Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 3. Bibliothèques

Chapitre 12. Militantisme et bibliothèques populaires. L’action des fouriéristes des années 1860 aux années 1880

Bernard Desmars

Texte intégral

  • 1 La plupart des fouriéristes cités dans cette contribution font l’objet d’une notice dans le Diction (...)

1Lors du banquet du 7 avril 1867, organisé pour célébrer l’anniversaire de la naissance de Fourier, Jules Duval prononce un discours dans lequel il fait l’éloge de la coopération1 :

Au Ralliement de tous les Groupes coopératifs dans la pratique de l’Association !

C’est un toast d’alliance et d’entente cordiale entre tous les promoteurs et coopérateurs du progrès social trop longtemps divisés par l’antagonisme dans les idées et les actes.

Mieux qu’à personne il appartient aux disciples et admirateurs de Fourier de prendre cette initiative, car ils comprennent mieux que personne la variété dans l’unité, suivant cette loi, profonde et lumineuse, du maître : la Série distribue les Harmonies.

  • 2 « Anniversaire de la naissance de Fourier », La science sociale, 16 avril 1867, reproduction du dis (...)

2Parmi ces « promoteurs et coopérateurs du progrès social » selon Duval, figurent les sociétés de crédit, les coopératives de production et de consommation, ainsi que ceux qui, « voulant s’associer à l’élan de notre siècle vers la justice dans la démocratie, inaugurent les plus louables innovations : participation des travailleurs aux bénéfices, construction de cités ouvrières et de familistères, études de palais et hôtels de famille, fondation de bibliothèques et de conférences populaires, ouverture de cours publics, ligues de l’enseignement, écrits utiles et instructifs par eux composés ou propagés »2.

  • 3 L’École sociétaire est l’organisation militante qui rassemble les disciples de Fourier à partir des (...)
  • 4 La plupart des bibliothèques populaires examinées ici sont de nature associative, parmi lesquelles (...)

3Jules Duval fait partie des fouriéristes « garantistes » ; ceux-ci ne croient plus en une transformation rapide du monde grâce à la création d’un essai phalanstérien dont le succès provoquerait la dissémination en peu de temps sur l’ensemble du globe. C’est par des transitions successives, pensent-ils, que l’on parviendra graduellement au monde harmonien. Il faut pour cela s’appuyer sur les coopératives, sur les mutuelles et sur les différentes formes d’association qui intensifient les relations entre les individus et favorisent le sens de l’intérêt commun. La bibliothèque populaire est donc l’un des éléments de cette voie garantiste. Certes, dans les périodiques fouriéristes qui paraissent dans les années 1860, 1870 et 1880, il est beaucoup plus souvent question des coopératives que des bibliothèques ; et s’il existe une stratégie explicite de certains dirigeants fouriéristes – outre Jules Duval, Jean-Baptiste Noirot, responsable de la Librairie des sciences sociales entre 1865 et 1868, ou encore Charles-Mathieu Limousin, principal rédacteur du Bulletin du mouvement social dans les années 1870 et directeur de la Revue du mouvement social entre 1880 et 1887 – pour faire de l’École sociétaire à la fois l’alliée, le guide et l’outil des associations de production et de consommation, on n’observe rien de tel pour les bibliothèques3. À défaut d’un discours général sur les bibliothèques, c’est donc au niveau individuel et à l’échelle locale qu’il faut observer la participation des fouriéristes au développement de la lecture populaire des années 1860 aux années 1880, le sens qu’ils donnent à leur action et les résultats qu’ils ont pu obtenir. Pour cela, on s’appuiera sur des matériaux propres à l’École sociétaire (presse et surtout correspondance) ainsi que sur la documentation issue de ces bibliothèques, soit une centaine de brochures comprenant les statuts, les règlements, les comptes rendus d’assemblée générale et les catalogues4.

Fondations

  • 5 Désormais, les bibliothèques des amis de l’instruction des arrondissements parisiens seront désigné (...)
  • 6 Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruct (...)
  • 7 Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, (...)

4En 1984, lors d’un colloque organisé à la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement5, Ian Frazer soulignait « le rôle joué par le socialisme dit utopique dans la propagation des institutions de lecture publique en France […]. L’époque 1861-1877 voyait donc la création à Paris de véritables institutions de culture populaire luttant pour le triomphe de l’idée coopérative, républicaine, socialiste et laïque »6. D’autres travaux sont venus confirmer la présence de disciples de Fourier parmi les fondateurs et dirigeants de plusieurs autres établissements7.

  • 8 Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction », op. cit., p. 155 (...)
  • 9 Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard… », op. cit., p. 77.

5Parmi différents exemples, on peut citer le cas de Joseph Delbrouck qui est en 1862 le « véritable fondateur » de la bibliothèque populaire de Vernon (Eure), avec le soutien du maire Napoléon Suchet, duc d’Albufera8. Dans le même département, Charles Corbeau s’appuie sur le cercle ébroïcien de la Ligue de l’enseignement qu’il a créé au début des années 1880 pour fonder une bibliothèque populaire ; celle-ci prolonge le combat qu’il a mené en faveur de l’instruction du peuple, dans les différentes fonctions qu’il a exercées (instituteur, inspecteur, directeur d’une école professionnelle) et les différents mandats qu’il a occupés (conseiller municipal, adjoint et maire d’Évreux, conseiller général de l’Eure). La création d’une bibliothèque est le plus souvent une œuvre collective même si quelques individus peuvent jouer un rôle prépondérant : la BAI-XIII est « fondée en 1875 par Cantagrel », l’un des principaux dirigeants de l’École sociétaire dans les années 1840 et directeur de la colonie de Réunion (Texas) en 1855-18569.

  • 10 Journal d’Évreux, 22 avril 1905, reproduction du discours de Tyssandier, délégué du comité de la Li (...)
  • 11 Bibliothèque populaire d’Asnières (Seine), Compte rendu de la séance de l’assemblée générale du 2 f (...)
  • 12 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Frédéric Zurcher à Henri Couturier, (...)

6La création d’une bibliothèque résulte le plus souvent de la réflexion et de l’action menées par plusieurs individus, mêlant des intentions variées et des aspirations divergentes, mais s’associant pour favoriser l’extension de la lecture populaire. Il est donc difficile d’identifier dans les statuts, les règlements ou les rapports des motivations phalanstériennes. De façon générale, il s’agit de prolonger l’instruction primaire ou les cours pour adultes par des lectures utiles ; ou encore de substituer de « saines lectures » aux « mauvais livres » ; ou de favoriser le rapprochement entre les classes sociales, comme à Évreux : Charles Corbeau a pour but « l’éducation de la classe ouvrière, mais le bourgeois [peut] également profiter de cette fondation »10. À Asnières, les membres du comité précisent ce qu’ils entendent par « instruction du peuple » : « nous la voulons gratuite, obligatoire et laïque ; nous voulons que chaque citoyen ait la part de la lumière que la Société lui doit »11. Il faut cependant noter la propension des fouriéristes à inscrire localement la bibliothèque parmi d’autres réalisations, de nature économique : à Toulon, les anciens officiers de marine Élie Margollé et Frédéric Zurcher ont contribué à la fondation d’une bibliothèque populaire, mais aussi d’un « fourneau économique » afin d’améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens les plus pauvres12.

  • 13 Charles Robert, Biographie d’un homme utile. Leclaire, peintre en bâtiments, Paris, Imprimerie Coll (...)
  • 14 Ibid., p. 9.
  • 15 Archives départementales du Val-d’Oise, 4 O 4688, délibération du conseil municipal d’Herblay, 17 m (...)

7Cette insertion de la bibliothèque dans un ensemble plus vaste s’observe plus nettement chez certains (co-)fondateurs fouriéristes qui détiennent une position sociale ou une situation administrative favorisées. Jean Leclaire a quitté l’école de son village natal (Aisy-sur-Armaçon, Yonne) à l’âge de 10 ans, sachant « tout au plus lire et écrire » d’après son biographe et ami Charles Robert13. Alors qu’il a 17 ans, il rejoint Paris et prend conscience de son handicap culturel. « Doué de facultés exceptionnelles, il comprend qu’il faut les cultiver pour les rendre fécondes. Il emprunte des livres à son patron, il en achète, il veut s’instruire, s’affranchir des entraves de l’ignorance »14. Il adhère à la théorie sociétaire probablement au début des années 1840. En 1850, il publie un ouvrage dans lequel il propose diverses solutions pour lutter contre la misère. Comme nombre de ses condisciples, il privilégie le niveau local et énumère les établissements et les services que devrait posséder chaque commune afin d’améliorer les conditions d’existence des habitants : à côté « des associations agricoles et industrielles », de la crèche, de la salle d’asile et de l’école, ou encore de la société de secours mutuels, du lavoir et des bains, il prévoit la formation d’une bibliothèque accessible aux milieux populaires. En 1864, probablement influencé par la création des premières bibliothèques des amis de l’instruction et par la Société Franklin, dont il est membre et dont Charles Robert est l’un des plus actifs dirigeants, il crée une bibliothèque dans sa société de peinture qui emploie plusieurs centaines de salariés à Paris. Puis, s’étant mis en retrait de la direction effective de son entreprise, il s’établit à Herblay (Seine-et-Oise), commune dont il est élu conseiller municipal, puis nommé maire en 1865. À ce poste, il s’efforce de développer l’équipement scolaire, d’améliorer l’hygiène et de promouvoir le développement agricole sur une base associative. Il crée aussi une « bibliothèque scolaire communale » qui ouvre en 1866. Il en préside le conseil d’administration et lui lègue 1 000 francs quand il meurt en 187215.

  • 16 Sur la Société de Beauregard : outre la notice d’Henri Couturier dans le Dictionnaire biographique (...)
  • 17 L’économiste français, 7 septembre 1865, compte rendu de l’assemblée générale des actionnaires avec (...)
  • 18 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Hector Fleury, 25  (...)
  • 19 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Jean Macé, 12 janv (...)

8À Vienne (Isère), la création d’une bibliothèque s’inscrit également dans un projet de transformation sociale au niveau local. Henri Couturier occupe aussi une position de notable dans la ville et ses environs. Fils d’un ancien maire et ancien député, il est lui-même conseiller municipal et conseiller d’arrondissement sous le Second Empire, conseiller général, député puis sénateur sous la Troisième République. Il est aussi à la tête à partir de 1852 de la Société agricole et industrielle de Beauregard ; cette association d’inspiration très nettement fouriériste réunit des activités artisanales, commerciales et industrielles, ainsi qu’une « maison de santé et de sevrage », une école et une société musicale, l’ensemble devant très progressivement évoluer vers « l’Association intégrale » telle que l’a décrite Fourier16. Lors de l’assemblée générale des actionnaires de 1865, les administrateurs annoncent l’établissement prochain d’une bibliothèque17. Celle-ci ouvre effectivement en janvier 1866, À l’un des actionnaires, Fleury, qui a décidé de renoncer à ses dividendes au profit de la maison de sevrage et de la bibliothèque, Couturier explique : « vous avez bien compris que notre maison d’enfants et notre bibliothèque naissante présentent un intérêt tout particulier au milieu de nos actes commerciaux et méritaient un appui spécial. C’est là en effet que, nonobstant les apparences, est la partie la plus importante de notre œuvre, celle qui justifie la peine que nous y prenons les uns et les autres, et qui est destinée à un temps donné à prendre le premier rang »18. C’est « une bibliothèque toute destinée à une grande famille d’ouvriers, à qui l’association procurera les satisfactions intellectuelles et le luxe de livres leur appartenant »19.

Administration

  • 20 Bibliothèque populaire d’Asnières (Seine), Compte rendu de la séance de l’assemblée générale du 2 f (...)
  • 21 BAI-III, Exercice 1861-1862. Historique. Compte rendu financier. – Statuts. – Liste des donateurs, (...)
  • 22 BAI-XIV, Exercices 1871-1872 et 1er trimestre 1873. Composition des comités. – Historique. – Compte (...)
  • 23 BAI-XIV, Exercice du 1er avril 1873 au 30 juin 1875 – Assemblée générale du 29 juillet 1875 – Compo (...)

9Les bibliothèques publient des rapports et des comptes rendus d’activité qui permettent de repérer des fouriéristes parmi les comités et conseils qui en assurent la gestion. Celle d’Asnières, créée en 1871, est présidée en 1873 par Charles Fauvety, compagnon de route de l’École sociétaire dont la Librairie des sciences sociales publie de 1866 à 1870 le mensuel Solidarité. Parmi ses administrateurs figure le fouriériste et professeur de musique Cyprien Spiess20. Son condisciple, l’artisan Erbs, siège au conseil d’administration de la BAI-III dès sa fondation, puis est chargé de la comptabilité de la société en 186721. Mais c’est dans l’administration de la BAI-XIV que les fouriéristes sont les plus nombreux. Cette bibliothèque est fondée dans l’été 1871 par des officiers de la garde nationale. Lors du premier exercice, Charles-Mathieu Limousin est l’un des administrateurs-adjoints, tandis que son beau-père l’ouvrier typographe et publiciste Henri-Charles Leneveux, préside le « comité consultatif et des études » ; cet ancien buchézien et directeur du journal L’atelier (1840-1850), est largement rallié au fouriérisme dans les années 1870 ; il collabore au Bulletin du mouvement social (1872-1879)22. En 1875, Limousin n’est plus administrateur-adjoint, mais Leneveux est entré au conseil d’administration où il siège au côté d’Eugène Tallon, gérant de la Librairie des sciences sociales, tandis que Pellarin, le biographe de Fourier et président de la société exploitant la librairie, appartient au « comité consultatif et des études » de la bibliothèque23. Quelques années plus tard, en 1878, Pellarin est vice-président du conseil d’administration, tandis que Leneveux et Eugène Tallon font partie du « comité consultatif et d’études ».

  • 24 Sur ces différentes associations et leur activité en faveur des bibliothèques populaires : Arlette (...)
  • 25 Louis Auguste Grosjean, « Les bibliothèques du département de la Meuse », Bulletin de la Société Fr (...)
  • 26 Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement et la République, des origines à 1914, thèse de doctor (...)

10La participation au développement de la lecture populaire passe aussi par l’adhésion à des associations encourageant la création de bibliothèques, telles la Société Franklin (fondée en 1862), la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin (1863) et la Ligue de l’enseignement (1866)24. Leclaire, on l’a signalé, est membre de la première, tout comme l’ancien capitaine d’artillerie Louis-Auguste Grosjean, par ailleurs fondateur d’une bibliothèque dans sa commune de Laheycourt (Meuse)25. La Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin fondée en 1863 comprend plusieurs Alsaciens ayant appartenu au mouvement fouriériste avec lequel ils gardent des relations même s’ils se montrent moins actifs (Jean Macé, Ignace Chauffour, Frédéric Engel-Dolfus, Auguste Scheurer-Rott) ; la société est notamment soutenue par des journalistes parisiens, dont les fouriéristes Jules Duval, Jean-Augustin Barral et Victor Meunier (ces deux derniers respectivement directeurs du Journal d’agriculture pratique et du Courrier des sciences et de l’industrie), ainsi que par Charles Sauvestre, rédacteur à L’opinion nationale et ardent militant de l’instruction populaire. Quant à la présence des fouriéristes dans la Ligue de l’enseignement, dont l’un des objectifs est la création de bibliothèques populaires, elle a déjà été amplement établie par Jean-Paul Martin et Pierre-Emmanuel Raffi26.

Orientation

11Certains catalogues ainsi que des comptes rendus d’assemblée générale contiennent des informations sur l’origine des ouvrages. Ceux-ci sont pour une part achetés et pour une autre part donnés : par des éditeurs (notamment Hachette et Hetzel) ; par l’État – en particulier le ministère de l’Instruction publique – et les autorités locales – certains conseils généraux font ainsi don des procès-verbaux imprimés de leurs rapports et de leurs délibérations – ; par les associations signalées plus haut qui s’efforcent de diffuser la lecture en milieu populaire ; par les auteurs d’ailleurs fréquemment sollicités par les comités de bibliothèques ; et enfin par des particuliers qui prennent dans leur collection personnelle pour enrichir la bibliothèque populaire, à moins qu’ils n’en profitent pour faire de la place dans leurs propres rayonnages. Dans certains cas, on dispose seulement du nom des donateurs, sans savoir quels livres ils ont cédés ; c’est le cas de la BAI-XIV, où l’on retrouve Leneveux, Pellarin et Tallon sur la liste des généreux donateurs.

  • 27 Institut français catholique, fonds Georges Goyau, carton Macé n° 2, lettre du 2 mars 1867 de Josep (...)
  • 28 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Jean Macé, 12 janv (...)
  • 29 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Jules Duval à Henri Couturier, 24 m (...)
  • 30 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Frédéric Zurcher à Henri Couturier, (...)

12Les informations sur les dons permettent parfois d’observer la mobilisation du réseau fouriériste afin d’obtenir des conseils ou de contribuer à la constitution du fonds de livres. Delbrouck demande en 1867 l’envoi « d’un ou deux exemplaires [du Bulletin de la Ligue de l’enseignement] à la bibliothèque populaire que nous avons fondée à Vernon »27. Couturier, pour organiser la bibliothèque de la Société de Beauregard, reçoit du même Macé des « brochures sur les bibliothèques communales »28. Il obtient également de Jules Duval les quatre volumes rassemblant les numéros déjà parus de L’économiste français29. La même bibliothèque bénéficie de dons en livres d’au moins deux autres fouriéristes, Frédéric Zurcher et Élie Margollé30.

  • 31 Bibliothèque populaire de Toulon, Catalogue, Toulon, Imprimerie J. Laurent, 1864.

13Zurcher et Margollé, on l’a dit, contribuent à la fondation de la bibliothèque populaire de Toulon. Ils apportent eux-mêmes de nombreux ouvrages au nouvel établissement (48 pour le premier, 44 pour le second)31. Outre les livres qu’ils ont eux-mêmes rédigés, ils donnent des volumes appartenant à des genres très divers : l’histoire, la géographie, les sciences, la littérature, etc. Sans doute est-ce grâce à eux également que Charles Richard et Jules Duval, dont le périodique L’économiste français accueille des articles de Zurcher, envoient plusieurs de leurs livres (Origine et fin des mondes pour le premier ; Tableau de l’Algérie et Gheel ou une colonie d’aliénés pour le second).

  • 32 Bibliothèque du Cercle châtelleraudais de la Ligue de l’enseignement, Catalogue 2 – avril 1872, Châ (...)

14Le don de livres a aussi pour but de mettre à la disposition des lecteurs des ouvrages d’inspiration fouriériste. À propos de la BAI-XIV, on peut mettre en relation la présence parmi les donateurs de Pellarin et Tallon, tous les deux liés à la Librairie des sciences sociales, et la relative richesse de cet établissement en livres de Fourier. À Châtellerault, les quatre livres exposant la théorie sociétaire (Nouveau monde industriel et sociétaire de Fourier, Solidarité de Renaud, L’Association de Barat et De l’Association des ouvriers aux bénéfices du patron de Le Rousseau) proviennent d’un don de Louis Isidore Granday, un disciple encore actif de Fourier32.

  • 33 Voir la contribution d’Agnès Sandras, dans ce volume.
  • 34 Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64), lettre de Jean-Baptiste Gu (...)
  • 35 BAI-XIV, Exercices 1871-1872 et 1er trimestre 1873. Composition des comités. – Historique. – Compte (...)
  • 36 BAI-XIV, Exercice du 1er avril 1873 au 30 juin 1875. – Assemblée générale du 29 juin 1875 – Composi (...)

15Cette volonté d’utiliser la bibliothèque comme un outil de propagation du fouriérisme peut également être observée à Saint-Étienne33 ou encore à Marseille. Dans cette ville, Jean-Baptiste Guizou ajoute à son don de livres un « cours de science sociale »34. Certaines bibliothèques organisent en effet des cours du soir et des conférences dans leurs locaux. Pellarin assure « trois leçons […] sur l’association » pendant les premiers mois de 187335 ; puis, quelques mois plus tard, il fait une conférence sur « l’association et l’École sociétaire », tandis que Limousin prend pour sujet « Les syndicats et les corporations »36.

Fourier dans les catalogues

  • 37 Ces catalogues ont été pour la plus grande partie examinés à la BnF, et pour les autres dans divers (...)
  • 38 BAI- XII, Statuts et catalogues, Paris, 1878.
  • 39 BAI-III, Catalogue, Vouziers, Typographie et lithographie de Frédérick Defrène, s.d.

16Les dirigeants d’une bibliothèque, en même temps qu’ils ouvrent leur établissement, ou sinon peu de temps après, font paraître un catalogue présentant le contenu de leur fonds. Ce sont ces documents qui permettent d’analyser la place du fouriérisme et des fouriéristes dans les collections des bibliothèques populaires. Soixante-seize catalogues ont été dépouillés, ce qui, en tenant compte des suppléments et des rééditions, représente 57 bibliothèques populaires, dont douze parisiennes37. Ces brochures ont été intégralement dépouillées. Certes, les ouvrages concernant le socialisme se trouvent pour la plupart dans des sections intitulées « Économie politique », « Philosophie et morale », « Sciences morales et politiques » ; cependant, les auteurs du catalogue de la BAI-XII placent Voyage en Icarie d’Étienne Cabet dans la catégorie « Géographie et voyages »38 ; quant au Manuel du spéculateur de Proudhon, on le trouve dans la catégorie « Commerce, comptabilité » dans le catalogue de la BAI-III paru en 187539 ! De façon surprenante également, Fourier est placé dans la section « Philosophie » tandis que Proudhon est en « Économie politique » dans le catalogue de la BAI-XII (édition de 1885).

17Si l’on examine la place des auteurs socialistes dans les catalogues des bibliothèques populaires, elle est modeste. Elle est en tout cas inférieure à celle occupée par des économistes libéraux des deux premiers tiers du XIXe siècle (Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat, Adolphe Blanqui, Louis Reybaud, etc.). Parmi les théoriciens socialistes, le plus présent est Louis Blanc, que l’on trouve dans 22 des 57 bibliothèques étudiées ; cependant, il s’agit le plus souvent d’études historiques même si elles ont aussi une dimension politique (Histoire de la Révolution française ; Histoire de dix ans ; Histoire de la Révolution de 1849) ; seules deux bibliothèques possèdent l’Organisation du travail. De même, Buchez ne figure dans les catalogues que pour son Histoire de la formation de la nationalité française, avec ses deux tomes consacrés, l’un aux Mérovingiens, l’autre aux Carolingiens.

18Si l’analyse porte plus précisément sur les ouvrages exposant la pensée d’un auteur socialiste, c’est Proudhon qui est le mieux représenté. On peut le lire dans 19 bibliothèques, avec au total 64 volumes, contre seulement 8 bibliothèques et 17 volumes pour Charles Fourier. Étienne Cabet n’apparaît que dans deux bibliothèques (avec le Voyage en Icarie pour l’une, ce même ouvrage accompagné de l’Histoire populaire de la Révolution française et de l’Histoire de 1830 pour l’autre). Leroux et Saint-Simon sont à peine plus présents, avec trois mentions chacun. Karl Marx et Le capital n’apparaissent qu’une seule fois, dans le catalogue de la BAI-XIII de 1882.

19Les titres de Fourier que l’on trouve le plus fréquemment sont Le nouveau monde industriel et sociétaire (fautivement intitulé Le vieux monde industriel et sociétaire dans le catalogue de la BAI-XIV publié en 1877) et L’harmonie universelle et le phalanstère, un ouvrage en deux volumes constitué d’extraits des œuvres de Fourier et publié par la Librairie phalanstérienne en 1849.

  • 40 « Le premier disciple », Just Muiron, n’apparaît qu’une fois dans les catalogues utilisés, pour Les (...)

20Mais l’École sociétaire a dès les années 1830-1840 publié des brochures exposant la théorie phalanstérienne de façon plus concise et plus simple que Fourier. Ceux de ces ouvrages qui ne bénéficient pas de réédition sous le Second Empire ou la Troisième République ne sont présents que dans une ou deux bibliothèques : une pour Fourier et son système (1838) de Zoé Gatti du Gamond ; deux pour Le fou du Palais Royal (1841 et 1846) de François Cantagrel, mais aussi pour Notions élémentaires de la science sociale de Fourier (1844 et 1846) d’Henri Dameth et pour Visite au phalanstère de Mathieu Briancourt40. De même, Victor Considerant, malgré son importante production imprimée sous la monarchie de Juillet et la Deuxième République, n’est présent que dans quatre bibliothèques : deux possèdent Le socialisme devant le vieux monde (1848), les deux autres ont dans leurs rayonnages Destinée sociale paru en plusieurs volumes sous la monarchie de Juillet ; l’une de ces dernières a en plus une Exposition abrégée du système phalanstérien (1841) et Description du phalanstère (1848).

21À la différence des ouvrages précédents, Solidarité d’Hippolyte Renaud, paru pour la première fois en 1842, bénéficie de plusieurs rééditions après la Deuxième République, dont celles de 1866, 1869 et 1877. Il est présent dans cinq bibliothèques, tout comme la biographie de Fourier par Pellarin, rééditée en 1871, avec deux chapitres supplémentaires, une nouvelle préface et un portrait du Maître.

22La réorganisation du mouvement fouriériste au milieu des années 1860 s’est en effet traduite par un travail de publication, principalement – mais pas exclusivement – au sein de la Librairie des sciences sociales. Ainsi, François Barrier, qui a dirigé et largement financé la reconstitution de l’École publie en 1870 un Catéchisme du socialisme libéral et rationnel, qui, procédant par question-réponse, veut faciliter l’accès à la théorie phalanstérienne. Cet ouvrage n’apparaît que dans une seule bibliothèque, la BAI-XIV où l’on trouve aussi les Principes de sociologie du même auteur, œuvre beaucoup plus ambitieuse s’efforçant en deux épais volumes de fonder la théorie sociétaire à l’aune des sciences les plus établies et des découvertes les plus récentes. De son côté, Étienne Barat publie L’Association, son emploi rationnel, suivi de l’appropriation sociale au point de vue de la terre (1867) présente dans quatre catalogues.

23Les grèves du printemps 1870 et surtout la Commune de Paris amènent certains fouriéristes à considérer que la théorie sociétaire est plus que jamais d’actualité et qu’elle seule peut empêcher les affrontements violents qui menacent les sociétés occidentales. Aussi, paraissent de nouveaux textes que l’on trouve dans certaines bibliothèques populaires. Julien Le Rousseau propose en 1870 De l’Association de l’ouvrier aux bénéfices du patron (cinq bibliothèques).Victor Poupin, proche des fouriéristes et directeur de la « Bibliothèque démocratique », une collection destinée à un public populaire, fait paraître des extraits des œuvres de Fourier dans L’Association et le travail attrayant, que deux des catalogues étudiés mentionnent. Il publie aussi en 1874 trois ouvrages de Jean-Baptiste-André Godin, La souveraineté et les droits du peuple, La Richesse au service du peuple et Les socialistes et les droits du travail, les deux derniers reprenant des chapitres du principal ouvrage du fondateur du Familistère, Solutions sociales (1871). Godin est présent dans cinq bibliothèques. Peu après, Charles Pellarin propose une analyse fouriériste de La question du travail (1876 et 1878), disponible dans trois bibliothèques.

24Au total, 18 catalogues (sur 57) mentionnent au moins un ouvrage de Fourier ou de l’un de ses disciples exposant de façon plus ou moins complète la théorie sociétaire. Les bibliothèques d’Asnières et la BAI-XIV sont les mieux pourvues, suivies par la BAI-XIII. Ces trois bibliothèques, on l’a vu, bénéficient de la contribution de fouriéristes, soit pour leur administration, soit pour la constitution de leur collection.

25Cependant, ces auteurs ne sont pas les seuls disciples dont les noms sont mentionnés dans les catalogues des bibliothèques populaires. Celles-ci comprennent de nombreux textes rédigés par des fouriéristes, mais qui ne concernent pas directement la théorie sociétaire. Plusieurs situations peuvent être distinguées. Tout d’abord, certains disciples de Fourier écrivent des ouvrages qui ne traitent pas du tout des problèmes sociaux ; leur public et les responsables des bibliothèques peuvent très bien ignorer leurs convictions phalanstériennes. Ainsi, les disciples de Fourier dont les noms sont le plus souvent mentionnés dans les catalogues sont Frédéric Zurcher et Élie Margollé qui, des années 1860 aux années 1880, écrivent, généralement ensemble, parfois séparément, de nombreuses œuvres de vulgarisation scientifique publiées le plus souvent chez Hachette dans la Bibliothèque des merveilles. Les fréquentes rééditions témoignent de leur succès. Leurs ouvrages sur les météores, les tempêtes, les glaciers, les cyclones, etc. sont présents dans 45 des 57 bibliothèques étudiées, avec en moyenne entre six et sept volumes par bibliothèque. Jean-Augustin Barral, directeur du Journal d’agriculture pratique, puis du Journal d’agriculture, est aussi très présent dans les bibliothèques populaires, mais pour des rapports sur les expositions universelles et les comices agricoles, et pour des brochures et traités agronomiques.

26Dans d’autres cas, une partie de l’œuvre peut se rapporter, de façon plus ou moins explicite, aux idées phalanstériennes. Eugène Bonnemère connu pour ses études historiques (Histoire des paysans, Histoire des Camisards, Histoire de la Jacquerie, Les paysans sous Louis XIV, etc.), publie en 1871 La commune agricole ; il y fait l’éloge de l’association agricole en des termes et avec des arguments repris de Fourier dont le nom est cependant absent du texte. Jules Duval est présent dans 26 des 57 catalogues dépouillés pour des études sur l’économie, la démographie, la géographie, la colonisation et l’Algérie, dont il est devenu un spécialiste réputé ; cet ancien rédacteur de La démocratie pacifique, et ancien sous-directeur de la ferme sociétaire de l’Union agricole d’Afrique, près d’Oran, s’inscrit aussi dans l’héritage de Fourier quand il fait la promotion des coopératives vers la fin des années 1860.

  • 41 Catherine Glaser, « Journalisme et critique scientifiques : l’exemple de Victor Meunier », Romantis (...)

27Victor Meunier, comme Zurcher et Margollé, souhaite propager les connaissances scientifiques ; ses études sont présentes dans 27 bibliothèques. Mais, dans ses ouvrages comme dans ses articles, il pratique « un journalisme scientifique militant, qui confond […] dans un même engagement diffusion des sciences et lutte sociale »41. Même s’il ne produit pas de traité sur la théorie sociétaire, certains de ses textes – par exemple Science et démocratie – sont influencés par ses convictions républicaines et socialistes. De même, certaines conceptions fouriéristes de l’éducation se retrouvent dans les ouvrages de Marie Pape-Carpantier dont disposent douze bibliothèques.

28Alphonse Toussenel – dont, il faut le noter, le sulfureux Les Juifs rois de l’époque est absent des catalogues consultés –, reprend différents principes fouriéristes – le système des passions, la méthode analogique dans L’esprit des bêtes, un essai de « zoologie passionnelle » publié pour la première fois en 1847, mais régulièrement réédité jusqu’aux années 1870, et présent dans 14 bibliothèques populaires.

29Enfin, certains, tout en restant attachés à leurs convictions fouriéristes, sont présents dans les bibliothèques pour d’autres combats : Charles Sauvestre et André-Saturnin Morin sont des adversaires acharnés du cléricalisme catholique, contre lequel ils écrivent de nombreux textes que l’on trouve surtout dans les catalogues qui paraissent à partir de 1877, soit quand la victoire républicaine aux élections législatives met fin à la politique d’Ordre moral du maréchal Mac-Mahon.

30Dans le discours cité au début de cette contribution, Jules Duval exhorte ses amis à s’investir dans différents domaines, dont les bibliothèques populaires ; il affirme aussi que ses condisciples sont les mieux placés pour réunir et coordonner les différents acteurs du progrès social. Vingt ans plus tard, en 1887, quand la Revue du mouvement social cesse de paraître, et alors que la société exploitant la Librairie des sciences sociales a été dissoute depuis trois ans, quel bilan peut-on faire ? Des fouriéristes ont effectivement contribué à la création et à la gestion des bibliothèques, et donc de façon générale au développement de la lecture populaire, même s’il est difficile de tous les repérer et d’évaluer l’ampleur de leur rôle. Ils ont parfois essayé de faire de ces lieux des instruments de propagation fouriériste, en y plaçant des livres exposant la théorie sociétaire et en y faisant des conférences présentant l’idée et le mouvement phalanstériens. Cependant, leur influence s’affaiblit peu à peu, en relation avec le déclin de l’École sociétaire et le décès de certains de ses principaux acteurs (Pellarin et Tallon en 1883). Et si, au milieu des années 1880, de nombreux livres rédigés par des disciples de Fourier sont présents dans les rayonnages des bibliothèques populaires, ce sont le plus souvent des ouvrages qui, s’ils concernent les progrès économiques et les progrès scientifiques, sont très éloignés de la théorie de Fourier.

Notes

1 La plupart des fouriéristes cités dans cette contribution font l’objet d’une notice dans le Dictionnaire biographique du fouriérisme (en ligne sur le site de l’Association d’études fouriéristes < http://www.charlesfourier.fr/ >).

2 « Anniversaire de la naissance de Fourier », La science sociale, 16 avril 1867, reproduction du discours de Jules Duval, p. 39-41.

3 L’École sociétaire est l’organisation militante qui rassemble les disciples de Fourier à partir des années 1830. Très fortement affaiblie dans les années 1850, elle est réorganisée dans les années 1860 avant de décliner dans les deux décennies suivantes. Voir Bernard Desmars, Militants de l’utopie. Les fouriéristes dans la seconde moitié du XIXe siècle, Dijon, Les presses du réel, 2010.

4 La plupart des bibliothèques populaires examinées ici sont de nature associative, parmi lesquelles les Bibliothèques des amis de l’instruction et celles créées par des cercles de la Ligue de l’enseignement. Quelques « bibliothèques populaires communales » ont aussi été intégrées dans l’étude. Certaines bibliothèques passent d’ailleurs d’un statut à l’autre pendant la période envisagée. Sur les bibliothèques populaires, voir Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014 ; Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires, Paris, L’Harmattan, 2016, 213 p. (le livre est issu d’une thèse soutenue en 1984).

5 Désormais, les bibliothèques des amis de l’instruction des arrondissements parisiens seront désignées dans le texte de la façon suivante : BAI-III pour celle du 3e arrondissement ; BAI-XIV pour celle du 14e arrondissement, etc.

6 Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle. La Bibliothèque des amis de l’instruction (Actes du colloque tenu le 10 novembre 1984, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges Guillaume Kerourédan), Paris, Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement, 1985 (version, relue et corrigée par Élise Fraysse et Agnès Sandras, mise en ligne sur < http://www.bai.asso.fr/ >, p. 78-79). Du même auteur, « Socialisme et lecture. La fondation des bibliothèques populaires (1861-1877) », in Les sauvages dans la cité. Auto-émancipation du peuple et instruction des prolétaires au XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1985, p. 67-74. Dans ces deux textes, Ian Frazer met en valeur le rôle de Jean-Baptiste Girard, un ouvrier lithographe qui contribue à la création de plusieurs bibliothèques, à Paris et en province ; cet ouvrier typographe, très actif en 1848, fréquente des disciples de Fourier de Delbrouck ; mais son associationnisme ne peut être identifié à un courant socialiste précis.

7 Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province », in Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op. cit., p. 143-168 (voir aussi sa contribution dans ce volume) ; Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », in Carole Cristen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 141-151.

8 Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction », op. cit., p. 155-156.

9 Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard… », op. cit., p. 77.

10 Journal d’Évreux, 22 avril 1905, reproduction du discours de Tyssandier, délégué du comité de la Ligue ébroïcienne, lors des obsèques de Corbeau.

11 Bibliothèque populaire d’Asnières (Seine), Compte rendu de la séance de l’assemblée générale du 2 février 1873, Paris, Imprimerie de A. Parent, 1873, p. 4.

12 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Frédéric Zurcher à Henri Couturier, 17 septembre 1865.

13 Charles Robert, Biographie d’un homme utile. Leclaire, peintre en bâtiments, Paris, Imprimerie Collet, 1878, p. 8.

14 Ibid., p. 9.

15 Archives départementales du Val-d’Oise, 4 O 4688, délibération du conseil municipal d’Herblay, 17 mai 1868 ; 4 O 31, legs de Jean Edmée Leclaire à la société de secours mutuels, à la compagnie de sapeurs-pompiers et à la bibliothèque d’Herblay ; et circulaire imprimée du conseil d’administration de la bibliothèque.

16 Sur la Société de Beauregard : outre la notice d’Henri Couturier dans le Dictionnaire biographique du fouriérisme, voir Nathalie Brémand, Les socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 135-142 ; Bernard Desmars, Militants de l’utopie, op. cit., p. 149-156.

17 L’économiste français, 7 septembre 1865, compte rendu de l’assemblée générale des actionnaires avec des extraits du rapport du conseil de surveillance.

18 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Hector Fleury, 25 novembre 1865.

19 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Jean Macé, 12 janvier 1866.

20 Bibliothèque populaire d’Asnières (Seine), Compte rendu de la séance de l’assemblée générale du 2 février 1873, Paris, Imprimerie de A. Parent, 1873, p. 2. Le vice-président est Jean-Baptiste Girard, déjà mentionné ci-dessus.

21 BAI-III, Exercice 1861-1862. Historique. Compte rendu financier. – Statuts. – Liste des donateurs, Paris, Imprimerie de J. Claye, 1862, p. 20 ; Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard… », op. cit., p. 76.

22 BAI-XIV, Exercices 1871-1872 et 1er trimestre 1873. Composition des comités. – Historique. – Comptes rendus divers. – Statuts, Vouziers, Imprimerie de Frédérick Défrène, 1873, 2e page de couverture et p. 1.

23 BAI-XIV, Exercice du 1er avril 1873 au 30 juin 1875 – Assemblée générale du 29 juillet 1875 – Composition des comités. – Historique. – Comptes rendus divers. – Statuts. – Règlements. – Moyens pratiques pour fonder une bibliothèque, Vouziers, Imprimerie de Frédérick Defrène, 1875, p. 3 ; Limousin n’est plus parmi les administrateurs-adjoints.

24 Sur ces différentes associations et leur activité en faveur des bibliothèques populaires : Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens, op. cit., p. 40-68 ; Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

25 Louis Auguste Grosjean, « Les bibliothèques du département de la Meuse », Bulletin de la Société Franklin, 15 octobre 1869, n° 16, p. 50-52. École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 1, lettres de Louis Auguste Grosjean, 18 août 1866 et 28 mars 1867.

26 Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement et la République, des origines à 1914, thèse de doctorat de l’Institut d’études politiques de Paris, 1992 ; Pierre-Emmanuel Raffi, Le temps des cercles. La Ligue de l’enseignement à Paris, 1866-1881, Paris, Cahiers de la Ligue, 1993.

27 Institut français catholique, fonds Georges Goyau, carton Macé n° 2, lettre du 2 mars 1867 de Joseph Louis Delbrouck à Jean Macé. De façon générale, les neuf cartons conservant la volumineuse correspondance reçue par Macé, en particulier dans la seconde moitié des années 1860 et dans les années 1870 comprennent de nombreuses demandes, et beaucoup de lettres de remerciements pour les envois effectués.

28 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre d’Henri Couturier à Jean Macé, 12 janvier 1866.

29 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Jules Duval à Henri Couturier, 24 mars 1866.

30 Archives départementales de l’Isère, fonds Couturier, lettre de Frédéric Zurcher à Henri Couturier, 9 mai 1866.

31 Bibliothèque populaire de Toulon, Catalogue, Toulon, Imprimerie J. Laurent, 1864.

32 Bibliothèque du Cercle châtelleraudais de la Ligue de l’enseignement, Catalogue 2 – avril 1872, Châtellerault, Typographie de Bichon frères, 1872, p. 6.

33 Voir la contribution d’Agnès Sandras, dans ce volume.

34 Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64), lettre de Jean-Baptiste Guizou à Jean-Baptiste Noirot, 12 octobre 1868.

35 BAI-XIV, Exercices 1871-1872 et 1er trimestre 1873. Composition des comités. – Historique. – Comptes rendus divers. – Statuts, Vouziers, Imprimerie de Frédérick Defrène, 1873, p. 19.

36 BAI-XIV, Exercice du 1er avril 1873 au 30 juin 1875. – Assemblée générale du 29 juin 1875 – Composition des comités. – Historique. – Comptes rendus divers. – Statuts. – Règlements. – Moyens pratiques pour fonder une bibliothèque, Vouziers, Imprimerie de Frédérick Defrène, 1875, p. 23.

37 Ces catalogues ont été pour la plus grande partie examinés à la BnF, et pour les autres dans diverses bibliothèques municipales et archives départementales. Je remercie Agnès Sandras, conservatrice à la BnF, de m’avoir facilité l’accès à cette documentation.

38 BAI- XII, Statuts et catalogues, Paris, 1878.

39 BAI-III, Catalogue, Vouziers, Typographie et lithographie de Frédérick Defrène, s.d.

40 « Le premier disciple », Just Muiron, n’apparaît qu’une fois dans les catalogues utilisés, pour Les nouvelles transactions sociales, religieuses et scientifiques, un ouvrage publié en 1832, et non pour la réédition, à compte d’auteur, de 1860 sous le titre Transactions sociales.

41 Catherine Glaser, « Journalisme et critique scientifiques : l’exemple de Victor Meunier », Romantisme, 1989, n° 65, p. 27.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search