Version classiqueVersion mobile

Horizon 2019 : bibliothèques en prospective

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Dominique Arot
, 
Robert Damien
, 
et al.

Bibliothèques dans la brume : images et représentations

Anne-Marie Bertrand

Texte intégral

1Ce titre, légèrement simiesque, a un double sens : non seulement, l’avenir des bibliothèques est incertain, « dans la brume », mais encore l’image, la représentation de la bibliothèque sont souvent floues, elles aussi incertaines, indéfinies. Pourtant, et c’est par ce thème que je vais commencer mon intervention, l’image de la bibliothèque joue un rôle important dans l’intérêt, l’attention qu’on lui porte – on parle, les sociologues parlent, d’attractivité, de familiarité, de sociabilité, de convivialité, voire de culture de la bibliothèque, termes qui ne sont pas purement objectifs. Dans le rapport à la bibliothèque, comme dans toutes les pratiques culturelles, le symbolique a du poids. Ce sera ma première partie, où je traiterai successivement du rapport représentations/légitimité, puis du rapport représentations/fréquentation. Ce poids symbolique m’intéresse aussi parce que l’évolution de l’image, pour autant qu’elle soit prévisible, jouera un rôle dans l’avenir même de l’institution – et ce sera le thème de ma seconde partie.

DE L’INFLUENCE DES REPRÉSENTATIONS

2Ou : en quoi l’image de la bibliothèque a de l’importance.

3D’abord, évacuons les considérations basiques : fréquenter une bibliothèque (pour un usager), investir dans une bibliothèque (pour un décideur public) n’est pas obligatoire. Il y faut des raisons, un projet, une légitimité pour ce projet, une utilité attendue, voire un retour sur investissement. Il est donc particulièrement malheureux que cette optionalité de la fréquentation et de l’investissement ne puisse s’appuyer sur une définition des fonctions remplies et résultats attendus – comme c’est le cas, au hasard, pour l’école ou l’hôpital.

4À quoi sert, à quoi doit servir une bibliothèque, vaste question sans réponse satisfaisante (on a fréquemment pu évoquer le « millefeuille » des missions et objectifs des bibliothèques) : (côté producteurs) à rassembler, mettre à disposition et transmettre des collections de documents, à faciliter la réussite scolaire, à contribuer à l’épanouissement personnel de ses usagers, à diffuser le savoir, à permettre l’élaboration et le partage de la mémoire locale, à entretenir le lien social, à alimenter le débat public, à former les citoyens – et (côté usagers) à se renseigner sur la création d’entreprise, à faire sa dissertation, à préparer son prochain voyage, à lire le journal, à trouver des informations pour tailler ses rosiers, à préparer un concours, à lire des histoires à ses enfants, au simple plaisir de lire des romans magnifiques ou de regarder des films sublimes (et vice-versa), ou au simple plaisir de regarder des dessins animés ou des thrillers, etc.

5Ce n’est donc pas, en France, sur des missions clairement définies ni sur son utilité sociale (difficile à définir et mesurer) que l’on s’appuie pour apprécier, légitimer, voire magnifier la bibliothèque. Mais plutôt sur un imaginaire de la bibliothèque (je veux parler ici de l’imaginaire social d’aujourd’hui, pas de récit de fiction), une image, une représentation. Avec tout l’implicite qui s’attache à ces notions. Avec tous les malentendus qui s’y attachent.

Représentations et légitimité

  • 1 . Connaissance des arts, HS n°38, 1993.

6J’ai montré dans ma thèse quelques-uns des registres de légitimation des bibliothèques, nécessaires dans les années 1950-1980 pour convaincre les élus de s’y investir. Le concept de modèle de bibliothèque publique est un argument fort : un modèle moderne, ouvert, démocratique, qui a fait l’objet d’une pédagogie intense de la part des instances étatiques (Direction ministérielle et Inspection générale des bibliothèques) et qui est devenu un modèle partagé entre les différents acteurs. Autre registre : le succès public, qui est le retour sur investissement qu’attendent les élus – j’ai déjà cité ailleurs l’argument de Jean-Pierre Sueur, alors maire d’Orléans, qui justifie ainsi sa politique culturelle, qualifiée d’élitiste par son concurrent aux élections municipales de 1995 : « La médiathèque a reçu 250 000 personnes depuis son ouverture, soit quatre fois plus que l’ancienne bibliothèque rue Dupanloup. » (Le Monde, 9 juin 1995). Enfin, la concurrence entre les villes (« le négoce de la notoriété ») est aussi un élément moteur – il faut « tenir son rang », « communiquer », « soutenir la concurrence avec les villes comparables et/ou voisines ». Dans cette lutte, l’image de la ville – et la qualité de vie qu’elle promet - passe aussi par son portefeuille culturel (festivals et établissements culturels) et scolaire/universitaire (classes préparatoires réputées, antenne universitaire ou université de plein exercice). Jean Bousquet, alors maire de Nîmes, déclare (1993) : « Où se trouvait le grand potentiel économique de Nîmes ? Dans son tourisme culturel, grâce à son patrimoine [...]. Il fallait remettre la machine en marche, faire mieux connaître ce patrimoine, et montrer notre capacité à le relayer par de nouveaux édifices. Toute notre économie est là [...]. Aujourd’hui, quand on examine les raisons des nouvelles implantations d’entreprises, on s’aperçoit que la qualité de l’environnement, que la vie culturelle sont des facteurs déterminants »1. Même discours de la part du maire de Nancy, André Rossinot, qui justifie ainsi son budget culturel : « C’est de l’argent bien placé. Il fallait bien cela pour casser notre image de ville du charbon en crise. » (Le Monde, 20/21 novembre 1994).

7Pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, un autre registre doit être évoqué, après le modèle partagé, le succès public ou la concurrence entre les villes : la représentation qu’ont les élus d’une bibliothèque, de ce qu’elle est, de ce qu’elle devrait être, de ce qu’elle pourrait être. Ce qui sous-tend le cadre d’action rationnel.

8Difficile d’en parler tant les sources sont pauvres. Je ne prendrai ici que les exemples de Rennes et de Dijon.

9À Rennes, pour les élections municipales de 1983, un programme intitulé « Une nouvelle politique pour la bibliothèque municipale » (1981) est rédigé par Pierre-Yves Heurtin, adjoint à la culture (PS) de la liste d’union de la gauche conduite par le PS, élue en 1977. Le maillage de la commune, le recrutement de professionnels et l’accroissement du budget des acquisitions sont les trois mesures avancées. En entretien, Pierre-Yves Heurtin explique ces choix :

  • 2 . Entretien du 3 avril 1997. Henri Fréville a été maire de Rennes de 1953 à 1977 et René Rizzardo a (...)

« On a la chance d’être dans une ville où le monde associatif est extrêmement présent et vivant. Les préoccupations de la municipalité Fréville étaient beaucoup plus sociales que socioculturelles [...]. Comme politique culturelle, ils n’avaient pensé qu’à la maison de la culture, si bien que tout se trouvait un peu en déshérence [...]. Nous avions conçu notre politique de lecture publique en faisant une erreur d’analyse, en imaginant qu’il fallait avant tout s’occuper de la lecture du citoyen-lambda plutôt que des livres de références. On en avait discuté avec Rizzardo, ça semblait une bonne démarche. On s’est aperçu que d’une certaine façon nous faisions fausse route, qu’il y avait une demande spécialisée de livres de références infiniment plus importante que l’on ne pensait. Il y a quand même ici une population de 60 000 étudiants, qui s’est présentée comme une demande spécifique. On a rétabli la direction relativement vite, mais nous nous étions trompés [...]. »2

10Martial Gabillard, nouvel adjoint à la Culture (1983-1989), explicite l’évolution de la politique municipale :

  • 3 Cité dans Évaluation des politiques culturelles territoriales, ANFIAC, 1987.

« En 1983-84, la ville a ré-orienté les choix politiques définis en 1977-78, en constatant que le socio-éducatif ne suffisait pas pour provoquer une vie culturelle intense et riche ; que, de plus, l’expression artistique des amateurs s’appauvrissait, s’étouffait si elle n’était pas accompagnée par une production artistique forte (locomotive et contestataire). Nous avons alors commencé à bloquer le budget socio-éducatif, pour investir davantage dans les outils professionnels. »3

11Où l’on voit l’élaboration successive de deux représentations de la bibliothèque : une représentation de proximité, dans le registre socioculturel, puis la représentation plus traditionnelle d’une grande bibliothèque-ressource de par la richesse de ses collections.

12Autre exemple, bien différent, celui de Dijon. Exemple marqué par l’image traditionnelle de la bibliothèque comme réceptacle de collections savantes et prestigieuses.

13Dans les années 1950, la bibliothèque est installée dans les anciens locaux du collège des Jésuites, bâtiments prestigieux (les deux salles de l’ancienne bibliothèque des Jésuites sont inscrites à l’Inventaire) mais particulièrement peu fonctionnels et dispersés dans cinq corps de bâtiments autour de deux cours intérieures, où sont également logées les facultés de droit et de lettres et une école primaire. En 1965, a lieu le déménagement sur le campus de la faculté de droit. La place, a-t-il été entendu, doit revenir à la bibliothèque. Las, c’est le conservatoire de musique qui y est installé « à titre provisoire », malgré les protestations énergiques de la Direction des Bibliothèques.

  • 4 Municipalité et culture au XXe siècle, thèse, Dijon, 1995.

14On attend le départ du Conservatoire. En attendant, notamment en 1981 et 1982, des études préparatoires sont menées pour préciser le projet. Les années passent. La bibliothèque patiente dans la file d’attente des projets culturels municipaux. En 1988, nouvel arbitrage qui équivaut, de fait, à un abandon du projet : cette fois, c’est à la construction d’un auditorium que la ville donne la priorité. Philippe Poirrier souligne le caractère volontaire et révélateur de ce choix : « L’arrêt du projet est tout simplement lié à un choix décisif de la politique culturelle municipale […]. L’abandon de la médiathèque (85 millions de francs) devait sans doute permettre la concrétisation plus rapide d’un auditorium alors évalué à quelque 120 millions de francs. »4

  • 5 Philippe Poirrier, ibid.

15Le modèle de bibliothèque publique, tel que je l’ai évoqué, n’est pas partagé à Dijon. Ici, « la représentation première de la bibliothèque comme un lieu de conservation d’un patrimoine précieux »5 limite le poids des deux axes majeurs qui légitiment les décisions en faveur des bibliothèques, la modernisation et la démocratisation. La décision des élus dijonnais, répétée en 1965, 1981 et 1988, de ne pas investir pour améliorer les locaux de la bibliothèque centrale est due à la primauté d’une représentation qui n’incite pas à l’investissement. Aujourd’hui, la municipalité PS a, à son tour, un projet pour la bibliothèque centrale.

16Sans vouloir entrer dans une prosopographie des élus culturels, quelques mots sur l’élu lecteur. D’abord, se dessine la figure emblématique de l’intellectuel-dans-les-livres : Pierre-Yves Heurtin est réputé avoir « une des plus belles bibliothèques de la ville. C’est un amoureux des livres. » Norbert Engel, adjoint à la Culture de Strasbourg depuis 1989, « connaît deux passions : le théâtre et la littérature. “Il possède la plus belle bibliothèque privée de la ville”, dit un de ses proches. » (Le Monde, 25 mai 1997)

  • 6 Entretien du 27 février 1995.

17Une autre figure est favorable à la bibliothèque, celle de militant ouvrier, de ceux qui ont « accédé à des responsabilités politiques ou syndicales, pour beaucoup des autodidactes qui mettent au premier plan l’instruction. Roger Combrison [maire de Corbeil de 1959 à 1989, PCF] est un ancien cadre SNCF. Il a une vénération pour le livre. Sa culture littéraire, c’est Hugo, Romain Rolland, les grands romanciers du XIXe siècle. Pour lui, le livre est émancipateur, il contribue au rassemblement de la classe ouvrière. »6

18La bibliothèque est tantôt un outil, tantôt un écrin, tantôt une vieille lune poussiéreuse, tantôt un espoir d’avancée sociale. Image multiple, image brouillée.

Représentations et fréquentation

19Côté usagers et non-usagers, maintenant, examinons ce rapport imaginaire avec la bibliothèque, cet objet symbolique, que beaucoup trouvent encore aujourd’hui désuet, lointain voire hostile.

  • 7 Les bibliothèques en France. Paris, Dalloz, 1982.

20Le rapport Vandevoorde identifiait « quatre facteurs socio-économiques » favorables à l’expansion du livre et de la lecture : « la croissance économique avec ses conséquences sur le niveau de vie, la progression du niveau d’instruction, la croissance démographique, et celle de l’urbanisation »7. Aujourd’hui, ces quatre facteurs ne suffisent plus à produire un cadre explicatif à la fréquentation des bibliothèques.

  • 8 Bernard Lahire. La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, Éd (...)
  • 9 Olivier Donnat. Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme. Paris, Éditions La (...)
  • 10 Livres-Hebdo, 13 novembre 2009.

21Pourquoi ? La demande de bibliothèque devrait être appuyée sur une demande de livres. Ce n’est pas vraiment le cas. Au moment même où le niveau socio-culturel de la population s’élève, la pratique de la lecture, le goût pour la lecture diminuent, à raison de la « dévaluation du capital littéraire et artistique »8, et du « déficit d’image » du livre9. « L’imposition sociale de la lecture a beaucoup nui au livre », constate Olivier Donnat, « Il a perdu de son côté subversif. Pour donner l’envie de lire aux jeunes, il faudrait retrouver de la transgression. »10. La dégradation de l’image du livre s’accompagne de la dégradation de l’image du lecteur, du gros lecteur, du fou de lecture. « La lecture sépare », rappelle Anne-Marie Chartier : aujourd’hui où être ensemble est devenu une vertu cardinale, au contraire, être séparé, se séparer est décalé, dangereux, mal vu, mal accepté.

22La fréquentation de la bibliothèque ne peut donc s’appuyer vigoureusement sur une image positive de la lecture. Internet, on s’en doute, contribue encore à brouiller (embrumer ?) l’image de la bibliothèque.

  • 11 “Referenda Roundup, 2003 : Many Celebrations, Some Major Disappointments”, < http://www.ala.org >.

23En 2003, un referendum organisé au Mesa County (Colorado) pour financer un nouveau bâtiment pour la bibliothèque n’a pas réuni de majorité. L’une des opposantes expliquait ainsi sa position : « Je crois que les bibliothèques sont en train de devenir des dinosaures avec Internet et tout l’électronique qui est disponible dans la plupart des familles maintenant. Il n’y a qu’une petite proportion de la population qui utilise la bibliothèque. »11

24Un exemple proche, celui de l’état de Californie : un referendum, organisé en juin 2006 et destiné à financer à hauteur de 600 millions de dollars les projets de la State Library a été repoussé par 53 % des votants – un habitant de Palo Alto commente : « Il faut en finir avec ces dépenses déraisonnables. Internet a changé le monde et les bibliothèques sont beaucoup moins utiles aujourd’hui qu’avant » (American libraries on line, posté le 9 juin 2006).

  • 12 Bruno Maresca. Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, f (...)

25En France aussi, bien sûr : « Internet, j’étais contre au départ. J’ai changé d’avis depuis qu’on l’a à la maison. Il y a beaucoup d’infos que je ne trouve pas ailleurs. Depuis, je dois dire que la bibliothèque est devenue un peu obsolète. »12

26Pour la population dans son ensemble (et non pour les seuls usagers), Internet est la première source d’informations pour les encyclopédies, les informations pratiques (« bricoler, jardiner, réaliser des recettes de cuisine » – « c’est instantané, je tape galette, j’ai tout de suite des recettes »), les informations utiles aux études des enfants (« Avant, mes filles venaient pour les exposés. Maintenant qu’on a Internet, elles font leurs recherches dessus. Elles vont toujours à la bibliothèque, mais pour les romans, pas pour les exposés. »). Les bibliothèques arrivent en 6e rang pour les informations pratiques mais en 2e pour les devoirs des enfants.

27L’enquête menée par Bruno Maresca et son équipe a montré (encore une fois) l’importance des représentations dans la fréquentation des bibliothèques.

  • 13 Bruno Maresca, ibid.

28« C’est plus facile de pousser la porte du Leclerc que celle d’une bibliothèque ». La bibliothèque vue (je cite) comme « univers de loisirs », comme « grande librairie, espace de détente, espace culturel, espace multimédia »13, voir en la bibliothèque sa « dimension récréative » est un puissant facteur de fréquentation. Inversement, l’image austère d’un « espace éducatif et de recherche documentaire » ne provoque pas forcément l’attirance ni, logiquement, la fréquentation. Citant un des entretiens effectués, Bruno Maresca affirme que « pour le public, les bibliothèques municipales se doivent d’œuvrer à “désacraliser la culture” ». De façon plus précise, vous voyez comme moi passer des messages qui plaident pour le rapprochement entre l’offre (les mangas, les jeux vidéo, le Web 2.0…) et les pratiques actuelles.

  • 14 68 % des Français qui disent « aimer travailler ou étudier chez soi » fréquentent une BM.

29Mais ailleurs, dans son même ouvrage, Bruno Maresca souligne que la fréquentation est liée à « l’affinité avec le monde du savoir et de la culture proposé par les collections » des bibliothèques (p. 202) ou que « c’est avec le goût pour l’étude que la fréquentation des bibliothèques entretient le rapport le plus étroit »14 (p. 204).

30L’identité brouillée de la bibliothèque, son offre multiple, ses multiples visages font que les raisons de la fréquentation sont à la fois multiples et contradictoires.

HORIZON 2019 ?

  • 15 Roger Chartier. Écouter avec les yeux. Paris, Fayard, 2008.

31Dans sa leçon inaugurale au Collège de France, Roger Chartier évoque « le temps long d’une modernité qui, peut-être se défait sous nos yeux »15.

32Inutile de s’y attarder, vous avez tous en tête les images, les formules, les slogans sur la bibliothèque universelle, le tout accessible à distance, le « nouvel éco-système mémoriel » (Emmanuel Hoog), qui nous est proposé, la fin des stocks au bénéfice des flux, l’empire des réseaux et la société liquide.

33Comment, dans ce contexte, construire une représentation de la bibliothèque qui soit autre chose que le musée de livres, l’immobilité intimidante ou l’inutilité ringarde ?

34Plusieurs esquisses de réponse (plusieurs hypothèses) : l’utilité sociale, la générosité, l’espace public, le vivre ensemble.

35• Maresca, à nouveau, qui dans la partie prospective de son étude, voit un lien étroit entre l’avenir des bibliothèques et leur utilité sociale : « Il ne faut pas sous-estimer l’importance que revêtent ces équipements en tant que vecteurs de diffusion du savoir et de la culture au service des mutations actuelles. Ils accompagnent, en effet, le progrès d’une économie de l’immatériel dans laquelle le potentiel compétitif de la société toute entière repose avant tout sur la dynamique du savoir et des compétences. »

  • 16 Susan Goldberg Kent. “American Public Libraries”, Books, Bricks & Bytes : Libraries in the Twenty-F (...)

36Cette utilité, cette « dynamique du savoir et des compétences », elle réactive de façon convaincante la fonction éducative de la bibliothèque – même pour les bibliothèques publiques. Aux États-Unis, les Public Libraries sont, sciemment, volontairement, un complément de l’école et une université populaire. Le caractère public (publicness) des Public Libraries s’appuie sur leur fonction de « fournir l’égalité d’accès à l’information et au monde du savoir […]. Public est le mot qui est la plupart du temps oublié par ceux qui proclament que la Public Library n’a pas d’avenir. »16 L’avenir de la bibliothèque est, au contraire, disent nos collègues américains, qu’elle est un bien commun (public good) – parce qu’elle contribue à partager le savoir et l’information. L’utilité sociale, la légitimité de la bibliothèque, à l’avenir, passent donc par ce partage du savoir – et par un partage à côté de l’école. (C’est ma première hypothèse).

  • 17 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique(...)
  • 18 Dominique Schnapper. La communauté des citoyens : sur l’idée moderne de nation. Paris, Éditions Gal (...)

37• « La démocratie et la bibliothèque sont philosophiquement et politiquement inséparables. »17 Les bibliothèques sont les filles des Lumières, de Condorcet, de l’Abbé Grégoire : « L’instruction publique est le creuset qui doit faire distinguer la science de la sottise. » Il faut répandre l’instruction. Les bibliothèques peuvent, doivent y contribuer : « Des bibliothèques et des musées formés avec choix sont en quelque sorte les ateliers de l’esprit humain ». Les bibliothèques sont toujours là pour permettre « la libre investigation » de chacun, pour donner à chacun les outils lui permettant de forger sa propre opinion. Elles sont là pour encourager « la capacité, socialement constituée, des hommes à acquérir par l’éducation – au sens large du terme – les moyens de participer à la vie commune. »18 C’est le principe même de la République, appuyée sur le jugement de citoyens éclairés. Aujourd’hui, et à l’avenir, le besoin de comprendre, de confronter les idées, de débattre, de se faire une opinion, sera grand. Le besoin de faire de la politique sera grand. Les moyens d’y répondre, les lieux, les instances seront importants. Les bibliothèques seront l’un d’eux. (C’est ma deuxième hypothèse).

  • 19 Livres-Hebdo, 29 février 2008.

38• Le besoin de lieux où se retrouver, des lieux ouverts, généreux, sans formalités, sans exclusive, neutres socialement (même si je sais la portée utopique de ces formules) ne faiblira pas dans les prochaines années. Patrick Bazin, à propos de l’ouverture d’une nouvelle bibliothèque de quartier à Lyon, explique que les bibliothèques « ont une capacité extraordinaire à susciter non pas du repli sur soi mais du lien entre les gens. Un lien particulier qui n’a rien de tribal ou de moutonnier, car il s’appuie sur l’autonomie et la liberté du lecteur […]. » Cette nouvelle bibliothèque, affirme-t-il, « ne va pas seulement faciliter la vie des gens en mettant à leur portée immédiate des livres à emprunter et des magazines à consulter. Elle va aussi, tout simplement, renforcer leur plaisir de vivre ensemble. »19

39Le besoin, le plaisir, de se rassembler, de se retrouver resteront. (C’est ma troisième hypothèse).

40Ces hypothèses, comment les valider, les faire mûrir, les faire adopter ? Et, pour ce qui me concerne ici, comment les exprimer en images, en faire des représentations positives ?

41La bibliothèque comme machine à penser. La bibliothèque comme outil de savoir. La bibliothèque comme salon de lecture.

42De l’utile et de l’agréable.

43Du vraiment utile et du vraiment agréable.

44Du vraiment utile. De l’actualité, la vie des idées, de la mémoire, des débats, des curiosités, des découvertes, des ressources, de la compétence (Dominique Lahary : le service public de la surprise ; mais aussi l’université de tous les savoirs).

45Du vraiment agréable. Des cafétérias, des horaires décents, pas d’administratif, pas d’injonctions, une vraie place pour les usagers, de l’attention, de la sympathie, de la générosité.

  • 20 Livres-Hebdo, 13 novembre 2009.

46Dans un débat organisé il y a peu par Livres-Hebdo, Anna Gavalda disait : « Est-ce vraiment si grave si les jeunes lisent moins ? Ce qui est important, ce n’est pas les livres, c’est la curiosité intellectuelle. »20

47Il y a eu des maisons de la culture. Peut-être faudrait-il maintenant créer des maisons de la curiosité intellectuelle. On les appellerait des bibliothèques.

Notes

1 . Connaissance des arts, HS n°38, 1993.

2 . Entretien du 3 avril 1997. Henri Fréville a été maire de Rennes de 1953 à 1977 et René Rizzardo adjoint à la Culture de Grenoble, de 1977 à 1983.

3 Cité dans Évaluation des politiques culturelles territoriales, ANFIAC, 1987.

4 Municipalité et culture au XXe siècle, thèse, Dijon, 1995.

5 Philippe Poirrier, ibid.

6 Entretien du 27 février 1995.

7 Les bibliothèques en France. Paris, Dalloz, 1982.

8 Bernard Lahire. La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, Éditions La Découverte, 2004.

9 Olivier Donnat. Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme. Paris, Éditions La Découverte, 1994.

10 Livres-Hebdo, 13 novembre 2009.

11 “Referenda Roundup, 2003 : Many Celebrations, Some Major Disappointments”, < http://www.ala.org >.

12 Bruno Maresca. Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir. Paris, Bibliothèque publique d’information, 2007.

13 Bruno Maresca, ibid.

14 68 % des Français qui disent « aimer travailler ou étudier chez soi » fréquentent une BM.

15 Roger Chartier. Écouter avec les yeux. Paris, Fayard, 2008.

16 Susan Goldberg Kent. “American Public Libraries”, Books, Bricks & Bytes : Libraries in the Twenty-First Century. Transaction Publishers, 1999.

17 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique. Paris, Presses universitaires de France, 2003.

18 Dominique Schnapper. La communauté des citoyens : sur l’idée moderne de nation. Paris, Éditions Gallimard, 1994.

19 Livres-Hebdo, 29 février 2008.

20 Livres-Hebdo, 13 novembre 2009.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search