Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 3. Bibliothèques

Chapitre 9. « Le savoir vaut vertu ». La bibliothèque comme enjeu politique dans l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud

Ludovic Frobert et Quentin Schwanck

Texte intégral

  • 1 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage, Paris, chez Perdiguier éditeur, 1857, vol. 2, p. 274

1En 1857, dans la troisième édition de son Livre du compagnonnage, Agricol Perdiguier dresse la liste des ouvrages pouvant et devant être lus par les ouvriers et artisans. Au moment d’évoquer dictionnaires et encyclopédies, il signale le « monument incomparable » que constitue l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud. Toutefois, il ajoute : « Mais les parties abstraites et métaphysiques de ce bel ouvrage ont un développement immense, et ce qui nous intéresse le plus en a souvent trop peu. Cette encyclopédie, si digne d’être recherchée des penseurs et des philosophes, est trop savante pour nous »1. Et Perdiguier d’indiquer que le lectorat populaire trouverait sans doute plus de lumières et profits à butiner dans l’Encyclopédie moderne, ou Dictionnaire des sciences, des lettres et des arts que, dès 1823, Eustache-Marie Courtin avait imaginé sur le modèle de la grande Encyclopédie de Diderot et d’Alembert où il ne cessait d’être rendu hommage aux arts et artisans.

  • 2 Sur ces bibliothèques populaires, voir ici : Agnès Sandras, « La “bonne bibliothèque” et le “dialog (...)
  • 3 George Sand, Le compagnon du tour de France, Grenoble, PUG, 1979, p. 321.

2La remarque de Perdiguier est contemporaine de l’essor des bibliothèques populaires, mais aussi de celui de savoirs et de sciences populaires interrogeant, par le bas, l’idéologie capacitaire du temps et son corollaire, la recherche d’inégalité et de hiérarchies objectivement fondées permettant de classer et distinguer rationnellement les individus dans le nouveau monde industriel en train de naître2. Au tournant de 1840, en dialogue avec Agricol Perdiguier lors de la rédaction de son Compagnon du tour de France, George Sand bousculait justement cette idéologie capacitaire en dessinant la figure du compagnon Pierre Huguelin dont les compétences – disons les qualités associées à la volonté de ne pas en faire des instruments de distinction et de domination, mais au contraire de solidarité – apparaissent notamment lors de l’épisode de la découverte de la bibliothèque d’Yseult de Villepreux. Là, le jeune menuisier s’instruisait des grands classiques, de Platon à Rousseau et il se convertissait à la poésie. Lorsqu’un peu plus tard Yseult découvrait que Pierre avait été un lecteur de sa bibliothèque, elle l’interrogeait, stupéfaite et troublée du résultat : « elle fut frappée de la droiture de jugement avec laquelle, sans autre lumière que celle d’une conscience rigide et d’un cœur plein de charité, il réfutait l’erreur et confondait l’orgueil des savants de ce monde, n’admirant chez les poètes et les philosophes que ce qui est vraiment grand et éternellement beau, ne croyant de l’histoire que ce qui est d’accord avec la logique divine et la dignité humaine, s’élevant enfin, par sa grandeur innée, au-dessus de toutes les grandeurs décernées par le jugement des hommes »3. À sa parution en décembre 1839, Le compagnon du tour de France fut considéré par l’opinion éclairée du temps comme un véritable brûlot, mais surtout comme une exagération extravagante. Dans la grande presse (National et Constitutionnel), et sous le pseudonyme de Léon Durochet, le publiciste libéral Louis Reybaud en fit sévèrement la critique, il fut suivi par Marie d’Agoult dans La presse, et finalement dans l’honorable Revue des deux mondes, Jules Lerminier put noter que « Le Compagnon du tour de France est un factum dirigé contre toutes les classes de la société par la dernière ».

  • 4 On ne peut véritablement citer que David Albert Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque (...)
  • 5 Voir ici la très importante introduction de Jean-Pierre Lacassagne à l’édition Slatkine (Genève, Sl (...)

3La remarque initiale de Perdiguier sur l’Encyclopédie nouvelle, « trop savante », peut avoir plusieurs significations et inviter à différentes enquêtes. Et on peut, parmi celles-ci, opter pour une enquête permettant en quelque mesure d’avancer sur la question du positionnement de ce vaste corpus vis-à-vis du grand débat de l’époque concernant l’idéologie capacitaire. Question extrêmement délicate pour différentes raisons : car le corpus de l’Encyclopédie nouvelle, souvent signalé et salué, a au final été très peu étudié4 ; car il s’agit d’une vaste entreprise collective, réunissant des dizaines d’auteurs variés, à l’histoire assez mouvementée ; car les entrées ont le plus souvent des statuts différents (certaines fondamentales, d’autres plus anecdotiques) et renvoient à des intentions diverses ; et enfin et surtout, car, à première investigation, le corpus présente un caractère paradoxal : en 1839, le prospectus d’une édition tardive de l’Encyclopédie annonce : « livre qui, au moyen d’une doctrine générale, embrasse le cercle entier des connaissances humaines »5. En ce sens, il s’agit bien de l’encyclopédie adaptée aux nouveaux temps industrialiste et socialiste. Des temps organiques et non critiques, synonymes d’unité, de solidarité et de lien et ayant donc pour cela besoin prioritairement d’une doctrine ordonnant toutes les connaissances. Là se trouve le programme annoncé de l’Encyclopédie nouvelle. Toutefois l’analyse du détail des entrées laisse une impression bien différente, celle bien sûr, globalement et dans la lettre, d’une relative unité doctrinale, mais celle aussi et simultanément, dans le détail et souvent dans l’esprit, de nombreux écarts, fragmentations, différends. Et il faut ici rappeler que les deux maîtres d’œuvre de l’entreprise, Pierre Leroux et Jean Reynaud, se déchireront et se sépareront avec fracas en 1840, Jean Reynaud poursuivant seul et avec de nouveaux collaborateurs et alliés la publication d’une Encyclopédie qui demeurera inachevée en 1847.

4Cette contribution visera donc à avancer de quelques pas sur la question de l’unité/fragmentation du corpus en lien avec l’interrogation du temps sur capacité et classement et notamment en l’illustrant par ce que permet de révéler l’entrée « Bibliothèque ». Nous procéderons en quatre temps : un court rappel concernant cette Encyclopédie et son histoire (1), puis une illustration des fragmentations visibles au sein du corpus en proposant une comparaison des entrées « Adam Smith » (Jules Leroux) et « Gracchus Babeuf » (Jean Reynaud) [2], une description et analyse de l’entrée « Bibliographie/Bibliothèque » rédigée par Jean-Edmond Tournachon de Montvéran (3), et enfin la mise en correspondance de cette entrée avec « Encyclopédie » (Jean Reynaud), véritable Discours préliminaire de l’Encyclopédie nouvelle (4).

Encyclopédie nouvelle : un court descriptif

  • 6 Charles-Augustin Sainte-Beuve, Premiers lundis, Paris, Calmann-Lévy, 1885, vol. 2, p. 94.
  • 7 Henri Saint-Simon, Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, 1824, in Œuvres complètes(...)

5L’entreprise de l’Encyclopédie nouvelle prit initialement forme dans le creuset de la Revue encyclopédique. Lancée en 1819 par Marc-Antoine Jullien, la Revue était reprise en main au début des années 1830 par des dissidents du saint-simonisme orthodoxe, s’éloignant du Globe, car heurtés par les diverses dérives enfantiniennes. Hippolyte Carnot, Pierre-Laurent Matthieu et donc Pierre Leroux et Jean Reynaud, d’autres encore, animèrent trois années durant une publication qui, selon les mots de Sainte-Beuve, s’appliquait « à la conciliation des systèmes nouveaux d’économie politique et d’organisation des travailleurs avec les libertés des citoyens et les inaliénables conquêtes de notre Révolution »6 ; bref, une publication qui tentait d’articuler à l’aide d’une réflexion rigoureuse, industrie (au sens contemporain du terme) et République. L’entreprise répondait aux vœux antérieurs d’Henri Saint-Simon qui dans son opuscule Sur la nécessité de faire une nouvelle Encyclopédie pour préparer la réorganisation sociale avait noté que si la grande Encyclopédie avait eu pour fonction, au XVIIIe siècle, de saper le système théologique et féodal, il était nécessaire aux philosophes et autres Lumières du XIXe siècle de « faire une Encyclopédie pour constituer le système industriel et scientifique »7.

  • 8 Pierre Leroux, Jean Reynaud, Exposé des principes républicains de la Société des droits de l’homme (...)

6En 1833, voulant proposer une doctrine mettant fin aux controverses picrocholines entre factions républicaines, Leroux et Reynaud publiaient un Exposé des principes républicains de la Société des droits de l’homme et du citoyen, où étaient martelés que « le peuple doit retrouver l’exercice de sa souveraineté » et cela par la mise en place d’un gouvernement autorisant « le mouvement et la discussion », mais qu’il fallait aussi un meilleur « établissement de fonctions industrielles qui contribuent à réaliser ces deux grands principes, la meilleure division du travail, la meilleure répartition des produits, qui accélèrent l’émancipation de la classe ouvrière, et fassent intervenir la puissance et l’intelligence sociale dans le développement des intérêts sociaux »8.

  • 9 Pierre Leroux, « De la philosophie et du christianisme », Revue encyclopédique, 1832, vol. 55, p. 2 (...)
  • 10 Jean-Pierre Lacassagne, introduction citée, in Encyclopédie nouvelle, op. cit., p. 6.
  • 11 Prospectus de 1833 reproduit dans l’introduction de Lacassagne, in Encyclopédie nouvelle, op. cit., (...)
  • 12 Ibid., p. 14.

7Pour cela, pour agir, notait Leroux, il y avait « nécessité d’une nouvelle synthèse générale de la connaissance humaine »9, synthèse du travail accompli et en cours d’accomplissement dans la société en gestation, tant en politique, qu’en science et en art. L’Encyclopédie devenait alors le recueil de cette synthèse. Comme l’a toutefois opportunément noté Jean-Pierre Lacassagne, « ce recueil vire au recueillement »10 et l’Encyclopédie ne cessera d’osciller entre un projet de dictionnaire philosophique et un projet de compilation. Dans le prospectus de l’Encyclopédie pittoresque à deux sous, première mouture du projet sous le titre général duquel parurent les fascicules des deux premières années, les rédacteurs insistaient sur la dimension instructive (condition de toute vie) de l’entreprise. Ils précisaient qu’il s’agissait de « résumer de façon claire et précise les parties de la connaissance humaine qui sont maintenant assez avancées pour être vulgarisées et placées au domaine commun », que l’Encyclopédie n’allait être que la « revue élémentaire et concise de la nature et de l’histoire » et que ce partage et cette mise à disposition pour tous et en commun de toutes ces connaissances devaient permettre, au temps présent, d’améliorer, de faire progresser l’humanité. Là encore les rédacteurs évoquaient « le besoin de se recueillir et de juger sereinement sa position, avant de se décider à rien faire de nouveau »11. Dans un prospectus de cinq ans postérieur – la parution de cet autre prospectus s’expliquant par les vicissitudes éditoriales de l’entreprise –, le ton était différent ou plus précisément, bien plus dans le ton d’un « Dictionnaire philosophique » et non d’un « recueil de faits et de renseignements ». Les rédacteurs expliquaient en effet que l’Encyclopédie visait à éprouver et illustrer la « Doctrine du progrès et de la perfectibilité ». Ils poursuivaient, qu’a priori par la métaphysique et a posteriori par l’histoire, « la Nouvelle Encyclopédie est destinée à donner à cette Doctrine des bases solides et vraiment constitutives »12.

  • 13 Pierre Leroux, La grève de Samarez, Paris, Klincksieck, 1979, p. 68.

8Annoncée en 1833 comme devant être achevée dans un délai de quatre ans, la publication de l’Encyclopédie nouvelle s’étendit jusqu’en 1846. Les trois premiers volumes paraissent dans l’ordre, entre novembre 1833 et 1837, mais à partir du volume 4, la publication devient plus chaotique, le volume 8 est mis en chantier, puis sans que le volume 4 et le volume 8 soient achevés, le volume 5 est débuté. En 1846, le corpus demeurera inachevé, le volume 6 n’est jamais paru, et les volumes 4, 5 et 7 présentent, à diverses échelles, de larges manques. L’entreprise était gigantesque et mobilisa un vaste réseau de collaborateurs venant de tous les champs et de toutes les disciplines. Il est naturellement impossible de lier l’inachèvement de ce corpus à une seule cause. Relevons toutefois que l’oscillation entre un projet de dictionnaire philosophique et un projet de compilation compliquée par le différend doctrinal croissant qui sembla se creuser entre les deux maîtres de l’Encyclopédie constitue sans doute en partie l’une des causes majeures. La rupture entre Leroux et Reynaud se fit en septembre ou octobre 1840 autour de la question de la destinée des âmes après la mort, Reynaud étant partisan d’une élitiste transhumance des âmes de planètes en planètes, Leroux d’une plus prosaïque renaissance terrestre. Comme le notera significativement Leroux, bien ultérieurement, dans La grève de Samarez, cette « divergence sur un point capital de la religion… en implique une égale sur le point capital de la philosophie, la vie en elle-même, et sur toutes les conséquences qui dérivent des principes »13. Après 1840, l’aventure de l’Encyclopédie nouvelle se poursuivra, mais sans Pierre Leroux et son cercle, dont son frère, Jules Leroux.

Divergences : Jean Reynaud et Jules Leroux

  • 14 Sur Jules Leroux ; Nadine Dormoy Savage, « Jules Leroux en Icarie », The French Review, 1976, 49 (6 (...)
  • 15 Jules Leroux, Aux ouvriers typographes, Paris, Herhan, 1833. La brochure porte en sous-titre, De la (...)

9Décédé à Cloverdale, Californie en 1883 alors qu’il rédigeait encore le journal L’étoile des pauvres et des souffrants, le turbulent jeune frère de Pierre, Jules Leroux14, signa avant 1840 le plus grand nombre des entrées économiques de l’Encyclopédie nouvelle : « banque » (vol. 2), « bourse », « capital », « change », « commerce », « concurrence », « consommation » (vol. 3), « crédit », « échange », « économie politique », « emprunt », « épargne » (vol. 4), « Smith », « travail », « Sully » (vol. 8). En 1833, alors que Pierre Leroux et Jean Reynaud publiaient l’Exposé des principes républicains, Jules signait un retentissant Aux ouvriers typographes où il invitait les ouvriers à s’unir dans le but de transformer le régime de la propriété économique et à expérimenter collectivement une coopérative de production15. Dans la Revue encyclopédique, il publiait simultanément une série d’articles « Économie politique » reprenant un cours fait à l’Athénée de Marseille et c’est en préfaçant et louant ce cours que Pierre distingua le socialisme de l’individualisme.

  • 16 Jean Reynaud, Correspondance familière, Paris, Motteroz, 1886, p. 117-119.

10Jean Reynaud exprimait au sujet de Jules et de ses idées un sentiment bien plus nuancé. Dans une lettre qu’il lui adressa en 1835, il avouait à Jules Leroux son désaccord concernant ses idées, sa presque répugnance, ainsi que sa crainte de voir Pierre suivre les pas de Jules : « Il faut, pour cela, qu’il ait bien changé, car je l’ai vu plus d’une fois embarrassé par ce qu’il y a d’étroit dans votre conception, et se plaignant de ce que vous fussiez trop exclusivement économiste ». Jean Reynaud voyait dans l’économie de Jules un matérialisme assez grossier synonyme de simple conservation des individus alors qu’il devait être plus ambitieusement question de « perfectionnement » : « Votre droit de conservation est le droit des barbares, poursuivait Reynaud, je regrette beaucoup de vous voir engagé dans une voie que je regarde comme bien fausse ; puisse la suite de vos réflexions vous le faire sentir ! Puisse votre frère ne vous y point accompagner, comme depuis quelque temps il a tendance à le faire ». Il finissait sa condamnation en notant : « Je déteste ceux qui n’ont pas le respect de la vie humaine, et je n’ai jamais eu de sympathie particulière pour les mangeurs de soupe à la gamelle »16.

  • 17 Jules Leroux rédigeait son article « Économie politique » au moment même où Pierre mettait au point (...)
  • 18 Jules Leroux, « Adam Smith », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 8, p. 179.
  • 19 Ibid., p. 189.
  • 20 Ibid., p. 194.

11Pourtant, c’est au sein même de l’Encyclopédie que Jules Leroux développa au plus ample sa réflexion économique, et notamment dans les entrées « Adam Smith » et « Économie politique », de la taille de petits essais. L’économie politique classique, explique Jules Leroux, propose avec Smith, mais surtout avec Jean-Baptiste Say un savoir non seulement impuissant, mais complice des pouvoirs des notables de Juillet. Avec Say, revendiquant l’objectivité d’un savoir constatant la naturalité des phénomènes présents en économie, amputant ces phénomènes de leur dimension politique et morale, et stigmatisant dès lors toute volonté de gouverner, l’économie devient le parent idéologique autant qu’intellectuel de l’éclectisme de Victor Cousin17. Constater les phénomènes en les déclarant naturels et immuables, ce n’est ni plus ni moins que valider les dominations en acte et surtout nier la capacité d’adaptation – de progrès et de perfectibilité – de l’humanité. Toutefois l’économie smithienne constitue une tradition (au sens défini alors par Pierre Leroux) s’inscrivant paradoxalement dans les progrès de l’intelligence humaine. Les économistes ont une économie politique erronée, mais au moins, explique Jules Leroux, ils ont une économie politique à la différence des socialistes (les saint-simoniens) qui diluent l’économie dans le politique et le moral. Même s’ils en proposent des réponses insatisfaisantes, les économistes smithiens ouvrent alors de vraies interrogations « sur la nature de la société, sur la nature de l’individu, sur les rapports de l’individu et de la société » et enfin, sur le plan de la méthode et de « l’observation », celle de « l’importante question de la science »18. L’analyse dans la durée – passé/présent/avenir – des transactions économiques signale que l’égalité radicale – celle des besoins – doit définir ici les rapports entre individus, et que la société économique n’est pas tant une nature qu’une culture nécessitant gouvernement. L’économie smithienne de marché, explique Jules Leroux, n’a rien de spontanée, c’est un gouvernement, mais un gouvernement inique, « le gouvernement des capitalistes » pérennisant domination, aliénation, inégalité et violence. S’il faut, en quelque sorte, et au nom même de la liberté, défendre non la société, mais le gouvernement, il faut que cela soit un bon gouvernement. Et définissant les caractères de ce bon gouvernement économique, Jules Leroux trace les contours d’une société communiste : une société fondée sur la maxime « à chacun selon ses besoins » et dès lors organisée sur le principe de l’appropriation collective : « J’apporte à la société future, à la société nouvelle, ma propriété. Je ne serai possesseur d’aucun agent de la production, ni de l’instrument, ni du travail, ni du capital ; je ne tirerai point satisfaction pour mon besoin de la possession d’aucune de ces choses, mais de l’étendue même de ce besoin… Si l’on veut réaliser la plus grande production possible, il faut donner à la société, au nom même de l’individu, droit sur tous les instruments de la production. Donc du principe même de l’individualisme bien entendu, sort cette conclusion qu’au point de vue de l’économie politique le gouvernement est non seulement utile, mais nécessaire et indispensable »19. Peu avant 1840, proche des néo-babouvistes, Théophile Thoré ou Richard Lahautière, peut-être plus radical même que ces derniers – un « fou sublime » le qualifiera son frère Pierre –, Jules Leroux entrevoit même l’utopie d’un avenir sans gouvernement. Un avenir où la nature de l’individu et celle de la société s’étant progressivement transformées au contact l’une de l’autre, le rapport entre individu et société aura lui-même changé, la contrainte de gouvernement s’effaçant et s’affirmant une société où règnera un commerce nouveau entre les hommes : « c’est l’échange qui règne là où règne l’amour. C’est l’échange qui règne là où les êtres sont liés mutuellement au point d’être mutuellement les objets mêmes de leur activité réciproque »20.

  • 21 Ibid.
  • 22 Dans la circulaire de L’éclaireur de l’Indre, en 1844 ; reproduit dans George Sand, Politique et po (...)

12Naturellement, explique Jules Leroux, cette évolution – il ne cesse de citer les mots de Leibniz, « le présent, engendré du passé, est gros de l’avenir » – prendra du temps, aura sa durée propre : « Nous ne sommes pas à l’âge d’or, mais nous avons à marcher vers lui… ce n’est pas un rêve de notre imagination »21. Des mots qui associent la tentative de Jules Leroux à celle contemporaine de George Sand, mais avec une ambition de transformation qu’il faut souligner – « Vous savez que je rêve une autre société : pas davantage »22, écrit Sand – ou en aval à celles d’un William Morris et en amont, à 1793 et à Gracchus Babeuf : bref, à toute une tradition de l’utopie. Il est dès lors intéressant, car cela mesure justement les distances pouvant s’accuser au sein du corpus de l’Encyclopédie nouvelle, d’étudier l’entrée « Babeuf » que signe Jean Reynaud.

  • 23 Jean Reynaud, « Babeuf Gracchus », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 3, p. 525.
  • 24 Reynaud évoque ici « ceux qui, tout en ouvrant au perfectionnement des sociétés les plus immenses p (...)
  • 25 Ibid., p. 525 et p. 526.
  • 26 Jean Reynaud, « Aristocratie », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 2, p. 5.

13Car pour Reynaud, Babeuf, « radical », est un utopiste, mais dans le mauvais sens du terme. Un sens ici pas si éloigné que cela de la critique libérale de l’utopie, disons de Louis Reybaud à Friedrich Hayek. « Nul n’a plus violemment insisté sur le renouvellement absolu du système social, et nul non plus n’a tenu moins de comptes du temps nécessaire pour opérer dans les sentiments et dans les habitudes des hommes de tels changements »23. Babeuf doit être classé, aux yeux de Reynaud, dans le troisième groupe des révolutionnaires : non pas ceux n’ayant réclamé qu’un changement cosmétique de système, « l’établissement d’un régime libéral et constitutionnel » ne touchant pas à la question sociale – ce sont là les frères aînés du juste-milieu louis-philippard ; non pas ceux, frères aînés, toujours aux yeux de Reynaud, des républicains raisonnables de 1840, ceux qui ambitieux en matière de réforme étaient néanmoins sensibles à la complexité du chantier qui s’ouvrait et à la nécessaire durée de sa réalisation24. Babeuf était plutôt le plus éminent représentant d’une troisième tendance – celle à laquelle faisaient bruyamment et dangereusement écho les communistes du tournant 1840 – qui, « sentant les barrières abattues devant eux, voulaient s’élancer d’un bond jusqu’à l’extrémité de la carrière, et par la seule virtualité de leurs lois rénovatrices, anéantir le mal et ramener l’âge d’or ». Entreprise nécessairement dictatoriale et faisant régresser l’histoire, juge Reynaud, mais non pas tant, comme il l’affirme, en raison de sa précipitation, qu’en raison surtout du choix d’idéaux erronés : « les séduisantes idées de l’égalité absolue », d’une part, d’autre part, « la communauté absolue des biens et des travaux »25. Ce qui est le plus condamné par Reynaud n’est donc pas tant le rythme adéquat de la réforme (sur ce chapitre, ses arguments sont apparemment similaires à ceux de Jules Leroux), que plutôt la finalité du progrès en cours, l’horizon de la perfectibilité. Et ici, selon Reynaud, à moins d’être utopiste dans le mauvais sens du terme, il faut convenir que l’horizon, l’âge d’or, doit être une société objectivement hiérarchisée de mérite et de capacités et non celle des niveleurs de tous ordres et de la chimère de l’égalité des besoins. Un horizon de mérite que Reynaud décrit parfaitement dans l’entrée « Aristocratie » – « un des plus beaux (mots) dont la langue politique fasse usage » – de l’Encyclopédie : « L’idée de société le plus parfait qu’il soit possible de concevoir étant évidemment une société constituée par une hiérarchie de citoyens disposés, suivant l’ordre de leur mérite, dans les fonctions où chacun d’eux convient le mieux, chacun sous le rapport social, fait alors véritablement partie de l’aristocratie, car s’il a son devoir, il a aussi son droit à l’égard de tous les autres. Un tel idéal n’est, en quelque sorte, que la traduction terrestre de cette république symbolique dont les chrétiens avaient relégué l’espoir dans le Paradis, et qui a pour fondement l’égalité, c’est-à-dire l’établissement de chaque individu d’après sa valeur personnelle, indépendamment de toute autre condition »26.

  • 27 Léon Lalanne, « Technologie », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 8, p. 570-584. Sur ce point (...)

14À la série d’articles économiques de l’Encyclopédie que rédigeait Jules Leroux, Jean Reynaud préférait donc sans doute la cerdoristique, autre conception plus ingénieuriale de l’économie et des principes rationnels de la division du travail que développait Léon Lalanne dans l’entrée « Technologie »27. Et les entrées « Bibliothèque » et « Encyclopédie » sont elles-mêmes, au sein de ce corpus, plutôt révélatrices de la position tenue par Reynaud dans le grand débat capacitaire de l’époque.

La bibliothèque comme enjeu civilisationnel et politique

  • 28 Jean-Pierre Lacassagne, introduction à l’édition Slatkine de l'Encyclopédie nouvelle, 1971, op. cit (...)

15Au regard des tensions idéologiques qui parcourent l’Encyclopédie, la question de la bibliothèque paraît a priori relativement consensuelle, le corpus ayant été fondé sur rien moins qu’une « théologie de la libération par l’instruction »28 ; malgré tout, la figure émancipatrice de la bibliothèque, et surtout son juste usage, sont abordés dans une perspective ambivalente, nourrie d’une conception hiérarchique de l’accès au savoir. Notons que, loin d’épuiser les renvois aux bibliothèques dans l’Encyclopédie (vocable dont la fréquence avoisine les six à huit cents occurrences par volume, en général pour donner de brèves indications historiques, géographiques ou méthodologiques), l’entrée « Bibliothèque » (1835) permet de synthétiser les réflexions sur cette institution qui parcourent, à l’état de fragments, l’ensemble du corpus. L’entrée est, chose inhabituelle, absente de la table des matières du tome II et son auteur n’est donc pas précisé ; il semble s’agir de Jean-Edmond Tournachon de Montvéran, également rédacteur de l’entrée « Bibliographie » (elle aussi publiée en 1835 et précédant directement « Bibliothèque »). Outre leur proximité thématique, les deux entrées se font écho sur divers plans, notamment au travers de mentions appuyées à la figure de Saint Louis ; en outre, l’auteur de « Bibliothèque » fournit un descriptif général des bibliothèques du monde et des départements de France qui semble correspondre au domaine de compétences de Tournachon de Montvéran, lequel s’était à l’époque distingué comme un fin connaisseur du globe terrestre (notamment grâce à des ouvrages tels que De la législation anglaise sur le libelle, la presse et les journaux en 1817, ou encore Essai de statistique raisonnée sur les colonies européennes des tropiques et sur les questions coloniales en 1833), mais également comme familier des territoires français, puisqu’il rédige notamment, dans les premiers tomes de l’Encyclopédie, les entrées « Alpes », « Ardèche », « Ardennes », « Ariège », « Aube », « Aude », « Aveyron » et « Bourgogne ».

  • 29 Jean-Edmond Tournachon de Montvéran, « Bibliothèque », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie d (...)
  • 30 Ibid.

16Si l’article ne présente pas d’ambitions philosophiques majeures, il s’appuie néanmoins sur une large perspective, puisque son auteur n’hésite pas à esquisser une histoire globale de la bibliothèque depuis les âges les plus reculés. Décrivant brièvement les « archives [religieuses et dynastiques] des peuples [qui] formèrent longtemps leurs seules bibliothèques »29, le publiciste attribue au génie grec les progrès scientifiques et littéraires qui donnèrent une nouvelle dimension à la bibliothèque : « des collections littéraires pouvaient être formées ; elles étaient rassemblées dans des bibliothèques dès 600 ans avant l’ère chrétienne. La première de toutes celles qui nous sont connues était la bibliothèque de Polycrate à Samos, ensuite celle de Pisistrate à Athènes »30. À compter de ces premiers développements, la bibliothèque devient un fait universel de civilisation, un facteur de progrès que l’on retrouve en tous lieux, sous des formes toujours plus perfectionnées et diversifiées, notamment grâce à l’imprimerie. L’article est d’ailleurs l’occasion de fournir un inventaire des principales bibliothèques existantes dans le monde, tout d’abord à l’étranger, puis sur le territoire français :

Source : Jean-Edmond Tournachon de Montvéran, « Bibliothèque », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1836, vol. 2, p. 667-668.

  • 31 Ibid., p. 667.
  • 32 Ibid., p. 663.
  • 33 Ibid., p. 668.

17Tournachon de Montvéran note également qu’un saut qualitatif a été récemment opéré dans l’histoire de la bibliothèque, puisque « ce ne fut qu’assez tard qu’un certain nombre [de celles-ci] fut ouvert au public »31, révolution culturelle qui déjà ouvre une nouvelle ère de diffusion égalitaire des savoirs : « il n’est pas de capitale des États de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique qui n’ait rassemblé de ces sortes de collections ; il en est bien peu qui ne les aient ouvertes à l’instruction publique. Les grandes villes, comme les petites communes, ont des bibliothèques ; les corps savants, enseignants, ou de simples corporations d’arts et métiers réunissent, complètent, accroissent chaque jour ces utiles collections de la science, et les livrent à la curiosité et aux travaux de ceux qui veulent s’instruire »32. Les dernières lignes de l’article consistent d’ailleurs en un appel enthousiaste à multiplier les bibliothèques pour bénéficier de leurs vertus : « Nous sommes fondés à croire que le nombre des bibliothèques publiques est aujourd’hui de 245 dans les départements, et à espérer que dans 40 ans il sera de huit cents : Quels seront les résultats de cette diffusion générale des lumières ? Ils seront heureux, n’en doutons pas »33.

  • 34 Ibid., p. 665.
  • 35 Ibid., p. 666.
  • 36 Ibid., p. 668.
  • 37 Ibid., p. 661.
  • 38 Ibid., p. 665.

18C’est bien sûr au pouvoir politique que s’adresse cet appel, à la structure étatique qui demeure, à travers le réseau des bibliothèques publiques, le meilleur architecte de la diffusion des savoirs ; la chose est clarifiée lorsque le publiciste affirme que, dans l’histoire, l’affaiblissement du pouvoir central débouche systématiquement sur un recul général du niveau d’instruction, notamment du fait d’une raréfaction du livre. Cela aurait été tout particulièrement le cas après la chute de Rome, à la suite de laquelle : « il eût fallu trois règnes aussi brillants que celui de Charlemagne pour achever l’œuvre de la civilisation, ou plutôt de la régénération française que son génie avait commencée »34 ; hélas, le triomphe de la féodalité et donc de l’anarchie devait faire triompher l’ignorance, jusqu’à l’action centralisatrice de rois tels que Philippe Auguste et Saint Louis, permettant que commence à s’opérer la « renaissance des études et des bonnes lettres »35. En somme, le publiciste conçoit, dans son histoire des bibliothèques, un cercle vertueux unissant l’instruction, l’État, et la civilisation/société : les progrès de l’un bénéficiant invariablement aux autres. Cette relation dialectique, régulièrement formulée dans l’Encyclopédie, conduit naturellement à plaider pour une administration rationalisée du savoir par l’État, dont le réseau des bibliothèques publiques serait l’une des clés de voûte ; l’État aurait d’ailleurs lui-même tout à y gagner, puisqu’il pourrait ainsi améliorer le matériel humain à sa disposition : selon les mots de Tournachon de Montvéran, « répétons avec Saint Louis, que Savoir veut et vaut vertu »36. Toutefois, le personnel politique devra s’adjoindre l’appui de spécialistes, les « bibliographes », dont le rôle est justement décrit par l’article « Bibliographie » : ces maîtres de la « science des livres »37 ont de tout temps guidé les lecteurs vers les ressources les plus essentielles à travers des inventaires et des index, mais leur rôle acquiert désormais une importance sans précédent. En effet, si la nouvelle ère doit être celle de l’expansion du savoir et du livre, alors les bibliographes en seront d’autant plus incontournables, leurs services devenant essentiels à l’ensemble de la société. Reprenant les mots du bibliothécaire Antoine-Alexandre Barbier, le publiciste note : « Le bibliographe, digne de ce nom, sera celui qui, préférant les bons ouvrages à ceux qui ne sont remarquables que par leur rareté, ou leur bizarrerie, aura puisé une véritable doctrine dans les meilleurs auteurs anciens et modernes, et saura communiquer aux personnes qui le consulteront les renseignements les plus capables de les bien diriger dans les études auxquelles elles voudront se livrer »38. En plus de son aspect pratique, la tâche du bibliographe se révèle donc bien « doctrinale » et présente une valeur prescriptive ; cette inféodation des lectures profanes à la sanction des spécialistes, ici simplement esquissée, suppose que l’émancipation du peuple par l’écrit connaîtra certaines limites.

  • 39 Jean Reynaud, « Centralisation », in Encyclopédie nouvelle, 1971, op. cit., vol. 3, p. 568.
  • 40 Jean Reynaud, « De l’instruction », in Société des droits de l’homme, Paris, Herhan, 1833, p. 3.
  • 41 Jean-Louis Morgenthaler, « Condorcet, Sieyès, Saint-Simon et Comte : retour sur une anamorphose », (...)
  • 42 Jean Reynaud, « Blackstone », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1836, (...)
  • 43 Jean Reynaud, « Babeuf », in Encyclopédie nouvelle, 1836, op. cit., vol. 2, p. 525.

19Loin de constituer le seul point de vue de Tournachon de Montvéran, cette conception hiérarchique et centralisée de l’accès au savoir se conforme à la ligne idéologique promue par Reynaud dans l’Encyclopédie. En se convertissant au républicanisme, le philosophe avait été tout particulièrement influencé par la figure de Robespierre, et concevait la République comme un gouvernement paternel, à la fois fort et généreux, spirituellement relié à la nation tout entière. Il l’indique dans son article « Centralisation » : « La nature nous a donné, dans la centralisation qu’elle a instituée chez toutes ses créatures, un modèle qu’il est d’une sage politique d’imiter […] La centralisation est un bienfait d’ordre divin »39. Hostile à toute forme d’« anarchie », soit de fragmentation excessive du corps social et de l’autorité politique, que celle-ci soit le fait des seigneurs féodaux, des économistes libéraux ou des utopistes égarés, Reynaud estime que l’État doit conserver un œil bienveillant, mais ferme, sur la nature de l’instruction reçue par son peuple ; comme il l’écrit dans la brochure « De l’instruction » pour la Société des droits de l’homme en 1833 : « l’État peut reconnaître que les principes qui lui servent de base sont susceptibles de perfectionnement, il ne peut pas admettre la possibilité qu’ils soient faux, car ce serait se nier lui-même. Il ne peut donc pas accorder que des principes contraires aux siens soient publiquement enseignés »40, notamment à des enfants. L’instruction populaire revêt chez Reynaud une fonction hautement politique, d’autant plus que, disciple de Saint-Simon, il restait sensible à l’idée selon laquelle les institutions découlent largement des mœurs41 : si l’État entendait se perfectionner lui-même, il devait donc avant tout améliorer la qualité de sa population, laquelle demeure largement méconnue. Reynaud le précise dans l’article dédié au juriste William Blackstone en notant que, malgré l’adoption séculaire du droit romain par les autorités britanniques, le droit coutumier celtique n’avait jamais cessé de régner en maître dans les campagnes42 : contrairement aux fictions juridico-administratives, la société anglaise demeurait scindée entre deux mondes distincts, et les autorités devaient encore découvrir leur propre pays pour l’intégrer à la modernité, le même problème se posant en France. Ainsi, la diffusion rationnelle du livre par les bibliothèques publiques devait permettre à l’ensemble de la société de communier enfin dans un même esprit, en harmonie avec la ligne réformiste de Reynaud : « un peuple ne saurait se dégager des imperfections de son passé d’une manière fructueuse et durable que par une correction progressive et mesurée »43. La « mesure » de cette correction, l’État ne saurait la trouver que grâce à une élite intellectuelle dont les capacités supérieures lui permettraient de guider savamment le peuple, thématique que Reynaud approfondira dans l’entrée « Encyclopédie ».

L’Encyclopédie ou la « plus excellente des bibliothèques »

  • 44 Voir Jean-Pierre Lacassagne, dans la préface précédemment citée, in Encyclopédie nouvelle, 1971, op (...)
  • 45 Jean Reynaud, « Encyclopédie », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 184 (...)
  • 46 Ibid., p. 786.
  • 47 Ibid.
  • 48 Pour une description détaillée de cette première partie de l’article « Encyclopédie », consulter Vi (...)
  • 49 Ibid. p. 67.

20L’article « Encyclopédie » parut en 1843, huit ans après celui consacré à la « Bibliothèque » ; entre ces deux dates, Reynaud était devenu l’unique directeur du corpus après avoir rompu avec Leroux en 1840 ; il acquit ainsi un plus grand contrôle sur la ligne éditoriale, même si certaines contraintes demeuraient, notamment sur le plan financier44. Cette entrée aux airs de mise en abîme est parfaitement représentative de l’ambiguïté cultivée par le corpus puisque celui-ci, s’il entendait rendre un certain nombre de savoirs facilement accessibles au lectorat populaire (il était d’abord paru sous le titre d’Encyclopédie pittoresque à deux sous pour souligner ses aspirations vulgarisatrices, inspiré par le Magasin pittoresque d’Édouard Charton, ami proche de Reynaud), n’en présentait pas moins également des articles d’une grande technicité, destinés à un public extrêmement averti. C’est bien le cas d’« Encyclopédie », que Reynaud ouvre par des réflexions hautement philosophiques, définissant son objet comme « la science de la classification des sciences. [ou encore] le cercle de la connaissance »45 pour entamer un long exposé théorique sur les fondements de la démarche encyclopédique. Dans celui-ci, Reynaud oppose principalement les figures de Bacon, l’empiriste (dont Diderot serait l’héritier), et de Descartes, le rationaliste. À l’issue de ses réflexions, il semble un instant céder au désespoir, déplorant que « notre recherche n’a donc abouti qu’à nous montrer que nous ne pouvons trouver nulle part où nous fixer […] Nous aurions voulu un cadre tout tracé auquel pût s’adapter notre ouvrage, et nous n’en avons aperçu aucun qui ne nous engageât dans des conditions inacceptables. Nous ne nous soucions ni de retomber dans la crédulité du Moyen Âge avec les scolastiques, ni de nous atrophier dans le rationalisme, ni de nous perdre dans le panthéisme, ni de tourbillonner dans le chaos avec les empiristes de tout genre »46. La solution proposée par le philosophe sera finalement de s’attacher prioritairement à la théologie47 et d’organiser, sous son patronage, le reste des savoirs (sans trop nous y attarder, notons que le schéma du « cercle de la connaissance » ainsi ébauché accorde une place de choix aux domaines de la philosophie, de la cosmologie, de la pneumatologie et de la théurgie48). En somme, le projet encyclopédique de Reynaud ne saurait être plus ambitieux, tissant la trame d’une « religion démocratique »49 dont il aspire à être l’un des premiers clercs.

  • 50 Jean Reynaud, « Encyclopédie », in Encyclopédie nouvelle, 1843, op. cit., p. 793.
  • 51 Ibid., p. 792.
  • 52 Ibid., p. 795.
  • 53 Ibid., p. 793.

21Dans la deuxième partie de l’article, le philosophe se penche sur les « recueils encyclopédiques » qui permettent de matérialiser la synthèse générale du savoir à laquelle il aspire ; c’est d’abord l’occasion pour lui de défendre le bien-fondé de son projet qui, conçu à l’origine pour s’achever en trois ou quatre ans seulement, s’étale déjà sur une décennie entière et paraît encore loin de toucher à son terme. Soucieux d’affirmer le caractère utile et réfléchi de son entreprise, il fait notamment remarquer que « les encyclopédies thibétaine, chinoise, japonaise, sont de suffisants témoignages que [le projet encyclopédique] n’est pas toujours une chimère »50. Ce recours à l’histoire permet également à Reynaud, suivant son habitude intellectuelle, d’inscrire son projet et sa doctrine dans le sillage prestigieux d’une tradition ; il s’agit pour lui d’affirmer qu’il n’est pas un utopiste illuminé, avide d’idées révolutionnaires, mais plutôt un philosophe mesuré qui s’inscrit dans la longue durée pour sagement guider la marche du progrès. En effet, « tant s’en faut que l’encyclopédie soit de l’invention d’hier : elle date du jour où la tradition a commencé parmi les hommes. Depuis lors elle n’a pas cessé de se développer avec une intensité croissante, et ces océans d’écriture, que nos plus vastes bibliothèques ont dès à présent tant de peine à contenir, ne sont que les morceaux dépareillés de cette grande œuvre »51. Cette réflexion n’en fait pas mystère, le savoir brut n’est pour Reynaud pas grand-chose face à la « grande œuvre » qui permettra d’agencer sa matière inerte ; comme le mot qui n’est rien sans le talent de l’écrivain, ou le bois sans l’adresse du menuisier, le savoir ne peut acquérir sa pleine dimension que transfiguré par le philosophe ; seule une doctrine pertinente peut le faire germer aux yeux de tous. L’encyclopédie est donc nécessaire, car, sans son œuvre d’ordonnancement, le profane ne saurait retirer que le plus superficiel de chaque sujet d’étude ; plutôt il faut « que les liens par lesquels chaque objet tient rang dans l’univers soient toujours indiqués, et que, sous chaque article, on puisse sentir battre en quelque sorte l’encyclopédie tout entière. […] c’est là le précepte souverain, C’est par là que l’unité […] se retrouve au cœur de chacune de ses parties, et s’accuse plus énergiquement encore par la diversité des témoignages qu’elle donne d’elle-même »52. Cette encyclopédie, lorsque « le public la reçoit [et] la lit, [il] y apprend exactement ce qu’il est en droit d’attendre, [il] y trouve enfin la plus excellente des bibliothèques. C’est pour longtemps un monument usuel »53. En somme, l’encyclopédie pourra constituer un recueil définitif : il sera superflu pour le peuple de se confronter directement à d’autres livres et sources de savoir ; il lui suffira de recevoir, en tous sujets, l’éclairage du corpus.

  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid., p. 794.

22À ce stade, il convient de s’interroger sur l’identité de ceux à qui reviendra la responsabilité de rédiger et d’ordonner cette encyclopédie ; Reynaud évoque un vaste collectif de collaborateurs, sobrement désignés comme des « écrivains », qui auront la responsabilité « de s’entendre [puis une fois] les matériaux [du savoir] préparés, de les ajuster ensemble, finalement de publier leur vaste collection »54. Dans la pratique, Reynaud dirigea son encyclopédie de manière bien moins participative, concevant le « cercle de la connaissance » sur une modalité hiérarchique et s’arrogeant, en tant que philosophe, la première place. Bien sûr, l’ancien polytechnicien avait pris acte de l’accélération du rythme de la production scientifique, évoquant les « riches moissons qui se répètent chaque année dans les champs de la science suivant une progression d’abondance continuellement croissante »55, ainsi que de la conjointe spécialisation des savoirs : il chercha ainsi autant que possible à s’entourer de spécialistes aux compétences spécifiques. Cependant, comme nous l’avons vu, il ne s’agissait pas simplement de juxtaposer les expertises ; la spécialisation ne devait en aucun cas décourager la quête de l’unité, qui, désormais plus complexe, devait être poursuivie par des individus aux capacités toujours plus perfectionnées. Ces esprits universels, Reynaud les pense résolument à son image, celle d’un philosophe qui, familier des cimes de la théologie et de l’ontologie, apprendrait également à parler le langage des disciplines spécialisées pour s’en nourrir, les faire dialoguer entre elles, et enfin servir de maître d’œuvre à la cathédrale du savoir. En effet, Reynaud n’hésita pas dans son œuvre encyclopédique à mettre à profit des articles techniques (notamment certains qu’il rédigea lui-même en se confrontant à des connaissances originales : « Zoroastre », etc.) pour les intégrer à sa philosophie de l’histoire générale (notamment dans « Âges », « Ciel », « Druidisme »…). À l’avenir, le défi posé par la spécialisation des savoirs devra être affronté par une élite intellectuelle aux compétences exhaustives, gorgée tout à la fois d’érudition et d’esprit d’aventure : « il faut savoir marcher sans éblouissement sur les crêtes périlleuses, et y frayer, comme une audacieuse avant-garde, les premières routes »56. Cette élite, Reynaud tentera de la forger grâce à l’École d’administration dont il sera à l’origine en 1848 ; les futurs pasteurs républicains devant y suivre un cursus remarquablement diversifié, notamment constitué de cours d’économie, de philosophie, de théologie chrétienne, d’étude des religions orientales, de langues, de dessin, de physique et de chimie. Cette école se trouvait d’ailleurs toujours dans la continuité de son projet encyclopédique puisque, en ce qui concerne ce dernier, il n’y aurait « qu’un gouvernement qui puisse ordonner une si colossale entreprise »57.

23Ainsi, si Reynaud se félicite en général des avancées de l’instruction populaire, il insiste sur la nécessité de l’encadrer rigoureusement. Alors que la masse des connaissances s’accroît sans cesse, le profane ne peut que plus facilement céder à la confusion : pour lui, l’accès au savoir brut n’est pas suffisant, sans doute même n’est-il pas souhaitable ; si le peuple doit accéder à une bibliothèque, l’idéal veut qu’elle prenne la forme d’une encyclopédie, soit d’un corpus doctrinalement cohérent où le philosophe, nourri des savoirs spécialisés, pourra le guider sous les auspices de la République et du progrès.

Vers une conception hiérarchique du savoir ?

24Sur la question de la bibliothèque et de l’instruction populaire en général, les idées avancées dans les pages de l'Encyclopédie nouvelle se révèlent ambivalentes. Si l’accès au livre est présenté dans « Bibliothèque » comme un marqueur universel de progrès et de civilisation par Jean-Edmond Tournachon de Montvéran (ce qui le conduit à appeler à la multiplication des bibliothèques publiques pour parfaire l’instruction du peuple), « Bibliographie », du même auteur, introduit d’importantes nuances. Il ne s’agit pas en effet de laisser n’importe qui accéder à n’importe quel livre, mais plutôt de confier à la caste des « bibliographes » l’autorité de décréter quels ouvrages doivent être consultés, suivant des considérations d’efficacité, mais également de « doctrine ». Ce point est développé par Jean Reynaud dans « Encyclopédie », où le directeur affirme que les ressources fragmentaires et rapidement obsolètes des bibliothèques ne peuvent constituer une source de savoir optimale pour le peuple ; plutôt, il faudra que celui-ci se tourne vers les ressources de l’encyclopédie, synthèse des savoirs qui présente l’immense avantage d’être organisée autour d’une doctrine unificatrice par des esprits supérieurs. Sous l’influence de Reynaud, l’Encyclopédie nouvelle perpétue ainsi nombre des idées capacitaires saint-simoniennes, soumettant la société au règne idéologique d’un milieu d’experts et bornant l’émancipation politique du peuple.

  • 58 Pierre Leroux, De l’humanité, Boussac, Imprimerie de Pierre Leroux, 1845, vol. 1, p. 346.

25Néanmoins, il convient de remarquer que, outre les trois entrées plus ou moins théoriques que nous avons évoquées, la bibliothèque apparaît de manière récurrente dans l’Encyclopédie nouvelle, les travaux de ses contributeurs permettant de familiariser le lectorat populaire avec cette institution (description de certaines ressources bibliographiques, informations sur les emplacements de certains documents, etc.). Surtout, le corpus demeure doctrinalement composite et fut le théâtre d’un considérable bouillonnement d’idées, dont certaines demeuraient résolument distinctes de celles de Reynaud, et purent germer sous d’autres cieux. L’exemple le plus frappant est celui de Pierre Leroux et de sa proche amie George Sand (grande admiratrice de l’Encyclopédie) qui, dans leurs divers écrits des années 1840, purent témoigner d’une bien plus grande confiance dans les capacités du peuple à tirer profit de ses lectures. Nous avons décrit comment Pierre Huguelin, dans le Compagnon du tour de France de Sand, effectue seul et naturellement le travail du bibliographe grâce à la simplicité et à la bonne disposition de son esprit. Leroux, pour sa part, mettra en garde dans son ouvrage De l’humanité contre la tentation « d’adorer », en lieu et place de la Révélation, les révélateurs qui n’en sont que les messagers58. Ainsi, décrire la pensée de Reynaud, qui ressort avec force des articles que nous avons étudiés, ne saurait épuiser la richesse des pistes ébauchées par l’Encyclopédie nouvelle, dont de nombreuses contributions restent à redécouvrir.

Notes

1 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage, Paris, chez Perdiguier éditeur, 1857, vol. 2, p. 274.

2 Sur ces bibliothèques populaires, voir ici : Agnès Sandras, « La “bonne bibliothèque” et le “dialogue sur la lecture” d’Agricol Perdiguier », Bibliothèques populaires, 14 décembre 2017. [En ligne] < https://bai.hypotheses.org/1861 > ; Annie Petit, « De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste », Bibliothèques populaires, 1er février 2018. [En ligne] < https://bai.hypotheses.org/1929 > ; Noë Richter, « Lecture populaire et lecture ouvrière : deux composantes du système de lecture français », Bulletin des bibliothèques de France, 1983, n° 2, p. 123-134. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1983-02-0123-001 >. Sur la question de la distinction entre vulgarisation et science populaire, Bernadette Bensaude-Vincent, « Un public pour la science : l’essor de la vulgarisation au 19e siècle », Réseaux, 1993, vol. 11, nº 58, p. 47-66.

3 George Sand, Le compagnon du tour de France, Grenoble, PUG, 1979, p. 321.

4 On ne peut véritablement citer que David Albert Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, Paris, Marcel Rivière, 1965 ; Marisa Forcina, I diritti dell-esistente. La filosofia della « Encyclopédie nouvelle » (1833-1847), Lecce, Milella, 1987.

5 Voir ici la très importante introduction de Jean-Pierre Lacassagne à l’édition Slatkine (Genève, Slatkine Reprint, 1971) de l’Encyclopédie nouvelle, vol. 1, p. 1-30 où est reproduit ce prospectus.

6 Charles-Augustin Sainte-Beuve, Premiers lundis, Paris, Calmann-Lévy, 1885, vol. 2, p. 94.

7 Henri Saint-Simon, Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, 1824, in Œuvres complètes, Paris, PUF, 2012, vol. 4, p. 3067.

8 Pierre Leroux, Jean Reynaud, Exposé des principes républicains de la Société des droits de l’homme et du citoyen, Paris, Herhnan, 1833.

9 Pierre Leroux, « De la philosophie et du christianisme », Revue encyclopédique, 1832, vol. 55, p. 283.

10 Jean-Pierre Lacassagne, introduction citée, in Encyclopédie nouvelle, op. cit., p. 6.

11 Prospectus de 1833 reproduit dans l’introduction de Lacassagne, in Encyclopédie nouvelle, op. cit., p. 3-4.

12 Ibid., p. 14.

13 Pierre Leroux, La grève de Samarez, Paris, Klincksieck, 1979, p. 68.

14 Sur Jules Leroux ; Nadine Dormoy Savage, « Jules Leroux en Icarie », The French Review, 1976, 49 (6) ; Henri Mougin, Pierre Leroux, Paris, Éditions sociales internationales, 1938 ; Ludovic Frobert, « Politique et économie politique chez Pierre et Jules Leroux », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2010, 40, p. 77-94.

15 Jules Leroux, Aux ouvriers typographes, Paris, Herhan, 1833. La brochure porte en sous-titre, De la nécessité de fonder une association ayant pour but de rendre les ouvriers propriétaires des instruments de travail.

16 Jean Reynaud, Correspondance familière, Paris, Motteroz, 1886, p. 117-119.

17 Jules Leroux rédigeait son article « Économie politique » au moment même où Pierre mettait au point sa critique capitale de l’éclectisme. Cette critique paraîtra donc en 1838 dans l’entrée « Éclectisme » de l’Encyclopédie, puis l’année suivante sous forme de volume, étendue, Réfutation de l’éclectisme. À propos de cette réflexion, Jean-Pierre Lacassagne note que pour Leroux, au présent, la vraie quête philosophique a été usurpée par l’entreprise cousinienne : « Or, la vraie philosophie n’est pas neutre. Elle n’est pas non plus pur regard détaché ; elle se doit de retrouver le sens de la tradition non pas pour la répéter, mais pour la reprendre, la réactiver en comprenant les faits passés “subjectivement”. Il s’agit de la transformer, de la réinventer en quelque sorte pour en faire une matière vivante qui satisfasse aux besoins de notre activité et du savoir de notre temps. C’est cela la synthèse authentique et non pas le plat catalogue, le tri sans âme que prétend effectuer dans les systèmes l’éclectisme sans cœur. Car la synthèse engendre, crée tandis que l’éclectisme est eunuque. La vraie philosophie enfin n’est pas séparable de ce que nous pourrions appeler le mouvement social. Elle ne peut pas être à l’écart, elle est dedans, elle est levain et germe ; elle informe le corps social dont elle anime et éclaire la pratique », Jean-Pierre Lacassagne, présentation de Pierre Leroux, in Pierre Leroux, Réfutation de l’éclectisme, Paris, Slatkine, 1979.

18 Jules Leroux, « Adam Smith », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 8, p. 179.

19 Ibid., p. 189.

20 Ibid., p. 194.

21 Ibid.

22 Dans la circulaire de L’éclaireur de l’Indre, en 1844 ; reproduit dans George Sand, Politique et polémiques (1843-1850), Paris, Imprimerie nationale, 1997, p. 119.

23 Jean Reynaud, « Babeuf Gracchus », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 3, p. 525.

24 Reynaud évoque ici « ceux qui, tout en ouvrant au perfectionnement des sociétés les plus immenses profondeurs, ne voyaient toutefois dans la révolution que l’aurore de ce jour nouveau, et pensaient qu’un peuple ne saurait se dégager des imperfections de son passé d’une manière fructueuse et durable que par une correction progressive et mesurée », ibid.

25 Ibid., p. 525 et p. 526.

26 Jean Reynaud, « Aristocratie », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 2, p. 5.

27 Léon Lalanne, « Technologie », in Encyclopédie nouvelle, op. cit., vol. 8, p. 570-584. Sur ce point, Joost Mertens, « Le déclin de la technologie générale : Léon Lalanne et l’ascendance de la science des machines », Documents pour l’histoire des techniques, 2011, 20. [En ligne] < https://journals.openedition.org/dht/1749 >.

28 Jean-Pierre Lacassagne, introduction à l’édition Slatkine de l'Encyclopédie nouvelle, 1971, op. cit., vol. 1, p. 5.

29 Jean-Edmond Tournachon de Montvéran, « Bibliothèque », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1836, vol. 2, p. 664.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 667.

32 Ibid., p. 663.

33 Ibid., p. 668.

34 Ibid., p. 665.

35 Ibid., p. 666.

36 Ibid., p. 668.

37 Ibid., p. 661.

38 Ibid., p. 665.

39 Jean Reynaud, « Centralisation », in Encyclopédie nouvelle, 1971, op. cit., vol. 3, p. 568.

40 Jean Reynaud, « De l’instruction », in Société des droits de l’homme, Paris, Herhan, 1833, p. 3.

41 Jean-Louis Morgenthaler, « Condorcet, Sieyès, Saint-Simon et Comte : retour sur une anamorphose », Socio-logos, 2007, 2. [En ligne] < http://journals.openedition.org/socio-logos/373 >.

42 Jean Reynaud, « Blackstone », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1836, vol. 2, p. 699.

43 Jean Reynaud, « Babeuf », in Encyclopédie nouvelle, 1836, op. cit., vol. 2, p. 525.

44 Voir Jean-Pierre Lacassagne, dans la préface précédemment citée, in Encyclopédie nouvelle, 1971, op. cit.

45 Jean Reynaud, « Encyclopédie », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1843, vol. 4, p. 763.

46 Ibid., p. 786.

47 Ibid.

48 Pour une description détaillée de cette première partie de l’article « Encyclopédie », consulter Vincent Bourdeau, « Un encyclopédisme républicain sous la monarchie de Juillet : Jean Reynaud et l’Encyclopédie nouvelle », in Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, à paraître [février 2020].

49 Ibid. p. 67.

50 Jean Reynaud, « Encyclopédie », in Encyclopédie nouvelle, 1843, op. cit., p. 793.

51 Ibid., p. 792.

52 Ibid., p. 795.

53 Ibid., p. 793.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 794.

58 Pierre Leroux, De l’humanité, Boussac, Imprimerie de Pierre Leroux, 1845, vol. 1, p. 346.

Table des illustrations

Crédits Source : Jean-Edmond Tournachon de Montvéran, « Bibliothèque », in Encyclopédie nouvelle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1836, vol. 2, p. 667-668.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteurs

Doctorant à l'ENS de Lyon et à l'université de Lille sous la direction de Ludovic Frobert et Samuel Hayat, laboratoires Triangle et CERAPS

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search