Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 3. Bibliothèques

Chapitre 10. “Revolution in the mind”. Lecture et bibliothèques chez Robert Owen

Ophélie Siméon

Texte intégral

1Fondateur du premier mouvement socialiste en Grande-Bretagne dans les années 1830-1840, Robert Owen (1771-1858) développe un modèle social communautaire à partir de 1815, en réponse aux errements socio-économiques que provoque la révolution industrielle. Le livre, la lecture et les bibliothèques jouent un rôle fondamental au sein de ce système. Héritier des Lumières, Owen postule que toute entreprise de réforme sociale revient à (ré)éduquer les individus en profondeur. À cet effet, l’accès à un programme d’instruction varié pour toutes et tous devient le point de départ de son entreprise de transformation sociale. L’apprentissage de la lecture en est le socle : vecteur d’émancipation, il encourage et accompagne le développement des facultés individuelles. L’enjeu est particulièrement important pour les classes populaires, qu’une société de préjugés a trop longtemps enfermées dans l’ignorance. Owen rejette cependant l’idée d’une éducation purement livresque, et insiste sur la nécessité d’allier formation intellectuelle, travaux manuels et éducation physique, le tout dans une optique ludique. L’accès aux bibliothèques vient ainsi parfaire l’entreprise pédagogique.

  • 1 Voir notamment John F. C. Harrison, “‘The Steam Engine of the New Moral World’: Owenism and Educati (...)

2L’importance de la lecture et des bibliothèques pour Robert Owen et ses disciples demeure peu explorée, malgré les nombreux travaux consacrés à sa pensée pédagogique1. Le lien entre réforme sociale et accès au savoir sera interrogé sous trois angles complémentaires. Tout d’abord, en rappelant la genèse des théories pédagogiques d’Owen et de leurs usages politiques. L’essor du socialisme comme réponse aux gageures du capitalisme moderne et du système usinier sera ici exploré. L’importance, ensuite, de la lecture et des bibliothèques en lien avec la radicalisation progressive de la pensée d’Owen dans les années 1815-1820, et sa mise en pratique à New Lanark, filature de coton qu’Owen dirige de 1800 à 1825 et qu’il considère comme le laboratoire de sa pensée. Enfin, la généralisation de pratiques pédagogiques innovantes au sein du mouvement owéniste, qui se structure en Grande-Bretagne à partir de la fin des années 1820. Pour Owen et ses disciples, la volonté d’assurer l’accès au savoir est omniprésente au point que la question de la lecture, des bibliothèques et de leurs enjeux politiques devient l’un des traits distinctifs du mouvement. Au sein de diverses coopératives, sociétés d’entraide et autres Halls of Science, clubs où se réunissent les owénistes à partir des années 1830, écoles, salles de lecture et bibliothèques jouent un rôle central dans la diffusion de l’owénisme et la préparation à la vie communautaire.

L’accès au savoir, enjeu politique : Robert Owen et sa théorie de l’éducation

  • 2 Peter Jackaman, “The Library in Utopia: Libraries in Nineteenth-Century Alternative Communities in (...)
  • 3 « Reading and writing are merely instruments, by which knowledge, either true or false, may be impa (...)
  • 4 « He usually glanced over books […], often dismissing them with such curt remarks as the “the radic (...)

3De New Lanark aux premières coopératives socialistes, en passant par les diverses communautés owénistes fondées des deux côtés de l’Atlantique au début du XIXe siècle, l’accès au livre est omniprésent, que ce soit au sein d’écoles, de salles de lecture ou de bibliothèques2. L’importance accordée au savoir pourrait étonner de prime abord, tant Owen semble se méfier du livre. Dans son premier traité politique majeur, A New View of Society (1813-1816), il déclare ainsi : « La lecture et l’écriture ne sont que de simples instruments, grâce auxquels la connaissance, qu’elle soit vraie ou fausse, peut être transmise ; elles n’ont que peu d’utilité pour les enfants, à moins qu’on leur apprenne également à en faire bon usage »3. Ces réserves sont confirmées par son fils aîné, Robert Dale : Owen lisait beaucoup, la presse notamment, et possédait une importante bibliothèque, dont le contenu nous est hélas inconnu. Cependant, « il avait pour habitude de parcourir les livres […], pour souvent les rejeter, proférant des commentaires abrupts du type : “les erreurs radicales partagées par tous les hommes font que les livres sont, en fin de compte, des objets de peu de valeur”»4.

  • 5 Robert Owen, Report to the County of Lanark, in Gregory Claeys (dir.), Robert Owen, op. cit., p. 27 (...)

4C’est que pour Owen, connaissance n’égale pas érudition ; reflet de son parcours personnel, l’accumulation d’un savoir livresque ne vient que compléter l’expérience acquise au jour le jour. Issu d’une famille galloise modeste, il quitte l’école à l’âge de dix ans et poursuit sa formation intellectuelle en autodidacte, notamment au sein de la prestigieuse Manchester Literary and Philosophical Society (MLPS). S’il garde un souvenir ému de lectures enfantines, telles que le Pilgrim’s Progress de John Bunyan ou encore Robinson Crusoé, on lui connaît peu d’influences intellectuelles avérées. Owen n’aura de cesse de se présenter comme un homme de terrain, à mille lieues de ces « philosophes de salon » qu’il méprise5. Son rejet d’une instruction purement livresque au profit d’une formation des individus au sens le plus complet du terme le place néanmoins dans la lignée des Pensées sur l’éducation de Locke, et plus généralement, d’une croyance en la perfectibilité des êtres caractéristique de l’esprit des Lumières.

  • 6 Elizabeth Margaret Fraser, “Robert Owen in Manchester”, Memoirs and Proceedings of the Manchester L (...)

5Owen demeure, en tout état de cause, impliqué dans les débats pédagogiques de son temps, et ce dès ses débuts d’industriel textile. En 1792, il obtient le poste convoité de directeur général de l’usine de Bank Top Mill, l’une des plus importantes filatures de Manchester. L’année suivante, il rejoint la MLPS, et y donne une conférence qui a pour titre « De l’utilité d’apprendre » (« The utility of learning »), dont le texte a hélas été perdu6. Dans les années 1810, il soutient les programmes d’instruction mutuelle créés à destination des enfants pauvres par Andrew Bell et Joseph Lancaster. Il correspond également avec les pédagogues suisses Johann Heinrich Pestalozzi et Philipp Emanuel von Fellenberg, et leur rend visite durant l’été 1818. Owen estime cependant que ces éducateurs, certes pionniers, n’exploitent pas suffisamment les capacités cognitives des individus, puisqu’ils favorisent par exemple l’apprentissage par cœur. En outre, en ne s’adressant qu’à un groupe restreint d’individus (les classes populaires pour Bell et Lancaster, les garçons issus de milieux aisés pour Fellenberg), ces initiatives pédagogiques gaspillent le potentiel social de l’éducation, soit son aptitude à former des êtres rationnels complets, capables à la fois de s’épanouir sur un plan personnel et d’œuvrer pour le bien commun.

6En effet, Owen voit dans l’éducation non pas un simple vecteur de connaissance, mais le principal moteur de toute entreprise de réforme sociale véritable. Dès ses débuts à Manchester, il se distingue des autres barons du textile par son intérêt marqué pour la question de l’assistance publique et la réglementation du travail en usine. Outre la MLPS, où il côtoie une atmosphère intellectuelle libérale, rompue à la rhétorique et à la pratique de la réforme sociale, il s’engage en 1796 au sein de la Manchester Board of Health, qui fait campagne en matière de santé publique dans les quartiers ouvriers de la ville. Témoin direct des progrès de l’industrialisation en Grande-Bretagne, Owen s’émeut du chaos social qu’engendre le système de la fabrique. Sans rejeter l’avènement du nouvel ordre industriel, il dénonce le paradoxe suivant : en dépit d’une croissance économique sans précédent, l’ère des usines n’est pas en mesure d’améliorer la condition des classes laborieuses, alors même que ces dernières sont les principales productrices de la richesse nationale. Les divisions sociales (entre patrons et employés, hommes et femmes, villes et campagnes) n’en sont que plus saillantes. Ce faisant, la modernité industrielle tourne le dos à l’esprit de communauté qui constituait autrefois l’état de nature.

  • 7 Robert Owen, “New Lanark: Address to the Inhabitants”, The Republican, 1824, 9, p. 505-511.

7Face à ce problème, Owen propose une solution déterministe. Sceptique religieux, il récuse le poids du péché originel, et estime au contraire que le caractère des individus et des nations est façonné au gré des générations par un ensemble de facteurs environnementaux, qu’il définit comme « tout ce que vous voyez, ressentez et percevez autour de vous »7. Ce principe, passé à la postérité sous le nom de « doctrine des circonstances », constitue pour Owen une loi naturelle fondamentale, et le socle sur lequel bâtir son entreprise de réforme sociale. Il convient, afin d’éradiquer les vices dont souffre la société, de bâtir un environnement rationnel, capable de réconcilier le potentiel du nouvel ordre économique et les valeurs communautaires ancestrales.

  • 8 Robert Owen, The Revolution in the Mind and Practice of the Human Race. Or, the Coming Change from (...)

8En d’autres termes, dans cette perspective déterministe, la réforme sociale n’est autre qu’un processus de (ré)éducation. Agir sur l’environnement, ou « circonstances externes », s’avère limité à moins de façonner les esprits, ou « circonstances internes ». Owen appelle donc à une « révolution mentale » (« revolution in the mind »), afin d’établir un « nouveau monde moral » (« a new moral world »)8. L’instruction, et tout particulièrement celle des jeunes enfants, devient donc une priorité, afin de former une jeune génération libérée des préjugés et des divisions d’antan.

De la philanthropie au socialisme

Les Villages de la coopération (1815-1820)

9À partir des années 1810, la pensée pédagogique d’Owen s’incarne dans diverses initiatives réformistes. Avec A New View of Society, Owen avait milité pour la création d’un réseau national d’écoles primaires. En 1815, sa défense de l’école et des bibliothèques est intégrée à un projet de réforme plus vaste, destiné à résoudre le chômage de masse qui touche la Grande-Bretagne au lendemain des guerres napoléoniennes. Face à la montée du paupérisme, Owen propose de reloger les indigents du royaume dans un réseau de communautés bâties à la campagne, qu’il nomme « Villages de la coopération ». L’organisation interne de ces communautés, qu’Owen décrit par le menu dans une série d’ouvrages et de pamphlets parus après 1815, dont son Report to the County of Lanark (1820), confirme la centralité des dispositifs pédagogiques.

10Bâtis selon un plan en damier, les Villages de la coopération sont envisagés comme des communautés à vocation agricole, manufacturière et éducative. Les logements et ateliers, situés sur le pourtour rectangulaire du village, sont bordés de part et d’autre de jardins potagers et d’espaces verts. Les bâtiments publics, dont les écoles et les bibliothèques, occupent une place centrale, au sens propre comme au sens figuré. Preuve du lien fondamental qui les soude selon Owen, les institutions à vocation pédagogique sont réunies au sein d’un même édifice. Au rez-de-chaussée, la petite école, le cours de primaire et le cours supérieur ; à l’étage, la bibliothèque et un salon à l’usage des adultes. Une distinction physique est donc établie entre instruction fondamentale (les écoles destinées à la formation initiale des enfants) et instruction de perfectionnement à destination de ceux qui maîtrisent déjà la lecture, possèdent des connaissances de base et souhaitent les approfondir grâce à la fréquentation d’une bibliothèque.

11Avec ces Villages de la coopération, Owen explore plus avant le lien fondamental – déjà exprimé en 1813 dans A New View of Society – entre éducation, recherche de l’épanouissement individuel et félicité collective. En effet, l’instruction est également vecteur de divertissement. Au sein des communautés, l’usage raisonné des machines a pour but de dégager le temps nécessaire aux loisirs et à l’éducation. Ce faisant, bibliothèques, conférences et cours du soir offrent un moment de répit en dehors du travail. L’importance accordée aux loisirs collectifs permet en retour de renforcer le sentiment d’appartenance à la communauté.

  • 9 Gregory Claeys, “‘Individualism’, ‘Socialism’ and ‘Social Science’: Further Notes on a Process of C (...)
  • 10 Robert Owen, Report to the County of Lanark, op. cit., p. 250 ; John F. C. Harrison, Robert Owen an (...)

12L’interaction entre éducation, individu et communauté à des fins émancipatrices se renforce à partir de 1817, moment où la pensée d’Owen se radicalise. Le projet des Villages de la coopération est rejeté par la classe politique, qui y voit un exemple d’utopisme et de despotisme éclairé. Owen riposte en refusant tout compromis, inaugurant ainsi l’adoption d’un ensemble d’idées qui prendront, à partir de la fin des années 1820, le nom de « socialisme »9. À partir du Report to the County of Lanark de 1820, les Villages de la coopération ne sont plus simplement destinés à accueillir les indigents du royaume ; ils doivent également, à terme, engager la rééducation de la société tout entière. Abolition de la propriété privée, rémunération du travail à sa juste valeur et promotion d’une économie coopérative sont les maîtres mots de ce nouveau projet communautaire, qui se veut désormais critique sans appel des excès du capitalisme10. Au sein de ce système, les fonctions réformatrices dévolues aux écoles et aux bibliothèques acquièrent dès lors une portée universelle.

L’Institut de la formation du caractère (1816-1825)

  • 11 Ophélie Siméon, « Le machinisme comme réponse à la question sociale : Robert Owen et l’expérience d (...)
  • 12 “[…] the great experiment which was to prove to me, by practice, the truth or error of the principl (...)

13Owen entame cette radicalisation avec d’autant plus de légitimité que ses théories sont, d’après lui, validées par les données de l’expérience. Depuis 1800, il dirige la filature de coton de New Lanark, au sud-est de Glasgow. Fondée en 1785 par son beau-père, David Dale, l’entreprise était déjà célèbre pour ses politiques éclairées. C’est ainsi à Dale, et non à son gendre, que l’on doit les premières écoles de New Lanark. Owen va cependant plus loin que son prédécesseur, car il fait du village ouvrier une véritable expérience sociale, qui accompagne autant qu’elle nourrit le développement de sa pensée11. L’usine, il en était certain, « allait [lui] démontrer, par la pratique, la vérité ou l’erreur des principes qui avaient façonné [ses] convictions »12.

  • 13 Ian Donnachie, “‘We Must Give Them an Education, Large, Liberal and Comprehensive’. Catherine Vale (...)
  • 14 Edinburgh Christian Monitor, janvier-décembre 1823, p. 861 ; Jacques Gans, « L’origine du mot “soci (...)

14Sa volonté de rééduquer ses ouvriers à des fins émancipatrices se concrétise en 1816 avec l’inauguration d’un ambitieux complexe éducatif, l’Institut de la formation du caractère (IFC). En lien direct avec les Villages de la coopération, l’Institut mêle écoles maternelles et primaires, cours du soir, salles de conférences, et, à partir de 1824, une bibliothèque. Cette fondation plus tardive confirme la priorité accordée à l’instruction des jeunes enfants ; l’éducation des adultes, et l’accès à un savoir plus livresque, vient compléter le processus, au gré du développement cognitif des individus. Ainsi, conformément aux recommandations qu’Owen transmet personnellement aux enseignants de New Lanark, les livres ne sont introduits qu’assez tardivement au cours de la scolarité, et souvent sous une forme abrégée. Par exemple, l’apprentissage du catéchisme se fait sans références métaphysiques, jugées trop abstraites pour un jeune public. Plus généralement, les cours à destination des jeunes enfants privilégient un enseignement concret et visuel, qui fait la part belle aux leçons de choses et s’appuie sur de nombreuses frises historiques, géographiques et botaniques peintes par l’une des institutrices, Catherine Vale Whitwell, qui est également une artiste accomplie et l’une des premières sympathisantes politiques d’Owen13. Au moins deux autres de ses collègues sont également des owénistes de la première heure : William Clegg, sous-directeur de New Lanark en charge de la politique pédagogique du village, et Joseph Applegarth, qui enseigne au sein de l’Institut de la formation du caractère en 182314. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que la bibliothèque de New Lanark reflète les préoccupations universelles au cœur de la pensée pédagogique d’Owen.

15Si les écoles de New Lanark ont fait l’objet de nombreuses études, la bibliothèque du village demeure mal connue. Inaugurée le 8 mars 1824, elle semble avoir répondu aux idéaux d’Owen, mais aussi à une demande de la population ouvrière, désireuse de poursuivre une éducation que beaucoup n’avaient pas reçue durant leur jeune âge. À ces fins, la bibliothèque est ouverte tous les soirs après le travail, sauf le mercredi et le dimanche, consacrés aux offices religieux. Ces horaires donnent à penser que la bibliothèque était établie dans la salle communale du village, située à l’étage supérieure de l’IFC, et qui servait de salle de réunion et de chapelle interconfessionnelle. Outre la mise à disposition d’ouvrages de lecture, Owen souhaitait à terme y organiser des conférences hebdomadaires sur des sujets aussi variés que l’histoire, la géographie et les sciences naturelles, afin que les ouvriers de New Lanark puissent développer leur culture générale. Ce programme ambitieux recoupe donc l’idéal éducatif des Villages de la coopération, ce que confirme le contenu de la bibliothèque. L’étendue complète du fonds demeure inconnue, mais un don effectué en 1824 par Catherine Vale Whitwell confirme la volonté de transmettre un savoir de qualité. Sur 56 ouvrages, d’une valeur totale de 80 livres sterling (soit près d’un an de salaire pour un artisan qualifié)15, on compte une dizaine de manuels, notamment sur l’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge, ainsi que plusieurs textes classiques, dont les traités de botanique de Robert John Thornton, le dictionnaire de Samuel Johnson ainsi que les œuvres complètes de Locke16.

  • 17 « apply an hour and a half each evening after your work in the mills ceases, to your mental improve (...)
  • 18 Peter Jackaman, “New Lanark: The Library in Utopia”, op. cit., p. 171.

16La bibliothèque de New Lanark ne constituait pas un cas isolé ; des institutions semblables ont été fondées dans d’autres villages ouvriers, tels que Cromford (Derbyshire), ou encore Nenthead, communauté minière du nord-ouest de l’Angleterre. Ces initiatives patronales n’échappaient pas au paternalisme et à la volonté de policer la main-d’œuvre, dimension que l’on retrouve également à New Lanark. Comme Owen le déclare dans un discours annonçant l’inauguration prochaine de la bibliothèque, il souhaite voir ses employés « consacrer une heure et demie chaque soir, après le travail en usine, à parfaire [leur] éducation »17. La fréquentation de la bibliothèque se veut alternative au jeu et à la boisson ; il s’agit, ce faisant, de cultiver chez les ouvriers un ensemble de valeurs bourgeoises jugées hautement compatibles avec la bonne marche de l’entreprise, telles que l’assiduité au travail, le respect de l’autorité et un comportement respectable. Avec cette bibliothèque, et l’IFC plus généralement, Owen va cependant beaucoup plus loin que les autres industriels éclairés de son temps. La présence d’ouvrages de spécialistes et la volonté de nourrir la culture générale des ouvriers font écho au programme des écoles de New Lanark. Loin d’être cantonnés au seul apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul, les enfants recevaient également des cours d’histoire, de géographie, de sciences naturelles, de chant, de musique et de danse – matières jusque-là réservées à l’élite. A contrario, les bibliothèques des autres villages ouvriers, comme à Nenthead, se limitaient à des ouvrages techniques et religieux, censés être davantage adaptés aux classes populaires18.

  • 19 Robert Owen, “New Lanark: Address to the Inhabitants”, op. cit., p. 505-506.

17La bibliothèque de New Lanark incarnait donc, dès les années 1810, les idéaux pédagogiques d’Owen. Ce dernier reste pleinement conscient des limites de cette expérience. New Lanark n’est pas une communauté intentionnelle alternative, mais une entreprise soumise aux lois du nouvel ordre capitaliste. Par conséquent, la mise en pratique de sa politique éducative ne constitue qu’un brouillon de la société future. Au sein de l’Institut de la formation du caractère, la bibliothèque n’en joue pas moins un rôle fondamental, dans la mesure où l’instruction est au service de la formation au sens large des individus. Sans pour autant remettre en cause les hiérarchies sociales, l’IFC se veut vecteur de progrès social puisqu’il élève la condition ouvrière bien au-delà des standards de l’époque en matière d’instruction populaire. Il s’agissait bien de former des individus complets, libérés des préjugés des générations antérieures, « afin qu’ils deviennent indépendants, qu’ils acquièrent le caractère d’être rationnels, et enfin qu’ils […] soient aptes à prendre part et à apprécier un état de la société bien supérieur à celui dans lequel nous avons coutume de vivre »19.

  • 20 Robert Owen, “A Narrative of the Thirty Years’ Experiment at New Lanark”, in The Revolution in the (...)

18En dépit des ambitions éducatives d’Owen, l’impact réel de la bibliothèque de New Lanark demeure difficile à évaluer. L’initiative, en tout état de cause, fut de courte durée : en 1825, Owen abandonne la voie philanthropique pour se consacrer pleinement à sa carrière politique ; il quitte New Lanark, et part fonder la communauté socialiste de New Harmony, dans l’Indiana20.

Lecture, bibliothèques et éducation au sein du mouvement owéniste (1821-1845)

19Cependant, les premiers disciples d’Owen, qui s’organisent à partir des années 1820, s’inspirent très largement du modèle de New Lanark et de l’idéal des Villages de la coopération. La volonté d’assurer l’accès au savoir est omniprésente. Fondée en 1821 dans le quartier de Spa Fields, à Londres, la Co-operative and Economical Society de George Mudie offre à ses membres l’accès à une école, à des cours du soir et à une salle de lecture. La communauté d’Orbiston (Écosse), qui accueille Mudie, Catherine Vale Whitwell et une cinquantaine d’autres owénistes en 1825, suit le même schéma institutionnel, et se dote également d’une bibliothèque en 1827. Ces initiatives isolées sont de courte durée, par manque de moyens et parce qu’elles ne bénéficient pas du soutien d’Owen ; ces communautés de petite taille, ne regroupant le plus souvent que quelques dizaines d’adhérents, ne sont pour lui que des approximations de ses Villages de la coopération. Les premières communautés owénistes inaugurent cependant ce qui deviendra une constante au sein du mouvement : à des échelles diverses, l’ensemble des institutions owénistes tenteront de se doter de bibliothèques.

  • 21 Co-operative News, 24 octobre 1872, p. 202.
  • 22 “Statistical Table of Co-operative Societies Represented in Congress”, Co-operative Congresses, Rep (...)
  • 23 Les autres Halls of Science se situaient à Sheffield, Yarmouth, Lambeth, Birmingham, Liverpool, Bra (...)

20En 1828, Owen regagne le Royaume-Uni après l’échec de New Harmony, en proie aux dissensions internes et aux difficultés financières. Il se découvre plusieurs milliers de sympathisants, réunis le plus souvent en coopératives. Ces associations sont au nombre de 54 en 1831, année où le mouvement owéniste, réuni pour la première fois en Congrès coopératif, entame véritablement sa structuration. Un sondage commandé par les instances exécutives du Congrès donne la mesure d’un véritable foisonnement des bibliothèques à partir de la fin des années 1820. Sur 54 associations affiliées aux théories d’Owen, 24 possèdent une bibliothèque. La plus importante, fondée par la First London Co-operative Society sous l’égide de William Lovett, futur fer de lance du mouvement chartiste, possède plus de 200 volumes. La plupart des autres bibliothèques étaient bien plus modestes. Fondée en 1831 par un émigré français, Pierre Baume, la North London Community ne réunissait qu’une dizaine de membres ; elle possédait cependant une salle de lecture depuis 1832. Plus généralement, les minutes du Congrès de 1832 donnent à voir l’omniprésence des bibliothèques au sein de la vaste nébuleuse radicale qui constitue le mouvement owéniste. En 1830, le pédagogue Edward Thomas Craig, futur instituteur de la communauté owéniste de Ralahine (Irlande), établit une société mutuelle (friendly society) à vocation éducative, la Manchester Owenian Society. Outre une salle de lecture où les adhérents peuvent consulter périodiques et titres de presse, l’association met à disposition une bibliothèque21. La même année, l’un des principaux lieutenants d’Owen, John Finch, fonde la First Liverpool Co-operative Society ; priorité est accordée à l’établissement d’un magasin coopératif, mais dès l’année suivante, une bibliothèque ouvre ses portes22. Ce foisonnement culmine à la fin des années 1830 avec la fondation des Halls of Science, un réseau de clubs owénistes fondés à des fins éducatives et mêlant, sur le modèle de l’Institut de la formation du caractère, cours du soir pour adultes, conférences et bibliothèques. On en compte au moins treize en 1840, notamment à Londres, Manchester, Glasgow et Huddersfield23.

  • 24 « a mere pawnbroker’s shop », Proceedings of the Sixth Co-operative Congress, 8 octobre 1833, cité (...)
  • 25 Robert Owen, “A Chapter from the Social System, by Robert Owen”, London Co-operative Magazine, 1er  (...)

21Owen approuve vivement la création de ces bibliothèques, car elles entrent en résonance avec des objectifs pédagogiques qu’il souhaite voir appliquer à ses disciples. Après 1828, il souhaite recadrer les initiatives venues de la base afin qu’elles ne dévient pas des objectifs universalistes fixés par le projet des Villages de la coopération. À moins de réunir les fonds nécessaires à la fondation de communautés owénistes, et de préparer à la vie collective de la société future, coopératives et autres associations populaires ne sont, aux yeux d’Owen, qu’un « simple mont-de-piété »24. Les congrès coopératifs sont pour lui l’occasion de rappeler la ligne orthodoxe de sa doctrine et de réaffirmer ainsi son statut de figure tutélaire. En 1831, il établit son quartier général dans un ancien relais de poste de Gray’s Inn Road, à Londres, et fonde un organisme explicitement destiné à la rééducation de ses sympathisants, l’Institution of the Industrious Classes for Removing Ignorance and Poverty by Education and Beneficial Employment. On assiste donc au retour du paternalisme et des fondamentaux pédagogiques définis à New Lanark25. L’établissement de Gray’s Inn Road donne le la des ambitions centralisatrices d’Owen, avec d’autant plus d’urgence qu’il s’oppose à nombre de ses disciples sur des questions aussi variées que le droit de grève ou le suffrage universel masculin. Si la grève est pour Owen l’expression d’une violence inutile, l’extension du droit de vote ne constitue pas une priorité, à l’heure où les classes populaires demeurent, selon lui, plongées dans l’ignorance. Pour y remédier, l’Institution of the Industrious Classes organise, sur le modèle de New Lanark, cours du soir, conférences hebdomadaires (qu’Owen donne souvent personnellement), et ouvre une bibliothèque. Sous l’impulsion du « philosophe de New Lanark », le Congrès coopératif encourage l’ensemble des associations socialistes à se doter de bibliothèques. Chaque inauguration est saluée par les journaux owénistes, tels que The Crisis et The New Moral World, comme des exemples d’une « réforme en marche » (« progress of reform »).

  • 26 George Jacob Holyoake, “Rochdale Speech, 1843”, cité in George Jacob Holyoake, History of Cooperati (...)

22Cependant, le foisonnement des bibliothèques au sein du mouvement owéniste n’était pas seulement le résultat d’injonctions venues d’en haut. Comme à New Lanark autrefois, l’accès au savoir répondait à une demande de la base, en lien avec un ensemble de valeurs et d’objectifs très largement partagés, entre fonctions pédagogiques, récréatives et politiques. En 1843, l’owéniste George Jacob Holyoake donne une conférence au sein de la Rochdale Friendly Society, association mutuelle fondée en 1830, et qui deviendra en 1844 la Rochdale Society of Equitable Pioneers, considérée comme la première coopérative moderne. Dès l’origine, ces tisserands réunis en coopérative de consommation avaient rassemblé une petite collection de 32 volumes, mise à disposition des adhérents. Le discours de Holyoake résume bien les fonctions essentielles dévolues aux bibliothèques : après avoir collecté les fonds nécessaires, l’accès au livre et à la presse permettra aux membres « de passer leur soirée ailleurs qu’au cabaret, d’économiser ainsi leur argent, et de s’informer »26.

  • 27 The Crisis, 22 avril 1832.
  • 28 New Moral World, 28 janvier 1837.
  • 29 Christopher M. Baggs, “The Libraries of the Co-operative Movement: A Forgotten Episode”, Journal of (...)
  • 30 The Crisis, 28 septembre 1833.
  • 31 “Rules of the Birmingham Trading Fund Association”, Mechanics’ Magazine, 1833, cité dans Christophe (...)
  • 32 « if they sought to diffuse cheap knowledge by establishing schools and libraries throughout the ki (...)
  • 33 New Moral World, 28 janvier 1837 ; George Jacob Holyoake, History of Cooperation, op. cit., p. 269  (...)

23Pour les owénistes, la bibliothèque constitue donc un luxe essentiel. Sur un plan individuel, elle permet l’accès à l’éducation, et donc à la respectabilité. Le Congrès coopératif fait ainsi état d’une véritable « soif de connaissance » (« thirst for knowledge ») chez les partisans d’Owen27. Sur le terrain, coopératives, friendly societies et autres communautés s’engagent à faciliter l’accès au savoir à moindres frais, à une époque où les livres demeurent trop onéreux pour les classes populaires. La Manchester Owenian Society propose l’accès à sa bibliothèque et à l’ensemble de la presse radicale pour 4 pence par semaine, soit 6 livres sterling par an, somme qui correspondait à un mois de salaire pour un artisan. En 1837, le Hall of Science de Londres propose une offre similaire au prix plus faible encore d’un penny par semaine28. Il ne s’agissait cependant pas de négliger la qualité du savoir dispensé, gage de sérieux et de légitimité pour un mouvement en pleine formation. L’engagement pédagogique des owénistes se posait ainsi en porte-à-faux d’autres initiatives concurrentes. Les Halls of Science, en particulier, s’étaient développés en réaction aux manquements des Mechanics’ Institutes. Ces derniers, fondations philanthropiques placées sous l’égide des élites urbaines, organisaient des cours du soir et ouvraient des bibliothèques à destination des classes ouvrières, mais se cantonnaient à un contenu strictement technique, pour éviter tout risque d’agitation politique29. Une telle censure s’opposait aux aspirations universalistes des owénistes. Sans jeter l’opprobre sur le savoir technique, leurs bibliothèques et leurs cours du soir incluaient également les ouvrages politiques, philosophiques et littéraires, comme en témoigne le règlement intérieur de la Birmingham Trading Fund Association en 1833. La même année, la bibliothèque socialiste de William Lovett possédait « la plupart des œuvres de Godwin, Owen, Bentham, Paine, Cobbett, Carpenter, Thompson, Ensor, Say, Voltaire, A. Smith, et de nombreux autres auteurs populaires »30. Seuls les « ouvrages immoraux » étaient bannis31. Outre la qualité de l’offre, la quête de respectabilité par l’éducation se manifestait à d’autres niveaux. Tout d’abord, les bibliothèques se voulaient lieux de tempérance. Le local de William Lovett proposait thé et café aux usagers dans un souci de convivialité, mais l’alcool était banni. Enfin, l’existence même de ces bibliothèques était le fruit d’une action concertée sur le terrain, et faisait donc partie prenante d’une culture d’entraide, d’une soif de progrès et d’une volonté d’œuvrer pour le bien de leurs semblables dont s’enorgueillissaient nombre d’owénistes. Lors du Congrès coopératif de 1832, le délégué de Huddersfield, John Watson, déclarait ainsi : « pour diffuser un savoir au juste prix en fondant écoles et bibliothèques à travers le royaume, nous devons nous atteler à la tâche, sans demander l’aide d’un gouvernement déterminé à dénigrer l’éducation du peuple »32. Ainsi, les bibliothèques comptaient le plus souvent sur les dons de leurs adhérents pour constituer leurs fonds d’ouvrages. D’autres modes de financement existaient également. Au sein de la Rochdale Friendly Society ou encore du Hall of Science de Finsbury, à Londres, une partie des bénéfices de l’association servait à acheter les ouvrages et à payer le bibliothécaire. Des collectes de fonds étaient également organisées à l’occasion des réunions, bals et concerts qui émaillaient la vie sociale des owénistes33.

  • 34 “2nd meeting of Congress”, op. cit., 28 avril 1832 ; New Moral World, 16 février 1837 ; Sarah Irvin (...)
  • 35 « […] the lower orders, were they conscious of their power (which as education becomes diffused the (...)

24Sur un plan collectif, les bibliothèques jouent un rôle essentiel dans la diffusion de l’owénisme auprès des classes populaires britanniques. C’est également à ces fins que le Congrès coopératif de 1832 avait recommandé l’établissement de bibliothèques au sein de toutes les antennes locales. Par conséquent, elles font la part belle aux œuvres d’Owen et à la presse socialiste. Plus généralement, avec leur vaste choix d’initiatives pédagogiques (des conférences aux écoles en passant par les bibliothèques et autres salles de lecture) les owénistes mènent une véritable entreprise d’éducation et de conversion par l’exemple. Par conséquent, les bibliothèques et les Halls of Science étaient ouverts à tous, et pas aux simples adhérents, afin de toucher le plus grand nombre34. Au-delà des objectifs pédagogiques du mouvement, l’accès à un vaste choix d’ouvrages politiques et à la presse radicale portait sa part de critique sociale. Dans un numéro de The Crisis paru le 23 juin 1832, un owéniste explique, sous couvert d’anonymat, le potentiel subversif d’un peuple instruit : « si les classes laborieuses avaient conscience de leur pouvoir (ce qu’elles ne manqueront pas de faire, à mesure qu’elles s’éduquent) elles pourraient aisément s’émanciper de l’état de misère […] qui est aujourd’hui le leur »35. Ces efforts de diffusion semblent avoir porté leurs fruits. En 1834, le mouvement owéniste se réorganise et prend le nom officiel d’Association of All Classes of All Nations (AACAN), plus tard rebaptisée Rational Society. Trois ans plus tard, l’AACAN compte 15 antennes locales ; en 1841, elle en dénombre plus de 60 (dont 13 Halls of Science), pour environ 50 000 adhérents, principalement répartis entre Londres et les régions industrielles des Midlands, du nord de l’Angleterre et du sud de l’Écosse.

  • 36 « […] a new truth that challenged the individualist profit-motive of […] laissez-faire master-manuf (...)
  • 37 New Moral World, 21 janvier 1837.
  • 38 « with our library at work, we feel confident of the result. All is activity here, all union, each (...)

25En proposant et en diffusant « une vérité nouvelle, qui venait défier l’individualisme, la recherche du profit et le laissez-faire des capitaines d’industrie »36, les bibliothèques owénistes ont également contribué à faire naître une culture et une identité socialiste propres. En effet, notamment au sein des Halls of Science, elles font partie intégrante du vaste programme socio-éducatif inauguré avec les Villages de la coopération. Contemporains de l’apogée du mouvement owéniste, les Halls of Science n’accueillent pas seulement des initiatives purement pédagogiques. Aux écoles, bibliothèques et conférences caractéristiques de la sociabilité owéniste s’ajoutent désormais mariages, baptêmes et funérailles séculiers37. En laissant place au divertissement et à la sociabilité, Owen et ses disciples entendent critiquer l’influence délétère, pour les nations comme pour les individus, de l’individualisme ambiant, tout en préparant activement à la vie en communauté. Cette fonction dévolue aux Halls of Science prend toute son ampleur à partir de 1839, date à laquelle Owen établit la communauté officielle du mouvement à Queenwood, dans le Hampshire. La vaste entreprise de rééducation entamée près de quarante ans auparavant à New Lanark se voulait bien antichambre d’une société nouvelle, d’un « nouveau monde moral ». Comme le déclarait en 1837 le secrétaire du Hall of Science de Finsbury, « avec la création de notre bibliothèque, nous sommes confiants du résultat. Tout ici est activité, tout est union, et chacun est décidé à faire de son mieux pour annoncer la bonne nouvelle : le salut est proche qui délivrera l’humanité de la pauvreté, de l’indigence, du crime et de la souffrance »38.

  • 39 Avec le Public Libraries Act de 1850, le Parlement britannique encourage les communes de plus de 10 (...)

26En dépit des espoirs placés en lui, l’owénisme disparaît après 1845 ; gouffre financier, la communauté de Queenwood provoque la faillite du mouvement ; les Halls of Science, et avec eux nombre de bibliothèques, ferment ainsi leurs portes. Les idées d’Owen ne perdent cependant pas de leur influence ; le « philosophe de New Lanark » demeure actif dans la promotion des communautés et de l’éducation pour tous jusqu’à son décès en 1858 ; de même, ses anciens partisans jouent le rôle de passeurs d’idées au sein du mouvement chartiste, puis lors du renouveau coopératif des années 1860. En outre, ils s’engagent pleinement dans la campagne en faveur du Public Libraries Act39. L’ancien Hall of Science de Manchester sera ainsi reconverti en bibliothèque municipale l’année suivante.

  • 40 Christopher M. Baggs, “The Libraries of the Co-operative Movement”, op. cit. ; Peter Jackaman, “The (...)

27En dépit de cette postérité avérée, plusieurs zones d’ombre subsistent : on ignore presque tout du taux de fréquentation des bibliothèques owénistes, du profil sociologique de leurs usagers, et plus généralement, de leur impact sur la vie culturelle à l’échelle locale40. Leur importance historique n’en demeure pas moins valide. La pensée d’Owen ne manquait pas d’éléments paternalistes, mais elle allait de pair avec un programme d’éducation universelle hautement ambitieux, à une époque où l’élite considérait généralement que le peuple ne méritait pas de s’instruire. Le rôle des bibliothèques au sein du mouvement owéniste ne se limitait cependant pas à ces fonctions pédagogiques. À une époque où les classes populaires ne possédaient pas le droit de vote, les bibliothèques, et l’ensemble des institutions internes au mouvement owéniste, permettaient l’exercice de formes alternatives de la démocratie – non par l’exercice du droit de vote, mais par l’application d’idéaux et de pratiques communautaires dans le domaine politique, économique et éducatif.

Notes

1 Voir notamment John F. C. Harrison, “‘The Steam Engine of the New Moral World’: Owenism and Education, 1817-1829”, Journal of British Studies, 1967, 6 (2), p. 76-98, et Harold Silver, The Concept of Popular Education, Londres, Routledge, 1977.

2 Peter Jackaman, “The Library in Utopia: Libraries in Nineteenth-Century Alternative Communities in Britain and America”, Library History, 1993, 9 (5-6), p. 169-189.

3 « Reading and writing are merely instruments, by which knowledge, either true or false, may be imparted ; and when given to children, are of little comparative value, unless they are also taught how to make a proper use of them », Robert Owen, A New View of Society [1813-1816], in Gregory Claeys (dir.), Robert Owen. A New View of Society and Other Writings, Londres, Penguin Classics, 1991, p. 152.

4 « He usually glanced over books […], often dismissing them with such curt remarks as the “the radical errors shared by all men made books of comparatively little value” », Robert Dale Owen, Threading My Way. Twenty-Seven Years of Autobiography, Londres, Trübner & Co., 1858, p. 67.

5 Robert Owen, Report to the County of Lanark, in Gregory Claeys (dir.), Robert Owen, op. cit., p. 27 ; Robert Owen, The Life of Robert Owen, Written by Himself, Londres, Effingham Wilson, 1857, p. 42 ; Ian Donnachie, “Robert Owen’s Welsh Childhood: Kin, Culture and Environment 1771-c. 1781”, Montgomeryshire Collections, 1998, 86, p. 81-96.

6 Elizabeth Margaret Fraser, “Robert Owen in Manchester”, Memoirs and Proceedings of the Manchester Literary and Philosophical Society, 82, 1937-1938, p. 29-41 ; Ophélie Siméon, De l’usine à l’utopie : New Lanark, 1785-1825. Histoire d’un village ouvrier « modèle », thèse de doctorat en histoire et études anglophones, sous la direction de Neil Davie : Lyon, Université Lumière – Lyon 2, 2013, p. 145.

7 Robert Owen, “New Lanark: Address to the Inhabitants”, The Republican, 1824, 9, p. 505-511.

8 Robert Owen, The Revolution in the Mind and Practice of the Human Race. Or, the Coming Change from Irrationality to Rationality, Londres, Effingham Wilson, 1849.

9 Gregory Claeys, “‘Individualism’, ‘Socialism’ and ‘Social Science’: Further Notes on a Process of Conceptual Formation, 1800-1850”, Journal of the History of Ideas, 1986, 47 (1), p. 81-93.

10 Robert Owen, Report to the County of Lanark, op. cit., p. 250 ; John F. C. Harrison, Robert Owen and the Owenites in Britain and America. The Quest for the New Moral World, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1969, p. 14 ; Gregory Claeys, Citizens and Saints. Politics and Anti-Politics in the Early Socialist Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, xix ; Ophélie Siméon, « Entre utopie et père du socialisme : réceptions de Robert Owen en Grande-Bretagne », Lien social et politique, 2014, 72, p. 19-37.

11 Ophélie Siméon, « Le machinisme comme réponse à la question sociale : Robert Owen et l’expérience de New Lanark », in François Jarrige (dir.), Dompter Prométhée. Technologies et socialismes à l’âge romantique (1820-1870), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2016, p. 55-78 ; Ophélie Siméon, Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism, Londres, Palgrave Macmillan, 2017.

12 “[…] the great experiment which was to prove to me, by practice, the truth or error of the principles which had been forced on my convictions”, Robert Owen, The Life of Robert Owen, op. cit., p. 59.

13 Ian Donnachie, “‘We Must Give Them an Education, Large, Liberal and Comprehensive’. Catherine Vale Whitwell: Teacher, Artist, Author, Feminist and Owenite Communitarian”, Women’s History Review, 2018, 27, p. 1-15. [En ligne] < https://doi.org/10.1080/09612025.2018.1485270 >.

14 Edinburgh Christian Monitor, janvier-décembre 1823, p. 861 ; Jacques Gans, « L’origine du mot “socialiste” et ses emplois les plus anciens », Revue d’histoire économique et sociale, 1957, 30, p. 79-83 ; Ophélie Siméon, Robert Owen’s Experiment, op. cit., p. 124.

15 Currency converter 1270-2017, National Archives UK. [En ligne] < http://www.nationalarchives.gov.uk/currency-converter/#currency-result >.

16 Archives de Nuffield College, Oxford, Robert Owen Collection, ms. Owen 10/3, List of Property transferred from the Seminary of Miss Whitwell, Russell Square, to the Establishment of Robert Owen, Esq., New Lanark, 9 septembre 1984.

17 « apply an hour and a half each evening after your work in the mills ceases, to your mental improvement », Robert Owen, “Address to the Inhabitants”, op. cit., p. 507.

18 Peter Jackaman, “New Lanark: The Library in Utopia”, op. cit., p. 171.

19 Robert Owen, “New Lanark: Address to the Inhabitants”, op. cit., p. 505-506.

20 Robert Owen, “A Narrative of the Thirty Years’ Experiment at New Lanark”, in The Revolution in the Mind, op. cit., p. 1-35.

21 Co-operative News, 24 octobre 1872, p. 202.

22 “Statistical Table of Co-operative Societies Represented in Congress”, Co-operative Congresses, Reports and Papers, 1833 ; lettre de John Finch à Robert Owen, 16 février 1831, Robert Owen Collection, Co-operative Archives, Manchester, ROC/6/6/1 ; John C. Langdon, Pocket Editions of the New Jerusalem. Owenite Communitarianism in Britain 1825-1855, thèse d’histoire, Université de York, 2000, p. 44-45 et p. 88-89.

23 Les autres Halls of Science se situaient à Sheffield, Yarmouth, Lambeth, Birmingham, Liverpool, Bradford, Halifax, Radcliffe Bridge et Stockport. Voir A. Black, “The Owenites and the Halls of Science”, Co-operative Review, 1955, 29 (2).

24 « a mere pawnbroker’s shop », Proceedings of the Sixth Co-operative Congress, 8 octobre 1833, cité in Edward Royle, Robert Owen and the Commencement of the Millennium. The Harmony Community at Queenwood Farm, 1839-1845, Manchester, Manchester University Press, 1998, p. 54.

25 Robert Owen, “A Chapter from the Social System, by Robert Owen”, London Co-operative Magazine, 1er mars 1830.

26 George Jacob Holyoake, “Rochdale Speech, 1843”, cité in George Jacob Holyoake, History of Cooperation, Londres, T. Fisher Unwin, 1908, p. 269.

27 The Crisis, 22 avril 1832.

28 New Moral World, 28 janvier 1837.

29 Christopher M. Baggs, “The Libraries of the Co-operative Movement: A Forgotten Episode”, Journal of Librarianship and Information Science, 1991, 23, p. 87-96.

30 The Crisis, 28 septembre 1833.

31 “Rules of the Birmingham Trading Fund Association”, Mechanics’ Magazine, 1833, cité dans Christopher M. Baggs, “The Libraries of the Co-operative Movement”, op. cit., p. 89.

32 « if they sought to diffuse cheap knowledge by establishing schools and libraries throughout the kingdom, they must look to themselves, not the government, who had endeavoured to put down cheap knowledge », “2nd meeting of Congress”, The Crisis, 28 avril 1832.

33 New Moral World, 28 janvier 1837 ; George Jacob Holyoake, History of Cooperation, op. cit., p. 269 ; Harold Silver, Robert Owen on Education, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, p. 1-2 ; Jean Everett, “Co-operative Societies Libraries”, Library History, 1999, 15 (1), p. 33-40.

34 “2nd meeting of Congress”, op. cit., 28 avril 1832 ; New Moral World, 16 février 1837 ; Sarah Irving, “The Hall of Science”, Manchester’s Radical History, 2009. [En ligne] < https://radicalmanchester.wordpress.com/2009/10/29/the-hall-of-science/ >.

35 « […] the lower orders, were they conscious of their power (which as education becomes diffused they must of necessity be) could, without much difficulty, emancipate themselves from their present state of misery […] », “Philanthropos”, The Crisis, 23 juin 1832.

36 « […] a new truth that challenged the individualist profit-motive of […] laissez-faire master-manufacturers », Katrina Navickas, Protest and the Politics of Space and Place, 1789-1848, Manchester, Manchester University Press, 2015, p. 202.

37 New Moral World, 21 janvier 1837.

38 « with our library at work, we feel confident of the result. All is activity here, all union, each determined to assist to proclaim the glad tidings of Salvation from poverty, destitution, and crime, to suffering humanity », New Moral World, 28 janvier 1837.

39 Avec le Public Libraries Act de 1850, le Parlement britannique encourage les communes de plus de 10 000 habitants à fonder des bibliothèques grâce aux impôts locaux. Le mouvement rencontre d’abord un succès mitigé, et ne se développe véritablement qu’à la fin du XIXe siècle, moment où la loi est élargie aux municipalités de plus de 5 000 habitants.

40 Christopher M. Baggs, “The Libraries of the Co-operative Movement”, op. cit. ; Peter Jackaman, “The Library in Utopia”, op. cit.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search