Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 3. Bibliothèques

Chapitre 9. « Le savoir vaut vertu ». La bibliothèque comme enjeu politique dans l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud

Ludovic Frobert et Quentin Schwanck

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1857, dans la troisième édition de son Livre du compagnonnage, Agricol Perdiguier dresse la liste des ouvrages pouvant et devant être lus par les ouvriers et artisans. Au moment d’évoquer dictionnaires et encyclopédies, il signale le « monument incomparable » que constitue l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud. Toutefois, il ajoute : « Mais les parties abstraites et métaphysiques de ce bel ouvrage ont un développement immense, et ce qui nous intéresse le plus en a souvent trop peu. Cette encyclopédie, si digne d’être recherchée des penseurs et des philosophes, est trop savante pour nous »1. Et Perdiguier d’indiquer que le lectorat populaire trouverait sans doute plus de lumières et profits à butiner dans l’Encyclopédie moderne, ou Dictionnaire des sciences, des lettres et des arts que, dès 1823, Eustache-Marie Courtin avait imaginé sur le modèle de la grande Encyclopédie de Diderot et d’Alembert où il ne cessait d’être rendu hommage aux arts et artisans.

La rema...

Auteurs

Doctorant à l'ENS de Lyon et à l'université de Lille sous la direction de Ludovic Frobert et Samuel Hayat, laboratoires Triangle et CERAPS

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540