Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques en utopie

 | 
Nathalie Brémand

Partie 1. Livres

Chapitre 1. « Papier, Dorure, Images, Caractère »
Les livres d’images dans l’œuvre de Charles Fourier

Florent Perrier

Texte intégral

  • 1 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, Dijon, Les presses du réel, 2001 [1829] (...)

« Que de richesses dans les livres, que de misère dans les chaumières ! »Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire1

Instruire l’incivilisation

1La civilisation du livre. Que faire de cette dénomination, sinon de cette réalité, quand la civilisation doit tomber ? Le livre, dont elle se réclame et s’honore, ne doit-il pas être à son tour déchu, destitué ou pour le moins déconstruit ? Et les livres d’utopistes, ces êtres si peu civilisés, le plus souvent perçus comme de simples brûlots, d’insensées déflagrations armées de barbarismes et vouées à la seule destruction, n’auraient-ils pas alors pour fonction première d’instruire l’incivilisation ?

2Ouvrir le moindre des ouvrages de Charles Fourier lève à cet égard toute ambiguïté sur la nature subversive de ses écrits jusque dans leur composition : souvent les pages ne se suivent pas, la construction y est sans égale pour perdre le lecteur soucieux de linéarité et nombre de néologismes achèvent une désorientation assumée, car propice à un écart absolu qui, plutôt que de mener les volumes du « rêveur sublime » sur les tables d’étude civilisées, les conduisit droit à l’index.

3Cette déconstruction de l’architecture classique du livre au profit d’un éclatement des repères habituels du lecteur n’avait d’autre objet, si l’on en croit une insolite annonce jointe à la Théorie de l’unité universelle où Charles Fourier endosse entièrement la singularité de ses ouvrages, que de mettre l’accent sur leur contenu, d’attirer ainsi l’attention du lecteur sur un fond que la forme, par ses écarts, cherchait à rendre plus tangible.

  • 2 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, Dijon, Les presses du réel, 2000-2001 [1822], vol. (...)

4Ces étranges « instructions pour le vendeur et l’acheteur » collées au revers de la couverture, en face du titre de l’édition de 1823, soulignaient ainsi qu’en France, « beaucoup d’acheteurs jugent un livre sur le format et la table des chapitres ; sur les apparences » ; « Papier, Dorure, Images, Caractère ». Et si, évoquant « le format peu séduisant » de son ouvrage, l’auteur reconnaissait son livre à « la distribution insolite » comme étant assurément « bizarre », il enjoignait au lecteur d’être « accommodant sur les FORMES de l’ouvrage » pour ne s’attacher qu’à « vérifier si le FOND est juste »2.

  • 3 Ces travaux sont pour certains repris dans le second numéro thématique des Cahiers Charles Fourier (...)

5L’énumération « Papier, Dorure, Images, Caractère » fait une place à la séduction des images sans indiquer pour autant ce que pourraient être des images incivilisées alors même que le livre, incivilisé lui aussi, est précisément entre les mains du lecteur. À bien y réfléchir, seuls les surréalistes ou leurs devanciers immédiats ont su instruire le procès de l’image civilisée en la travaillant d’écarts absolus et ce n’est pas un hasard si Pierre Faucheux, inventeur de la technique des « écartelages », fut mis à l’honneur avec ses collages et travaux graphiques lors de la XIe Exposition internationale du surréalisme de 1965 justement intitulée L’écart absolu et pour laquelle il proposa plusieurs « portraits harmoniques de Charles Fourier » reproduits dans le catalogue de l’exposition3.

  • 4 Voir notamment les contributions rassemblées dans le numéro thématique des Cahiers Charles Fourier (...)
  • 5 TUU 1, p. 104.

6Les recherches de ce « typographe à façon » aux « cent millions de couvertures » constituent un aiguillon pour poursuivre la réflexion déjà engagée sur la place de l’image dans la pensée de Charles Fourier4 et s’interroger ici, non sur la question des images à l’intérieur de ses propres ouvrages (n’y figurent tout au plus que des plans de phalanstères), mais sur le sort fait aux livres et singulièrement aux livres d’images dans un monde sociétaire où, comme il le projette, le livre civilisé ne subsistera plus que comme le témoin ridicule d’un monde révolu et mensonger, voué à ne persister que dans le cadre d’une surprenante « archéologie sociale burlesque »5.

  • 6 Voir à ce sujet l’article de Jean-Louis Bédouin, « D’un homard et d’une sorcière : introduction au (...)
  • 7 Simone Debout-Oleszkiewicz dit l’essentiel au sujet de l’analogie dans la pensée de Charles Fourier (...)

7Cette question des images, de leur agencement comme de leur circulation dans la pensée de Charles Fourier est d’autant moins anodine que cette dernière est assurément une pensée par images et ses réflexions fréquentes sur l’analogie, dont l’immense Grandville se montrera l’artiste le plus immédiatement inspiré avant que les surréalistes ne s’en réclament à leur tour6, le montrent abondamment, ne cessant d’enluminer d’images en effet foisonnantes les moindres lignes de ses écrits. Sous sa plume, l’analogie interroge notamment les dédoublements, les décalques, elle joue des superpositions et de leurs décalages comme des écarts dans les troublantes ressemblances, elle met en valeur la persistance du même sous les formes changeantes du différent7.

  • 8 « La nature, qui lie tout son système, donne dans ses créations divers tableaux des sociétés passée (...)

8Or, doubler la civilisation fut justement l’ambition principale de Charles Fourier : la doubler au sens de la dépasser, la prendre de vitesse pour l’abandonner à ses erreurs séculaires, mais, plus surprenant encore, la doubler aussi au sens de la dédoubler ou de la redoubler, d’en reproduire les créations phares pour en mieux révéler les falsifications intrinsèques : jouer sur les répétitions ou les reproductions pour mieux mettre en valeur, par écart, les singularités émancipatrices d’un nouveau monde advenu8. À cette aune, le devenir des bibliothèques civilisées sera, dans le monde harmonien, d’être ainsi consciencieusement redoublées, répétées, tel un bégaiement ou tel le trépignement comique d’une civilisation engluée dans son surplace et dont l’image saute quand au loin, déjà hors champ et sans doute hors limite, le fil sociétaire déroule à l’infini la course de ses chatoyantes divergences, celle de ses écarts créateurs.

Le devenir des bibliothèques civilisées

  • 9 Charles Fourier reprend ici une citation du poète Barthélémy que l’on trouve ainsi reproduite dans (...)
  • 10 NMIS, p. 313.

9Il n’est pas dix pages des ouvrages de Charles Fourier sans l’évocation des ravages causés par les livres civilisés et leur accumulation dans des bibliothèques juste bonnes à être jetées au bûcher. Fatras des bibliothèques, débâcle des bibliothèques, bourbier des six cent mille volumes où la raison de l’homme est enfoncée depuis des siècles, rien n’est trop fort pour condamner « ces prétendus trésors de connaissances sublimes » qui ne sont « que des dépôts humiliants de contradictions et d’erreurs »9. Cependant, comme souvent chez cet adepte du travestissement de la pensée, le détail singulier est chez Fourier plus éloquent que bien des formules répétées à l’envi. Si les « bibliothèques politiques et morales » de « l’infâme civilisation perfectible » se verront être « conspuées, déchirées dans le premier instant de colère, et livrées aux plus vils emplois », Charles Fourier précise toutefois, dans Le nouveau monde industriel et sociétaire, que ce mouvement d’humeur destructrice des livres civilisés ne durera qu’un temps, « jusqu’à ce qu’on les ait réimprimés avec la glose critique, placée en regard du texte, pour en faire la risée perpétuelle du genre humain »10. Au premier mouvement de destruction, à cette jouissance née de la libération soudaine d’un monde de mensonges, doit en effet succéder la reproduction augmentée des plus significatifs de ces livres, soit leur dédoublement ou leur redoublement à des fins cacographiques, opération présentée sous l’espèce d’une métempsycose de bouquins.

  • 11 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Français, historique, géographique, m (...)
  • 12 TUU 1, p. 104-105.
  • 13 Ibid.

10Apparue sans doute au XVIIIe siècle, mais surtout utilisée dans un cadre pédagogique au long du XIXe siècle, la cacographie désignait, à suivre Pierre Larousse, une « méthode d’enseignement de l’orthographe, qui consiste à donner à l’élève des phrases mal orthographiées, pour les lui faire corriger », procédé considéré par l’auteur de cette définition comme « un mode d’enseignement vicieux qui tend à disparaître tout à fait de nos écoles, et qui est déjà abandonné depuis longtemps par les maîtres les plus éclairés »11. Ainsi Fourier souhaite-t-il, non sans ironie, et ce « dès la fondation de l’état sociétaire », que « les ouvrages philosophiques les plus notables » soient « réimprimés à plusieurs millions d’exemplaires : ces écrits, quoique perdus sous le rapport dogmatique, seront doublement en crédit, à titre de classiques littéraires, monuments plaisants de l’enfance de l’esprit humain, cacographies sociales »12. Cette métempsycose de bouquins où le contenu des ouvrages civilisés sera dès lors doublé d’une « contre-glose ou analyse des contre-sens », doublure au moins « égale en étendue à l’ouvrage », a pour objectif « l’instruction des enfants et des pères » ainsi exposés à la mise en regard des textes d’origine scrupuleusement reproduits et de « tous les contre-sens de détail et d’ensemble » qui viennent marquer en creux leur caractère « civilisé »13.

11Cette exposition tangible, dans un même volume, d’une exemplarité écrite retournée en son contraire, en maîtresse d’erreurs et de faussetés, ne saurait épargner sur le principe le domaine de l’image même si Fourier ne l’évoque ici aucunement. La métempsycose d’ouvrages devrait donc avoir pour pendant celle des images, soit leur reproduction augmentée de commentaires écrits ou dessinés destinés à travailler l’écart entre la civilisation déchue et l’harmonie advenue, non pour proposer une image étalon ou une « image juste », mais, pour reprendre le carton de Jean-Luc Godard dans le film Vent d’est (1969), « juste une image », mise au jour par l’exemple de ses conditions de construction arbitraire, de ses procédés et processus d’apparition historiques, soit celle d’un mouvement qui ne cesse en réalité de la travailler et de la multiplier là où l’image supposée vraie, l’image « civilisée », n’est plus que peau morte, inscription figée et périmée du conservatisme le plus éculé.

  • 14 Ibid. Le contenu des bibliothèques d’hommes, d’un côté, ou des bibliothèques de femmes, de l’autre, (...)

12Le paradoxe de cette métempsycose envisagée par Fourier, ironie redoublée, est de redonner naissance à des créations, livres ou images, ainsi réintroduites à des millions d’exemplaires dans la circulation des savoirs où elles figurent, accompagnées de leurs glossaires, « à titre de monuments plaisants et burlesques ». L’exemple retenu du Télémaque de Fénelon, dûment doublé de ses contre-gloses, montre cette prolifération considérable des exemplaires d’un ouvrage devenu pourtant sans objet, effet de l’analogie qui devrait, selon Fourier, pousser les savants et les libraires civilisés à « faire trêve de prévention », à peser les « immenses avantages que va leur procurer le régime sociétaire » et les encourager au final à « accélérer la déconfiture des bibliothèques philosophiques » : « À titre d’ouvrage distingué, on le tirera [le Télémaque] à dix exemplaires par canton ; savoir : 6 pour les 3 bibliothèques d’hommes, femmes et enfants (celle-ci exclut les gloses d’amour), et 4 pour amateurs d’archéologie sociale burlesque. Il faudra donc, pour effectuer cette fourniture aux 600 000 cantons du globe, 6 millions d’exemplaires »14.

  • 15 Sur les rapports de l’image fouriériste au mouvement cinématographique, nous renvoyons à la fin de (...)

13La constitution de cette archéologie sociale burlesque, outre son aspect satirique, montre que ce qui se joue par ailleurs ici à travers le devenir des bibliothèques civilisées participe de ce déplacement constant des usages comme des connaissances qui n’autorise, en harmonie, aucune fixation, aucune assignation et dont les livres civilisés, devenus ruines ambulantes, forment le contre-exemple grimaçant. La volonté affichée par Fourier de cartographier très exactement le monde par des cadastres et autres encyclopédies naturelles, celle de dédoubler le monde par son image même, ne doit à cet égard pas être mécomprise. Elle est le signal lancé par l’utopiste d’un mouvement infini de décalque de l’existant qui maintient paradoxalement en lui un bougé, un mouvementé grâce auquel les sociétaires sont portés à l’exploration, à la découverte, au désir de savoir sans cesse relancé plutôt qu’à la conquête surannée de certitudes extérieures toujours déjà dépassées par le travail des sous-jacences et des associations, le travail de l’analogie. Le réel ainsi doublé de son écorce livresque n’est pas l’inerte qui viendrait répéter le figé, ils s’innervent au contraire mutuellement en permanence à la faveur de nouvelles correspondances ou de nouveaux liens, brèches ouvertes vers d’inconnus paysages constellés de lacunes, des paysages à peindre comme à parcourir, à parcourir pour les peindre, mais alors jamais semblables au visible, jamais comme image arrêtée15.

Cartographier le nouveau monde : cartographier l’infini

  • 16 TUU 1, p. 446-447.
  • 17 Ibid.
  • 18 Charles Fourier, La fausse industrie morcelée, répugnante, mensongère et l’antidote, l’industrie na (...)

14L’entreprise de cartographie du nouveau monde esquissée par Fourier confirme ainsi son désir de doubler la civilisation : il s’agit là encore de dépasser celle qui « se montre en pygmée » pour n’avoir fait « que des ébauches et lambeaux de cadastre » et, dans le même temps et du même geste, de redoubler les terres et mers explorées par leurs plans très exacts qui seront alors donnés magnifiquement « en cent vingt mille tomes de 30 pouces de hauteur, contenant chacun 50 cartes, avec colonnes explicatives et gravures au revers, indication de la nature de chaque sol, constatée par des fouilles de 20 et 30 pieds. Sur les 120 000 tomes, il y en aura environ 80 000 pour les terres, 40 000 pour les mers littorales et les bas-fonds »16. Des groupes locaux de « géomètres, minéralogistes, graveurs, etc., qui représenteront au revers de carte les beaux édifices et beaux points de vue du canton » s’affaireront à cette cartographie menée collectivement et digne, selon Fourier, « d’électriser les amis du beau et de l’utile »17. La doublure n’est donc pas seulement à envisager du monde réel par l’exactitude de son plan reporté sur papier, mais de ce dernier encore par des représentations graphiques choisies qui viennent en quelque sorte tapisser d’images ou mieux, perturber d’images subjectives les simples relevés scientifiques. La fausse industrie présente une variation en cette matière puisque le cadastre du globe y est mentionné « en double carte », une de surface et une de perspective, et comportera cette fois 160 000 tomes. Fourier précise qu’il se trouvera « dans tous les chefs-lieux de 3e degré, desservant environ une douzaine de phalanges » et que dès lors, on sera « à la campagne, aussi bien pourvu qu’à la ville, en moyens d’instruction et de plaisir »18.

15Cette dissémination sur toute la surface du monde sociétaire d’un tel cadastre accompagné d’images subjectives, soit de trouées de l’imaginaire dans la peau du réel, démontre en vérité l’ambition réservée par Fourier aux livres d’images relativement à l’instruction et, par extension, à l’émancipation des phalanstériens. Vitupérant sans cesse l’idéologie civilisée du « gniak Paris, gniak Paris », il soutient au contraire « qu’on ne trouve à Paris rien du nécessaire en études » et choisit de le prouver justement « par la branche de la gravure » :

  • 19 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, Dijon, Les presses du réel, 2000-2001 [1822], vol. (...)

Les Parisiens, par le fait, s’accusent eux-mêmes sur ce point : car on voit, à leur cabinet d’histoire naturelle (salon de peinture), des gravures enluminées, représentant une panthère, un canard, un singe, etc. On peut leur demander pourquoi ils n’ont pas représenté ainsi, avec enluminures, tout l’ensemble des règnes, notamment les 30 à 40 000 végétaux qu’il est impossible d’étudier sur la gravure à l’encre. Il faudrait voir les nuances des feuilles et fleurs, des fruits et semences, etc. Sur ce point, tous les naturalistes vont tomber d’accord avec moi, convenir que ce colossal ouvrage serait indispensable, et que tous les hommes de l’art coopéreraient ardemment à cette ENCYCLOPÉDIE NATURALOGIQUE ENLUMINÉE.19

  • 20 On se rappellera ici que le drapeau de l’harmonie est aux couleurs de l’arc-en-ciel.

16La précision des formes et des couleurs exigée ici a une double fonction : elle est notamment celle de la connaissance et des savoirs nécessaires à l’exercice de la science analogique pour laquelle tout détail fait sens, même le plus infinitésimal, mais elle est également la concrétisation tangible de la mise à disposition du luxe pour tous les sociétaires, les faisant littéralement passer d’un monde en noir et blanc à un monde en couleurs20. Ce basculement est aussi l’indice d’une priorité donnée aux sciences et aux arts aux dépens des entreprises de destruction caractéristiques de la civilisation et dont ses livres témoignent justement par leur complicité, au moins passive, avec la barbarie. Dans un nouveau monde où importe avant tout la circulation des connaissances mises au service de l’émancipation des individus comme des communautés, c’est-à-dire mises au service de l’accroissement de leurs plaisirs et jouissances, rien ne saurait être épargné :

  • 21 TUU 2, p. 426-428.

Faudra-t-il cent millions pour cette encyclopédie des règnes ? Cent millions seront assignés et versés à l’instant par le congrès d’unité universelle. En décrétant cette fructueuse avance et une foule d’autres également utiles, il ne fera que suivre la loi de contre-mouvement […] faire pour la sagesse et les travaux productifs, autant que font les civilisés pour la folie et la dévastation. Ils sont toujours prêts à dépenser un milliard s’il s’agit de piller, brûler 50 villes et 500 villages, faire périr de blessures ou de misère 500 000 hommes, en l’honneur des perfectibilités de civilisation perfectible. Je le répète : pour opérer ces ravages, le monde civilisé a toujours un milliard tout prêt […]. Mais si on proposait de verser seulement cent millions d’avances pour une entreprise utile, comme le dictionnaire que je viens de citer, toute la finance en hausserait les épaules ; puis les naturalistes seraient bernés comme visionnaires […]. Bref, la science ne peut prospérer, les grandes entreprises ne peuvent s’exécuter que dans un ordre social qui aura surabondance de richesses et de capitaux à verser.21

17L’immédiate et luxueuse mise en œuvre de ce livre d’images, de cette Encyclopédie naturalogique enluminée sitôt lancée avec le dépassement de la civilisation participe, dans la pensée de Charles Fourier, du choix dûment pesé d’exemples grâce auxquels l’existant révèle sa pauvreté intrinsèque, son refus d’user des richesses à portée de main pour basculer vers un nouveau monde d’images en couleurs, images synonymes de dissémination des arts et des savoirs enfin accessibles à tous sans avoir à passer sous les fourches caudines de la centralisation politique et géographique ou de l’instrumentalisation de ces pratiques à des fins partisanes. Que les livres d’images en couleurs soient partout répandus, voilà donc l’amorce du désir pour un peuple d’artistes à venir :

  • 22 FI, p. 252-253.

Mais les théâtres, les musées, les bibliothèques !!! on aura tout cela dans les campagnes : il y a théâtre dans chaque phalange, tous ses membres auront été élevés sur les planches au bout de vingt ans […]. Ainsi, chaque phalange aura dans chaque genre plus d’acteurs, au bout de vingt ans, que n’en réunit aucun théâtre de Paris ; plus de musiciens, danseurs, chanteurs et comparses qu’on n’en voit à l’opéra. […] Les moyens augmenteront de même en instruction. L’on n’a dans Paris que des bibliothèques sans feu, sans papier ; cette pauvreté ne règne pas en harmonie ; l’on trouvera dans chaque phalange des ouvrages dont Paris et Londres n’oseraient pas entreprendre le quart, comme l’histoire naturelle à planches enluminées en phases et détails. Les civilisés n’ont que des planches noires qui ne donnent pas de notions exactes, pas de détails coloriés. Cet ouvrage sera la première entreprise de la hiérarchie sphérique, dès qu’elle sera constituée. Il contiendra pour les trois règnes, au moins cent mille planches représentant chaque animal et végétal, dans ses diverses phases de croissance et décroissance ; le tout colorié : ce sera un ouvrage en deux mille tomes de vingt-quatre pouces de hauteur, contenant chacun cinquante planches : on le tirera à sept cent mille exemplaires.22

  • 23 TUU 2, p. 497.
  • 24 Ibid., p. 426-428.
  • 25 NMIS, p. 506. La citation se poursuit ainsi : « Il faudrait un ouvrage contenant cent mille planche (...)

18Des livres doublés de contre-gloses imprimés à plusieurs millions d’exemplaires, un cadastre composé de 160 000 tomes, une histoire naturelle aux 100 000 planches enluminées, formée de 2 000 tomes et tirés à 800 000 exemplaires, un atlas anatomique enluminé du corps humain d’au moins 20 tomes et tiré au même nombre d’exemplaires, les chiffres, comme souvent chez Charles Fourier, ne valent que pour les ordres de grandeur et ces derniers donnent assurément le tournis. Cela n’est évidemment pas anodin et pointe vers le premier mot utilisé par Fourier pour évoquer les phalanstères, le mot de tourbillon : c’est assurément ici un tourbillon de livres et d’images qui va définitivement emporter la civilisation, la doubler en la retournant sous sa doublure chatoyante, une doublure colorée désormais mise au jour et dont l’éclat comme le mouvement viennent dans l’instant éclipser la supposée richesse civilisée. Sur fond de recherches destinées à promouvoir ici une « typographie unitaire » ou là un « langage unitaire » né de la pratique généralisée de l’opéra, cette « école de morale en image »23, Fourier met en avant, ainsi qu’il l’écrit volontairement en majuscules, « LA GRAVURE SOCIÉTAIRE », qui « opérera dans toutes les branches de sciences et d’arts »24, tel l’instrument idoine pour le dépassement de la civilisation. Car là où la civilisation est bornée dans ses préjugés et limitée par sa mesquinerie – « On nous vante les richesses des nations, le lustre des sciences, et pourtant les grandes capitales, Paris et Londres, n’ont pas même de livres élémentaires pour l’étude de la nature »25 –, cette pratique plastique créatrice vouée à la constitution de millions de livres d’images n’est rien moins que l’instrument d’une cartographie sensible du nouveau monde, autrement dit d’une cartographie de l’infini.

19La cosmogonie de Fourier, qui fascina tant André Breton dans son Anthologie de l’humour noir, étend en effet le monde sociétaire à des millions d’univers en mouvement perpétuel et l’infinitésimal, notion si précieuse à Fourier pour dire les moindres variations dans le règne des passions et des désirs, aussi bien que les astres, les comètes ou les planètes, les univers en déplacement, dans leurs phases ascendantes ou descendantes, dans leurs moments de transition doit pouvoir être cartographié lui aussi, c’est-à-dire représenté, mis en images. Dessiner ainsi le mouvement même de l’infini se déplaçant continûment, cartographier l’infini par le moyen de la gravure sociétaire, c’est ni plus ni moins faire de cette dernière la révélatrice d’un monde en couleurs, l’instrument créateur qui vient doubler le réel d’une peau d’images mouvantes et tourbillonnantes au sein de laquelle le livre d’images opère, dès l’enfance, comme amorce de tout désir.

Le livre d’images ou l’amorce du désir

  • 26 Charles Fourier, Vers une enfance majeure, textes sur l’éducation réunis et présentés par René Sché (...)
  • 27 Ibid., p. 152.

20Dans son excellente anthologie de textes de Charles Fourier consacrés à l’enfance, René Schérer propose comme sous-titre à un passage traitant de l’éducation des enfants de 4 à 8 ans et demi la formule Contre l’éducation livresque, car, sauf exception, « la masse des enfants au-dessous de 8 ans et demi sera réputée hors d’enseignement intellectuel, et bornée à l’instruction matérielle ». Les livres ne seront donc, comme le précise encore Fourier, d’aucun usage avant 9 ans et « on considérera comme nulle toute étude scientifique »26, privilège ainsi donné à l’apprentissage de la pratique sur celle de la théorie, moyen imparable pour « jeter au feu les cent mille tomes d’éducation » qui n’envisagent l’inverse, la contre-marche, que sous les coups et par la contrainte. L’harmonie ne fera ainsi jouer que « l’attraction, les passions de l’enfant », elle variera « à l’infini les initiations données à l’enfant » pour le faire « voltiger de plaisir en plaisir » et transformer son éducation sociétaire en « sentier de roses » quand elle n’est, dans l’état civilisé, qu’un vil « chemin de ronces »27.

  • 28 TUU 2, p. 519-522.

21Mais comment amener ensuite l’enfant à l’enseignement intellectuel qui n’est aucunement dévalorisé, mais simplement repoussé en âge, comme l’amorcer au désir de comprendre et faire qu’il ait plaisir à mêler désormais à la pratique la théorie ? Par le livre d’images précisément. Pour que les facultés spirituelles se déploient aussi abondamment en haute enfance que les facultés sensuelles l’auront été en basse enfance, il faut amorcer en effet le désir de l’enfant et l’amener aux études qui « doivent naître d’une curiosité éveillée par les fonctions matérielles »28. Il faut ménager pour cela un élément d’articulation entre le domaine pratique du sensuel et celui théorique du spirituel et cet élément, ainsi que l’expose Fourier par l’exemple du jeune Nisus, est précisément l’image, qu’il place à l’interface de ces deux domaines, en pivot :

  • 29 Ibid.

Nisus à 6 ans est passionné par le soin des faisans et des œillets ; il figure activement dans les intrigues des groupes qui soignent la faisanderie et l’œilleterie. Pour introduire Nisus aux écoles, on se gardera bien de mettre en jeu l’autorité paternelle et la crainte des férules, pas même l’espoir de récompense. On veut, au contraire, amener Nisus et ses pareils à demander l’instruction : comment s’y prendre ? Il faut amorcer les sens, qui sont les guides naturels de l’enfant. Le vénérable Théophraste qui, à la faisanderie, préside les chérubins et les aide de ses conseils, apportera à la séance un gros livre contenant les gravures des différentes espèces de faisans, de celles que possède le canton, et de celles qu’il ne possède pas. (C’est un volume de l’Encyclopédie naturalogique enluminée). Ces gravures font le charme des enfants de cinq ans ; ils en parcourent avidement la collection. Au-dessous de ces belles images est une courte définition. L’on en explique 2 ou 3 aux enfants. Ils voudraient entendre lire toutes les autres ; mais le vénérable de station ou le séraphin de ronde n’a pas le temps de s’arrêter à ces explications. C’est une ruse convenue dans les Séristères de basse enfance : chacun est d’accord à dire au chérubin, qu’on n’a pas le temps de lui expliquer ce qu’il veut savoir ; on lui refuse adroitement les instructions qu’il demande ; on lui observe que s’il veut connaître tant de choses, il n’a qu’à apprendre à lire, comme tel et tel qui ne sont pas plus âgés que lui, et qui, sachant lire, sont déjà admis à la bibliothèque mineure. Là-dessus, le séraphin emporte le livre des belles images dont on a besoin aux salles d’étude. Pareil tour est joué aux enfants qui cultivent les œillets ; on a excité leur curiosité sans la satisfaire en plein. Nisus piqué de cette double privation qu’il a essuyée aux groupes de faisanderie et d’œilleterie, veut apprendre à lire pour s’introduire à la bibliothèque, et y voir les gros livres qui contiennent tant de belles images. Nisus fait part de ce projet à son ami Euryale, et tous deux forment le noble complot d’apprendre à lire. Une fois l’intention éveillée et manifestée, ils trouveront assez les secours de l’enseignement : mais l’état sociétaire veut les amener à demander l’instruction ; leurs progrès seront trois fois plus rapides, quand l’étude sera travail d’attraction, enseignement sollicité. Ici j’ai mis en jeu l’un des goûts favoris de l’enfance, le goût des gravures enluminées, représentant les objets auxquels l’enfant s’intéresse activement par connexion avec ses travaux.29

  • 30 Ibid.

22Le livre d’images favorise ainsi le lien actif entre les deux pôles principaux de l’éducation des enfants harmoniens, il est l’amorce d’un désir de savoir et de connaître que la multiplication des bibliothèques vient en tous lieux récompenser. Loin des « mobiles civilisés » qui recourent « à l’ordre du père et du pédant, aux pénitences et châtiments », l’amorce du livre d’images, compliquée de « refus concertés » et de « ruses innocentes pour éveiller l’émulation », repose sur les seuls travaux « que l’enfant exerce passionnément »30, c’est-à-dire sur une réalité connue que l’image vient ainsi redoubler et doubler, redoubler par la représentation enrichie du déjà connu (à l’image de l’espèce familière est jointe une courte légende, amorce vers l’écrit) et doubler du même coup par celle de l’inconnu révélé (la représentation des espèces que le canton ne possède pas), véritable « véhicule d’attraction », support matériel enluminé du désir d’apprendre à l’infini ainsi piqué au vif, aiguillonné.

  • 31 Charles Fourier, Harmonie aromale des astres, texte de Charles Fourier, vingt-trois observations de (...)

23Mais cette amorce est en vérité infinitésimale à l’échelle du nouveau monde sociétaire, car elle ne lève le voile, par l’image et pour les seuls enfants, que sur une vision du monde que la science de l’analogie a pour objet de multiplier en grand, de détailler infiniment, voire indéfiniment. Charles Fourier en donne une idée dans son texte L’harmonie aromale des astres que le peintre Pierre Alechinsky n’a pas innocemment « observé » et auquel il a réagi plastiquement, par la rencontre de corps ou de figures tracés à même les planches débrochées d’une Histoire naturelle aux pages dédiées à différentes espèces de Vers infusoires. La juxtaposition de ces formes organiques rigoureusement gravées avec exactitude, mais venues comme d’une réalité de nulle part, avec des portraits esquissés et brossés dit, par superposition et dédoublement, l’improbable de la rencontre ou de la provenance envisagée par Fourier via l’analogie : « Il faut, pour connaître le système de la nature, que nous sachions déterminer précisément quelles copulations d’astres nous ont donné chacun des trente mille végétaux, chacun des animaux et minéraux, et quel effet de passions ils dépeignent hiéroglyphiquement »31.

24Dépeindre hiéroglyphiquement l’effet des passions, n’est-ce pas là précisément ouvrir un espace infini pour l’image et, par conséquent, pour les livres d’images appelés à se multiplier ainsi toujours plus sous l’effet de la lecture du grand livre de la nature ?

  • 32 NMIS, p. 483. Voir également FI, p. 93 où Fourier met en avant « les tableaux de nos artistes », de (...)
  • 33 NMIS, p. 490-491.

25Les beaux esprits civilisés sont incapables de nous expliquer une seule ligne de ce grand livre de la nature, ils sont inaptes, selon Fourier, à nous laisser pénétrer « sa voix éloquente et ses beautés » et « ce GRAND LIVRE » est dès lors voué à rester, sans le calcul de l’analogie, « une désolante énigme »32. Or, pour encourager en ce sens l’étude de la nature et « donner à chaque animal ou végétal ou minéral, un corps, une âme, un esprit, un visage »33, Fourier imagine justement la publication d’un volume d’abord intitulé PREMIÈRE CENTAINE D’ANALOGIES où sera peu à peu regroupé ce qu’il nomme ailleurs les « feuilles d’analogie » :

  • 34 FI, p. 318.

Les feuilles d’analogie seront imprimées en argot d’amour, afin que les enfants, s’ils en trouvent, ne puissent les comprendre. La nature est si franche, si CRUE dans ses tableaux ! Ils sont ultra-grivois, graveleux, obscènes ; or les harmoniens, selon le principe maxima debetur puero reverentia [le plus grand respect est dû à l’enfant], auront en relations d’amour, un argot inconnu des enfants ; et ils excluront l’enfant de toute initiation à l’analogie, de peur que la connaissance des emblèmes décents ne le conduise à l’étude des tableaux qu’il doit ignorer. On peut expliquer les tableaux de l’extérieur sans rien connaître à ceux de l’intérieur ; et d’ailleurs, à ne parler que de l’extérieur, quelle variété d’énigmes sur une plante ou un animal ! Les feuilles, les fleurs, les fruits, les graines, les racines, les habitudes, sont autant d’emblèmes, autant de jolies énigmes à deviner. […] la connaissance des allégories sociales que présente chaque objet créé, répand un charme infini sur l’étude de l’histoire naturelle, et en abrège la durée, au moins des trois quarts, en gravant facilement dans la mémoire tous les détails de l’enseignement donné.34

  • 35 NMIS, p. 490-491.

26S’il n’est ici question, à bien lire Fourier, que de langage imagé, il n’en reste pas moins que le recours aux images pour décrypter l’analogie paraît inévitable surtout si un seul hiéroglyphe, comme il le précise, « peut présenter jusqu’à cent tableaux de passions, surtout dans sa conformation intérieure, qui n’est pas visible » et alors même que « dans les parties visibles, on est longtemps à deviner les nombreuses énigmes »35. À l’amorce du désir par les livres d’images succède par conséquent, au fur et à mesure de la vie sociétaire, le déploiement de ce même désir, sa dispersion autant que sa diversification, par des livres au langage imagé, recueils sans limites de feuilles volantes où chacune et chacun exposent cette pensée par images si caractéristique de l’utopie fouriériste et que la constitution parallèle de livres d’images ne cesse en vérité de relancer, de recréer toujours.

« Inutile résistance ! le dénouement s’approche, le premier essai

de l’industrie attrayante fera crouler vos bibliothèques. »

  • 36 FI, p. 610.

Charles Fourier, La fausse industrie36

Enluminer le réel

  • 37 Ibid., p. 232.
  • 38 Voir Grandville, Un autre monde, Paris, H. Fournier, 1844. Reproduction en fac-similé de l’édition (...)

27À l’occasion de développements sur la nécessaire réparation climatérique qui devra succéder aux catastrophes naturelles et environnementales inévitablement provoquées par la civilisation, Fourier livre au passage une certaine vision de l’image : « Lorsque nous aurons recouvré notre cortège, les cinq Satellites vivants et l’anneau boréal, nos nuits, en temps serein, seront bien plus belles que les jours, car on aura parfois jusqu’à cinq flambeaux richement coloriés et veloutés. Ce sera l’image de nos illuminations en verres de couleur »37. Ces illuminations en verres de couleur, comme on peut notamment le voir avec l’œuvre de Grandville intitulée « Pérégrinations d’une comète », image présentée dans l’ouvrage Un autre monde où figure également « Le système de Fourier »38, étaient surtout utilisées pour transfigurer la nature même, pour illuminer les bals populaires, annoncer les feux d’artifice, éblouir de leurs éclats colorés et tremblants les fêtes données en plein air. Une image vivante par conséquent, une image échappée des livres et par laquelle la réalité se double de sa représentation féérique et perd tout repère, toute fixation à un seul monde, à l’unicité d’une vision. L’image est ainsi pour Fourier ce qui projette le réel dans un ailleurs pourtant là sous nos yeux, elle n’est que l’amorce de son illumination généralisée ou mieux, pour reprendre une expression si caractéristique de la mécanique fouriériste aux yeux de Walter Benjamin, de son explosion ici enluminée.

  • 39 Le texte de Charles Fourier relatif à l’Archibras est reproduit avec l’article de Jonathan Beecher, (...)
  • 40 André Breton, « Charles Fourier », Anthologie de l’humour noir, in Marguerite Bonnet (éd.), Œuvres (...)
  • 41 FI, p. 406.

28L’image n’a dès lors plus d’attache, elle peut quitter l’assignation bornée au réel civilisé et, comme l’évoque Fourier au sujet de l’Archibras39 et pour reprendre cette fois une expression due à André Breton, aborder le domaine de « ses ascensions vertigineuses en pleine zone de l’incontrôlable et du merveilleux »40. Pour imaginer d’ailleurs ce que seront plus tard les sociétaires pleinement épanouis, libres de leurs désirs comme de leurs passions, libres de leurs corps en cela augmentés de virtualités nouvelles jusqu’alors entravées et étouffées sous le joug de la civilisation, Fourier lance « un défi de gravure démonstrative, en 4 planches, qui formeraient parure de salon, et contiendraient chacune 6 cases, où seraient peintes 24 scènes industrielles de Solariens et Solariennes. On y verrait la différence d’adresse, de force et de célérité que leur donne un membre dont les habitants d’étoiles lunigères sont dépourvus. L’éditeur des 4 gravures y trouverait bien son compte, il en vendrait au moins 30 000 exemplaires41 ». Comment ne pas songer ici à la Barbarella de Jean-Claude Forest notamment, à ses explorations sensuelles de mondes autres où se peignit si bien, par l’image, l’imagination au pouvoir ? Comment ne pas songer aussi aux peintures de Jérôme Bosch ou aux fantaisies colorées des lanternes magiques que la photographie sur verres colorisés des stéréoscopes dédoublera pour en montrer, par l’écart, l’épaisseur tangible ? Comment ne pas songer enfin que l’artiste dessine ici un nouveau monde en effet, doublure du monde réel qu’il enlumine de sa créativité et que l’utopie vient simplement animer, mettre en mouvement ou, plus exactement, et paradoxe pour le livre d’images ici annonciateur du dessin animé, mettre en musiques ?

  • 42 Ibid., p. 252-253.

29Et pourtant, ne sommes-nous pas toujours englués dans cette civilisation du livre abondamment dénoncée par Charles Fourier ? Assurément à reprendre une fois encore La fausse industrie où il soulignait la limite des livres civilisés qui n’ont « que des planches noires qui ne donnent pas de notions exactes, pas de détails coloriés »42. Or, sur quoi s’appuient aujourd’hui encore les enfants de nos écoles pour apprendre au quotidien ? Sur de sombres photocopies, de simples décalques du monde ici dévalué en noir et blanc quand Fourier voulait lui doubler le monde de couleurs chatoyantes, l’enrichir au contraire de sa réalité effective et dépasser ainsi la morne réalité civilisée pour l’instruire de sa dimension la plus intime, sa dimension surréelle.

  • 43 Il faudrait pouvoir s’interroger longuement ici sur la bibliophilie qui, dans le monde civilisé, ca (...)

30Là même où il proposait déjà de s’affranchir des seules apparences du livre – « Papier, Dorure, Images, Caractère » – au profit de son fond aux sous-jacences féériques et polymorphes, là même nous n’y sommes toujours pas, nos enfants rivés sur du mauvais papier, sans dorure ni images, des livres sans caractère. Car les images espérées par Fourier, et avec elles les livres d’images, avaient précisément pour caractère d’être à fonds multiples, non pas dans la duplicité du simple double-fond, truc civilisé43, mais dans l’ouverture à des réalités sans fin où la nuit même s’illumine, où le noir ne se fait donc jamais quand l’emporte sur lui la doublure moirée d’une société mouvante toujours animée de ses couleurs changeantes, sans cesse enluminée de mouvements passionnels.

Notes

1 Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, Dijon, Les presses du réel, 2001 [1829], p. 66. Désormais NMIS.

2 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, Dijon, Les presses du réel, 2000-2001 [1822], vol. 1, p. 61-62. Désormais TUU 1.

3 Ces travaux sont pour certains repris dans le second numéro thématique des Cahiers Charles Fourier consacrés au surréalisme : Dans l’orbe du surréalisme. Charles Fourier redécouvert. II. Si grand avec ses faucons et ses étoiles, Florent Perrier et Gérard Roche (dir.), 2018, n° 29. Sur les écartelages de Pierre Faucheux, voir aussi le très bel ouvrage L’écartelage ou l’écriture de l’espace d’après Pierre Faucheux publié en coédition avec l’Institut supérieur des arts de Toulouse et les éditions B42 (Paris, 2013).

4 Voir notamment les contributions rassemblées dans le numéro thématique des Cahiers Charles Fourier intitulé Le phalanstère représenté, Nathalie Brémand et Florent Perrier (dir.), 2013, n° 24.

5 TUU 1, p. 104.

6 Voir à ce sujet l’article de Jean-Louis Bédouin, « D’un homard et d’une sorcière : introduction aux cartes d’analogie » (Le surréalisme, même, printemps 1959, n° 5) désormais reproduit sur le site < www.charlesfourier.fr > au titre de complément au n° 29 des Cahiers Charles Fourier. [En ligne] < http://www.charlesfourier.fr/spip.php?auteur176 >.

7 Simone Debout-Oleszkiewicz dit l’essentiel au sujet de l’analogie dans la pensée de Charles Fourier : « L’analogie apparaît dès lors d’une valeur universelle, cachée dans les choses et claire en toute pensée – dans le jugement qui évalue des différences et des similitudes ou qui établit des rapports en toute induction comme en tout raisonnement ; elle est le mode de connaissance entre tous, par qui systématiser l’expérience et explorer l’inconnu, elle concilie l’un et le multiple, puisqu’elle dévoile à travers les apparences l’équivalence des structures, une unité dynamique fondamentale qui justifie à la rigueur les symboles ou les images mises à jour » (« L’analogie ou “Le poème mathématique” de Charles Fourier », Revue internationale de philosophie, 1962, n° 60, fasc. 2, p. 9).

8 « La nature, qui lie tout son système, donne dans ses créations divers tableaux des sociétés passées, présentes et futures, et de toutes les périodes assignées au mouvement social. Ainsi en peignant, dans le guêpier, le mécanisme civilisé, elle doit peindre son contraste dans la ruche qui est symbole d’harmonie ». Charles Fourier, « L’analogie, fâcheux oracle de vérité », texte publié en février 1834 dans La réforme industrielle, ou le phalanstère et repris dans le numéro de la revue Critique intitulé Fourier revient (janvier-février 2015, n° 812-813, p. 10).

9 Charles Fourier reprend ici une citation du poète Barthélémy que l’on trouve ainsi reproduite dans plusieurs de ses ouvrages. Sur la récurrence des attaques dirigées contre les bibliothèques civilisées, outre les éléments apportés dans cet article, voir l’entrée « Bibliothèque » du Dictionnaire de sociologie phalanstérienne d’Édouard Silberling (Genève-Paris, Slatkine, 1984, p. 53). À noter que les entrées « Livre » et « Image » ne figurent pas dans ce dictionnaire d’abord publié en 1911 aux éditions Marcel Rivière.

10 NMIS, p. 313.

11 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, 1867, t. 3, p. 34-35.

12 TUU 1, p. 104-105.

13 Ibid.

14 Ibid. Le contenu des bibliothèques d’hommes, d’un côté, ou des bibliothèques de femmes, de l’autre, n’est pas plus abordé par Fourier dans son œuvre, mais la multiplication des singularités ou des particularismes n’est chez lui, dans son approche fondamentalement inégalitaire, que le gage d’un déploiement des passions et par conséquent des liens qui font l’harmonie. Autrement dit, ce que les femmes viendront chercher dans les bibliothèques d’hommes et inversement, sont aussi et surtout des occasions de rencontres, d’échanges.

15 Sur les rapports de l’image fouriériste au mouvement cinématographique, nous renvoyons à la fin de notre article « L’utopie à l’image exceptée : ambiguïtés du phalanstère représenté » (Cahiers Charles Fourier, 2013, n° 24). Sur la question des paysages et le rôle clé des lacunes, à notre article « rose vif piqueté de Deleuze : de l’entrelacement passionnel en Harmonie », in Constantin Irodotou (dir.), Mélanges offerts à René Schérer, Paris, L’Harmattan, 2015.

16 TUU 1, p. 446-447.

17 Ibid.

18 Charles Fourier, La fausse industrie morcelée, répugnante, mensongère et l’antidote, l’industrie naturelle combinée, attrayante, véridique, donnant quadruple produit et perfection extrême en toute qualité, Dijon, Les presses du réel, 2013 [1835], p. 252-253. Désormais FI.

19 Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle, Dijon, Les presses du réel, 2000-2001 [1822], vol. 2, p. 426-428. Désormais TUU 2.

20 On se rappellera ici que le drapeau de l’harmonie est aux couleurs de l’arc-en-ciel.

21 TUU 2, p. 426-428.

22 FI, p. 252-253.

23 TUU 2, p. 497.

24 Ibid., p. 426-428.

25 NMIS, p. 506. La citation se poursuit ainsi : « Il faudrait un ouvrage contenant cent mille planches enluminées, comme celles du cerveau, par Vicq-d’Azyr, et représentant tous les animaux, végétaux et minéraux dans les diverses phases de leur carrière ; plus, les explications annexées aux 100 000 planches. L’ouvrage contiendrait au moins mille volumes in-4° : il en faudrait 2 ou 3 exemplaires dans chacune des 500 000 phalanges du globe ; ce sera un des premiers travaux de l’harmonie, travail bien impossible en civilisation : elle ne pourrait pas, avec toutes ses perfectibilités, subvenir au quart des frais qu’exige un tel ouvrage. Ces frais seront une bagatelle pour l’harmonie sociétaire ».

26 Charles Fourier, Vers une enfance majeure, textes sur l’éducation réunis et présentés par René Schérer, Paris, La fabrique, 2006, p. 147.

27 Ibid., p. 152.

28 TUU 2, p. 519-522.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Charles Fourier, Harmonie aromale des astres, texte de Charles Fourier, vingt-trois observations de Pierre Alechinsky, Cognac, Fata Morgana, 2005, p. 14. À noter que Pierre Alechinsky fut invité par André Breton à participer à l’Exposition internationale du surréalisme de 1965, L’écart absolu ; il y montra la peinture Central Park dont les « remarques marginales » ne sont pas sans évoquer, sur le plan graphique, les contre-gloses de Charles Fourier.

32 NMIS, p. 483. Voir également FI, p. 93 où Fourier met en avant « les tableaux de nos artistes », des modèles pour faire comprendre, par analogie, ce que sont les « tableaux de la nature ».

33 NMIS, p. 490-491.

34 FI, p. 318.

35 NMIS, p. 490-491.

36 FI, p. 610.

37 Ibid., p. 232.

38 Voir Grandville, Un autre monde, Paris, H. Fournier, 1844. Reproduction en fac-similé de l’édition originale de 1844, précédée d’un hommage à Grandville par Max Ernst et d’un texte de Pierre Restany, Paris, Les libraires associés, 1963, p. 95 et p. 262. À noter que « Le système de Fourier » est reproduit dans le premier tome des Cahiers Charles Fourier thématique consacré au surréalisme : Dans l’orbe du surréalisme. Charles Fourier redécouvert. I. Avec Simone Debout-Oleszkiewicz, Florent Perrier et Gérard Roche (dir.), 2016, n° 27, p. 137.

39 Le texte de Charles Fourier relatif à l’Archibras est reproduit avec l’article de Jonathan Beecher, « L’Archibras de Fourier : un manuscrit censuré » ; il figure sur le site < www.charlesfourier.fr > au titre de complément au n° 29 des Cahiers Charles Fourier. [En ligne] < http://www.charlesfourier.fr/spip.php?auteur32 >.

40 André Breton, « Charles Fourier », Anthologie de l’humour noir, in Marguerite Bonnet (éd.), Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1992 [1950] (coll. Bibliothèque de la Pléiade), vol. 2, p. 909.

41 FI, p. 406.

42 Ibid., p. 252-253.

43 Il faudrait pouvoir s’interroger longuement ici sur la bibliophilie qui, dans le monde civilisé, capte et soustrait toujours au regard le luxe d’éditions rares à tirage limité quand l’idée de Fourier était au contraire de faire du plus luxueux offert à la communauté en son entier le bien commun, antithèse de la bibliophilie spéculative au profit de la circulation, de la dissémination du plus précieux.

Auteur

Maître de conférences en esthétique et théorie de l'art, université Rennes 2, membre de l’EA 7472 Pratiques et théories de l’art contemporain, chercheur associé à l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine (Caen) et aux archives Walter Benjamin (Berlin)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search