Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 3. Bibliothèques

Chapitre 11. La bibliothèque du Familistère de Guise au XIXe siècle

Frédéric K. Panni

Texte intégral

  • 1 Voir Frédéric K. Panni, « Godin, Jean-Baptiste André », in Dictionnaire biographique du fouriérisme(...)
  • 2 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : lettre d (...)
  • 3 Le Familistère de Guise et son usine ainsi que sa succursale belge, le Familistère et l’usine de La (...)
  • 4 Nathalie Brémand, « Éducation et expérimentation sociale aux XIXe et XXe siècles : former, réformer (...)

1Le Familistère, un vaste ensemble d’habitation collective, est édifié de 1860 à 1884 dans une petite ville du département de l’Aisne pour les familles du personnel de la manufacture d’appareils de chauffage et de cuisson installée à Guise en 1846. Quelque 1 800 femmes et hommes habitent au « Palais social » en 1885. Jean-Baptiste André Godin1, l’industriel fondateur du Familistère, est un ancien ouvrier autodidacte converti à la doctrine de Charles Fourier en 1842. Il est un important soutien de l’École sociétaire après 1848 : il est l’un des gérants de la Société de colonisation européo-américaine du Texas, fondée en 1854 par Victor Considerant, et son plus généreux actionnaire. Après 1857, à la suite de l’échec de l’aventure américaine, Godin prend des distances avec les fouriéristes et se consacre à l’édification progressive, à proximité de son usine de Guise, d’un phalanstère réinterprété. En l’espace de vingt ans, l’industriel investit deux millions de francs dans les constructions. Le Familistère comprend près de 500 logements répartis dans cinq immeubles d’habitation, une remarquable crèche, quatre bâtiments d’école, un théâtre à l’italienne, une buanderie et une piscine, des salles de bains, un centre commercial et des jardins. Le Familistère est, écrit Godin en 1869, « une étude préparatoire à l’association intégrale, c’est-à-dire du capital et du travail sous leurs diverses formes et dans leurs diverses applications au bien-être d’une population ayant des intérêts domestiques communs et solidaires autant que le seront ceux de ses industries sous le régime de l’association »2. En 1880 est fondée l’Association coopérative du capital et du travail qui fait du Familistère3 la propriété collective de ses travailleurs et travailleuses. Le Palais social est une expérience d’émancipation des classes laborieuses, répète l’industriel. À bien des égards, il est un projet d’éducation populaire. Godin « se rattache ainsi à la tradition des socialistes du XIXe siècle, qui mettent la formation de l’individu au centre de leurs plans de changement social »4.

  • 5 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : conféren (...)
  • 6 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, Guise, Les Éditions du Familistère, 2010 [nouvelle é (...)

2À travers son expérience personnelle d’ouvrier de la campagne sans moyens d’instruction, Godin s’est forgé la conviction que l’éducation des classes populaires est une clé de la « question sociale ». Il considère comme un chef-d’œuvre la conception de l’éducation intégrale de Charles Fourier. Il admire l’œuvre de Jean Macé, fondateur de la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin puis de la Ligue de l’enseignement. La crèche et les écoles, mais aussi le théâtre, les cercles, les comités, les conseils, les conférences et les fêtes du Familistère sont des institutions à vocation didactique. En mars 1860 Godin tente de démontrer au personnel de la manufacture les avantages des « choses d’un usage commun » en mentionnant « les collèges, les écoles, les salles de spectacle, les bibliothèques publiques, les musées, les jardins publics, etc. »5. Mais c’est dans la société réformée, dans un milieu unitaire, qu’une bibliothèque, par exemple, est pleinement efficace : « Cette facilité des relations contribue à faire du Palais social l’habitation la plus propre à élever le niveau moral et intellectuel des populations, parce que l’enfance trouve l’école à côté de sa demeure, et parce que les commodités de la vie du Palais, enlevant à l’ouvrier le surcroît de peines que le ménage isolé comporte, lui laissent plus de loisirs pour s’initier aux faits du progrès et à ceux de la vie sociale, par la lecture des journaux et des livres qu’une bibliothèque, facile à organiser, rend accessibles à la population entière »6. Il ne suffit pas de mettre des livres à la disposition du public, il faut créer, pour les classes laborieuses, les conditions favorables à la lecture : la proximité, le temps libre, l’habitation confortable.

Une bibliothèque dans un palais

  • 7 François Bernardot, Le Familistère de Guise, Association du Capital et du Travail et son fondateur, (...)
  • 8 Jean-Baptiste André Godin, « Le Familistère de Guise », in Annuaire de l’Association pour 1867, Par (...)
  • 9 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : lettres (...)
  • 10 L’aile gauche, édifiée en 1860, est la première aile construite du Palais social, qui comprend troi (...)
  • 11 Archives de Godin SA à Guise : Registre des procès-verbaux du conseil de gérance de la Société du F (...)
  • 12 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », Le devoir, 2 octobre 1881, t. 5, n° 16 (...)

3Dans l’étude du Familistère publiée à l’occasion de l’exposition d’économie sociale de l’Exposition universelle de 18897, le coopérateur François Bernardot indique que la bibliothèque a été fondée en 1881. Elle est installée à cette date dans un local spécifique et son fonctionnement est alors réglementé. Mais une bibliothèque publique, distincte de la bibliothèque personnelle de Godin, existe au Familistère dès les débuts de l’expérience. Il en est fait mention dans l’Annuaire de l’Association pour 1867 : « Des salles de réunion, de lecture et de jeu sont à la portée de tous ; le Familistère a sa bibliothèque où chacun puise à volonté »8. Aux auteurs et autrices qui lui adressent leurs ouvrages, Godin précise que les livres offerts au Familistère rejoignent les rayons de la bibliothèque du Palais social9. Il est vraisemblable qu’avant 1881, la bibliothèque publique du Familistère occupe une partie des locaux du « casino », salle de jeux et cabinet de lecture des journaux et périodiques, qui se situe au rez-de-chaussée de l’aile gauche du Palais social10. Après que la décision a été prise, au début de l’année 1881, de fermer le casino11, la bibliothèque est installée au premier étage de l’aile gauche, dans l’ancien appartement de Jean-Baptiste André Godin12 qui vient d’emménager dans l’aile droite nouvellement construite.

  • 13 Ibid., p. 630.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 632.

4En octobre 1881, le journal du Familistère, Le devoir, publie une description des nouveaux locaux de la bibliothèque : « Un vestibule nous conduit d’abord dans la salle de lecture, l’ancien salon du fondateur, vaste pièce largement éclairée le jour par deux fenêtres et le soir par deux becs de gaz, les murs ornés de grandes cartes géographiques et dont une grande table occupe le centre. À gauche de l’entrée, une cheminée entretient pendant l’hiver une température supportable par les lecteurs. À droite dans le fond, l’entrée de la bibliothèque. C’est une chambre carrée dans laquelle deux meubles reliés entre eux par des tablettes comblant les vides contiennent environ deux mille volumes »13. Les ouvrages sont catalogués et rangés sur les rayonnages par catégorie : études sociales et politiques ; histoire, science et arts ; romans, littérature et théâtre ; poésie ; voyage ; spiritisme et magnétisme14. Un salon de conversation était attenant à la salle de lecture15.

  • 16 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 252.
  • 17 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630.
  • 18 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.
  • 19 Notice sur la Société du Familistère, [Guise], s. n., [1898], p. 91.
  • 20 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630-631.
  • 21 Ancienne maison Godin Colin & Cie, Guise (Aisne). Notice sur la Société du Familistère (association (...)

5La bibliothèque réorganisée en 1881 est un des services de l’Association coopérative du capital et du travail. Elle est administrée par le conseil du Familistère16, une émanation du conseil de gérance, qui a en charge la gouvernance de toutes les questions domestiques relatives au Palais social. Le conseil nomme un bibliothécaire, membre associé de l’association, « zélé partisan des doctrines sociales dont le Familistère est l’application pratique »17. La salle de lecture est ouverte aux femmes et hommes habitant le Palais social tous les jours de la semaine, après la journée de travail, de 19 heures 30 à 22 heures et le dimanche, jour de repos, de 15 heures à 18 heures et de 19 h 30 à 22 heures. La fermeture de la bibliothèque est avancée par la suite à 21 h 3018, puis, en 1898, à 21 heures en semaine et à 17 heures le dimanche19. Le règlement de la bibliothèque autorise le prêt à domicile des livres qui figurent sur un catalogue spécial20. L’inscription à la bibliothèque est gratuite. L’association prend en charge toutes les dépenses de son fonctionnement21.

6La bibliothèque du Familistère disparaît dans l’incendie de l’aile gauche du Palais social en août 1914, au début de la Grande Guerre. Elle est reconstituée après 1918 dans un des bâtiments scolaires à l’est du théâtre.

Les collections de la bibliothèque du Familistère

  • 22 Le devoir, 24 novembre 1878, t. 2, n° 11, p. 173.
  • 23 Ce catalogue est mentionné le 3 février 1883 dans une lettre de Godin à Pauline Dupont de l’Eure (B (...)

7La bibliothèque, « fort riche et fort variée », du Familistère comprend « de bons romans, des voyages, de nombreux volumes de science vulgarisée et une collection moins considérable mais très bien composée d’ouvrages relatifs à la science sociale », estime Le devoir en 187822. Le journal ne signale pas de fonds techniques consacrés à la formation professionnelle des hommes et des femmes du Familistère en âge de travailler. La bibliothèque est généraliste. Elle s’adresse à l’ensemble de la population du Palais social. Le catalogue manuscrit de la bibliothèque du Familistère n’a pas été conservé23 et aucune source n’éclaire la manière dont le fonds initial a été constitué. Il est possible qu’une partie des ouvrages provienne de la bibliothèque personnelle du fondateur du Familistère ou de celle de sa compagne Marie Moret.

  • 24 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630.

8Parmi les auteurs et autrices représentés sur les rayonnages de la bibliothèque en 1881, Le devoir cite les noms de Louis Blanc, Victor Schœlcher, Louis Viardot, Camille Pelletan, Jean Macé, Frédéric Passy, Jean-Baptiste André Godin, Charles Fourier, Saint-Simon, Eugène Bonnemère, Charles Fauvety, George Sand, Alexandre Dumas, Élie Berthet, Charles Dickens, Xavier Boniface Saintine, Walter Scott, Théophile Gautier, Jules Janin, Hendrik Conscience, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine, Miguel de Cervantes, Edgar Quinet, Jules Michelet, Henri Martin, Camille Flammarion, Gustave Flourens, Michael Faraday, Alfred de Musset, Émile Augier, Victorien Sardou24. Le journal met naturellement en avant, mis à part Cervantes et Walter Scott, une autrice et des auteurs contemporains dont l’œuvre est compatible avec les idées qu’il défend : républicains, réformateurs sociaux, pacifistes ou adeptes, comme Godin, du spiritisme. Certains, comme Pelletan, Macé, Passy, Fauvety, Flammarion ou Sardou sont d’ailleurs des connaissances de l’industriel. La présentation partielle du fonds de la bibliothèque par Le devoir traduit une orientation idéologique soutenue par les modalités d’enrichissement des collections.

  • 25 Le devoir, 19 janvier 1879, t. 2, n° 19, p. 302-303.
  • 26 Le devoir, 24 novembre 1878, t. 2, n° 11, p. 173.
  • 27 Le journal Le devoir (1878-1906) peut être consulté en ligne sur le site du Conservatoire numérique (...)

9Des informations sur les acquisitions de la bibliothèque sont disponibles grâce au journal fondé par Godin en 1878. Tout au long de sa parution jusqu’en 1906, l’organe du Familistère encourage les dons à la bibliothèque du Palais social et en publie la liste : « Nous rappelons à ceux de nos lecteurs qui s’intéressent à la bibliothèque du Familistère que leurs dons seront toujours reçus avec reconnaissance et qu’il en sera accusé réception dans les colonnes du Devoir. Beaucoup de nos lecteurs ont sous la main des volumes qui ont servi à leurs études et qui ne sont plus pour eux que des embarras ; nous nous permettons de leur signaler l’utile emploi qu’ils peuvent faire de ces volumes devenus inutiles pour eux »25. Le devoir crée également un bulletin bibliographique qu’il conçoit comme un moyen d’enrichissement des collections de la bibliothèque : « À l’avenir, le Devoir […] rendra compte de toute publication qui sera adressée en deux exemplaires, dont un pour la rédaction du Devoir et l’autre pour la bibliothèque de l’institution »26. Les dons des lecteurs et lectrices du Devoir semblent être, au moins jusqu’en 1881, une source importante d’enrichissement de la bibliothèque27.

10En 1879, Le devoir enregistre ainsi le don de 65 volumes, d’une dizaine de brochures et de revues en numéros isolés ou en collections. Le plus généreux donateur est le coopérateur anglais Edward Vansittart Neale, un ami de Godin, qui offre 36 volumes de littérature française à la bibliothèque, principalement des œuvres de Voltaire et de Rousseau, mais aussi de Malherbe, de Bossuet et de Boileau. Le journal accuse aussi réception des ouvrages de Hermann Schulze-Delitzsch, promoteur des banques populaires en Allemagne, envoyés par l’économiste associationniste Benjamin Rampal.

  • 28 Thomas Bouchet, Bernard Desmars, « Boissy Antoine, in Louis », Dictionnaire biographique du fouriér (...)
  • 29 « Favelier Antoine, Claude », in Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvemen (...)
  • 30 Jules Michelet, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Eugène Maron, Philippe Buonarotti, Jean Barbere (...)

11L’année 1880 est encore plus favorable pour la bibliothèque du Familistère, puisqu’elle reçoit une centaine de volumes par le biais du Devoir. Agissant au nom de la Société des Amis de la famille, une société de secours mutuel saint-simonienne, Antoine Boissy28, fabricant de cartonnages à Paris, saint-simonien et phalanstérien, fait don d’un corpus saint-simonien de 41 volumes. Un certain Favelier père, de Paris, sans doute le coopérateur Antoine Favelier29, envoie quant à lui 17 volumes d’auteurs républicains et socialistes30.

  • 31 Le devoir ne publie pas la liste des ouvrages offerts par Charles Fauvety (Le devoir, 7 août 1881, (...)

12Les acquisitions de 1881 sont toujours nombreuses. Le devoir enregistre le don de 150 volumes, dont 12131 proviennent de la bibliothèque de Charles Fauvety, philosophe progressiste, proche des saint-simoniens puis des fouriéristes, franc-maçon et spirite, que Godin appelle son « cher coreligionnaire » dans sa correspondance.

  • 32 Une trentaine en 1882, une cinquantaine en 1883, seulement une douzaine en 1888. À partir de 1889 e (...)
  • 33 Le devoir compte 461 abonnés et abonnées en 1881 (voir Nicolas Sauvé, Le devoir [1878-1888], outil (...)
  • 34 À peine une vingtaine de 1878 à 1888.
  • 35 Jenny Touzain, Marie de Besneray, Euphémie Garcin, Marie-Louise Gagneur, A. Noirot, Marie Howland.

13Après 1881, les dons de livres à la bibliothèque enregistrés chaque année par Le devoir se raréfient32, ce qu’explique sans doute sa diffusion restreinte33. Toujours est-il que le journal enrichit la bibliothèque principalement d’études sociales et d’ouvrages traitant des droits des femmes, de philosophie ou de religion. Très peu de romans sont adressés au Devoir34. Le plus souvent, il s’agit d’ailleurs d’œuvres de romancières, engagées notamment pour les droits des femmes35.

  • 36 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.

14En 1892, les collections de la bibliothèque sont ainsi décrites par François Bernardot36 :

Ouvrages de la bibliothèque utile, républicaine et socialiste 400
Romans 1 206
Histoire, science, lettres, arts, etc. 311
Philosophie, morale, religions, etc. 215
Voyages, littérature française et étrangère, classique, etc. 228
Sous-total 2 360
Journal officiel, 60 volumes 60
Plaquettes traitant de sujets divers 500
Total 2 920a
a. En 1900, la bibliothèque rassemble 2 710 volumes et 500 plaquettes (Ancienne maison Godin Colin & Cie, Guise [Aisne], op. cit., p. 91).

15Bernardot ajoute que 15 journaux et 25 revues scientifiques sont mis à la disposition des lecteurs de la bibliothèque par l'administration du Devoir.

  • 37 Voir Marie-Laure Malingre, « Le roman dans les bibliothèques populaires au dix-neuvième siècle », i (...)
  • 38 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, op. cit., p. 461.

16La littérature « sérieuse », qui comprend certainement en plusieurs exemplaires les ouvrages de Godin, n’est pas dominante. La moitié des livres de la bibliothèque sont des romans. Au Familistère et dans beaucoup d’autres bibliothèques populaires contemporaines, le plaisir de la lecture est, ainsi, accepté comme une modalité de développement intellectuel et d’accès aux connaissances utiles37. C’est donc dans le domaine des œuvres de fiction que sont réalisées les plus importantes acquisitions de livres sans le concours du Devoir. Qui fait le choix des ouvrages à acquérir ? Dans Solutions sociales, Godin mentionne, parmi les comités élus au sein de la population du Palais social, un comité de la bibliothèque38, qui n’a pas laissé de traces dans les archives. Après la réorganisation de la bibliothèque en 1881, c’est l’associé chargé des fonctions de bibliothécaire par l’Association coopérative du capital et du travail qui doit veiller à l’enrichissement des collections. Il est possible qu’il recueille les souhaits des lecteurs et des lectrices, mais aussi qu’il doive tenir compte de prescriptions énoncées ou suggérées par le conseil de gérance de l’association.

  • 39 Paris, É. Dentu, 1879 (3e éd.).
  • 40 Le devoir, 12 février 1878, t. 2, n° 12, p. 191.
  • 41 Voir Marie-Laure Malingre, « Le roman dans les bibliothèques populaires au dix-neuvième siècle », o (...)
  • 42 Marie Howland, Papa’s Own Girl, New York, John P. Jewett, 1874 ; le texte s’inspire du Familistère (...)
  • 43 Le devoir, 24 mars 1878, t. 1, n° 3, p. 34.
  • 44 Archives du Familistère de Guise : registre « Liste des abonnés au journal Le Devoir, services grat (...)

17La critique d’un roman de Jenny Touzin par Édouard Champury, le rédacteur du Devoir, montre de quelle nature peuvent être les exigences de l’association en la matière : « Nous ne comprenons pas pourquoi Madame Touzin nous adresse son roman. Le Devoir est une œuvre de régénération sociale, tandis que La Fille des étudiants39 est une production à classer dans la littérature faisandée. Nous savons bien que le goût public est tombé si bas que pour obtenir ses suffrages, il faut lui présenter des sujets de cette nature, mais cela n’excuse pas les personnes qui, douées d’un talent réel ; comme c’est le cas de MM. Flaubert, Zola, Belot et autres, ou de Madame Touzin, font un emploi regrettable des dons qu’ils ont reçus […] On n’élève pas la moralité d’un peuple en lui mettant de mauvais exemples sous les yeux. Rien ne démoralise davantage que le spectacle du vice »40. Il ne faut pas s’attendre à trouver Trois contes de Gustave Flaubert ou L’assommoir d’Émile Zola sur les étagères de la bibliothèque du Familistère ! La littérature romanesque doit être vertueuse dans le but qu’elle poursuit, mais aussi dans les moyens qu’elle emploie pour y parvenir, préoccupation partagée par les fondateurs des bibliothèques populaires au XIXe siècle41. L’exemple du bon roman est La fille de mon père de la fouriériste américaine Marie Howland42, traduit par Marie Moret et publié en feuilletons en 1878 et 1879 dans les livraisons des deux premières années de parution du Devoir : « En effet, dans cette œuvre, le récit entraîne, les épisodes se renouvellent et se précipitent avec un intérêt toujours croissant ; mais au lieu de puiser cet intérêt dans les tableaux dégradants du mal, comme le font trop souvent la plupart des romans actuels, l’ouvrage de Mme Marie Howland fait jaillir l’intérêt des sources les plus pures et les plus élevées de la pensée. C’est par les plus émouvantes scènes du bien en action qu’il séduit et captive l’attention ; c’est en découvrant les horizons sereins de l’avenir qu’il entraîne sans cesse le lecteur »43. Le journal gage que les vertus sociales peuvent être attrayantes. Force est de constater cependant qu’en publiant ce roman socialiste dans ses colonnes, Le devoir ne conquiert pas un grand nombre de lecteurs ou de lectrices au sein du Palais social : il n’existe, au plus, que 29 personnes abonnées au journal en 188144 parmi les quelque 300 familles qui habitent alors au Familistère.

La lecture au Familistère

  • 45 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253. Les années de référence corresponden (...)

18L’activité de la bibliothèque du Familistère de 1881 à 1892 est décrite par François Bernardot dans le tableau statistique suivant45 :

Dates Nombre de volumes Acquisitions et dons Nombre de lecteurs Volumes prêtés
1881-1882 1 500 170 2 495
1882-1883 1 550 50 190 3 214
1883-1884 1 610 60 210 5 259
1884-1885 1 630 40 (sic) 230 6 048
1885-1886 1 650 20 235 5 483
1886-1887 1 995 345 240 5 645
1887-1888 2 161 166 250 6 050
1888-1889 2 211 50 250 6 100
1889-1890 2 246 35 245 6 050
1890-1891 2 296 50 248 6 090
1891-1892 2 360 64 250 6 125
  • 46 En 1886, on compte 678 enfants de moins de 14 ans dans la population du Familistère qui comprend al (...)
  • 47 Les statuts de l’association sont publiés dans Jean-Baptiste André Godin, Mutualité sociale et Asso (...)
  • 48 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.
  • 49 Ibid.

19Les données sont à comparer au nombre d’habitants et habitantes du Palais social à la même période : la population du Familistère comprend 1 265 personnes en 1882 et 1 820 personnes en 1891, dont plus d’un tiers d’enfants de moins de 14 ans46. Les élèves des écoles utilisent la bibliothèque scolaire de 150 volumes, séparée de la bibliothèque de l’aile gauche du palais vers 1885. Pendant la période considérée par François Bernardot, environ 20 % des hommes et des femmes de plus de 14 ans qui habitent le Palais social fréquentent la bibliothèque. Le nombre moyen de livres prêtés par lecteur est de 17 en 1882-1883, passe à 25 l’année suivante et reste stable ensuite. La bibliothèque semble trouver son public. Il est vrai que la population du Palais social est destinée à former l’élite de l’association, dont une partie seulement des travailleurs et des travailleuses habitent au Familistère. Dès les commencements de l’expérience en 1860, les familles du Palais social sont tenues de scolariser (gratuitement) leurs enfants dans les écoles du Familistère. À partir de 1880, les statuts de l’Association coopérative du capital et du travail47 font obligation aux prétendants ou prétendantes à la catégorie sociale la plus élevée, celle des associés et associées, de savoir lire et écrire. Ils et elles doivent statutairement résider au Palais social. Ainsi, le Familistère est peuplé par les familles du personnel le plus instruit. « Presque tous les habitants sont abonnés aux journaux et aux publications littéraires »48, indique François Bernardot en 1893. Il observe que les hommes et les femmes de 15 à 30 ans sont ceux et celles qui fréquentent la bibliothèque avec le plus d’assiduité. La remarque est intéressante. La deuxième génération de Familistériens et de Familistériennes a été majoritairement éduquée au sein du Palais social. La fréquentation de la bibliothèque est un habitus pour ces jeunes gens. Selon François Bernardot, « les romans sont le plus demandés, puis viennent les voyages, l’histoire, le Magasin pittoresque dont la bibliothèque possède la collection entière, les sciences, la littérature, etc. »49. De toute évidence, la bibliothèque du Familistère favorise une lecture d’agrément.

  • 50 La photographie fait partie d’un album de vues du Familistère qui a appartenu au coopérateur August (...)
  • 51 D. F. P. [Émilie Dallet, Auguste Fabre, Jules Prudhommeaux], Le Familistère illustré. Résultat de v (...)
  • 52 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, op. cit., p. 461.

20Une scène photographiée pour l’Exposition universelle de 1900 offre une parfaite représentation du rôle que l’administration de l’association fait tenir à la bibliothèque dans la formation de la population du Familistère. La photographie50 montre une chambre à coucher d’un logement de l’aile droite du Palais social, habité par une famille d’ouvriers mouleurs de la manufacture. Sur les murs tendus de papier peint à motif de fleurs, sont accrochées diverses gravures, dont un grand portait encadré ; des bibelots et des portraits photographiés sont disposés sur la commode, au pied du lit ; une plante verte en pot occupe le centre de la petite table rectangulaire, recouverte d’une nappe, au milieu de la pièce. Près de la fenêtre pourvue de voilages et de rideaux, et par laquelle une lumière abondante se répand dans la chambre, est assise une jeune fille plongée dans la lecture d’un livre relié. Titulaire du certificat d’études, elle est élève du cours complémentaire des écoles du Familistère, nous apprend la brochure51 dans laquelle la photographie est publiée. Elle est l’image du bonheur domestique populaire selon Godin : l’amélioration des conditions matérielles d’existence des classes laborieuses est le support de la transformation sociale. « Au Familistère, la bougie stéarique et les lampes perfectionnées servent à l’éclairage de l’intérieur des habitations ; la famille et les amis trouvent autour de la table la lumière nécessaire pour que chacun puisse se livrer à des occupations sérieuses pendant les soirées d’hiver ; aussi la lecture y est-elle passée en habitude, et les bons auteurs, que la bibliothèque du palais renferme, élèvent au Familistère le niveau intellectuel et moral des esprits. »52

  • 53 Le prosélytisme des doctrines de réforme sociale dans l’éducation populaire fait débat parmi les fo (...)
  • 54 Voir L’album du Familistère, op. cit., p. 390-402.
  • 55 Archives du Familistère de Guise : lettre de Marie Moret à Auguste Fabre, 31 mars 1889.

21À en croire les propagandistes de l’Association coopérative du capital et du travail, la bibliothèque du Familistère participe avec succès à l’éducation de sa population. Elle n’atteint toutefois qu’imparfaitement le but prosélyte qu’ils lui assignent plus ou moins explicitement53. Le plaisir de la lecture des romans ne conduit apparemment pas les hommes et les femmes du Palais social à s’emparer des ouvrages de science sociale. Les associés et les associées ne s’engagent pas sur le plan intellectuel dans l’expérience coopérative socialiste. Godin le regrette amèrement au moment de la fondation de l’association en 188054. Dix ans plus tard, Marie Moret en fait encore le constat en remarquant que les gens du Familistère font « tous les jours de l’année et dans tous les faits usuels, du socialisme malgré eux, et presque sans le savoir »55.

Notes

1 Voir Frédéric K. Panni, « Godin, Jean-Baptiste André », in Dictionnaire biographique du fouriérisme, 2014. [En ligne] < http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1287 >.

2 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : lettre de Godin à Arthur de Bonnard du 21 décembre 1869 (FG 15).

3 Le Familistère de Guise et son usine ainsi que sa succursale belge, le Familistère et l’usine de Laeken à Bruxelles.

4 Nathalie Brémand, « Éducation et expérimentation sociale aux XIXe et XXe siècles : former, réformer, régénérer », in Frédéric K. Panni et Hugues Fontaine (dir.), L’album du Familistère, Guise, Les Éditions du Familistère, 2017, p. 307.

5 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : conférence du 29 mars 1860 (FG 40).

6 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, Guise, Les Éditions du Familistère, 2010 [nouvelle édition de l’ouvrage paru à Paris en 1871], p. 414.

7 François Bernardot, Le Familistère de Guise, Association du Capital et du Travail et son fondateur, Jean-Baptiste André Godin. Étude faite au nom de la Société du Familistère de Guise Dequenne & Cie, 2e éd., Guise, Imprimerie d’Édouard Baré, 1893 [1889], p. 253.

8 Jean-Baptiste André Godin, « Le Familistère de Guise », in Annuaire de l’Association pour 1867, Paris, Librairie des sciences sociales Noirot & Cie, 1867, p. 211 (article signé du pseudonyme A. Mary).

9 Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin : lettres de Godin à Rosalie Morel du 21 mars 1875 et à Edward Vansittart Neale du 3 novembre 1879 (FG 15).

10 L’aile gauche, édifiée en 1860, est la première aile construite du Palais social, qui comprend trois pavillons d’habitation juxtaposés. Au premier étage de l’aile gauche se trouvaient le premier appartement de Godin et sa bibliothèque personnelle.

11 Archives de Godin SA à Guise : Registre des procès-verbaux du conseil de gérance de la Société du Familistère du 21 octobre 1880 au 15 juillet 1882, 25 janvier 1881, p. 102 ; Le devoir, 26 octobre 1881, t. 5, n° 162, p. 659.

12 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », Le devoir, 2 octobre 1881, t. 5, n° 160, p. 629 ; l’ancien appartement de Godin se situait dans l’angle sud-ouest de l’aile gauche, au premier étage, au-dessus du casino.

13 Ibid., p. 630.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 632.

16 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 252.

17 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630.

18 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.

19 Notice sur la Société du Familistère, [Guise], s. n., [1898], p. 91.

20 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630-631.

21 Ancienne maison Godin Colin & Cie, Guise (Aisne). Notice sur la Société du Familistère (association du capital & du travail), Saint-Étienne, Imprimerie, lithographie, papeterie A. Waton, [1900], p. 91. Les comptes de l’Association coopérative du capital et du travail ne présentent pas de ligne budgétaire spécifique à la bibliothèque.

22 Le devoir, 24 novembre 1878, t. 2, n° 11, p. 173.

23 Ce catalogue est mentionné le 3 février 1883 dans une lettre de Godin à Pauline Dupont de l’Eure (Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, fonds Godin, FG 15).

24 Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère. IX (suite) », op. cit., p. 630.

25 Le devoir, 19 janvier 1879, t. 2, n° 19, p. 302-303.

26 Le devoir, 24 novembre 1878, t. 2, n° 11, p. 173.

27 Le journal Le devoir (1878-1906) peut être consulté en ligne sur le site du Conservatoire numérique des arts et métiers. [En ligne] < http://cnum.cnam.fr/CGI/redirb.cgi?P1132 >.

28 Thomas Bouchet, Bernard Desmars, « Boissy Antoine, in Louis », Dictionnaire biographique du fouriérisme, 2011. [En ligne] < http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article915 >.

29 « Favelier Antoine, Claude », in Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, 2010. [En ligne] < http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article135918 >.

30 Jules Michelet, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Eugène Maron, Philippe Buonarotti, Jean Barberet, Camille Pelletan, Edgard Quinet…

31 Le devoir ne publie pas la liste des ouvrages offerts par Charles Fauvety (Le devoir, 7 août 1881, t. 5, n° 152, p. 509).

32 Une trentaine en 1882, une cinquantaine en 1883, seulement une douzaine en 1888. À partir de 1889 et la transformation du journal hebdomadaire en publication mensuelle, Le devoir recense très majoritairement le don de brochures et les envois des livraisons des périodiques avec lesquels il échange.

33 Le devoir compte 461 abonnés et abonnées en 1881 (voir Nicolas Sauvé, Le devoir [1878-1888], outil de propagande du Familistère de Guise, mémoire de Master I : Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 2006, p. 52).

34 À peine une vingtaine de 1878 à 1888.

35 Jenny Touzain, Marie de Besneray, Euphémie Garcin, Marie-Louise Gagneur, A. Noirot, Marie Howland.

36 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.

37 Voir Marie-Laure Malingre, « Le roman dans les bibliothèques populaires au dix-neuvième siècle », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle, Paris, BAI, 1985, p. 110-118. [En ligne] < http://bai.asso.fr/wordpress/colloques/les-actes-du-colloque-1984/ >.

38 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, op. cit., p. 461.

39 Paris, É. Dentu, 1879 (3e éd.).

40 Le devoir, 12 février 1878, t. 2, n° 12, p. 191.

41 Voir Marie-Laure Malingre, « Le roman dans les bibliothèques populaires au dix-neuvième siècle », op. cit.

42 Marie Howland, Papa’s Own Girl, New York, John P. Jewett, 1874 ; le texte s’inspire du Familistère de Guise.

43 Le devoir, 24 mars 1878, t. 1, n° 3, p. 34.

44 Archives du Familistère de Guise : registre « Liste des abonnés au journal Le Devoir, services gratuits et échanges au 1er octobre 1881 », p. 1-2.

45 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253. Les années de référence correspondent aux exercices budgétaires de l’Association coopérative du capital et du travail.

46 En 1886, on compte 678 enfants de moins de 14 ans dans la population du Familistère qui comprend alors 1 820 personnes (François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 198) ; l’accroissement de la population est lié à la construction de nouveaux bâtiments d’habitation en 1882 et 1884.

47 Les statuts de l’association sont publiés dans Jean-Baptiste André Godin, Mutualité sociale et Association du capital et du travail…, Paris, Guillaumin et Cie – Auguste Ghio, 1880.

48 François Bernardot, Le Familistère de Guise, op. cit., p. 253.

49 Ibid.

50 La photographie fait partie d’un album de vues du Familistère qui a appartenu au coopérateur Auguste Fabre, conservé dans les collections du Familistère de Guise (inv. 2016-7-1). [En ligne] < https://www.familistere.com/fr/decouvrir/collections-ressources/les-collections/une-chambre-a-coucher-d-un-logement-au-troisieme-etage-de-laile-droite-du-palais-social-v1 >.

51 D. F. P. [Émilie Dallet, Auguste Fabre, Jules Prudhommeaux], Le Familistère illustré. Résultat de vingt ans d’association. 1880-1900, Paris, Guillaumin & Cie, [1900], p. 28-30, fig. 9.

52 Jean-Baptiste André Godin, Solutions sociales, op. cit., p. 461.

53 Le prosélytisme des doctrines de réforme sociale dans l’éducation populaire fait débat parmi les fouriéristes : voir Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », in Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 144-148.

54 Voir L’album du Familistère, op. cit., p. 390-402.

55 Archives du Familistère de Guise : lettre de Marie Moret à Auguste Fabre, 31 mars 1889.

Auteur

Conservateur du patrimoine, Familistère de Guise

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search