Version classiqueVersion mobile

Horizon 2019 : bibliothèques en prospective

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Dominique Arot
, 
Robert Damien
, 
et al.

Pour un nouvel esprit bibliothécaire ou les re/médiations de la bibliothèque numérique

Robert Damien

Texte intégral

1Entre fascination et inquiétude, chacun s’accorde à reconnaître que nous sommes entrés avec l’ordinateur numérique et la révolution informatique de l’Internet dans un nouvel âge de la culture, de sa lecture et de son écriture, de sa transmission et de son développement.

2Aussi bien se font de nouveau entendre et à juste titre, les interrogations qui saluèrent la naissance du codex ou l’invention de l’imprimerie. Il en est de même avec le triomphe de l’ordinateur informatique qui fait s’élever un identique lamento déploratif.

3La philippique constante contre les médiations de l’écriture (et ses formes tyranniques de destruction des authenticités de la parole première et autonome) reprend à nouveau frais l’antienne : le codex a fait disparaître les voix foisonnantes du Panthéon au profit de l’auteur unique qu’est le Dieu universel du Livre intégral ; l’imprimerie a détruit la prière monastique de la lectio divina d’une Église catholique (de katholon, universel), seule habilitée à transmettre et à interpréter la voix créatrice de l’Ordre ; l’ordinateur informatique (et les outils numériques de communication et d’information de l’Internet) marginalise les chefs-d’œuvre de la littérature des grands auteurs que les institutions publiques de l’École, du Musée et la Bibliothèque avaient la charge de rendre accessibles à tout citoyen de la République capable d’entendre le grand récit historique par lequel l’humanité raconte la richesse de son devenir autocréateur.

4Un dépôt de bilan autant qu’un appel au secours.

5Peut-on y échapper et prendre une mesure lucide et vigilante de la révolution reprographique et intellectuelle qui s’opère sous nos yeux ? C’est ce que nous voulons tenter dans cette contribution. Après les révolutions scientifiques du XXe siècle, Bachelard proposa un « nouvel esprit scientifique ». En pleine révolution médiologique de l’Internet et avec l’ordinateur comme nouvelle machine matricielle du savoir, que devient le mythe républicain de la « Bibliothèque publique et universelle de tous les livres » ?

6Une bibliothèque illisible d’accessibilité immédiate sans institution ni contrôle, sans ordre ni hiérarchie, livrée aux injonctions consommatrices du désir singulier d’un lecteur libre et isolé… Plutôt que la déploration morose ou la nostalgie rageuse, notre enthousiasme sceptique s’efforcera de trouver dans les termes même d’une épistémologie bachelardienne de la lecture et de la bibliothèque, des instruments conceptuels pour mesurer l’enjeu de cette révolution numérique et dégager positivement un Nouvel Esprit Bibliothécaire (NEB).

UNE MÉTAPHYSIQUE CONCRÈTE : LES AUTOROUTES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

7Qu’y a-t-il entre les textes et moi ? Plus d’institutions médiatrices comme la bibliothèque besogneuse des parcours et des carrefours mais une autoroute directe, fluide de textes dématérialisés pour un usage immédiat, individualisé, ouvert à toutes les singularités de la demande, à toutes les requêtes particulières nous dit le nouvel Évangile.

8Sonnez trompettes ! Nous vivons une nouvelle résurrection, une sortie de deuil. Les autoroutes (de l’information et de la communication) sont annoncées. Par elles s’ouvre la nouvelle voie de l’universel, la terre promise d’un réenchantement du monde, un nouveau monde. Non pas un arrière monde au-delà du monde, mais le monde nouveau d’un paradis métaroutier.

9Comme toute métaphore qui porte au-delà et lie les contraires, l’euphorie autoroutière transporte dans un au-delà immanent mais d’un nouveau type car elle élimine les plis amers de la mélancolie, maladie de la grandeur propre à toute métaphysique : la méta-route a la réalité d’un idéal plutôt que d’être l’idéal toujours blessé d’une réalité déceptive. Qu’évoque-t-elle pour nous permettre cette exaltation aujourd’hui « mondialement » partagée, du moins communément véhiculée ?

10L’autoroute c’est avant tout des voies de circulation ouvertes sur un horizon infini, autorisant rapidité de déplacement et fluidité d’écoulement – ni carrefours ni feux rouges. Dans autoroute il faut entendre surtout auto, non seulement mobile mais surtout auto-nome, c’est-à-dire une conduite autonormée qui invisibilise les surveillances et évacue les contraintes géographiques. Certes, une route par et pour la mobilité, mais plus encore une route que l’on se construit soi-même dans la souveraineté d’un parcours électif, sans être conditionné par les courbes, les virages, les croisements, les carrefours et, surtout, les rencontres avec les autres : sur l’autoroute, il n’y a pas d’autre en face, imprévisible et toujours potentiellement menaçant. Il n’y a que des pareils au même, des « semblables, des frères » – à côté, dans le même sens. Le seul danger est derrière ou devant, les chevauchements de lignes, les déboîtements soudains qui requièrent une vigilance monologique mais autorisent aussi, dans l’égalité d’accès, des conduites diversifiées et des pratiques hétérogènes de l’utilitaire « pèpère » au ludique sportif.

11Transférée dans l’espace des nouvelles technologies de l’information et de la communication, une telle métaphore décrit un échange direct, instantané, fluide car dématérialisé, délocalisé et dé-hiérarchisé : des liaisons sans lésions, des relations pluralisées sans le nœud des liens, le réseau interactif sans le clan des mafias, multipliant des affinités ubiquitaires dépourvues des tyrannies mutilantes de l’intimation. Les flux immatériels de l’information numérisée libèrent de la graphie et du chemin, de l’école et de la ville, du rail et de la ligne – tous instruments autoritaires de l’institution étatique. Les autoroutes – bien nommées – de l’information et de la communication, les inforoutes, réalisent un plurivers sans sols ni sang, sans frontières ni territoires et incarnent une révolution sans violence, une totalisation harmonieuse sans totalitarisme, une universalité catholique sans Église car autorégulée sans constitution ni autorité : les NTIC sont la source quasi platonicienne d’une métaphysique technologique : une utopie concrète. Une démiurgie paradigmatique s’accomplit sous nos yeux car libérant le temps des obstacles ontologiques de l’espace, elle nous sépare de la dialectique infernale des médiations représentatives à quoi nous contraignent les lieux et les bornes, les distances et les occupations, les racines et les situations. La colombe peut jouir de son ivresse sans craindre le ricanement kantien. Paradoxe sans doute, mais un certain rousseauisme écologique peut aussi y retrouver sa joie de l’errance déambulatoire, de la flânerie allègre car s’y trouvent enfin évacuées aussi bien l’écriture étatique que la propriété cadastrée, l’assignation territoriale que l’immatriculation domiciliaire, la langue scolarisée autant que la ville bornée, le document catalogué que le texte inventorié.

  • 1 On trouvera une figuration très suggestive de cette utopie dans l’œuvre de Melvin M. Webber et par (...)
  • 2 Cf. Bill Gates, La route du futur. Paris, Robert Laffont, 1995, chapitre 8, « Sans friction », pp. (...)

12Sans toit ni foi, sans feu ni lieu, nous connaîtrions enfin l’apothéose d’une métaroute, c’est-à-dire d’une route de pure conduction sans l’appareil politique de domination que toute route entraîne et construit, une route purement et pleinement route : une utopie1 qui transforme son privatif déficitaire en bénéfice promotionnel et nous pourvoit selon l’invisible providence d’une régulation suffisante, d’une bienheureuse an-archie, c’est-à-dire d’un ordre sans commencement ni commandement : un universel inforoutier sans « risque de friction » (selon l’expression de Bill Gates2), puisque positivement a-politique.

13Sans vouloir bénir le révolu ni entonner le discours technophobique et quel que soit notre désir de participer à cette célébration d’une nouvelle liturgie, nous voudrions inquiéter cette méta-euphorie nomadique. L’impensé conflictuel que la métaphore masque n’interdit-il pas de la transformer en un concept opératoire ? La suggestion descriptive n’est-elle pas sujétion et comme telle l’instrument idéologique d’une domination ? La métaroute est, comme toute métaphysique, l’enjeu d’une conquête pour occuper les lieux stratégiques de la souveraineté. Quelle guerre, c’est-à-dire quelle politique, s’y déclare ?

LES MÉDIATIONS DE L’INTERNET

14Charles Trenet nous posait en chantant la question : qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix ? Nous aimerions reprendre l’interrogation de la chanson : qu’y a-t-il à l’intérieur d’Internet, quel est l’interne de l’Internet ?

  • 3 Franck Varenne. Qu’est-ce que l’informatique ? Paris, Vrin, 2009, collection Chemins Philosophique (...)

15Comment le qualifier tout d’abord ? En première approche, on dira que c’est une dynamique technologique de l’intellect qui met en réseau les intelligences dans une infrastructure industrielle et économique en offrant des possibilités plastiques multipliées car reliées par l’appareillage informatique d’un ordinateur3. Par l’automaticité informationnelle du traitement ordonnateur, se trouvent ainsi mis à disposition de qui accède à un ordinateur, de multiples pratiques de connaissances, de recherches, de discussions, d’entraides lesquelles s’offrent comme des services accueillants mais diversifiés et hétérogènes.

16Cependant les effectuations qui se proposent à notre geste de clic s’opèrent sans que nous ayons conscience du mode et des protocoles de réalisation concrète des exercices requis et affichés sur le bureau de l’écran.

  • 4 Paul Mathias. Qu’est-ce que l’Internet ? Paris, Vrin, 2009, collection Chemins Philosophiques.

17Cette invisibilité des applications algorithmiques provoque une mise à distance radicale de l’usager fût-il le plus performant. Comme le montre fort bien Paul Mathias4 que nous suivons ici, nous ne savons pas où nous nous situons ni ce que nous faisons grâce et par ces fonctionnalités souterraines. Notre expérience pratique, de la plus simple à la plus élaborée, nous demeure opaque, totalement impensable et oblitérée dans les processus de leur formation. L’impensabilité des règles et des modalités de nos actions informatiques, qui nous formatent sans que nous puissions nous en informer, nous détermine cependant dans notre identité ubiquitaire. Publiée par nos choix, nos préférences, nos habitudes, nos navigations interconnectées, notre personnalité numérique exhibe secrètement, mais sans que nous ayons accès aux mécanismes de sa générativité, le déploiement de nos virtualités sans cesse sollicitées par les services disponibles par l’ordinateur et ses équipements logiciels. Dans la nébuleuse indéfinie des ressources opératoires du service en notre pouvoir, émerge un nouveau sujet dans un écosystème instrumental de savoir, d’action et de réflexion : l’ordinateur conduit bien une ordinatio qui porte à l’existence un nouvel être et selon une mise en ordre artificielle des fécondations génératives, dont, comme l’autre divine et naturelle, nous ignorons tout.

18Mais cette ontogénie performative ne va pas sans perturbation ni dysfonctionnement. En effet, notre utilisation de l’ordinateur comme de l’Internet est toujours bien en deçà des propositions de service fournies par l’appareillage logiciel des machines intellectuelles. Notre usage est toujours en défaut des possibilités de pratiques, de sens et de significations. Pourquoi ce retrait ? Du point de vue de l’utilisateur, cette offrande, dont on oublie le plus souvent qu’elle est marchande et que l’appât est du gain comme nous le montrerons, est une sorte de bruit de fond insaisissable qui provoque un sentiment de panique devant cette submersion, ce trop-plein débordant de potentialités disponibles. D’où, sous la convivialité affichée d’un festival technique d’exploits à portée de clic, le commun des mortels usagers éprouve une crainte d’être à la fois démuni et embarqué à « l’insu de son plein gré » par une parole illocatoire toujours déjà écrite, préalablement soumise aux contraintes et déterminations d’une puissance invisible qui l’accapare et la normalise sans contrôle possible de notre intelligence critique ni rectification maîtrisable de notre propre commande.

19Tout est à notre portée mais cette puissance effective de déclencher la requête se trouve diffractée dans des machineries invisibles et opaques qui nous réduisent à une impuissance quasi traumatique. On comprend comment et combien une sorte d’apraxie paralyse nos interventions et conduit à une utilisation restrictive et souvent anxieuse de la machine Internet. Nos satisfactions relèvent plus du hasard bienveillant des coïncidences aléatoires que de la sagacité d’une conduite savante. Livrée à une extériorité machinale dont la domination fonctionnelle nous dépossède en partie de notre faculté délibérative, chacun l’utilise néanmoins mais avec des degrés de fébrilité qui hiérarchisent les habiletés et discriminent l’intelligence technique des meilleurs. Les moteurs de recherche sont bien des matrices d’autorité qui sélectionnent une hiérarchie du savoir faire et du faire savoir et promeuvent des performances concurrentielles d’accès et de manipulation des potentialités disponibles.

  • 5 Ibid, p. 55.

20On ajoutera avec Paul Mathias5 que ce processus infini d’écriture et de lecture est médiateur temporaire et mobile d’intentions hétéronomes et outil dynamique d’agrégations hybrides afin de signifier une parole surdéterminée par le flux des connexions discursives commandées par des automatismes aveugles et sémantiquement indiscriminés. L’ensemble intotalisable des traces et empreintes de nos navigations qui se greffent sur d’autres, se tissent et relient dans les flux croisés d’intertextualité aboutit in fine à la figure métaphorique d’une bibliothèque illisible dans laquelle tout est disponible par le biais du clic de requête mais on ne sait pas où, quand, comment et par qui et par quoi ? À la physique bibliothécaire des stocks localisables de documents ordonnés topologiquement et économiquement dans des bâtiments architecturaux aux espaces étagers de rangement et de classement, transportables dans des caisses et bacs, manutentionnés par des individus employés, a succédé un réseau contextualisé de savoirs possibles mais constitué par la multiplicité des demandes en extension qui s’augmente sans cesse de leurs exercices de mises en liaison et par l’écriture interconnective des intentions dans la machine combinatoire des disponibilités.

UN NOUVEAU TYPE D’INDIVIDU LECTEUR

21Nos navigations nous avouent. Elles exhibent, sans que nous le sachions ni le voulions, la singularité d’une subjectivité mise à nue par la publicisation de ses parcours sur Internet. S’y délivre alors dans les paroles écrites de nos requêtes souvent libérées de tout interdit, une identité invisible, décomplexée, sans papier d’identité bibliothécaire, détachée des distinctions normatives de la culture autorisée. La démocratisation des accès par l’Internet libère l’expression de tout ce que la république bibliothécaire avait interdit par ses normes de discursivité publique. Se donnent à lire et écrire des singularités désenclavées des formes tutélaires de l’orthopraxie scripturale et lectorale de la matrice bibliothécaire.

22Mais cet affaissement des contraintes de discursivité et d’intelligibilité provoquée et entretenue par la machine informatique de l’Internet promouvant par là des efflorescences narcissiques d’affirmation, doit être compris comme un véritable changement paradigmatique de la raison bibliothécaire. Au lieu de dégager des procédures stables, standardisées et reproductibles d’accès aux savoirs disponibles (codes, fichier, inventaires, collections, etc.), l’Internet autorise et qualifie la valorisation des singularités mais spécifiées et calibrées au plus près des différentiels de requête qui permet de définir une idiosyncrasie contextuelle et plus valorisée.

  • 6 Louise Merzeau. « Du signe à la trace : l’information sur mesure », Hermès, n ° 53, Traçabilité et (...)

23Comme le montre Louise Merzeau dans ses travaux6, la dispersion, l’éclatement des individuations informatiques n’empêche pas de dégager des profils conducteurs de particularités. Nos traces et empreintes dans les services informatiques dessinent des attractions privilégiées, des aimantations préférentielles dont la captation opérationnelle promeut une valeur marchande à la disposition des sites proposés. Leur réputation gratifiante dont témoigne le nombre de visites touristiques ou informationnelles, induit la confection de dignités promotionnelles générées par la foule élective des fréquentations et détermine un classement évaluatif des performances de sites sur le marché commercial des annonceurs publicitaires. La puissance d’essaimage agrégatif promeut un capitalisme informationnel capable de tirer profit des préférences quantifiables d’un individu numérique, polyphonique et multisectoriel.

  • 7 Roger T. Pedauque. Le document à la lumière du numérique. Préface de Michel Melot. Caen, C&F éditi (...)

24S’informer, c’est se voir proposer par inférence statistique et propagation réticulaire, les sites plébiscités par les navigations. Tout ce que je choisis de recevoir de lire et d’écrire sur mon écran en consommant le site requis est en effet issu d’une recommandation d’appel et génère une plus value d’intérêt publicisée par ma présence. Ces prédifférenciations congruentes font évidemment l’objet d’une publication sélective qui propose l’adhésion, mobilise des attentions et capte le désir appâté par des injonctions consommatrices. Le document exhibé se définit et se classe par son attractivité effective. On peut la quantifier par le nombre de visites consultatives déposées par nos marqueurs électroniques qui sédimentent ainsi l’identité digitale de nos trajectoires numériques7. La singularité individuée de nos appétits informatiques est moins traquée pour être éliminée qu’élue pour être promue, sélectionnée pour sa représentativité économique et maximisée pour le profit qu’elle autorise.

25Quel est donc le sujet de nos identités numériques par lesquelles nous nous écrivons dans les transactions réticulaires ? Une personne-source et ressource qui s’affirme sans le savoir ni le vouloir comme un opérateur électif de liens et un agent sélectif de pertinence dans le traitement informatique des données.

26Qui suis-je ? Que suis-je ? se demandait le métaphysicien. Une chose qui pense, répondit-il et la modernité, dit-on, s’en trouva inaugurée. Aujourd’hui, que répondrons-nous ? Les réseaux numériques par et dans lesquels chacun s’identifie pour communiquer et faire société avec ses semblables, nous donne la clef : chacun est un être qui laisse des traces par ses connexions. Ces traces nous authentifient et nous identifient, on les peut suivre et cette captation par le périmètre de nos connexions nous expose dans notre existence et dessine notre profil numérique. Nos usages informatiques portent notre parole et exhibent notre portrait : dis-moi tes contacts informatiques et je te dirai qui tu es…

27Autrefois, on se plaignait d’être réduit à un simple numéro sur une carte d’identité sociale et professionnelle et chacun d’y voir le début navrant d’une uniformisation objective, d’une normalisation statistique, d’un fâcheux anonymat. Aujourd’hui, nous en avons plusieurs et nos adresses électroniques nous redoublent de l’ombre portée de nos relations numériques. Elles nous augmentent de leurs empreintes et nous confèrent des identités d’emprunts. Ces données sensibles nous poursuivent de leurs marques indélébiles et nous font reconnaître à tout instant et en tout lieu informatique comme une personne porteuse de ses chiffres et signes qui nous qualifient dans nos connexions réticulaires. Nous sommes pris dans ce réseau comme le moustique à la lampe. Tous ces chemins mènent à nous et de ces circulations repérables on peut déduire la continuité d’un comportement, anticiper la conduite et prévoir les choix.

28Par ces dépôts que laissent traîner derrière nous nos pérégrinations sur le réseau Internet des machines et tuyaux, chacun acquiert une personnalité consistante en laquelle son identité demeure dans la singularité reconnaissable de ses contacts. Chacun possède ses odeurs, ses sueurs, ses humeurs. Désormais s’y ajoutent nos secrétions numériques qui avouent à travers nos comptes bancaires, nos achats, nos appels, nos visites, nos navigations, la spécificité de nos préférences, l’originalité de nos attractions, la continuité de nos choix. Elles racontent, pour qui saura les rapporter, notre personnalité inscrite dans les nœuds de circulation et les carrefours de nos déplacements.

  • 8 Voir sur cette question le numéro 39 de la revue Cités coordonné par Paul Mathias et moimême, Inte (...)

29Le problème est bien là : qui peut le savoir puisqu’il n’est plus de Dieu qui voit tout et nous regarde hormis les machines anonymes et muettes ? Qui peut prendre connaissance des données de notre sensibilité dont elles gardent trace ? Comment garder le secret de nos secrétions ? Comment maintenir la salvatrice opacité et la dissimulation bénéfique de notre intimité ? Quelle frontière peut encore assurer l’étanchéité de nos sanctuaires personnels ? Qui peut contrôler l’accès à nos différents registres d’existence, en discriminer le bon et le mauvais usage ? Quelle autorité légitime peut en multiplier les échanges, en augmenter les diffusions, en diversifier les transmissions ? Qui s’en peut décréter propriétaire et au nom même de ce droit de propriété en user et abuser jusqu’à vendre les fichiers de données exploitables et faire commerce de nos identités porteuses d’appétits spécifiques et d’intérêts particularisés que nos connexions font parler et rendent calculable ? Comment surveiller ces surveillants et garder ces gardiens ?8 Comment acquérir une réflexivité critique sur ces opportunités heuristiques et transformer ces machines intellectuelles en cogitamus matriciels de raison mais, au sens bachelardien, capables, en toute confiance, de rendre raison de ces raisons mêmes ?

POUR UN NOUVEL ESPRIT BIBLIOTHÉCAIRE

  • 9 Nous reprenons ici certains éléments de notre conférence à la Bpi prononcée lors de son vingtcinqu (...)

30Avec l’informatique numérique et virtuelle dans la société de services dans laquelle nous sommes, que devient le lecteur ? Quelle lecture de quel auteur ? Quel contrat social de lecture ? Quelles institutions ? Quels sont les outils médiateurs du conseil de lecture ? Quels sont les modes de gouvernement ? Où est le gouvernail ? Quel contrat social et politique dans la démocratie virtuelle et numérique ?9

31Le livre lui-même est métamorphosé désormais par le virtuel et le numérique, par le travail intellectuel du lecteur qui le transforme. Les techniques de l’intelligence artificielle rendent visibles et lisibles les procédures de son fonctionnement, les modalités de son organisation et l’amplitude de ses corrélations. En quelque sorte, les dieux ne sont plus dans le livre ni dans les livres, mais hors d’eux, dans les machines de traitement des textes de lecture. Ce qui change, c’est d’ailleurs moins le livre que le travail sur et avec le livre qui cesse d’être une œuvre en soi, absolutisée, sacralisée, pour se transformer en texte métamorphique. Par les nouvelles technologies, le livre disparaît, mais en se multipliant sous des lectures sélectives pluralisées.

32La réduction technographique par les instruments du traitement augmente ses usages et ses sens. Loin de disparaître, le livre, l’écrit, le texte se surmultiplient. Promu matériau d’informations multiples selon des lectures exologiques et des pratiques hétérogènes, il se dématérialise comme œuvre d’un auteur sacralisé, mais pour devenir objet de travail, instrument de conseil, outil d’information, instrument de promotion et d’augmentation de soi.

33Les livres, leurs lectures, leurs lecteurs comme les écrits qui les cœfficientent, connaissent donc la subversion de l’hypertexte et du multimédia. Les traitements informatiques bouleversent l’économie du savoir lire et du savoir écrire selon des protocoles instrumentés d’investigation, de combinaison, d’interpellation. Une lecture interactive et interstructurée, multifonctionnelle, libère les puissances de la causalité lectorale : nous vivons une révolution copernicienne de la causalité lectorale.

34Une intelligence extensive lève les contraintes de lisibilité linéaire en multipliant les liens intertextuels. La bibliothèque virtuelle et numérique, loin d’invalider la matrice bibliothécaire du conseil inducteur dans le contrat de lecture, en radicalise les potentiels. Elle ne supprime pas la lecture, elle multiplie les pratiques de lisibilité et les instruments de textualité qui confèrent aux intelligences lectorales et scripturales une puissance exponentielle. L’intelligence (étymologiquement, ce qui fait lien, ce qui lie les choses entre elles, ce qui les rapporte les unes aux autres) propulse donc le service de la bibliothèque qui devient un des axes majeurs du développement social et politique pour une intelligence réticulaire et commutative, transitive et interactive : le lecteur est devenu lui-même un bibliothécaire, créateur intellectuel des liens.

35Avec le virtuel numérisé naît le grand lecteur pour qui tout est à disposition et accessible par l’ordinateur connecté à l’Internet, mais où est l’entre-nous ? Où est le nous discursif et normatif du rapport social et politique de la lecture ? Car, en effet, si chacun « s’auto-encyclopédise », « s’autobibliothéquise », on peut admettre qu’il sera peut-être un bon touriste, mais, pour autant n’a-t-il pas encore plus besoin d’institutions, de médiateurs, de conseillers, c’est-à-dire plus besoin de bibliothécaires pour se diriger et se gouverner sans être soumis à la puissance motrice et matricielle des machines intellectuelles ? En quelque sorte, ne sommes-nous pas, au moment de la révolution de l’Internet, revenus à l’état de nature où chacun se trouve subrepticement commandé par les injonctions prescriptives de ses désirs formatés par son expression même ? Quel contrat social allons-nous créer pour nous rendre maîtres et possesseurs de cette naturalité opérationnelle qu’est l’ordinateur informatisé de l’individuation marchandisée par ses préférences électives ?

36En effet, le pouvoir du grand lecteur est augmenté, mais aussi sa propre responsabilité dans ses choix, ses conduites, ses parcours, ses élections. Mais où sont les équipes, où sont les équipements, où sont les équipages pour une navigation gouvernée ? Où est la culture d’usage, la tradition de formation pour ne pas être dominé par le traitement du texte et de ses potentialités incommensurables ? Rappelons qu’un traitement a trois sens : un sens médical – un traitement, c’est un remède qui présuppose que nous sommes sans doute malades ; traitement vient aussi de traité, traité de paix ce qui suggère que nous sommes en guerre ; enfin, le traitement, c’est aussi un salaire, ce qui indique une économie où l’échange n’est pas gratuit.

37Nous avons vu précédemment que les systèmes d’indexation et de documentation, les moteurs de recherche, les portails d’accès sont des instruments qui nous rendent dépendants car ils sont formatés selon certains critères d’attractivité sélective et en fonction de certains coûts de transaction. On est peut-être en recherche d’information mais on est déjà formaté dans la recherche. Le formatage est, par définition, une mise en forme. Donc, elle est toujours prescriptive. Les données, comme le moteur et la matrice sont des prescriptions normalisatrices. Comment contrôler la délivrance de l’ordonnance et quel médecin de l’ordination la rédige, pour quelle sécurité sociale et quel ordre politique ?

38On ne peut plus désormais se retirer au désert et ne pas entrer, de quelque façon que ce soit, dans le système des liens multiples du réseau. La richesse, l’augmentation de soi, la plénitude se construisent avec la multiplication des relations ; et il est vrai que celui qui est pauvre et aliéné, c’est justement celui qui n’a pas de relations pour se séparer et sortir de soi sans rester enfermé dans une communauté close, autre nom du ghetto. Il faut donc multiplier les relations, les déplacements, les excentrations et les circulations, ce qui nécessite des médiateurs, puis des conseillers, et enfin sans doute, de nouveaux bibliothécaires pour une nouvelle raison biblionumérique.

  • 10 Daniel Parrochia. Philosophie des réseaux. Paris, Presses universitaires de France, 1993.
  • 11 Pour plus de développement, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, Le conseiller du Pri (...)

39Car, en effet, le réseau, comme le remarque Daniel Parrochia10, est certes un instrument de réticulation des données, et par là même de circulation, d’augmentation de soi, mais il a également deux autres sens : c’est un filet, on attrape quelquefois les papillons avec ; c’est aussi une mafia qui impose les modalités d’action et contrôle les droits d’entrée sur les territoires. La multiplicité des liens générés par les moteurs et tuyaux de l’Internet est, certes, une ouverture dans un chemin pour un espace ouvert, multiple, diversifié mais il peut être aussi la barrière d’une paralysie des accès dans la mesure même où l’individualisation consommatrice de la recherche atteint des coûts d’investissement personnel et des coûts de transaction – pour parler comme les économistes – qui dégagent une élite capable par ses logiciels de sélectivité des aimantations, d’en ordonner ou mieux d’en ordonnancer le développement. Comment piloter, comment se piloter pour ne pas aller là où le réseau nous emmène ? On a donc besoin d’un équipage pour ne pas se noyer, mais cet équipage, où le trouvera-t-on pour conduire ce nouvel athlétisme de la lecture qui impliquera nécessairement un entraînement ? Sans doute, chez un surlecteur, organisé, conseillé par un surbibliothécaire, pour constituer ce que nous appellerons avec Bachelard le « surmoi positif de la cité numérique »11.

40La bibliothèque virtuelle et numérique devient un métaobjet pour penser, cette fois sans doute la démocratie des conseillers et des conseils « biblioménaux », comme les appelle Bachelard, parce que, entre le phénomène et le « noumène », il y a désormais le « bibliomène » : ce qui n’existe qu’inscrit dans l’ordre biblioinformatique des liens.

41La biblioinformatique n’a pas encore la culture bibliologique ni l’institution biblionumérique, c’est-à-dire ni la pensée politique, ni la pratique démocratique, pour rendre lisible l’Internet et multiplier les liens maîtrisés qui sont générés par cette néobibliothèque des bibliomènes virtuels et numériques. Pour sortir du pseudo état de nature dans lequel nous sommes aveuglément conduits, sans doute faut-il retrouver des ressources philosophiques et ces ressources, sans doute, sont-elles dans la matrice bibliothécaire qui a fondé la République ? À nous de travailler ensemble à constituer ce nouvel esprit bibliothécaire dans la société culturelle de servuction informatique que propose la révolution numérique de l’ordinateur.

Notes

1 On trouvera une figuration très suggestive de cette utopie dans l’œuvre de Melvin M. Webber et particulièrement dans le seul texte traduit en français, L’urbain sans lieu ni bornes, Éditions de l’Aube, 1996.

2 Cf. Bill Gates, La route du futur. Paris, Robert Laffont, 1995, chapitre 8, « Sans friction », pp. 196-225.

3 Franck Varenne. Qu’est-ce que l’informatique ? Paris, Vrin, 2009, collection Chemins Philosophiques.

4 Paul Mathias. Qu’est-ce que l’Internet ? Paris, Vrin, 2009, collection Chemins Philosophiques.

5 Ibid, p. 55.

6 Louise Merzeau. « Du signe à la trace : l’information sur mesure », Hermès, n ° 53, Traçabilité et réseaux, 2009, p. 23-29.

7 Roger T. Pedauque. Le document à la lumière du numérique. Préface de Michel Melot. Caen, C&F éditions, 2006.

8 Voir sur cette question le numéro 39 de la revue Cités coordonné par Paul Mathias et moimême, Internet et la société de contrôle : le piège. Paris, Presses universitaires de France, 2009.

9 Nous reprenons ici certains éléments de notre conférence à la Bpi prononcée lors de son vingtcinquième anniversaire.

10 Daniel Parrochia. Philosophie des réseaux. Paris, Presses universitaires de France, 1993.

11 Pour plus de développement, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours, genèse d’une matrice démocratique. Paris, Presses universitaires de France, 2003.

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search