Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 2. Lectures

Chapitre 8. Faire lire pour convertir : les idées d’Étienne Cabet sur la lecture et leur mise en application dans la communauté icarienne de Nauvoo (1849-1856)

Nathalie Brémand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Passionné par les livres, il consacrait à la lecture tout le temps que les enfants et les ouvriers de son âge sacrifiaient à leurs jeux. Dès qu’il avait commencé la lecture d’un livre, il fallait qu’il le lût jusqu’à la fin ; il lisait en marchant, sur les routes ou dans les rues, même pendant ses repas, même pendant la nuit, malgré les défenses et les colères de son père ; et c’étaient les livres philosophiques qui lui plaisaient le plus : il les dévorait comme les jeunes filles dévoraient alors les romans d’amour. »1 Ainsi Étienne Cabet décrit-il, dans Voyage en Icarie, un des aspects de la jeunesse d’Icar, le bon et courageux dictateur élu par le peuple qui organisa la nouvelle République communiste d’Icarie.

Ce n’est pas un hasard si, dans ce portrait qui s’inspire de son vécu, Cabet évoque un attachement très fort à la lecture. Celui-ci sera en effet indéfectible tout au long de sa vie. Malgré une maladie des yeux qui l’affecte très jeune et le rend à certaines époques presque...

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, directrice de rédaction de la Bibliothèque virtuelle sur les premiers socialismes, université de Poitiers et chercheuse associée du Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540