Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 1. Livres

Chapitre 4. « Le fouilleur infatigable » : Écrits, livres, collections et bibliothèques chez le socialiste owéniste Jules Gay

Thomas Bouchet

Texte intégral

  • 1 Sur Jules Gay : notice dans Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement soc (...)
  • 2 Sur l’owénisme en France : Henri Desroche, « Owénisme et utopies françaises », Communautés. Archive (...)
  • 3 Sur le courant communiste néo-babouviste dans lequel s’inscrit Jules Gay : Alain Maillard, La commu (...)

1Jules Gay occupe dans l’histoire des socialismes du XIXe siècle une place discrète1. Il mérite pourtant l’attention, au même titre que le mouvement dans lequel il s’inscrit – un owénisme à la française dont il est avec Joseph Rey et quelques autres l’un des représentants2. Né à Paris au début de l’Empire (2 août 1807), mort à Bruxelles dans les derniers jours de l’année 1887, il défend à partir du début des années 1830 des positions socialistes qui puisent à plusieurs sources : la pensée de Robert Owen avant tout, mais aussi celles de Charles Fourier, des saint-simoniens, de communistes de diverses sensibilités3. Politiquement actif pendant près d’un demi-siècle, en relation avec un bon nombre d’interlocuteurs socialistes ou non, il mène son existence non seulement en France, mais aussi en Grande-Bretagne où il se rend à plusieurs reprises, et encore dans diverses terres d’exil – la Belgique, la Suisse, l’Italie.

  • 4 Analectes du bibliophile. Recueil trimestriel contenant : 1° Diverses pièces curieuses anciennes et (...)

2« Fouilleur infatigable »4 : c’est à la figure du bibliophile qu’il applique ces deux qualificatifs. Ils lui vont à merveille. Insatiable bibliophile lui-même, il fait preuve sa vie durant d’un grand appétit pour le monde de l’imprimé qu’il fréquente de mille façons. Il lit, il écrit (Le communiste en 1849, Le socialisme rationnel et le socialiste autoritaire en 1868, etc.), il préface, il traduit, il édite et il diffuse, il défend la liberté des auteurs et des lecteurs. Quant aux nombreuses bibliothèques qu’il édifie au cours de son existence, elles s’avèrent – on le verra – rêvées plutôt que tangibles. Elles reflètent l’enracinement de son socialisme dans l’écrit, mais aussi son attachement à une pensée en mouvement.

  • 5 Sur Jean-Dominique : Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (dir.), Les Français en Russie au siècle des (...)
  • 6 Sur Désirée Gay-Véret et sur ses écrits : Jonathan Beecher, « Gay, Désirée, Jeanne (née Véret) », i (...)
  • 7 Sur Jean Gay, en particulier sous l’angle de ses activités d’éditeur : René Fayt, « Une entreprise (...)
  • 8 Sur les liens étroits entre les socialismes français et les mondes de l’écrit au XIXe siècle : à dé (...)

3Près de lui s’activent au fil de son existence d’autres fouilleurs infatigables. Jean-Dominique, son père mort en 1820, a été libraire en France et dans plusieurs autres pays d’Europe5. Désirée, qui a fondé le journal La femme libre en 1832 et qu’il épouse quelques années plus tard, lit beaucoup, écrit beaucoup, participe à ses activités d’éditeur, baigne comme lui dans le monde des livres6. Jean, leur fils, est entre les années 1860 et le milieu des années 1870 l’associé de son père dans la maison Jules Gay et fils7. Au-delà de la sphère familiale, la plupart de ses interlocuteurs socialistes sont eux aussi de fervents adeptes de l’écrit8.

  • 9 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2012, op. cit., p. 199.

4Se pencher sur la relation que Jules Gay noue avec les journaux, les livres, les collections et les bibliothèques, c’est explorer les diverses facettes parfois inattendues d’un rapport à l’écrit précocement fixé. L’élève du lycée Charlemagne et le vieillard mort dit-on « le nez dans les fiches »9 sont solidaires dans la cohérence d’un parcours où se mêlent entre autres les livres et le socialisme.

Un socialiste dans le texte : lire et écrire

  • 10 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 9.
  • 11 Jacques Gans, « Robert Owen à Paris en 1837 », Le mouvement social, octobre-décembre 1962, nº 41, p (...)
  • 12 Lettre de Jules Gay à Robert Owen, 10 août 1846 : « Je vous prie d’être assuré que je n’ai pas cess (...)

5Jules Gay entre tôt dans le monde de l’écrit : au sortir d’assez solides études, il approfondit son savoir en suivant divers cours à Paris10. C’est en lisant Lettres sur le système d’Owen, publiées par Joseph Rey en 1828, qu’il entre en contact au début de la monarchie de Juillet avec la pensée du socialiste britannique11. Cette découverte est pour lui décisive et oriente ses lectures tout au long de ses longues années d’engagement12.

  • 13 Le communiste, mars 1849, nº 1, p. 2.

6Au-delà, il ne cesse de rappeler l’importance des livres dans son parcours personnel, mais aussi dans l’histoire humaine en général. Lorsqu’il fait la liste des grandes découvertes qui ont marqué l’histoire, il cite non seulement la boussole et les mondes nouveaux (l’Amérique, les Indes et l’Océanie), mais aussi « l’imprimerie » et « la gravure »13.

7Grande est sa dette à l’égard des livres. C’est ce qu’il laisse entendre sur un ton proche de la confidence dans un texte qu’il consacre aux questions du mariage et de la famille en 1843, et où affleure la référence à La comédie humaine de Balzac :

  • 14 Almanach de la communauté, 1843. Par divers écrivains communistes, Paris, Dezamy, Prévot, Rouanet, (...)

Ce qui nous émeut au-dessus de tout, parce que c’est l’histoire de nous tous, ce sont les amours de n’importe qui, ce sont les pièces de théâtre, les romans, les mémoires secrets, ce sont les scènes de la vie privée. Alors nous éprouvons tout ce qu’éprouvent les acteurs.14

  • 15 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, Genève – Londres – Amsterdam, Jule (...)
  • 16 « J’avais lu Voltaire avec assez de fruit pour n’avoir pas conservé de préjugés religieux » (ibid., (...)

8Vingt-cinq ans plus tard, en 1868, la confession émue laisse place dans Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire à l’accumulation des références. C’est dans ce livre que Jules Gay, alors en exil à Genève, couche sur le papier la synthèse de ses idées politiques et sociales. Son texte permet de se figurer une partie – sans doute réduite – des lectures qui l’ont nourri. Ce qu’il sait sur le saint-simonisme, confirme-t-il, repose sur la lecture attentive de « la plupart de leurs publications » ; il a « assez étudié Fourier pour savoir ce que valaient ses prétentions familiales »15. Il s’est imprégné de la philosophie du XVIIIe siècle, notamment par la fréquentation de l’œuvre de Voltaire : il cite avec un plaisir évident son Dictionnaire philosophique et d’autres écrits de lui dans son avant-propos et à de très nombreuses reprises au cours du livre16. Il ajoute Rousseau et Mably. Il s’appuie aussi sur les Pères de l’Église et sur le duc de Saint-Simon, sur le Roman de la rose et sur Descartes, sur Maistre, Pelletan, Quinet et Thiers, sur de nombreux articles de journaux.

  • 17 Jules Gay, Ce qu’on appelle propriété littéraire est nuisible aux auteurs, aux éditeurs et au publi (...)
  • 18 L’infortune des filles de ioye, suivie de : la Maigre, par Adrien de Montluc, comte de Cramail, pré (...)

9Ce grand lecteur écrit beaucoup. Si son œuvre n’est pas aussi abondante que celle de nombre de ses contemporains socialistes, il lui est naturel de prendre la plume pour exposer ses idées. Outre Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, il est l’auteur d’un nombre important de brochures, préfaces, introductions, commentaires, catalogues de publications, notices ou notes. Leur diversité est frappante : il signe par exemple Ce qu’on appelle propriété littéraire est nuisible aux auteurs, aux éditeurs et au public en 186217 et, l’année suivante, un avant-propos pour L’infortune des filles de ioye, suivie de : la Maigre, par Adrien de Montluc, comte de Cramail18. Quant au journal Le communiste, dont un seul numéro paraît au mois de mars 1849, il consiste en quatre pages de quatre colonnes chacune, imprimées en très petits caractères, dont la taille équivaut à celle d’un livre de plusieurs dizaines de pages. Jules Gay en est selon toutes les apparences le seul rédacteur – mais il est fort possible que Désirée ait directement participé au projet.

  • 19 Au total, trois lettres à Owen sont conservées à Manchester (National Co-operative Archive, Owen Co (...)
  • 20 Voir en particulier la lettre de Jules Gay du 2 septembre 1833 dans The Crisis, 25 janvier 1834 (Ga (...)
  • 21 Une série de textes adressés par Jules Gay au New Moral World est publiée à partir du 28 novembre 1 (...)

10Écrire, dans la vie de Jules Gay, c’est aussi consacrer beaucoup de temps à la correspondance. Sa faible notoriété et l’absence d’un fonds d’archives où seraient rassemblées des lettres de lui ne facilitent pas le repérage des courriers qu’il a envoyés ; il en reste par exemple – mais combien ont définitivement disparu et combien réapparaîtront un jour ? – des lettres ou traces de lettres à Owen, à Bakounine, à Gabriel Charavay (militant et collectionneur d’écrits politiques), à de nombreux interlocuteurs plus ou moins connus19. C’est également sous la forme de lettres qu’il envoie des contributions aux journaux depuis le début des années 1830 – il fait ses premières armes dans les publications owénistes britanniques The Crisis20 et The New Moral World21.

  • 22 The New Moral World fait connaître le projet de Gay le 20 avril 1839.
  • 23 Lettre de Jules Gay à Paul Eudel, Genève, 24 avril 1867. Citée dans René Fayt, « Une entreprise fam (...)
  • 24 Cité dans René Fayt, ibid., p. 163.

11Il serait dommage de passer sous silence, enfin, beaucoup de textes fantômes que Jules Gay aurait aimé écrire sans parvenir à ses fins : en 1839, un journal owéniste qui aurait eu pour titre Community. Or Monthly Bulletin of Social Science22 ; en 1849, d’autres numéros du Communiste ; en 1867, un livre sur Owen ainsi que d’autres « publications scientifiques, philosophiques et même socialistes »23 ; en 1870, un « Annuaire social 1870 – 1re année », qui serait « sous presse » et « à paraître prochainement »24.

La fabrique des livres

  • 25 « Jules Gay », in Le Maitron, op. cit.

12Jules Gay exerce des activités en relation avec le monde de l’édition pendant plusieurs dizaines d’années au total. Au milieu du siècle il est employé par divers éditeurs, ce qui lui permet de connaître cette activité de l’intérieur. C’est Hachette « à l’extrême fin des années 1840, puis la librairie Théodore Barrois (librairie cosmopolite et de linguistique) en 1850, puis de nouveau Hachette jusqu’en 1854. […] enfin, il rejoint la librairie Didier »25.

  • 26 C’est ce dont témoignent les 75 pages que compte la publication A Bibliography of the Publications (...)

13Il fonde également des maisons d’édition. C’est le cas rue de Buci, à Paris, après l’échec de sa tentative de reprise de la librairie Théodore Barrois ; mais l’expérience tourne court. Ensuite et surtout, il crée avec son fils au début des années 1860 les éditions Jules Gay et fils qui vivent jusqu’au milieu des années 1870. Jean poursuit ensuite l’aventure sans son père. Les éditions Jules Gay et fils sortent des presses plus de quatre cents titres26. Ces publications, très appréciées par les bibliophiles d’aujourd’hui, couvrent de très nombreux domaines : la littérature érotique, voire pornographique, y est par exemple bien représentée. Beaucoup de textes anciens devenus rares et introuvables voisinent avec des titres contemporains. C’est chez Jules Gay et fils que sont publiés en 1868 Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire (avec une deuxième édition en 1869) ainsi qu’Éducation rationnelle de la première enfance, œuvre de sa femme Désirée Gay.

14L’éditeur Jules Gay s’inscrit dans le sillage de son père Jean-Dominique dont la carrière dans l’édition, mais aussi dans l’imprimerie et le commerce de papier l’a mené à travers l’Europe dans la dernière partie du XVIIIe siècle. Jean-Dominique, d’abord en association avec d’autres puis seul, a exercé à Strasbourg, à Vienne, à Paris (1783-1790), à Saint-Pétersbourg (1787-1800), à Moscou. Il s’est installé en France au début du XIXe siècle, toujours dans le commerce de la librairie, mais ses affaires sont devenues moins florissantes. Quand il meurt en 1820, son fils n’a que 12 ans.

  • 27 Lettre de Jules Gay à Michel Bakounine, 27 janvier 1869. Institut international d’histoire sociale (...)
  • 28 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 20-21.
  • 29 Alain Maillard, La communauté des Égaux, op. cit., p. 196.
  • 30 Note de l’éditeur : on emploie de nos jours l’expression « papier vélin ».
  • 31 Cité dans Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (dir.), Les Français en Russie au siècle des Lumières, (...)

15Jules enjolive sans doute la carrière de son père lorsqu’il écrit à Bakounine qu’il « était à Pétersbourg libraire de la cour impériale sous Alexandre Ier »27 ; le fait est que Jean-Dominique a quitté la capitale de l’Empire russe avant la mort du tsar Paul Ier. En tout état de cause, le père et le fils ont en commun un engagement politique affirmé. Jean-Dominique, imprimeur-libraire de l’armée du Rhin, a vendu en Europe des publications révolutionnaires françaises. Tous deux ont également le goût des beaux ouvrages. À propos du catalogue de la maison Jules Gay et fils au début des années 1860, il est à relever que ces « textes souvent accompagnés d’introductions, de notes bibliographiques, de commentaires érudits » se caractérisent par « la typographie claire et soignée, les papiers de qualité, le choix des bandeaux, des lettrines et des culs-de-lampe » ; ainsi, « tout concourt à faire de ces petits volumes de véritables bijoux bibliophiliques de haute tenue scientifique »28. Il se peut que Jules ait été brièvement dessinateur pour des architectes dans ses jeunes années29. Il s’inscrit en tout cas dans la continuité des activités qu’exerçait au tournant du XVIIIe siècle et du XIXe siècle son père Jean-Dominique, grand amoureux des beaux livres, extrêmement attentif déjà à la qualité de ce qu’il mettait en vente. Voici une description des produits que Jean-Dominique acheminait dans sa librairie de Saint-Pétersbourg au cours des années 1790 : de « jolis almanachs de chansons illustrés de figures coloriées », des « livres avec figures, reliés en maroquin avec dentelles, filets et tranches d’or », mais aussi « du papier et des plumes taillées pour dessiner, des encres de couleurs, toutes sortes de lunettes ainsi que de l’huile de baleine », ou encore du « papier vellinagé30 avec vignettes »31.

Reproduction autorisée

  • 32 Robert Owen, Propositions fondamentales du système social de la communauté des biens, fondé sur les (...)
  • 33 Richard Payne Knight, Le culte de Priape et ses rapports avec la théologie mystique des Anciens […] (...)

16Comme auteur et comme éditeur, Jules Gay a pour objectif affiché de diffuser des écrits des autres et les siens. Il pratique avec zèle la propagande par le livre. En 1837, il met ses connaissances en langue anglaise au service de Robert Owen en publiant en français, avec une préface de l’owéniste Eugène Radiguel, Propositions fondamentales du système social de la communauté des biens, fondé sur les lois de la nature humaine32. La traduction qu’il livre est globalement fidèle à l’original, même s’il prend çà et là des libertés : il remanie le plan général du texte et il lui arrive de formuler à sa manière, en fonction de ses idées, certaines expressions d’Owen. Dans un contexte différent, mais dans une perspective tout à fait comparable, Gay publie en 1866 la traduction en français, élaborée par sa femme Désirée, d’un ouvrage érudit de Richard Payne Knight intitulé An Account of the Remains of the Worship of Priapus (1786)33.

  • 34 Une exception de taille : Bibliographie des ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes, au mariage : c (...)
  • 35 Dans Le journal de Genève du 24 juin 1868, par exemple, il ne s’agit que d’une annonce de parution.
  • 36 Annonce dans Le journal de Genève, 17 février 1869.

17Ces traductions ne rencontrent pas leur public. Il en est de même pour la plupart des textes que Jules Gay signe, mis à part sa Bibliographie des ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes, au mariage34. Tiré à 350 exemplaires à Genève, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire donne lieu en 1868 à très peu de réactions dans la presse35. Une deuxième édition « revue et augmentée d’une nouvelle préface » est publiée l’année suivante à un prix beaucoup plus modique que la première : un franc contre six francs (et même douze francs sur papier de Chine ou papier de Hollande) ; en outre, Jules Gay se présente dans la deuxième édition comme nouveau « membre de l’Institut national genevois – section des sciences morales et politiques »36. Il ne rencontre pas pour autant le succès.

  • 37 Titre exact : Douze lettres d’un communiste à un réformiste. Septième lettre. La femme – Ses qualit (...)
  • 38 Voir Alain Maillard, « Égalité et communauté. La presse communiste. L’Intelligence, Le Moniteur rép (...)
  • 39 Le communiste, op. cit., p. 4.

18L’effort de diffusion passe aussi par la mise en circulation de très nombreux écrits. Il a fait parvenir à ses amis anglais, rapporte The New Moral World du 11 septembre 1841, un ensemble de titres destinés à « disséminer des informations » sur les avancées du communisme en France. La liste est reproduite dans le journal et elle donne une idée assez claire de ce que publient les communistes français à l’orée des années 1840. Les écrits d’Étienne Cabet et des siens sont bien représentés avec « Une lettre sur la femme »37, le Credo communiste et quatre numéros du Populaire ; la liste mentionne aussi des numéros du Déjeuner de Pierre par Richard Lahautière, de L’humanitaire, du Communautaire, de La fraternité38. La volonté de Jules Gay ne fléchit pas ensuite : il annonce dans Le communiste que le numéro suivant contiendra « des revues littéraire, scientifique, industrielle »39.

  • 40 Jules Gay, Ce qu’on appelle propriété littéraire est nuisible aux auteurs, op. cit.

19Son activisme se fixe au début des années 1860 sur une question cruciale : il part au combat contre le système des droits d’auteur. En 1862, tandis que la question d’une loi sur la propriété littéraire est en débat, il consacre à ce sujet une brochure vendue soixante centimes, et qui porte comme avertissement en page de titre : « Reproduction autorisée »40.

20Gay dénonce dans ce texte les « monopoles littéraires », les droits exorbitants qu’une caste privilégiée – les auteurs et certains éditeurs – obtient grâce aux droits d’auteur. Une loi qui irait dans leur sens « exproprierait le public et les éditeurs du restant des droits qu’ils avaient conservés jusqu’aujourd’hui ». Pour ce qui concerne l’accès aux livres, Gay est d’avis que la victoire du principe de propriété-monopole aurait comme conséquence fatale qu’« il faudrait fermer les bibliothèques publiques ou particulières, car elles ne seraient plus que des moyens d’enfreindre la loi ». Toutes les œuvres s’inspirent, explique-t-il, d’œuvres plus anciennes, et toutes les traductions s’adossent sur d’autres traductions ; dans ces conditions, toutes seraient automatiquement passibles de poursuites. Se positionnant comme éditeur, mais aussi comme « partie intégrante du public », Gay se dit partisan d’une entière liberté d’usage. Il veut « qu’un auteur n’ait pas plus de droit sur ses livres qu’un restaurateur sur un poulet qu’il a vendu ».

21Pour ce défenseur acharné des libertés, la reproduction tous azimuts d’un livre permet en vérité d’augmenter sa notoriété et de nourrir les échanges d’idées et de savoirs, c’est-à-dire de favoriser les progrès de l’esprit humain. Le contrôle réclamé par l’auteur ou l’éditeur est d’autant plus scandaleux qu’une œuvre est avant tout, dans la perspective communiste qu’adopte Gay, le fruit de la société dans laquelle elle est produite. En bref, il faut absolument s’éloigner de « la voie fausse dans laquelle on s’engage de plus en plus en restreignant la liberté d’écrire et de faire nombre de publications qui seraient agréables et utiles au public, fructueuses pour les libraires, les éditeurs littéraires et les auteurs ».

  • 41 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, op. cit., note, p. 116-119.
  • 42 Analectes du bibliophile, op. cit.

22Jules Gay reprend le combat dans les années suivantes. L’essentiel de son argumentaire réapparaît par exemple en 1868 dans Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire41, puis en 1876 dans la préface d’Analectes du bibliophile42.

« La vie d’un livre est d’être lu » : Jules Gay bibliophile

  • 43 Ibid.

23La passion de Jules Gay pour l’édition érudite, qui mobilise une partie de son temps à partir des années 1860, est une importante facette de la relation intime qu’il entretient avec les livres. Il s’explique sur cette question à diverses reprises. Dans Analectes du bibliophile, il rappelle combien les livres sont précieux, combien il importe de les aider à défier les siècles43. Il est l’ennemi des « enfers » des bibliothèques. « La vie d’un livre, écrit-il, est d’être lu » et non d’être voué à l’oubli. C’est à ce titre que le bibliophile est indispensable. « Le fouilleur infatigable, l’examinateur attentif et le sagace appréciateur des livres vieux ou nouveaux » cherche, retrouve, préserve, fait connaître dans les meilleures conditions possibles. Sa démarche n’est certes pas celle du « riche amateur » qui possède « toute une bibliothèque de livres magnifiquement reliés, des livres dont un seul quelquefois lui a coûté plus de 50 000 francs » ; il préfère choisir et élire des textes qui comptent. Son œuvre est d’utilité publique puisqu’il combat pour la vérité :

Quand on se fâche contre les paroles, contre les livres des autres, c’est signe que l’on a tort, quand on fait disparaître ces paroles en détruisant ces livres jusqu’au dernier, on fait disparaître la vérité.

  • 44 Chefs précis d’inculpation : Gay est accusé « d’avoir, à Paris, en 1864, faisant le commerce de la (...)
  • 45 Ibid.

24La diffusion de toutes sortes de livres – pour les faire connaître, mais aussi pour en vivre – lui vaut des ennuis sous le Second Empire. Connu pour ses engagements socialistes, il fait l’objet d’une surveillance suivie. En 1863, puis en 1865, il se retrouve exposé aux rigueurs de la justice. Il est convoqué le 12 mai 1865 avec d’autres inculpés devant la sixième chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs », et pour « dessins non autorisés »44. Pour sa défense il déclare « que les ouvrages qu’il a imprimés et vendus sont intéressants à conserver et connaître au point de vue de la philosophie, des mœurs et de l’histoire »45. Sa ligne de défense exprime mezzo voce un engagement politique en faveur de la diffusion d’œuvres qui remettent en cause d’une manière ou d’une autre tout contrôle autoritaire sur la pensée. Il est condamné à quatre mois de prison et cinq cents francs d’amende. Les livres, les dessins et les objets en sa possession sont confisqués puis détruits. Le tribunal n’a pas statué sur l’intérêt du travail bibliophilique ; il s’est concentré sur la question « de la morale publique et des bonnes mœurs, auxquelles il ne peut être porté atteinte sous aucun prétexte ». En ces temps de censure – quelques années plus tôt, Flaubert et Baudelaire en ont déjà fait les frais avec Madame Bovary et Les fleurs du mal –, il est risqué de signer ou de publier des textes politiquement ou moralement subversifs. Dans ces conditions, Gay se résigne à un exil durable dans des pays frontaliers. C’est en Belgique qu’il meurt en 1887.

La bibliothèque impossible

  • 46 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 23.
  • 47 Il évoque l’un de ses principaux séjours outre-Manche (1835) dans Le socialisme rationnel et le soc (...)
  • 48 « Pour Barrois, Gay fit trois voyages en Angleterre » (« Gay, Jules », in Le Maitron, op. cit.).
  • 49 « J’ai d’abord à vous faire mes excuses d’avoir été aussi longtemps sans répondre à vos trois oblig (...)

25« Atteint de nomadisme aigu, Jules Gay est sans doute l’éditeur le plus itinérant que l’on ait vu »46. Cette itinérance est observable à toutes les étapes de son existence. Il se rend en Angleterre à plusieurs reprises sous la monarchie de Juillet47, puis dans les années 185048 et les années 186049. Il déménage souvent – on lui connaît de nombreuses adresses en France et ailleurs. Dès lors, comment pourrait-il envisager pour des livres un espace de rangement stabilisé qu’il serait possible d’agrandir au fil des ans par l’apport de volumes nouveaux ?

  • 50 Saisie de janvier 1865, d’après La gazette des tribunaux du 3 juin 1865 : 83 volumes en magasin « e (...)
  • 51 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 21 – la remarque concerne les années 1 (...)

26Les bibliothèques de Jules Gay sont éphémères. Il s’agit par exemple des fonds stockés dans ses magasins de librairie successifs, voire ce « sac de nuit » empli de livres qui lui est confisqué en 186550. Les ouvrages qui s’y trouvent sont assez souvent de petit format (15,6 x 9,2 centimètres en particulier51) : conçus pour passer inaperçus et pour circuler sous le manteau, ils n’ont pas vocation à rester immobiles dans les rayons. En d’autres termes, le catalogue en constante évolution des éditions Jules Gay et fils s’apparente à une petite bibliothèque qui supplée aux défaillances des bibliothèques officielles et relaie les trouvailles de ses proches.

  • 52 Un chaînon manquant à l’histoire de l’édition en Belgique. Les éditeurs marginaux à Bruxelles entre (...)

Le diligent Jules Gay tente de satisfaire son goût pour les textes anciens, rares ou curieux en entreprenant de rééditer ces petites brochures, libelles, mazarinades, poésies légères et autres pamphlets choisis dans les collections de la Bibliothèque Impériale ou fournis par ses amis érudits.52

  • 53 Bibliographie des principaux ouvrages relatifs à l’amour, op. cit., p. 79.

27Pour imaginer la composition d’une bibliothèque qui serait conforme aux préférences de Jules Gay, il est possible de s’appuyer sur les conseils qu’il prodigue via ses écrits. C’est le cas dans Bibliographie des gens du monde (1857) et surtout dans Bibliographie des principaux ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes, au mariage… (1861). Parmi les livres qu’il mentionne au fil des pages de cet ouvrage, beaucoup donnent lieu à des commentaires de sa part. Selon lui, par exemple, « La Nouvelle Héloïse est demeurée un livre qui ne saurait être omis dans une bibliothèque un peu complète » même si, contrairement par exemple au Manon Lescaut de l’abbé Prévost, elle ne peut être considérée selon lui comme un véritable chef-d’œuvre53. Par ailleurs, il condamne Sade et il prédit l’oubli pour De l’esprit des lois et Lettres persanes de Montesquieu. Bibliographie des principaux ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes, au mariage est d’autant plus précieux pour qui voudrait se constituer une bibliothèque que Gay mentionne les diverses éditions des ouvrages, les traductions qui en ont été faites, et même les prix de vente.

  • 54 Jonathan Green, Nicholas J. Karolides, Encyclopedia of Censorship, New York, Facts on File, 2005, « (...)
  • 55 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2012, op. cit., p. 168-172.

28Au début des années 1870, enfin, Gay fonde avec son fils la Société des bibliophiles cosmopolites. Ils en sont les deux seuls membres54. Cette structure leur sert de point d’appui pour lancer la collection « la Bibliothèque libre ». Le projet consiste une fois de plus à « sauver d’un oubli immérité et d’une destruction toujours imminente les plus hardis monuments de la liberté de l’esprit » – souvent des textes érotiques ou pornographiques. Cette bibliothèque ne vit que trois ans, entre 1871 et 187455.

Bibliothèques de l’avenir

  • 56 Sur les projets de Fourier : Nathalie Brémand et Florent Perrier (dir.), Le phalanstère représenté, (...)

29Avec une remarquable constance, Jules Gay trace dans ses écrits les contours d’un monde meilleur. À ce titre, il ressemble à Robert Owen et à Charles Fourier qui, l’un comme l’autre, réfléchissent à des plans concrets d’harmonie et à des projets architecturaux plus ou moins détaillés, parfois appliqués et parfois non56. Gay présente dans The Crisis, puis dans The New Moral World (novembre et décembre 1835), puis dans Le communiste, puis dans Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, des descriptifs précis. La bibliothèque y tient une place essentielle.

30Elle se trouve dans le « palais » central de chaque canton, où sont exposés les chefs-d’œuvre des arts et des beaux-arts. Ces merveilles appartiennent « non à quelques hommes, mais à tous les hommes », précise Gay dans Le communiste. La bibliothèque forme système avec un grand nombre d’autres espaces propices à la vie commune.

Dans chaque canton, sur l’emplacement le plus favorable à cet effet, il sera élevé un vaste palais qui contiendra :

La grande salle d’assemblée, où les citoyens du dehors siégeront indistinctement avec ceux faisant partie de la communauté, l’édifice et les collections publiques qu’il renferme appartenant, non à quelques hommes, mais à tous les hommes ;

[…]

Une bibliothèque, un musée, un muséum, un cabinet d’anatomie, un laboratoire de chimie, un observatoire ;

Un théâtre, des salles de bal, des salons de conversation ;

Des bains chauds gratuits comme il y en avait chez les anciens ;

  • 57 Le communiste, op. cit., p. 4.

Des salles d’exposition permanente pour tous les produits de l’industrie, soit de la République, soit des autres pays.57

  • 58 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, op. cit., p. 164.

31Dans Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, Gay donne quelques précisions. Il y est question de la bibliothèque, mais aussi de deux autres espaces qui lui sont complémentaires : le cabinet des estampes, le cabinet des cartes géographiques58. C’est là une nouvelle preuve de l’intérêt qu’il porte non seulement aux textes, mais encore aux images. Il livre enfin une information précieuse sur le mode de constitution de la bibliothèque, qui fait écho à son engagement politique et social :

  • 59 Le communiste, op. cit., p. 4.

La République fera composer et publiera une grande collection d’ouvrages rédigés et établis avec le plus grand soin sur toutes les sciences et sur tous les arts. Ces ouvrages seront enrichis de toutes les gravures nécessaires à la parfaite intelligence du texte. Une autre collection de grandes estampes, parfaitement coloriées et sur tous les sujets, sera également exécutée. Et il sera envoyé à chaque canton un ou deux exemplaires de chacune de ces deux grandes collections.59

  • 60 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 24-25.

32Les lieux d’édition mentionnés pour nombre de livres publiés aux éditions Jules Gay et fils nourrissent l’imaginaire et aident à se figurer la localisation des grands palais où il fera bon lire et écrire. Pour déjouer la censure tout en s’amusant et en livrant des indices sur le monde dont il rêve, Gay brouille souvent les pistes. Il mentionne Lucerne, Neuchâtel ou Troyes, mais aussi le cap de Bonne-Espérance, Freetown, Cythère, ou encore « Libreville, à la Société pour la propagation des livres de l’enfer »60.

  • 61 Le communiste, op. cit., p. 4.

33Les bibliothèques de Jules Gay sont-elles l’expression abstraite de rêves lointains ? Gay ne renonce jamais aux livres, car ils sont une condition de possibilité, un ferment et un socle pour la société de l’avenir ; ils soudent la communauté des lecteurs et la communauté des auteurs ; ils incarnent l’engagement constant de Gay en faveur de la liberté d’expression. Conscient que le chemin à parcourir est long, il tâche sa vie durant de préfigurer ce qu’il appelle de ses vœux : des bibliothèques d’accès facile, à la fois militantes et populaires. Voici par exemple à quoi ressemble le local qui un jour abritera Le communiste : il s’y trouvera « une collection permanente de tous les livres, dessins et projets intéressant notre cause. Dès lors, ces documents seront communiqués sur-place à tous nos abonnés, c’est-à-dire, à nos amis, et notre local deviendra un point central de réunion commune »61. On sait que le numéro deux du Communiste ne paraît jamais et que le local-bibliothèque reste à l’état de projet. Cet espace désiré n’a-t-il pourtant pas davantage de charme que tant de bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui où la fonction des livres est avant tout décorative ?

Notes

1 Sur Jules Gay : notice dans Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social. [En ligne] < http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ > ; René Fayt, « Une entreprise familiale, les éditeurs Jules et Jean Gay : 1861-1863 », Le livre et l’estampe, 2011, t. 57, nº 176 et 2012, t. 58, nº 178.

2 Sur l’owénisme en France : Henri Desroche, « Owénisme et utopies françaises », Communautés. Archives internationales de sociologie de la coopération et du développement, juillet-décembre 1971, nº 30 ; Henri Desroche, Owénisme et utopies françaises. Symposium commémoratif du deuxième centenaire de Robert Owen (1771-1971), Paris, Bureau d’étude des coopératives et communautés, 1971 ; Henri Desroche, “Images and Echoes of Owenism in Nineteenth-Century France”, in Sydney Pollard et John Salt (dir.), Robert Owen. Prophet of the Poors, Londres – Basingstoke, Macmillan, 1971, p. 285-305 ; Jacques Gans, « Robert Owen à Paris en 1837 », Le mouvement social, octobre-décembre 1962, nº 41, p. 35-45 ; Jacques Gans, « Les relations entre socialistes de France et d’Angleterre au début du XIXe siècle », Le mouvement social, janvier-mars 1964, nº 46, p. 105-118. Un dossier Owen et l’Europe est en cours d’élaboration en vue d’une publication dans History of European Ideas (Ludovic Frobert et Michael Drolet, dir.).

3 Sur le courant communiste néo-babouviste dans lequel s’inscrit Jules Gay : Alain Maillard, La communauté des Égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999.

4 Analectes du bibliophile. Recueil trimestriel contenant : 1° Diverses pièces curieuses anciennes et modernes ; - 2° Des analyses critiques et des extraits de diverses publications intéressantes anciennes et modernes ; - 3° Une correspondance, des mélanges philosophiques et littéraires, des anecdotes, etc., Turin, Jean Gay, 1876, puis Bruxelles-Paris, Jean Gay et Daffis, 1876, préface, p. II.

5 Sur Jean-Dominique : Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (dir.), Les Français en Russie au siècle des Lumières, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2011, vol. 2, Notices, « Gay frères », p. 363-364.

6 Sur Désirée Gay-Véret et sur ses écrits : Jonathan Beecher, « Gay, Désirée, Jeanne (née Véret) », in Thomas Bouchet, Bernard Desmars et Jean-Claude Sosnowski (dir.), Dictionnaire biographique du fouriérisme. [En ligne] < http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article833 >.

7 Sur Jean Gay, en particulier sous l’angle de ses activités d’éditeur : René Fayt, « Une entreprise familiale… », op. cit., surtout 2012, t. 58, nº 178.

8 Sur les liens étroits entre les socialismes français et les mondes de l’écrit au XIXe siècle : à défaut de synthèse, il est possible de rassembler de très précieuses informations à partir de travaux consacrés à divers aspects de la question. Presse : Philippe Régnier, « Le journal militant », in Dominique Kalifa et al. (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 295-316. Brochures : François Fourn, « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », Cahiers d’histoire, 2003, nº 90-91, p. 69-83.

9 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2012, op. cit., p. 199.

10 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 9.

11 Jacques Gans, « Robert Owen à Paris en 1837 », Le mouvement social, octobre-décembre 1962, nº 41, p. 35-36.

12 Lettre de Jules Gay à Robert Owen, 10 août 1846 : « Je vous prie d’être assuré que je n’ai pas cessé un instant de vous aimer, d’étudier votre doctrine que je regarde comme la seule bonne et de désirer que vous réussissiez dans vos entreprises. […] » (Manchester, National Co-operative Archive, Owen Collection, GB-1499-ROC).

13 Le communiste, mars 1849, nº 1, p. 2.

14 Almanach de la communauté, 1843. Par divers écrivains communistes, Paris, Dezamy, Prévot, Rouanet, 1843, p. 48.

15 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, Genève – Londres – Amsterdam, Jules Gay et fils – Trübner – Meijer, 1868, avant-propos, p. 9-10.

16 « J’avais lu Voltaire avec assez de fruit pour n’avoir pas conservé de préjugés religieux » (ibid., avant-propos, p. 13). Voltaire est cité en notes p. 42-44, 48-49, 63, 64-66, 124-125.

17 Jules Gay, Ce qu’on appelle propriété littéraire est nuisible aux auteurs, aux éditeurs et au public. Lettre adressée à MM. les membres de la commission instituée à l’effet de préparer un projet de loi pour réglementer la propriété littéraire et artistique. Précédée d’un avant-propos par Jules Gay, éditeur, Paris, chez l’auteur, 1862. [En ligne] < https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97981974 >.

18 L’infortune des filles de ioye, suivie de : la Maigre, par Adrien de Montluc, comte de Cramail, précédée d’un avant-propos, Paris, chez Jules Gay éditeur, 1863.

19 Au total, trois lettres à Owen sont conservées à Manchester (National Co-operative Archive, Owen Collection, GB-1499-ROC). La lettre du 27 janvier 1869 à Bakounine et une lettre du 5 mars 1869 à Johann Philipp Becker se trouvent à Amsterdam (Institut international d’histoire sociale [IISG]). On trouve dans La presse du 17 novembre 1841 un extrait de la lettre à Charavay, rédacteur du journal L’humanitaire – lettre saisie par la justice.

20 Voir en particulier la lettre de Jules Gay du 2 septembre 1833 dans The Crisis, 25 janvier 1834 (Gay y fait référence à une lettre qu’il a écrite à Robert Owen en février 1833 et qui est restée sans réponse) ; voir aussi la lettre d’Anna Doyle Wheeler, envoyée le 25 mars 1834 et publiée dans The Crisis le 5 avril 1834 – elle résume une lettre écrite par Jules Gay, qu’elle a traduite.

21 Une série de textes adressés par Jules Gay au New Moral World est publiée à partir du 28 novembre 1835. Dates de publication pour les suivantes : 19 décembre 1835, 26 décembre 1835, 2 janvier 1836, 9 janvier 1836, 16 janvier 1836, 23 janvier 1836, 30 janvier 1836. Des lettres de Gay sont relayées dans le The New Moral World le 24 décembre 1836, le 29 juillet 1837, le 20 avril 1839.

22 The New Moral World fait connaître le projet de Gay le 20 avril 1839.

23 Lettre de Jules Gay à Paul Eudel, Genève, 24 avril 1867. Citée dans René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2012, op. cit., p. 143.

24 Cité dans René Fayt, ibid., p. 163.

25 « Jules Gay », in Le Maitron, op. cit.

26 C’est ce dont témoignent les 75 pages que compte la publication A Bibliography of the Publications of Jules and Jean Gay par Patrick J. Kearney, avec une introduction de Paul English, Santa Barbara, s. n., 1988.

27 Lettre de Jules Gay à Michel Bakounine, 27 janvier 1869. Institut international d’histoire sociale (Amsterdam), Papiers Bakounine, Correspondance, 1. [En ligne] < https://search.iisg.amsterdam/Record/ARCH00018/ArchiveContentList >.

28 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 20-21.

29 Alain Maillard, La communauté des Égaux, op. cit., p. 196.

30 Note de l’éditeur : on emploie de nos jours l’expression « papier vélin ».

31 Cité dans Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (dir.), Les Français en Russie au siècle des Lumières, op. cit., p. 363-364.

32 Robert Owen, Propositions fondamentales du système social de la communauté des biens, fondé sur les lois de la nature humaine, Paris, Paulin, 1837.

33 Richard Payne Knight, Le culte de Priape et ses rapports avec la théologie mystique des Anciens […], Madame YGA (trad.), Bruxelles, Mertens, pour Jules Gay. Le nom « YGA » est sans aucun doute employé pour « GAY ». Comme son mari, Désirée maîtrise la langue anglaise.

34 Une exception de taille : Bibliographie des ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes, au mariage : contenant les titres détaillés de ces ouvrages, les noms des auteurs, un aperçu de leur sujet, leur valeur et leur prix dans les ventes, l’indication de ceux qui ont été poursuivis ou qui ont subi des condamnations, etc., par M. le C. d’I***, Paris, chez Jules Gay, 1861. Ce livre est réédité et augmenté à de nombreuses reprises.

35 Dans Le journal de Genève du 24 juin 1868, par exemple, il ne s’agit que d’une annonce de parution.

36 Annonce dans Le journal de Genève, 17 février 1869.

37 Titre exact : Douze lettres d’un communiste à un réformiste. Septième lettre. La femme – Ses qualités, titres, droits – Son malheureux sort dans la présente Société – Cause du mal – Remède – Son heureux sort dans la Communauté, Paris, Prévôt et Rouannet, 1841.

38 Voir Alain Maillard, « Égalité et communauté. La presse communiste. L’Intelligence, Le Moniteur républicain, L’Homme libre, L’Égalitaire, La Fraternité de 1841, Le Travail, L’Humanitaire et La Fraternité de 1845 », in Thomas Bouchet et al. (dir.), Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860, Paris, La Découverte, 2015, p. 168-180.

39 Le communiste, op. cit., p. 4.

40 Jules Gay, Ce qu’on appelle propriété littéraire est nuisible aux auteurs, op. cit.

41 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, op. cit., note, p. 116-119.

42 Analectes du bibliophile, op. cit.

43 Ibid.

44 Chefs précis d’inculpation : Gay est accusé « d’avoir, à Paris, en 1864, faisant le commerce de la librairie, été trouvé détenteur d’ouvrages sans nom d’imprimeur […]. D’avoir, à Paris, en 1864 mis en vente des ouvrages dont la condamnation était réputée connue par la publication dans les formes prescrites par la loi […]. D’avoir, à Paris, depuis moins de trois ans, commis le délit d’outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs en publiant, etc., les ouvrages subversifs […]. D’avoir, à Paris, en 1864, publié et mis en vente des dessins et gravures non autorisés par l’administration », La gazette des tribunaux, 13 mai 1865.

45 Ibid.

46 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 23.

47 Il évoque l’un de ses principaux séjours outre-Manche (1835) dans Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, op. cit., avant-propos, p. 14.

48 « Pour Barrois, Gay fit trois voyages en Angleterre » (« Gay, Jules », in Le Maitron, op. cit.).

49 « J’ai d’abord à vous faire mes excuses d’avoir été aussi longtemps sans répondre à vos trois obligeantes lettres des 21 juin, 4 juillet et 15 août. Mon excuse, c’est premièrement un petit voyage d’une quinzaine de jours que j’ai fait en Angleterre […] ». Lettre de Jules Gay à Paul Eudel, 20 août 1862, citée par René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 31.

50 Saisie de janvier 1865, d’après La gazette des tribunaux du 3 juin 1865 : 83 volumes en magasin « et dans un sac de nuit lui appartenant ».

51 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 21 – la remarque concerne les années 1861-1875.

52 Un chaînon manquant à l’histoire de l’édition en Belgique. Les éditeurs marginaux à Bruxelles entre 1860 et 1900, brochure de l’exposition aux Bibliothèques de l’université libre de Bruxelles, 2015, p. 6.

53 Bibliographie des principaux ouvrages relatifs à l’amour, op. cit., p. 79.

54 Jonathan Green, Nicholas J. Karolides, Encyclopedia of Censorship, New York, Facts on File, 2005, « Gay, Jules », p. 190.

55 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2012, op. cit., p. 168-172.

56 Sur les projets de Fourier : Nathalie Brémand et Florent Perrier (dir.), Le phalanstère représenté, dossier publié dans Cahiers Charles Fourier, nº 24, 2013.

57 Le communiste, op. cit., p. 4.

58 Jules Gay, Le socialisme rationnel et le socialisme autoritaire, op. cit., p. 164.

59 Le communiste, op. cit., p. 4.

60 René Fayt, « Une entreprise familiale… », 2011, op. cit., p. 24-25.

61 Le communiste, op. cit., p. 4.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search