Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 2. Lectures

Chapitre 8. Faire lire pour convertir : les idées d’Étienne Cabet sur la lecture et leur mise en application dans la communauté icarienne de Nauvoo (1849-1856)

Nathalie Brémand

Texte intégral

  • 1 Étienne Cabet, Voyage en Icarie. Roman philosophique et social (1840), Paris, Genève, Slatkine repr (...)

1« Passionné par les livres, il consacrait à la lecture tout le temps que les enfants et les ouvriers de son âge sacrifiaient à leurs jeux. Dès qu’il avait commencé la lecture d’un livre, il fallait qu’il le lût jusqu’à la fin ; il lisait en marchant, sur les routes ou dans les rues, même pendant ses repas, même pendant la nuit, malgré les défenses et les colères de son père ; et c’étaient les livres philosophiques qui lui plaisaient le plus : il les dévorait comme les jeunes filles dévoraient alors les romans d’amour. »1 Ainsi Étienne Cabet décrit-il, dans Voyage en Icarie, un des aspects de la jeunesse d’Icar, le bon et courageux dictateur élu par le peuple qui organisa la nouvelle République communiste d’Icarie.

  • 2 Henri Desroche écrivait en 1979 : « La publication des œuvres complètes de Cabet demeure une entrep (...)

2Ce n’est pas un hasard si, dans ce portrait qui s’inspire de son vécu, Cabet évoque un attachement très fort à la lecture. Celui-ci sera en effet indéfectible tout au long de sa vie. Malgré une maladie des yeux qui l’affecte très jeune et le rend à certaines époques presque aveugle, le penseur communiste a passé beaucoup de temps à lire, comme il le suggère dans son récit. Il a aussi écrit une masse de textes – livres, brochures, articles de journaux – que les historiens n’ont pas encore recensée intégralement à ce jour2. Mais son rapport à l’imprimé ne s’arrête pas là. Dans son parcours d’homme politique, de penseur et d’expérimentateur d’un nouveau système économique et social, il s’est révélé un véritable médiateur du livre. Durant les périodes de sa vie et les phases de son évolution en tant que meneur politique, la place qu’il accorde à la lecture et le rôle qu’il lui assigne sont toujours importants tout en prenant des aspects différents qu’il va s’agir d’explorer ici.

  • 3 Sur Cabet, voir François Fourn, Étienne Cabet ou le temps de l’utopie, Paris, Vendémiaire, 2014 ; J (...)
  • 4 Titre paru dans un premier temps sous pseudonyme : Francis Adams, Voyages et aventures de Lord Will (...)

3Cabet3 fait ses premiers pas en politique dans les années 1820, dans l’opposition républicaine et un temps au sein de la Charbonnerie. Condamné pour délit de presse, il se retrouve exilé à Londres en 1834, où il élabore son système communiste qu’il rend public sous la forme d’un récit, Voyage en Icarie4. À son retour en France en 1839, il mène une propagande extrêmement active pour diffuser ses idées, puis pour monter son projet d’émigration aux États-Unis. Cabet fait alors partie de ceux, nombreux à cette époque, qui se préoccupent d’éducation du peuple et il met la lecture au premier plan des moyens destinés à répondre à cet objectif. Il va faire jouer également à l’écrit un rôle majeur dans la propagande active à laquelle il se livre pour créer son école politique.

4En 1848, Cabet part expérimenter sa doctrine aux États-Unis, accompagné d’un certain nombre de disciples. Il accorde alors au fait d’être alphabétisé et d’avoir lu ses écrits une importance majeure pour le recrutement des colons et le fonctionnement de la communauté. La présence de bibliothèques atteste aussi l’importance qu’il accorde à la pratique de la lecture en général dans la vie de sa colonie.

Faire lire le peuple et le guider dans ses lectures

  • 5 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 469.
  • 6 Étienne Cabet, Douze lettres d’un communiste à un réformiste sur la communauté, Paris, chez Prévot, (...)
  • 7 Ibid., p. 84.

5Dans Voyage en Icarie, son livre majeur dans lequel il présente sous forme de récit utopique le système économique et social qu’il défend, Cabet fait figurer l’invention de l’imprimerie comme un moment majeur de l’histoire. « Oui, les plus puissants propagandistes et les plus grands Révolutionnaires sont Jésus-Christ et Luther, l’inventeur de l’imprimerie et celui de la vapeur ! »5, écrit-il. C’est un défenseur actif de la lecture, qu’il conçoit, à l’instar de nombreux de ses contemporains, comme un élément fondamental de l’instruction du peuple. À ses yeux, l’éducation est conditionnée par l’existence de l’imprimé et il établit un parallèle entre l’histoire de l’émancipation des prolétaires et leur accès à la lecture et à l’écriture. Avant la découverte de l’imprimerie, explique-t-il, il était facile pour les aristocrates et pour les prêtres de maintenir le peuple « dans l’abrutissement et l’ignorance, dans la misère et l’esclavage », parce qu’il « fallait être riche pour avoir des livres écrits à la main, et que les Prolétaires ne pouvaient apprendre ni la lecture ni l’écriture ». Mais depuis la découverte de l’imprimerie, le peuple est en mesure de lire, d’écrire et de faire son éducation par les livres. Or, la « parcelle d’éducation qui lui parvient est généralement pire que l’ignorance complète »6. Poussant son raisonnement plus loin, Cabet affirme qu’il faut soit supprimer l’éducation, qui n’est pas satisfaisante actuellement, soit la compléter. Mais ce choix est en réalité impossible « tant que subsisteront l’imprimerie et des bibliothèques, des livres et des journaux »7, déclare-t-il. La seule option possible est donc de perfectionner l’éducation. L’existence de l’imprimé entraîne en quelque sorte, selon lui, une obligation de guider le peuple et de l’accompagner, seule alternative possible face au risque de le laisser dans l’ignorance.

  • 8 Jacotot fut le maître de Cabet à l’école centrale de Dijon. Il lui fit lire Télémaque, qui marqua p (...)
  • 9 « Bibliothèque d’un ouvrier », Almanach icarien astronomique, scientifique, pratique, industriel, s (...)
  • 10 Étienne Cabet, « Concurrence entre colporteurs », Almanach icarien pour 1846, p. 155.
  • 11 Étienne Cabet, Les masques arrachés, publiés au nom et aux frais d’une grande réunion d’actionnaire (...)
  • 12 « Bibliothèque d’un ouvrier », op. cit. p. 98.

6Si Cabet pense qu’il faut aider les prolétaires à choisir leurs lectures, c’est qu’il estime qu’ils sont incapables de choisir eux-mêmes les livres qui sont bons pour eux. Son discours non dénué de condescendance à leur égard n’est pas éloigné de celui de la plupart des philanthropes de son époque. Notons qu’ancien élève de Jacotot, il n’a guère retenu de son maître les principes de confiance que celui-ci plaçait dans la capacité de chacun à apprendre seul8. Selon lui, l’ouvrier doit comprendre que « son salut ou sa délivrance dépend de son instruction et de sa moralisation »9 et il regrette que malheureusement nombreux sont ceux qui dépensent leur temps « en jouissances inutiles et souvent nuisibles, au lieu de l’employer en livres pour s’instruire ». Même s’il a le sentiment qu’ils sont de plus en plus nombreux à chercher à sortir de leur ignorance, il estime toutefois qu’ils ont beaucoup de mal à savoir quels sont les livres qui leur conviennent le mieux, car leur situation ne leur permet pas de le faire. Alors ils « achètent les premiers qu’on leur présente, des livres inutiles ou des livres trop chers », ou qui leur troublent les idées. Dans ce discours pessimiste, Cabet fait porter une grande part de responsabilité du brouillage des esprits au colportage en librairie par les mauvaises lectures proposées au peuple. Il livre une charge féroce contre les colporteurs, coupables à ses yeux de méfaits incalculables en mettant dans les mains des travailleurs des livres inutiles, chers, au contenu néfaste et qui les empêchent d’acquérir « ceux qui peuvent être nécessaires pour leur donner une instruction véritable proportionnée à leur éducation »10. Il vilipende l’« armée de colporteurs » qui vont partout voir les ouvriers, emploient tous les moyens pour « inonder la France » de mauvais livres et de mauvaises idées11. En même temps, la facilité selon lui avec laquelle les classes populaires se laissent influencer confirme qu’il est essentiel de les aider à se repérer. Il considère qu’« un des grands services à rendre à la masse des travailleurs serait donc de leur indiquer les ouvrages qui doivent composer la bibliothèque d’un ouvrier »12.

  • 13 Il est élu le 9 février 1833 secrétaire général et président du comité central, en remplacement de (...)
  • 14 Idée qu’il défendit avec succès dans ses Dialogues de Maître Pierre devenus des Entretiens du villa (...)
  • 15 Étienne Cabet, La République du Populaire, Paris, Aux bureaux du journal, 1833, p. 19.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

7Avant d’élaborer sa doctrine communiste, Cabet fait partie de ces fervents républicains engagés en faveur de l’instruction des classes populaires. Il est un temps secrétaire général de l’Association pour l’éducation du peuple13. Celle-ci développe des actions pour l’éducation des masses, principalement des cours du soir à l’intention des adultes, qu’elle complète par la fondation d’une bibliothèque publique pour laquelle elle lance un appel au don en 1832. Géré par un bénévole, cette bibliothèque est localisée au n° 3 rue de l’Abbaye à Paris et ouvre trois fois par semaine et quelques heures les dimanches et jours de fête. Au sein de cette association puis de l’Association pour la liberté de la presse, Cabet fait une rencontre qui a peut-être joué un rôle dans son rapport à la lecture populaire. Il côtoie en effet Louis-Marie Delahaye Cormenin, aristocrate progressiste grand défenseur de la lecture et des bibliothèques villageoises, dont il sera le promoteur à partir de 183514, en particulier dans un programme notoire de lecture populaire. Cabet ne fait pas mention de ce programme dans ses écrits de l’époque (même si les écrits de Cormenin figurent dans les publications dont Le populaire fait la réclame), mais il fait preuve à partir de ce moment d’un souci particulier de prescription de lectures dont il ne se départira pas le restant de sa vie. Dans La République du Populaire, qu’il rédige en 1833, il présente un projet de journal qui ferait connaître les travaux de l’Association pour l’éducation du peuple et dans lequel il a l’intention « d’indiquer les ouvrages les plus utiles au peuple »15. Il propose la création de jurys d’examen chargés de sélectionner les meilleurs d’entre eux, jugés utiles tant pour « exercer les enfants à la lecture » que, par exemple, pour « apprendre à la femme de l’ouvrier les principes d’hygiène qui lui sont nécessaires pour soigner ses enfants et son mari »16. Cabet considère, en outre, qu’il n’était pas possible de trouver des lectures satisfaisantes dans la production des livres de l’époque, il fallait en rédiger de nouveaux. Dans ce but, il préconise de provoquer « la composition de ceux qui n’existeraient pas encore » et de chercher à rendre leur achat facile et universel17.

  • 18 Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 138.
  • 19 Prospectus. Bibliothèque sociale rédigée par une société d’écrivains, sous la direction de M. Cabet(...)
  • 20 Ibid., p. 3.
  • 21 Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 139.

8C’est une préoccupation récurrente chez lui, qu’il manifestera de nouveau, publiquement, en 1841. À cette époque, il essaie d’obtenir l’accréditation pour faire paraître chaque semaine son journal Le populaire, alors mensuel, et il a recueilli des témoignages de sympathie de Proudhon, Pierre Leroux, Louis Blanc, Villegardelle, Eugène Sue et George Sand18, qui se sont inscrits comme actionnaires du journal. Fort de ces soutiens, il publie alors un prospectus appelant tous les écrivains à la réalisation d’une Bibliothèque sociale, sorte d’encyclopédie dont le modèle serait la Bibliothèque de l’homme d’État de Robinet ou la Bibliothèque de l’homme public de Condorcet, Sieyès et Duhamel. L’ouvrage n’excédant pas dix volumes devait être une synthèse présentant tous les systèmes d’organisation sociale et politique, exécutée par une société d’actionnaires19. Il ne s’agit pas ici, à proprement parler, d’éduquer les masses, mais de proposer un ouvrage de référence, sorte de « Manuel du législateur, et même du citoyen20 ». Cabet lance aussi un peu plus tard l’idée d’une « Union des écrivains » qui se réunirait en congrès pour discuter des questions intéressant le peuple dans le but de rédiger en commun un catéchisme social et un almanach, et « pour qu’ils indiquent les livres dont ils conseillent à l’Ouvrier de composer sa petite bibliothèque de prolétaire »21. Ces projets ne verront pas le jour.

  • 22 Étienne Cabet, « Bibliothèque de l’ouvrier », Almanach icarien pour 1846, p. 188.
  • 23 Ibid., p. 188.

9En 1844, dans son Almanach icarien, Cabet précise encore qu’il a pour projet la rédaction d’une Bibliothèque de l’Ouvrier. C’est seulement en 1847 qu’il revient sur ce projet. Il y donne à plusieurs reprises des conseils sur la qualité matérielle des livres à proposer : l’ouvrier lit difficilement, il n’a pas de place pour ranger ses livres, il n’a pas d’argent, il faut donc un petit nombre de livres courts et bon marché22. Il indique une liste des ouvrages « les plus nécessaires » à ses yeux qui ne sont autres que ses propres ouvrages, ceux-là mêmes qu’il a écrits lors de ses années d’exil après avoir décidé de les consacrer « à la composition des ouvrages les plus indispensables au Peuple » : sa somme sur la Révolution française, son histoire populaire universelle, son traité d’organisation sociale, son Voyage en Icarie, le Vrai christianisme. Cabet, qui vivait principalement de la vente de ses publications, se défend d’une « spéculation intéressée » et met en avant son « œuvre de dévouement à la cause populaire »23. N’ayant pas peur des contradictions, les livres qu’il conseille sont, pourtant, tous très longs, lourds, chers pour l’ouvrier et peu accessibles.

  • 24 Étienne Cabet, Nécessité de populariser les journaux républicains, s. l., Imprimerie L. E. Herhan, (...)
  • 25 Le populaire. Journal des intérêts politiques, matériels et moraux du peuple, par une société patri (...)
  • 26 Dès son huitième numéro, le tirage est de 27 000 exemplaires. Cf. Jules Prudhommeaux, Icarie et son (...)
  • 27 Sous le titre Le populaire de 1841. Journal de réorganisation sociale et politique. Celui-ci devien (...)
  • 28 Voir sur Le populaire, François Fourn, « L’utopie ou la barbarie. Contre la violence révolutionnair (...)

10Si Cabet semble incapable de conseiller des titres à lire en dehors de ses propres ouvrages, il met en revanche beaucoup d’espoir dans la presse pour contribuer à l’éducation du peuple. Il est lui-même un journaliste inlassable, un infatigable défenseur de la liberté de la presse et un grand amateur du journal, qui représente à ses yeux le vecteur le plus à même de pouvoir toucher les masses. Selon lui, la diffusion des journaux est précieuse « pour l’instruction et l’éducation du peuple » et « favorable au développement de l’esprit public ». Ce sont les campagnes « qui ont le plus besoin d’être éclairées »24 et justement la presse peut pénétrer facilement dans les régions reculées. De 1833 à 1835, il publie Le populaire25, journal républicain dont un des objectifs principaux est de promouvoir l’éducation politique des classes défavorisées et qui aura une audience remarquable26. Il refait paraître le titre de 1841 à 185127 pour promouvoir sa doctrine communiste avec succès puisque ce journal jouera un rôle fondamental dans la constitution de son courant politique : c’est la communauté de ses lecteurs qui constituera le socle de son parti et du groupe des Icariens qui émigrera aux États-Unis28.

  • 29 « Introduction », Almanach icarien : astronomique, scientifique, pratique, industriel, statistique, (...)

11Les almanachs ont également toutes ses faveurs, car ils favorisent, à ses yeux, la diffusion des connaissances. Dans son introduction à l’Almanach icarien pour 1843, Cabet présente cet opuscule comme ce qui existe « de plus utile et de plus efficace pour éclairer le Peuple, pour répandre des idées, des opinions, des sentiments ». C’est un moyen idéal de toucher ceux « qui ne peuvent ou ne veulent lire ni livres, ni brochures, ni journaux ». « C’est la Bibliothèque du pauvre, son Encyclopédie » qui peut être lue par tous les membres d’une famille, à tout moment de la journée, écrit-il. Un almanach bien fait « est peut-être le livre le plus précieux pour propager les bonnes doctrines »29, c’est pourquoi il va essayer de faire un « Almanach populaire, démocratique, instructif et intéressant pour tous ». Son Almanach icarien, qui paraît de 1843 à 1852, ressemble beaucoup aux autres almanachs de l’époque. On y recense des manuels industriels, des livres moraux ou pratiques, mais on y ignore la littérature. Contrairement à l’Almanach phalanstérien, dans lequel les fouriéristes à la même époque publient des romans en feuilletons, on n’y trouve pas de textes de fiction, si ce n’est quelques poésies sociales, de Lachambeaudie ou d’Alphonse Esquiros.

Convertir par la lecture dans le cadre d’une propagande légale et pacifique

  • 30 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage de 1841, 2e éd., Marseille, Laffitte, 1978.
  • 31 Voir dans ce volume la contribution d’Isabelle Matamoros.

12Alors que d’autres socialistes, comme Agricol Perdiguier30 ou Flora Tristan31, proposent aux ouvriers des lectures choisies de textes parmi les auteurs contemporains ou passés, Cabet se montre incapable d’établir des recommandations précises en dehors de ses propres ouvrages. Cette démarche le caractérisera jusqu’à la fin de sa vie. Sa volonté de diffuser sa doctrine, en effet, va de plus en plus prendre le pas sur la simple volonté d’éduquer le peuple. Désormais, il veut le convertir et non seulement l’instruire, et dans cette démarche la lecture va jouer un rôle stratégique majeur. À partir du moment, dans les années 1840, où il se lance dans la propagande pour son système, il s’empare de l’écrit comme vecteur principal de sa doctrine.

  • 32 Sur le pacifisme de Cabet, voir Nathalie Brémand, « Les icariens et la guerre de Sécession (1861-18 (...)
  • 33 Sur les relations de Cabet avec les autres communistes, voir Alain Maillard, La communauté des Égau (...)
  • 34 Étienne Cabet, « Propagande icarienne », Colonie icarienne, 15 novembre 1854, n° 18, p. 1.

13Cabet est fondamentalement pacifique et il déteste toute forme de violence32. Après avoir participé à la Charbonnerie et à différentes sociétés secrètes, il s’est opposé vigoureusement à leurs méthodes insurrectionnelles, puis à celles de certains communistes33. Il a alors développé le thème d’une « propagande légale et pacifique » dont il se réclame à longueur d’écrits et dont la référence à la lecture et la culture de l’écrit sont un axe majeur. « Depuis 1840, nous avons commencé la propagation de notre Doctrine icarienne en la soumettant au jugement de l’Opinion publique, déclarera-t-il plus tard. Nous avons adopté une propagande légale et pacifique ; nous n’avons fait appel qu’à la persuasion et à la conviction ; nous n’avons prêché au Peuple que l’instruction et la moralisation, l’abandon du cabaret et des Sociétés secrètes conspiratrices, la pratique de la fraternité universelle. »34

  • 35 Étienne Cabet, Guide du citoyen aux prises avec la police et la justice dans les arrestations, les (...)
  • 36 Ibid., p. 23-25.

14Si Cabet privilégie l’écrit comme outil de conversion, c’est qu’il est, selon lui, de beaucoup préférable à la parole, car il possède des qualités supérieures. Il permet l’accès à l’idée juste, alors que le verbe est sujet à des interprétations variées et troubles. Le meneur communiste considère, d’ailleurs, que les discussions avec les ouvriers présentent des dangers et des inconvénients, car certaines personnes les abusent. Les palabres ne sauraient permettre, selon lui, une « instruction véritable », ou une « conviction solide et vraie ». « Nous le répétons, le meilleur moyen de propagande, ce sont les écrits d’abord, et les explications individuelles après et sur la lecture »35, assène-t-il. Cabet manifeste encore ici une forme de sentiment de supériorité à l’égard des classes populaires qu’il juge cette fois-ci faciles à manipuler et incapables d’avoir un jugement propre. Cette méfiance à l’égard des échanges verbaux prend appui sur sa détestation des débats et manifestations publiques en tout genre. Il dénonce « l’anarchie des esprits et […] la violence » de certains participants aux banquets républicains, regrette les manifestations et l’agitation qui se produit parfois lors de funérailles de personnes illustres et critique les « rassemblements tumultueux »36. Son attachement à la lecture incarne son opposition profonde à l’exaltation du verbe, élément prédominant à ses yeux de la violence qu’il exècre.

  • 37 Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde. Des Français aux États-Unis de 1848 à la Co (...)
  • 38 François Fourn, Étienne Cabet ou le temps de l’utopie, op. cit., p. 75.
  • 39 Étienne Cabet, Petits dialogues populaires sur la communauté. Premier dialogue : ne tourmentez pas (...)
  • 40 Étienne Cabet, Cabet, pacha d’Icarie, par le citoyen Jacques Bonhomme, Paris, Imprimerie de Schneid (...)

15C’est donc par le biais du Populaire – qu’il rédige presque seul – ainsi que par la publication d’un grand nombre de brochures et de périodiques que Cabet part, dans les années 1840, à la conquête d’un public d’ouvriers. Michel Cordillot parle d’un « déferlement incessant de brochures de propagande (près de 200 au total) »37. Tout en considérant encore sa propagande icarienne, comme le souligne François Fourn38, tel un outil d’éducation populaire et de moralisation du peuple, le chef communiste présente son journal et sa florissante production imprimée comme les outils de la conversion du peuple aux idées communistes. Comme pour se justifier, il présente à l’envi cette conversion par la lecture telle une évidence. Dans Petits dialogues populaires sur la communauté, par exemple, il met en scène un échange entre un Icarien, Julien, et un certain François qui lui demande de lui faire connaître le système communiste. Julien refuse de lui expliquer et l’exhorte alors à lire Voyage en Icarie, seul moyen selon lui de connaître vraiment la doctrine. « Je ne puis rien faire de mieux, […] que de t’engager à lire les écrits qui expliquent en détail l’organisation de la Communauté […] », dit-il. « Puis, quand tu seras converti (car tu vas l’être bientôt malgré ton indépendance), lui dit-il, tu voudras faire de la propagande ; tu feras lire Icarie, mais garde-toi de tourmenter pour convertir ! »39. L’accès à la connaissance de son système doit donc se faire d’abord par la lecture, les discussions sur leurs contenus venant éventuellement ensuite. Il préconise, en particulier, la lecture de Voyage en Icarie, comme dans la brochure parodique Cabet, pacha d’Icarie dans laquelle il invite à lire et acheter ce récit, et à se « régaler du Populaire et de toutes les gentilles petites brochures »40 qu’il publie.

  • 41 Voir Pierre Caron, « Cabet et l’Icarie à la fin de 1847 : document inédit », Revue d’histoire moder (...)
  • 42 Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), ms. 1052, fo 1, lettre sur la réforme sociale (...)
  • 43 BHPV, ms. 1052, fo 212, lettre de Luchapt à Cabet, s. d.

16Le mode de conversion privilégiée par Cabet excluait de fait les personnes analphabètes, ce qui était le cas le plus souvent des ouvriers les moins qualifiés, et contribuait à déterminer le niveau social des « cabétistes » qui étaient recrutés parmi les ouvriers lettrés, les artisans, et quelques notables41. Si sa démarche est à l’occasion ridiculisée par ses ennemis politiques, elle semble avoir été validée par la majorité de ses disciples qui se prêtent facilement à ses exigences. Nombreuses sont en effet dans les archives des lettres de cabétistes faisant état de la lecture de ses textes avec allégeance. « Lecteur assidu et sérieux depuis plus de 25 ans, écrit l’un d’eux, j’ai cherché à lire les meilleurs ouvrages. J’ai dévoré vos écrits dont je ne suis jamais rassasié ; aussi de tous les volumes qui composent ma modeste bibliothèque, les vôtres sont-ils les plus tourmentés »42. Un dénommé Luchapt, ouvrier imprimeur de Paris, écrit en 1847 à Cabet une lettre sur un ton humoristique pour dénoncer son voisin, communiste coupable de l’avoir « si bien icarienniser »43 en lui faisant lire Le populaire, l’Almanach icarien et Voyage en Icarie.

  • 44 « Bibliothèques de Lyon », in Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 41.

17Est-ce le prosélytisme de Cabet qui a poussé des communistes lyonnais à créer des « bibliothèques » ? C’est ainsi qu’ils nommaient des petits groupes composés de personnes dont le but était de « se cotiser, acheter des livres et brochures, les lire et discuter, puis les répandre et propager les principes »44. Agnès Sandras, dans un article sur les bibliothèques populaires, cite un témoignage très intéressant issu des mémoires de Sébastien Commissaire (1822-1900), ouvrier de la soie, républicain et socialiste, qui deviendra député sous la Seconde République :

  • 45 Mémoires et souvenirs de Sébastien Commissaire, Lyon – Paris, Meton – Garcet et Nisius, 1888, cité (...)

[…], les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque ; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint, le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois ; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.45

  • 46 « Bibliothèques de Lyon », in Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 41-44.
  • 47 Après une enquête montrant qu’il s’agissait pour les protagonistes de faire circuler des ouvrages d (...)

18Poursuivis sous le coup de la loi de 1834 interdisant les associations de plus de vingt personnes, les protagonistes expliquent alors que leur but est de lire et de propager les écrits et la doctrine du citoyen Cabet. Découvrant ces bibliothèques, celui-ci est contrarié de ne pas avoir été prévenu de leur existence et se montre très circonspect à leur égard46. Lors du procès, un règlement trouvé chez un des prévenus, et publié dans le Moniteur judiciaire, montre clairement que derrière leur activité d’échange de livres se cache un groupe aux intentions insurrectionnelles dont le but est de préparer matériellement une révolution, par des achats d’armes ou de poudre, par exemple. Tout en n’excluant pas que cette pièce à conviction réglant définitivement le compte des « bibliothèques icariennes » soit le produit d’une manipulation policière, il se désintéresse de cette initiative et en profite pour rappeler aux ouvriers de fuir les sociétés secrètes47.

  • 48 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981, p. 271.

19La stratégie de Cabet en faveur de la lecture n’était cependant pas si originale, mais correspondait à un mouvement d’ensemble. À la même époque, comme le souligne Jacques Rancière, la propagande écrite est également privilégiée par d’autres journaux socialistes tels La fraternité et L’atelier. Leurs rédacteurs décident alors de « troquer le fusil, arme d’un combat devenu obscur pour tous et pour lui-même, contre la plume, instrument de la “conspiration au grand jour” de la propagande, fondant la légitimité des revendications du peuple dans la manifestation de sa dignité intellectuelle et morale »48. Cependant Cabet est certainement celui qui a mené le plus loin l’idée de faire de la lecture le vecteur le plus fiable pour endoctriner les ouvriers tout en lui attribuant la formidable vertu d’atténuer les tensions sociales. C’est ce qui se confirmera lors de son expérience américaine.

Savoir lire et écrire pour être un vrai colon icarien à Nauvoo (Illinois)

  • 49 Sur les communautés icariennes, voir Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde, op. ci (...)

20Avant de partir aux États-Unis, Cabet a longuement réfléchi à l’organisation de la communauté qu’il va créer. Il en a préparé en détail le recrutement et a fixé des conditions draconiennes aux nombreux artisans et ouvriers qui décident alors de le suivre, avec femmes et enfants49. Au premier plan de celles-ci figure la nécessité de connaître le système icarien, et d’avoir lu les écrits qui le décrivent. Dès juillet 1848, alors qu’il lance son projet dans Le populaire, Cabet stipule que tout prétendant à l’émigration doit avoir une connaissance solide de sa doctrine, qu’il présente sous la forme d’un véritable programme de lecture très substantiel :

  • 50 Étienne Cabet, « Prospectus : grande émigration au Texas en Amérique pour réaliser la Communauté d’ (...)

Il faut bien connaître le système, la doctrine, les principes du Communisme icarien, par conséquent avoir lu, médité, discuté, tous les écrits icariens : notamment : le Voyage en Icarie, le Credo communiste, Comment je suis communiste, les douze lettres sur la Communauté, le Vrai Christianisme, la Femme, l’Ouvrier, le Villageois, l’Esclavage du riche, le Populaire, l’Almanach icarien depuis 1843, la biographie de M. Cabet. Il faut même, autant que possible, connaître toutes les objections, toutes les Réfutations, tous les autres systèmes socialistes. Ceux qui ne connaissent pas encore les écrits icariens et le système icarien doivent donc commencer par lire, examiner, étudier, discuter, bien connaître.50

  • 51 Prospectus. Émigration icarienne, conditions d’admission ; suivi de Rapport de la gérance à l’assem (...)
  • 52 « Pour bien satisfaire à la première condition, il est nécessaire de pouvoir lire, relire et étudie (...)

21Cette injonction est réaffirmée et renforcée tout au long de l’histoire de la colonie de Nauvoo. La Loi sur l’admission, la retraite, l’exclusion, votée par l’assemblée générale en 1850, contient 48 articles qui en fixent les conditions. La première consiste à bien connaître les écrits icariens. Après avoir de nouveau précisé la liste des titres à lire, l’article réaffirme que « personne ne doit demander son admission dans la Société icarienne, s’il ne connaît pas ce système et ces écrits : avant tout, il faut les acquérir et les étudier »51. La deuxième condition du programme concerne également la lecture et l’écriture : c’est l’obligation de savoir lire, écrire et signer, qui sert à satisfaire la première condition et qui est indispensable pour faire fonctionner la communauté52.

  • 53 Le populaire, 7 septembre 1850, n° 114, p. 4.
  • 54 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvel (...)
  • 55 « Rapide coup d’œil sur les conditions d’admission », Revue icarienne, 1855, n° 5, p. 14. Toutefois (...)

22Parmi les autres consignes, il est précisé que le « trousseau d’homme » et le « trousseau de femme » de l’Icarien doivent contenir des « fournitures pour écrire : encrier, papier, plumes, cachet, cire ou pains, agenda »53. En arrivant, l’Icarien doit également fournir un certain nombre de textes, en particulier une « notice biographique contenant un récit succinct de sa vie, avec les principales circonstances » et « un récit individuel ou collectif du voyage contenant toutes les circonstances instructives ou intéressantes »54. C’est donc un véritable parcours de lecture et d’écriture que le postulant au statut de colon doit satisfaire pour être reconnu apte à devenir icarien, qu’il doit de surcroît attester par écrit en arrivant à Nauvoo : « Tous ceux qui demandent leur admission en Icarie doivent d’abord déclarer et déclarent en effet, par écrit, qu’ils connaissent parfaitement et approuvent sans réserve ce système icarien »55.

  • 56 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique. Sa constitution, ses lois, sa situation matérielle et (...)
  • 57 « Rapide coup d’œil sur les conditions d’admission », op. cit.

23Deux raisons principales motivent ces exigences. D’une part, elles rendent le fonctionnement de la communauté possible. Pour Cabet, la pratique de l’écriture et de la lecture est indispensable à l’exercice de la démocratie telle qu’il l’entend. À Nauvoo, elle permet plus précisément aux individus d’exercer le rôle de directeur d’atelier ou de fonctionnaire dans la communauté. D’autre part, si l’Icarien doit connaître les écrits cabétistes, c’est pour savoir à quoi il peut s’attendre en arrivant à la communauté et pour vérifier qu’il a adhéré en connaissance de cause. Cabet considère, d’ailleurs, qu’ayant pris connaissance de son système, le colon est à même d’accepter les privations et les sacrifices engendrés par son expérimentation. L’ayant accepté par écrit, en outre, il n’est censé avoir rien à dire sur sa mise en œuvre : « en arrivant dans la Colonie, [l’Icarien n’a] à faire aucune objection quelconque, ayant tout connu et tout accepté avant le départ »56. Dans le cas contraire, ses incompréhensions généreraient « des objections et des discussions » qui présentent « d’innombrables inconvénients »57. Pour Cabet, cela est censé représenter un rempart contre des éventuelles oppositions à sa manière de conduire son expérimentation et plus généralement contre les obstacles qui pourraient surgir pour en empêcher la réalisation.

  • 58 « Loi sur l’admission, la retraite et l’exclusion dans la communauté icarienne », Réalisation d’Ica (...)
  • 59 « Assemblée générale », Colonie icarienne , 1er novembre 1854, n° 16, p. 3.
  • 60 « Lettre de D., avocat, icarien, au bureau de Paris, Toulouse, le 11 avril 1854 », Colonie icarienn (...)

24Ses exigences draconiennes n’ont manifestement pas freiné les volontaires au départ pour les États-Unis, puisqu’ils furent nombreux à répondre à son appel et à appliquer, en partie tout au moins, ses consignes en matière de lecture. Le fonctionnement de la colonie ne semble pas avoir dérogé à ces règles. À son arrivée, un colon est admis provisoirement pour quatre mois et est interrogé sur chacune des conditions d’admission, y compris « pour s’assurer qu’il connaît bien la doctrine icarienne et les écrits qui l’exposent »58. Un cordonnier parisien vivant à Pittsburgh depuis 1849 demande son admission et est autorisé à se présenter après avoir lu les écrits icariens qui vont lui être envoyés59. De nombreux témoignages peuvent nous laisser penser – en supposant qu’ils sont sincères – que ce rituel n’est pas forcément mal vécu par les futurs colons. Dans sa demande d’admission, un postulant écrit ainsi : « Vous ne sauriez croire quel plaisir et quel bien la lecture de ces ouvrages a fait à mon cœur. Depuis que je les ai lus, je vaux bien plus, ce qui ne signifie pas, Monsieur, que je vaux beaucoup »60.

25L’écrit, en raison de son caractère fixe et immuable, est l’outil de communication sur lequel Cabet fait reposer la rigueur et l’austérité de son système. Difficile de savoir jusqu’à quel point il croyait réellement à son pouvoir pour maîtriser les esprits. Toutefois, assez rapidement, il va se heurter à ce qu’on pourrait considérer, d’un certain point de vue, comme l’échec de sa stratégie. Non seulement la lecture obligatoire de ses textes ne va pas conduire ses disciples à accepter sans discussion les problèmes posés par l’expérimentation du communisme icarien, mais le fondateur de la colonie se trouve rapidement confronté au type d’inconvénients que la rigidité de son système devait empêcher de se produire.

  • 61 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 170.
  • 62 « Révision de la constitution icarienne », Revue icarienne, 1856, n° 9, p. 4.
  • 63 Ibid.

26Dès 1852, il déplore que de trop nombreux Icariens aient été admis sans savoir lire ni écrire, car c’est un obstacle à leur bonne pratique de l’organisation interne de la colonie. Cela les empêche, en effet, « de pouvoir faire des rapports, par conséquent de pouvoir être élus, soit directeurs d’atelier, soit fonctionnaires publics, soit même membres de la Gérance »61. « Beaucoup de personnes, hommes et femmes, ne savent ni lire ni écrire, même des ouvriers dont on désirerait faire des Directeurs »62, regrette-t-il en 1855. Il déplore encore que nombre de colons soient admis sans bien connaître le système, ce qui provoque des déceptions et des incompréhensions. Reprenant son antienne, il dit qu’il faut que chacun connaisse les écrits icariens, les ait lus, les possède et les comprenne bien. Parlant des « infractions aux conditions d’admission », il rappelle que de trop nombreux admis, en particulier les femmes et les jeunes, ne connaissent pas suffisamment le système avant d’arriver. Ce qui est peut-être plus grave à ses yeux, c’est que cela les rend vulnérables et qu’ils sont susceptibles de se faire entraîner dans des discussions, sans moyen de résister : « ils ne peuvent ni lire pour acquérir de l’instruction ou se distraire, ni exercer leur indépendance et leur intelligence dans les discussions ; ils sont presque nécessairement, dans beaucoup de cas, les jouets et les dupes de quelques-uns de leurs camarades »63.

  • 64 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvel (...)
  • 65 « Révision de la constitution icarienne », op. cit.

27Le problème se pose, en particulier, pour les Icariens non francophones. La colonie est favorable à l’accueil de colons de tous les pays pour réaliser la fraternité universelle et elle compte parmi ses membres un certain nombre d’étrangers, des Allemands surtout. Or, pour être de vrais Icariens, il faudrait qu’ils soient capables de lire les écrits cabétistes imprimés en français64. Cette exigence est, d’ailleurs, explicitement formulée dans les conditions d’admission de 1850 qui contiennent une « condition particulière pour les Icariens non français » qui doivent « savoir lire, entendre et parler la langue française », en attendant que les écrits icariens soient tous traduits et imprimés dans les principales langues. Cabet lui-même souligne la difficulté d’accueillir ces colons non francophones, qui ne connaissent pas le système et avec qui il est difficile de s’expliquer. Les Icariens allemands, écrit-il, « sont nécessairement à la discrétion de quelques camarades qui peuvent les égarer en s’égarant eux-mêmes »65. Sa solution sera de faire en sorte que le recrutement soit désormais plus rigoureux à cet égard.

  • 66 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, op. cit., p. 293.
  • 67 « Aux Icariens de Paris, Nauvoo le 12 janvier 1851 », Le populaire, 14 février 1851, n° 137, p. 96.

28Si Cabet émet ce type de rappels à l’ordre, c’est que le fonctionnement de la colonie se déroule de la pire des manières qui soit pour lui. Des désaccords sur la manière de gérer la communauté et sur les tendances autoritaires de Cabet se font sentir parmi les colons et se manifestent dans des discussions sans fin qui ont marqué les commentateurs. Prudhommeaux explique ainsi que « jamais collectivité n’a été travaillée comme la communauté icarienne par le besoin de pérorer, de délibérer et de légiférer »66. Ce jugement ne semble pas exagéré si on prend en compte les témoignages comme celui-ci : « Pendant près de quarante heures, nous avons discuté sur notre situation : pendant deux jours et demi nous sommes restés en séance, hommes, femmes et jeunes gens »67.

  • 68 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvel (...)
  • 69 « Objections au programme », Le populaire, 7 juillet 1850, n° 111-112, p. 5.
  • 70 « Pratique : colonie icarienne », Colonie icarienne, 23 août 1854, n° 6, p. 2.
  • 71 « Progrès de la colonie icarienne », Colonie icarienne, 26 juillet 1854, n° 2, p. 4.

29Inflexible, et peut-être un brin hypocrite, Cabet voit dans les discussions non pas l’expression des problèmes de la colonie, mais les problèmes eux-mêmes. « Beaucoup des difficultés éprouvées par la Colonie jusqu’aujourd’hui sont venues des causeries ou des discussions dans certains ateliers, causeries qui ont presque toujours dégénéré en médisances, en calomnies, en critiques, qui ont jeté du trouble dans la Société »68. Contre ce qu’il considère comme des déviances, Cabet annonce différentes mesures pour reprendre la situation en main. Toujours effrayé par la libération de la parole, il tente d’imposer le silence dans les ateliers et explique aux Icariens contrariés par cette mesure que celle-ci est transitoire, « une obligation du moment pour détruire autant que possible la médisance, la critique, les dissensions, etc. »69. Il veut aussi élaborer un guide icarien, précisant tout ce qu’il faut savoir sur le régime de la colonie, à distribuer à chaque colon. Cette disposition, destinée à entretenir la connaissance du système icarien et en maintenir l’orthodoxie, avait été envisagée dès le début de l’expérience communautaire, mais il n’eut pas l’occasion de la réaliser. En revanche, il donne, dans le même but, des « cours icariens », le dimanche, qu’il rend obligatoires à partir de 1853. Enfin, il préconise l’installation d’une « Petite bibliothèque icarienne » « pour perfectionner continuellement »70 l’éducation des colons dans chaque foyer. « Chacun aura bientôt sa Petite bibliothèque icarienne composée seulement des écrits icariens, s’il est possible d’en offrir un exemplaire à chacun, afin que chacun puisse continuellement les consulter et les étudier »71, est-il précisé dans la revue de la colonie.

  • 72 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 159.

30En août 1854, cette disposition fait l’objet d’une loi, la Loi sur la Petite bibliothèque icarienne, présentée par Cabet et votée à l’unanimité par l’assemblée générale le 30 juillet. Il y est rappelé que pour faire fonctionner une colonie, il faut que les hommes qui la peuplent soient d’accord sur tout, aient les mêmes droits et devoirs, les mêmes idées et les mêmes intérêts. Sans quoi, ils perdraientleur temps en discussions pouvant dégénérer en disputes, qui les empêcheraient de travailler et crééraient le désordre et la ruine de la colonie. Le texte rappelle encore que l’égalité étant un principe icarien, tous doivent être égaux en instruction icarienne. Ainsi seront-ils en mesure d’apprécier les bienfaits de la communauté et disposés à montrer de la patience et de la persévérance dans la participation à l’œuvre collective. C’est pourquoi, même si en théorie chaque Icarien possède déjà les principaux écrits icariens et doit les avoir lus, il est nécessaire de faire en sorte qu’il puisse entretenir cette connaissance de la doctrine. Avec le cours icarien et la réalisation d’un journal, la mise en place de la Petite bibliothèque permettra ainsi d’atteindre cet objectif. Suivent dix articles fixant les détails de l’installation pour chaque ménage et chaque célibataire d’une Petite bibliothèque icarienne contenant le journal icarien, les brochures publiées et si possible les anciens écrits icariens, dans un meuble mis à disposition par la communauté. Il s’agit donc d’une bibliothèque privée destinée à la lecture à domicile. Elle reste possession de la communauté en cas de départ du colon. Même si Cabet écrit en 1855 que « chaque Icarien a sa petite bibliothèque icarienne qui contient les écrits icariens »72, il semble que cette mesure n’ait pas été complètement mise en œuvre, certainement en raison du coût qu’elle représentait pour la communauté.

Imprimerie et bibliothèques icariennes

31Outre la lecture des écrits du président de la communauté faisant l’objet de différentes injonctions, des lectures plus libres sont possibles, avec toutefois des contenus qui restent sous contrôle.

  • 73 Par exemple en écrivant : « Machine typographiques à composer », Almanach icarien pour 1843, p. 91- (...)
  • 74 BHVP, ms. 1052, fo 161, Nouveau système d’imprimerie Ellena-Cabet-Varennes.
  • 75 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit.
  • 76 Les Icariens avaient aussi pour projet de publier un « Bulletin agricole et industriel » qu’ils aur (...)

32Les Icariens lisent beaucoup les journaux. Au fond du réfectoire, sur une table, de nombreux périodiques sont à leur disposition, qu’ils produisent pour la plupart eux-mêmes. Cabet a toujours été passionné par l’imprimerie73. « La vue de cette imprimerie m’a fait autant de plaisir, et beaucoup plus même que la vue des pyramides d’Égypte », fait-il dire à son héros de Voyage en Icarie. En 1847, il a cosigné une demande de brevet d’invention concernant un nouveau système d’imprimerie « Ellena-Cabet-Varennes »74. Une imprimerie est créée dès l’arrivée des colons et fonctionne à plein. Elle produit des documents pour les besoins de l’administration intérieure, mais aussi pour le public et gagne ainsi « des sommes plus ou moins importantes »75. Les Icariens impriment un journal en anglais, The Popular Tribune, qui devient en 1852 The Nauvoo Tribune. En 1854, il est publié en français sous le titre Colonie icarienne. Cet hebdomadaire n’eut que vingt-deux numéros. Sa distribution en France ayant été interdite par l’administration, il est remplacé, en 1855, par la Revue icarienne, mensuelle, de nouveau interdite après quatre numéros. Est publié également un journal mensuel allemand, Der Communist76. Cette activité est extrêmement importante pour les Icariens : il s’agit de se faire connaître, de diffuser les informations sur leur expérience en France, pour attirer de nouveaux colons, mais aussi sur le territoire américain. La Colonie icarienne puis la Revue icarienne servent aussi de lien avec les Icariens restés sur le sol français.

  • 77 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 369.
  • 78 Petite communauté de dévoués et petite colonie fraternelle, Paris, Imprimerie de E. B. Delanchy, s. (...)
  • 79 « Lettre de Bourg écrite d’Icarie à ses amis de Lyon, 30 juillet 1849 », Le populaire, 7 octobre 18 (...)

33La communauté abrite également une bibliothèque créée dès l’installation des colons à Nauvoo. Dans les écrits rédigés avant son émigration, Cabet avait conçu différents modèles architecturaux de vie communautaire, et la bibliothèque en a toujours fait partie. Dans l’Icarie de Voyage en Icarie, il y a des bibliothèques publiques, où l’on trouve des ouvrages étrangers, anciens et modernes, mais tous sont traduits dans la nouvelle langue, « parfaitement rationnelle et régulière », sans exception à ses règles, simple et facile à apprendre77, de telle sorte qu’ils sont très accessibles à tous. Dans le projet de Petite colonie fraternelle qu’il élabore par la suite, Cabet décrit la bibliothèque comme un espace où se trouvent des imprimés et qui serait un lieu d’échanges et de rencontre. « La soirée se passera aussi en commun, dans le salon ou la bibliothèque, où l’on trouvera des journaux, des revues, des brochures, des livres. Il y aura des conférences, des discussions, des instructions ou cours en commun »78, écrit-il. La bibliothèque de Nauvoo, bien réelle, occupe une place centrale dans les bureaux de la gérance. « À côté de la maison commune, écrit un colon en juillet 1849, est celle de la Gérance avec bureaux administratifs, plus la bibliothèque et le magasin d’armes. »79

  • 80 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvel (...)
  • 81 « Loi sur l’admission, la retraite et l’exclusion dans la communauté icarienne », ibid., p. 129.
  • 82 « Recommandations pour le voyage », Prospectus. Émigration icarienne, conditions d’admission, op. c (...)
  • 83 Réalisation de la communauté d’Icarie, Paris, Bureau du Populaire, novembre 1847, p. 281.
  • 84 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 82.
  • 85 Réalisation de la communauté d’Icarie, op. cit., p. 318.

34Les collections de cette bibliothèque ont été constituées par les apports successifs des colons. La propriété individuelle est abolie, et en arrivant à la communauté, on accepte de céder tous ses biens, y compris ses livres. Durant sa première année d’existence, « tous les livres doivent être dans la bibliothèque commune »80 ; comme tous les autres objets apportés, ils sont « démarqués, marqués au signe de la Communauté et confondus dans la masse commune »81. L’arrivée sur place des nouveaux colons est minutieusement préparée et ce qu’ils apportent est très encadré. Cabet écrit quarante-cinq recommandations à ce sujet et la vingt et unième porte sur les livres. « Il ne faut apporter que des livres bons et utiles, qui peuvent nous manquer. Consultez pour cela le Directeur du Bureau de Paris qui a la liste de ceux qui nous peuvent être utiles »82. De nombreuses sources font état de livres apportés dans les bagages des arrivants. Un rapport de 1847 précise que des livres ont été offerts pour la colonie83. Un compte rendu fait mention de « livres reçus dans la semaine ; donnés en lecture »84. Un groupe de huit postulants au départ écrit qu’il va apporter une provision de graines et d’outils, ainsi qu’« une petite bibliothèque scientifique et de choix »85.

  • 86 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 75.
  • 87 Étienne Cabet, « Progrès de la colonie icarienne », Colonie icarienne, 26 juillet 1854, n° 2, p. 4.
  • 88 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 159-160.
  • 89 Ibid.
  • 90 Étienne Cabet, « Progrès de la colonie icarienne », op. cit., p. 4.

35La bibliothèque est gérée par la section IV : « Direction générale. De l’éducation, de la santé et des divertissements ». Le compte rendu de 1855 mentionne « Bibliothèque : Journal pour l’enregistrement des livres à leur entrée ; classement et catalogues ; Distribution des livres et journaux pour la lecture ; registre pour la sortie et la rentrée des livres »86. La « bibliothèque commune » comprend « beaucoup d’ouvrages étrangers au Communisme »87. Elle contient 4 000 volumes qui sont prêtés pour un usage privé à « ceux qui veulent lire » et de nombreux journaux et brochures « venus de France ou reçus d’Amérique par échange, et qui sont mis en lecture dans le réfectoire »88. Un témoin de passage à la communauté en août 1855 écrit : « La bibliothèque confiée à la garde d’un vieillard se compose de plus de quatre mille volumes rangés en très bon ordre. Elle provient uniquement des livres dont chaque récipiendaire s’est dépouillé au profit de tous. Formée ainsi, elle offre un mélange semblable à l’étalage d’un bouquiniste. […] Les ouvrages sont prêtés aux ateliers pour les lectures publiques et à qui veut en emporter chez soi. Pendant ma visite à ce sanctuaire naissant des connaissances nécessaires, utiles et agréables, une très jolie Icarienne vint demander Martin ou le Valet de chambre par Eugène Sue »89. Les comptes rendus font également état de pratiques de lecture « publiquement dans les ateliers de femmes ou particulièrement dans quelques familles »90 qui se rattachent aux traditions de lectures orales dans les ateliers ou lors de la veillée.

  • 91 Ibid.
  • 92 « Lettre de P. Bourg du 20 février 1850 », Le populaire, 5 mai 1850, n° 109, p. 2.
  • 93 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, op. cit., p. 336.

36Bien qu’il instrumentalise l’écrit pour endoctriner ses adeptes, Cabet n’oublie donc pas tout à fait d’envisager la lecture en tant que divertissement, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre, comme toujours, des visées d’ordre moral. « La lecture, non des mauvais, mais des bons livres », écrit-il dans un numéro de Colonie icarienne, est, avec l’étude et l’instruction, « une utilité et une nécessité ». C’est « un repos, un délassement, une distraction, une consolation, un plaisir », mais aussi « l’un des plus puissants préservatifs contre les dangers de l’oisiveté ou de l’activité déréglée et vicieuse »91. Cabet, qui interdisait qu’on joue Molière au théâtre et s’autorisait à lire le courrier des colons92, regrettait que la bibliothèque soit « de composition fort disparate »93. Évitant de faire la part belle à la philosophie, à la sociologie ou à l’histoire, il laissait la possibilité de lire les romans-feuilletons à la mode comme ceux de Paul Feval, Frédéric Soulié et d’Eugène Sue.

  • 94 La Des Moines Historical Library conserve encore une partie de la bibliothèque de la communauté de (...)
  • 95 « Souvenirs de la citoyenne Marie Marchand », in Claude Francis, Fernande Gontier, Partons pour Ica (...)

37Par la suite, il y aura toujours une bibliothèque, plus ou moins importante dans les différentes communautés qui se succédèrent après la mort de Cabet94. L’Icarienne Marie Marchand, née dans la communauté de Cheltenham en 1864, a raconté comment à 8 ans, elle avait lu La petite Fadette de George Sand, Les misères des enfants trouvés d’Eugène Sue et « de longs passages du Voyage en Icarie »95

38Pour Cabet, l’écrit est un outil de moralisation et d’éducation, et donc d’émancipation. Avec les philanthropes et les réformateurs sociaux, il partage la volonté commune de faire lire les masses tout en souhaitant contrôler leurs lectures. Comme la plupart d’entre eux, il fait preuve d’une certaine condescendance à l’égard du peuple, considérant que celui-ci est incapable de choisir lui-même les livres dont il a besoin et doit être aidé dans cette tâche. À l’instar des autres socialistes de son temps, enfin, il envisage l’éducation par la lecture dans le cadre des limites d’un accès à des textes sélectionnés par les penseurs. Ce faisant, il a cependant diffusé un message extrêmement positif à l’égard du simple fait de lire.

  • 96 En particulier Véronique Mendes-Geffroy, Voyage en Icarie. Aux noms du père (1772-2005), thèse d’hi (...)

39La singularité de Cabet vient de l’investissement énorme qu’il place dans la lecture pour convertir ses disciples, puis pour les contenir dans le respect de l’orthodoxie de son système, et du rôle considérable qu’il lui a attribué dans la construction de son école de pensée et dans son projet de colonie. L’écrit est dans sa démarche le moyen principal d’enrôlement des individus et de maîtrise de leurs comportements. Nombreux auteurs ont souligné la dimension religieuse du système de Cabet96, de sa démarche et de son identification personnelle à un chef de secte. Sa référence permanente à la lecture s’intègre parfaitement dans cette perspective d’une religion écrite délivrée par le « Père Cabet ».

Livres conservés à la Des Moines Historical Library (State Historical Society of Iowa Des Moines Center Manuscripts Icarian Community Collection, BJ .Ic1.). Transfert de 2005, donateur : Eugène Bettannier

Moralistes Anciens. Louis Aime-Martin. Paris. 1840.
Voyage en Icarie. Étienne Cabet. 2nd Edition.
Histoire Populaire de la Révolution Française. 1789-1830. Étienne Cabet. Paris. 1839.
Almanach Icarien. Étienne Cabet. Paris. 1847.
Le Vrai Christianisme Suivant Jésus-Christ. Étienne Cabet. Paris. 1847.
The Imitation or Following of Christ. Thomas A. Kempis. New York.
La Sainte Bible. Jean Frederic Ostervald. Strasbourg. 1863.
Child of Icaria. Marie Marchand Ross. New York. 1938.
Fables de la Fontaine. [missing covers and title page]
N’a-Qu’un-oeil. Romans Plébéiens. Leon Cladel. Paris. 1882.
Les Femmes Illustres De La France.Joseph Delanox. Limoges. 3rd edition.
Dictionnaire.Vol. I. A-G. Napoléon Landais. Paris. 1840.
Dictionnaire, Vol. II H-Z. Napoléon Landais. Paris. 1840.
La Belle Gabrielle. Auguste Maquet.
Œuvres De Saint-Just, Représentant du Peuple a la Convention Nationale. Paris. 1834.
Les Mystères De Paris. Vol. I. Eugène Sue. Paris.
Les Mystères De Paris. Vol. II. Eugène Sue. Paris.
Le Juif Errant. Vol. I. Eugène Sue. Paris.
Le Juif Errant. Vol. II. Eugène Sue. Paris.
Œuvres Complètes de le Vicomte de Chateaubriand. Vol. IX. Paris. 1830.
Un Homme Se Penche Sur Son Passe. Maurice Constantin-Weyer. Paris. 1928.
Le Système Dadant en Apiculture. C.P. Dadant. Quebec. 1922.
Sapho. Alphonse Daudet. Paris.
L’écarteur. Emmanuel Delbousquet. Paris.
The Father of Our Fathers. Rev. James Gibbon. London. 1878.
Œuvres D’Horace. Paris. 1709. [Latin and French]
L’Année Terrible : La Libération du Territoire, Victor Hugo, Paris.
Œuvres de Victor Hugo : Littérature et Philosophie Melees. Paris. 1878.
Œuvres de Victor Hugo, Vol. I - IV. Roman. Paris. 1878.
Les Voix Intérieures. Victor Hugo. Paris. 1882.
Histoire de la Révolution Française, 1789-1814. Vol. I & II. Albert Laponneraye. Paris, 1838.
The New Universal Dictionary. Mast, Crowell & Kirkpatrick. New York. 1898.
History and Rhymes of the Lost Battalion. “Buck Private” McCollum. 1929 edition.
André le Sorcier. Eugène de Mirecourt. Paris. 1875.
Livre de Vigneron. Mauny de Mornay. Paris. 1838.
Manuel Annuaire de la Sante Pour 1852. F.V. Raspail. Paris.
L’ange du Peuple Sœur Marthe. Clémence Robert. Paris. 1874.
Sacs et Parchemins. Jules Sandeau. Paris. 1859.
Le Jour Sans Lendemain. Jules Sandeau. Paris. 1887.
Souvenirs D’un Vieillard La Dernière Etape. Emile Souvestre. Paris. 1857.
Au Coin du Feu. Emile Souvestre. Paris. 1884.
Poésies Nouvelles. Mme. Amable Tastu. Paris. 1835.
Avis Au Peuple Sur Sa Sante. Samuel Auguste Tissot. Lyon. 1779.

Notes

1 Étienne Cabet, Voyage en Icarie. Roman philosophique et social (1840), Paris, Genève, Slatkine reprints, 1979, p. 214.

2 Henri Desroche écrivait en 1979 : « La publication des œuvres complètes de Cabet demeure une entreprise difficile. Outre le fait que des textes importants n’émergent encore que lentement et péniblement des archives, le nombre des textes publiés, leur amplitude, leur dispersion, leur intérêt inégal, leur enchevêtrement avec apologies ou polémiques qu’ils ont suscitées nécessiteraient pour leur rassemblement, leur classement, leur interprétation et, a fortiori, leur édition, quelque chose comme un institut cabétiste dûment parrainé par un solide mécénat ». Henri Desroche, Avant-propos, in Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. VII. Même si d’autres auteur.es ont exploré les écrits de Cabet après Desroche (cf. notes suivantes), cette remarque est toujours d’actualité.

3 Sur Cabet, voir François Fourn, Étienne Cabet ou le temps de l’utopie, Paris, Vendémiaire, 2014 ; Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Genève, Slatkine Megariotis reprints, 1977 ; Pierre Angrand, Étienne Cabet et la République de 1848, Paris, Presses universitaires de France, 1948.

4 Titre paru dans un premier temps sous pseudonyme : Francis Adams, Voyages et aventures de Lord William Carisdall en Icarie, trad. de l’anglais par Th. Dufruit, maître de langues, Paris, Hippolyte Souverain, 1840.

5 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 469.

6 Étienne Cabet, Douze lettres d’un communiste à un réformiste sur la communauté, Paris, chez Prévot, Rouannet, Chamerot, 1841, p. 83.

7 Ibid., p. 84.

8 Jacotot fut le maître de Cabet à l’école centrale de Dijon. Il lui fit lire Télémaque, qui marqua profondément l’élève et, appliquant ses principes, lui confia une classe de soixante élèves alors qu’il n’avait que quinze ans.

9 « Bibliothèque d’un ouvrier », Almanach icarien astronomique, scientifique, pratique, industriel, statistique, politique et social pour 1843, p. 98.

10 Étienne Cabet, « Concurrence entre colporteurs », Almanach icarien pour 1846, p. 155.

11 Étienne Cabet, Les masques arrachés, publiés au nom et aux frais d’une grande réunion d’actionnaires du Populaire, Paris, Bureau du Populaire, 1844, p. 128-127.

12 « Bibliothèque d’un ouvrier », op. cit. p. 98.

13 Il est élu le 9 février 1833 secrétaire général et président du comité central, en remplacement de Victor Lechevalier, et secrétaire de rédaction du journal Le fondateur. « Discours d’installation de M. Cabet », Le fondateur, février 1833, p. 43.

14 Idée qu’il défendit avec succès dans ses Dialogues de Maître Pierre devenus des Entretiens du village publiés entre 1835 et 1837, qui furent réédités huit fois de 1845 à 1847 et encore publiés en 1887. Il y préconisait un programme traditionnel de lecture, éliminant les lectures de fiction et de divertissement au profit d’ouvrages utiles et instructifs. Cf. Noë Richter, La lecture et ses institutions. 1700-1918, Bassac – Le Mans, Plein chant – Bibliothèque de l’université du Maine, 1987, p. 156-161.

15 Étienne Cabet, La République du Populaire, Paris, Aux bureaux du journal, 1833, p. 19.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 138.

19 Prospectus. Bibliothèque sociale rédigée par une société d’écrivains, sous la direction de M. Cabet, Paris, Imprimerie de C. Bajat, 1841.

20 Ibid., p. 3.

21 Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 139.

22 Étienne Cabet, « Bibliothèque de l’ouvrier », Almanach icarien pour 1846, p. 188.

23 Ibid., p. 188.

24 Étienne Cabet, Nécessité de populariser les journaux républicains, s. l., Imprimerie L. E. Herhan, s. d., p. 2.

25 Le populaire. Journal des intérêts politiques, matériels et moraux du peuple, par une société patriotique, Paris, s. n., 1833-1835.

26 Dès son huitième numéro, le tirage est de 27 000 exemplaires. Cf. Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, op. cit., p. 86.

27 Sous le titre Le populaire de 1841. Journal de réorganisation sociale et politique. Celui-ci devient Le républicain populaire et social qui paraît d’octobre à novembre 1851.

28 Voir sur Le populaire, François Fourn, « L’utopie ou la barbarie. Contre la violence révolutionnaire. Le Populaire de Cabet », in Thomas Bouchet et al., Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presses, Théorie et expériences, Paris, La Découverte, 2015, p. 203-216.

29 « Introduction », Almanach icarien : astronomique, scientifique, pratique, industriel, statistique, politique et social pour 1843, p. 6-7.

30 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage de 1841, 2e éd., Marseille, Laffitte, 1978.

31 Voir dans ce volume la contribution d’Isabelle Matamoros.

32 Sur le pacifisme de Cabet, voir Nathalie Brémand, « Les icariens et la guerre de Sécession (1861-1862) », in Rêves et passions d’un chercheur militant. Mélanges offerts à Ronald Creagh, Lyon, ACL, 2017, p. 137-152.

33 Sur les relations de Cabet avec les autres communistes, voir Alain Maillard, La communauté des Égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999.

34 Étienne Cabet, « Propagande icarienne », Colonie icarienne, 15 novembre 1854, n° 18, p. 1.

35 Étienne Cabet, Guide du citoyen aux prises avec la police et la justice dans les arrestations, les visites domiciliaires, la détention provisoire, le secret, et devant le juge d’instruction et le tribunal après l’acquittement ou la condamnation, 2e éd., Paris, Bureau du Populaire, 1846, p. 23.

36 Ibid., p. 23-25.

37 Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde. Des Français aux États-Unis de 1848 à la Commune, Paris, Vendémiaire, 2013, p. 28-29.

38 François Fourn, Étienne Cabet ou le temps de l’utopie, op. cit., p. 75.

39 Étienne Cabet, Petits dialogues populaires sur la communauté. Premier dialogue : ne tourmentez pas pour convertir, Paris, Imprimerie de E. B. Delanchy, 1845, p. 4.

40 Étienne Cabet, Cabet, pacha d’Icarie, par le citoyen Jacques Bonhomme, Paris, Imprimerie de Schneider, 1848, p. 4-5.

41 Voir Pierre Caron, « Cabet et l’Icarie à la fin de 1847 : document inédit », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1906, n° 8, p. 569-585. Dans cet article est reproduit un rapport de police du 14 janvier 1848 édifiant sur la production écrite de Cabet à destination de la propagande et la liste des correspondants et agents de propagande, avec leurs métiers. Christopher H. Johnson fournit aussi une analyse sur les professions des abonnés au Populaire et des colons icariens ; Christopher H. Johnson, Utopian Communism in France. Cabet and the Icarians, Ithaca, Cornell University Press, 1974, chap. « Bases of Icarian Adherence », p. 144-205.

42 Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), ms. 1052, fo 1, lettre sur la réforme sociale d’Aimey et Bernus à Cabet, 5 août 1847.

43 BHPV, ms. 1052, fo 212, lettre de Luchapt à Cabet, s. d.

44 « Bibliothèques de Lyon », in Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 41.

45 Mémoires et souvenirs de Sébastien Commissaire, Lyon – Paris, Meton – Garcet et Nisius, 1888, cité in Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque “icarienne” fondée à Lyon ? (2) », Bibliothèques populaires, 25 octobre 2016. [En ligne] < https://bai.hypotheses.org/1166 >.

46 « Bibliothèques de Lyon », in Étienne Cabet, Les masques arrachés, op. cit., p. 41-44.

47 Après une enquête montrant qu’il s’agissait pour les protagonistes de faire circuler des ouvrages de propagande révolutionnaire entre un grand nombre de personnes, deux des prévenus sont condamnés à deux mois d’emprisonnement.

48 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981, p. 271.

49 Sur les communautés icariennes, voir Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde, op. cit. ; Robert P. Sutton, Les Icariens. The Utopian Dream in Europe and America, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 1994 ; Albert Shaw, Icaria. A Chapter in the History of Communism, Philadelphia, Porcupine Press, 1972.

50 Étienne Cabet, « Prospectus : grande émigration au Texas en Amérique pour réaliser la Communauté d’Icarie : considérations préliminaires », Le populaire, 11 juillet 1848, n° 73, p. 4.

51 Prospectus. Émigration icarienne, conditions d’admission ; suivi de Rapport de la gérance à l’assemblée générale sur la colonie icarienne ; suivi de Cabet aux Icariens en France, Paris, chez l’auteur, octobre 1852, p. 8.

52 « Pour bien satisfaire à la première condition, il est nécessaire de pouvoir lire, relire et étudier les écrits icariens, lit-on. Il est nécessaire aussi de pouvoir lire, même écrire et signer des demandes, des actes, des engagements. Ne pas savoir le faire pourrait avoir de graves inconvénients ». Prospectus. Émigration icarienne, conditions d’admission, op. cit.

53 Le populaire, 7 septembre 1850, n° 114, p. 4.

54 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvelles de Nauvoo, 12 juin 1850, n° 6, p. 143-144. Même si on trouve quelques récits de voyages au sein des sources, cette règle semble avoir été peu respectée, vraisemblablement en raison des conditions de voyage transatlantique très difficiles et peu propices à l’écriture.

55 « Rapide coup d’œil sur les conditions d’admission », Revue icarienne, 1855, n° 5, p. 14. Toutefois une mention dans les conditions d’admission de 1850 vient tempérer cette exigence puisqu’il est précisé que même s’il était analphabète, un « ouvrier, de la campagne surtout », qui connaîtrait bien le système icarien pourrait être admis provisoirement, s’il a bien « toutes les qualités d’un Icarien ». Pourtant, on a peine à croire que Cabet acceptait facilement que ces principes ne soient pas respectés.

56 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique. Sa constitution, ses lois, sa situation matérielle et morale après le premier semestre 1855, Paris, chez l’auteur, janvier 1856, p. 170.

57 « Rapide coup d’œil sur les conditions d’admission », op. cit.

58 « Loi sur l’admission, la retraite et l’exclusion dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvelles de Nauvoo, 12 juin 1850, n° 6, p. 128.

59 « Assemblée générale », Colonie icarienne , 1er novembre 1854, n° 16, p. 3.

60 « Lettre de D., avocat, icarien, au bureau de Paris, Toulouse, le 11 avril 1854 », Colonie icarienne, 30 août 1854, n° 7, p. 4.

61 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 170.

62 « Révision de la constitution icarienne », Revue icarienne, 1856, n° 9, p. 4.

63 Ibid.

64 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvelles de Nauvoo, op. cit., p. 144.

65 « Révision de la constitution icarienne », op. cit.

66 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, op. cit., p. 293.

67 « Aux Icariens de Paris, Nauvoo le 12 janvier 1851 », Le populaire, 14 février 1851, n° 137, p. 96.

68 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvelles de Nauvoo, op. cit., p. 140.

69 « Objections au programme », Le populaire, 7 juillet 1850, n° 111-112, p. 5.

70 « Pratique : colonie icarienne », Colonie icarienne, 23 août 1854, n° 6, p. 2.

71 « Progrès de la colonie icarienne », Colonie icarienne, 26 juillet 1854, n° 2, p. 4.

72 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 159.

73 Par exemple en écrivant : « Machine typographiques à composer », Almanach icarien pour 1843, p. 91-93. Sur cette question voir François Jarrige, « Des machines à l’infini : le communisme icarien et l’imaginaire utopique des techniques (1830-1848) », Hypothèses, 2006, nº 1, p. 199-208.

74 BHVP, ms. 1052, fo 161, Nouveau système d’imprimerie Ellena-Cabet-Varennes.

75 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit.

76 Les Icariens avaient aussi pour projet de publier un « Bulletin agricole et industriel » qu’ils auraient « comme le Bulletin phalanstérien, publié en Belgique ». Ibid.

77 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 369.

78 Petite communauté de dévoués et petite colonie fraternelle, Paris, Imprimerie de E. B. Delanchy, s. d., p. 5.

79 « Lettre de Bourg écrite d’Icarie à ses amis de Lyon, 30 juillet 1849 », Le populaire, 7 octobre 1849, p. 1.

80 « Programme des conditions d’admission dans la communauté icarienne », Réalisation d’Icarie, nouvelles de Nauvoo, op. cit., p. 133.

81 « Loi sur l’admission, la retraite et l’exclusion dans la communauté icarienne », ibid., p. 129.

82 « Recommandations pour le voyage », Prospectus. Émigration icarienne, conditions d’admission, op. cit., p. 38.

83 Réalisation de la communauté d’Icarie, Paris, Bureau du Populaire, novembre 1847, p. 281.

84 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 82.

85 Réalisation de la communauté d’Icarie, op. cit., p. 318.

86 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 75.

87 Étienne Cabet, « Progrès de la colonie icarienne », Colonie icarienne, 26 juillet 1854, n° 2, p. 4.

88 Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, op. cit., p. 159-160.

89 Ibid.

90 Étienne Cabet, « Progrès de la colonie icarienne », op. cit., p. 4.

91 Ibid.

92 « Lettre de P. Bourg du 20 février 1850 », Le populaire, 5 mai 1850, n° 109, p. 2.

93 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, op. cit., p. 336.

94 La Des Moines Historical Library conserve encore une partie de la bibliothèque de la communauté de Corning en Iowa, qui fut dissoute en 1895. Je remercie chaleureusement Étienne Lamarche, doctorant de l’université de Dijon sous la direction d’Anne-Sophie Chambost, de m’en avoir communiqué la liste, publiée en encadré.

95 « Souvenirs de la citoyenne Marie Marchand », in Claude Francis, Fernande Gontier, Partons pour Icarie. Des Français en Utopie, une société idéale aux États-Unis en 1849, Paris, Librairie académique Perrin, 1983, p. 276.

96 En particulier Véronique Mendes-Geffroy, Voyage en Icarie. Aux noms du père (1772-2005), thèse d’histoire, Université de Poitiers, 2011.

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, directrice de rédaction de la Bibliothèque virtuelle sur les premiers socialismes, université de Poitiers et chercheuse associée du Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search