Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 2. Lectures

Chapitre 6. Émanciper les ouvriers par la lecture ? Flora Tristan et l’éducation par le livre

Isabelle Matamoros

Texte intégral

  • 1 Flora Tristan, Union ouvrière, Paris, Prévot, 1843, p. 112.

1« Ouvriers, si vous voulez sortir de l’état de misère dans lequel vous êtes, instruisez-vous »1. À un moment du règne de Louis-Philippe où la question sociale est plus vive que jamais, l’Union ouvrière, courte brochure écrite par Flora Tristan (1803-1844), constitue un texte singulier au milieu de la constellation des autres écrits socialistes. Outre le fait que son auteure soit une femme – il y en avait de nombreuses autres impliquées dans les premiers mouvements ouvriers –, c’est surtout le zèle que Flora Tristan a mis à le faire connaître qui étonne. Ne prônant ni l’insurrection ni la recherche d’une société idéale, celle qui s’était autoproclamée l’« apôtre » de la classe ouvrière s’est lancée dans un tour de France par lequel elle a cherché à rendre les ouvriers acteurs de leur émancipation.

2Cette expression, dans un contexte de vifs débats sur les moyens et les finalités de l’éducation du peuple, est fortement polysémique. Mais l’ensemble des premiers socialistes s’accorde sur un point : pour parvenir à émanciper le peuple, il faut lutter contre son ignorance. Dans l’Union ouvrière, Flora Tristan propose un programme d’éducation par le livre devant mener lecteurs et lectrices à prendre conscience des inégalités et à se mobiliser contre elles. Grande lectrice elle-même, elle nourrit son propos par une expérience personnelle largement autodidacte, pensant l’éducation par le livre dans un lien direct entre le lecteur et l’objet, largement dégagé de la relation maître-élève. Elle décrit alors concrètement les modalités de cette émancipation intellectuelle à l’intérieur d’une bibliothèque idéale : quels livres, pour quels usages, dans quelles conditions le peuple doit-il lire ? Surtout, elle pense conjointement l’éducation des femmes et des hommes du peuple, première étape vers l’égalité des sexes, comme en témoigne sa correspondance avec une jeune blanchisseuse lyonnaise, Éléonore Blanc. À partir de ses écrits théoriques, de son journal et de sa correspondance, nous souhaitons donc mettre en avant le caractère novateur de ce projet au milieu des années 1840, ce qui lui a valu d’être une référence lors de la fondation des premières bibliothèques populaires dans les années 1860.

De l’autodidacte à la militante : parcours d’une lectrice engagée

  • 2 L’étude la plus documentée demeure celle de Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan (1803-1 (...)

3En 1844, durant un tour de France des villes industrielles entrepris pour rallier ouvriers et ouvrières à sa cause, Flora Tristan prend sous son aile Éléonore Blanc, une blanchisseuse lyonnaise, et écrit une longue lettre dans laquelle elle commence la formation intellectuelle de la jeune femme. Il faut, insiste-t-elle, étudier, travailler seule, longtemps, sur les livres. Bien qu’on n’ait que peu d’informations sur sa jeunesse2, tout laisse à penser que ce programme s’inspire de son expérience personnelle. De fait, en 1807, lorsque décède le père de Flora Tristan, l’aristocrate péruvien Don Mariano Tristan, l’enfant et sa mère se retrouvent sans ressources et s’installent dans la campagne proche de Paris. La jeune fille y reçoit une éducation modeste dans une petite école, apprenant de manière rudimentaire la lecture et l’écriture. Ses premières lettres, datées des années 1820, témoignent d’une orthographe et d’une grammaire hésitantes. À cette même période, devant gagner sa vie, Flora Tristan entre en tant que coloriste auprès d’un graveur lithographe, André Chazal, qu’elle épouse en 1821.

  • 3 Lettre à Charles Fourier, 21 août 18[35]. La correspondance de Flora Tristan a été en grande partie (...)
  • 4 Elle en livre un long exposé dans le chapitre XIX des Promenades dans Londres (Paris, H.-L. Delloye (...)

4Quand a-t-elle commencé à fréquenter les milieux ouvriers et socialistes ? La chronologie de son engagement politique n’est pas aisée à établir, notamment entre son départ du domicile conjugal, en 1825, et son séjour au Pérou en 1833. C’est sans doute durant ces années qu’elle lit beaucoup, seule, les penseurs sociaux de son temps : Saint-Simon et son Nouveau christianisme, Charles Fourier, dont elle connaît bien la Théorie des quatre mouvements. Flora Tristan profite de l’effervescence qui gagne la capitale après les Trois Glorieuses. Dès le début des années 1830, Paris devient l’un des centres européens où s’élabore la pensée socialiste. Celle-ci se construit contre le libéralisme naissant à un moment où se font sentir les premiers effets de l’industrialisation en Europe. La jeune femme multiplie alors les rencontres décisives. Elle croise les saint-simoniennes, qui viennent de fonder un journal féministe, La femme libre (1832-1834). En 1835-1836, elle correspond avec Charles Fourier et Victor Considerant et se déclare prête à apporter toute son énergie à la cause phalanstérienne3. La pensée de Robert Owen, que la jeune femme découvre lors de la tournée parisienne du théoricien anglais en 1837, la séduit encore davantage4. Elle entre également en contact avec les poètes ouvriers comme Charles Poncy, avec Agricol Perdiguier, dont le Livre du compagnonnage, publié en 1841, lui sert de modèle par la suite. Enfin, entre 1826 et 1839, elle séjourne à quatre reprises à Londres, d’abord en tant que dame de compagnie d’Anglaises, puis seule, pour enquêter sur les conditions de vie de la plus grande population industrieuse d’Europe ; Anna Wheeler, la féministe anglaise proche d’Owen, lui sert de guide, et elle y découvre La défense des droits de la femme (1792), écrit par la féministe anglaise Mary Wollstonecraft.

  • 5 En 1838, elle envoie à la Chambre des députés une pétition réclamant le droit au divorce.

5Tout en affirmant une forte indépendance (elle voyage seule, elle publie sans pseudonyme), Flora Tristan gravite très intensément autour des milieux ouvriers et socialistes de la mi-temps du règne de Louis-Philippe. Elle fait en réalité plus que cela : elle revendique son appartenance à la classe ouvrière. Car malgré des origines aristocratiques, toute la vie de Flora Tristan est marquée du sceau de l’illégitimité. Le mariage de ses parents, célébré religieusement en Espagne, n’a jamais été reconnu ni par la famille de son père ni en France. Quant à son engagement en faveur du droit des femmes5, il s’ancre dans le vécu d’une union malheureuse. Après son départ du domicile conjugal en 1825 suivent des années de menaces et de violences, jusqu’en 1838, et la condamnation de Chazal à vingt-cinq ans de travaux forcés pour tentative d’homicide sur son épouse. Sa conscience d’être une paria, que Flora Tristan restitue très bien dans le récit autobiographique de son voyage en Amérique du Sud, Les pérégrinations d’une paria (1837), s’enracine donc dans l’expérience d’une double exclusion, sociale et de genre.

Éduquer ou émanciper le peuple ?

  • 6 L’Union ouvrière débute ainsi sur un constat d’échec : « Ouvriers et ouvrières. Écoutez-moi : depui (...)
  • 7 Thèmes qui se trouvaient déjà au cœur de sa petite brochure Nécessité de faire un bon accueil aux f (...)
  • 8 Flora Tristan, Promenades dans Londres, op. cit., p. 355.

6Ce sont ces expériences, ces lectures et ces rencontres qui nourrissent progressivement son projet d’union ouvrière. Dans celui-ci, Flora Tristan tente de proposer un modèle original d’union de la classe prolétaire, quand les autres seraient voués à l’échec6. Deux thèmes occupent une place de choix, les femmes et l’internationalisme, et c’est ce qui fonde la singularité de son projet au milieu des autres écrits des années 1830-18407. Pour le reste, si Flora Tristan se déclare « ni saint-simonienne, ni fouriériste, ni owenienne »8, il n’en demeure pas moins qu’il comporte des traits similaires à ceux de ses prédécesseurs. Ainsi de l’éducation, considérée comme un préalable indispensable à l’émancipation des ouvriers et des ouvrières.

  • 9 Carole Christen, Caroline Fayolle, « Écoles du peuple, écoles des pauvres ? », introduction au doss (...)
  • 10 Nathalie Brémand, Les socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, PUR, (...)
  • 11 Flora Tristan, Le tour de France, journal inédit (1843-1844), Jules Puech (éd.), Paris, Éditions Tê (...)
  • 12 Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme. Le temps du travailleur dans la pensée (...)
  • 13 Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, op. cit., p. 335 ; Bernard Desmars, « De l’éducati (...)
  • 14 Le principe de coéducation des enfants des deux sexes est l’une des spécificités des projets social (...)

7Il est vrai que depuis la Révolution française, la question de l’éducation du peuple agite les milieux philanthropiques9. Fondements de la création de la Société pour l’instruction élémentaire en 1815, puis de la loi Guizot de 1833, l’instruction et l’éducation morale doivent permettre de lutter contre l’ignorance du peuple, qui serait la source de son amoralité et de sa propension au crime. Après 1830, l’enjeu devient politique et social, et les ouvriers eux-mêmes commencent à réfléchir aux modalités de leur éducation. Pour les socialistes, il ne saurait y avoir de transformation de l’individu en tant qu’être social, ni, en conséquence, de réforme sociale, sans une refonte complète des systèmes d’éducation10. Robert Owen expose la partie éducative de son projet dans A New View of Society, paru en 1814, Charles Fourier le fait dans le livre deuxième du Traité de l’association domestique agricole (1822). L’Union ouvrière est elle aussi placée sous le signe de l’éducation, puisque Flora Tristan fait sienne la formule : « Pour toutes et tous : droit au travail, droit à l’instruction (Union ouvrière) »11. Comme Owen et surtout Fourier12, elle désire une éducation « intégrale » des enfants des deux sexes, c’est-à-dire une éducation morale, intellectuelle, physique et professionnelle. Du respect de ces étapes dépend le bon développement des enfants, pour qu’ils puissent par la suite choisir leur métier selon leurs goûts et compétences13. Enfin, chez les socialistes, l’éducation doit être prise en charge par la collectivité, et elle se déroule dans le projet de Flora Tristan au sein des palais de l’Union, qu’elle prévoit au nombre de un par département. Les enfants des deux sexes14, en nombre égal, y seront accueillis à partir de six ans et placés sous la surveillance de directeurs et directrices de l’éducation.

  • 15 Pour l’Angleterre, voir Rosalind Crone, « L’éducation populaire au XIXe siècle dans les îles Britan (...)
  • 16 Frédéric Moret, Les socialistes et la ville. Grande-Bretagne, France, 1820-1850, Paris, ENS édition (...)
  • 17 Martyn Lyons, « La culture littéraire des travailleurs. Autobiographies ouvrières dans l’Europe du (...)

8Mais on reste ici dans la perspective d’un dispositif scolaire, progressiste certes, mais fondé sur la relation maîtres-élèves ou adultes-apprenants et à destination des jeunes enfants. Or les adultes ne doivent pas être les laissés pour compte du mouvement en faveur de l’éducation. Différentes solutions sont imaginées dans les années 1830, en France comme en Angleterre15 : la mise en place des écoles primaires supérieures pour les plus de treize ans, prévues par la loi Guizot ; l’ouverture de cours du soir à destination des adultes, dans la plupart des grandes villes industrielles (les saint-simoniens en proposent à Paris et à Lyon, les owenistes à Londres, Leeds, Glasgow ou encore Manchester16). Souvent, ces réunions servent aussi à la propagande des mouvements. Pour Flora Tristan, le désir de dédier du temps à l’étude, en dehors de l’activité professionnelle, doit venir d’une forte volonté individuelle de se former et de s’améliorer en permanence. Si elle estime nécessaire, on le verra, de s’associer pour former des bibliothèques, l’ouvrier ou l’ouvrière se réalise d’abord dans l’étude solitaire. N’oublions pas que l’autodidaxie, en tant que moyen de dépassement de la condition initiale, était fortement valorisée au sein d’une partie des ouvriers. On le voit dans la manière dont les autobiographies ouvrières insistent sur les années de formation autodidacte17 – et Flora Tristan s’appuie sans doute ici sur sa propre expérience.

9Son idée essentielle demeure que l’émancipation du peuple doit se faire par étapes et de manière pragmatique. Elle construit son argumentation sur une démonstration simple : avant que l’Union ne se réalise, que les Palais du peuple ne soient construits, il faut que le peuple prenne conscience de sa domination pour qu’il comprenne la nécessité de s’unir. La lecture joue ici une fonction liminaire essentielle. Car Flora Tristan n’appelle pas à la révolution (même si elle est surveillée en tant que révolutionnaire par la police du gouvernement Guizot), mais considère que l’émancipation du peuple sera progressive, en commençant par l’éducation. Et cela ne doit pas être un processus hétéronome, avec des ouvriers qui seraient intégrés dans une Union dont ils ne comprendraient pas le sens et sur laquelle ils n’auraient que peu de prise. La lecture agit comme un déclencheur, et le livre doit permettre au lecteur de se construire une identité sociale et politique. On le voit, il ne s’agit en aucun cas d’en appeler à une révolution brutale et soudaine, mais plutôt une révolution des esprits, qui germe, mûrit, grandit dans la lecture.

  • 18 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 48 (21 avril 1844).

10Or, comme la plupart des observateurs sociaux de son époque, tel Villermé, qu’elle lit également, Flora Tristan déplore l’état d’ignorance dans lequel se trouve la classe ouvrière. Dans la plupart des villes qu’elle traverse durant son tour de France, en 1843-1844, elle juge sévèrement ces hommes et ces femmes peu ou pas du tout alphabétisé.es, portant une attention particulière à leurs lectures. Pour elle, leur ignorance est la marque de leur domination, et découlerait de l’inégale répartition entre le travail et le capital, la condition de prolétaire posant des obstacles concrets à l’éducation des classes populaires : « Il faut travailler 12 à 15 heures sur 24 pour pouvoir manger ! Quelle galère ! pas un instant pour penser, pour lire, pour se reposer, pour causer avec un ami »18, note-t-elle à Dijon.

La bibliothèque idéale des ouvriers

  • 19 Entrée du 1er mai 1844. Ibid., p. 62.
  • 20 Flora Tristan adresse une lettre à l’auteur en 1844, dans laquelle elle lui attribue le titre de «  (...)

11Bien sûr, tous les ouvriers qu’elle rencontre n’adhèrent pas immédiatement à sa cause, ni ne se lancent dans une exigeante entreprise d’émancipation intellectuelle. Flora Tristan se désespère souvent de leurs mauvaises lectures – leitmotiv des discours sur la littérature dans la première moitié du XIXe siècle. Selon elle, deux types de « mauvaises lectures » les influencent. D’une part les lectures partisanes, celles de la grande presse qui clive et fige les positions, qui anime les « haines de parti » – d’un côté les républicains lisent le National, fondé en 1830 par Adolphe Thiers, de l’autre les royalistes lisent la Gazette de France ; et par ailleurs, les romans et toute la littérature légère, les chansons et autres physiologies, ces courtes études de mœurs satiriques en vogue sous la monarchie de Juillet. Bien qu’alertée sur les enjeux moraux et politiques que soulèvent l’alphabétisation et le savoir-lire du peuple, Flora Tristan rejoint les contempteurs de la mauvaise littérature dont elle partage le regard parfois misérabiliste sur l’état culturel de la classe ouvrière. En cela, elle ne propose pas un point de vue original : la littérature industrielle dénoncée par Sainte-Beuve, qu’il s’agisse des romans bon marché ou des romans-feuilletons introduits dans La presse en 1836, est soupçonnée de corrompre la classe ouvrière. « À Mâcon on lit beaucoup, me disait le libraire Charpentier, mais les romans. – On voit quel résultat produit cette lecture, une sécheresse complète. »19 Les romans détourneraient du véritable objectif de la lecture – unir, créer un sentiment de solidarité et de fraternité – parce qu’ils flattent l’ego du lecteur ou de la lectrice en lui proposant un univers idéalisant. Flora Tristan reste très attachée à une répartition strictement étanche et hiérarchique des genres littéraires, et seuls trouvent grâce à ses yeux les romans des « Amis du peuple » comme Les mystères de Paris (1842) d’Eugène Sue20.

  • 21 Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France, Paris, Guillaumin et Cie, 1 (...)
  • 22 Noë Richter, « L’institution de la lecture du peuple », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle, Par (...)
  • 23 Pensons, parmi d’autres, aux Souvenirs d’une fille du peuple, ou la saint-simonienne en Égypte de S (...)

12Pour éviter ces dérives, Flora Tristan propose logiquement sa liste d’ouvrages à lire. Mi-conseillère mi-prescriptrice, elle rédige à la fin de sa brochure deux pages intitulées « Conseils aux ouvriers », où elle dresse le catalogue de leur future bibliothèque idéale, tout en la dotant d’une fonction bien spécifique. À la différence des projets philanthropiques des années 1840, celui du célèbre éditeur parisien Léon Curmer par exemple, ou d’Étienne Cabet, qui recommande dans son Voyage en Icarie une littérature d’édification21, « bons livres » ne signifie pas, sous la plume de Flora, ouvrages moraux. Dans les années 1860, cette même perspective empreinte de paternalisme donne naissance aux premières bibliothèques populaires : l’objectif avoué est alors simple, il faut maintenir la lecture du peuple au niveau de l’utilitaire quotidien, et œuvrer à sa moralisation en même temps qu’à son instruction élémentaire22. En réalité, les lectures ouvrières étaient sans doute beaucoup plus diverses : la littérature et le savoir par elle accessibles exercent sur une partie du monde ouvrier une véritable fascination, ce dont témoignent les autobiographies ouvrières qui se multiplient au cours du siècle23.

  • 24 Noë Richter, « L’institution de lecture du peuple », op. cit.

13La bibliothèque idéale proposée par Flora Tristan ne se limite donc pas à une portée didactique et moralisatrice. En cela, elle se rapprocherait de celle recommandée par Agricol Perdiguier dans le Livre du compagnonnage (1839), livre phare de l’associationnisme ouvrier, qu’elle connaît et admire : celui-ci conseille d’acheter des dictionnaires et encyclopédies, des écrivains classiques et contemporains (Chateaubriand, Sand ou Hugo), des auteurs engagés comme Lamennais ou Garnier-Pagès24. La jeune femme va plus loin : pour elle, la seule bonne lecture est une lecture politique. Tout ouvrage sur la condition ouvrière et la pensée socialiste lui semble nécessaire et prioritaire. Une première série de conseils concerne par conséquent uniquement des études sociales contemporaines :

  • Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, 1840 ;
  • Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses dans la ville de Paris, 1840 ;
  • Louis René Villermé, Des prisons de France, 1820 ;
  • Jean-Baptiste Parent Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, 1836 ;
  • Gustave de Beaumont, L’Irlande religieuse, morale et politique, 1839 ;
  • ses propres Promenades dans Londres, 184025.

14Ces livres doivent avant tout provoquer une réaction chez les ouvriers et les ouvrières. Il s’agit de leur révéler, par la lecture, la réalité de leur condition telle qu’elle est décrite par des observateurs extérieurs. Eux-mêmes, vivant et travaillant dans cet état, ne peuvent en prendre conscience directement, puisqu’ils n’ont pas de regard réflexif sur leur situation. Elle dresse une liste assez précise des écrits sociaux disponibles lorsqu’elle rédige l’Union ouvrière. Tous les sujets relatifs à la misère ouvrière sont abordés : les conditions de travail liées à l’industrialisation ; la prostitution, l’un des thèmes privilégiés de Flora Tristan, qu’elle décrit particulièrement dans ses Promenades dans Londres (1840) ; la criminalité, enfin, à l’heure où les deux phénomènes – augmentation de la classe ouvrière et augmentation de la criminalité – sont analysés dans une logique de causalité.

15La deuxième étape de ce programme de lecture consiste à réfléchir aux différents moyens d’action et ici Flora Tristan est surtout attentive aux solutions proposées par les ouvriers eux-mêmes :

  • Louis Blanc, L’organisation du travail, 1839 ;
  • Adolphe Boyer, De l’état des ouvriers et son amélioration par l’organisation du travail, 1841 ;
  • Proudhon, La célébration du dimanche, 1839 ;
  • Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage, 1839 ;
  • Jacques Gosset, Projet tendant à régénérer le compagnonnage sur le tour de France, soumis à tous les ouvriers, 1843 ;
  • Pierre Moreau, De la réforme, des abus du compagnonnage et de l’amélioration du sort des travailleurs, 184326.
  • 27 La lettre de Flora Tristan, écrite en août 1836, est publiée par la Phalange avec la réponse de Vic (...)

16À travers cette liste d’ouvrages, les ouvriers doivent parvenir rapidement à une prise de conscience de leur condition actuelle, et à une compréhension des solutions politiques qui leur sont offertes pour s’organiser. On l’a dit, elle-même lit beaucoup dans les années 1820-1840, aussi bien les volumineux ouvrages théoriques, comme ceux de Fourier ou La colonisation de l’Algérie publié par Enfantin en 1843, que des brochures anonymes telles que la Pensée religieuse d’un saint-simonien (1835), ou encore des traités sur la franc-maçonnerie. Sa pensée se structure au fil de ses lectures, et Flora Tristan fait particulièrement attention à trois aspects des doctrines socialistes : leur traitement de la question des femmes ; la forme structurelle des organisations elles-mêmes et les rapports entre individus en leur sein ; et la possibilité qu’elles soient comprises par toutes et tous, donc leur portée démocratique et démopédique. Sur ce point, elle attaque violemment les fouriéristes. En août 1836, elle envoie une lettre au directeur de la Phalange, Victor Considerant, dans laquelle elle dénonce un système « obscur » et impossible à comprendre pour les non-initiés27 :

Vous sentez parfaitement que si, pour être phalanstérien, il faut d’abord avoir passé quatre ans à l’école normale, connaître à fond l’astronomie, les mathématiques, la physique, etc., etc. ; ensuite passer encore quatre autres années à étudier Fourier, oh ! vous sentez, monsieur, qu’à ce compte très peu de gens seront propres à être phalanstériens.

  • 28 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 86 (20 mai 1844) ; Susan Grogan, Flora Tristan. Life (...)

17Celui-ci lui répond dans l’édition du 1er septembre, en renvoyant le lectorat au livre de Fourier : la théorie harmonienne ne saurait être découpée, fragmentée en de succincts articles tels que l’obligerait une vulgarisation dans la presse. C’est peut-être ici l’un des points signifiant ainsi la rupture entre le fouriérisme, qui toucha un public plutôt bourgeois, et d’autres formes de socialisme. Flora Tristan ne recommande pas non plus les ouvrages de Saint-Simon, car elle estime que le saint-simonisme tel qu’il s’organise après 1831 et l’« Appel à la Femme » du Père Enfantin est un système autoritaire. Enfin, son jugement sur le Voyage en Icarie (1840) de Cabet est encore plus sévère. Elle lui reconnaît de manière certes sarcastique une qualité, celle d’avoir su plaire aux hommes et aux femmes peu habitué.es à lire des ouvrages théoriques en empruntant la forme fictionnelle, mais elle s’insurge du succès de Cabet au sein de la classe ouvrière. La vision idéale de l’Icarie détournerait de la politique et flatterait l’ignorance en promettant un bonheur fondé sur l’individualisme28.

  • 29 Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme, op. cit., p. 272.
  • 30 Ibid., p. 273
  • 31 Voir l’article d’Ophélie Siméon dans le présent volume.
  • 32 La moyenne du salaire ouvrier était, au début de la monarchie de Juillet, autour de 2 francs. Ceux (...)
  • 33 Flora Tristan, Union ouvrière, op. cit., p. 111.

18Au contraire, de la lecture doit émerger une réflexivité critique, une subjectivation du lecteur ou de la lectrice. Or si la lecture facile, distrayante, de romans n’y conduit pas, il faut des conditions matérielles particulières pour bien lire des ouvrages théoriques. Ce processus est de fait impossible tant que les ouvriers et les ouvrières ne dégagent pas du temps pour la lecture, et d’ailleurs, la question de l’équilibre entre le temps de travail et le temps de loisir traverse tous les projets socialistes. Conscients de la nécessité pour les ouvriers de dégager du temps libre hors de l’activité professionnelle, Owen comme Fourier réfléchissent aux loisirs artistiques par lesquels l’individu peut s’épanouir : ainsi de la musique pour Fourier, qui lui accorde une importance fondamentale29. Il ne s’agit pas de n’importe quel loisir, car l’ouvrier doit occuper utilement son temps pour ne pas se laisser aller au vice. Parmi ces loisirs « supérieurs »30 : l’art, le théâtre, les voyages et la lecture. De petites bibliothèques sont ainsi prévues dans les « Hall of Sciences », qui fleurissent dans les villes anglaises acquises aux owenistes entre 1839 et 184131, date à laquelle Flora Tristan effectue son dernier séjour anglais. Ces bibliothèques facilitent l’accès au livre alors qu’il demeure pour beaucoup de budgets ouvriers un objet hors de portée dans les années 1840, malgré sa plus grande diffusion et les progrès techniques ayant abaissé drastiquement son coût. Il n’en reste pas moins que le format Charpentier, ancêtre du livre de poche lancé en 1837, est vendu 3,50 francs le volume alors que le salaire journalier, note Flora Tristan, avoisine les 1 franc, 1,50 franc chez les ouvriers stéphanois32. L’associationnisme peut dès lors permettre de contourner l’obstacle financier, et elle conseille de former collectivement une petite bibliothèque : « douze, quinze, ou même vingt ouvriers et ouvrières se connaissant et habitant dans le même quartier pourraient se réunir pour cet objet »33.

  • 34 Ibid.
  • 35 Cité par Jules Puech, Vie et œuvre de Flora Tristan, op. cit., p. 295.

19Elle n’omet aucun détail : le jour dédié à la lecture est le dimanche, jour de repos des ouvriers ; le livre politique remplace alors le livre de messe ou la Bible. Flora Tristan conseille la lecture intensive d’un ouvrage, lu et relu, commenté, à l’inverse d’une lecture extensive, qui consiste à lire beaucoup d’ouvrages différents, car elle trouve cette dernière manière de lire superficielle : « En France, on procède avec tant de légèreté qu’on entend des gens vous dire : “J’ai parcouru ce livre, je le connais34”. Il faut relire plusieurs fois un livre pour le connaître parfaitement, comme “les Juifs connaissent leur Bible35” ». La lecture politique se transforme en véritable lecture pieuse : il s’agit, ainsi, de remplacer d’anciennes pratiques archaïques par de nouvelles, mais en mutualisant la ritualité, les codes et les significations.

Du projet à la réalisation : le tour de France (1843-1844)

20Pendant les six mois que dure son tour de France, Flora Tristan part à la rencontre des ouvriers et des ouvrières et s’attache à dresser un « état actuel de la classe ouvrière sous l’aspect moral, intellectuel et matériel ». Mais ce voyage est avant tout une œuvre de propagande pour son Union. On l’a vu, Flora Tristan ne se reconnaît qu’une faible dette intellectuelle envers ses prédécesseurs, Fourier, Owen ou Saint-Simon. En revanche, elle conçoit sa brochure l’Union ouvrière comme un livre accessible, ni trop long ni trop compliqué, car, écrit-elle, il faut apprendre à lire au peuple avant de lui « parler logique et algèbre ». Y sont exposés de manière didactique et progressive les objectifs de l’Union, qui apparaît comme l’aboutissement non violent des révolutions de 1789 et 1830. Son livre doit servir à unir le peuple, certes, mais aussi à l’éduquer sur les enjeux historiques et sociaux de cette union.

  • 36 Lettre à Auguste Guyard, 9 mai 1844. Flora Tristan, La paria et son rêve, op. cit., p. 245-246.
  • 37 La troisième édition, imprimée à Lyon en 1843, est vendue 25 cents.

21Elle compte bien parvenir, par sa diffusion, au résultat escompté, et pense l’effet de la lecture de son livre comme une lecture salutaire : « 50 petits livres lus et médités pour les voyants de la ville – c’est un événement qui peut produire une révolution dans les esprits »36, explique-t-elle à Auguste Guyard, journaliste roannais acquis aux idées fouriéristes et relais de Flora Tristan dans la Loire. C’est pour cela qu’elle se lance sur les routes de France avec plusieurs caisses de sa brochure dans ses bagages, et que, pour la rendre accessible, elle en diminue le coût le plus possible37. Toujours préoccupée par la question du temps disponible, elle organise des réunions publiques, pour celles et ceux qui n’en ont pas, ou tout simplement qui ne savent pas lire, convaincue que la parole sera alors plus persuasive.

  • 38 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 157 (7 juillet 1844).
  • 39 Ibid., p. 78 (13 mai 1844).
  • 40 Archives municipales de Castres, fonds Puech, ms. 62 [1], lettre autographe signée à Éléonore Blanc (...)
  • 41 Ibid.

22Même si sa bibliothèque idéale est intitulée « Conseil aux ouvriers », Flora Tristan n’oublie jamais les femmes dans le processus d’émancipation du peuple. Elle-même ayant fait l’expérience de l’opprobre social et de la différence des sexes, elle pense conjointement émancipation des ouvriers et émancipation des femmes. Ces dernières doivent donc être éduquées au même titre que les hommes, et Flora Tristan porte une attention particulière à la réception de ses idées par les ouvrières. Convaincue que les femmes sont supérieures moralement aux hommes, et que le « règne des femmes »38 est arrivé, elle tente de leur démontrer qu’elles doivent s’occuper des « affaires politiques, sociales et humanitaires » et de faire en sorte que « la politique entr[e] jusque dans leur pot-au-feu »39. Des petites réunions à neuf qui se tiennent lorsqu’elle arrive dans la capitale rhodanienne, Flora Tristan imagine rapidement des séances publiques rassemblant deux cents femmes qu’elle pourra instruire, persuadée qu’elles sont capables, comme les hommes, de comprendre les livres les plus difficiles et d’entrer ainsi dans le « domaine politique ». C’est ce qu’elle prévoit pour Éléonore Blanc, sa jeune protégée lyonnaise40. Entre les deux femmes se noue une relation de maître à élève dans laquelle Flora Tristan tente de mettre en application son programme d’éducation par le livre. À cet effet, elle envoie à Éléonore Blanc une « liste des livres [qu’elle] doit lire »41 : point de romans, mais les principaux ouvrages politiques et historiques parus depuis 1789. Toujours soucieuse de l’appropriation que le lecteur ou la lectrice peut faire d’un texte, elle lui conseille de prendre des notes :

  • 42 Ibid.

Lorsque l’on fait une lecture sérieuse, il faut toujours prendre des notes sur un petit cahier afin de pouvoir conserver dans 8 ou 10 pages le résumé de l’ouvrage que l’on vient de lire – à part les notes qui vous donnent l’esprit du livre, il faut faire soi-même un résumé à grands traits, mais précis, exact, afin de pouvoir dire en quelques lignes quel est l’esprit du livre.42

23Comprendre « l’esprit du livre » : cette idée est au cœur de la réflexion que Flora Tristan développe sur le pouvoir du livre. Bien qu’elle propose à Éléonore Blanc d’être sa « maîtresse infatigable », elle reste persuadée que dans la lecture individuelle se joue un processus intellectuel essentiel, la compréhension. En cela, elle assume une dette envers Joseph Jacotot (1770-1840), le pédagogue auteur de l’Enseignement universel en 1821, car elle souhaite que les lecteurs et les lectrices suivent le principe du questionnement cher à sa pédagogie, la meilleure à l’heure actuelle selon elle. Chacun, face à son livre, doit se poser la question du « pourquoi », et lire, relire jusqu’à ce qu’il ou elle comprenne. Avant tout passage à l’écriture, avant toute prise de parole, il faut savoir lire, et cette éducation à la lecture s’apparente à un véritable apprentissage.

24La mémoire de l’œuvre et de l’action de Flora Tristan au sein des milieux socialistes a connu des fluctuations. Éléonore Blanc et un petit nombre d’ouvriers ayant adhéré à l’Union tentent de rester mobilisés après la mort de la socialiste féministe en 1844, et en 1848, 7 000 à 8 000 personnes assistent à l’inauguration du monument élevé par les travailleurs sur sa tombe, dans le cimetière de Bordeaux. L’Union ouvrière est rapidement évoquée dans la Sainte Famille qu’Engels et Marx font paraître en 1845, mais elle disparaît ensuite, et pour longtemps, des références socialistes et féministes.

  • 43 Citée par Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de (...)
  • 44 Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée  (...)
  • 45 Noë Richter, « L’institution de lecture du peuple », op. cit.
  • 46 Denis Guérin, « La lecture publique à Paris au XIXe siècle », Bulletin des bibliothèques de France, (...)

25Pourtant, son idée d’émancipation par le livre et de création de bibliothèques ouvrières demeure. En 1848, les féministes Jeanne Deroin, Suzanne Voilquin et Élisa Lemonnier, qui hébergea et soigna Flora Tristan lors de sa maladie à Bordeaux, projettent d’organiser une société fraternelle des Ouvrières unies comprenant « une salle d’asile, une école, une bibliothèque »43. Surtout, dans les années 1860 s’ouvrent les premières bibliothèques populaires, dont le réseau va progressivement mailler l’ensemble du territoire. La plupart prennent alors appui sur la tradition « associationniste » des années 1840, incarnée justement par le projet de Flora Tristan. En 1861, les ouvriers qui sont à l’origine de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement de Paris reprennent en effet quelques-uns de ses grands principes : mutualisation, accès égal aux hommes et aux femmes, financement sur la base de cotisations44… En revanche, les catalogues de ces premières bibliothèques populaires mettent tous l’accent sur la nécessité de procurer aux ouvriers et ouvrières de bons livres. Ces institutions limitent leurs fonds aux livres utilitaires, accompagnant l’instruction élémentaire des ouvriers et des ouvrières : ouvrages élémentaires d’histoire, de géographie, de sciences, de morale religieuse et civique45. Car la moralisation du lectorat populaire constitue encore l’argument phare des premiers projets de constitution des bibliothèques populaires dans les années 1860. Et certaines sont dès leur ouverture interdites aux femmes, telle celle de Popincourt (1865), dans l’actuel 11e arrondissement de Paris46. Loin donc du principe d’émancipation des femmes et des hommes si cher à Flora Tristan.

Notes

1 Flora Tristan, Union ouvrière, Paris, Prévot, 1843, p. 112.

2 L’étude la plus documentée demeure celle de Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan (1803-1844). L’Union ouvrière, thèse pour le doctorat ès lettres, Paris, Librairie des Sciences sociales et politiques, 1925.

3 Lettre à Charles Fourier, 21 août 18[35]. La correspondance de Flora Tristan a été en grande partie éditée dans Flora Tristan. La paria et son rêve, correspondance établie par Stéphane Michaud, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 57.

4 Elle en livre un long exposé dans le chapitre XIX des Promenades dans Londres (Paris, H.-L. Delloye, 1840), intitulé « Owen ».

5 En 1838, elle envoie à la Chambre des députés une pétition réclamant le droit au divorce.

6 L’Union ouvrière débute ainsi sur un constat d’échec : « Ouvriers et ouvrières. Écoutez-moi : depuis vingt-cinq ans, les hommes les plus intelligents et les plus dévoués ont consacré leur vie à la défense de votre sainte cause (Saint-Simon, Owen, Fourier et leurs écoles, etc.)… ». Flora Tristan, Union ouvrière, op. cit., p. 3.

7 Thèmes qui se trouvaient déjà au cœur de sa petite brochure Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, publiée en 1835 à son retour du Pérou. L’objectif de Flora Tristan est de parvenir à l’union internationale des travailleurs et des travailleuses, idée dont elle fut, pour certains, la précurseuse. Voir Maximilien Rubel, « Flora Tristan et Karl Marx », Critique sociale, novembre 2013, n° 28, p. 6-12 (réédition de l’article paru en 1946).

8 Flora Tristan, Promenades dans Londres, op. cit., p. 355.

9 Carole Christen, Caroline Fayolle, « Écoles du peuple, écoles des pauvres ? », introduction au dossier Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880), paru dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 2017/2, n° 55, p. 15-26.

10 Nathalie Brémand, Les socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, PUR, 2008, p. 10.

11 Flora Tristan, Le tour de France, journal inédit (1843-1844), Jules Puech (éd.), Paris, Éditions Tête de Feuille, 1973, p. 97 (27 mai 1844).

12 Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme. Le temps du travailleur dans la pensée d’Owen, Fourier, Cabet et Proudhon, Rennes, PUR, 2016, p. 52.

13 Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, op. cit., p. 335 ; Bernard Desmars, « De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple (des années 1830 aux années 1850) », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2017/2, n° 55, p. 59-73.

14 Le principe de coéducation des enfants des deux sexes est l’une des spécificités des projets socialistes dans la première moitié du siècle, alors que les pédagogues et les moralistes dénoncent les dangers de la mixité. Voir Nathalie Brémand, Les socialismes et l’enfance, op. cit., p. 65.

15 Pour l’Angleterre, voir Rosalind Crone, « L’éducation populaire au XIXe siècle dans les îles Britanniques », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2017/2, n° 55, p. 139-142.

16 Frédéric Moret, Les socialistes et la ville. Grande-Bretagne, France, 1820-1850, Paris, ENS éditions, 1999, p. 211.

17 Martyn Lyons, « La culture littéraire des travailleurs. Autobiographies ouvrières dans l’Europe du XIXe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2001/4, p. 927-946. Voir également Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Hachette Pluriel, 2012.

18 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 48 (21 avril 1844).

19 Entrée du 1er mai 1844. Ibid., p. 62.

20 Flora Tristan adresse une lettre à l’auteur en 1844, dans laquelle elle lui attribue le titre de « frère », et celui-ci figure par ailleurs parmi les premiers souscripteurs de l’Union ouvrière. Selon Martyn Lyons, on peut ranger également Walter Scott, Victor Hugo et Charles Dickens parmi ces « romanciers du peuple ». Voir Martyn Lyons, « La culture littéraire des travailleurs », op. cit.

21 Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France, Paris, Guillaumin et Cie, 1846. Sur la place de la lecture dans le projet de Cabet, voir Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme, op. cit., p. 275. Voir aussi le texte de Nathalie Brémand dans le présent volume.

22 Noë Richter, « L’institution de la lecture du peuple », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle, Paris, BAI, 1984, p. 17-22. En ligne < http://bai.asso.fr/wordpress/wp-content/uploads/2014/06/LECTURES_ET_LECTEURS_AU_XIXe_SIECLE-version-corrig%C3%A9e.pdf > ; Ian Frazer, « Socialisme et lecture. La fondation des bibliothèques populaires (1861-1877) », in Jean Borrell (dir.), Les sauvages dans la cité. Auto-émancipation du peuple et instruction du prolétaire au XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1985, p. 67-76.

23 Pensons, parmi d’autres, aux Souvenirs d’une fille du peuple, ou la saint-simonienne en Égypte de Suzanne Voilquin (Paris, E. Sauzet, 1865) ou aux Mémoires d’un compagnon d’Agricol Perdiguier (Paris, Maspéro, 1977 [1854-1855]).

24 Noë Richter, « L’institution de lecture du peuple », op. cit.

25 Flora Tristan, Union ouvrière, op. cit., p. 112.

26 Ibid.

27 La lettre de Flora Tristan, écrite en août 1836, est publiée par la Phalange avec la réponse de Victor Considerant dans l’édition du 1er septembre. Sur l’influence de Fourier et Saint-Simon chez Flora Tristan, on se reportera à Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, op. cit., p. 312-316.

28 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 86 (20 mai 1844) ; Susan Grogan, Flora Tristan. Life Stories, New York – Londres, Routledge, 1998, p. 100.

29 Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme, op. cit., p. 272.

30 Ibid., p. 273

31 Voir l’article d’Ophélie Siméon dans le présent volume.

32 La moyenne du salaire ouvrier était, au début de la monarchie de Juillet, autour de 2 francs. Ceux de Lyon et du Nord étaient mieux payés (autour de 3,50 francs), tout comme les ouvriers parisiens (jusqu’à 6 francs). Voir Claire Moses, French Feminism in the 19th Century, Albany, State University of New York Press, 1984, p. 28.

33 Flora Tristan, Union ouvrière, op. cit., p. 111.

34 Ibid.

35 Cité par Jules Puech, Vie et œuvre de Flora Tristan, op. cit., p. 295.

36 Lettre à Auguste Guyard, 9 mai 1844. Flora Tristan, La paria et son rêve, op. cit., p. 245-246.

37 La troisième édition, imprimée à Lyon en 1843, est vendue 25 cents.

38 Flora Tristan, Le tour de France, op. cit., p. 157 (7 juillet 1844).

39 Ibid., p. 78 (13 mai 1844).

40 Archives municipales de Castres, fonds Puech, ms. 62 [1], lettre autographe signée à Éléonore Blanc [6 juillet 1844].

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Citée par Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle, op. cit., p. 61-86.

44 Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », in Carole Cristen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 200-214.

45 Noë Richter, « L’institution de lecture du peuple », op. cit.

46 Denis Guérin, « La lecture publique à Paris au XIXe siècle », Bulletin des bibliothèques de France, 1983, n° 2. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1983-02-0143-003 >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search