Version classiqueVersion mobile

Horizon 2019 : bibliothèques en prospective

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Dominique Arot
, 
Robert Damien
, 
et al.

La fin d’une utopie ?

Dominique Arot

Texte intégral

1Je n’ai pas choisi ce titre, mais à la manière des musiciens improvisateurs, je m’accommoderai du sujet imposé. Le plus important de ce titre tient dans le point d’interrogation qui le conclut…

2Pour tout dire, je me défie de plus en plus de ces exercices de futurologie de tribune qui nous font osciller entre la prédiction de lendemains qui chantent, la déploration sur la perte des valeurs passées et le rôle de Cassandre, annonciateur de catastrophes : « je vous l’avais bien dit !… » ou de prophète de lendemains radieux improbables.

3J’aurai au moins la consolation de n’être pas le premier à risquer ce genre de pronostic. Ainsi, voici comment nos illustres devanciers Paule Salvan et André Masson concluaient en 1975, il y a donc plus d’un quart de siècle, la quatrième édition du « Que sais-je ? » intitulé Les bibliothèques : « Il y a quelques années un bibliothécaire américain, s’interrogeant sur l’avenir du livre, voyait par anticipation le lecteur des dernières années du XXe siècle commodément assis à sa table de travail et obtenant en quelques secondes sous forme de microcopies, en manœuvrant manettes et boutons, une documentation prédigérée répondant à ses recherches avec exactitude. Cette évocation humoristique ne paraît pas devoir affecter de longtemps la bibliothèque encyclopédique d’information générale où le destin du livre lui-même, sous la forme physique qui nous est encore familière, n’est pas aussi précaire qu’on a pu le croire. Il reste bien vivant et la preuve en est que l’on ne voit pas fléchir les statistiques de la production imprimée. Les bibliothèques publiques font place aux “media” comme au livre sans qu’il soit prouvé que l’un nuise à l’autre. Les “bois sacrés” survivront donc… ».

4Cette réserve initiale faite, le seul point de vue légitime que je puisse adopter dans cette contribution, c’est celui de responsable d’un réseau de bibliothèques qui doit agir concrètement dans le présent, tenter d’évaluer lucidement ce qui est fait et proposer à sa collectivité des projets réalistes, mais aussi susceptibles de « faire rêver » les décideurs. J’ajouterai, cette fois-ci en tant que président de l’Association des bibliothécaires de France (ABF), que les thèmes des quatre derniers congrès de l’ABF ont tenté, sous des angles divers, de stimuler notre réflexion collective sur les bibliothèques de l’avenir à travers une réflexion sur le renouvellement des pratiques professionnelles. Le congrès qui s’est tenu à Tours en février 2010 nous a ramené ainsi aux réalités contingentes du présent avec un titre en forme de question : « Et si on parlait d’argent ? ». C’est à partir de ces expériences que je tenterai de vous proposer quelques pistes de réflexion.

  • 1 Laurence Santantonios. « Moins d’argent pour les bibliothèques », Livres-Hebdo, n° 796, 6 novembre (...)

5Le présent, donc, d’abord. C’est la réduction des budgets publics. Ce que mon excellent collègue Nicolas Galaud, directeur des bibliothèques de Brest, résume ainsi en parlant de la baisse des crédits dans un des derniers numéros de Livres-Hebdo : « Ce qui est le plus inquiétant est que [cette baisse] est peut-être le début d’une tendance lourde de difficultés budgétaires pour les collectivités territoriales, auquel cas les bibliothèques devront faire des choix dans leurs missions et auront plus de difficultés à s’adapter au nouvel environnement numérique qui exige des efforts financiers. »1

6Le présent, c’est aussi le constat d’une baisse tendancielle des pratiques de lecture rappelée par Olivier Donnat. Un seul chiffre, 52 % des jeunes interrogés dans la récente enquête IPSOS/Livres-Hebdo déclarent qu’ils pourraient parfaitement se passer de livres. Plus ou moins corrélées à cela, les statistiques des bibliothèques marquent une érosion régulière des pratiques d’emprunt, très marquée dans le cas du support disque, rudement concurrencé par les pratiques de téléchargement.

7Les quelques faits soulignés à l’instant semblent donner davantage de légitimité au titre un rien désenchanté de cette communication :

  • les dépenses liées à la lecture publique sont désormais des dépenses comme les autres et semblent ne plus jouir de la même valorisation politique aujourd’hui. Les collectivités, dans de nombreux cas, marquent une préférence pour l’événementiel, le spectaculaire ;
  • la défense des bibliothèques publiques au motif du développement de la lecture constitue un argument qui semblerait avoir fait long feu, puisque la génération qui devrait avoir le plus profité du développement des médiathèques en France est celle qui marque une distance croissante avec le livre et avec les formes traditionnelles de la lecture et du savoir livresque ;
  • le modèle d’appropriation individuelle du savoir et de l’information à travers les outils numériques concurrence radicalement l’apprentissage collectif de l’école et des bibliothèques.

8Si cela peut atténuer notre inquiétude ou relativiser ces constats pessimistes, les bibliothèques ne sont pas les seules institutions à être touchées par ces symptômes qui marqueraient la fin d’une utopie. Que dire alors du désenchantement qui traverse les acteurs des institutions scolaires ou universitaires ou d’autres institutions culturelles ? Comment analyser sinon, par exemple, la crise de croissance d’une institution construite sur une utopie comme le Centre Pompidou : misant sur l’innovation architecturale et la mise en relation des disciplines artistiques : arts plastiques, musique, design, livre, le Centre demeure l’objet d’une forte fréquentation, son inscription dans l’espace urbain est une réussite, mais il fait l’objet, une fois encore comme d’autres institutions, d’interrogations sur son avenir.

L’UTOPIE FONDATRICE

9Puisque nous parlons de la fin d’une utopie, il n’est sans doute pas inutile, au-delà de ces premiers constats en apparence pessimistes, d’en examiner le contenu même.

10L’utopie fondatrice des bibliothèques, c’est celle de la conservation du savoir accumulé au fil des siècles dans des bibliothèques qui se voulaient encyclopédiques. Dans la continuité de l’esprit des Lumières et des idéaux de la Révolution française, l’encyclopédisme s’est accompagné de la volonté de partager tout ce savoir accumulé pour éclairer les consciences des citoyens. Cet idéal d’ouverture qui est fondateur de la conception moderne des bibliothèques publiques s’est prolongé avec les notions plus récentes de libre accès et d’extension à tous les médias. Cette utopie s’est concrétisée dans un formidable développement des lieux-bibliothèques au cours des quarante dernières années avec l’éclosion de très nombreux projets architecturaux de grande qualité et de toute taille. Ce développement s’est accompagné dans l’effervescence de l’après-guerre et dans le sillage des politiques culturelles incarnées par André Malraux d’une volonté de démocratisation culturelle incarnée également par toutes les institutions culturelles, les théâtres, les musées ou les orchestres. Dans le cas précis des bibliothèques, pouvoirs publics et bibliothécaires ont chargé cette utopie de nouvelles missions, jamais codifiées par la loi, parmi lesquelles on peut citer :

  • le partage des savoirs ;
  • l’ouverture vers la musique et le cinéma ;
  • le développement de la lecture et la lutte contre l’illettrisme ;
  • la réduction de la fracture numérique ;
  • l’action culturelle et la multiplication des manifestations ;
  • la rencontre entre générations et entre cultures ;
  • la contribution à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire.

11Il faut aussi ajouter que la prise de conscience de l’impossibilité de l’utopie fondatrice, conserver la totalité du savoir imprimé, a entraîné l’émergence du concept nouveau de politique documentaire, c’est-à-dire le choix réfléchi et concerté des acquisitions à l’intérieur de la production éditoriale. On y a introduit, au rebours de l’utopie de la conservation intégrale, la notion de « désherbage » qui consiste à écarter des collections les documents usagés, obsolètes ou trop peu consultés. Les notions de politique documentaire et de désherbage sont désormais indissociables de la notion de réseau qui doit permettre de maintenir le principe d’une exhaustivité répartie entre tous les établissements d’une région ou d’un pays. D’où l’importance des catalogues collectifs, des portails, des services interactifs du Web 2.0, des navettes qui permettent de faire circuler les documents physiques dans un réseau, seuls moyens de se mesurer à la masse documentaire exponentielle.

QUELQUES PISTES

12Certes les moyens alloués aux bibliothèques stagnent ou baissent, certes l’âge du numérique bouleverse projets et habitudes, certes les bibliothèques n’ont pu à elles seules changer la société (ceci était une illusion, pas une utopie !), certes l’idéal de la démocratisation culturelle demeure l’objet d’un combat à poursuivre, est-ce à dire pour autant que les bibliothèques ne peuvent plus nourrir de projets ? Et si elles peuvent continuer à se situer dans une véritable dynamique, à quelles conditions peuvent-elles le faire ? Sur quels terrains doivent-elles faire porter leur action ?

13Avant de répondre, au moins partiellement, à ces questions, il convient de constater que, en dépit des indices pessimistes que je relevais à l’instant, un certain nombre d’enquêtes montrent que les bibliothèques publiques demeurent des lieux très fréquentés et répondent, à l’heure du numérique, à la nécessité « d’espaces sociaux de partage », formule que j’emprunte à Bertrand Calenge, à la nécessité de la « localisation » pour reprendre les mots de Pascal Ory. À la lumière de ce bilan nuancé, je pense que l’on ne peut pas parler de la fin d’une utopie sur le mode de l’échec ou de la désillusion. Il est un autre constat encourageant, celui de l’existence de nouveaux concepts, de nouveaux projets de bibliothèques. Au nombre desquels on peut énumérer le réseau londonien des Idea Stores, le concept de la bibliothèque publique comme un « second chez soi » mis en œuvre par nos amis néerlandais (Delft, Rotterdam, Amsterdam), le grand projet de nouvelle bibliothèque municipale à Stuttgart (La Bibliothèque 21) décliné autour de 16 lignes directrices et l’on pourrait sans doute allonger la liste avec d’autres projets français et étrangers. Le point commun de ces projets, c’est qu’à partir du constat d’une fréquentation sans rapport avec la lourdeur des investissements consentis, ils mettent le public au centre de leurs préoccupations (diversité des services, amplitude des horaires d’ouverture), c’est qu’ils prennent acte de la place de l’offre numérique, c’est aussi qu’ils reposent sur des conceptions architecturales originales au cœur de la Cité ou dans les quartiers, c’est aussi qu’ils font de la formation tout au long de la vie un axe essentiel du renouvellement de leur offre de services.

14En examinant les 16 axes prioritaires qui président à la construction de la nouvelle bibliothèque municipale de Stuttgart qui devrait ouvrir ses portes à l’automne 2011, je retiendrai quelques formules clés :

  • formation tout au long de la vie ;
  • rencontre avec la littérature, l’art et la musique ;
  • jouer un rôle dans l’évolution du monde du travail ;
  • la médiation et l’accompagnement ;
  • la rencontre entre générations et entre cultures ;
  • une bibliothèque accueillante ;
  • le multimédia pour les jeunes ;
  • le réalisme économique dans la gestion de l’établissement.

15Il existe donc des pistes très concrètes pour ancrer encore un peu plus les bibliothèques dans notre époque et renforcer le rôle qu’elles ont à jouer dans notre société et par là même justifier leur financement à l’intérieur des politiques publiques.

16Loin de moi l’idée de méconnaître le rôle décisif des pouvoirs publics dans ce domaine et d’ignorer la question des moyens humains et financiers. Mais je voudrais mettre d’abord l’accent sur le fait que nous, bibliothécaires, nous avons la capacité, si nous en avons la volonté, de faire évoluer nos établissements. Ceci passe, collectivement, par un renouvellement radical de notre culture professionnelle, à tout le moins par un examen critique sans complaisance de nos pratiques. La conviction que je souhaite partager est que nous devons désormais mettre définitivement les publics au centre du fonctionnement de nos établissements :

  • en facilitant l’accès des services : simplicité des modalités d’inscription et d’usage des services, gratuité, prêt illimité ;
  • en adoptant des organisations de travail à moyens humains constants qui rendent possible une extension significative des horaires d’ouverture des bibliothèques ;
  • en cessant de faire des tâches internes la priorité de nos emplois du temps. Ayons la lucidité d’examiner l’efficacité, le rapport qualité/prix et l’impact réel sur le service apporté aux publics de nos pratiques professionnelles (la question du catalogage est emblématique de ce décalage) ;
  • en prenant conscience des enjeux et des atouts du numérique et de l’usage d’Internet et des usages des jeunes publics ;
  • En apprenant à faire mieux connaître la qualité et la diversité des services que nous proposons ;
  • en faisant preuve constamment de réalisme, d’imagination… et d’utopie !
  • en tirant parti de la souplesse et de la capacité d’adaptation des bibliothèques pour développer les partenariats avec leur environnement intellectuel, social, culturel et éducatif.

17Je voudrais insister sur ce dernier point des partenariats : il me paraît urgent de mettre fin à la distance qui s’est établie entre la ville et l’université, donc entre BM et BU qui partagent, en partie, les mêmes publics, il est urgent de renouer de véritables partenariats entre les établissements scolaires (écoles, collèges et lycées) et les bibliothèques publiques. À titre d’exemple dont vous me pardonnerez l’immodestie, le plan-lecture de la Ville de Lille qui associe le réseau de la bibliothèque municipale et les BCD des 83 écoles de la ville autour d’un programme de remise à niveau des équipements et des collections, d’action culturelle et de formation montre les voies à suivre.

18Toujours au chapitre des partenariats, il est une cause d’intérêt national, c’est celle de la lecture des adolescents. Si les bibliothèques publiques ont surinvesti le secteur de la petite enfance, elles ont trop peu tissé de liens efficaces avec les collégiens et les lycéens. Il faut dépasser les malédictions d’organigramme et de tutelle (les villes d’un côté, les départements et les régions de l’autre), les bibliothécaires d’un côté, les documentalistes et les enseignants des différentes disciplines de l’autre.

19Alors, oui, à ces conditions, nous ferons, ou nous continuerons à faire, des bibliothèques des institutions incontournables dans notre société au service de :

  • la mémoire collective ;
  • l’apprentissage de l’information ;
  • la formation tout au long de la vie ;
  • des partenariats culturels et éducatifs ;
  • la construction d’un espace social de rencontre et de partage ;
  • la découverte et la création.

20Ces remises en cause indispensables, cette refondation lucide sont indispensables. C’est à ces conditions que les bibliothèques demeureront un axe important des politiques publiques et des moyens qu’elles peuvent mettre en œuvre. Ceci remet bien sûr en cause les profils de recrutement et les parcours de formation initiale et continue. C’est à ces conditions que les bibliothèques pourront continuer à être porteuses d’utopie.

Notes

1 Laurence Santantonios. « Moins d’argent pour les bibliothèques », Livres-Hebdo, n° 796, 6 novembre 2009.

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search