façon de lire, non plus linéaire et progressive, mais fragmentée et pluridimensionnelle : lecture “zapping”, influencée par les modes d’appropriation télévisuels, lecture “hypertextuelle”, venue des cédéroms et d’Internet » [Détrez, 2001]. À nouveau, il va s’agir de défendre le « bien lire » qui cette fois correspond à la lecture linéaire, sur papier, productrice de savoirs et d’expériences signifiantes alors que la lecture sur écran n’aboutirait qu’à des « informations décousues ». Néanmoins, l’ensemble de cette nouvelle problématique reste largement arrimée aux textes littéraires, à la « véritable » lecture qui est celle de la littérature.

42On peut constater à nouveau qu’alors que la lecture et l’écriture s’avèrent indispensables dans le monde numérique, pour apprendre, mais surtout pour communiquer, pour travailler et pour se divertir, les préoccupations quant à l’avenir de la lecture ne concernent toujours que marginalement le monde du travail et de la vie quotidienne. Bien qu’il soit de plus en plus évident que la lecture dans un monde numérique s’avère beaucoup plus complexe et plus exigeante que celle du monde du papier, la dichotomie observée jusqu’alors perdure. Lire est l’objet de toutes les attentions, à condition qu’il s’agisse principalement de littérature. D’où effectivement un malaise certain dans l’appréciation de ce que devient lire dans un monde numérique.

L’acte de lire envahi par un sentiment d’étrangeté

  • 9 L’article de Nicholas Carr, “Is Google Making Us Stupid ?”, est d’abord paru dans The Atlantic, Jul (...)
  • 10 Nicholas Carr (2010), “The permanent state of distractedness that defines the online life” and whic (...)

43La pratique de lecture sur écran provoque chez de nombreux lecteurs un sentiment d’étrangeté par rapport au modèle de lecture intériorisé. Lire sur l’écran amène à prendre conscience des repères qui organisaient la lecture sur papier et que l’écran rend obsolètes. Nicholas Carr (2008)9 a consolidé récemment cette expérience d’étrangeté et de regret d’abord dans un texte divulgué sur le net, provocant ainsi le témoignage d’un nombre assez conséquent d’internautes. Reprenant ses propos, dans le cadre d’un ouvrage, il dénonce « l’état permanent d’inattention qui définit la vie en ligne », et qui a « détrôné la tradition intellectuelle de concentration solitaire et résolue, l’éthique que le livre nous avait léguée et l’idéal pastoral de la pensée contemplative »10. C’est un fait que, pour d’innombrables lecteurs, une grande partie de l’activité pratiquée sur l’écran n’est pas reconnue comme faisant partie de l’acte de lecture : les différences de rythme, la non-linéarité, la « superficialité » contribuent à ce refus. Il y a aussi l’expérience de sensorialité minimale, si distante de celle vécue avec le livre, l’absence de ce « contexte enveloppant » qui se déploie autour du lecteur, l’isolant, le protégeant du monde aussitôt qu’il ouvre un livre imprimé, même si la lecture se déroule dans les transports en commun, et qui ne semble pas se mettre en place avec l’écran. Toutes ces facettes correspondent à des aspects de la représentation intériorisée de la lecture, représentation légitimée, valorisée, presque sacralisée.

44C’est donc à la défense de cette expérience de la lecture intériorisée que l’on assiste, alors que même la lecture de romans en ligne semble en passe de se développer. Ainsi, parallèlement à ce mouvement continuel de prise de conscience individuelle des dégâts provoqués par l’activité en ligne, des changements concrets forcent la société à faire évoluer la représentation de la lecture pour pouvoir assurer l’acquisition de cette compétence en harmonie avec les exigences actuelles dans le monde du travail et des loisirs.

45La baisse de la fréquentation des livres papier, signe effectivement important, n’est pas le seul risque qui menace la survie de la pratique de la lecture, selon de nombreux enseignants et parents. Le transfert sur support numérique des textes à lire pose de nouveaux problèmes de repérage, de reconnaissance, de fiabilité des contenus, tout en favorisant de nouveaux modes de lecture. Aussi, afin de mieux comprendre ce que risque effectivement le lecteur qui s’adonne à la lecture en ligne, il était important de revenir sur quelques acquis récents dans la compréhension de ce qu’est lire.

LIRE : UN CHAMP DE CONNAISSANCES EN PLEINE EXPANSION

46La complexité de l’acte de lecture ne fait plus de doute. Mais que sait-on réellement sur ce qui se passe dans la tête du lecteur lorsqu’il scrute, explore, investit un texte ? Que peut-on apprendre sur la lecture en faisant appel à différents champs d’intervention ou d’investigation scientifique ?

47Au cours des dernières décennies, des modèles et théories diverses ont été élaborés, dans des champs d’investigation multiples. Ces constructions sont sans cesse actualisées en fonction de nouvelles configurations sociales qui exigent des réponses plus spécifiques aux problèmes auxquels les communautés se trouvent confrontées en ce qui concerne les rapports entre lecture et société. De nouvelles pratiques, orientations et organisations que le monde du savoir connaît ces dernières années obligent des disciplines, travaillant jadis de manière indépendante, à établir des collaborations par l’intermédiaire de thèmes communs, de conceptualisations et de constructions théoriques « transversales » favorisant l’étude plus proche du terrain et plus poussée des phénomènes (notamment sociaux) en contexte réel.

48Parmi l’ensemble des connaissances, certaines sont susceptibles d’éclairer davantage les problématiques actuelles de la lecture dans un monde numérique. Nous avons choisi de nous arrêter sur quelques points de référence d’ordre théorique sur ce qu’est lire, et particulièrement les repères permettant d’apprécier ce qui se joue entre la motivation et la finalité qui soutiennent et régissent l’acte de lecture. Nous estimons qu’il n’y a pas de choix neutre en science : d’une part, il y a les contextes économiques, politiques et sociaux qui interviennent dans l’établissement des priorités en recherche ; d’autre part, et non moins important, il y a les convictions et les croyances, et, pour reprendre Kuhn (1970), les paradigmes sous-jacents aux choix scientifiques/méthodologiques de chaque chercheur. Notre postulat de départ est que l’activité de lecture est en cours de changement, de diversification et d’évolution vers d’autres « modèles » que celui de la lecture littéraire, linéaire et basée sur le livre papier. Ces modifications sont en cours, rendant le travail d’observation encore plus difficile ; les pratiques se construisent au fur et à mesure que les lecteurs vont vers des supports multiples, avec des objectifs divers, selon les diverses situations qu’ils ont à vivre.

49La lecture est un champ de connaissances en pleine expansion, en même temps que les lecteurs peinent à s’approprier les nouveaux espaces cognitifs de lecture. Le modèle de la lecture littéraire peut-il permettre de rendre compte des diverses pratiques de lecture aujourd’hui ? Cette question sera abordée après une mise en perspective de l’apport des neurosciences à la compréhension des processus de lecture, et de l’importance de la dimension identitaire dans certaines pratiques de lecture. Nous terminerons par une exploration des processus de compréhension, processus qui sont appelés à se transformer avec la lecture sur supports numériques. Bien qu’il soit encore trop tôt pour rendre compte de pratiques abouties, notre objectif est de mettre en évidence différents acquis et avancées afin de favoriser une vision « plus élargie » des évolutions en cours dans les pratiques de lecture sur écran, permettant d’envisager les modifications futures.

Comment la culture investit des circuits neuronaux

  • 11 Philippe Testard-Vaillant et Kheira Bettayeb. « E-Book, Internet, Smartphone… La lecture change, no (...)

50Toujours à l’affût d’informations spectaculaires, les médias ont mis sur le devant de la scène depuis quelques années les neurosciences comme source d’informations pour comprendre ce qui change avec le numérique. « La lecture change, nos cerveaux aussi » !11 La lecture sur supports numériques a ainsi été créditée d’une capacité à modifier significativement le cerveau. Or, les chercheurs en neurosciences nous ont appris que le cerveau change chaque fois que nous l’utilisons, car toute réactivation de connexion la renforce et donc modifie en quelque sorte le cerveau. Cependant, ces changements ne sont pas spectaculaires, mais ont lieu à des niveaux microscopiques et dépendent de la force et de la densité des connexions neuronales. En fait, ce qui change, ce n’est pas la structure du cerveau, mais les connexions synaptiques et les circuits qui correspondent à différents comportements.

51Par contre, la façon dont le cerveau s’est adapté progressivement aux contraintes de la lecture, et la lecture aux limites du cerveau, s’avère d’un intérêt majeur parce que la connaissance de ces changements permet d’éclairer de nombreuses situations d’apprentissage, qu’elles soient réussies ou en échec. Cela nous permet surtout d’anticiper sur ce que les nouveaux usages pourraient susciter comme adaptation des comportements et des façons de pensée dans un monde numérique.

52À l’aide des nouvelles méthodes d’exploration du fonctionnement cérébral, notamment l’imagerie par résonance magnétique (IRM), les recherches en neurosciences ont fourni des données fondamentales pour la compréhension de « ce que la lecture fait au cerveau ». Pour le psychologue cognitif et neuroscientifique, Stanislas Dehaene (2007), l’invention de l’écriture a engendré une révolution culturelle qui a élargi de façon radicale les capacités cognitives humaines, même si entre la biologie du cerveau et les inventions culturelles semble exister un énorme gouffre. Spécialiste des « neurones de la lecture », et souvent cité dans les écrits et travaux récents concernant la lecture, Dehaene soutient que « le cerveau humain n’est pas préparé biologiquement pour l’activité de lecture ». Aucun enfant ne naît muni du gène de la lecture pas plus qu’il n’a celui de l’orthographe. C’est l’interaction avec l’environnement – en l’occurrence, scolaire, social et culturel – qui permet à chacun de se constituer les circuits cérébraux nécessaires aux bases de l’activité de lecture, par une construction lente et laborieuse qui demande des efforts de la part de l’apprenti mais aussi de celui qui l’accompagne. Les méthodes d’apprentissage jouent ainsi certainement un rôle fondamental dans le développement et la spécialisation progressive des bases biologiques nécessaires.

53Toutes les personnes étudiées montrent « une activation de la même région au cours de la lecture : nous lisons tous avec le même circuit cérébral ». Quelle que soit l’écriture de la langue, alphabétique, logographique ou phonétique, ce sont les mêmes régions du cerveau qui entrent en activité. De plus, « presque tous les caractères sont formés d’environ trois traits », chaque caractère ayant « une forme essentiellement optimale pour être aisément reconnaissable, par un neurone unique du cortex temporal ventral ». Malgré ces constantes, l’acte de lire n’est pas naturel, notre cerveau n’a pas été fait pour la lecture.

54Selon Dehaene, ce n’est pas notre cerveau qui a évolué pour l’écriture, c’est l’écriture qui s’est adaptée à notre cerveau. Ainsi, la conscience que nous avons de lire globalement résulte d’une automatisation des opérations de repérage des combinaisons de lettres, obtenue par des années d’apprentissage. C’est à partir des limites de nos circuits visuels, reflétées par les nombreux traits que les écritures du monde ont en commun, que Dehaene conclut que « le cerveau n’a pas eu le temps d’évoluer sous la pression des contraintes de l’écriture, c’est donc l’écriture qui a évolué afin de tenir compte des contraintes de notre cerveau ». Ainsi, « en dépit de leur apparente diversité, toutes les écritures partagent de nombreuses similitudes qui s’expliquent par la manière dont les neurones du cortex occipitotemporal représentent les informations visuelles » [Dehaene, 2007].

55Apprendre à lire consiste à mettre en connexion deux systèmes cérébraux présents chez le très jeune enfant : le système visuel de reconnaissance des formes et les aires du langage. « La vision n’est ni précâblée à la naissance ni livrée vierge de toute structure à l’empreinte du monde extérieur » [Dehaene, 2007]. Ainsi, ce cerveau qui n’est pas fait pour la lecture va s’adapter en activant des mécanismes neuronaux universels, c’est-à-dire en reconvertissant, pour les fonctions conceptuelles et linguistiques de la lecture, des circuits neuronaux qui étaient spécialisés dans la reconnaissance des objets et dans la connexion de la vision. C’est l’hypothèse du « recyclage neuronal » de Dehaene.

56Ce recyclage va s’appuyer sur des capacités inhérentes pour le changement dans le cerveau humain, « cet organisme fortement structuré qui fait du neuf avec du vieux » [Dehaene, 2007]. Maryanne Wolf, neurolinguiste, résume ainsi les trois ingénieux principes utilisés par le cerveau pour rendre la lecture possible : « la capacité à faire de nouvelles connexions entre des structures plus anciennes ; la capacité à développer des zones de spécialisation extrêmement fine pour la reconnaissance de patterns dans l’information ; la capacité à apprendre à recruter et connecter automatiquement l’information de ces différentes zones » (2008).

57La plasticité du cerveau permet à des zones du cortex cérébral, initialement destinées à développer d’autres activités (notamment certaines zones du cortex visuel, biologiquement préparées pour effectuer la reconnaissance des objets dans l’espace), d’être « recyclées » pour pouvoir répondre à l’invention culturelle qui est la lecture/écriture. Des groupes spécifiques de neurones, parce que programmés pour reconnaître les contours des objets, gardent ce que l’auteur appellera « l’alphabet cortical des formes ». Ce point de départ biologique obligera les systèmes d’écriture (les formes des lettres) à se développer de manière à s’ajuster graduellement à cette condition de départ.

58C’est la capacité du cerveau à spécialiser des zones qui va lui permettre de développer les compétences de base pour l’acquisition de la lecture : par exemple, l’invariance perceptive des formes des lettres, – reconnaître une même lettre en dépit d’interférences d’ordre typographiques – majuscule/minuscule, gras/italique – de taille de caractère, de position dans le mot, etc. – ; l’invariance de position des mots – un mot peut être reconnu quelle que soit sa position dans la phrase – ; ou encore la discrimination des unités sonores minimales dans la langue parlée associées à une représentation graphique choisie par convention.

59Enfin, le troisième principe sur lequel se fonde la lecture est la prédisposition du cerveau humain à apprendre. Ainsi, se forgent, en interagissant avec l’environnement, des circuits cérébraux inédits et plus adaptés aux nouvelles tâches. Répétés lors de différentes actions, ces circuits se consolident et une fois activés, ils deviennent des modes de fonctionnement automatiques. Déduction logique ou philosophique, cette automatisation d’une partie des procédures produit une économie psychique de l’énergie cérébrale qui pourra être utilisée à des tâches plus nobles. C’est ainsi que le cerveau va intégrer un certain nombre de caractéristiques du système d’écriture qui lui permettront de traiter automatiquement les premiers niveaux des matériaux symboliques de départ pour pouvoir lire.

60Selon Dehaene, le processus de lecture suppose des opérations de reconnaissance visuelle par lesquelles une information est prétraitée par le cortex visuel spécialisé dans le décodage automatique des lettres. Cette aire cherche à extraire des informations visuelles invariantes qui seront envoyées à deux autres zones cérébrales, où les étapes d’interprétation débuteront. Ces opérations se déroulent automatiquement, en moins d’une fraction de seconde et sans aucun contrôle d’ordre conscient de la part du lecteur. Autrement dit, glisser le regard sur des unités symboliques sans les nommer ou leur attribuer une signification de manière consciente, n’est pas encore lire : il faut en extraire des éléments et construire une signification.

61Pour lire, il faut interpréter, ce qui demande l’activation d’autres circuits qui traiteront les invariants extraits. L’interprétation des informations débute par l’activation d’un ensemble de dictionnaires, lexiques, encyclopédies mentales, enregistrés en mémoire à long terme et activés (mémoire de travail et mémoire à court terme), permettant l’avancement du décodage des mots, phrases, paragraphes. Des compétences spécifiques sont développées à chaque étape et l’ensemble des processus sont maintenant bien documentés par les recherches en neuropsychologie.

62Ainsi, il est important de comprendre que quel que soit le support de lecture, ce n’est pas la structure du cerveau qui change, mais les circuits neuronaux qui sont activés. « La lecture ouvre une fenêtre sur les interactions entre culture et cerveau » [Dehaene, 2007]. Avec les nouvelles modalités de lecture qui se mettent en place, on peut penser que le cerveau humain offrira la possibilité de nouveaux espaces de travail, et grâce à la recombinaison flexible des circuits existants, permettra la création de nouveaux outils mentaux.

  • 12 Cf. la série de cinq articles publiés par Hubert Guillaud, « Comment l’Internet transforme-t-il la (...)

63Ce sont d’ailleurs des changements de ce type qui commencent à devenir un pôle d’intérêt et de recherche. Des chercheurs et journalistes explorent ces nouvelles habitudes de penser12, et les valeurs que les nouveaux espaces numériques favorisent. Ces changements sont sources d’inquiétude : ainsi, le sociologue espagnol Joaquín Rodríguez (2009) fait-il part de son inquiétude de père confronté à l’obsession de son fils pour le monde du Web et du chat : « Nos pauvres cerveaux analogiques sont peut-être en train de se convertir en cerveaux numériques, bien qu’aucun neurolinguiste ne s’aventure à nous dire ce que nous gagnons et perdons au change. Pis encore, nous savons que nos cerveaux sont des organes dont la configuration actuelle tient notamment à ce qu’ils apprirent à se transformer, en l’absence de détermination génétique, pour être capables de lire. » Les changements en cours sont aussi sources d’inspiration pour de nouvelles finalités et des modalités innovantes de lecture. Pour ce faire, le principal référentiel intériorisé doit être mieux identifié, de même que les processus d’interprétation qu’il privilégie.

La lecture littéraire comme référentiel intériorisé

64La représentation de ce qu’est lire, pour la grande majorité des lecteurs, s’enracine dans l’expérience scolaire de la littérature. Tous ont généralement en mémoire certaines des consignes du commentaire de texte, ou des lectures à faire à la maison. En effet, dès l’origine de l’enseignement de la littérature au XVIIe siècle, celle-ci étant définie comme un corps de textes caractérisés par leur fonction esthétique ou la capacité de leur écriture à procurer jouissance et délassement, c’est en fait l’acte même de lecture qui est codifié. « Enseigner la littérature, c’est codifier la façon de lire les œuvres, définir des modèles et compétences de lecture tenus pour nécessaires et pertinents » [Viala, 1987].

  • 13 Nous empruntons à Chartier et Hébrard (2000) la présentation de l’explication de textes mise en pla (...)

65Lire, c’est d’abord lire un texte littéraire, et c’est lire selon un modèle scolaire. La lecture littéraire qui a été au cœur du système scolaire français est fondée sur le modèle savant13 dont l’explication de texte constitue « l’initiation à la modalité la plus achevée du lire ». C’est par l’explication de texte que l’on apprend à lire la littérature. C’est parce qu’ils étaient effrayés, déjà en 1919, « de voir que les études littéraires devenaient je ne sais quelle jonglerie avec des concepts sans réalités » que des professeurs de la Sorbonne vont prôner un retour aux textes. Lanson, qui deviendra « l’auteur de l’histoire littéraire la plus vendue en France tout au long du siècle », se fait théoricien de l’enseignement du français. Il réclame des lectures « attentives et fidèles », visant le sens « permanent et commun » d’une œuvre. « Tout ce travail se fait en faisant concourir sans cesse l’impression personnelle dont on ne peut se passer, et la connaissance érudite qui sert à préciser, interpréter, contrôler, élargir, rectifier l’impression personnelle. » C’est ce modèle de lecture savante qui servira de référence tout au long du XXe siècle pour la pratique de la lecture littéraire, parce que les textes littéraires sont fondateurs des valeurs et de la culture de l’école républicaine et laïque.

66Outre la distanciation, la lecture savante permet le déchiffrement de la vérité cachée qui sera dévoilée par un subtil équilibre entre l’interprétation du texte produite par le lecteur et l’action de connaissances érudites appliquées à l’interprétation de départ qui sera ainsi « contrôlée et corrigée ». Jacob (2003) définit la lecture savante dans la même optique : « […] l’activité de ceux qui manient les livres comme dépôt, objet ou instrument de savoir, de sagesse et de sens. Ce savoir, cette sagesse et le sens lui-même, s’ils sont présumés inscrits dans le texte, s’actualisent comme les effets de sa lecture, comme les fruits d’un travail, comme les constructions d’un regard, d’une attention et d’une intelligence ? Ces constructions résultent de techniques apprises et partagées dans des communautés de savoir (écoles, universités, cercles savants) comme de leurs détournements au gré des talents individuels et de l’imprévisibilité de la pensée ».

67La lecture savante est celle qui prend racine au cours de la scolarité et même si l’école est le lieu de tous les savoirs, l’apprentissage de la lecture est organisé par l’enseignement de la langue (en l’occurrence le français), qui se focalisera notamment sur la littérature, et plus spécifiquement sur les classiques. Le point de départ (l’alphabétisation), condition pour une première approche du texte, a pour mission d’enseigner à l’individu à lire, c’est-à-dire, non seulement à apprendre à décoder mais surtout, à acquérir l’ensemble de connaissances nécessaires pour décrypter la vérité cachée des textes. Le modèle savant de lecture suppose l’application de règles d’explication du texte par le moyen d’un parcours de lecture attentive et très proche du discours de l’auteur. Le sens du texte, d’abord placé sous l’autorité de l’auteur, puis sous celle du texte lui-même relève maintenant aussi de celle du lecteur.

68Il fut, par ailleurs, nécessaire de définir le caractère « littéraire » (la littérarité) d’un texte de façon à pouvoir intégrer, sans jugement a priori de valeur ou de qualité, des écrits (ou des documents) exclus de l’espace scolaire ou admis avec réticence sinon mépris. Or, cette évolution qui redonne un statut à l’ensemble des lectures n’est pas encore admise dans les représentations sociales dominantes. Bien que l’enseignement du français et de la littérature soient maintenant distincts au niveau des programmes, et que la lecture de loisir soit inscrite comme une pratique de lecture à part entière, il n’en demeure pas moins que la lecture littéraire reste la référence dominante dans la représentation de la « vraie lecture ». Malgré le renouvellement des programmes, non seulement subsiste le clivage entre lectures utiles et lectures futiles, mais de plus, il existe au sein des modes de lecture une hiérarchie qui perdure, notamment dans les représentations sociales de ce qu’est lire.

69Cette hiérarchie de fait, bien que non-consensuelle, a été très bien décrite par Daunay (1999) dans une contribution importante pour la problématique confrontant lecture non-littéraire et lecture littéraire. Passant en revue les positionnements sur la question d’auteurs comme Riffaterre, Eco, Reuter, Aron, Jouve, Dufays, Gervais, Picard, Daunay dresse un tableau montrant la similitude des positions permettant de regrouper les différents points de vue en une échelle binaire opposant une lecture naïve, rapide, littérale, superficielle à une lecture critique, réflexive, intensive et distanciée. En fait, il veut démontrer le caractère réducteur et trompeur de cette approche. « Si le tableau est trompeur, c’est qu’il rend compte d’un leurre : la possibilité, posée par tous les auteurs que nous avons passés en revue, de dessiner, par une série d’oppositions binaires, des frontières entre différents rapports aux textes, agencés sur le mode d’une hiérarchie (qu’elle soit revendiquée ou simplement décrite). Comme souvent, si l’intérêt heuristique de tels découpages est indéniable, leur réification devient problématique, en ce qu’elle conduit à des conclusions autorisant une normalisation de la lecture, indissociable d’une dévalorisation de certains rapports aux textes. »

70Si les conflits sur les valeurs respectives des différents textes pris comme objets de lecture demeurent, c’est qu’ils renvoient à la problématique des motivations. Dans l’apprentissage de la lecture, trois étapes s’enchaînent. La première, celle du décodage graphème-phonème, est incontournable. Son apprentissage peut être éclairé par les différentes sciences qui permettent de mieux comprendre les étapes indispensables pour que soient acquis les fondamentaux de ce stade. Les enseignants peuvent habituellement s’appuyer sur la curiosité des enfants pour cette première acquisition.

71Il n’en est pas de même pour les deux autres étapes dites de compréhension et d’interprétation. Ici, la principale question dans l’apprentissage de la lecture et dans sa pratique est « Pourquoi lire ? ». Aujourd’hui, la question du sens s’est déplacée des textes vers le lecteur. Il ne s’agit plus de chercher d’abord le sens inhérent au texte, mais de travailler à la mise en place de l’activité du lecteur dans la construction du sens, activité appuyée sur le texte, mais irriguée par l’expérience du lecteur. Or, ces étapes de la compréhension et de l’interprétation nous semblent particulièrement cruciales à maîtriser parce qu’elles sont appelées à s’articuler avec de nouveaux outils numériques de la connaissance. Ces deux processus sont habituellement compris comme successifs dans le temps, le second étant habituellement posé comme un approfondissement du premier processus. Nous proposons ici deux apports qui peuvent enrichir notre compréhension des processus de lecture et éclairer les perspectives ouvertes par les changements de supports.

72Dans le contexte scolaire actuel, l’apprentissage de la compréhension en lecture se fait à l’école primaire et celui de l’interprétation au collège. Or, ce clivage entraîne une entrée en lecture par le bas, c’est-à-dire par un rapport simplifié prenant en compte les dimensions factuelle et émotionnelle mais excluant la polysémie et l’ambiguïté. De plus, la lecture littéraire est présentée comme la lecture en général, rendant ainsi impossible aux lecteurs de repérer la spécificité de la lecture littéraire. D’où les propositions pour rendre identifiable le savoir spécifique inhérent à la pratique littéraire : « le travail sur la littérature constitue entre autre l’apprentissage d’une forme particulière de lecture qu’il s’agit de repérer parmi d’autres formes de lecture que l’élève doit s’approprier » [Schneuwly, 1998].

73Comment se définissent la compréhension et l’interprétation dans la lecture ? Dans une recherche faite dans le cadre de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), une approche intéressante a été mise en œuvre, à partir d’une problématique de la lecture comme résolution de problème [Tauveron, 1999]. Au lieu de poser l’interprétation comme une activité seconde par rapport à la compréhension, supérieure à elle et de ce fait plus élitiste, l’hypothèse retenue a été d’inclure le processus interprétatif dans le processus de compréhension. Les chercheurs avaient conscience d’aller à l’encontre des positionnements connus soit en psychologie cognitive, où l’on étudie « des machines à traiter l’information » et non « des sujets susceptibles d’interpréter l’information » ; soit en théorie de la réception où la compréhension est jouissance immédiate ou expérience esthétique spontanée, l’interprétation étant une forme réflexive permettant de déceler la question à laquelle l’œuvre apporte sa réponse ; soit dans les études littéraires, avec les deux régies de lecture, la lecture en progression et la borne supérieure, la lecture en compréhension, ou encore avec le positionnement de l’interprétation comme opération de second niveau, postérieure, qui prend le relais d’un processus de compréhension, et que le processus d’interprétation va mener à son terme.

74La compréhension est ici définie dans le cadre de la lecture de récit. « Comprendre un récit, c’est pouvoir identifier le positionnement et le rôle des personnages, et dégager les grandes lignes de l’intrigue. » Afin de pouvoir développer les compétences non seulement de compréhension, mais aussi d’interprétation, les auteurs vont faire intervenir, en plus des textes « faciles », des textes « résistants », c’est-à-dire dont la compréhension nécessite la mise en jeu d’aptitudes diverses dont la créativité. Ainsi pourra être mise en œuvre une interprétation de type 1, c’est-à-dire le déchiffrement des informations non explicites, d’un vocabulaire difficile, d’un univers peu familier, indispensable pour aboutir à une compréhension du texte, permettant de répondre à la question « Que dit ce texte ? ».

75L’interprétation de type 2, ou l’interprétation proprement dite, aura à répondre à la question « Que me dit ce texte ? ». Il s’agit ici de l’interprétation au sens herméneutique du terme et qui est postérieure à la compréhension. « Si la compréhension est construction du sens à partir des éléments explicites et implicites du texte, l’interprétation sera spéculation sur le “pluriel du texte”, et exploration herméneutique » [Falardeau, 2003]. L’interprétation va consister à produire des significations qui s’éloignent du texte tout en s’y enracinant. S’il a toujours paru évident que les lecteurs construisent les significations à partir des connaissances qu’ils ont déjà, les processus de construction eux-mêmes sont encore trop peu identifiés. L’interprétation est aussi mise à distance, identification des valeurs et intentions non explicites, et mise en évidence des implications.

76En intégrant ainsi l’interprétation dans une même démarche d’initiation à la lecture, et cela dès les premiers pas, avec la compréhension du texte lu, les chercheurs visent à initier à un « habitus lectoral » [Tauveron, 1999] apte à faire entrer dans l’appréciation de la spécificité des textes littéraires. Mais il est possible que la validité de cette démarche ne soit pas spécifique au texte littéraire, mais bien à l’ensemble des activités de lecture. Car, si la lecture n’intéresse pas bon nombre de personnes ayant appris à lire, c’est qu’effectivement pour eux, il s’agit là souvent d’une activité n’ayant aucune épaisseur, aucun mystère, aucun horizon. Lire représente un effort, mais sans complicité, sans plaisir ultérieur et sans découverte. Or, l’apprentissage et l’usage de cette capacité interprétative seraient à développer largement.

77Les normes occupent une place importante dans le processus d’interprétation. Ces normes peuvent venir du contexte institutionnel, mais elles sont aussi présentes chez l’individu, intériorisées au cours de son histoire personnelle. Ainsi « le lecteur n’a pas simplement à apprendre à “piloter” sa lecture en s’appuyant sur les indices (anaphores, connecteurs…) qui permettent la “bonne” interprétation. […] Il lui faut aussi d’abord apprendre à “lire sa lecture”, c’est-à-dire apprendre à jauger comment le texte fait sens pour lui, ce qu’il y met de lui-même et qu’il lui faudra peut-être retirer » [Grossman, 1999]. Cet aspect reste souvent implicite, le lecteur n’ayant pas acquis une réelle capacité à prendre de la distance quant à son propre processus de pensée.

78En fait, il s’avère que l’interprétation, malgré une réelle dimension de créativité de la part de l’interprétant, est véritablement contrainte par des limites herméneutiques. Cette question a été développée par Stanley Fish, suite à une expérimentation sur les présupposés qui sous-tendent la pratique littéraire. Confrontés au même texte de cinq noms disposés en liste, les étudiants d’un premier cours ont identifié une liste de linguistes, alors que ceux du cours suivant, informés qu’il s’agissait d’un poème religieux anglais du XVIIe siècle qu’ils devaient interpréter, n’ont éprouvé aucune difficulté particulière à le faire, l’objet du cours étant précisément la poésie religieuse anglaise. La question peut se résumer ainsi : peut-on faire dire ce que l’on veut à un texte ? Comment distinguer entre les différentes interprétations celles qui seraient plus valables que d’autres ? Fish (2007) s’est expliqué sur cette question. Pour lui « les significations ne sont la propriété ni de textes stables et fixes ni de lecteurs libres et indépendants, mais de communautés interprétatives qui sont responsables à la fois de la forme des activités d’un lecteur et des textes que cette activité produit ». Ainsi, pour l’exemple de la liste de noms, si des étudiants ont pu interpréter cette liste comme un poème, c’est qu’ils ont regardé le texte avec des yeux « qui voient de la poésie ». Ainsi, « ce n’est pas la présence de qualités poétiques qui impose un certain type d’attention mais c’est le fait de prêter un certain type d’attention qui conduit à l’émergence de qualités poétiques ». Fish remet sur le devant de la scène les limites à l’intérieur desquelles fonctionne toute interprétation. Comme le précise Yves Citton (2007) dans la préface : « à y regarder de plus près, la leçon politique à tirer des analyses de Fish n’est pas tant une revendication de liberté interprétative qu’une reconnaissance du caractère conditionné de toute interprétation ».

79L’ensemble des techniques d’analyse, de décorticage, de « scrutation » du texte permettent au lecteur de s’approprier des productions littéraires. Et c’est ce modèle de lecture centré sur le livre et la littérature qui devient le centre gravitationnel, la référence de ce qu’est lire/bien lire. Ce modèle sera appliqué à d’autres productions textuelles à l’école, à savoir les manuels disciplinaires, des textes scientifiques, instructifs et informatifs, même si ces différentes productions sont organisées selon des structures spécifiques et qui ne peuvent pas être complètement couvertes par le modèle de lecture littéraire. Il est évident que l’école travaille sur des productions textuelles diverses, mais il est aussi vrai que les autres configurations d’expression textuelle ne reçoivent pas la même attention en termes d’outillage et de traitement cognitif que la littérature.

80Le problème majeur concerne la mise en place d’un substrat de connaissances générales et culturelles, qui seules permettent au sujet-lecteur de comprendre toute production écrite. Pourquoi le lecteur active-t-il ses connaissances à certains moments et pas à d’autres ? Comment lit-il ce qu’il lit ? Il est connu que selon le support, les procédures de lecture ne se produisent pas de la même façon. Avec l’usage d’outils numériques pour lire et écrire, les normes d’écriture, mais aussi de lecture, et de compréhension changent. Dans la mesure où les parcours de lecture ne sont plus les mêmes, les projets d’interprétation diffèrent aussi.

81De manière non systématisée ou peu consciente, des éléments de connaissances provenant du modèle scolaire (littéraire) sont transférées du livre à d’autres supports fonctionnant comme des aides précieuses lors d’une « lecture en diagonale » ou « d’une lecture d’écrémage » au cours d’une recherche documentaire sur le Web. Les lecteurs, sont-ils conscients de cet usage ? La mise en œuvre des processus de compréhension et d’interprétation n’est plus la même dans ces nouveaux espaces. Quels repères vont-ils utiliser pour savoir s’ils sont encore en train de lire ? Si les processus d’interprétation ne sont pas encore suffisamment étudiés, il n’en est pas de même pour les processus de compréhension.

Lire pour comprendre, un équilibre entre buts fixés et stratégies appliquées

82Parce que le mode de fonctionnement habituel de la lecture est perturbé et devient plus conscient avec le passage au numérique, une approche plus explicite de ce qu’est lire s’avère nécessaire, notamment de la phase cruciale de la compréhension. La psychologie cognitive, à l’aide de méthodes expérimentales, ouvre une voie d’accès aux processus mentaux mis en œuvre lors de la lecture, bien que les neurosciences n’aient pas encore décrit avec précision le fonctionnement des circuits cérébraux lors de la phase de compréhension.

83Plusieurs systématisations en psychologie cognitive sont disponibles visant à cerner le processus de compréhension et les représentations qui s’y attachent (modèle mental de Johnson-Laird, 1983 ; les cadres de Minsky, 1975 ; les schémas de Schank et Abelson, 1977). Dans la majorité de ces modèles, la question de la compréhension est fondée sur la mise en œuvre de processus inférentiels intervenant au niveau local du texte (liaisons entre phrases, entre paragraphes) ou au niveau global (permettant de sélectionner, d’extraire, de rassembler, de hiérarchiser des informations recueillies présentes dans le texte) de façon à construire une représentation cohérente et globale des idées contenues dans le texte. Ces derniers sont des concepts centraux dans le modèle de Kintsch et Van Dijk, qui sera détaillé ici.

  • 14 Dans différents domaines, comme par exemple Denecker et Kolmayer (2006), chercheures en sciences de (...)
  • 15 Cf. les références bibliographiques à la fin de ce chapitre.

84Le modèle de Kintsch et Van Dijk – ou Compréhension-Intégration CI (1978/1980, enrichi jusqu’à récemment), très souvent repris par d’autres chercheurs14, comporte un certain nombre d’éléments très éclairants, notamment concernant le rôle déterminant du lecteur et des buts qui l’animent dans les processus mis en œuvre lors de son activité de lecture compréhension. L’intérêt de ce modèle est d’introduire la pensée critique, depuis le questionnement du texte jusqu’à l’intégration dans son propre univers de connaissance. En outre, le modèle révèle une dynamique d’interaction entre lecteur et texte que peu de systématisations permettent d’entrevoir : il prend en compte l’influence de la représentation que le lecteur se fait de la tâche dans la qualité de la lecture produite ; la possibilité pour le lecteur de changer ses objectifs en cours d’activité et, en conséquence, de moduler les stratégies de lecture devant être appliquées ; les rapports « non linéaires » entre type ou richesse informationnelle du texte, bagage de connaissances du sujet et qualité de la lecture produite, permettant (ou non) un engagement et un apprentissage de la part du lecteur. Par ailleurs, la richesse et la flexibilité du modèle a permis à des collaborateurs de Kintsch de faire progresser la recherche appliquée à la lecture d’hypertextes, de produire des dispositifs de formation à la lecture basés sur l’emploi des technologies et sur le développement chez l’apprenti15 de structures mentales d’ordre métacognitif. C’est là un des aspects fondamentaux dans la caractérisation de la compétence de lecture à l’heure actuelle.

85Un premier découpage du modèle permet de visualiser le processus à partir d’un schéma simplifié où la dimension volontaire et finalisée du sujet est le moteur de la mise en œuvre de l’acte de lire. Ainsi, un sujet assume le rôle de lecteur pour une raison : il y a un but fixé au départ et la lecture est choisie comme la voie de réalisation de cet objectif. Et ces variables de départ vont déterminer pour beaucoup la qualité et le raffinement du traitement que le lecteur accordera au texte. Le lecteur est toujours actif dans cette démarche dans la mesure où il la contrôle de manière volontaire, il la module selon l’équilibre plus ou moins conscient qu’il voit entre ces compétences (cognitives, affectives et métacognitives), ses intérêts pour le thème du texte, son bagage personnel (connaissances et expériences) et les objectifs fixés dans cette tâche (ou plutôt, sa représentation des objectifs fixés qui peut ne pas coïncider avec la représentation d’un autre demandeur de la tâche que le lecteur lui-même).

86Selon Kintsch, le résultat de l’activité de lecture ne va pas forcément aboutir à une compréhension profonde, satisfaisante de ce que le texte véhicule. Ainsi, dans certains cas, lire peut être subordonné à l’obtention d’un résultat, plus qu’à la compréhension en profondeur du message de l’auteur : on lit pour fournir une réponse à quelqu’un (par exemple, lire un article donné par l’enseignant), pour produire une réponse mais vis-à-vis de laquelle on ne se sent pas intéressé, engagé, investi. Dans ce contexte particulier, le lecteur va traiter un texte qu’il ne cherchera pas forcément à investir dans le sens où il aurait extrait des éléments pour enrichir son bagage, permettant de s’approprier un objet (ou un aspect du monde physique, culturel, social, etc.). Il ne cherchera pas non plus, dans cette configuration, à prendre du plaisir à apprendre, à s’évader, à se distraire, à trouver des informations lui permettant de se situer dans l’espace social qui l’entoure.

87Le modèle de Kintsch suppose, pour qu’il y ait une démarche de compréhension accomplie, que l’acte de lire permette au lecteur d’aboutir à deux constructions ou deux niveaux de représentation du texte :

  • le texte de base, premier niveau de traitement qui restitue les idées et concepts centraux présents dans le discours textuel ;

  • le modèle de situation, une construction plus élaborée, qui transforme des éléments pris dans le texte, pour constituer de nouveaux concepts, idées ou arguments, qui viennent s’articuler de manière cohérente et harmonieuse au bagage d’expériences et de connaissances du lecteur. Ainsi, le lecteur s’approprie un texte en l’intégrant à ses acquis.

88La construction du texte de base débute au niveau du décodage des mots, puis des propositions verbales et des phrases et enfin de leur articulation en paragraphes. Ces unités s’organisent selon des typologies que les lecteurs peuvent reconnaître (connaissances apprises à l’école) et sont facilitées par l’emploi d’aides typographiques, issues de l’imprimerie et qui contribuent au traitement. Les opérations cognitives mises en œuvre pour la construction de ce premier niveau de traitement du texte mobilisent les instances de mémoire à long terme et à court terme qui s’actualisent dans la mémoire de travail permettant la recherche du sens d’un mot, d’une expression, d’une proposition du texte par l’activation de connaissances d’ordre divers (linguistiques, syntaxiques, sémantiques, etc.). Le passage d’une proposition aux suivantes suppose un enchaînement, basé sur l’organisation graduelle et complexe du sens extrait de chaque unité et par l’application de règles de traitement qui visent à la recherche de la cohérence.

89La cohérence du discours est actualisée à chaque avancement du lecteur dans le texte par l’usage d’inférences diverses qui permettent de combler les lacunes éventuelles existantes entre chaque proposition. Pour Kintsch, une inférence est une classe de propositions mobilisées au niveau de la représentation du sujet et non directement liées à la phrase par des connecteurs linguistiques. Le lecteur puise dans sa culture et ses connaissances des éléments extérieurs au texte mais qui lui permettent de donner un sens aux contenus, qu’ils lui soient étrangers ou connus. C’est par le biais des inférences que le lecteur construit la cohérence d’un texte, dans la mesure où ces constructions permettent de combler les lacunes logiques inhérentes aux discours écrits. Cet effort intellectuel, qui met en œuvre des processus raffinés et complexes, détermine l’essence du processus de lecture qui contribue à l’évolution du lecteur du point de vue de ses connaissances, de ses compétences intellectuelles de haut niveau et de ses métacompétences (évaluation/ajustement de processus mais aussi de critique, de jugement, etc.). La nature et les caractéristiques des inférences sont dépendantes et contrôlées par l’organisation du texte.

90Plusieurs types d’inférences contribuent à la construction de la cohérence d’un texte et l’intérêt de les détailler ici repose sur la contribution en termes de spécificité de fonctionnement intellectuel que chacune d’entre elles exige du lecteur. Les différents types d’inférences exigent des opérations mentales particulières mises en œuvre selon les rapports existants entre le texte et les connaissances du lecteur, et produisent autant de manières d’appréhender le texte. L’articulation entre modes de fonctionnement mental et appréhension de textes est à même de favoriser la prise de conscience de ces mouvements intellectuels particuliers au sujet, enrichissant son appareillage métacognitif. Mettre en évidence ces spécificités permet d’identifier de manière encore plus pointue des pistes pour mieux comprendre le fonctionnement mental dans l’acte de lecture et de pouvoir y interférer lors de lacunes, des dysfonctionnements. Voici quelques exemples d’inférences :

  • anaphoriques, connectent des objets ou des personnes entre phrases ou propositions ;

  • instrumentales : font référence à des outils, ou des méthodes, cités dans le texte, vis-à-vis desquels le lecteur doit apporter plus d’informations pour pouvoir assurer la continuité de son interprétation de manière cohérente ;

  • causales : différentes phrases sont reliées par des relations de cause-effet, ou encore des connecteurs de type causal sont employés dans le texte reliant différents passages. Ces inférences peuvent être d’ordre local (relatives au texte de base) ou d’ordre global (le modèle de situation qui en bénéficie) ;

  • prédictives : les connaissances du lecteur lui permettent de faire des prédictions que ce soit au niveau de la continuité du texte ou au-delà de ses limites.

91Outre les inférences, le lecteur effectue des recouvrements logiques, (overlaps), c’est-à-dire, identifie les propositions de significations équivalentes situées tout au long du texte, les résume dans une seule et unique idée qui sera gardée en mémoire de travail pour assurer la poursuite du travail de composition du texte de base. Le recouvrement du sens assuré par différentes propositions garantit la continuité logique du discours et aboutit à la construction de microstructures tout au long du traitement du texte. Ce premier niveau de représentation du contenu – le texte de base – n’assure pas la compréhension du texte par le lecteur : la compréhension suppose un processus d’ordre supérieur qui ne peut être effectué sans cette micro structure de départ. Aussi, sans motivation et intérêt pour le thème de la part du sujet et sans un minimum de bagage de connaissances et d’expériences antérieures du sujet, la construction de cette structure de base peut déjà être compromise.

92Selon Kintsch, comprendre c’est construire un modèle de situation du texte, c’est-à-dire, produire une construction mentale de haut niveau par l’intégration des éléments du texte de base dans l’univers de connaissances, d’expériences et d’intérêts du lecteur. C’est aller « au-delà » du texte, alimenté par les contenus puisés dans le texte (« cela me fait penser à… » et le sujet se distancie du contenu du texte à proprement parler pour poursuivre ses réflexions), mais aussi en l’intégrant dans son propre univers (« ah, cela me semble pareil à… », l’univers d’expériences ou de connaissances du lecteur apportant des éléments de comparaison, de conflit, de complément avec des éléments choisis dans le texte). Sans la construction d’un modèle de situation, le texte de base tout seul n’est qu’une représentation porteuse de connaissances « inertes », déconnectées du sujet et de sa culture, et donc facilement oubliées ou d’emploi difficile dans une situation donnée. Construire un modèle de situation suppose que le lecteur interroge le texte, le critique, intègre des contenus enracinés et élaborés à partir du texte dans sa culture, ce qui forcément va l’aider à reformuler, transformer, et complexifier cet ensemble.

93Kintsch emploie le terme stratégies de lecture pour désigner un ensemble de procédures avec lesquelles le sujet investit et traite le texte produisant les deux instances de représentation, le texte de base et le modèle de situation. En fait, l’agencement particulier des modes de fonctionnement déjà décrits constitue ces stratégies et leur mobilisation respective sera fonction d’une démarche d’interrogation du texte que le sujet doit systématiquement mettre en place. Le fait de formuler des questions de manière consciente et volontaire relève d’une dimension métacognitive, qui assure à la fois le choix de la nature des interrogations produites tout comme le contrôle et l’ajustement de ces procédures par l’évaluation des étapes de traitement développées selon le critère de la cohérence du texte. Parmi ces stratégies, on trouve des interrogations permettant d’identifier le thème principal, les thèmes parallèles ou auxiliaires, les passages concernant des évidences, des faits, des hypothèses et des argumentations d’ordre divers, etc. La recherche de cohérence favorisera la mise en œuvre des différents modes de raisonnement comme les inférences, les généralisations, etc., qui graduellement mettront de la distance entre le sujet et le texte à proprement parler, créant les conditions d’intégration de contenus aux connaissances du lecteur.

94D’inspiration clairement constructiviste, le modèle de Kintsch soutient l’idée que le lecteur comprend un texte lorsqu’il se l’approprie de manière active. S’approprier un texte suppose que le lecteur se présente devant le texte de manière consciente, volontaire, ayant une finalité qui peut s’actualiser, s’ajuster, voire se dédoubler, selon la qualité du traitement accordé au texte. Le bagage culturel du sujet lui sert de référence de base pour pouvoir assimiler des éléments nouveaux, qu’il doit modifier, transformer pour pouvoir les accommoder au substrat de connaissances/expériences de départ. Évidemment, le premier contact avec un texte peut être « parasité » par les connaissances de départ utilisées par le lecteur pour l’interprétation du contenu. Mais, les caractéristiques du texte lui-même en tant qu’objet, associées à des compétences d’ordre métacognitif chez le lecteur, à la recherche de la cohérence du texte, devraient lui permettre de produire des représentations d’un texte de base d’une certaine qualité. C’est là la condition pour l’élaboration d’un modèle de situation utile, solide et enrichissant pour le sujet. Ce tableau plutôt optimiste d’un lecteur actif, conscient, motivé et intéressé, est directement modulé par la représentation que le sujet se fait de la situation dans laquelle la lecture se constitue comme moyen pour attendre le but fixé.

95Kintsch s’intéresse particulièrement aux situations d’apprentissage par l’intermédiaire de textes. Et dans ce cas toute la problématique qui touche le sens du savoir, la signification de l’apprentissage par les lecteurs-apprenants, leurs rapports avec les contenus disciplinaires, le type de textes proposés, les objectifs fixés, le regard de l’enseignant vis-à-vis des étudiants, du texte, etc., joueront un rôle évident dans la qualité du traitement accordé. Dans les cas où les sujets abordent des textes de nature informationnelle ou scientifique poussés par des motivations personnelles, les enjeux sont de toute autre nature et le poids plus important dans la qualité des traitements reposera sur l’articulation entre les compétences métacognitives du lecteur (prise de conscience, choix, application, évaluation et ajustement des moyens employés) et le bagage des connaissances/compétences diverses dont le sujet dispose et qu’il est capable d’identifier et de mettre en œuvre dans une situation où les repères habituels ont disparu.

L’IMPORTANCE GRANDISSANTE DES MÉTACOMPÉTENCES

96Comme déjà suggéré antérieurement, on fait ici l’hypothèse d’un déplacement des concepts centraux dans la représentation de lire/lecture, devenu nécessaire dû à l’importance de la lecture dans la société actuelle. Plus particulièrement, les métacompétences, c’est-à-dire ces capacités permettant de réfléchir sur sa propre démarche de lecture, de la réguler, de l’organiser et de la canaliser, notamment quant aux processus de compréhension et d’interprétation, deviennent indispensables pour faire face à la multitude des situations. Quelques pistes semblent confirmer cette supposition.

97D’abord, il y a le recours à des outils intellectuels (connaissances, repères, cadres de référence, etc.), extraits du modèle savant et transférés dans un nouveau contexte. Des connaissances jugées pertinentes pour une tâche de lecture sont « extraites » par le lecteur du modèle de lecture savante pour être utilisées au service d’un objectif différent de celui prévu au départ. Ce transfert n’est possible que si le lecteur développe une conscience et une connaissance de ces propres outils, capacités et compétences de lecture. L’acte de lecture se consolide en tant qu’outil d’interaction reliant un individu (lecteur) à un objet culturel spécifique (texte), objet qui correspond de plus en plus à un inventaire de productions textuelles beaucoup plus élargi que le texte littéraire. Les conditions de lecture se sont diversifiées (on reconnaît graduellement que l’on lit dans d’autres endroits que le bureau d’études ou la bibliothèque, dans des situations de multitâche et/ou d’échanges interpersonnels par le biais de technologies, etc.) et le fait que le lecteur peut appliquer le même « outillage de base » dans différentes configurations (autres que littéraires), détache l’acte de lecture du modèle savant pour « l’autonomiser » de manière à être au service des besoins et nécessités les plus divers du sujet-lecteur. Lire consiste bien à décoder un message (essentiellement écrit ou multimodal), et à produire un texte de base et un modèle de situation, mais le niveau de « complétude » de chaque étape est directement lié aux objectifs de départ du sujet-lecteur. L’évaluation conduit à des ajustements, la lecture devient un véritable outil exigeant des « mises à jour » constantes, assurées essentiellement par des outils métacognitifs.

98Un jeu d’équilibre entre les objectifs du lecteur, son interprétation de la tâche fixée, son bagage personnel (connaissances et expériences), et les caractéristiques du texte lu déterminent la qualité et la profondeur de son travail intellectuel avec le texte. Des stratégies de lecture et des rythmes de traitement du texte/des parties d’un texte sont graduellement développés par les lecteurs, en harmonie avec leurs objectifs et la qualité du/des texte(s) trouvé(s). Un texte peut ne pas être lu en profondeur par choix de la part d’un lecteur, parce qu’il a subordonné l’acte de lecture à une activité de recherche documentaire par exemple. Dans ce cas, le lecteur cherche plutôt à repérer des champs conceptuels associés à chaque texte traité par le biais d’élaborations puisées dans ses compétences de lecture, et pour sélectionner des passages textuels très précis qui seront alors soumis à un travail de compréhension.

  • 16 Dinet, Rouet & Passerault (1998). Les nouveaux outils de recherche documentaire sont-ils compatible (...)

99L’objectif de la tâche peut être dans un premier temps, de sélectionner des textes en harmonie avec l’objectif de départ du lecteur. Ensuite, l’objectif peut devenir une lecture plus approfondie, une compréhension-intégration des idées d’un ou de quelques-uns des textes sélectionnés. Rouet (1998) laissait déjà entrevoir l’importance de la lecture à l’intérieur d’une activité de recherche documentaire : « il faut noter que des mécanismes de lecture-compréhension doivent certainement avoir lieu en parallèle durant les trois étapes, puisqu’il faut lire et comprendre avant de pouvoir évaluer et sélectionner »16. La lecture comme activité d’interaction avec des textes pendant une recherche d’information est précisément une des pratiques de lecture appelée à se développer et pouvant bénéficier particulièrement d’un développement de compétences métacognitives.

100Le plaisir, les sensations et les émotions sont une dimension incontournable de l’acte de lire. Ils sont même une des conditions qui donnent une signification à l’acte de lire permettant au lecteur l’appropriation du texte. Cependant, leur forme d’expression et leur objet peuvent varier selon l’objectif fixé. Comme le dit Brouillette (1998) concernant la lecture professionnelle, le plaisir de trouver une information nécessaire peut faire l’objet d’une jouissance importante, de valeur équivalente à celle de traiter un texte littéraire selon les canons de l’analyse littéraire la plus raffinée. Lire redevient un lieu de construction personnelle négociée : au lieu de puiser chez les « grands » auteurs des valeurs à appliquer en tant que telles dans sa vie personnelle, le lecteur prend comme point de départ un certain « découpage » du texte qui lui servira de « cadre de référence temporaire » pour comprendre le monde et la société qui l’entoure, son positionnement dans cet univers, lui-même en tant que sujet, etc. C’est le lecteur qui travaille, qui décide de ce qui lui paraît pertinent, utile, nécessaire pour l’aider dans sa construction personnelle et qui peut ne pas directement correspondre au thème central traité par l’auteur.

101La question du positionnement du lecteur avant la mise en place de l’acte de lire est aussi très importante. Qu’est-ce qui fait qu’un individu choisit la lecture plutôt qu’une autre pratique culturelle ? Quelle est son intention de départ ? Une des spécificités de la lecture est de pouvoir se soumettre au rythme et aux modes d’appropriation décidés par le lecteur : on peut lire où et quand on le décide, commencer, arrêter, reprendre, finir quand on le veut bien. Sans doute ces décisions ne sont pas clairement formulées par tous les lecteurs, mais il faut bien qu’un lecteur se dirige vers l’étagère ou l’écran et qu’il prenne un livre ou trouve un document pour commencer à lire.

102L’identification des compétences nécessaires, de celles qu’il faut renforcer et celles qui sont à développer, par l’école et par le lecteur lui-même, dépend en grande partie de la distanciation que chaque individu peut imposer aux étapes de son processus de lecture. La mise en valeur et la reconnaissance de la pertinence et des apports de chacune des expériences ébauchées ci-dessus favoriseront l’enrichissement de l’expérience de lecture.

103L’école a un rôle fondamental à jouer dans cette configuration, notamment en ce qui concerne les compétences métacognitives des lecteurs : le développement graduel de la conscience qu’il faut interroger le texte, non seulement quant à son contenu et à sa structure, mais aussi quant à cet univers que Rouet (2001) appelle des connaissances métatextuelles, qui concernent les propriétés rhétoriques du texte et des signes. Rouet identifie un ensemble de catégories de descripteurs rhétoriques, qui correspondent à différents aspects des conditions de production et de divulgation de textes. Ces descripteurs constituent des ressources dont le lecteur peut se servir souvent mais de manière non systématique et, plus important, sans en avoir conscience. Rouet parle de descripteurs énonciatifs (ordre des énoncés et expressions dans un texte), para-textuels (titre, phrases introductives, marqueurs typographiques, etc.), super structuraux (table des matières, index, mise en espace, numérotation, en tête/pied de page, source d’information, auteur, date, type de texte, informations éditoriales, etc.). La prise en compte de ces indicateurs, traités comme des connaissances devant être acquises par la lecture, ouvre la porte au développement d’autres mécanismes de distanciation, de réflexion – métacognitifs – chez le lecteur, constituant à notre avis, un des atouts que le lecteur peut posséder, lui permettant de critiquer, d’évaluer, de moduler son rapport au savoir dans l’ère actuelle.

104Avec Wolf (2008) nous estimons que la lecture doit pouvoir mener à la réflexion, ouvrir « un espace et un temps intérieurs » qui permettent au sujet de se mettre en harmonie avec lui-même, avec le monde qui l’entoure et avec les informations et connaissances qu’il vient de découvrir. Selon cette auteure, l’automatisation de parties du processus de lecture doit permettre l’ouverture vers un approfondissement réel. Lire c’est comprendre, mais aussi aller au-delà. Il serait regrettable que les difficultés et le sentiment d’insécurité provoqués par l’évolution des technologies empêchent des institutions comme l’école, d’exploiter les nouveaux contextes et dispositifs de lecture pour avancer dans les champs de la lecture active et la lecture critique.

105Avec les supports numériques, les objectifs assignés à la lecture se sont diversifiés ouvrant de nouveaux horizons de plaisir, mais aussi de compréhension et d’interprétation. Les sentiments d’inconfort, ressentis autant par tout lecteur débutant que lors d’un changement de support, s’estompent alors que le lecteur apprend à mettre en place des stratégies pertinentes et efficaces pour atteindre ses objectifs. Mais, les changements en cours permettent de redécouvrir la complexité de l’acte de lecture. En sollicitant le recours à des compétences métacognitives, ils offrent la possibilité de maîtriser plus finement les processus qui en constituent la trame.

Bibliographie

Tous les liens ont été consultés le 1er octobre 2010.

Baudelot Christian & Leclercq François. Les effets de l’éducation. Rapport à l’intention du Piref, laboratoire de sciences sociales. Paris, École normale supérieure, 2004.

Bélisle Claire (coord.). La lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives. Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2004, collection « Référence ».

Bonaccorsi Julia. Le devoir de lecture. Médiations d’une pratique culturelle. Paris, Lavoisier, 2007.

Bourdieu Pierre. Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Benoît Marie-Jeanine & Fayol Michel. « Le développement de la catégorisation des types de textes ». Pratiques, n° 62, 1989.

Brehm Sylvain. « Le rôle de l’imaginaire dans le processus de référenciation ». Formation des lecteurs, formation de l’imaginaire, sous la direction de Max Roy. Montréal, Presses universitaires de l’université du Québec, 2008, collection « Figura », n° 20.

Brouillette Carole. « Vers une définition de la lecture professionnelle », Cursus vol. 1, n° 2, Montréal, 1996. [En ligne] < http://www.ebsi.umontreal.ca/cursus/vol1no2/brouillette.html >.

Carr Nicholas. “Is Google making us stupid ?” The Atlantic, July/August 2008. < http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2008/07/is-google-making-us-stupid/6868/ >.

Carr Nicholas. The Shallows. What The Internet is doing to our Brains. New York, W. W. Norton & Co, 2010.

Chartier Anne-Marie, Hébrard Jean. Discours sur la lecture 1880-2000. 1re édition en 1989. Paris, Bpi-Centre Pompidou ; Fayard, 2000.

Chauveau Gérard. Comment l’enfant devient lecteur. Pour une psychologie cognitive et culturelle de la lecture. Paris, Retz, 1997, collection « Pédagogie ».

Citton Yves. « Quand c’est le lecteur qui fait le livre : lecture, élection et intelligence collective », 2007.

Conférence accessible sur le site < http://w3.u-grenoble3.fr/lire/conferences/yves%20citton/Citton-LectuElectionIntell-Txt-mai2007.doc >.

Citton Yves. Préface de Fish Stanley. Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives. Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

Daunay Bertrand. « La “lecture littéraire” : les risques d’une mystification », Recherches, n° 30, Parler des textes. Lille, ARDPF, 1999-1 ; p. 29-59.

Dehaene Stanislas. Les neurones de la lecture. Paris, Odile Jacob, 2007.

Denecker Claire, Kolmayer Elisabeth. Éléments de psychologie cognitive pour les sciences de l’information. Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2006, collection « Les Cahiers de l’enssib ».

Détrez Christine. « Bien Lire. Lectures utiles, lectures futiles ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 46, n° 6, 2001. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-06-0014-002 >.

Dinet Jérôme, Rouet Jean-François, Passerault Jean-Michel. « Les nouveaux outils de recherche documentaire sont-ils compatibles avec les stratégies cognitives des élèves ? », Quatrième colloque hypermédias et apprentissages, 1998, document numérisé déposé sur Scientificcommons.org. [En ligne] < http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/00/26/65/PDF/HyperAp4p149.pdf >.

Falardeau Érick. « Compréhension et interprétation : deux composantes complémentaires de la lecture littéraire », Revue des sciences de l’éducation, vol. XXIX, n° 3, 2003 ; p. 673-694.

Fish Stanley. Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives. Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

Giasson Jocelyne. La lecture. De la théorie à la pratique. Bruxelles, De Boeck, 2004.

Grossmann Francis. « Littératie, compréhension et interprétation des textes », Repères, n° 19, 1999 ; p. 139-166.

Guernier Marie-Cécile. « Et pour vous, en quoi la lecture est-elle fondamentale ? », Dossier “Les apprentissages fondamentaux à l’école primaire”, Les Cahiers pédagogiques, n° 479, 2010. < http://www.cahiers-pedagogique.com/spip.php?article6647 >.

INSEE. Illettrisme : les chiffres. Exploitation par l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme de l’enquête Information et Vie Quotidienne conduite en 2004-2005 par l’INSEE. Lyon, publication de l’ANLCI, 2008.

Jacob Christian. « L’art de lire ». Des Alexandries II. Les métamorphoses du lecteur. Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, p. 15-33.

Jodelet Denise (dir.). Les représentations sociales. Paris, Presses universitaires de France, 1989.

Johnson-Laird Philip N. Mental Models, Towards a Cognitive Science of Language, Inference and Consciousness. Cambridge (MA), Harvard University Press, 1983.

Kintsch Walter. “Are good texts always better? Interactions of text coherence, background knowledge and levels of understanding in learning from text”, 1996. < http://en.scientificcommons.org/walter_kintsch >. [Online] < http://ics.colorado.edu/techpubs/pdf/93-04.pdf >.

Kintsch Walter. “Learning and constructivism”. Sigmund Tobias & Thomas M. Duffy (eds.), Constructivist Instruction : Success or failure? New York, Routledge, 2009, p. 223-241. [Online] < http://psych.colorado.edu/~wkintsch/ >.

Kintsch Walter. “Text structure and inference” 2007. < http://en.scientificcommons.org/42326661 > [Online] < http://ics.colorado.edu/techpubs/pdf/83-123.pdf >.

Kintsch Walter & Mangalath Praful (in press) “The construction of meaning”. Topics in Cognitive Science. [Online] < http://psych.colorado.edu/~wkintsch/ >.

Kintsch Walter. “The representation of knowledge and the use of knowledge in discourse comprehension”, 1986. < http://en.scientificcommons.org/walter_kintsch >. [Online] < http://ics.colorado.edu/techpubs/pdf/86-152.pdf >.

Kintsch Walter. “The role of knowledge in discourse comprehension : a construction-integration model”, Psychological Review, vol. 95, n° 2, 1988, p. 163-182. < http://en.scientificcommons.org/walter_kintsch >. [Online] < http://psych.wisc.edu/ugstudies/psych733/kintsch_1988.pdf >.

Kintsch Walter & Van Dijk Teun A. “Towards a model of text comprehension and reproduction”, Psychological Review, vol. 85, n° 5, 1978, p. 363-394.

Kuhn Thomas. The Structure of Scientific Revolutions. University of Chicago, 1962, 1970.

Langlade Gérard. « Activité fictionnalisante du lecteur et dispositif de l’imaginaire ». Formation des lecteurs, formation de l’imaginaire, sous la direction de Max Roy. Montréal, Presses universitaires de l’université du Québec, 2008, collection « Figura », n° 20.

Minsky Marvin L. “Frame-system theory”, dans Roger C. Schank & Bonnie L. Nash-Webber (eds.). Theoretical Issues in Natural Language Processing, MIT Conference ; repris dans Philip N. Johnson-Laird & Peter C. Wason, Thinking. Reading in Cognitive Science, Cambridge (MA), Cambridge University Press, 1977.

Petrucci Armando. « Le choix des lecteurs », Sciences humaines, n° 82, avril 1998, p. 28-31.

Poirot-Delpech Bertrand. « La lecture : c’est juin 1940 », Le Monde, 1er octobre, 1996.

Poulain Martine. Note sur le livre de Bernard Lahire, L’invention de l’« illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates. Paris, Éditions La Découverte, 1999 ; paru dans Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 5, 2000, dossier : La bibliothèque citoyenne. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-05-0148-009 >.

Rodriguez Joaquín. « Socrate 2.0 » Internet rend-il encore plus bête ? Numéro spécial, Books, n° 7, juillet/août 2009.

Rosen Christine. “The myth of multitasking”. The New Atlantis, n° 20, Spring 2008, 105-110. [Online] < http://www.thenewatlantis.com/publications/number-20-spring-2008 >.

Rosen Christine. “People of the Screen”, The New Atlantis, n° 22, Fall 2008, 20-32. [Online] < http://www.thenewatlantis.com/publications/number-22-fall-2008 >.

Rouet Jean-François. Les activités documentaires complexes. Aspects cognitifs et développementaux. HDR, Poitiers, 2001. [En ligne] < http://www.mshs.univ-poitiers.fr/laco/Pages_perso/Rouet/Textes/HDR-JFR/Intro-Gle.pdf >.

Roy Max. « Culture littéraire et fictionnaire de lecteurs », Formation des lecteurs, formation de l’imaginaire. Montréal, Presses universitaires de l’université du Québec, 2008, collection « Figura », n° 20.

Sallenave Danielle. « La nouvelle trahison des clercs », Le Monde, 3 février 1989.

Salmeron Ladislao, Kintsch Walter, Cañas José. “Reading strategies and prior knowledge in learning from hypertext”, Memory and Cognition, 2006, 34 (5), 1157-1171. [Online] < http://mc.psychonomic-journals.org/content/34/5/1157.full.pdf+html >.

Schank Roger C. & Abelson Robert P. Scripts, Plans, Goals, and Understanding. Hillsdale (NJ), Erlbaum, 1977.

Schneuwly Bernard. « Tout n’est pas métalangagier dans l’enseignement du français ». Joaquim Dolz & Jean-Claude Meyer (dir.), Activités métalangagières et enseignement du français. Bern, Peter Lang, 1998, p. 267-272.

Steinhart David J. “Summary street : an intelligent tutoring system for improving student writing through the use of latent semantic analysis”, 2001. Thèse dirigée par Kintsch Walter, Department of Psychology, University of Colorado. [Online] < http://lsa.colorado.edu/papers/daveDissertation.pdf >.

Tauveron Catherine. « Comprendre et interpréter le littéraire à l’école : du texte réticent au texte proliférant », Repères, n° 19, p. 9-38, 1999.

Viala Alain. « L’enjeu en jeu : rhétorique du lecteur et lecture littéraire », dans Michel Picard (éd. La lecture littéraire. Actes du colloque de Reims (14-16 juin 1984). Paris, Clancier-Génaud, 1987, collection « Bibliothèque des signes ».

Wolf Maryanne. Proust and the quid. The story and science of the reading brain. Cambridge, Icon Books, 2008.

Notes

1 Par exemple, on peut trouver des comptes rendus de travaux récents : Enquête sur la lecture et les loisirs multimédias des collégien(ne)s et lycéen(ne)s, du Centre national du livre, 2007 : < http://www.entrenationaldulivre.fr/?Synthese-de-l-enquete-sur-la > (consulté le 1er mars 2011) ; Enquête sur la lecture. Au-delà des idées reçues. Dossier coordonné par Martine Fournier, Sciences humaines, n° 161, juin 2005 ; >>> Enquête « Les parents et la lecture aux très jeunes enfants », Ipsos/DIF/ministère de la Culture, juin 2009 ; Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), 2006, OCDE. Olivier Donnat, Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Enquête 2008. Paris, Éditions la Découverte/ministère de la Culture et de la Communication, 2009.

2 TLF, voir le mot « lire » : < http://atilf.atilf.fr/ >. Bien que la publication du TLF se soit achevée en 1994, on retrouve dans les dictionnaires récents, comme, par exemple, le Dixel 2011, Le dictionnaire illustré, des éditions Le Robert, une version succincte des entrées du mot « lire » dans le TLF.

3 Voir Jodelet (1989) pour le concept de représentation sociale.

4 Cf. To Read or Not To Read : A Question of National Consequence, 2007 ; Reading at Risk : A Survey of Literary Reading in America, 2004. Rapports de recherche, National Endowment for the Arts, Washington. Pour un état des lieux au niveau mondial, les travaux de l’Unesco qui avait fait de l’alphabétisation pour tous son thème d’année en 2006, dans la perspective des objectifs, fixés à Dakar en 2000, de l’éducation pour tous en 2015. < http://www.unesco.org/fr/efareport/reports/2006-literacy/ > (consulté le 1er mars 2011).

5 « La lecture et les loisirs multimédias des collégien (ne) s et lycéen (ne) s », enquête du Centre national du livre/Direction du livre et de la lecture, réalisée par Ithaque, Paris, juin 2007. « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique », 2008, Paris, ministère de la Culture. « Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) », enquête 2006 de l’OCDE, 2007.

6 Illettrisme : les chiffres. Enquête INSEE 2004-2005 faite pour l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), Paris, Anlci, 2010. < http://www.anlci.gouv.fr/fileadmin/Medias/PDF/Chiffres/ANLCI_combien_2010.pdf > (consulté le 1er mars 2011).

7 Pour une présentation du modèle de la lecture savante, voir ci-après, page 90.

8 Détrez (2001) précise que selon Robert Darnton, « c’est Jean-Jacques Rousseau qui, le premier, affirme la lecture “ordinaire”, c’est-à-dire la lecture fondée sur les émotions, l’identification et les sensations, aux antipodes de la lecture savante, qui réclame distanciation et analyse. »

9 L’article de Nicholas Carr, “Is Google Making Us Stupid ?”, est d’abord paru dans The Atlantic, July/August 2008. Une traduction française, par A. Cassigneur et J. Roze, est parue en 2009 : « Google nous rend-il stupides ? », Qu’est-ce qu’un livre aujourd’hui ? Pages, marges, écrans, Les Cahiers de la librairie, n ° 07, janvier 2009. Le contenu de cet article fait l’objet d’un livre récent, Nicholas Carr, The Shallows : What the Internet Is Doing to Our Brains. New York, W. W. Norton & Co, 2010.

10 Nicholas Carr (2010), “The permanent state of distractedness that defines the online life” and which has rejected “the intellectual tradition of solitary, single-minded concentration, the ethic that the book bestowed on us, the pastoral ideal of contemplative thought.”

11 Philippe Testard-Vaillant et Kheira Bettayeb. « E-Book, Internet, Smartphone… La lecture change, nos cerveaux aussi », Science et Vie, septembre 2009, p. 42-57.

12 Cf. la série de cinq articles publiés par Hubert Guillaud, « Comment l’Internet transforme-t-il la façon dont on pense ? 1) un réseau d’humains et de machines enchevêtrées ; 2) la grande question de l’attention ; 3) en modifiant notre rapport au monde réel ; 4) l’Internet n’a-t-il rien changé ? ; 5) Et vous ? » < http://www.internetactu.net/?s=%22Comment+l%27Internet+transforme-t-il+la+fa%C3%A7on+dont+on+pense%22 > (consulté le 2 décembre 2010). Ces articles s’appuyaient sur la grande question annuelle posée par la revue américaine The Edge : “How is the Internet changing the way you think ?” et à laquelle quelques 170 experts, scientifiques, artistes et penseurs ont répondu : < http://www.edge.org/q2010/q10_print.html > (consulté le 2 décembre 2010).

13 Nous empruntons à Chartier et Hébrard (2000) la présentation de l’explication de textes mise en place par Lanson. Il n’est pas rappelé à chaque citation le nom des auteurs pour faciliter la lecture.

14 Dans différents domaines, comme par exemple Denecker et Kolmayer (2006), chercheures en sciences de l’information.

15 Cf. les références bibliographiques à la fin de ce chapitre.

16 Dinet, Rouet & Passerault (1998). Les nouveaux outils de recherche documentaire sont-ils compatibles avec les stratégies cognitives des élèves ? Quatrième colloque hypermédias et apprentissage.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search