Version classiqueVersion mobile

Horizon 2019 : bibliothèques en prospective

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Dominique Arot
, 
Robert Damien
, 
et al.

Bibliothèques : ouvertures et territoires

Georges Perrin

Texte intégral

1La mort des bibliothèques n’est pas encore définitivement annoncée. Elle est toutefois envisagée par les Nostradamus du savoir et de la culture. Tout concourt à rendre plausible cette issue fatale : la virtualisation croissante des espaces et supports de la connaissance, les nouvelles pratiques sociales ou plutôt de moins en moins sociales et de plus en plus personnelles et individuelles d’appropriation de la culture, la globalisation de la recherche, entre autres.

2Mais pour réfléchir de façon prospective au profil qu’elles auront dans un avenir plus ou moins lointain, commençons par analyser l’état actuel de nos bibliothèques, prises dans le tourbillon d’une multiplicité d’évolutions qui ne sont pas seulement techniques. Quels constats pouvons-nous donc faire aujourd’hui tout d’abord sur l’état général de nos bibliothèques ?

3Au risque de contredire bon nombre de collègues, nos bibliothèques sont aujourd’hui dans un état de relative aisance matérielle. Pour qui les a connues il y a encore 20 ans, il est possible de se réjouir des considérables progrès accomplis, grâce aux efforts conjugués de l’État et des collectivités territoriales. Quelques faits et chiffres attestent de ce formidable bond en avant accompli depuis le milieu des années 1980 jusqu’à aujourd’hui : 2,5 millions de m ² de bibliothèques publiques construits grâce au concours particulier de la dotation générale de décentralisation (DGD), dans les plus grandes capitales régionales comme dans les plus petites communes de nos départements ; un effort plus modéré, mais proportionnellement aussi important de construction de bibliothèques universitaires, des plus prestigieuses universités aux implantations des antennes universitaires délocalisées ; près de 30 000 agents qualifiés ; des collections en expansion, qui permettent aujourd’hui le plein développement de véritables politiques documentaires ; un équipement informatique complètement achevé et constamment mis à jour ; etc.

4Certes, les budgets de fonctionnement apparaissent toujours insuffisants, notamment les budgets d’acquisition. Mais, là encore, la comparaison avec les réseaux étrangers, ne nous est pas toujours défavorable.

5En tout cas, partout en Europe, la crise se fait aujourd’hui sentir, et il n’a échappé à personne qu’en Grande-Bretagne, dès 2008, la fermeture, c’est-à-dire la mort définitive d’un certain nombre de bibliothèques communales, a été programmée. À ma connaissance, ceci ne s’est pas encore produit dans l’Hexagone. Mais qui sait ?

6Si l’on examine chacune des catégories de nos bibliothèques, comment peut-on aujourd’hui les caractériser, en apprécier l’état et les évolutions ? Nous verrons ceci sous le double prisme de leur efficience par rapport à leur public et de leur rayonnement sur le territoire, non seulement celui qui leur est strictement imparti par les missions qui sont les leurs, mais l’espace plus large de leur environnement administratif, social et professionnel.

BIBLIOTHÈQUES : PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET USAGERS

Les bibliothèques départementales

7Nul ne peut contester le gigantesque effort réalisé par les conseils généraux pour développer et maintenir des réseaux de lecture publique de mieux en mieux adaptés à la réalité géographique de leur milieu d’exercice. Au cours de ces 20 dernières années, grâce aux bibliothèques départementales, les réseaux de lecture n’ont cessé de se ramifier, de se consolider matériellement par la création de nombreuses bibliothèques municipales dotées d’au moins un professionnel et d’un budget d’acquisition dans les petites communes. Ils se sont également renforcés professionnellement grâce à la formation des correspondants des relais et à l’accroissement des collections. De sorte que ces bibliothèques départementales ont vu évoluer leur rôle de stricts fournisseurs et diffuseurs de documents, en celui de véritables centrales départementales de coopération et de développement de la lecture. Ainsi, 25 ans après la décentralisation, on constate une très nette amélioration de la couverture du territoire, et une très significative augmentation du nombre de lecteurs.

8Mais il reste que de nouvelles questions se posent de façon assez cruciale sur l’évolution actuelle de ces bibliothèques. Celles-ci, entre autres :

  • Quid du tournant, certes difficile à prendre, de la virtualisation des collections ? On sait que, de toutes les catégories de bibliothèques, ce sont les BDP qui, pour des raisons structurelles, sont le moins engagées dans l’acquisition et dans la pratique de la documentation électronique. Qui donc aujourd’hui, dans les territoires ruraux, réduira désormais les distances et rapprochera le savoir et les usagers : Internet ou la bibliothèque départementale ?

  • Quid de l’avenir de services qui sont nés du modernisme que représentait l’automobile dans l’après-guerre, et qui sont désormais soumis aux exigences des réductions de consommation de ressources énergétiques, donc de circulation ? Il est peut-être urgent de reconsidérer les modes pratiques de circulation des documents dans le réseau.

9Comme nous le verrons plus loin, les bibliothèques départementales sont les plus « accrochées » au territoire. Elles avaient été créées pour l’investir. Grâce aux plans de développement départementaux de la lecture publique, elles participent aujourd’hui, souvent seules et toujours en première ligne, à l’aménagement culturel de ce territoire. C’est d’ailleurs cette position qui commence à poser problème.

10De plus en plus de moyens sont mis en œuvre, pour desservir une population en décroissance. De plus en plus de kilomètres sont à parcourir, alors qu’on ne parle que de réduction de la consommation d’énergie. La mission et les modes de fonctionnement des BDP seraient-ils en train de devenir doucement obsolètes ?

11La carte à jouer concrètement par les BDP ne serait-elle pas celle du lien social, celle de la multiplication des lieux de rencontre culturels et d’échange, en complément de leur rôle de centrales de coopération ?

Les bibliothèques municipales

12Nul ne contestera non plus l’expansion considérable des bibliothèques municipales des grandes et moyennes communes. La politique volontariste de l’État, initiée dès le milieu des années 1980 a porté ses fruits. Quel est aujourd’hui le maire qui n’a pas tout fait pour utiliser le concours particulier de la DGD pour doter sa ville d’un équipement culturel dont tous les chiffres attestent qu’il est encore de nos jours le plus fréquenté ?

13Toutefois, depuis le début des années 2000, les statistiques montrent que les courbes de fréquentation ont tendance à baisser. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette lente désaffection :

  • l’évolution des pratiques culturelles, de plus en plus le fait d’une consommation individuelle, de moins en moins connectée au livre et à la lecture ;

  • une pratique professionnelle devenue presque exclusivement technique : la perfection des catalogues, l’automatisation des tâches (qui laissent en plan une partie des personnels), le maintien d’une organisation interne du travail héritée des années 1980-1990, et qui reste très cloisonnée, c’est-à-dire peu mutualisée, la grande promesse de la numérisation : tout concourt à accroître la distance des professionnels des bibliothèques municipales avec leur public ;

  • ceci se traduit par le volume restreint des horaires d’ouverture (moyenne nationale : de 20 heures par semaine ; 30 à 40 heures pour les BM des villes moyennes et des grandes villes). Ce phénomène est très contradictoire avec la persistance d’un discours encore militant qui ne cesse d’énoncer la nécessité de conquérir de nouveaux publics. Conquérir de nouveaux publics : oui ! mais quand ?

14Comme on peut mourir guéri, aurons-nous, dans certaines villes de France des bibliothèques très bien tenues, aux collections équilibrées, aux catalogues parfaits, aux magasins dépoussiérés, mais aux salles de lecture désertées ? Sur cette question, une littérature commence à s’accumuler, dont je vous invite à prendre connaissance.

15En résumé, nous dirons qu’aujourd’hui, c’est sur le réseau des BM que l’obsolescence du modèle des bibliothèques est le plus visible. Et pourtant, elles ne manquent pas d’atouts : ce sont les bibliothèques les mieux dotées en personnel qualifié (même si le taux d’encadrement est loin d’être satisfaisant) ; leur baisse de fréquentation n’est peut-être qu’apparente, dans la mesure où les chiffres répertoriés se limitent généralement à l’inscription et aux prêts, sans tenir compte du seul chiffre des entrées, plutôt en hausse. Elles restent encore, malgré tout, les équipements culturels les plus fréquentés de France.

16Sans doute faut-il que les responsables des BM se saisissent plus hardiment de toutes les réflexions et expériences en cours, et suscitent un mouvement au sein des équipes municipales et des équipes de leurs bibliothèques, pour ouvrir localement des pistes d’évolution.

17Sans doute convient-il également de hâter la nécessaire réforme de la formation permanente et de ses contenus, et de les axer davantage sur les publics et leurs pratiques, sur l’environnement administratif, social et culturel des bibliothèques que sur la perfection des techniques bibliothéconomiques. Il y a là de très vastes champs à explorer pour cesser de continuer à vivre sur l’acquis et pour inventer l’avenir.

Les bibliothèques des universités

18On parle peu des progrès pourtant importants réalisés par les bibliothèques universitaires depuis la publication, il y a 20 ans, du rapport Miquel. Même si on reste loin des préconisations ambitieuses de ce rapport, un effort important de construction a été initié, dans le cadre du plan Universités 2000 d’abord, dans celui d’U3M ensuite. Il devrait se poursuivre grâce au plan Campus. Un effort de remise à niveau des collections a été également entrepris, quelque peu contrarié depuis le début des années 2000 sur le plan budgétaire, par l’apparition et le développement exponentiel de la documentation électronique. Enfin, un mouvement important a été accompli pour compléter le personnel très insuffisant de ces bibliothèques.

19Toutefois, malgré ces efforts et ces gains, malgré la maîtrise aujourd’hui absolue de la documentation électronique qu’ont acquise ces services, on note encore dans de nombreuses universités, l’attention toute relative que portent les autorités universitaires au secteur documentaire. Le développement des bibliothèques universitaires, même s’il a réjoui tous les usagers des universités, s’est fait de manière un peu séparée des autres activités de la vie universitaire, et le nouveau contexte administratif, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), fait craindre le pire à nos collègues. On croit reconnaître les craintes éprouvées par les professionnels de la lecture publique il y a 25 ans, à la veille de la décentralisation.

20Malgré tout, ces bibliothèques ne sont pas sans atouts pour l’avenir immédiat, ni pour l’avenir à moyen ou à long terme. En effet, leurs gestionnaires, qui ont acquis une solide connaissance et une parfaite pratique de la littérature électronique, sont reconnus, au sein de leurs universités, comme formateurs pour la recherche et la veille documentaire. Il leur reste à se faire reconnaître comme partie prenante et compétente de la collecte, de la conservation et de la diffusion en ligne des productions universitaires : cours et travaux de recherche.

21Les bibliothèques universitaires non plus n’échappent pas aux évolutions des pratiques de leur public. Elles sont désormais considérées par les étudiants comme un des rares lieux de vie des campus : lieu de rendez-vous pour le travail en groupe, ou tout simplement pour la rencontre, lieu de travail, lieu de consultation des écrans, lieu de récupération (sommeil), lieu d’attente, etc. Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’importance de la pression des étudiants en médecine, par exemple, pour des ouvertures généralisées en soirée.

BIBLIOTHÈQUES ET TERRITOIRES : UNE PROBLÉMATIQUE RENOUVELÉE

22En cette année 2010, et pour les toutes prochaines années, aucune catégorie de bibliothèque ne peut échapper au nécessaire questionnement de son implantation territoriale. Deux réformes actuellement en cours sont lourdes de conséquences sur l’organisation territoriale des bibliothèques : la réforme des collectivités territoriales, et la mise en œuvre de la loi sur les libertés et responsabilités des universités.

La réforme des collectivités territoriales

23Aujourd’hui à l’état de projet de loi, cette réforme, qui doit être achevée au 1er janvier 2014, prévoit un certain nombre de mesures qui vont avoir de nombreuses incidences sur le fonctionnement des bibliothèques territoriales :

  • le renforcement et la rationalisation de l’intercommunalité : toutes les communes devront avoir rejoint une intercommunalité avant le début de l’année 2014. Dans la mesure où toutes les communes seront intégrées dans ce paysage, où situer désormais le niveau décisionnaire, celui où se déterminera la volonté d’ouvrir une nouvelle bibliothèque ? Dans la mesure où l’intercommunalité se donnera la compétence culturelle et celui de la gestion de la lecture publique, quel sera le poids d’un conseil municipal qui souhaite voir sa commune dotée d’une bibliothèque ? Continuerons-nous à assister à ces incohérences, sinon politiques du moins administratives, qui consistent à confier à la communauté d’agglomération ou de communes la gestion de la bibliothèque centrale tout en laissant à la ville centre la gestion des annexes comme à La Rochelle ou à Rennes ? Les bibliothèques départementales devront-elles abandonner aux bibliothèques intercommunales la desserte des communes intégrées dans des intercommunalités à dominante urbaine ? Les responsables des réseaux de lecture publique vont devoir rapidement se concerter pour déterminer une position commune sur ce sujet ;

  • le regroupement des départements et des régions : le regroupement de certains départements entre eux, et celui des régions entre elles sont fortement recommandés, même s’il est prévu qu’ils se fassent sur le mode du volontariat. Qu’adviendra-t-il des bibliothèques des départements fusionnés ? Où se détermineront les plans de développement de la lecture publique ?

  • la création des conseillers territoriaux : ceux-ci, élus sur une liste unique département-région, seront amenés, pour les premiers de la liste, à participer à la gestion des deux instances territoriales. Sous le couvert d’une gestion politique concertée, et donc plus synergique, les professionnels des bibliothèques départementales ont déjà perçu le danger d’une disparition des financements multiples, en provenance des différentes collectivités, sources jusqu’ici de partage des responsabilités d’investissement pour les équipements. Le risque est réel pour la poursuite du développement matériel des réseaux de bibliothèques.

24Quoi qu’il en soit, cette réforme que le Président de la République et le gouvernement sont pressés de voir aboutir, aura une incidence certaine sur une inévitable réorganisation des réseaux de lecture publique.

25Mais, cette politique territoriale de la lecture publique croise parfois la politique documentaire des universités. On n’a pas oublié les implantations de documentation universitaire dans les bibliothèques municipales : à Valence, à Blois, à Digne, entre autres. Mais un bilan a-t-il jamais été réalisé de l’impact et de l’efficience de ces implantations ?

Les pôles de recherche et d’enseignement supérieur et la loi sur les libertés et responsabilités des universités

26En 2003, l’apparition du classement de Shanghai a contraint les universités à s’interroger sur l’impact et le rayonnement de leurs travaux de recherche, et par ricochet, sur leur visibilité au niveau international. De ce constat, assez négatif, et des états généraux de la recherche en 2004, est née l’idée de regroupements par site de la recherche universitaire.

27C’est cette idée qui s’est traduite dans la loi de programme de la recherche du 18 avril 2006, qui porte création des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES). Ils sont aujourd’hui au nombre de 15, et le principe de base de leur constitution reste le regroupement territorial des unités d’enseignement supérieur (écoles et universités). Ainsi, après la première expérience des pôles universitaires européens, conduite dans les années 1990, se développe, fortement encouragée par l’État, une politique de développement des réseaux territoriaux d’universités. Un premier bilan de l’activité et de l’impact des PRES sera fait à la fin de cette année.

28La logique de ces regroupements peut désormais avancer vers une réunion complète des universités d’un même site. Déjà réalisé à Strasbourg, ce type de regroupement est projeté à l’horizon 2012 à Aix-Marseille, Lille, Montpellier et Nancy-Metz.

29Ceci a, bien évidemment, un effet direct sur l’organisation documentaire des universités concernées. Déjà les universités de Bordeaux et de Toulouse ont confié la coordination de leur documentation à leur PRES respectif, et les services communs de documentation (SCD) de Strasbourg goûtent progressivement aux délices de la fusion.

30Mais la grande affaire des universités, depuis l’année 2007, c’est la mise en œuvre de la LRU. Pour la dimension territoriale du problème qui nous occupe, cette loi a une incidence très importante : en effet, l’accès aux responsabilités et compétences élargies prévoit la possibilité pour les universités d’assumer pleinement la gestion de leur parc immobilier, ce qui, jusqu’ici, n’était pas dans leurs habitudes, ni dans leur savoir-faire. Il faut prendre en compte la réalité d’un nombre important d’implantations géographiques de toutes natures et de toutes dimensions. Rares sont ces implantations dépourvues de bibliothèques ou centres de documentation. Jusqu’à une époque récente, on comptait plus de 300 implantations géographiques de bibliothèques universitaires sur l’ensemble du territoire. Plus récemment, l’intégration des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) dans certaines universités a complexifié un peu plus leur réseau documentaire. Elles devront désormais compter avec cette dispersion, la gérer, voire la modifier et sans doute, à terme, la réduire ou la simplifier.

31Enfin, ces récentes évolutions, qui impliquent désormais complètement les universités et leurs bibliothèques dans une politique de territoire, les obligent à entrer dans une relation beaucoup plus étroite avec les collectivités territoriales, dont nous avons vu, par ailleurs, qu’elles vivent dans la perspective d’une profonde réforme organisationnelle.

32Cette relation avec les collectivités territoriales est déjà ancienne, et il suffit d’évoquer tout l’intérêt que portent depuis les années 1970, les villes, et surtout les villes moyennes, au développement des universités. On ne compte plus les bâtiments rénovés et aménagés offerts par les communes aux universités pour favoriser leur déconcentration. On peut également rappeler les implantations des antennes de bibliothèques universitaires dans les bibliothèques municipales.

33De plus certaines régions, telles l’Île-de-France ou Rhône-Alpes, participent activement au développement des universités et au fonctionnement de leurs services de documentation, non seulement par leur participation aux investissements dans le cadre des contrats de plan État-Région (CPER), mais par des politiques particulières. Ainsi, à titre d’exemple, la région Île-de-France apporte, pour la deuxième année consécutive, une aide au financement des contrats de moniteurs étudiants pour l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires.

34Ceci va dans le sens de la réforme des collectivités territoriales qui prévoit pour les régions une compétence exclusive dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la formation en général.

BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES ET UNIVERSITAIRES : LE FUTUR D’UNE COOPÉRATION

35Ce tour très général des bibliothèques universitaires et des bibliothèques de lecture publique, de leur état actuel, des problématiques auxquelles elles sont mêlées aujourd’hui, incite à penser qu’elles ont peut-être plus de points communs qu’il n’y paraît au premier examen, et qu’elles ont sans doute intérêt à se concerter et à envisager des coopérations plus franches pour préparer l’avenir.

36Cette coopération, comme nous allons le voir, elle existe déjà. Elle s’organise et se développe généralement sur un même site. Mais elle a souvent posé problème.

37De l’histoire antérieure de la coopération, il existe deux versants : celui de la réussite probante, et celui de la juxtaposition inefficiente.

38Au titre des coopérations qui ont marché et marchent encore, je me permets de citer, et je serais coupable de ne pas le faire, l’expérience des pôles associés à la BnF. Ils sont nés d’une série d’idées simples, telles celles-ci :

  • conjuguer le savoir-faire des bibliothèques universitaires en matière de politique documentaire, et notamment de constitution de collections, et celui des bibliothèques municipales dans le domaine de l’accueil et des services au public ;

  • étendre à l’ensemble des bibliothèques le bénéfice de la coopération initiée en lecture publique dans les années 1980 ;

  • faire émerger et valoriser au niveau national les fonds particuliers ou spécialisés des bibliothèques municipales et des centres d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (CA-DIST), complémentaires des collections de la BnF.

39Cette coopération a débuté à partir de l’élément le plus commun et le plus essentiel de toute bibliothèque : les collections. Elle s’est étendue depuis lors à d’autres domaines et au partage en complémentarité de certaines politiques : conversion rétrospective des catalogues ou numérisation de certains fonds patrimoniaux.

40Ce qui a fait le succès et assuré la pérennité de cette coopération, c’est évidemment la présence active du puissant fédérateur qu’est la BnF, et des moyens financiers et techniques qu’elle met en œuvre pour soutenir et développer ce réseau. Mais, pour avoir été l’un des initiateurs de cette politique, et plus tard un bénéficiaire, j’ai la secrète vanité de penser qu’elle a permis aux professionnels de nouer localement des relations de travail très prometteuses, et notamment de se faire reconnaître localement par leurs autorités respectives.

41Mais, dans le cadre des coopérations sur site, je voudrais brièvement évoquer deux expériences récentes et deux projets qui pourraient être considérés comme des prototypes de coopération pour l’avenir.

42La première expérience concerne la mutualisation d’accès aux catalogues des bibliothèques municipales et universitaires de Limoges sous la forme d’un portail commun : MADUVIL. Ce dernier permet à tout usager, de localiser le document qu’il recherche, et d’en connaître les conditions d’accès et la disponibilité. Ultérieurement, il permettra l’intégration et la mise à disposition des données numériques des deux établissements, pour l’ensemble des usagers de Limoges. Ce portail a vocation à accueillir d’autres catalogues en provenance d’autres bibliothèques de la région.

43De plus, les deux bibliothèques coopèrent pour le traitement bibliographique de la bibliothèque patrimoniale du grand séminaire de Limoges, au terme d’un héritage partagé de ses collections.

44Le cas de Troyes est également intéressant. En effet, l’université de Reims, qui dispose d’une antenne délocalisée à Troyes, finance des contrats de moniteurs étudiants pour aider la bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) de Troyes à ouvrir le dimanche, ce dont les premiers bénéficiaires sont… les étudiants.

45Sans vouloir développer outre mesure ici la délicate et récurrente question de l’accueil des étudiants dans les BM, il me faut tout de même l’évoquer, puisqu’il s’agit aussi d’un problème d’ouverture.

46Les équipes de certaines BM et non des moindres se plaignent de l’invasion de leurs locaux et de leurs places assises par les étudiants, et se réjouiraient sans doute de pouvoir les chasser, afin, disent-elles, d’accueillir d’autres publics. Je me permets de poser la question : est-ce que le bannissement d’une catégorie de public favorisera nécessairement l’arrivée d’autres catégories de publics ? Peut-être convient-il de s’interroger sur les modalités d’accueil du public (pertinence des horaires d’ouverture et des services offerts) avant de jeter l’opprobre sur une partie de ce public qui a le mérite d’être fidélisée.

47De plus, cette attitude est le signe d’une méconnaissance profonde de l’image que le public se fait de la bibliothèque, et de la trajectoire naturelle qui conduit l’étudiant de la BM à la BU et inversement.

48Une étude réalisée conjointement au début de cette année par l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et l’Inspection générale des bibliothèques (IGB) montre que pour l’étudiant primo-entrant à l’université, le passage du CDI de son lycée à la BU est d’une extrême difficulté : méconnaissance des codes de fonctionnement de l’université, manque de pratique par rapport à une offre documentaire riche et organisée. Les étudiants qui s’approprient le plus facilement les lieux et les collections de la BU sont ceux qui fréquentaient auparavant leur BM, et la trajectoire est directe de l’une à l’autre. Que manque-t-il à l’étudiant de premier cycle dans une bibliothèque municipale de grande ville où il peut trouver une place pour travailler, les collections de références utiles à son travail, et la possibilité de passer à tout moment du travail au loisir ?

49De ce point de vue, l’expérience conduite actuellement à Cergy-Pontoise, réunissant l’ensemble des responsables des bibliothèques du Val d’Oise est très intéressante. Il faut d’abord faire état d’un contexte exceptionnel en matière de bibliothèque. En effet, le Conseil général du Val d’Oise a créé un portail pour l’ensemble des bibliothèques présentes sur son territoire, toutes catégories confondues. Ce portail, baptisé REVODOC, répertorie la totalité des ressources documentaires de 135 bibliothèques : 122 BM, 12 bibliothèques d’enseignement supérieur (université de Cergy et écoles) et la BDP du Val d’Oise. Ce portail permet à tout lecteur, quel que soit son lieu de résidence, de faire venir dans la bibliothèque où il est inscrit, le document qu’il a pu localiser grâce au portail. Sous-jacent à ce principe de fonctionnement, un système efficace et rapide de circulation des documents a été mis en place, sous la double forme de l’envoi postal et du recours à la navette automobile. Dans ce contexte, où toutes les bibliothèques, mais également toutes les collectivités territoriales, l’université et les grandes écoles sont activement partie prenante, la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise lance actuellement une étude pour connaître les besoins et les pratiques des étudiants de l’université de Cergy et ceux d’autres universités résidant à Cergy, en matière de bibliothèque. Bien évidemment, le comité de pilotage de l’étude regroupe l’ensemble des directeurs de bibliothèques présentes sur le site de Cergy. L’objectif de cette étude consiste à harmoniser les politiques d’accueil des étudiants, tant sur le plan des horaires d’ouverture, en travaillant à leur complémentarité, que sur les collections et les services au public.

50Puisse cet exemple être suivi en de nombreux endroits où les ressources documentaires et les modalités d’accueil du public mériteraient d’être harmonisées. Le cas de Cergy-Pontoise, et plus largement du département du Val d’Oise et les résultats déjà manifestes de cette coopération, montrent bien l’intérêt qu’il y a pour l’avenir à inscrire les bibliothèques publiques et universitaires dans une logique commune de desserte du territoire.

  • 1 Pour le détail, je vous renvoie à l’excellent article d’Alain Sainsot et Nicolas Galaud, « Le proje (...)

51Le dernier projet que je souhaite évoquer ici participe de la même logique. Il s’agit de celui de la médiathèque centrale de Brest, pôle documentaire municipal et universitaire1. Je voudrais juste mettre en exergue ce qui me semble en faire un projet exemplaire :

  • au départ, il s’agit de construire en centre-ville une grande bibliothèque universitaire répondant aux besoins des 5 000 étudiants présents sur le site. Dès l’origine de ce projet, la ville de Brest souhaite s’associer à l’université pour réaliser elle-même la grande centrale de lecture publique dont elle ne dispose pas encore. (Le seul hiatus dans ce double projet, qui prévoit une surface totale de 14 000 m², c’est le phasage dans le temps des deux projets : l’université souhaite, en effet, ouvrir sa bibliothèque en 2008, alors que la ville prévoit d’ouvrir la sienne en 2011) ;

  • très vite apparaît la nécessité de ne pas cantonner cette double réalisation sur un même lieu de deux bibliothèques à une simple économie de réalisation. Bien qu’il soit prévu dès l’origine que chaque bibliothèque sera gérée et fonctionnera de façon autonome, il est envisagé d’articuler les politiques documentaires (échanges de collections) et d’harmoniser les modalités d’accueil des publics, prévoyant la gratuité réciproque d’accès aux espaces et aux services des deux bibliothèques à toute personne inscrite dans l’une ou l’autre de ces bibliothèques. Ainsi, la mutualisation des salles de lecture permettra de mettre à la disposition de toutes les catégories de public 1 000 places de travail ou de lecture. Seront également mutualisés la salle des périodiques et des références, les espaces d’animation, et la salle de formation à la recherche documentaire.

52De l’aveu même des responsables de ce projet, la coopération entre les deux entités a été facilitée, et est apparue d’emblée comme naturelle, du fait de la participation active et ancienne des deux bibliothèques au pôle associé brestois à la BnF.

53Grâce à cette entente préalable, et à une pratique éprouvée des relations professionnelles, grâce également au recours à un architecte qui s’est déjà illustré dans les constructions de bibliothèques (BM de Poitiers, BU de Besançon et du Mans), le projet brestois se présente essentiellement comme un exemple de pragmatisme qui pourrait ou qui devrait faire école.

54Ces deux derniers exemples tendent à prouver que chaque territoire est à même de trouver les solutions les plus adaptées à sa configuration et à ses publics. Peut-être faut-il désormais se dire qu’à l’avenir, du fait de cette adaptation aux exigences du territoire et dans le respect des fondamentaux, chaque réseau documentaire sera unique en son genre, en tous cas, moins parcellisé et moins standardisé que nos bibliothèques d’aujourd’hui.

Notes

1 Pour le détail, je vous renvoie à l’excellent article d’Alain Sainsot et Nicolas Galaud, « Le projet de nouveau pôle documentaire municipal et universitaire de Brest », Bulletin des bibliothèques de France, t. 52, n° 1, 2007, dossier consacré à la construction des bibliothèques. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter:bbf-2007-01-0065-011 >.

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search