Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 1. Livres

Chapitre 2. Prophète ou fonctionnaire ? Le statut incertain de l’écrivain chez les premiers socialistes

Gaetano Manfredonia

Texte intégral

  • 1 Dans notre étude, nous nous bornons à analyser – à une ou deux exceptions près – exclusivement les (...)

1S’interroger sur la place occupée par le livre et la lecture dans les doctrines et les pratiques de ce que l’on appelle communément les premiers socialistes – terme bien plus approprié que celui de socialistes utopiques – ne saurait faire l’impasse sur la question essentielle du statut de l’écrivain en « utopie »1. Les interrogations sont nombreuses. Dans ces esquisses de sociétés plus ou moins idéales, y aura-t-il encore des individus exerçant le métier d’écrivain ? Et si oui, d’où tireront-ils leurs sources de revenus ? Pourront-ils exercer librement cette activité ou devront-ils se soumettre aux consignes de la collectivité et/ou de l’État ? Vont-ils bénéficier d’un statut particulier, fondé sur la reconnaissance de leur talent, ou seront-ils considérés comme des travailleurs exerçant une fonction sociale comme une autre ? Avant même de savoir quel pourra être le contenu des livres mis à disposition des publics, il faut se poser la question de leur modalité de production et de financement.

2La réponse n’est pas toujours évidente. Confrontées à une revendication de plus en plus forte de la part des écrivains et des artistes visant à affirmer leur autonomie face aux anciennes et nouvelles formes de dépendance, les réponses des premiers socialistes sont loin d’être unanimes. D’un côté, tous dénoncent leur situation d’asservissement et multiplient les appels afin qu’ils mettent leur plume ou leur burin au service de la cause de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre, selon l’expression d’Henri de Saint-Simon ; de l’autre, la méfiance est de mise contre leurs penchants élitistes, comme l’atteste le sort parfois ingrat que certains auteurs peuvent leur réserver dans leurs projets de société d’avenir.

3L’étude du statut dévolu à l’écrivain et, d’une manière plus large, à l’ensemble des activités artistiques et littéraires, pose, de ce fait, des problèmes qui vont bien au-delà de la question de la légitimité de la propriété littéraire. L’enjeu, en effet, ne porte pas exclusivement sur les modalités de rémunération des travailleurs intellectuels, mais sur la manière de concilier l’indépendance de la création littéraire et artistique avec les exigences collectives de justice et d’égalité économique et sociale placées par les premiers socialistes à la base de leurs systèmes.

Les transformations du statut de l’écrivain et de l’artiste au cours de la première moitié du XIXe siècle

  • 2 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, (...)

4Pour bien saisir l’importance de ces débats, il faut tenir compte du contexte particulier de la Restauration puis de la monarchie de Juillet, périodes marquées par un essor sans précédent des revendications de la part des écrivains et des artistes qui visent à affirmer une autonomie toujours plus grande au nom de leur liberté de création. Le développement des discours et des représentations mettant en avant tout autant leur singularité que leur excellence va se traduire par une « autonomisation » croissante du « champ » littéraire et artistique conçu « comme monde à part, soumis à ses propres lois »2 et dont une des dimensions essentielles est l’affirmation du principe de l’art pour l’art par opposition à l’art utilitaire ou soumis aux lois du marché.

  • 3 Ibid., p. 11.
  • 4 Ibid., p. 159.
  • 5 Selon Paul Bénichou, « la révolution romantique » a engendré « l’étonnante promotion de la littérat (...)
  • 6 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 166. Voir sur ce point les remarques de Bénichou po (...)

5D’après Nathalie Heinich, ce qui est en jeu à travers ces revendications, c’est le « statut du créateur », expression par laquelle « il faut entendre non seulement leur situation réelle, mais aussi leur rôle imaginaire et leur place symbolique […] »3 dans la société de leur temps. Par-delà les particularités des situations de chaque catégorie d’artistes, on assiste à l’émergence d’un fort sentiment d’identité collective dont une des manifestations les plus marquantes est la « fraternisation » qui s’opère alors entre « la plume et le pinceau »4. D’ailleurs, en dépit du statut privilégié dont bénéficie l’écrivain5, on utilise presque toujours le terme d’artiste pour désigner, dans une exception très large, tout à la fois « peintres, musiciens, poètes et hommes de lettres en général »6.

6La situation des « artistes » – au sens que nous venons de préciser et que nous utilisons dans cette étude – est, en fait, paradoxale à plus d’un titre.

  • 7 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 215.
  • 8 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., p. 78.

7Tandis que le domaine de la création artistique s’autonomise, ils ont tendance à se revendiquer comme un groupe à part dont la singularité repose tout à la fois sur le modèle de la vocation et sur celui du mérite. Ils se pensent comme une nouvelle élite fondée non pas sur l’hérédité de naissance, mais sur l’excellence, d’où leur tendance à osciller, à partir du romantisme, « entre populisme et aristocratisme, l’un et l’autre adossés à un solide mépris de la bourgeoisie »7. En dépit de ces postures, toutefois, ils vont se trouver de plus en plus confrontés au cours de la seconde moitié du XIXe siècle à ce que Pierre Bourdieu appelle une « subordination structurale » du champ artistique et littéraire, soumis tout à la fois aux impératifs grandissant du marché – conséquence directe du développement des industries culturelles – et à de nouvelles formes d’allégeance vis-à-vis de certaines fractions de la haute société ou de l’administration de l’État8.

  • 9 Ibid., p. 89.
  • 10 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 214.
  • 11 Ibid., p. 274.
  • 12 Ibid., p. 273.

8Face à ces nouvelles formes de domination, écrivains et artistes auront tendance « à former une image ambiguë de leur propre position dans l’espace social et de leur fonction sociale », ce qui explique, selon Bourdieu, « qu’ils soient portés à de très fortes oscillations en matière de politique »9. Heinich, de son côté, souligne l’existence d’une ambivalence foncière chez les artistes « inhérente au monde de l’art dans la modernité, partagé entre une idéalisation lointaine du peuple par haine de la bourgeoisie et un élitisme ancré dans la défense de l’art pour l’art »10. Les revendications des artistes à plus d’autonomie et à la reconnaissance de la spécificité de leur activité créatrice débouchent ainsi sur des postures partiellement incohérentes. Heinich parle de formation d’une « configuration saugrenue, inédite sans doute dans l’histoire de la civilisation occidentale »11. Le statut d’artiste à l’époque moderne étant caractérisé à ses yeux par un « mélange d’aristocratisme (l’excellence est innée), de démocratie (chacun y a droit) et de méritocratie (elle ne dépend que du talent individuel) » qu’elle juge « contradictoire sur le plan logique »12.

  • 13 Ibid., p. 347-349.

9En conclusion, selon cette auteure, l’élitisme des artistes diffère tout autant de l’élitisme démocratique qu’aristocratique. Il partage avec le premier l’idée que les inégalités sont fondées sur le mérite individuel (et non pas la naissance) ; il s’en différencie toutefois lorsqu’il affirme le caractère singulier de la création artistique qui peut justifier les inégalités de prestige, voire de revenu13.

  • 14 Charles Baudelaire cité par Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., p. 101.
  • 15 Ibid., p. 123.
  • 16 Comme pourra le reconnaître Émile Zola au tournant du siècle, c’est bien l’argent qui « a émancipé (...)

10Tout aussi contradictoire peut paraître de premier abord la position assumée par ces producteurs culturels sur la question de la rémunération de leurs œuvres. Bourdieu a parlé de « monde économique à l’envers » pour désigner la posture dominante assumée par les écrivains et artistes selon laquelle l’œuvre d’art n’a pas de prix, car celui-ci réside exclusivement « dans l’estime de leurs égaux […] »14. De ce fait, « l’artiste ne peut triompher sur le terrain symbolique qu’en perdant sur le terrain économique (au moins à court terme), et inversement (au moins à long terme) »15. Mais ce refus de la marchandisation de l’art ainsi que les véhémentes tirades à l’encontre de la « littérature commerciale » ne signifient pas pour autant opposition totale entre le monde de l’art et l’argent. Ce sont, d’ailleurs, des hommes de lettres consacrés tels Honoré de Balzac et Alphonse de Lamartine, deux figures bien représentatives des revendications des artistes à plus d’autonomie au cours de la première moitié du XIXe siècle, qui vont se faire les porte-parole les plus écoutés du combat en faveur de l’élargissement et du renforcement de la propriété littéraire, seul moyen véritable pour assurer l’indépendance des écrivains16.

Écrivains et artistes : complices ou victimes ?

11Ces ambiguïtés, voire ces contradictions, n’échappent pas aux contemporains et tout spécialement aux premiers théoriciens de ce que l’on va appeler, après 1830, les doctrines socialistes dont le but principal est la régénération de la société par la solution de la question sociale et la suppression du paupérisme.

  • 17 Sur ces premières générations de socialistes et leur rapport aux arts et aux artistes : Paul Bénich (...)

12Rappelons brièvement qu’après les profonds bouleversements produits par l’épisode de la Révolution française, les besoins de discuter les possibles fondements d’une société nouvelle, débarrassée des scories des erreurs du passé, trouvent un écho grandissant dans de larges strates de la population, et non plus exclusivement chez une minorité éclairée17. Ces réformateurs sociaux, qui dans la tradition marxiste ont été affublés du terme bien impropre de « socialistes utopiques », se montrent d’emblée particulièrement sensibles, tant dans leurs écrits que dans leurs prises de position publiques, au sort peu enviable qui est fait aux écrivains et aux artistes dans la France de la Restauration, puis de la monarchie de Juillet. Loin de les envisager comme une caste de privilégiés, toute leur argumentation vise à montrer les similitudes existant entre leurs nouvelles formes de dépendance et le joug auquel sont soumis les prolétaires confrontés, les uns comme les autres, aux méfaits entraînés par le développement du capitalisme industriel avec, comme corollaire, une marchandisation croissante de toutes les activités économiques. Il y a sur ce point une sorte de consensus qui embrasse toutes les écoles et toutes les sensibilités de Saint-Simon à Fourier, ainsi que leurs disciples, jusqu’aux courants néo-babouvistes et communistes.

  • 18 [C-H. de Saint-Simon], Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, s. l., s. n., [1803].
  • 19 Rappelons que Saint-Simon, de même que tous les autres socialistes de l’époque, a tendance à utilis (...)
  • 20 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, in Œuvres complètes, 3e (...)
  • 21 Théodore Dezamy, Code de la communauté, Paris, Prévost et Rouannet, 1842, p. 57-58.

13Dès 1803, Henri de Saint-Simon, dans ses Lettres d’un habitant de Genève18, se propose de remettre en cause la place subordonnée occupée jusque-là par les « artistes »19 ainsi que celle des « savants » et des « artisans » auxquels ils sont le plus souvent associés. Même constat chez Charles Fourier qui, dès sa première publication, Théorie des quatre mouvements, parue en 1808, souligne la situation déplorable qui est faite tant aux artistes qu’aux savants « en Civilisation », « généralement malheureux […], parce qu’ils y sont pauvres »20, précise-t-il. Tout aussi accablant est le portrait que dresse le communiste Théodore Dezamy dans son Code de la communauté qui dénonce les « monstrueuses anomalies » de l’époque : « Le saltimbanque, l’usurier, l’agioteur roulent sur l’or ; le laboureur, qui produit la vie, l’ouvrier, l’artiste, le savant, qui l’embellissent, roulent sur la vermine ! »21.

  • 22 [É. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 73.
  • 23 Pierre Leroux, Aux philosophes, aux artistes, aux politiques. Trois discours et autres textes, Pari (...)
  • 24 Louis Blanc, Organisation du travail, 4e éd., Paris, Cauville frères, 1845, p. 187.
  • 25 Ibid., p. 194.

14Tous les premiers socialistes, d’ailleurs, se plaisent à souligner ce qu’ils appellent la décadence des arts contemporains. Chez les saint-simoniens, cette décadence semble une « évidence », car, comme le précise Émile Barrault, « les arts ne peuvent fleurir qu’à la condition d’une époque organique, et l’inspiration n’est puissante et salutaire que lorsqu’elle est sociale et religieuse »22. Même regard désabusé chez Pierre Leroux et Louis Blanc. Le premier, dans la Revue encyclopédique, affirme que « toute la poésie de l’époque est empreinte de ce caractère d’une profonde désolation qui ne peut manquer de se manifester dans une crise de renouvellement »23. Le second, dans Organisation du travail, constate l’immensité du « mal » au milieu même de la surabondance des œuvres écrites : « Les littérateurs affluent ; quelques-uns s’enrichissent ; beaucoup meurent de faim, la liberté est ruinée ; l’imprimerie est perdue ; le goût du public se pervertit ; jamais au sein d’une plus fastueuse abondance de livres, le domaine intellectuel ne fut plus stérile… »24. Il dénonce aussi les nouvelles formes de dépendance qui font qu’aujourd’hui « l’écrivain a pour maître, lorsqu’il exploite lui-même sa pensée, non plus celui qui l’héberge, mais celui qui le lit. Au lieu de l’homme qui aliène sa dignité, c’est l’auteur qui tend à abdiquer sa fonction »25.

  • 26 [E. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 78.
  • 27 Pierre Leroux, De l’humanité, de son principe, et de son avenir, Paris, Perrotin, 1840, t. 1, p. 79
  • 28 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p 26.
  • 29 Ibid., p. 209.

15Ne nous étonnons donc pas que pratiquement tous les socialistes aient pu voir dans les écrivains et les artistes des sortes d’« alliés naturels »26 pour la diffusion de leurs doctrines à qui il fallait tendre « loyalement la main ». Certes, les préventions à leur encontre ne manquent pas, à commencer par Fourier qui s’étonne que ces derniers, tout comme les savants, puissent continuer à servir de soutien au vieux monde civilisé au lieu de s’engager sur la voie des réformes radicales. Tout aussi méfiante est la position assumée par l’ex-saint-simonien Pierre Leroux pour qui il faut que les artistes « sachent que l’art sans but n’est qu’une puérilité, si ce n’est pas un poison »27. Quant à Dezamy, il n’a que mépris pour ces littérateurs qui « sacrifient tout à une honteuse cupidité ». « Rien n’est sacré ni respectable : conscience, pensée, amis, honneur, dignité, patrie »28, affirme-t-il. En fait, ce que les communistes redoutent le plus, ce sont les penchants élitistes présents chez « les hommes qui se vouent aux sciences et aux arts » qui peuvent les porter à faire « de leurs connaissances réelles ou supposées des titres aux distinctions, à la supériorité » et donc à exercer de « funestes entreprises sur les droits des gens simples et moins instruits »29.

  • 30 Pierre Leroux, De l’humanité, op. cit., t. 1, p. II. Voir aussi : Désiré Laverdant, « De la mission (...)

16En dépit de ces réserves, il n’y a pas moins une sorte de quasi-consensus qui s’établit en faveur de l’engagement des artistes – toutes activités et disciplines confondues – afin qu’ils mettent leurs talents au service de la cause de l’émancipation humaine. Par-delà les oppositions de doctrine, tous s’accordent pour leur assigner une fonction sociale déterminante dans l’avènement de la société future à condition, on l’a vu, qu’ils ne fassent pas de l’art « une idole à part de l’humanité »30.

17Saint-Simon et ses disciples sont ceux qui vont s’engager le plus loin dans cette voie.

  • 31 Henri de Saint-Simon, L’organisateur, 2e éd., in Œuvres de Saint-Simon, Paris, E. Dentu, 1869, vol. (...)
  • 32 [É. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 76.

18« Que les artistes transportent le paradis terrestre dans l’avenir, qu’ils le présentent comme devant être le résultat de l’établissement du nouveau système, et ce système se constituera promptement », écrit-il31. Ses disciples, après son décès, redoubleront d’efforts au point de demander explicitement aux « artistes » de devenir des propagandistes de leurs doctrines : « Osez donc être les précepteurs de l’humanité, dirons-nous aux artistes, et apprenez de Saint-Simon ce qu’il faut aujourd’hui lui enseigner »32. Leur rôle est tout désigné : celui de « guider » l’humanité vers le nouvel horizon que lui promet la doctrine de l’école saint-simonienne.

  • 33 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, in Œuvres complètes, 2e éd., Paris, Société pour l (...)
  • 34 Sur la propagande fouriériste par la chanson, voir Gaetano Manfredonia, La chanson anarchiste en Fr (...)

19Le cas de Fourier est sensiblement différent, car on ne trouve pas chez lui cette volonté manifeste de dicter aux écrivains et aux artistes tant le contenu que la forme de leurs productions. Le rôle important qu’ils peuvent jouer dans la mise en place du système phalanstérien n’est pas moins ouvertement évoqué par Fourier pour qui « les littérateurs, savants et artistes, peuvent décider subitement le passage du genre humain à l’Harmonie, s’ils veulent exciter à cette fondation l’un des grands personnages ou riches propriétaires sur qui ils ont de l’influence »33. Ses disciples auront encore moins de scrupules que lui34.

Vers un âge d’or pour les lettres et les arts ?

  • 35 D’après Antoine Picon, les efforts déployés par le saint-simonisme « pour attirer à lui les écrivai (...)
  • 36 Jonathan Beecher, Victor Considerant, op. cit., p. 125-126.

20Ces appels réitérés ne laisseront pas les artistes et les écrivains insensibles même si leur intérêt pourra se relever de courte durée35. Chez nombre d’entre eux, l’attrait exercé par les doctrines saint-simoniennes et fouriéristes n’est pas moins indiscutable36.

  • 37 Henri de Saint-Simon, L’organisateur, op. cit., vol. 4, p. 42-43.
  • 38 [E. Barrault], Aux artistes…, op. cit., p. 82-83.

21Ces adhésions peuvent d’autant plus se comprendre que non seulement les représentants de ces deux écoles, mais pratiquement tous les socialistes rivalisent pour décrire les destinées magnifiques de l’art et de la production littéraire dans leur société régénérée. Qu’il s’agisse du projet visant à élire une « chambre de Newton », en 1803, ou de celui paru dans L’organisateur en 1819, les plans de réorganisation sociale esquissés par Saint-Simon confient explicitement aux savants, artistes et « artisans » la tâche de « diriger les travaux de la nation » à la place des « gouvernants » qui, précise-t-il, « ne doivent être occupés que du soin d’empêcher que les travaux soient troublés »37. L’avènement d’une nouvelle époque organique s’accompagnerait ainsi immanquablement de l’apparition d’un type nouveau de littérature où le « vrai et le beau » seraient « réconciliés »38.

  • 39 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 219.
  • 40 Sur les courants communistes et néo-babouvistes : Jacques Grandjonc, Communisme, Kommunismus, commu (...)
  • 41 Lors de la séance du 20 juillet 1841, le groupe initiateur de L’humanitaire adopte des « Principes (...)
  • 42 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, Paris, Bureau du Populaire, 1846, p. 572.
  • 43 Ibid., p. 47.
  • 44 Ibid., p. 126-127.
  • 45 Ibid., p. 590.
  • 46 Ibid., p. 269.
  • 47 Ibid., p. 126.

22Tout aussi enlevé est le tableau que brossent les auteurs communistes. Confrontés à l’accusation récurrente que « la communauté serait nécessairement incompatible avec les sciences et les arts »39, les représentants de ce courant, d’Étienne Cabet à Théodore Dezamy en passant par les rédacteurs de L’humanitaire40, auront à cœur de prouver le contraire41. « […] Aucun système n’est plus favorable aux arts que la Communauté », lit-on dans Voyage en Icarie42 qui apporte comme preuve la description de toutes les richesses artistiques que les villes icariennes renfermeraient43. Loin de restreindre ces activités, Cabet prévoit de mettre, comme pour les différentes catégories d’ouvriers, « d’immenses ateliers » à disposition des « écrivains (historiens, poètes, etc.) », des « savants (chimistes, astronomes, etc.) », et des « artistes (peintres, sculpteurs, etc.) »44 afin qu’ils puissent exercer leurs activités dans les meilleures conditions. En Icarie, les habitants sont préparés dès le plus jeune âge pour être des « danseurs, chanteurs et musiciens »45 et ils vont exercer leurs talents lors des « magnifiques » fêtes publiques qui émaillent la vie de la communauté46. Quant aux œuvres littéraires, elles aussi vont pouvoir connaître un essor inégalé. Cabet ne doute pas que, grâce à l’éducation spéciale dispensée aux individus des deux sexes et de la perfection de la langue icarienne, la majorité des ouvriers ne soit capable, après avoir accompli ses travaux obligatoires de l’atelier, de composer « de bons ouvrages en tous genres »47.

  • 48 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 225.
  • 49 Ibid., p. 208-209.

23Dezamy n’est pas en reste. Dans son Code de la communauté, lui aussi soutient que, contrairement aux idées reçues, la communauté offrirait « la situation la plus favorable »48 au développement des sciences et des arts, car l’égalité rendrait possible leur diffusion au sein de la société entière. « Ce n’est donc pas – précise-t-il – à restreindre dans d’étroites limites les sciences et les arts que doivent tendre les efforts des hommes de moralité, d’égalité et de progrès, mais au contraire à les développer, à les généraliser, à les mettre en commun, à faire que leurs bienfaits soient indistinctement le partage de tous, conformément aux besoins de chacun »49.

  • 50 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 80, 82-84 et p. 127 ; Théodore Dezamy, Code de la com (...)

24Soulignons, enfin, comment ce besoin de démocratiser les sciences et les arts passe tant chez Cabet que chez Dezamy par la présence incontournable de la bibliothèque dans leurs projets communautaires, signe de l’importance primordiale que le livre continue à occuper dans la diffusion des idées et l’éducation du citoyen dès son plus jeune âge50.

  • 51 Mathieu Briancourt, Visite au phalanstère, Paris, Librairie phalanstérienne, 1848, p. 120 et Victor (...)
  • 52 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., 1842, t. 2, vol. 1, p. 22.
  • 53 Charles Fourier, La fausse industrie, in Œuvres complètes, Paris, Bossange, 1835, t. 8, vol. 1, p.  (...)
  • 54 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, in Œuvres complètes, 2e éd., Paris, À l (...)
  • 55 Charles Fourier, La fausse industrie, in Œuvres complètes, Paris, Bossange, 1836, t. 9, vol. 2, p.  (...)
  • 56 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 68.

25Mais c’est sans doute chez Fourier et ses disciples que les arts et les lettres se trouvent le plus magnifiés. Tout est luxe, raffinement et prodigalité en Harmonie et ceux-ci n’échappent pas à la règle, bien au contraire. Arts et lettres atteindront des sommets d’autant plus inégalés que presque tout le monde sera en mesure de les pratiquer avec profit, car, au lieu de les refouler ou de les réprimer, les phalanstériens exploiteront tous les penchants artistiques et littéraires dès le plus jeune âge51. Le livre et la lecture n’occupent pas moins une place à part. Après avoir prédit que les anciennes bibliothèques seraient vouées aux flammes, on passerait aussitôt à la réimpression des livres détruits « les plus notables » qui seraient édités « à plusieurs millions d’exemplaires » en y annexant des commentaires (« une contre-glose ») visant à souligner les « contre-sens » commis dans le passé52. Loin d’être vouées à disparaître, les bibliothèques regorgeraient de nouveaux livres conçus à la fois pour instruire et charmer et leur nombre s’en trouverait décuplé53. Un budget spécial est d’ailleurs prévu pour leur construction à côté des autres dépenses jugées indispensables au fonctionnement d’une phalange d’essai54. Les bibliothèques publiques font ainsi partie, au même titre que les hôpitaux, les musées ou les jardins botaniques, des services collectifs garantis à tous les phalanstériens55. La fréquentation quotidienne de la bibliothèque entre 11 et 12 heures est comprise dans l’emploi du temps standard du phalanstérien adulte, tel qu’il est présenté par Fourier dans le Nouveau monde industriel56.

  • 57 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., 1841, t. 5, vol. 4, p. 275-277.
  • 58 Charles Fourier, La fausse industrie, op. cit., t. 8, vol. 1, p. 212.

26Le lustre dont jouiraient les arts et les lettres en Harmonie, enfin, rejaillirait immanquablement sur le statut des artistes et des écrivains eux-mêmes. Tout comme Saint-Simon, Fourier leur accorde une place honorifique importante au sein de la nouvelle hiérarchie sociale57. La reconnaissance de cette prééminence lui paraît d’autant plus justifiable que le rôle déterminant d’éducateur qu’il leur assigne serait décuplé en Harmonie : « Le globe serait organisé en entier, on demanderait de toute part des savants, des artistes, des littérateurs pour instruire les peuples, parce que l’industrie combinée est d’autant plus productive que le peuple est plus instruit, plus cultivé. C’est le contraire du régime civilisé »58.

Derrière le miroir

27Ces descriptions ont toutes en commun d’avoir été conçues à dessein pour flatter l’idée élevée qu’artistes et littérateurs se faisaient de l’importance de leurs activités créatrices. Le miroir qui leur est tendu ne doit pas, pour autant, nous induire en erreur, car le statut réel qui leur est réservé en utopie n’est pas forcément fait pour répondre à toutes leurs attentes, à commencer par les entraves qui sont mises au libre exercice de leurs activités dans bien des projets socialistes.

  • 59 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 47.
  • 60 « […] Toutes les chansons d’Icarie étaient jolies, parce que personne ne pouvait faire imprimer un (...)

28Le sort que le communiste Cabet réserve aux artistes et aux écrivains est tout à fait représentatif de ces tendances autoritaires. Simples fonctionnaires au service de la collectivité, c’est celle-ci qui décide ce qu’ils doivent produire et comment pour le bien de la République. Peintres, sculpteurs, tout comme les artistes en général sont « nourris, vêtus, logés et meublés par la Communauté » qui les pousse à diriger leurs efforts dans un but utilitaire. « Rien d’inutile et surtout rien de nuisible […] », précise-t-il59. Le travail de l’écrivain, tout spécialement, est envisagé sous l’aspect d’une profession particulièrement réglementée, au même titre que celle des « médecins et des pharmaciens », et se trouve placé sous le contrôle direct des autorités ; personne ne pouvant faire imprimer « même une chanson »60 sans leur autorisation.

  • 61 Ibid., p. 125.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid., p. 197.

29Pour pouvoir embrasser cette profession, « le jeune homme ou la jeune fille » qui le désire doit, à partir de « dix-huit ou dix-sept ans », se soumettre préalablement à un « examen » dont le but est de constater ses « dispositions convenables ». Puis, en cas de succès, il reçoit pendant cinq ou six ans « l’éducation spéciale nécessaire ». Leurs ouvrages, toutefois, ne pourront être imprimés « qu’en vertu d’une loi » et « sur le rapport d’un comité », seul moyen d’avoir la certitude « de ne plus imprimer de mauvais livres »61. En Icarie, les autorités de la République disposent d’un monopole sur la production et la diffusion des écrits d’autant plus inattaquable qu’elles sont les seules à avoir « des imprimeries, des imprimeurs, du papier, etc. » et que « personne ne peut vendre de livres, puisque personne n’a d’argent pour en acheter »62. Quant à la presse, on n’autorise la parution que d’« un seul journal communal pour chaque Commune, un seul journal provincial pour chaque Province et un seul journal national pour la Nation », afin de rendre inutile « l’hostilité de la presse »63.

  • 64 Ibid., p. 126.
  • 65 « Il n’est certainement pas d’ouvrier qui ne soit capable d’envoyer aux commissions et aux journaux (...)
  • 66 Ibid., p. 127.
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid.

30Certes, la possibilité est laissée à tous les icariens de contribuer à la rédaction du journal de la communauté ou de rédiger des livres à leur convenance, et cela d’autant plus que, grâce à l’éducation qu’ils ont reçue, ils savent pleinement « exprimer leurs idées soit en parlant soit en écrivant »64. Mais c’est bien aux autorités qu’il revient la tâche de sélectionner les ouvrages en vue d’une éventuelle publication65. Ce sont elles qui décident lesquels devront être distribués gratuitement « tantôt à tous les savants seulement, tantôt à toutes les familles »66. Du reste, ce sera la République qui se chargera de « refaire tous les livres utiles qui étaient imparfaits, par exemple, une histoire nationale, et [de] brûler tous les anciens livres jugés dangereux ou inutiles », avec comme résultat, selon Cabet, « que la bibliothèque du citoyen » ne sera plus composée « que de chefs-d’œuvre »67. Quant aux « grandes bibliothèques nationales », leur rôle serait de garder « quelques exemplaires » de tous les anciens ouvrages donnés aux flammes « afin de constater l’ignorance ou la folie du passé et les progrès du présent »68.

31Il n’est pas étonnant, au vu de ces propos, que Voyage en Icarie ait pu être perçu comme une sorte de dystopie apportant la preuve des inévitables visées totalitaires des projets communistes. Soulignons, toutefois, qu’il n’est pas le seul parmi les premiers socialistes à réserver un sort aussi peu enviable aux écrivains.

  • 69 Louis Blanc, Organisation du travail, op. cit., p. 190.
  • 70 Blanc précise qu’il y aurait « au budget un fonds spécialement destiné à rétribuer, sous forme de r (...)
  • 71 Ibid., p. 230.

32À peine moins contraignante apparaît la solution envisagée par Louis Blanc dans son Organisation du travail. Convaincu du caractère dangereux d’une littérature soumise exclusivement à la loi du marché ou qui serait laissée aux mains « d’hommes qui ne s’en servent qu’en vue d’un bénéfice d’argent »69, il propose d’en réglementer la production et la diffusion au moyen d’une « librairie sociale ». Constituée sur les mêmes bases que les autres « ateliers sociaux » – destinés à l’organisation des activités industrielles et agricoles –, cette librairie, qui « relèverait de l’État, sans lui être asservie », serait chargée de publier les ouvrages des auteurs jugés les plus méritants à un prix le plus bas possible fixé par les pouvoirs publics. Les écrivains édités par la librairie sociale renonceraient, de leur côté, à leurs droits d’auteur en échange de la possibilité de pouvoir concourir à des « récompenses nationales », décernées par les représentants du peuple après examen de leur œuvre par des personnes habilitées70. L’avantage de ce « système » serait de faire « dépendre la publication des bons livres, non plus de spéculateurs, qui n’ont souvent d’autre intelligence que celle du commerce, mais d’hommes compétents, qu’il intéresse au succès de toute œuvre utile et recommandable. En un mot, il tend à ouvrir une issue aux talents ignorés, et à féconder tous les germes que la société cache dans son sein »71.

  • 72 Précisons que pour Blanc, contrairement au système de Cabet, les écrivains qui voudraient continuer (...)
  • 73 Ibid., p. 203.
  • 74 Ibid., p. 188.
  • 75 Ibid., p. 190.

33À part la possibilité d’être édité et éventuellement d’être primé, aucune rémunération autre que symbolique n’est prévue pour les auteurs72. Blanc, d’ailleurs, non seulement considère nuisible l’existence de la propriété littéraire (« reconnaître, au profit de l’individu, un droit de propriété littéraire, ce n’est pas seulement nuire à la société, c’est la voler »73), mais se prononce explicitement à plusieurs reprises pour la suppression de la profession d’homme de lettres « considérée comme métier, comme moyen de gagner de l’argent »74. À la place, il fait l’éloge de Rousseau comme modèle à suivre : « Non seulement il est absurde de déclarer l’écrivain propriétaire de son œuvre, mais il est absurde de lui proposer comme récompense une rétribution matérielle. Rousseau copiait de la musique pour vivre et faisait des livres pour instruire les hommes. Telle devrait être l’existence de tout homme de lettres digne de ce nom », affirme-t-il75.

34À l’opposé de ces projets coercitifs, les théories de Fourier se détachent tant par leur radicalité libertaire que par l’originalité des solutions proposées qui font du penseur bisontin un cas non pas forcément unique, mais à coup sûr singulier.

  • 76 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 45.
  • 77 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 14.
  • 78 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 2.
  • 79 Ibid., p. 158.

35Fourier est pratiquement le seul à soutenir – mis à part le cas particulier des saint-simoniens – que l’avenir radieux auquel artistes et écrivains sont destinés n’est pas fait exclusivement de récompenses symboliques, mais également de récompenses matérielles. Ce qu’il leur promet, c’est, avec la gloire, d’« immenses richesses »76. « Dans ce nouvel état social, tout savant ou artiste parviendra à une fortune colossale dès qu’il sera pourvu d’un mérite réel », assure-t-il77. Comme à son accoutumée, il ne craint pas de faire de la surenchère : « C’est surtout pour les savants et artistes que le régime sociétaire sera nouveau monde et monde à droit sens ; ils y obtiendront tout à coup l’objet de leurs vœux les plus ardents, une immense fortune, vingtuple et centuple de ce qu’ils peuvent espérer dans l’état civilisé […] »78. Contrairement à l’interprétation qu’en fourniront certains de ses disciples comme Levardant, le « luxe » dont il est question au sein du phalanstère n’est donc pas circonscrit au seul domaine de l’esthétique, mais désigne bel et bien l’importance, voire la profusion, des richesses matérielles dont pourra bénéficier à titre individuel chaque créateur s’il trouve son public. Et c’est en cette valorisation de « l’appât du gain », voire de la « cupidité », conçue – au même titre que la quête de la gloire – comme un des deux principaux ressorts de la création artistique, que réside l’originalité première de Fourier par rapport à tous les autres réformateurs sociaux de son temps. Non seulement les arts ne se trouveront pas amoindris, mais cette richesse sera le garant de la « pleine liberté » dont pourront jouir les artistes « sans être sous la férule d’aucun Omar »79.

  • 80 « Pourquoi ne verra-t-on dans l’ordre futur, ni femmes, ni littérateurs se prostituer ? C’est que l (...)
  • 81 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 155-1 (...)

36En harmonie, par conséquent, les « littérateurs » n’auront plus besoin de se prostituer comme aujourd’hui, conclut non sans ironie Fourier en comparant leur sort actuel à celui des femmes en civilisation80. Autre conséquence favorable pour les arts et les lettres, les harmoniens auront tout intérêt à s’engager dans ces carrières81.

  • 82 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 471.
  • 83 Ibid., p. 471.
  • 84 Charles Fourier, La fausse industrie, op. cit., t. 9, vol. 2, p. 797.

37Parmi les multiples moyens envisagés par Fourier pour assurer de telles fortunes aux écrivains, on peut citer, tout d’abord, les revenus tirés de la vente directe des livres par leurs auteurs. « Si l’ouvrage est bon », il ne doute pas qu’il puisse être acheté en quantités suffisantes pour leur garantir un bénéfice élevé. Il suffirait pour cela de « 7 ou 8 exemplaires par phalange »82. Ces bénéfices sont d’autant plus importants qu’il fait miroiter la possibilité que le français puisse être adopté comme « langue unitaire provisoire, pendant le premier siècle d’harmonie »83. Une telle éventualité, en outre, créerait des opportunités de gains supplémentaires non seulement pour les écrivains, mais également pour les libraires qui « videront en 3 mois tous leurs magasins ». « Ils n’auront – pronostique-t-il – pas assez de presses pour réimprimer à 200 et 300 000 exemplaires les bons ouvrages français, en littérature, sciences et arts ; car l’enseignement sera donné par toute la terre en français (sauf les cas obligés pour le latin ou autre langue) ». Par ailleurs, « des acheteurs envoyés par les phalanges viendront de tout le globe à Paris, pour y faire emplette d’un provisoire de bibliothèque française ; et tous les bons ouvrages, en bonnes éditions, seront enlevés comme du pain en temps de famine. Ce serait un coup de fortune pour les libraires parisiens et les écrivains en crédit »84.

  • 85 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., t. 2, vol. 1, p. 22.
  • 86 Ibid., p. 23.

38En deuxième lieu, la réimpression des livres anciens agrémentée d’annexes au moins aussi étendues que l’ouvrage d’origine, ce qu’il appelle dans son langage imagé la « métempsycose des bouquins », constituerait, elle aussi, une source de revenus considérable tant pour les libraires que pour les auteurs85. De même, l’attrait exercé par « l’énormité et l’infinité de sottises » contenues dans les livres anciens ferait monter leur prix au grand profit des libraires qui « au début de l’Association ne pourront pas fournir à la centième partie des demandes en ce genre »86.

  • 87 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 153.

39Le principal moyen envisagé pour rémunérer le travail des écrivains consiste dans les « récompenses unitaires », un système de sélection des ouvrages à primer fondé sur le choix des lecteurs eux-mêmes. Tous les ans, les habitants de chaque « Phalange » votent pour décider quelle somme ils veulent voir attribuée aux auteurs des œuvres jugées dignes de récompenses. On pourra ainsi, par exemple, accorder « 20 sous à Racine pour sa tragédie de Phèdre », précise-t-il87. Une fois le dépouillement des votes réalisé dans chaque canton et dans chaque province, les résultats sont centralisés au « Ministère de Constantinople » « où l’on proclame les noms des auteurs couronnés par le suffrage de la majorité des Phalanges du globe » :

On adjuge – continue Fourier – à l’auteur le terme moyen des sommes votées par cette majorité. S’il y a un million de Phalanges pour le vote de 10 sous, un million pour 20 sous, un million pour 30 sous, la récompense adjugée sera de 20 sous. En supposant que le recensement ait donné une livre tournois à Racine pour la tragédie de Phèdre ; Trois livres à Franklin pour l’invention du paratonnerre ; Le Ministère fait passer à Racine des traites pour la somme de trois millions tournois, et à Franklin pour neuf millions tournois, sur les Congrès de leurs régions. La somme est répartie sur chacune des trois millions de Phalanges du globe.

  • 88 Ibid., p. 153-154.

En outre, Franklin et Racine reçoivent la décoration triomphale, sont déclarés citoyens du globe, et, sur quelque point qu’ils parcourent, ils jouissent dans toute Phalange des mêmes prérogatives que les Magnats du canton. Ces récompenses, qui sont insensibles pour chaque Phalange, sont immenses pour les auteurs ; d’autant plus qu’elles peuvent être fréquemment répétées. Il se peut que Racine et Franklin gagnent encore pareille somme dès l’année suivante, en s’illustrant par quelque autre production qui obtienne le suffrage de la majorité du globe. Les plus petits ouvrages, pourvu qu’ils soient distingués par l’opinion, valent encore des sommes immenses aux auteurs.88

  • 89 « […] L’opinion publique doit être le seul juge légitime des questions de rang et de chiffres », [C (...)
  • 90 « La propriété littéraire dans le système de Fourier est remplacée par une récompense nationale, au (...)

40La rémunération du travail littéraire est donc proportionnelle au succès rencontré auprès du public89. Elle ne dépend ni de la reconnaissance d’un monopole perpétuel de l’écrivain sur ses œuvres ni du financement direct par l’État ou par la Communauté. C’est chaque phalanstérien qui, en accordant ses préférences à telle ou telle œuvre en fonction de ses goûts et de ses penchants, décide de financer ou non les auteurs90. En définitive, loin de craindre comme Louis Blanc que l’écrivain, pour plaire au public, dénature son œuvre, Fourier fait de la sanction des lecteurs le principal levier pour lui assurer tout à la fois la liberté de création, le bien-être matériel et la gloire. Là où pour la majorité de ses contemporains on assiste à l’émergence d’une littérature purement industrielle, il est le premier à se rendre compte que, grâce à la démultiplication des moyens de production et de diffusion des produits culturels à l’échelle planétaire, des chances insoupçonnées jusque-là s’offraient à tous les créateurs de talent de voir leurs mérites reconnus. Il anticipe ainsi l’avènement d’une culture de masse. Les productions littéraires ne sont plus réservées exclusivement à une petite minorité de privilégiées de la fortune et de la culture, mais à tout le monde, d’où la multiplication des sources de profits pour l’ensemble des créateurs et des acteurs de la chaîne du livre. Loin de soumettre la production des œuvres de l’esprit aux impératifs de l’économie marchande et de la concurrence capitaliste, son système de « récompenses unitaires », enfin, anticipe sur des formes très actuelles de financement participatif des auteurs par leur public qui visent à sauvegarder leur indépendance tout en leur assurant des ressources pour mener à bien leurs projets.

41On comprend, dans ces conditions, que le problème de la propriété littéraire n’occupe pas une place centrale chez Fourier, car son système vise à la dépasser sans léser pour autant les intérêts présents et futurs des écrivains et autres artistes en tout genre.

Singularité de l’artiste et égalitarisme socialiste : l’impossible équation ?

42L’éventail des réponses apportées par les premiers socialistes à la question de la liberté dont jouirait l’écrivain « en utopie » est, on le voit, très large. Cette ligne de clivage qualitative majeure, toutefois, n’est pas la seule en mesure d’expliquer les différences constatées. Des divergences tout aussi importantes existent sur le problème essentiel du maintien ou non dans la société d’avenir d’une hiérarchie des fonctions sociales entre travail manuel et travail intellectuel dont on ne peut rendre compte exclusivement à partir de l’opposition liberté-autorité.

  • 91 Louis Blanc, Le socialisme. Droit au travail, 3e éd., Paris, Bureaux du Nouveau Monde, 1849, p. 9.

43Les premiers socialistes partagent indiscutablement avec les artistes et les écrivains de l’époque une même exigence égalitaire visant à faire en sorte que tous puissent donner libre cours ou développer leurs talents indépendamment de leur origine sociale ou de leur naissance. Comme le revendique Louis Blanc, « que, la diversité des fonctions et des aptitudes étant pour la société une condition de vie, l’égalité consiste dans la facilité donnée à tous de développer également leurs facultés inégales »91. Leur conception de l’égalité, cependant, va beaucoup plus loin, car elle vise, au moyen d’une éducation qui se veut intégrale, à développer toutes les facultés des individus, et donc en définitive à en faire des êtres complets capables de pouvoir exercer une pluralité de métiers ou de fonctions. Or cet égalitarisme paraît difficilement compatible avec le maintien ou la reconnaissance d’une hiérarchie des fonctions sociales qui continuerait à accorder un statut à part aux écrivains et aux artistes au nom de leur talent ou de leur génie.

  • 92 « L’éducation est pour l’homme une seconde mère […], l’homme […] ne reçoit de la nature que des ger (...)
  • 93 Si chacun contribue à la vie collective en fonction de son capital, de son travail et de son talent (...)

44Sur ce point aussi, la position de Fourier et de ses disciples se détache nettement des autres. Si l’on met de côté le cas atypique de Saint-Simon – ouvertement favorable au maintien des hiérarchies sociales fondées sur les « capacités » –, ils sont les seuls à prétendre pouvoir concilier la reconnaissance statutaire de la singularité, voire de l’excellence des artistes, avec le respect de l’égalité sociale des conditions garantie à tout le monde. L’importance que Fourier confie à l’éducation intégrale dans la formation des individus afin de les rendre aptes à vivre en Harmonie92, sa préoccupation constante de rendre le travail attrayant en alternant les tâches et les fonctions, ne doivent pas faire oublier le fondement inégalitaire de ses conceptions. Rappelons qu’au lieu de brider les passions, il veut leur épanouissement. Or cela revient à accorder la possibilité à chaque individu d’affirmer sa singularité, voire son excellence, donc à légitimer, tout comme chez les saint-simoniens, l’existence de distinctions symboliques et matérielles fondée sur le mérite. Ainsi, si tout le monde pratique les arts et les lettres, il n’y aura pas moins en Harmonie des individus particulièrement doués qui pourront davantage tirer profit de leurs dons que d’autres qui en seront dépourvus. Fourier, on l’a vu, est intarissable lorsqu’il s’agit de décrire les immenses récompenses matérielles dont les écrivains de talent seraient gratifiés. La rémunération des activités productives au sein du phalanstère, enfin, est ouvertement inégalitaire, même si l’apport du travail y est privilégié et qu’il existe de nombreux dispositifs de redistribution des richesses qui en atténuent les effets93.

  • 94 [Claude-Marie dit Henri Dameth], op. cit., p. 41.
  • 95 Ibid., p. 49.

45Pour ses disciples, en tout cas, « la faculté supérieure qui place un homme au-dessus des autres est avant tout un don de Dieu »94 qui ne se discute même pas. Dans le phalanstère, non seulement l’excellence des individus est reconnue, mais elle est ouvertement favorisée et mise à profit par la collectivité. Cette manière de récompenser le talent leur paraît d’autant plus se justifier qu’elle est fondée, comme dans le cas des « récompenses unitaires », sur « le principe de l’élection et du suffrage, le seul moyen […] d’asseoir sur l’égalité des droits une hiérarchie quelconque »95 dans une société qui fait de la réalisation de l’égalité sociale un de ses objectifs essentiels.

  • 96 Sur la perception du travail d’écrivain comme un métier à part entière, voir Gisèle Sapiro et Boris (...)

46Or, si cette justification des inégalités en fonction du talent va tout à fait dans le sens des revendications des artistes analysées par Nathalie Heinich, elle est difficilement acceptable pour la grande majorité des autres socialistes qui a tendance à voir dans ces créateurs des travailleurs comme les autres, tenus de justifier leur activité par l’utilité des services rendus à la collectivité96. Les cas du communiste anti-autoritaire Théodore Dezamy et de l’anarchiste Pierre-Joseph Proudhon nous paraissent, à cet égard, particulièrement significatifs.

  • 97 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 215.
  • 98 « Art. 6. Toutes les œuvres qui ont pour but l’utilité publique sont des fonctions sociales. – La c (...)

47C’est chez Dezamy – dont pourtant plus d’un élément de son système est directement emprunté à Fourier –, que ces exigences égalitaires sont poussées le plus loin. Pour l’auteur du Code de la communauté, puisque « la corruption des mœurs et la servitude sont la conséquence inévitable de l’inégalité des richesses et du monopole des lumières »97, la communauté doit veiller en priorité à ce que de nouveaux privilèges ou de « nouvelles castes savantes » ne puissent se reconstituer sous couvert de spécialité des fonctions sociales. Pour parer ce danger, si les lois fondamentales de la communauté reconnaissent la possibilité pour tous les membres de choisir l’activité ou fonction sociale de leur choix, il n’y a aucune distinction hiérarchique qui soit établie entre elles, toutes sont également « honorables »98. Non seulement aucune considération particulière n’est accordée aux artistes et écrivains, voire aux hommes de génie, mais Dezamy insiste sur le fait que chaque individu exercerait plusieurs activités intellectuelles et manuelles à la fois :

Dans la commune, les savants ne sont point des hommes purement théoriques, ce sont en même temps des industriels, des hommes d’art, de métier, tous ou presque tous s’occupent manuellement de travaux agricoles. Quelquefois ils mènent de front avec la haute science plusieurs arts et métiers. Les artistes non plus ne s’absorbent pas dans une unique fonction ; tous participent avec joie aux travaux de première nécessité, à moins toutefois que la Communauté, dans l’intérêt de la chose publique, ne les invite à consacrer plus spécialement leur génie à tel ou tel genre d’occupation.

  • 99 Ibid., p. 151-152.

Un des plus précieux avantages de la communauté, c’est la disparition entière de tout ordre, de toute corporation, de toute caste quelconque, même des castes savantes. Tous les citoyens sont plus ou moins praticiens, théoriciens et professeurs.99

  • 100 Ibid., p. 209-210.
  • 101 Ibid., p. 152.

48En communisme, une fois le travail rendu attrayant, « […] tous nos égaux seront à la fois industriels, artistes, littérateurs, hommes de science. Tous sentiront le besoin d’exercer tour à tour toutes leurs facultés », prophétise-t-il100. La solution proposée par Dezamy passe donc par la mise en place d’un mode d’organisation du travail social fondé sur la « pluralité de fonctions »101 avec comme corollaire la remise en cause de la division hiérarchique entre travail manuel et travail intellectuel.

49Tout aussi radicales apparaissent de premier abord les positions de Proudhon dans Qu’est-ce que la propriété ?.

  • 102 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, Paris – Bruxelles, Librairie internationale A (...)
  • 103 Ibid., p. 105.
  • 104 Ibid., p. 112.
  • 105 Ibid., p. 114.
  • 106 Ibid., p. 116.

50Lui aussi, comme Fourier et Saint-Simon, commence par reconnaître l’existence des inégalités de talent ou d’intelligence qui peuvent justifier une division sociale du travail fondée sur la « spécialité des aptitudes »102 ou sur la « spécialité des vocations »103. Il n’estime pas moins que cette « inégalité de nature » ne permet nullement de justifier l’existence d’inégalités, qu’elles soient économiques ou sociales. D’une part, pour Proudhon, il est impossible de mesurer la valeur du talent et, à plus forte raison, celle de l’activité de l’artiste, car leur production, au même titre que celle de n’importe quel artisan, lui paraît « inestimable »104. « […] Le talent et les écus sont des quantités incommensurables », souligne-t-il105. D’autre part, il récuse l’existence d’une hiérarchie des fonctions sociales ou l’idée d’accorder une prééminence quelconque au travail intellectuel sur le travail manuel. Tout au contraire, on trouve chez lui une veine ouvriériste clairement affirmée qui le porte à valoriser les activités manuelles ou la production de biens matériels qu’il juge plus utiles pour la société – tout au moins à court terme – que la production des artistes et des savants : « La société peut à la rigueur se passer de prose et de vers, de musique et de peinture, de savoir comme vont lune, étoile polaire ; elle ne peut se passer un seul jour de nourriture et de logement. […] S’il est glorieux de charmer et d’instruire les hommes, il est honorable aussi de les nourrir »106.

  • 107 Ibid., p. 111.
  • 108 Ibid.

51La manière dont Proudhon l’anarchiste envisage la rémunération des artistes ou des travailleurs intellectuels est tout à fait révélatrice de cet égalitarisme ouvriériste qui le rapproche indiscutablement des écoles communistes. Une fois admises l’égalité sociale des fonctions et l’égalité sociale des travailleurs au sein de chaque fonction, les différences de talent constatées ne peuvent plus justifier aucune forme d’inégalité de rétribution liée au mérite. La production artistique et littéraire étant une production comme une autre, elle doit être évaluée de la même manière que toute autre activité productive, à savoir, d’après Proudhon, « la somme de temps et de dépense » qu’elle aura coûtée à leurs auteurs. Son raisonnement est simple : « […] Un poème qui aurait coûté à son auteur trente ans de travail et 10 000 francs de frais en voyages, livres, etc., doit être payé par trente années des appointements ordinaires d’un travailleur, plus 10 000 frs d’indemnités. Supposons que la somme totale soit de 50 000 frs ; si la société qui acquiert le chef-d’œuvre comprend un million d’hommes, je dois pour ma part 5 centimes »107. Autre condition restrictive : les auteurs n’ont aucune garantie de pouvoir vivre de leur activité, car si « tout produit demandé doit être payé ce qu’il a coûté de temps et de dépenses, ni plus ni moins : tout produit non demandé est une perte pour le producteur, une non-valeur commerciale », précise-t-il108.

  • 109 « […] La propriété fait du poète un Crésus ou un mendiant ; l’égalité seule sait l’honorer et l’app (...)

52Certes, Proudhon l’ouvriériste n’exclut pas tout à fait la possibilité que les artistes et les écrivains puissent être rémunérés par des récompenses symboliques109, il n’a toutefois que de sarcasmes pour ce qu’il considère être leurs prétentions injustifiées à être payés en biens matériels au-delà de leur dû :

  • 110 Élisabeth-Rachel Félix, dite Rachel ou Mlle Rachel, est une actrice née le 21 février 1821 à Mumpf (...)
  • 111 Gilbert-Louis Duprez est un ténor français, né le 6 décembre 1806 à Paris où il est mort le 23 sept (...)
  • 112 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, op. cit., p. 116.

On raconte – écrit-il – qu’une célèbre cantatrice ayant demandé à l’impératrice de Russie, Catherine II, vingt mille roubles : — C’est plus que je ne donne à mes feld-maréchaux, dit Catherine. — Votre Majesté, répliqua l’autre, n’a qu’à faire chanter ses feld-maréchaux. Si la France, plus puissante que Catherine II, disait à Mademoiselle Rachel110 : Vous jouerez pour 100 louis, ou vous filerez du coton ; à M. Duprez : Vous chanterez pour 2 400 fr, ou vous irez à la vigne : pense-t-on que la tragédienne Rachel et le chanteur Duprez111 abandonnassent le théâtre ? Ils s’en repentiraient les premiers.112

  • 113 Ibid., p. 108.

53La valeur de la poésie d’Homère lui-même ne peut constituer une exception à ses yeux, car, fait-il dire au pâtre qui lui fournit ses fromages, « je puis me passer de l’Iliade et attendre, s’il le faut, l’Énéide ; Homère ne peut se passer vingt-quatre heures de mes produits. Qu’il accepte donc le peu que j’ai à lui offrir, et puis que sa poésie m’instruise, m’encourage, me console »113.

  • 114 Pierre Leroux, en tant qu’ex-saint-simonien, veut rémunérer chaque individu selon « sa capacité ». (...)
  • 115 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, op. cit., p. 115-116.
  • 116 Ibid., p. 118.

54Au fond, Proudhon n’est pas loin de penser, tout comme Leroux et ses disciples114, que le simple fait que les travailleurs intellectuels puissent exercer leurs activités sans qu’ils soient contraints d’exercer une activité matérielle est déjà, en soi, une reconnaissance qu’ils auraient tort de juger négligeable. « L’artiste, le savant, le poète – remarque-t-il – reçoivent leur juste récompense, par cela seul que la société leur permet de se livrer exclusivement à la science et à l’art : de sorte qu’en réalité ils ne travaillent pas pour eux, mais pour la société qui les crée et qui les dispense de tout autre contingent »115. En fait, ce que Proudhon conteste, ce n’est pas tant la possibilité de rémunérer à sa juste valeur le travail immatériel, mais le fait que des individus, à n’importe quel titre, puissent s’approprier et exploiter à leur profit le fonds commun mis à disposition par la société. Tout capital, soit matériel, soit intellectuel, étant une œuvre collective, forme par conséquent à ses yeux une propriété inaliénable116.

  • 117 Le 18 janvier 1841, le ministre de l’Instruction publique avait déposé un projet visant une extensi (...)
  • 118 Pierre-Joseph Proudhon, Lettre à M. Blanqui sur la propriété, Paris, Librairie Prévot, 1841, p. 117
  • 119 Ibid., p. 120.

55Ce n’est toutefois que dans son deuxième mémoire sur la propriété de 1841, que Proudhon aborde directement – actualité oblige117 – la question de la propriété littéraire. Cela le porte à faire sienne l’idée, exprimée par un juriste de l’époque, M. de Wolowski, qu’il fallait refuser avec force « la propriété perpétuelle et absolue des œuvres de génie au profit des héritiers des auteurs »118. « Son principal argument est que la société a un droit de production collective sur toute création de l’esprit. Or c’est précisément – affirme-t-il – ce principe de force collective que j’ai développé dans mes recherches sur la propriété et le gouvernement ». La propriété littéraire devait alors être considérée comme « une forme particulière du droit de la propriété », donc une « usurpation » qu’il fallait récuser comme les autres, car elle visait à légitimer ce qu’il appelle « les privilèges d’auteurs »119.

  • 120 Ibid., p. 121-124.
  • 121 Ibid., p. 121.
  • 122 Ibid., p. 123. Suite aux attaques formulées contre lui par les fouriéristes dans Défense du fouriér (...)

56Proudhon n’a pas de mots assez durs pour dénoncer, dans le sillage de Louis Blanc, « l’avidité des gens de lettres » ou la « bande de roués, soi-disant gens de lettres, qui depuis plus de dix ans travaillent avec un si déplorable succès à ruiner l’esprit public et à corrompre les cœurs en faussant les intelligences »120. C’est de cette époque que datent ses critiques, qui se poursuivront sous le Second Empire, à l’encontre des défenseurs de la propriété littéraire, à commencer par Alphonse de Lamartine qu’il gratifie au passage de « malheureux poète ». Plutôt que d’élargir la propriété littéraire, d’ailleurs, Proudhon serait plutôt pour la restreindre. Ainsi, il propose de la refuser « à tout auteur chargé de fonctions publiques, de pensions ou de sinécures » qui mettrait en vente des ouvrages portant sur les matières pour lesquelles il a déjà été rémunéré par l’État121. Tout aussi scandaleuse lui paraît la prétention qu’un auteur puisse vendre son tableau en refusant en même temps sa reproduction sous forme de gravures « sous prétexte que lui, peintre, en vendant son original, n’a pas vendu sa pensée »122.

Conclusion : un statut à géométrie variable ?

  • 123 Sur les lignes de clivage existant au sein même des courants socialistes et anarchistes au tournant (...)
  • 124 Pierre-Joseph Proudhon, Les majorat littéraires, Paris – Bruxelles, Librairie internationale A. Lac (...)
  • 125 Ibid., p. 24.
  • 126 Ibid., p. 25.

57Au moment où le champ de la production artistique et littéraire s’autonomise, si les attentes des créateurs peuvent paraître contradictoires, les réponses apportées par les premiers socialistes le sont au moins tout autant. Avec le temps, ces oppositions, au lieu de se résorber, iront en s’accentuant et mettront aux prises d’une manière toujours plus voyante les défenseurs d’une conception purement élitiste de la création artistique aux tenants de « l’art social »123. On ne constate pas moins chez un penseur comme Proudhon une certaine évolution qui, sans jamais remettre en cause le fond de sa pensée, va le conduire à en atténuer ses aspects les plus radicaux. Dans Les majorats littéraires, notamment, tout en réaffirmant son refus de considérer les œuvres de l’esprit comme une propriété au même titre que la terre ou les outils de production124, il ne reconnaît pas moins la nécessité d’accorder aux auteurs un « privilège temporaire » pour la vente de leurs œuvres d’une durée suffisamment étendue de « trente, quarante, soixante ans » afin qu’ils puissent être rémunérés intégralement pour le travail et les dépenses fournis125. Ce à quoi il s’oppose, ce que de « temporaire », ce privilège ne devienne « perpétuel »126.

58Si l’on dresse maintenant une cartographie du statut de l’écrivain à partir des réponses apportées pour chacune de ses composantes économiques et sociales (profession, revenu, prestige) par les figures les plus représentatives du socialisme d’avant 1848, on obtient, sans surprise, une représentation fort hétérogène de l’espace social qui leur est réservé « en utopie ».

59Dans les représentations suivantes, nous avons essayé de rendre compte de ces réponses à partir de quatre indicateurs principaux que nous avons notés de 1 à 3 en fonction de leur importance (voir tableau et graphiques ci-après).

60Sur l’axe des abscisses :

  1. Le degré de liberté accordé aux écrivains dans l’exercice de leur profession. Celui-ci est mesuré par la possibilité qui leur est laissée d’écrire, de publier et de vendre librement leur œuvre. Plus ces activités sont réglementées et moins le degré de liberté est élevé. Il est maximal lorsque la réglementation est nulle.
  2. La reconnaissance du talent et/ou de l’exception. Elle est mesurée : d’une part, par la justification de l’existence d’une hiérarchie des fonctions sociales fondée sur le talent des auteurs ; d’autre part, sur le maintien du métier d’écrivain en tant que fonction sociale comme les autres. La reconnaissance est maximale lorsque la hiérarchie entre fonctions est jugée légitime, voire débouchant sur la mise en place de dispositifs institutionnels ad hoc ; moyenne, lorsque l’écrivain est considéré comme un travailleur soumis aux mêmes dispositions que celles des autres « fonctionnaires » ; faible, lorsqu’on vise la suppression de la séparation entre travail manuel et travail intellectuel. Dans ce cas, on peut parler d’égalitarisme maximal.

61Sur l’axe des ordonnées :

  1. Les récompenses symboliques. Celles-ci dépendent de l’importance sociale que l’État ou la communauté accordent aux écrivains. Les récompenses sont maximales lorsqu’il y a des dispositifs officiels prévus pour distinguer ou primer l’œuvre des auteurs ; moyennes, lorsque les écrivains bénéficient de l’estime de la collectivité ; faibles, lorsque aucune distinction honorifique particulière ne leur est accordée.
  2. Les récompenses matérielles. Elles sont mesurées par l’importance relative des revenus que les écrivains peuvent espérer obtenir en contrepartie de leur production par rapport à ceux des autres travailleurs. Elles sont faibles lorsque le revenu des écrivains dépend exclusivement des besoins socialement reconnus légitimes et non des œuvres ; moyennes, lorsqu’elles dépendent de la quantité du travail fourni ; fortes, lorsqu’elles sont liées au talent.
Le statut de l’écrivain en utopie*
Indicateurs
Récompenses symboliques Talent Récompenses matérielles Liberté Score total
Blanc 3 1,5 1,5 1,5 7,5
Cabet 2 2 1 1 6
Dezamy 1 1 1 3 6
Fourier 3 3 3 3 12
Proudhon 1,5 2 2 3 8,5
Saint-Simon 3 3 3 3 12
* Selon l’importance accordée à chaque indicateur : Faible, 1 ; Moyenne, 2 ; Forte, 3

62Les résultats obtenus montrent clairement que :

  • C’est chez Saint-Simon et Fourier, les deux auteurs les moins égalitaires de notre échantillon, que les attentes de l’élite artiste sont pleinement prises en compte. Ce qui se traduit par une occupation maximale de l’espace social qui lui est réservé. Inversement, c’est chez des auteurs communistes comme Dezamy et Cabet que son statut global est le moins valorisé. Dans la majorité des cas, plus l’égalitarisme est fort et plus le score global obtenu est faible. On peut donc parler de l’existence d’une relation inversement proportionnelle entre égalitarisme et statut global.
  • La liberté laissée à l’écrivain est un facteur lui aussi déterminant. Plus celle-ci est importante et plus le score global obtenu est élevé. Il n’y a, en revanche, aucune corrélation entre la liberté accordée à l’écrivain et la prise en compte de son talent. Les réponses tant du pôle des auteurs « libertaires » que de ceux « autoritaires » font état de très grandes disparités dans les réponses liées à des choix idéologiques profondément divergents et qui tiennent à la place incertaine reconnue au métier d’écrivain en utopie.
  • Sauf une nouvelle fois pour les cas de Saint-Simon et de Fourier, il n’y a pas non plus de corrélation directe entre la prise en compte du talent et l’importance des récompenses tant symboliques que matérielles envisagées. Un égalitarisme fort comme celui de Louis Blanc peut s’accompagner de récompenses symboliques fortes, mais de récompenses matérielles faibles. Or cela est aussi globalement valable pour Cabet qui dissocie la reconnaissance symbolique relativement importante que la société apporte aux écrivains de leur rémunération matérielle qui reste faible. En cela, les premiers socialistes ne font que reprendre à leur compte les mécanismes du « monde économique à l’envers » décrits par Bourdieu, tout en voulant s’en démarquer par leur refus de l’élitisme artiste. Quant à Dezamy et Proudhon, ils se distinguent par leur refus anarchiste de n’accorder aucune sorte de récompenses particulières aux écrivains.

63En définitive, ce n’est que chez Fourier et ses disciples que l’attribution simultanée de récompenses symboliques et matérielles est jugée non seulement possible, mais indispensable à l’épanouissement des arts et des lettres. Cette école est aussi la seule qui reprend véritablement à son compte les aspirations à la fois élitistes et égalitaires des auteurs de l’époque visant à concilier la revendication de la liberté créatrice de l’artiste avec l’égalité sociale des conditions de départ, seul moyen véritable pour permettre aux talents individuels ou aux vocations de s’affirmer et donc de récompenser les individus en fonction de leurs œuvres.

Notes

1 Dans notre étude, nous nous bornons à analyser – à une ou deux exceptions près – exclusivement les positions assumées sur cette question par les principaux représentants de ces courants réformateurs avant 1848.

2 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 76. Sur la formation d’un champ littéraire et artistique autonome, voir aussi Nathalie Heinich, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005, p. 19-27.

3 Ibid., p. 11.

4 Ibid., p. 159.

5 Selon Paul Bénichou, « la révolution romantique » a engendré « l’étonnante promotion de la littérature », tournant qui est interprété comme marquant « l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne ». Le littérateur ayant désormais pour vocation de remplacer le prêtre. « Pour le romantisme, écrit-il, le Poète, chercheur, interprète et guide, est au centre du monde de l’esprit, dont le prêtre ne détient plus qu’une des versions possibles » (Paul Bénichou, Le sacre de l’écrivain. 1750-1830. Essais sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Gallimard, 1966, p. 271). Sensiblement différent est le point de vue d’Alain Viala, pour qui, si c’est « au milieu de XIXe siècle que la littérature s’est imposée comme valeur éminente », c’est dès « l’âge classique » que l’univers littéraire s’est constitué en champ social relativement autonome (Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985, p. 7-11).

6 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 166. Voir sur ce point les remarques de Bénichou pour qui cette utilisation large va de pair avec l’assimilation de l’art à une sorte de religion nouvelle, Le sacre de l’écrivain, op. cit., p. 420-423.

7 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 215.

8 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., p. 78.

9 Ibid., p. 89.

10 Nathalie Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 214.

11 Ibid., p. 274.

12 Ibid., p. 273.

13 Ibid., p. 347-349.

14 Charles Baudelaire cité par Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., p. 101.

15 Ibid., p. 123.

16 Comme pourra le reconnaître Émile Zola au tournant du siècle, c’est bien l’argent qui « a émancipé l’écrivain », qui « a créé les lettres modernes », cité par Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., p. 136. Dans sa Lettre adressée aux écrivains français du XIXe siècle, dès 1834, Balzac se livre à un véritable plaidoyer pour la défense des artistes qu’il estime injustement spoliés de leur droit, notamment par la loi du 13 juillet 1793 qui stipulait que les ouvrages de tous les auteurs morts depuis dix ans étaient déclarés « propriété publique » (Le combat du droit d’auteur. Anthologie historique, suivie d’un entretien avec Alain Berenboom, textes réunis et présentés par Jan Baetens, Paris, Les Impressions Nouvelles, 2001, p. 9). Rappelons que Balzac sera également à l’origine de la fondation de la Société des gens de lettres, en 1838, qu’il dirigera de 1839 à 1840.

17 Sur ces premières générations de socialistes et leur rapport aux arts et aux artistes : Paul Bénichou, Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977 ; Jonathan Beecher, Victor Considerant. Grandeur et décadence du socialisme romantique, Dijon, Les presses du réel, 2012 ; Philippe Reignier, Idées et opinions littéraires des Saint-Simoniens (1825-1835), thèse de troisième cycle, Paris 3, 1984 et « Les Saint-Simoniens, le Prêtre et l’Artiste », Romantisme, 1990, n° 67, p. 31-46. [En ligne] < https://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1990_num_20_67_5649 >.

18 [C-H. de Saint-Simon], Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, s. l., s. n., [1803].

19 Rappelons que Saint-Simon, de même que tous les autres socialistes de l’époque, a tendance à utiliser lui aussi le mot « artiste » d’une manière « plus large » que dans le langage courant en y englobant également le poète et l’écrivain. « Ce mot Artiste ne doit pas s’entendre seulement du peintre, du musicien, du sculpteur, etc., auxquels il semble affecté, mais encore du poète et de l’orateur », [É. Barrault], Aux artistes du passé et de l’avenir des beaux-arts (doctrine de Saint-Simon), Paris, A. Mesnier, 1830, p. 5.

20 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, in Œuvres complètes, 3e éd., Paris, Librairie sociétaire, 1846, t. 1, p. 14.

21 Théodore Dezamy, Code de la communauté, Paris, Prévost et Rouannet, 1842, p. 57-58.

22 [É. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 73.

23 Pierre Leroux, Aux philosophes, aux artistes, aux politiques. Trois discours et autres textes, Paris, Payot & Rivages, 1994, p. 135.

24 Louis Blanc, Organisation du travail, 4e éd., Paris, Cauville frères, 1845, p. 187.

25 Ibid., p. 194.

26 [E. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 78.

27 Pierre Leroux, De l’humanité, de son principe, et de son avenir, Paris, Perrotin, 1840, t. 1, p. 79.

28 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p 26.

29 Ibid., p. 209.

30 Pierre Leroux, De l’humanité, op. cit., t. 1, p. II. Voir aussi : Désiré Laverdant, « De la mission de l’art et du rôle des artistes », La phalange. Revue de la science sociale, 1845, t. 1, p. 259-260.

31 Henri de Saint-Simon, L’organisateur, 2e éd., in Œuvres de Saint-Simon, Paris, E. Dentu, 1869, vol. 4, p. 166.

32 [É. Barrault], Aux artistes, op. cit., p. 76.

33 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, in Œuvres complètes, 2e éd., Paris, Société pour la propagande et la réalisation de la théorie de Fourier, 1841, t. 4, vol. 3, p. 330.

34 Sur la propagande fouriériste par la chanson, voir Gaetano Manfredonia, La chanson anarchiste en France des origines à 1914, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 40-41.

35 D’après Antoine Picon, les efforts déployés par le saint-simonisme « pour attirer à lui les écrivains et les artistes tournent court », Les saint-simoniens. Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, p. 68.

36 Jonathan Beecher, Victor Considerant, op. cit., p. 125-126.

37 Henri de Saint-Simon, L’organisateur, op. cit., vol. 4, p. 42-43.

38 [E. Barrault], Aux artistes…, op. cit., p. 82-83.

39 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 219.

40 Sur les courants communistes et néo-babouvistes : Jacques Grandjonc, Communisme, Kommunismus, communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes : 1785-1842, Paris – [Sainte-Marguerite-sur-Mer (Seine-Maritime)] , Éditions des Malassis – Éditions des Équateurs, 2013 ; Alain Maillard, La communauté des Égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999 ; Jean-Michel Paris, L’humanitaire (1841). Naissance d’une presse anarchiste ?, Paris, L’Harmattan, 2014.

41 Lors de la séance du 20 juillet 1841, le groupe initiateur de L’humanitaire adopte des « Principes fondamentaux » où il est dit à propos des « Beaux-Arts » : « Étant en dehors de la nature et des besoins de l’homme, ne peuvent être acceptés que comme délassement » (cité par Jacques Grandjonc, Communisme, Kommunismus, communism, op. cit., p. 529). Ces affirmations, qui pouvaient laisser penser que les communistes étaient contre le développement des arts, entraîna une mise au point dès le premier numéro de cette publication. Cf. l’article « Sylvain Maréchal », L’humanitaire, juillet 1841, n° 1, p. 5-6.

42 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, Paris, Bureau du Populaire, 1846, p. 572.

43 Ibid., p. 47.

44 Ibid., p. 126-127.

45 Ibid., p. 590.

46 Ibid., p. 269.

47 Ibid., p. 126.

48 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 225.

49 Ibid., p. 208-209.

50 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 80, 82-84 et p. 127 ; Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 39 et p. 188.

51 Mathieu Briancourt, Visite au phalanstère, Paris, Librairie phalanstérienne, 1848, p. 120 et Victor Considerant, Destinée sociale, Paris, Bureau de La Phalange, 1834, t. 1, p. 503.

52 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., 1842, t. 2, vol. 1, p. 22.

53 Charles Fourier, La fausse industrie, in Œuvres complètes, Paris, Bossange, 1835, t. 8, vol. 1, p. 179.

54 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, in Œuvres complètes, 2e éd., Paris, À la librairie sociétaire, 1845, t. 6, p. 116.

55 Charles Fourier, La fausse industrie, in Œuvres complètes, Paris, Bossange, 1836, t. 9, vol. 2, p. 259.

56 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 68.

57 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., 1841, t. 5, vol. 4, p. 275-277.

58 Charles Fourier, La fausse industrie, op. cit., t. 8, vol. 1, p. 212.

59 Étienne Cabet, Voyage en Icarie, op. cit., p. 47.

60 « […] Toutes les chansons d’Icarie étaient jolies, parce que personne ne pouvait faire imprimer un ouvrage quelconque, même une chanson, sans la permission de la République », ibid., p 24.

61 Ibid., p. 125.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 197.

64 Ibid., p. 126.

65 « Il n’est certainement pas d’ouvrier qui ne soit capable d’envoyer aux commissions et aux journaux des notes bien rédigées contenant des observations utiles, et il en est probablement une foule qui, après leurs travaux obligatoires de l’atelier, compose de bons ouvrages en tous genres dont les meilleurs peuvent être adoptés et imprimés par la République », ibid., p. 126.

66 Ibid., p. 127.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Louis Blanc, Organisation du travail, op. cit., p. 190.

70 Blanc précise qu’il y aurait « au budget un fonds spécialement destiné à rétribuer, sous forme de récompense nationale, ceux des auteurs susdits qui, dans toutes les sphères de la pensée, auraient le mieux mérité de la patrie », ibid., p. 227.

71 Ibid., p. 230.

72 Précisons que pour Blanc, contrairement au système de Cabet, les écrivains qui voudraient continuer à imprimer et vendre directement leur œuvre pourraient continuer à le faire « tout comme cela se passe aujourd'hui » (ibid., p. 232). Ces derniers, toutefois, seraient fortement désavantagés par rapport aux auteurs édités par la librairie sociale.

73 Ibid., p. 203.

74 Ibid., p. 188.

75 Ibid., p. 190.

76 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 45.

77 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 14.

78 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 2.

79 Ibid., p. 158.

80 « Pourquoi ne verra-t-on dans l’ordre futur, ni femmes, ni littérateurs se prostituer ? C’est que l’une et l’autre classe aura, dans des carrières honorables, tant de chances de fortune que la vénalité sera dédaignée si elle peut rendre mille écus de rente, et que la voie honorable en rende 3 mille, donne fortune et plaisirs, chacun optera pour l’honneur », Charles Fourier, La fausse industrie, op. cit., t. 8, vol. 1, p. 362-363.

81 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 155-156.

82 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, op. cit., t. 6, p. 471.

83 Ibid., p. 471.

84 Charles Fourier, La fausse industrie, op. cit., t. 9, vol. 2, p. 797.

85 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., t. 2, vol. 1, p. 22.

86 Ibid., p. 23.

87 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, op. cit., t. 1, p. 153.

88 Ibid., p. 153-154.

89 « […] L’opinion publique doit être le seul juge légitime des questions de rang et de chiffres », [Claude-Marie dit Henri Dameth], Défense du fouriérisme, réponse à Proudhon, Lamennais, Reybaud, Louis Blanc, etc., Paris, s. n., 1841, p. 48.

90 « La propriété littéraire dans le système de Fourier est remplacée par une récompense nationale, au moyen de laquelle le livre devient propriété de tous », ibid., p. 49-50.

91 Louis Blanc, Le socialisme. Droit au travail, 3e éd., Paris, Bureaux du Nouveau Monde, 1849, p. 9.

92 « L’éducation est pour l’homme une seconde mère […], l’homme […] ne reçoit de la nature que des germes ; c’est à l’éducation à les développer », Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, op. cit., t. 5, vol. 4, p. 274.

93 Si chacun contribue à la vie collective en fonction de son capital, de son travail et de son talent, la répartition des richesses créées se fait selon le principe de cinq douzièmes au travail, quatre au talent et trois au capital.

94 [Claude-Marie dit Henri Dameth], op. cit., p. 41.

95 Ibid., p. 49.

96 Sur la perception du travail d’écrivain comme un métier à part entière, voir Gisèle Sapiro et Boris Gobille, « Propriétaires ou travailleurs intellectuels ? Les écrivains français en quête d’un statut », Le mouvement social, janvier-mars 2006, n° 214, p. 113-139.

97 Théodore Dezamy, Code de la communauté, op. cit., p. 215.

98 « Art. 6. Toutes les œuvres qui ont pour but l’utilité publique sont des fonctions sociales. – La communauté les déclare toutes également honorables », ibid., p. 264.

99 Ibid., p. 151-152.

100 Ibid., p. 209-210.

101 Ibid., p. 152.

102 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, Paris – Bruxelles, Librairie internationale A. Lacroix – Verboeckoven et Cie, 1867 [1840], p. 186-187.

103 Ibid., p. 105.

104 Ibid., p. 112.

105 Ibid., p. 114.

106 Ibid., p. 116.

107 Ibid., p. 111.

108 Ibid.

109 « […] La propriété fait du poète un Crésus ou un mendiant ; l’égalité seule sait l’honorer et l’applaudir », ibid., p. 108.

110 Élisabeth-Rachel Félix, dite Rachel ou Mlle Rachel, est une actrice née le 21 février 1821 à Mumpf (Suisse) et morte le 3 janvier 1858 au Cannet (France). [En ligne] < https://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Félix >.

111 Gilbert-Louis Duprez est un ténor français, né le 6 décembre 1806 à Paris où il est mort le 23 septembre 1896. [En ligne] < https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Duprez >.

112 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, op. cit., p. 116.

113 Ibid., p. 108.

114 Pierre Leroux, en tant qu’ex-saint-simonien, veut rémunérer chaque individu selon « sa capacité ». Dans les « Aphorismes », rédigés par deux de ses principaux compagnons à la communauté de Boussac, il est toutefois bien précisé que « la capacité se rétribue par la Fonction » et non pas par des inégalités de revenu : « De la rétribution des fonctionnaires. 149. La formule de rétribution est triple et une : À chacun suivant sa capacité. À chacun suivant son travail. À chacun suivant ses besoins. 150. La Capacité se rétribue par la Fonction, et impose la Fonction. 151. Le Travail accompli se rétribue par le Loisir. 152. Le Besoin est satisfait par des Produis, soit naturels ou industriels, soit artistiques, soit scientifiques », Doctrine de l’humanité. Aphorismes, Boussac, Imprimerie Pierre Leroux, 1848, p. 32.

115 Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, op. cit., p. 115-116.

116 Ibid., p. 118.

117 Le 18 janvier 1841, le ministre de l’Instruction publique avait déposé un projet visant une extension de la loi sur la propriété littéraire à cinquante ans après le décès de l’auteur. En définitive, une loi sera adoptée le 23 mars qui limitait ce délai à trente ans : Le combat du droit d’auteur…, op. cit., p. 10.

118 Pierre-Joseph Proudhon, Lettre à M. Blanqui sur la propriété, Paris, Librairie Prévot, 1841, p. 117.

119 Ibid., p. 120.

120 Ibid., p. 121-124.

121 Ibid., p. 121.

122 Ibid., p. 123. Suite aux attaques formulées contre lui par les fouriéristes dans Défense du fouriérisme (op. cit.), Proudhon va rédiger un troisième mémoire sur la propriété destiné tout spécialement à réfuter la justification des inégalités de revenu au nom du talent prônées par cette école, Avertissement aux propriétaires ou Lettre à Victor Considerant, Paris – Bruxelles, Librairie internationale A. Lacroix – Verboeckhoven et Cie, 1868 [1842].

123 Sur les lignes de clivage existant au sein même des courants socialistes et anarchistes au tournant du siècle : Gaetano Manfredonia, « Du symbolisme à l’art social : le cas Bernard Lazare », in Philippe Oriol, Bernard Lazare, anarchiste et nationaliste juif, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 103-126.

124 Pierre-Joseph Proudhon, Les majorat littéraires, Paris – Bruxelles, Librairie internationale A. Lacroix – Verboeckhoven et Cie, 1868 [1862], p. 95.

125 Ibid., p. 24.

126 Ibid., p. 25.

Auteur

Conservateur territorial des bibliothèques, directeur de la Bibliothèque départementale de la Corrèze (Tulle)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search