Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 2. Lectures

Chapitre 7. Les communistes (babouvistes) déballent leur bibliothèque

Alain Maillard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1830-1840, le livre est encore un bien rare, surtout si l’on fait partie des blouses ou de la redingote pauvre. Pour les communistes nommés par Jules Prudhommeaux « néo-babouvistes », en raison de leur défense intransigeante de la mémoire de Babeuf et de leurs différends avec Étienne Cabet, les livres qu’ils évoquent font reculer l’ignorance, s’attaquent aux préjugés, éclairent le passé, le présent et le futur en les reliant dans une philosophie de l’histoire et de l’avenir. Ils font rêver et incitent à l’action1. C’est pourquoi les républicains qui se feront appeler communistes à partir de 1839-1840 s’en emparent avec passion, les recommandent chaudement auprès de leurs « frères » et montrent que l’affranchissement des ouvriers passe aussi par la constitution d’une petite bibliothèque.

Les livres qui les intéressent annoncent un nouveau régime de vérité : non pas celui d’une religion révélée, mais d’une religiosité séculière qui prend le nom de communisme en 1840 et ...

Auteur

Professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules-Verne et chercheur au Centre amiénois de recherche en éducation et formation (Amiens)

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540