Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 1. Livres

Chapitre 3. Lire pour écrire : quelques observations sur les bibliothèques de Pierre-Joseph Proudhon

Edward Castleton et Anne-Sophie Chambost

Texte intégral

  • 1 Sur ces dons, voir les archives municipales, 106W1, Bibliothèque d’étude et de conservation, Besanç (...)
  • 2 BECB, cote ms. 2930. Le dernier feuillet, fº 14 vº, contient le brouillon d’une lettre de la main d (...)
  • 3 Un inventaire partiel de la bibliothèque de Proudhon au moment de sa mort est accessible en ligne s (...)
  • 4 Voir Édouard Laboulaye, « Sur un catalogue » (mars 1855), Études morales et politiques, Paris, Char (...)
  • 5 Proudhon meurt avec plus de 22 500 francs de dettes. Pour aider la veuve et ses filles, une souscri (...)

1Abordant Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), le chercheur qui analyse les rapports entre socialisme, lectures et bibliothèques peut s’essayer à poser quelques jalons solides. Grâce à un don réalisé à la fin de l’année 1957, la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, ville natale de Proudhon, dispose de la quasi-totalité des livres qui étaient en sa possession au moment de sa mort. Don considérable de 1 203 livres, brochures et journaux opéré par les deux petites-filles de Proudhon, Suzanne Marguerite Henneguy et Jeanne-Louise-Félix Fauré-Fremiet née Henneguy. Cette collection fut complétée en 1966 par un second don, effectué par les mêmes à la même bibliothèque, sur la quasi-totalité des manuscrits de Proudhon – dans lesquels on trouve de nombreuses notes de lecture, dont beaucoup portent sur les livres de la bibliothèque1. Dans ces manuscrits, on trouve un inventaire partiel de l’état de cette bibliothèque à la mort de Proudhon (d’environ 420 titres) préparé par Catherine, sa fille aînée alors âgée de 14 ans2. Cet inventaire3 n’est pas exhaustif ; Catherine s’est arrêtée au milieu de sa rédaction, pour des raisons non éclaircies. L’explication de ces feuillets n’est manifestement pas juridique (une répartition entre héritiers) ; peut-être s’agit-il d’un projet de vente de quelques-uns des ouvrages d’un auteur déjà célèbre. La démarche, fréquente à l’époque (y compris chez les bibliophiles)4, aurait pu se justifier par des besoins d’argent de sa veuve, Euphrasie Proudhon5.

  • 6 Leur mère, Catherine Proudhon, s’était mariée avec Louis-Félix Henneguy, scientifique et professeur (...)
  • 7 Biblia sacra vulgatae editionis, Besançon – Paris, Gauthier frères, 1837. L’édition de cet ouvrage (...)
  • 8 Le dépôt des manuscrits à la BnF a été la conséquence d’une sorte de compromis pour que la document (...)
  • 9 Les carnets de Proudhon sont conservés dans la collection des Nouvelles acquisitions françaises (NA (...)
  • 10 Pierre Haubtmann donne la liste des auteurs retranscrits par Proudhon dans ses cahiers de lectures  (...)
  • 11 Conservés à la BnF, les carnets I à IX ont été publiés aux éditions Marcel Rivière, puis plus récem (...)

2Il est précieux de bénéficier d’une telle documentation qui, même incomplète, permet de savoir exactement quels livres Proudhon avait dans son bureau du logement à Passy au moment de sa mort. On peut imaginer aussi (car l’inventaire permet de visualiser – bien que partiellement – la bibliothèque de Proudhon dans sa constitution matérielle) comment Proudhon classait ses livres, y compris comment il intégrait ses propres ouvrages sur les rayonnages. Mais d’autres archives permettent d’aller plus loin dans l’exploration des pratiques de Proudhon en tant que lecteur. Jeanne et Suzanne Henneguy6 ont d’une part choisi, avant 1961, de déposer à la Bibliothèque nationale de France (BnF) l’édition copieusement annotée par Proudhon de la Vulgate qu’il avait lui-même imprimée en 1837 et à laquelle il accordait une grande importance7. D’autre part, après le décès des deux sœurs, les manuscrits qui étaient restés en possession de Pierre Haubtmann, grand biographe de Proudhon, ont été transférés à la BnF après sa mort accidentelle en 1971 ; diverses tractations judiciaires ont ensuite lieu entre l’Institut catholique de Paris, dont Haubtmann était recteur, et Emmanuel Fauré-Fremiet, veuf de Jeanne (décédée en 1967), puis, après la mort de celui-ci (en 1971), les membres de la toute jeune Société P.-J. Proudhon sous la direction d’un proche des descendants de Proudhon, Jean Bancal8. Parmi ces manuscrits transférés à la BnF, on trouve non seulement les carnets de Proudhon, mais aussi ses cahiers de lecture rédigés principalement entre 1838 et 1844, où Proudhon a pris des notes de lecture9 ; ces quarante et un cahiers (in-octavo ou in-quarto) sont fascinants en ce qu’ils éclairent la genèse de la pensée de Proudhon. Celui-ci y synthétise de longues transcriptions de passages des ouvrages lus par lui (sans doute à la bibliothèque de l’Institut), mais qu’il ne possède pas (ou pas encore). Précédées du nom de l’auteur et d’une version le plus souvent abrégée du titre de l’ouvrage, ces notes sont le plus souvent émaillées de réactions personnelles du lecteur (elles sont alors précédées d’un « P. ») d’une plus ou moins grande densité. La variété des sujets de lecture étonne, Proudhon ne lisant pas nécessairement par série – non plus d’ailleurs qu’il ne semble lire entièrement les ouvrages qu’il annote10. Une distinction doit être faite entre les cahiers de lecture et les carnets (1843-1865) ; ces derniers composent une sorte de journal intime qui recueille au jour le jour les réflexions de l’auteur sur ses travaux en cours, les rencontres qu’il fait ou les difficultés de la vie quotidienne, ainsi que des commentaires sur l’actualité et, ici et là, encore des notes de lecture11. Les cahiers de lecture, qui mélangent observations et réflexions indépendantes, complètent les carnets, plus ouvertement autobiographiques.

Le rapport aux livres

  • 12 Pierre-Joseph Proudhon, « Lettre de candidature à la pension Suard, Besançon, 31 mai 1837 », Corres (...)
  • 13 Ibid., p. 28. Il s’agit des cahiers composés entre 1826 et 1832, conservés à la BnF sous la cote NA (...)

3Sonder le caractère déterminant des lectures de Proudhon est indispensable pour un penseur que sa pauvreté familiale a obligé à quitter ses études pour exercer un métier manuel, et dont la culture s’est faite en autodidacte – une spécificité si on le compare à la plupart des penseurs socialistes de la première moitié du XIXe siècle. Les origines de Proudhon sont connues, mais il vaut la peine de s’y attarder un peu pour la compréhension de notre sujet. Quand il candidate à la pension Suard en 1837 (cette bourse permet à de jeunes hommes méritant de poursuivre des études), Proudhon a 28 ans et il est déjà compositeur et correcteur-typographe, associé dans une entreprise d’imprimerie à Besançon. Dans son enfance, placé un temps comme élève externe gratuit au Collège royal de Besançon, il avait cruellement éprouvé le manque de livres, faisant ses « études de latinité sans un dictionnaire » et se trouvant souvent puni pour avoir oublié ses livres (« c’est que je n’en avais point »). D’où l’habitude prise très jeune de fréquenter la bibliothèque de Besançon, où le bibliothécaire Charles Weiss le remarque et s’étonne de la masse des livres que le jeune homme commande régulièrement. La misère familiale de l’élève, dont la formidable mémoire lui permet de pallier l’accès direct aux références, ne l’empêche pas de remporter des prix et de poursuivre ses humanités jusqu’à la classe de rhétorique. Les mauvaises affaires de son père tonnelier-brasseur l’empêchant de poursuivre ses études, il quitte le collège pour entrer en apprentissage dans une imprimerie. Œuvrant désormais à la confection matérielle des livres, c’est avec eux qu’il poursuit sa formation en autodidacte : « les œuvres de Bossuet, des Bergier, etc., me passèrent sous les yeux ; j’appris les lois du raisonnement et du style avec ces grands maîtres »12. Devenu compagnon, l’ouvrier typographe voyage en quête d’ouvrages à composer, d’épreuves à lire. Mais la misère ne le lâche pas. « Un jour, je vendis mes prix de collège, la seule bibliothèque que j’ai jamais possédée. Ma mère en pleura ; pour moi, il me restait les extraits manuscrits de mes lectures. Ces extraits, qui ne se pouvaient vendre, me suivirent et me consolèrent partout. »13 Proudhon travaillant un temps pour une maison d’édition catholique de Besançon, la publication des textes religieux dont il s’occupait lui permettait de perfectionner sa culture philosophique par le biais de la théologie, de travailler le latin et le grec, et d’apprendre seul des rudiments solides d’hébreu.

  • 14 Voir Pascal Cyrot, « L’autodidacte : un Robinson Crusoé de la formation ? », Savoirs, 2007/1, n° 13 (...)

4Ce fait éclaire le contexte de formation de Proudhon. Il évolue dans une ville de province qui est un foyer de mennaisianisme ultramontain, avec une longue tradition de culture d’érudition philologique – qu’on songe à l’étude des textes sacrés ou historiques depuis la famille Chifflet au XVIIe siècle en passant par les abbés Jean-Baptiste Bullet et Nicolas-Sylvestre Bergier au XVIIIe siècle. Si Besançon est une ville de philologues, les études n’y sont pas réservées aux clercs au début du XIXe siècle ; en témoigne le cas de Gustave Fallot, jeune bourgeois passionné de linguistique historique, premier lauréat de la pension Suard et sous-bibliothécaire à l’Institut (il mourra précocement du choléra). Fallot rencontre Proudhon lorsque ce dernier est imprimeur ; impressionné par ses talents de latiniste, il l’initie à la linguistique et le fait monter à Paris pour approfondir ses connaissances. Il l’introduit à d’autres philologues linguistes, certains Francs-Comtois (Paul Ackermann et Guillaume Pauthier), d’autres venus de l’est de la France (Frédéric-Guillaume Bergmann). Enfin, c’est Fallot qui demande en mourant à son ami de poursuivre ses recherches sur les rapports entre la linguistique comparée et l’anthropologie des peuples et de leurs croyances. C’est donc à la philologie et à la linguistique comparée que Proudhon consacre son premier ouvrage (un appendice anonyme sur la grammaire générale ajouté à une réédition de Bergier) ; son deuxième texte, publié par un hébraïste amateur, porte encore essentiellement sur une lecture de l’Ancien Testament. Les thèmes de ces premières recherches sont liés au contexte de préoccupations intellectuelles bisontines14. Contexte sans doute aussi déterminant que le contact que Proudhon eut avec Charles Fourier et son disciple bisontin Just Muiron, quand il était typographe-imprimeur.

  • 15 Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 1, p. 32. Durant son compagnonnage, il écrit (...)

5Qu’attend Proudhon de sa candidature à la pension Suard en 1837 ? Que les académiciens lui accordent des livres et du temps, « des livres surtout ! Le temps ne manquera jamais »15. Le lauréat se rend à Paris pour des études de linguistique et de philosophie (comme nombre de ses contemporains depuis Condillac et Rousseau, il veut bâtir une théorie épistémologique à partir de l’étude de la linguistique comparée). Sous la direction franc-comtoise des académiciens Joseph Droz et, à un moindre degré, Théodore Jouffroy, il s’enlise dans la lecture des philosophes éclectiques, dont Jouffroy, Victor Cousin ou Jean-Philibert Damiron ; découragé par la philosophie académique contemporaine et confronté à la faillite de son imprimerie à Besançon, Proudhon découvre le problème de la propriété. La table des matières de ses cahiers de lecture en rend compte : il passe des lectures assidues de linguistique et de philosophie à celles de droit civil (Charles Comte, Charles Bonaventure Marie Toullier, Victor Hennequin, Raymond-Théodore Troplong) et d’économie politique (surtout Jean-Baptiste Say) ; c’est dans ce nouveau contexte bibliographique que naît la phrase « La propriété, c’est le vol » ! Il convient de souligner l’importance du cadre de ces lectures. Proudhon traverse une période d’inconfort, subissant une gêne financière, culturelle et sociale ; les lectures de ce provincial cultivé, doué d’un fort caractère, lui permettent manifestement de se définir contre un monde auquel il se sent étranger.

  • 16 Chantal Gaillard, « Portraits intimes. Les amis de Pierre-Joseph Proudhon », in Nicolas Devigne (di (...)
  • 17 Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 1, p. 32-33.

6Le lecteur est intransigeant, qui critique et condamne ce qu’il lit, contre ce monde du privilège dont il fréquente les bibliothèques… tout en n’oubliant pas qu’il lui doit en même temps cet accès à la culture. Cet aspect essentiel de sa formation intellectuelle explique d’ailleurs sans doute pourquoi, à la différence d’un Marx – issu d’un milieu plus favorisé sur le plan culturel et matériel –, Proudhon sera hostile à la violence entre classes et cherchera à atténuer les risques de conflits entre bourgeois et ouvriers. D’autant que la majorité de ses amis intimes et correspondants étaient eux-mêmes des bourgeois16. L’œuvre à venir de Proudhon, comme en témoignent déjà ses premières lectures, porte la trace d’une forme d’ambivalence sociale. C’est ainsi que dans sa lettre de candidature à la pension Suard il annonce qu’en tant que candidat « né et élevé au sein de la classe ouvrière, lui appartenant encore par le cœur et les affections, et surtout par la communauté des souffrances et des vœux », il souhaite « travailler sans relâche, par la science et la philosophie, avec toute l’énergie de (sa) volonté et toutes les puissances de (son) esprit, à l’amélioration morale et intellectuelle de ceux (qu’il se plaît) à nommer (ses) frères et (ses) compagnons ; de pouvoir répandre parmi eux les semences d’une doctrine (qu’il) regarde comme la loi du monde moral ; et, en attendant le succès de (ses) efforts, dirigés par votre prudence, de (se) trouver déjà, en quelque sorte, comme leur représentant auprès de vous »17. C’est sans doute pour les mêmes raisons qu’il redéfinira plus tard la démocratie comme la démopédie : le progrès social étant d’abord intellectuel, passe par l’éducation des classes populaires plus que par le vote (l’expérience de la Deuxième République en témoignait).

  • 18 Ex. cahier A de 1844 (p. 96), Proudhon indique : « Bibliothèque de Lyon. Quai du Rhône » et suit un (...)
  • 19 Pierre-Joseph Proudhon, Carnets, Dijon, Les presses du réel, 2004, p. 244.

7Dans ses pérégrinations d’avant 1848, Proudhon fréquente les bibliothèques, dont il fait même une sorte de curseur de l’évolution de la classe ouvrière (à Lyon, il apprécie le développement du socialisme à l’aune de la constitution de bibliothèques ouvrières, dont les fonds étaient constitués par des collectes). Dans ses carnets et cahiers, on trouve souvent des listes de livres à lire : des livres que, longtemps, il ne possède pas en propre, et qu’il doit donc aller consulter en bibliothèque18. Convaincu que ses « frères » et « compagnons » de la classe ouvrière devaient faire de même, il fantasmera même en 1846 la création de « 40 000 bibliothèques municipales, 100 000 bibliothèques corporatives, 1 million de bibliothèques particulières pour spécialités et 7 millions de bibliothèques particulières pour industrieux » ; le tout au service de l’amélioration du peuple français19.

  • 20 BECB, ms. 2839. Les trois cahiers sont indissociables des cahiers XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII c (...)

8Menacé de perdre la dernière année de la pension suite à la publication du Premier mémoire sur la propriété en 1840 (les jurés Suard n’avaient guère apprécié la dédicace de l’ouvrage, qui les rendait pratiquement complices de la charge contre la propriété : « si j’anéantis pour jamais la propriété, c’est à vous, messieurs, qu’en revient toute la gloire, c’est à votre secours et à vos inspirations que je le dois »), il est mis en contact avec le juge Turbat qui cherche un secrétaire capable de préparer pour lui un ouvrage de droit. On ne sait pas exactement comment Proudhon travaille avec celui que sa correspondance désigne comme son propriétaire-exploiteur ; il n’étudie sans doute pas dans la bibliothèque du juge, puisque Proudhon assène à ses correspondants que celui-ci n’a rien lu ! Pour autant, Proudhon n’étant pas juriste, on peut imaginer que le magistrat lui a proposé un programme de lectures, que la curiosité de notre homme aura fait digresser vers ses intérêts personnels20. Après la fin précoce de cette collaboration, un séjour de quatre années à Lyon comme commis pour les frères Gauthier (mai 1843 – novembre 1847), et la publication de quatre ouvrages qui assoient sa notoriété dans les rangs éclatés du premier socialisme, Proudhon est devenu un penseur qui vit (mal) de sa plume. Contraint à de nombreux voyages sur le Rhône et la Saône, entre Lyon et Saint-Étienne, Colmar et Mulhouse, il négocie avec ses employeurs compréhensifs des périodes d’arrêt de travail pour aller lire des livres à Paris. Les Garnier ne perdent pas au change puisque Proudhon, en poursuivant ses lectures de droit (civil et commercial) et d’économie, utilise ses lectures pour la rédaction des facta qu’il écrit pour régler leurs procès.

La constitution de la bibliothèque

  • 21 Lettre de Karl Grün du 4 janvier 1845, citée dans l’introduction au Système des contradictions écon (...)

9À partir du moment où sa notoriété se renforce dans les milieux des réformateurs sociaux et des économistes, Proudhon commence à recevoir des livres qui lui permettent de constituer sa propre bibliothèque. De fait, les cahiers de lecture s’arrêtent en 1844, même si dans un premier temps, le nombre de ses livres reste relativement modeste. En 1845, Karl Grün, jeune hégélien et principal représentant du courant du « vrai socialisme » (wahren Sozialismus) dans le monde germanophone, décrit la petite chambre de Proudhon, située rue Mazarine (à proximité de la bibliothèque de l’Institut où Proudhon pouvait reprendre ses anciennes habitudes de boursier) : « Une chambre d’étudiant avec un lit ; un petit nombre de livres sur des rayons ; sur une table, plusieurs numéros du National et une revue d’économie politique »21. La revue est fort probablement le Journal des économistes, associé aux économistes libéraux (Adolphe Blanqui, Joseph Garnier) publié par l’éditeur Gilbert-Urbain Guillaumin. Le comité de cette revue appréciait l’iconoclaste franc-comtois, surtout pour ses critiques du communisme ; c’est alors sans surprise qu’on trouve de nombreuses publications de Guillaumin dans sa bibliothèque personnelle.

  • 22 Anne-Sophie Chambost, « Proudhon et ses juges : un auteur en justice et sa critique de l’institutio (...)
  • 23 Lettre à J. Michelet, Conciergerie, 11 avril 1851, in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. (...)
  • 24 Lettre à M. Carlier, 24 avril 1850, in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 3, p. (...)
  • 25 Pour l’envoi de certains manuscrits et livres à Bruxelles, voir ses lettres des 4 et 7 septembre 18 (...)

10Entre le milieu des années 1840 qui le voit émerger sur la scène socialiste et le moment où sa fille fera l’inventaire de ses livres, la vie tumultueuse de Proudhon (dans une période qui ne l’est pas moins) le mène de la célébrité du journaliste-député à l’emprisonnement sous la Deuxième République (1849-1852), puis l’exil à Bruxelles (1858-1862) avant le retour à Paris où il finit sa vie (1865). Une vie faite de déménagements parfois rapides, où des ouvrages auront été perdus. Un des moments de la vie de Proudhon où celui-ci a sans doute eu le plus de temps pour lire est celui de sa condamnation à trois années de prison pour insulte au président de la République22. Il voit en effet son séjour à Sainte-Pélagie comme intellectuellement fécond, puisqu’il le met à profit pour lire et étudier les ouvrages qu’il a reçus (en particulier les premiers volumes de l’Histoire de la Révolution que Jules Michelet lui envoie et dont Proudhon lui fait un retour23) ; quand il est un temps enfermé à la citadelle de Doullens, il demande au préfet Carlier d’être remis en condition d’étudier en récupérant « la pauvre bibliothèque et les papiers que le directeur a saisis »24. À l’heure de l’exil, si Proudhon interdit formellement à son épouse d’emporter son lit et ses meubles à Bruxelles où elle le rejoint (il la menace de les détruire), rien n’indique que la bibliothèque a été du voyage. Une certitude en tout cas : certains ouvrages d’économie politique, ses manuscrits et carnets l’ont suivi, accompagnés de sa collection du journal Le peuple (1848-1849) et sa précieuse édition annotée de la Vulgate25.

11Si l’étude du catalogue indique qu’une bonne partie des livres du fonds Proudhon date des dernières années de sa vie, notamment à partir de son exil belge, le temps écoulé entre son décès et l’époque du transfert des livres à Besançon aura évidemment favorisé la perte de certains de ses ouvrages – par exemple, les écrits de Renan (surtout sa Vie de Jésus), le Dictionnaire de l’économie politique édité par Charles Coquelin et Guillaumin ou certains écrits de Michelet (dont La femme et L’amour), que l’on retrouve dans l’inventaire partiel de Catherine. Le versement n’a peut-être pas été complet, certains ouvrages restant dans la famille Fauré-Fremiet, mais dans le transfert de 1957, on trouve aussi des livres qui ne figuraient pas dans la bibliothèque de Proudhon au moment de sa mort, parce que publiés après son décès – des ouvrages donnés à Mme Proudhon, des ouvrages de Louis-Félix Henneguy, mari de Catherine Proudhon, ou de son beau-père Félix-Charles. Les feuillets rédigés par Catherine indiquent en tout cas qu’à la fin de sa vie, dans la maison de Passy où il meurt, Proudhon possède plusieurs bibliothèques réparties dans plusieurs pièces, avec un classement des livres par rayon.

Lire… et écrire

12Toutes ces précisions étant faites, il faut évidemment souligner l’espèce de mystère qui accompagne la composition d’une bibliothèque, dont on ne sait pas quand les livres y entrent et pourquoi son propriétaire les y a admis. Rares sont en effet les lecteurs à tenir un registre des entrées des livres de leurs bibliothèques, surtout quand il s’agit d’une bibliothèque de travail, et non de celle d’un érudit.

  • 26 Ces annotations ont été publiées dans leur intégralité et étudiées par Pierre Haubtmann, Proudhon, (...)

13Force est de constater que la bibliothèque des livres réels (possédés) de Proudhon ne dévoile pas tous ses secrets. Sauf exception, on ne sait pas si (et quand) ils ont été achetés, s’ils ont été envoyés par leurs auteurs ou par les éditeurs, ou si la présence d’un ouvrage dans les rayons de la bibliothèque de Proudhon est la conséquence d’une circulation informelle. Le fonds de Besançon recèle ainsi de nombreux livres des différentes maisons d’édition auxquelles il a été associé. On a évoqué l’éditeur Guillaumin pour les écrits économiques, mais on trouve également de nombreux livres publiés par Garnier frères (son principal éditeur entre 1849 et 1858), Lebègue et Hetzel (ses éditeurs pendant l’exil belge) et Dentu (son éditeur principal à partir de son retour en France). Il n’est pas surprenant que ces éditeurs aient donné ou prêté des livres à ce lecteur impénitent, capable de disserter sur tous les sujets (science, littérature, philosophie, actualité politique, etc.). Plus curieux, on relève la présence de livres adressés à d’autres que lui, comme la Réforme politique ou organisation d’une nouvelle forme unitaire ou gouvernementale d’Auguste Barbet (Paris, imprimerie de Rignoux, 1840), dont le volume est dédicacé à Victor Considerant le 10 mars 1841, ou celui publié par Marx, Misère de la philosophie (Paris, A. Frank / Bruxelles, C. G. Volger, 1847), lu et annoté par Esdras Crémieux et un autre lecteur non identifié, avant de l’être par Proudhon lui-même, qui n’en fut donc pas le premier propriétaire26.

  • 27 Lettre à Girardin, Paris, 2 août 1834 (sic 1854), in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. (...)
  • 28 Autographe de M. Elory dans Idées générales : « A M. Proud’hon, souvenir de cordialité. Je viendrai (...)
  • 29 BECB, ms. 2889, brochures diverses Empire.

14Les dédicaces indiquent en revanche que des ouvrages sont très tôt envoyés à Proudhon. Outre Michelet, déjà évoqué, Émile de Girardin lui en envoie aussi ; Proudhon le remercie en évoquant « (son) fouillis de brochures » ; « pardonnez-moi ce mot, poursuit-il, le seul qui convienne à ma bibliothèque, à côté des différents opuscules que je dois déjà à votre complaisance »27. Sur la pratique des envois d’ouvrages, certains autographes témoignent qu’un livre est apparemment une excellente carte de visite pour se faire recevoir de Proudhon ; l’attestent les ouvrages d’Hippolyte Elory, peintre originaire de Dole, dont les Idées générales. Mes concitoyens (Lons-le-Saunier, imprimerie Courbet, 1843) et L’anarchie (Dole, imprimerie Pillot, 1847 : « A M. P. J. Proudhon. Souvenir de principe démocratique, H. Elory ») servent de demande de rendez-vous28. Dupont-White lui envoie la deuxième édition de L’individu et l’État (Paris, Guillaumin, 1858) avec des corrections dans le texte qui sont de la main de l’auteur, ainsi que La centralisation (2e éd., Paris, Guillaumin, 1861) conçu comme la suite du premier ouvrage. Charles Renouvier adresse d’abord au « citoyen Proudhon » son Manuel républicain de l’homme et du citoyen (2e éd., Paris, Comptoir des imprimeurs-unis, 1848) en « témoignage d’attachement et d’estime profonde », puis à « monsieur P.-J. Proudhon » ses Essais de critique générale. Premier essai (Paris, Librairie philosophique Ladrange, 1854), avec « hommage de l’auteur ». Ces exemples d’envois dédicacés donnent une idée de la place du livre et de sa circulation dans les milieux intellectuels du temps. Parmi les livres de sa bibliothèque, figurent sans doute d’autres envois d’auteurs, sans dédicace ; ses amis et correspondants proches lui ont certainement envoyé leurs ouvrages, qu’il n’aura donc pas eus à acheter – le philologue strasbourgeois Bergmann, le philosophe franc-comtois Claude-Joseph Tissot, ou son voisin à Bruxelles, Gustave de Molinari. Sa bibliothèque étant enfin celle d’un opposant au pouvoir, on n’est pas surpris d’y trouver une série de brochures datant du Second Empire, dont la petite taille leur permettait de circuler sous le manteau pour échapper à la surveillance policière et parvenir dans les rayons de la bibliothèque de Proudhon29.

  • 30 Heather J. Jackson, Marginalia. Readers writing in books, New Haven, Yale University Press, 2001.
  • 31 Pour des développements féconds sur différentes pratiques de lecture et la manière dont un ouvrage (...)
  • 32 Dans le catalogue des livres de Pierre-Joseph Proudhon se trouvent : le tome 10 des œuvres de Rouss (...)
  • 33 À propos de Rousseau, les cahiers de lectures et les carnets signalent deux lectures du Contrat soc (...)
  • 34 Pour les notes manuscrites de Proudhon sur ces ouvrages, voir BECB, ms. 2863, fos 127 ro-136 vo, fo (...)
  • 35 Voir les notes de Proudhon sur Vattel dans ms. 2879, fos 54-100 ro-vo et ms. 2836, fos 47-49 ro-vo, (...)

15Les marginalia (passages soulignés et commentaires en marge30) qui figurent dans certains livres de Proudhon sont un témoignage précieux sur la bibliothèque vécue du Franc-Comtois, à savoir les livres qu’il a effectivement lus et annotés, ou à tout le moins parcourus. On pardonnera cette évidence, mais il faut rappeler que la présence d’un livre dans une bibliothèque n’en garantit pas la lecture. À cet égard, les cahiers de lecture offrent évidemment quelques certitudes, puisque les notes retranscrites in extenso ou les passages résumés sont bel et bien pris au fil de la lecture – même si l’ouvrage annoté peut avoir été simplement parcouru31. Ils composent une sorte de bibliothèque virtuelle de livres que Proudhon ne possède pas (ou pas encore au moment où il les a lus), mais dont il éprouve le besoin de conserver une trace écrite, et qui sont une ressource (sorte de base de données) pour l’écriture de ses propres textes. À l’image du Contrat social de Rousseau, De la richesse des nations de Smith, Du crédit et de la circulation d’August von Cieszkowski, du Cours complet d’économie politique pratique de Jean-Baptiste Say, De l’humanité de Pierre Leroux, de La science nouvelle de Vico ou des Principes métaphysiques du droit ou la Logique de Kant. Pour tous, le fait que certains ouvrages figurent à la fois dans les notes des cahiers de lecture, puis finalement dans la bibliothèque32, est la preuve d’une attention spécifique et de la volonté de Proudhon de posséder un texte important pour lui33. Il y a aussi certains ouvrages que Proudhon possède et qu’il annote à différents moments de sa vie. Ainsi du Socialisme et l’impôt (t. 13 de la série de brochures d’Émile de Girardin intitulée Le 52, Paris, Librairie nouvelle, 1854), lu une première fois à sa parution, puis pour la rédaction de sa réponse au concours du canton de Vaud (qui deviendra La théorie de l’impôt, 1861). D’autres ouvrages étaient tellement importants que Proudhon a non seulement annoté ses volumes, mais il en a extrait des notes manuscrites (le Dictionnaire de l’économie politique [Paris, Guillaumin, 1852-53], les Principes d’économie politique de John Stuart Mill [Paris, Guillaumin, 1854], ou le Système national d’économie politique de Friedrich List [Paris, Capelle, 1851])34. À la fin de sa vie, on trouve enfin des notes manuscrites sur des livres qui ne sont pas dans sa bibliothèque (ainsi Le droit des gens d’Emer de Vattel dans l’édition de 1838 préparée par Silvestre Pinheiro-Ferreira, ou les auteurs qui ont écrit sur la question polonaise comme Claude Carloman de Rulhière)35.

  • 36 BECB, ms. 2863, fo 136 vo. L’affinité n’était pas partagée ; intéressé par les écrits d’autres soci (...)
  • 37 Armelle Le Bras-Chopard, « Proudhon, Louis Blanc et Pierre Leroux : polémique sur la question de l’ (...)
  • 38 « Quand un écrivain obéit, à son insu, à des principes contradictoires, non seulement il se contred (...)
  • 39 Proudhon avait l’habitude de laisser des feuillets manuscrits de notes de lecture dans certains de (...)

16Si les cahiers de lecture témoignent du moment de formation intellectuelle de Proudhon, avec le temps celui-ci gagne en confiance ; il ne lit plus tant pour s’instruire que pour juger son temps et ses contemporains. Le trait déjà apparent du commentateur critique et exaspéré s’accentue dans les annotations marginales de ses livres. Ces notes éclairent sa pratique de lecture. Elles rendent tout d’abord compte d’un lecteur impulsif, qui lisait manifestement la plume en main et ne se privait pas de réagir à vif (c’est-à-dire vivement et immédiatement). Les approbations y sont assez rares, contrairement aux remarques sévères qui témoignent de l’agacement du lecteur (les termes blague et absurde reviennent souvent). On pense aussi à des accusations de plagiat, nombreuses lorsqu’il s’agit d’autres socialistes contemporains comme Constantin Pecqueur, François Vidal, ou Marx. Ainsi, des annotations comme « En vérité, Marx est jaloux », ou « Plagiat de mon chapitre 1er » que l’on trouve dans son exemplaire de Misère de la philosophie, ou « Pourquoi ne suis-je pas cité ? » ou « Moi. » (pour indiquer des emprunts) dans De la République de Dieu de Pecqueur (Paris – Leipzig, Charpentier – L. Michelsen, 1844). Rares sont les commentaires approbateurs d’un auteur contemporain, comme celui que l’on trouve tout de même sur un feuillet manuscrit consacré aux Principes d’économie politique de John Stuart Mill (également annotés par Proudhon) : « En résumé, le travail de Mill est ce que j’ai lu jusqu’ici de plus encourageant pour le socialisme et la liberté ; – et jamais je ne me suis vu tant de motifs d’encouragement qu’après cette lecture »36. Pour le reste, l’exaspération de Proudhon ne se borne pas à des rivalités intra-socialistes. Ainsi des nombreuses remarques au crayon de son exemplaire de la quatrième édition du livre de Louis Napoléon Bonaparte, Extinction du paupérisme (Paris, s. n. [imprimerie Lacrampe et Fertiaux], 1840) republiée de façon opportune en septembre 1848 par Tremblaire. Il interpelle l’auteur sur le recto de la page de garde comme s’il préparait la première version de la péroraison facétieuse de l’un de ses nombreux articles polémiques dirigés contre le prince-président et toute la classe politique sous la Deuxième République : « Viens, viens, viens ! Tu es bête ! tu es incapable, inconsidéré, ignorant, téméraire, égoïste, orgueilleux […] Tout est ce qu’il nous faut ! Viens les mettre à la raison, ces bourgeois ! Cabet va donner sa démission pour toi ! Ecce homo ». À la page de titre, on trouve aussi cette remarque dont on ne peut dire si elle se réfère à l’auteur des annotations lui-même ou à l’auteur du livre : « Il faut un homme à la France. Pourquoi ne serai-je pas cet homme-là ». De nombreux autres livres du fonds de Besançon contiennent des remarques calomnieuses. On sait par exemple l’hostilité qui oppose Proudhon à Louis Blanc37. L’organisation du travail se trouve dans la bibliothèque, dans la quatrième édition parue en 1845 chez Cauville frères. On ne sait quand il y est entré et quand Proudhon l’a lu, mais il ne s’y montre pas avare en remarques sévères, dont un « Blanc, tu me fatigues » (p. 135)38. Dans le tome 1 de l’Histoire de la Révolution française de Blanc (Paris, Langlois et Leclercq, 1847) se trouve même une note manuscrite de Proudhon sur les origines paternelles de Louis Blanc, dont le grand-père et le père auraient eu des accointances royalistes et catholiques39. Ce genre de réflexion est assez caractéristique du plaisir de Proudhon à chroniquer les perfidies hypocrites de ses contemporains (ses carnets l’attestent abondamment). Précisant toutefois que s’il exprimait des jugements sévères dans ses marginalia, il ne les aurait pas livrés au public – il reproche sévèrement à son ami Paul Ackermann la dédicace faite à « Messieurs de l’académie de Besançon » dans son édition posthume de l’étude de Fallot, Recherches sur les formes grammaticales de la langue française et de ses dialectes au XIIIe siècle (Paris, Imprimerie royale, 1839), p. I-II.

  • 40 E. Fauré-Fremiet, époux de Jeanne, a transcrit les annotations des livres et des manuscrits de Prou (...)
  • 41 Pierre Leroux fait exception : Proudhon possédait au moins dix de ses ouvrages d’après le fonds bis (...)
  • 42 Pour une mise en valeur de cette approche, examinant le rapport entre manuscrits, lectures annotées (...)

17Autre surprise, certaines remarques et annotations ne se trouvent pas toujours là où on les attendrait et contredisent l’irascibilité de l’auteur. Ainsi de la Philosophie du droit d’Eugène Lerminier ; la troisième édition (Paris, Guillaumin, 1853) était augmentée en particulier d’un chapitre consacré à Proudhon, qualifié de « logicien du socialisme » (chapitre XIV, p. 410-431). Dans l’exemplaire qu’il possède, Proudhon n’annote pas ce chapitre (l’a-t-il lu ?), mais il marque des passages du chapitre consacré au « Droit des gens. De la paix et de la guerre » (p. 49-60), sans doute parce qu’il préparait à l’époque La guerre et la paix (Bruxelles, Hetzel, 1862). Une dernière chose frappante est enfin l’énorme quantité de livres consacrés à la philologie, la linguistique, l’histoire, l’anthropologie et aux sciences naturelles et physiques40, là où on s’attendrait à trouver les œuvres complètes des socialistes les plus célèbres de son temps ; or il y a plus de probabilité de tomber sur un ouvrage scientifique de Flourens (9 titres), une étude linguistique de Bergmann (16), un traité de philosophie de Tissot (11, plus ses traductions), une réfutation de La vie de Jésus de Renan (22) ou un livre d’histoire portant sur la Pologne (30 titres) que d’y trouver un livre de Fourier (0), Saint-Simon (0 avant sa mort), Cabet (3, comptant les extraits d’articles), Considerant (4) ou Louis Blanc (4)41. Le contenu de la bibliothèque au moment de sa mort confirme en somme ses préoccupations de jeunesse, lorsque Proudhon, sous l’influence de Fallot, voulait refaire la philosophie de l’histoire de Bossuet à la lumière d’un humanisme postchrétien. C’est un enseignement de cette déambulation dans la bibliothèque de Proudhon : pour comprendre la pensée d’un auteur, il faut étudier les livres auxquels il se réfère autant que le courant de pensée auquel il est associé de nos jours42 !

  • 43 Denis Alland, Les fondateurs du droit international, Paris, Panthéon-Assas, 2014 (coll. Introuvable (...)
  • 44 Spécialiste de l’histoire des Provinces-Unies au XVIe siècle.
  • 45 Hector Denis, « Souvenirs », L’écho des étudiants, 17 octobre 1912. L’anecdote est évoquée par John (...)

18On a vu ici la manière dont le geste d’écriture se nourrit de la lecture des autres, et comment Proudhon a composé une bibliothèque – réelle et virtuelle – qui l’a suivi dans ses combats politiques et a accompagné la production de ses propres textes. Car il n’est évidemment pas anodin que le lecteur soit aussi un auteur (journaliste et publiciste). Sa bibliothèque, vécue ou virtuelle, est pour tout auteur un lieu de production de savoirs, dans la phase préalable d’absorption et d’intégration. L’étude de ses livres apparaît donc comme une porte d’entrée dans l’atelier de production d’une œuvre, une manière inédite de lever le voile sur la confection des textes. Démarche d’autant plus nécessaire lorsqu’on travaille sur Proudhon que, comme la plupart de ses contemporains, il est avare en citations et en références ; il faut en effet se souvenir que les hommes du XIXe siècle avaient culturellement tendance à faire « disparaître les échafaudages » : si l’honnêteté intellectuelle incite aujourd’hui tout auteur à accumuler les références bibliographiques, leur présence massive dans les textes du XIXe siècle aurait été considérée comme « un impudique étalage de culture »43. L’étude de la bibliothèque permet donc de remonter à la source des influences auxquelles se nourrit la réflexion personnelle de l’auteur ; l’entreprise n’est pas sans écueils, mais il vaut la peine d’éclairer le rapport que Proudhon-auteur entretient à Proudhon-lecteur. Dans ce sens, le tableau Proudhon et ses filles peint par Courbet est sans doute sa représentation la plus juste, qui le figure pensif, avec sa blouse de typographe, des feuillets manuscrits mélangés et quelques livres. Elle fait écho à cette anecdote d’Hector Denis. Par l’intermédiaire de Jean-Jacques Altmeyer44, le jeune étudiant belge (futur sociologue et déjà socialiste) rencontre son maître à penser dans son exil bruxellois : « Dans le cabinet de travail de Proudhon il n’y avait, outre son fauteuil de bureau, qu’une chaise. C’est naturellement à Altmeyer que Proudhon l’offrit ; quant à moi Proudhon me considéra avec une bonhomie un peu ironique, glissa au milieu de la chambre les trois gros volumes de l’histoire de la Décadence de l’Empire romain de Gibbon, et me dit : “Mettez-vous là-dessus, vous n’aurez jamais de siège plus glorieux de votre vie” »45. Cette appréciation portée sur un auteur capable de mettre en question un ordre social rétrograde, valait conseil de lecture pour fonder sa propre pensée. Loin d’être un bibliophile fétichiste, Proudhon lisait pour écrire, et la culture livresque était le socle de son combat critique pour l’émancipation des classes ouvrières.

Notes

1 Sur ces dons, voir les archives municipales, 106W1, Bibliothèque d’étude et de conservation, Besançon (désormais BECB). Dans les années 1980, Odile Pâris, conservatrice chargée des fonds patrimoniaux sous la direction du conservateur en chef Jacques Mironneau, a constitué un catalogue de la bibliothèque personnelle de Proudhon. BECB, Catalogue des livres de Pierre-Joseph Proudhon et de sa famille, Imprimerie municipale, 1987. Les manuscrits du don Henneguy sont classés entre les cotes ms. 2802 à ms. 2982, BECB.

2 BECB, cote ms. 2930. Le dernier feuillet, fº 14 vº, contient le brouillon d’une lettre de la main de Catherine adressée aux correspondants de Proudhon, « Papa et Chère Maman Bourson » (Philippe et « Mme » Bourson), sur lequel on lit : « La mauvaise santé de Papa m’a empêché de vous écrire plutôt (sic) pour vous souhaiter la bonne année. Malheureusement son état ne s’améliore pas du tout. Il n’empire pas mais il ne se guérit pas. [rayé : C’est stationnaire. Malgré sa maladie il ne cesse de penser toujours] ». Proudhon est mort le 19 janvier 1865, soit peu après la rédaction de ce brouillon. On peut penser que l’inventaire aura été commencé après son décès.

3 Un inventaire partiel de la bibliothèque de Proudhon au moment de sa mort est accessible en ligne sur le site des Presses de l’Enssib : < https://presses.enssib.fr/catalogue/bibliotheques-en-utopie >, rubrique Autour du livre et dans la bibliothèque numérique de l’école : < https://www.enssib.fr/bibliotheques-en-utopie-inventaire-partiel-de-la-bibliotheque-de-proudhon >.

4 Voir Édouard Laboulaye, « Sur un catalogue » (mars 1855), Études morales et politiques, Paris, Charpentier, 1862, p. 389 : « restez donc avec moi, pauvres livres de ma jeunesse, hirondelles blessées que j’ai recueillies sous mon toit. Vous n’en sortirez qu’après moi, pour retourner aux quais dont je vous ai tirés ; vous y attendrez quelque maître aussi obscur, mais qui, lui aussi, vous aimera pour ce que lui diront ces pages que la lecture a fatiguées ».

5 Proudhon meurt avec plus de 22 500 francs de dettes. Pour aider la veuve et ses filles, une souscription est ouverte « en faveur de la famille Proudhon ». Le registre est ouvert chez les frères Garnier, les éditeurs de Proudhon. La souscription ne fut pas publique, mais envoyée aux amis de Proudhon ; elle rapporta 36 302 francs 85 centimes. Avec la vente des œuvres inédites de Proudhon et les rééditions de ses ouvrages, ainsi que grâce à la rente annuelle de 660 francs versée par la ville d’Anvers jusqu’en 1875, Euphrasie Proudhon se trouve finalement à l’aise financièrement, remisant peut-être le projet de vente des ouvrages de la bibliothèque de son époux. Voir Pierre Haubtmann, Proudhon. 1855-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p. 405-406, ; Alfred Costes, « Les vicissitudes de l’édition Lacroix des œuvres complètes de P.-J. Proudhon », Revue d’histoire économique et sociale, 1958, 4. Dans certaines pages des ouvrages du fonds de Besançon figure en gaufrage « Vve Proudhon », suggérant une entrée dans la bibliothèque postérieure à la mort de Proudhon.

6 Leur mère, Catherine Proudhon, s’était mariée avec Louis-Félix Henneguy, scientifique et professeur au Collège de France.

7 Biblia sacra vulgatae editionis, Besançon – Paris, Gauthier frères, 1837. L’édition de cet ouvrage est consultable à la BnF ainsi que sur le site Gallica. Seules les annotations du Nouveau Testament ont été publiées à ce jour. Voir Daniel Halévy, « Biblia Proudhoniana », L’indépendance, juillet 1911, 9, p. 343-363 ; Gérard Bessière, Jésus selon Proudhon. La « messianose » et la naissance du christianisme, Paris, Éditions du Cerf, 2007.

8 Le dépôt des manuscrits à la BnF a été la conséquence d’une sorte de compromis pour que la documentation ne reste pas à l’Institut catholique de Paris. L’idée n’est manifestement venue à personne, parmi ces parisiens, de transférer le reste des manuscrits de Proudhon à Besançon. Conséquence d’une sorte de parisianisme ? On ne saurait l’affirmer.

9 Les carnets de Proudhon sont conservés dans la collection des Nouvelles acquisitions françaises (NAF), 14265-14275. Les cahiers de lecture de la période 1838-1844 sont conservés aux NAF, 18256-18259 et NAF 18261. Un cahier de lecture antérieur à la pension Suard se trouve sous la cote NAF 18260 et des notes de lecture sous NAF 18262.

10 Pierre Haubtmann donne la liste des auteurs retranscrits par Proudhon dans ses cahiers de lectures : Pierre-Joseph Proudhon. Sa vie et sa pensée (1809-1849), Paris, Beauchesne, 1982, p. 1079-1092. Une note trouvée par Haubtmann suggère même des sessions de lecture planifiées en bibliothèque, dont l’intensité éclaire la méthode de travail de l’auteur : dans des pages non reliées de 1844, contenant des « extraits de lectures », Proudhon liste ainsi 46 livres à lire et précise : « parcourir ces volumes en 15 jours : 46 ouvrages formant environ 90 volumes ; à 6 volumes par séance » (ibid., p. 1093). À signaler que quelques-uns de ses cahiers se trouvent à la BECB (en particulier les trois cahiers de la période Turbat réunis sous le titre Recherches sur l’instruction criminelle) classés sous la cote ms. 2839.

11 Conservés à la BnF, les carnets I à IX ont été publiés aux éditions Marcel Rivière, puis plus récemment par Les presses du réel ; la moitié du carnet IX et les carnets X et XI sont en cours de publication par Edward Castleton.

12 Pierre-Joseph Proudhon, « Lettre de candidature à la pension Suard, Besançon, 31 mai 1837 », Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, Paris, A. Lacroix, 1875, t. 1, p. 27.

13 Ibid., p. 28. Il s’agit des cahiers composés entre 1826 et 1832, conservés à la BnF sous la cote NAF 18260. Ils se composaient surtout d’extraits de lecture, sans commentaire (à la différence des cahiers de lecture de 1838-1844), de différents auteurs, dont les classiques sans doute étudiés au collège comme Cicéron, Sénèque, Pline, Homère, Aristote, Lucrèce, Virgile, et Plaute, puis des auteurs plus contemporains des XVIIe et XVIIIe siècles comme Massillon, Bourdaloue, Frayssinous, Vernier, Bossuet, Rousseau, La Harpe, ou Barruel, ou ceux à la mode sous la Restauration bourbonienne, comme Chateaubriand, Maistre, Bonald ou Lamennais.

14 Voir Pascal Cyrot, « L’autodidacte : un Robinson Crusoé de la formation ? », Savoirs, 2007/1, n° 13, p. 79-93. L’auteur nuance l’isolement de l’autodidacte, estimant que celui-ci subit au contraire l’influence des relations sociales dans l’auto-apprentissage. De fait, la correspondance et l’étude des réseaux amicaux témoignent que Proudhon n’est pas seul et donc pas livré à lui-même dans le choix des ouvrages qu’il lit.

15 Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 1, p. 32. Durant son compagnonnage, il écrit à ses parents : « pour le moment, je ne fais autre chose que lire et écrire dans notre chambre, lire et écrire dans les bibliothèques. C’est un peu fâcheux pour vous, j’en conviens ; ce n’était pas là tout ce que je vous avais fait espérer ; mais il faut bien commencer en toute chose par le commencement » ; A. M. et Mme Proudhon, jeudi saint 1832, op. cit., t. 1, p. 355-356.

16 Chantal Gaillard, « Portraits intimes. Les amis de Pierre-Joseph Proudhon », in Nicolas Devigne (dir.), Proudhon par l’image, Besançon, Éditions du Sekoya, 2015, p. 195-390.

17 Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 1, p. 32-33.

18 Ex. cahier A de 1844 (p. 96), Proudhon indique : « Bibliothèque de Lyon. Quai du Rhône » et suit une liste d’ouvrages.

19 Pierre-Joseph Proudhon, Carnets, Dijon, Les presses du réel, 2004, p. 244.

20 BECB, ms. 2839. Les trois cahiers sont indissociables des cahiers XIII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII conservés à la BnF (NAF 18258 à 18259), qui recoupent la même période.

21 Lettre de Karl Grün du 4 janvier 1845, citée dans l’introduction au Système des contradictions économiques, Paris, Groupe Fresne-Antony de la fédération anarchiste, s. d., t. 1, p. IX.

22 Anne-Sophie Chambost, « Proudhon et ses juges : un auteur en justice et sa critique de l’institution », in Denis Salas (dir.), La plume et le prétoire. Quand les écrivains racontent la justice, Paris, La Documentation française, 2014 (collection Histoire de la justice ; 23), p. 171-190.

23 Lettre à J. Michelet, Conciergerie, 11 avril 1851, in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 4, p. 358 ; sur la correspondance des deux penseurs, Pierre Palix, « Proudhon, un ami méconnu de Michelet », Revue d’histoire littéraire de la France, mars-avril 1977, 77e année, n° 2, p. 206-226 (plus lettres inédites, p. 246-261) ; Patrice Rolland, « La correspondance de Michelet à Proudhon », in Archives proudhoniennes, Paris, Société P.-J. Proudhon, 1995, p. 45-83.

24 Lettre à M. Carlier, 24 avril 1850, in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 3, p. 219.

25 Pour l’envoi de certains manuscrits et livres à Bruxelles, voir ses lettres des 4 et 7 septembre 1858 à sa femme publiées dans Proudhon, Lettres de Proudhon à sa femme, Paris, Grasset, 1950, p. 165-166 et p. 168-170. Pour ses journaux et sa Bible, il écrit de Bruxelles à son ami Gustave Chaudey le 8 août 1858 : « Ne va-t-on pas aller rue d’Enfer, 83, opérer une saisie, mettre à l’encan les loques de ma femme et les miennes, et étaler au grand jour ma vieille misère ? J’en ai écrit déjà à l’ami Beslay, le priant d’avertir ma femme et de l’assister de ses bons conseils. J’ai parmi mes livres la collection complète du Peuple, etc., et une Bible in-quarto, latine, chargée de notes marginales de ma main, que je ne céderais pas pour mille écus. Je tiens à ces deux objets et j’aurais un regret mortel de les voir prendre ». Il ajoute : « Je ne pense pas qu’on ose s’emparer de mes manuscrits, à moins qu’il n’y ait une loi qui assimile les manuscrits d’un auteur aux fruits pendants du laboureur et leur applique, en conséquence, les formalités de la saisie-brandon. En tout cas et pour éviter l’indiscrétion de ces bons messieurs de la police, je serais bien aise que ma femme mît en sûreté manuscrits, carnets de notes, Peuple et Bible » ; Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., p. 135-136.

26 Ces annotations ont été publiées dans leur intégralité et étudiées par Pierre Haubtmann, Proudhon, Marx et la pensée allemande, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1981, p. 229-238 ; id., Pierre-Joseph Proudhon, sa vie et sa pensée (1809-1849), op. cit., p. 1055-1063. Pierre Haubtmann a également publié les annotations que Proudhon a faites dans ses exemplaires de Ludwig Feuerbach, La religion, mort-immortalité-religion (Paris, Lacroix, 1864) et L’essence du christianisme (Paris, Lacroix, 1864) dans P.-J. Proudhon, genèse d’un antithéiste, s. l., Mame, 1969, p. 247-258 ; republié dans Haubtmann, La philosophie sociale de P.-J. Proudhon, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980, p. 211-221. Autre transcription dans Edward Castleton, « Proudhon, lecteur d’Auguste Walras », Économies et sociétés, juin 2014, 50, p. 901-938.

27 Lettre à Girardin, Paris, 2 août 1834 (sic 1854), in Correspondance de Pierre-Joseph Proudhon, op. cit., t. 6, p. 59. Précisons que dans la bibliothèque de Proudhon se trouve Le libre vote. Lettre à M. Disraeli (Levy frères, 1859) dans lequel Proudhon note à propos de Girardin : « Esprit faux, conscience corrompue, écrivain de mauvaise foi, au total malhonnête homme » (p. 48). On ne sait pas si l’avocat et rédacteur en chef du Censeur, F. Rittiez, a envoyé à Proudhon sa Science du droit ou idéologie politique (Paris, Pagnerre, 1844), mais le Franc-Comtois note sur la couverture, sous le nom de l’auteur : « Pauvre penseur, pauvre écrivain, pauvre homme ».

28 Autographe de M. Elory dans Idées générales : « A M. Proud’hon, souvenir de cordialité. Je viendrai de 7 à 8 heures du soir. J’ai quelque chose de grave à lui communiquer. Son tout dévoué compatriote H. Elory, n° 13 rue et château des Brouillards à Mont-Martre ».

29 BECB, ms. 2889, brochures diverses Empire.

30 Heather J. Jackson, Marginalia. Readers writing in books, New Haven, Yale University Press, 2001.

31 Pour des développements féconds sur différentes pratiques de lecture et la manière dont un ouvrage prend place dans la bibliothèque virtuelle du lecteur, Pierre Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus, Paris, Minuit, 2011.

32 Dans le catalogue des livres de Pierre-Joseph Proudhon se trouvent : le tome 10 des œuvres de Rousseau publié chez Garnery en 1823 (théâtre), le tome 5 des œuvres publiées chez Théodore Desoer en 1822 (politique) et le tome 9 des œuvres publiées à Amsterdam chez M. Rey en 1772 (« A M. Christophe de Beaumont », « Lettres écrites de la montagne »).

33 À propos de Rousseau, les cahiers de lectures et les carnets signalent deux lectures du Contrat social, une première fois en avril 1839 puis une seconde, très fouillée, en octobre 1850. L’Émile et la Profession de foi du vicaire Savoyard sont lus en 1839, le Second discours en janvier 1840. Dans les carnets, une série de commentaires sur les ouvrages du Genevois suggère même en 1851 une connaissance très complète de l’œuvre, mais aussi un certain agacement, puisqu’il achève l’énumération des ouvrages d’un « Genevois pédant, sectaire, entêté, etc. ». Pierre-Joseph Proudhon, Carnet IX, Paris, Marcel Rivière, 1960, vol. 4, p. 292. Ce jugement s’aggrave avec le temps, surtout quand Proudhon, en pleine démence polonophobe, lit en 1862 les Considérations sur le gouvernement de Pologne. Anne-Sophie Chambost, « Proudhon, lecteur critique du Contrat social », in Collectif, L’idée contractuelle dans l’histoire de la pensée politique, Aix-en-Provence, PUAM, 2008, p. 459-475 ; Edward Castleton, “A Nineteenth-Century Anarchist Critique of Polish Anarchy: Pierre-Joseph Proudhon on the Natural Lives of States, Polish History, and Jean-Jacques Rousseau’s Considérations”, in Graham Clure et Richard Butterwick-Pawlikowski (dir.), Rousseau and Poland. Federalism, Political Economy, and Representative Democracy, Leiden, Brill, à paraître. Les ouvrages de Kant que Proudhon possédait venaient de Claude-Joseph Tissot, traducteur de Kant, ami de Proudhon.

34 Pour les notes manuscrites de Proudhon sur ces ouvrages, voir BECB, ms. 2863, fos 127 ro-136 vo, fos 139 ro-143 ro, fo 145 ro et fos 152 ro-166 vo. La bibliothèque bisontine n’a jamais reçu l’exemplaire du Dictionnaire.

35 Voir les notes de Proudhon sur Vattel dans ms. 2879, fos 54-100 ro-vo et ms. 2836, fos 47-49 ro-vo, ou sur Rulhière et d’autres écrivains qui ont écrit sur la Pologne au XVIIIe siècle et ses partitions, dans ms. 2835 passim.

36 BECB, ms. 2863, fo 136 vo. L’affinité n’était pas partagée ; intéressé par les écrits d’autres socialistes français, Mill détestait Proudhon avec une violence inhabituelle, écrivant : « I honestly wish Proudhon dead however – there are few men whose state of mind, taken as a whole, inspires me with so much aversion, and all his influence seems to me mischievous », remarquant ailleurs que Proudhon possédait « nothing whatever of all that I like and respect in the socialists to whom he in no way belongs ». John S. Mill, Collected Works, V. 14, Toronto, University of Toronto Press, 1972, p. 21 et p. 34.

37 Armelle Le Bras-Chopard, « Proudhon, Louis Blanc et Pierre Leroux : polémique sur la question de l’État », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1993, 9, p. 45-56.

38 « Quand un écrivain obéit, à son insu, à des principes contradictoires, non seulement il se contredit partout, mais il contredit les autres surtout. C’est ce qui arrive à L. Blanc et à bien d’autres » (introduction) ; « Quelle fatigue de lire cet homme ! Quel pitoyable déclamateur ! Et cela a une réputation ! Un ressasseur ampoulé d’idées communes et dépourvu de philosophie » (p. 185).

39 Proudhon avait l’habitude de laisser des feuillets manuscrits de notes de lecture dans certains de ses livres. Il y a une cote entière de ses manuscrits composée des papiers trouvés dans les livres de sa bibliothèque (BECB, ms. 2884).

40 E. Fauré-Fremiet, époux de Jeanne, a transcrit les annotations des livres et des manuscrits de Proudhon ayant trait aux questions scientifiques. BECB, ms. 2924.

41 Pierre Leroux fait exception : Proudhon possédait au moins dix de ses ouvrages d’après le fonds bisontin.

42 Pour une mise en valeur de cette approche, examinant le rapport entre manuscrits, lectures annotées, et livres publiés, Edward Castleton, « Une anthropologie téléologique : fins et origines des peuples et des hommes selon Pierre-Joseph Proudhon », in Vincent Bourdeau et Arnaud Macé (dir.), La nature du socialisme. Pensée sociale et conceptions de la nature au XIXe siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2017, p. 197-242 ; Edward Castleton, « Pierre-Joseph Proudhon et l’histoire mondiale des peuples : diversité des langues et perfectibilité humaine », Romantisme, 2019, 185, p. 85-95 ; Edward Castleton, “A Nineteenth-Century Anarchist Critique of Polish Anarchy”, op. cit.

43 Denis Alland, Les fondateurs du droit international, Paris, Panthéon-Assas, 2014 (coll. Introuvables), introduction, p. 11.

44 Spécialiste de l’histoire des Provinces-Unies au XVIe siècle.

45 Hector Denis, « Souvenirs », L’écho des étudiants, 17 octobre 1912. L’anecdote est évoquée par John Bartier, « Proudhon et la Belgique », in L’actualité de Proudhon (Actes du colloque de l’Institut de sociologie de l’université libre de Bruxelles, 24 et 25 novembre 1965), Bruxelles, Éditions de l’Institut de sociologie de l’université libre de Bruxelles, p. 184, n. 106.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search