Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Acteurs

Chapitre 8. La patrimonialisation de deux bibliothèques sélestadiennes des XVe et XVIe siècles

Quel processus pour quelle mise en valeur ?

Laurent Naas

Texte intégral

  • 1 Albert Poirot, « Patrimoine », in Pascal Fouché (dir.) et al., Dictionnaire encyclopédique du livr (...)
  • 2 Hubert Meyer, « Bibliothèque Humaniste », in Patrimoine des bibliothèques de France. Un guide des (...)
  • 3 Jean-Marie Montavon, « Sélestat », in Bernard Vogler (dir), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliée (...)

1Le concept de « patrimoine écrit » ne s’est défini qu’assez récemment à l’échelle de l’histoire longue des fonds conservés dans les bibliothèques patrimoniales, à partir de la fin des années 1970. Il est aujourd’hui considéré comme l’« ensemble des biens auxquels une communauté accorde une importance fondatrice pour son identité et qui, à ce titre, sont dignes d’être transmis d’une génération à l’autre »1. Assurément, l’idée même d’identité liée au patrimoine écrit semble d’autant plus pertinente à l’échelle d’un territoire donné ou d’une ville. Partant de ce constat, il paraît intéressant d’examiner comment s’est déroulée la « patrimonialisation » des collections les plus précieuses de l’actuelle Bibliothèque Humaniste de Sélestat2 et de chercher à établir par quels mécanismes les deux bibliothèques héritées de cette époque charnière entre le Moyen Âge et l’époque moderne ont acquis avec le temps leur valeur patrimoniale.3

2En effet, la ville impériale de Sélestat connut une forme d’âge d’or au cours des XVe et XVIe siècles. Si cette époque faste se manifesta dans le domaine politique et économique, c’est surtout dans le domaine intellectuel et pédagogique que cette localité devait s’illustrer. En 1441 eut lieu une rencontre décisive entre deux hommes, le curé de l’église paroissiale Saint-Georges, Jean de Westhuss, et l’ancien étudiant de l’université de Heidelberg, originaire de Westphalie, Louis Dringenberg. Ce dernier fut à l’origine de l’introduction à Sélestat du programme pédagogique humaniste, entraînant ainsi un renouveau certain de l’enseignement dispensé au sein de l’école paroissiale, ce qui ne manqua pas d’accroître sa réputation dans l’espace rhénan et au-delà.

3La bibliothèque paroissiale, fondée en 1452 par le curé de l’église Saint-Georges, et la collection personnelle du savant Rhenanus, que ce dernier légua à sa ville natale peu de temps avant sa mort au cours de l’été 1547, constituent indiscutablement les vestiges de cet âge d’or que connut Sélestat au cours des XVe et XVIe siècles. Il convient dès lors, après avoir présenté ces ensembles documentaires, de rendre compte des modalités de leur patrimonialisation, qui repose avant tout sur leur dimension mémorielle. Cette métamorphose qui fit de ces outils de travail des membres du clergé séculier, des maîtres de l’école latine et de l’humaniste Rhenanus des témoins d’une époque glorieuse, fut également accompagnée d’une progressive mise en valeur leur conférant une dimension muséale certaine. C’est ce processus qu’il importe de présenter, ainsi que son dernier avatar, la Nouvelle Bibliothèque Humaniste.

Les collections humanistes et leur histoire

  • 4 Jean-Marie Montavon, « Sélestat », in Bernard Vogler (dir), La Décapole. Dix villes d’Alsace allié (...)

4Après avoir bénéficié de la bienveillance des Hohenstaufen qui lui octroyèrent le statut de ville en 1217, Sélestat connut une époque faste à bien des égards au cours des XVe et XVIe siècles. Cette localité, qui comptait à cette époque autour de 5 000 habitants, profita d’une prospérité économique et commerciale certaine. En effet, depuis le haut Moyen Âge, Sélestat était une plate-forme incontournable pour les produits agricoles (vins et céréales) d’Alsace centrale grâce à son débouché sur l’Ill et, par là, sur le Rhin. Cette prospérité alimentait un certain prestige artistique et architectural, marqué par la fin de la construction de l’église paroissiale Saint-Georges, tandis que de prestigieuses résidences privées et des poêles de corporations de style Früh-Renaissance faisaient de l’espace urbain le reflet des évolutions architecturales et esthétiques les plus récentes à cette époque. Enfin, il faut souligner le rayonnement politique de Sélestat, ville d’Empire qui jouait un rôle non négligeable au sein du Zehn Städte Bund (qui n’est pas encore qualifié de Décapole), dont elle était le lieu de réunion (et de conservation des archives)4.

5C’est dans ce contexte tout à fait favorable qu’il faut situer le rôle crucial que devait jouer la ville de Sélestat dans l’essor de l’humanisme rhénan et dans le renouveau pédagogique dans le Rhin supérieur. Avec l’arrivée de Louis Dringenberg furent introduites au sein de l’école paroissiale sélestadienne des méthodes pédagogiques nouvelles héritées des Frères de la vie commune de Deventer, qui permirent de donner aux élèves une solide formation littéraire et morale, par le contact direct avec les auteurs latins, et en particulier avec les Pères de l’Église. L’objectif des maîtres successifs fut aussi de dispenser un solide enseignement propédeutique, préparant leurs disciples à la poursuite de leurs études au sein des nombreuses universités du Rhin supérieur. Entre 1441 et 1525 au moins, Sélestat forma ainsi plusieurs générations d’écoliers du quart sud-ouest du Saint-Empire.

6Les collections les plus précieuses de l’actuelle Bibliothèque Humaniste s’articulent essentiellement autour de deux fonds constitués à cette époque : la bibliothèque paroissiale et la collection de travail de Beatus Rhenanus.

  • 5 Paul Adam, Histoire religieuse de Sélestat, t. I : des origines à 1615, Sélestat, Impr. Alsatia, 1 (...)
  • 6 Archives municipales de Sélestat, GG 40, fol. 24 v°.
  • 7 Trad. de Paul Adam, op. cit. ; on trouvera le texte original chez Joseph Clauss, « Nekrologium (13 (...)
  • 8 Hubert Meyer, « Création et développement de la Bibliothèque Paroissiale de Sélestat », Annuaire d (...)

7Le premier de ces deux ensembles documentaires illustre pleinement la contribution décisive de la ville de Sélestat à l’humanisme rhénan, à travers la figure de Jean de Westhuss, chargé de la cure de Sélestat de 1423 à sa mort en 14525. Soucieux de s’acquitter au mieux de sa charge d’âmes et de l’instruction des jeunes Sélestadiens, il avait compris la place cruciale qu’occupait à cet égard l’école de la paroisse. Ainsi, après avoir fait venir Louis Dringenberg à Sélestat, il décida de tenir l’ensemble de sa bibliothèque personnelle à la disposition du clergé et des maîtres de cette ville. Le texte que l’on peut considérer comme l’acte de fondation de la bibliothèque paroissiale de Sélestat remonte au 13 mars 1452. À sa mort, Jean de Westhuss donna l’ensemble de sa bibliothèque à la fabrique de l’église Saint-Georges. Le texte de cette donation fut transcrit dans l’obituaire de la paroisse6. Outre un certain nombre de dons en argent, il est mentionné que « ce même curé a légué à la fabrique un nombre appréciable de livres ; ces livres ont été inscrits dans le registre de la bibliothèque récemment installée »7. On ignore cependant combien de livres ont été légués. D’autre part, si les dispositions prévues ont effectivement été respectées, ces livres auraient été enregistrés dans un inventaire qui ne nous est malheureusement pas parvenu. Des recoupements réalisés par les bibliothécaires sélestadiens successifs laissent penser qu’il s’agirait d’une trentaine de manuscrits8. Cette donation fut décisive dans la mesure où elle donna l’impulsion initiale, qui fut dès lors suivie d’une belle série de donations qui contribuèrent à alimenter les collections de la bibliothèque paroissiale de manière significative.

  • 9 Bibliothèque humaniste de Sélestat [désormais BHS], ms. 53 et ms. 111.
  • 10 BHS, K.533.
  • 11 Texte original chez Joseph Clauss, op. cit., p. 219-220.
  • 12 Paul Adam, op. cit., p. 72-73.
  • 13 Eram Martini Ergersheimi Archipresbyteri et Rectoris ; Melchior frater et haeres me Ecclesia (sic) (...)

8Il fut désormais de bon ton, quand on était membre du clergé sélestadien ou proche de la paroisse, de donner ses livres à la bibliothèque paroissiale de Sélestat. Ainsi, le maître Louis Dringenberg offrit deux manuscrits de la Consolation de la philosophie de Boèce9, qui portent son ex-libris (Libri Magistri Ludovici Dringenberg), ainsi qu’une impression incunable du Livre des sentences de Pierre Lombard10. Le 10 août 1470, le chapelain Jean Fabri, ancien maître ès arts de l’université de Heidelberg où il avait fait la connaissance de Louis Dringenberg, donna à la fabrique de l’église « un certain nombre de livres, à savoir douze volumes d’une valeur de trente florins et plus ; ces livres ont été placés dans la librairie de cette église »11. L’humaniste Jacques Wimpheling (1450-1528), ancien élève de Dringenberg, offrit également quelques livres à la bibliothèque paroissiale. Enfin, la donation la plus importante fut celle de Martin Ergersheim (1460-1535)12. Ce fils de tanneur, ancien élève de Louis Dringenberg et de Crato Hofmann, revint avec le grade de maître ès arts de l’université de Heidelberg et fut ordonné prêtre en 1492. En 1506, il apparaît comme recteur de l’église paroissiale, charge à laquelle il semble avoir renoncé contre pension en 1518 (année de nomination de Paul Phrygio à cette fonction). En 1510, il agit en tant qu’archiprêtre (fonction qu’il conserva après 1518) dans une fondation. À sa mort, en 1535, sa riche bibliothèque passa entre les mains de son frère Melchior, qui la remit à la paroisse ; il s’agissait d’un ensemble de près de cent volumes, dont beaucoup d’incunables. Ces volumes comportent un ex-dono imprimé sur papier collé à l’intérieur de chacun d’eux avec la devise : « ce livre appartenait à Martin Ergersheim, archiprêtre et recteur ; son frère Melchior et héritier l’a offert à la cure de l’église Sainte Marie de Sélestat »13. Cette donation n’apparaît pas dans l’obituaire de la paroisse. Le dernier humaniste généreux à l’égard de la bibliothèque paroissiale fut Jacques Taurellus, de son vrai nom Oechsel (1524-1579). Notaire et secrétaire impérial natif de Sélestat, il donna plusieurs documents dont une magnifique Bible manuscrite du XIIIe siècle en écriture gothique et richement enluminée.

  • 14 Pierre Petitmengin, « Les livres de Beatus Rhenanus », in André Vernet (dir.), Histoire des biblio (...)

9La collection personnelle du savant Beatus Rhenanus (1485-1547) constitue le second noyau des collections les plus précieuses de la Bibliothèque Humaniste14. Le caractère exceptionnel de cet ensemble documentaire (la plupart des bibliothèques d’humanistes ont été a contrario dispersées) fut d’ailleurs reconnu en mai 2011 par son inscription au registre de la Mémoire du monde de l’Unesco.

10Beat Bild, plus connu sous le nom de Beatus Rhenanus, est un personnage représentatif de ces nouveaux intellectuels de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Ces grands esprits, admiratifs devant le beau latin des humaniores litterae, surent collecter les textes antiques transmis par les manuscrits médiévaux, souvent carolingiens, pour les corriger et les faire bénéficier des honneurs de la presse à imprimer, ce qui permit d’ailleurs in fine de prolonger la conservation de ces textes. Né à Sélestat le 22 août 1485, fils unique d’un boucher par ailleurs membre du Magistrat, Rhenanus fréquenta l’école latine de Sélestat, alors sous l’égide de Crato Hofmann, dès l’âge de six ans. La Bibliothèque Humaniste conserve son cahier d’écolier des années 1498-1499, qui permet d’appréhender la richesse de l’enseignement dispensé au sein de l’école latine. Après des études brillantes au sein du collège du cardinal Lemoine à Paris de 1503 à 1507 (jusqu’au grade de maître ès arts), sous la direction de Lefèvre d’Etaples, il exerça les fonctions de correcteur et de philologue dans la capitale du royaume de France auprès de l’imprimeur Estienne. Son cahier d’étudiant, qui nous est également parvenu, nous permet, lui aussi, d’étudier l’enseignement dispensé au sein du collège parisien, qui se nourrit encore largement du corpus aristotélicien.

11Rhenanus avait commencé à se constituer une bibliothèque dès son plus jeune âge. Il fréquenta très tôt les foires de Strasbourg et la fortune de son père, Antoine Bild, lui permit d’acquérir 57 volumes avant même ses études à Paris en 1503. Des ouvrages de grammaire et de rhétorique (comme la grammaire d’Alexandre de Villedieu) côtoient dans cet ensemble des œuvres d’humanistes contemporains. Pendant ses études au collège du cardinal Lemoine, Rhenanus put acquérir près de 188 œuvres, parmi lesquelles figurent 20 traités d’Aristote, des éditions d’auteurs latins classiques et des éditions princeps d’œuvres des Pères de l’Église. À l’âge de vingt-deux ans, le jeune savant sélestadien possédait déjà 253 livres.

12De retour en Alsace à l’automne 1507, Rhenanus prit part aux projets éditoriaux de l’imprimeur strasbourgeois originaire de Sélestat, Mathias Schürer. Il intégra pleinement les cercles d’érudits strasbourgeois. De 1511 à 1513, il approfondit sa connaissance du grec à Bâle auprès du dominicain Jean Cuno et hérita d’une partie de la bibliothèque de cet ancien correcteur au sein de l’atelier d’Alde Manuce. C’est au cours de cette époque que commença en outre sa collaboration, qui devait se révéler durable, avec les imprimeurs de cette même ville, en particulier Amerbach et Froben. À la fin de l’automne 1514, Rhenanus rencontra Érasme de Rotterdam à Bâle. Ce fut le début d’une amitié durable, marquée par une complicité intellectuelle certaine, l’alter ego d’Érasme étant chargé de l’édition des œuvres du « Prince des humanistes » sur les presses de Froben. Cette relation devait s’interrompre en 1536 avec la mort d’Érasme, dont Rhenanus fut l’un des exécuteurs testamentaires. Le savant sélestadien fut également l’auteur de la première biographie du défunt et réalisa en 1540 la première édition de ses œuvres complètes en huit gros volumes.

13La longue carrière scientifique de Rhenanus lui permit d’acquérir de nombreuses éditions frobéniennes qui forment une des originalités de sa bibliothèque. Outre les éditions auxquelles il collabora comme correcteur et philologue (Tertullien, Eusèbe de Césarée, Sozomène, Sénèque, Quinte-Curce, Velleius Paterculus, Pline l’Ancien, Tite-Live, etc.), il acheta de nombreux livres. Il reçut de nombreuses œuvres qui portent souvent sur la page de titre un ex-dono. Il échangea diverses de ses propres éditions avec celles de ses amis. Les pages de titre des volumes de la collection de Rhenanus portent souvent son ex-libris manuscrit dont la formulation montre à quel point il tenait à sa bibliothèque. En effet, il lui arrivait d’y noter la mention Sum Beati Rhenani. Nec muto dominum, soit « J’appartiens à Beatus Rhenanus et je ne change pas de maître ». Anobli par l’empereur Charles Quint en 1523, il fit décorer plusieurs reliures à l’aide de ses armoiries.

14Outre ses travaux d’éditions de textes anciens, Rhenanus fut l’auteur d’une œuvre originale qui prit la forme d’une histoire de la Germanie en trois livres (Rerum germanicarum libri tres, Bâle, Froben, 1531), dans laquelle il mit en œuvre une méthode historique en plein renouveau, croisant le témoignage des Anciens avec les apports des découvertes archéologiques et des chartriers médiévaux.

15Rhenanus disparut le 20 juillet 1547, non sans avoir pris le soin d’appeler à son chevet le Bourgmestre de la Ville de Sélestat pour lui faire savoir son dessein de léguer l’ensemble de sa bibliothèque à sa ville natale. La Bibliothèque Humaniste conserve encore la plus grande partie de la collection personnelle de ce savant, soit près de 2 500 titres répartis à travers 670 volumes environ (un même livre peut comporter jusqu’à une vingtaine d’œuvres différentes). À cet ensemble, il importe d’ajouter une correspondance de 265 pièces, qui rend compte de son riche réseau de relations au sein de la communauté des savants de son époque.

Les prémices d’une patrimonialisation

  • 15 Hubert Meyer et Pierre Petitmengin, « Ex libris Beati Rhenani : les imprimés qui ont quitté la Bib (...)
  • 16 Laurent Naas, « Un ouvrage de Beatus Rhenanus en vente chez Christie’s à New York, le 11 avril 201 (...)
  • 17 Antoine Dorlan, Notices sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, Colmar, L. Reif (...)
  • 18 Hubert Meyer, « La bibliothèque humaniste vient d’acquérir une œuvre ayant appartenu à Beatus Rhen (...)

16Il faut d’abord souligner le fait que la collection de Rhenanus bénéficia du prestige post mortem de ce personnage. De fait, la réputation scientifique du savant lui survécut après sa disparition en 1547 et contribua à alimenter l’aura dont devait dès lors bénéficier sa bibliothèque. Le revers de la médaille devait cependant se manifester par ailleurs : l’attrait que présentait cette collection en fit un ensemble dans lequel on réalisait au besoin des prélèvements, autorisés ou non15. On mentionnera simplement les Jésuites, présents à Sélestat à partir de 1615 ; leur vocation enseignante les conduisit à emprunter des livres provenant de la bibliothèque paroissiale et de la collection de Rhenanus et à utiliser ce fonds d’ouvrages jusqu’à leur départ en 1765. Le Magistrat avait demandé la restitution des livres dès 1709 mais les négociations durèrent jusqu’en 1759. Un certain nombre de savants et de dignitaires politiques alsaciens se firent remettre, surtout au XVIIIe siècle, tant avant qu’après la rédaction du catalogue de Papelier, un nombre indéterminé de livres de ce savant. Ainsi, cette période des XVIIe et XVIIIe siècles fut sans doute un peu moins faste du point de vue de la préservation de la collection de Rhenanus. Ces deperdita expliquent la présence d’ouvrages de Rhenanus dans des collections publiques (comme la bibliothèque municipale de Nancy, entre autres) mais aussi dans la sphère privée16. L’historien et bibliothécaire Antoine Dorlan mentionne ainsi, au sujet d’un volume contenant la loi des Ripuaires, qu’il « fait aujourd’hui partie de la bibliothèque de Strasbourg. Cette ville l’a acquise de Bodman, bibliophile de Mayence, qui paraît s’en être emparé dans une visite qu’il a faite à Schlestadt, et prétendit l’avoir reçue du maire »17. C’est ainsi que la Ville de Sélestat put acquérir en 2003 une édition aldine d’Euripide imprimée en 1503, qui présentait de surcroît un ex-libris en grec, rarement employé par Rhenanus18.

17Après la mort de Rhenanus, sa bibliothèque devint pour ainsi dire une relique que l’on se devait de vénérer à l’occasion d’un passage à Sélestat. Il faut en effet rappeler, dans ce processus de patrimonialisation, que la bibliothèque de Rhenanus fit partie, dès le XVIIIe siècle, des curiosités et autres éléments remarquables du patrimoine sélestadien que l’on présentait aux hôtes de marque. L’évêque de Strasbourg Louis-René de Rohan (1734-1803) se rendit à cet effet à Sélestat en 1760. Ce prélat philosophe et poète, ami de Buffon et de d’Alembert, fréquentant le salon de Mme Geoffrin, devait d’ailleurs être élu à l’Académie française le 27 avril 1761, au fauteuil de La Bruyère.

18De passage à Sélestat les 8 et 9 août 1786, l’abbé Philippe-André Grandidier (1752-1787), un des grands historiens de l’Alsace, nota dans son journal qu’

  • 19 Philippe-André Grandidier, Œuvres historiques inédites, t. VI, Colmar, H. Georg, 1867, p. 334.

après avoir vu l’église paroissiale, nous montâmes dans une salle attenante, qui est située au-dessus, et où se trouve une ancienne bibliothèque établie par la ville en 1462, mais qui depuis plus d’un siècle et demi n’a pas été continuée. […] On transporta aussi, en 1758 (sic), dans cette bibliothèque les livres de celle de Beatus Rhenanus, qu’il avait léguée à cette ville et qui jusqu’alors avaient été déposés dans un appartement de la douane, ou de la Kaufhaus. La plupart des livres qui appartenaient à ce savant sont chargés de notes marginales. J’y ai remarqué plusieurs anciens auteurs latins, dont il fut l’éditeur, entr’autres un Velleius Paterculus, imprimé en 1520 sur un manuscrit de l’abbaye de Murbach, le seul qui existe aujourd’hui, et qui fut découvert par Beatus Rhenanus. On m’a montré à Sélestadt la maison qu’il habitait autrefois, et on m’a assuré qu’on conservait dans les archives de la ville la tasse dont il se servait pour boire19.

19Il faut rappeler que la bibliothèque personnelle du savant Beatus Rhenanus avait été conservée dans les locaux de l’ancienne douane jusqu’en 1757 ; c’est alors qu’elle put rejoindre la bibliothèque paroissiale à l’église Saint-Georges jusqu’en 1841. C’est donc bien l’ensemble du patrimoine écrit sélestadien, composé de la bibliothèque paroissiale et de la collection de Rhenanus, que Grandidier avait pu admirer.

20Les éléments déjà mentionnés et les quelques observations suivantes rendent bien compte d’une patrimonialisation qui progresse malgré quelques accidents de parcours. La valeur patrimoniale, telle que nous l’entendons à l’heure actuelle, des bibliothèques de la paroisse et de Rhenanus n’était pourtant pas acquise d’emblée. Pour preuve, le cas de la bibliothèque de Jacques Spiegel au même moment. Alors même que cette collection aurait pu alimenter celle de l’école latine, la bibliothèque de l’humaniste et juriste (et neveu de Wimpheling) Jacques Spiegel (1483-1547), pour une raison qui nous est inconnue, fut acquise par l’évêque de Strasbourg et les édiles de Sélestat ne manifestèrent pas d’intérêt. Ce bel ensemble, que Spiegel s’était constitué notamment à partir du butin résultant de la prise de Padoue en 1510, avait fait l’objet d’un inventaire dressé par le savant lui-même. Cette bibliothèque quitta définitivement Sélestat et disparut dans l’incendie de l’ancienne bibliothèque municipale de Strasbourg au cours de l’été 1870. Bien plus, la destinée de la collection de Rhenanus donne matière à réflexion : la rédaction, pour le moins tardive d’un catalogue (en 1739 !) suscite clairement l’impression que le Magistrat eut bien du mal à s’approprier ce don. Du point de vue matériel, les livres de Rhenanus semblent avoir été considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des livres presque comme les autres. Les Jésuites y insérèrent leur ex-libris et n’hésitèrent pas à modifier un certain nombre de reliures en plaquant sur celles du XVIe siècle des dos en veau doré, davantage conformes à l’aspect des bibliothèques de leur temps. La provenance de ces ouvrages n’en faisait pas encore des documents exceptionnels, ce qui aurait pu empêcher leur altération, voire leur dégradation, même de bonne foi.

21Néanmoins, une première prise de conscience semble s’être produite au milieu du XVIIIe siècle, dont témoignent la rédaction du premier catalogue et le regroupement des deux collections. Ces deux ensembles devinrent désormais indissociables, sanctionnant ainsi le fait que l’inventaire dressé en 1739 n’avait pas jugé opportun de les distinguer.

Vers une mise en tourisme des fonds patrimoniaux sélestadiens

22Les XIXe (surtout après 1841) et XXe siècles sont indéniablement marqués par une reconnaissance pleine et entière de la valeur patrimoniale des deux bibliothèques héritées des XVe et XVIe siècles. Cette consécration est en même temps accompagnée des premières formes de mise en valeur, ce qui fait de la Ville de Sélestat une pionnière en la matière.

23La naissance de la bibliothèque municipale de Sélestat constitue à cet égard un tournant décisif. Jusqu’au XIXe siècle, les ouvrages disponibles étaient essentiellement utilisés par les érudits et les enseignants. En 1841 fut ouverte à Sélestat la première véritable bibliothèque publique cherchant à sensibiliser l’ensemble de la population à la lecture. Cette création résultait avant tout de la prise de conscience d’un manque voire d’une grave lacune en la matière. Preuve en est la lettre du maire de Sélestat au sous-préfet Blanchard en date du 4 février 1838 dans laquelle il rappelait que

  • 20 Hubert Meyer, « Création et ouverture d’une bibliothèque publique au 2e étage de la mairie de Séle (...)

des étrangers savants ou curieux en ont souvent l’accès [à la bibliothèque], on suppose que des ouvrages leur ont été confiés, n’ont pas été rendus, qu’il y a eu dilapidation avec cela, il serait impossible de le prouver, jusqu’à ce qui existait en richesses littéraires des derniers siècles n’était pas exactement connu. Vous savez que le local où elle est établie est une petite salle dans une tourelle de l’église St. Georges, tout le mobilier qu’elle possède consiste en une grande table dans le milieu de la salle, il n’y a ni banc, ni chaise et les rayons sont insuffisants pour contenir tous les volumes, dont une partie est entassée sur le parquet20.

24Le constat est plutôt accablant et rend bien compte de l’idée tout approximative que les élus sélestadiens pouvaient se faire à cette époque de leurs collections, qui n’avaient manifestement pas vocation à être étudiées, tant en raison de l’inexistence de tout catalogue (qui empêchait par ailleurs de constater toute lacune !) qu’en raison de l’absence du mobilier minimal permettant une consultation longue des livres ; plus grave, une partie des volumes était posée à même le sol ! Une saine réaction des élus, à intégrer dans le processus de patrimonialisation, donna lieu à une délibération prise au cours du conseil municipal du 16 août 1839. Cette séance avait pour objectif d’examiner le projet d’installation de la bibliothèque au deuxième étage de la mairie. Une salle de lecture était prévue afin de permettre la consultation des ouvrages tant anciens que récents. Des rayonnages furent également conçus, qui servirent de rangement pour les collections jusqu’au printemps 2015.

  • 21 Ibid., p. 166 pour le texte cité.

25En mai 1841, les ouvrages furent transférés de l’église Saint-Georges à l’Hôtel de ville. Ce transfert constitue véritablement une étape charnière dans la patrimonialisation des collections anciennes. On profita de ce déménagement pour coller, au début de chaque volume, un ex-libris imprimé daté de 1841. Le règlement de la bibliothèque, promulgué par le conseil municipal le 10 décembre 1841, précisait également les modalités de consultation des ouvrages et, en cela, reconnaissait aussi la valeur patrimoniale de l’ensemble des fonds ; on réglementait, enfin, l’accès aux collections. L’article 5 du règlement de la bibliothèque soulignait ainsi qu’« aucun livre ou manuscrit ne pourra être distrait du local du dépôt sous quelque prétexte que ce soit, à moins d’une autorisation spéciale du maire ». Enfin, le rapport transmis par le bibliothécaire Kleitz au Maire le 23 décembre 1849 indiquait qu’« une place particulière » avait été réservée aux volumes de Rhenanus21 et que les premiers catalogues avaient été réalisés.

  • 22 René Bornert (dir.), Les monastères d'Alsace, t. II : Abbayes de bénédictins des origines à la (...)
  • 23 Pierre Petitmengin, « Notes de dom Calmet sur des manuscrits conservés en Lorraine et dans les pay (...)
  • 24 Op. cit., p. 1055 ; voir en particulier les pages 1052-1061 au sujet des livres sélestadiens.

26La création, du point de vue administratif, de la bibliothèque municipale aurait pu laisser croire que le processus de patrimonialisation des collections héritées de l’aube des temps modernes prenait fin avec cette reconnaissance administrative et institutionnelle. Néanmoins, ce processus en cours passait aussi par l’inventaire (ou le « signalement », dans le langage bibliothéconomique contemporain) de son contenu. La rédaction de catalogues atteste en effet la reconnaissance de la valeur d’un fonds par la communauté scientifique. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la bibliothèque de Rhenanus n’avait suscité qu’un intérêt limité. Seuls les travaux d’édition d’auteurs présocratiques menés par le philologue Richard Brunck (1729-1803) auraient conduit celui-ci à utiliser, en se les appropriant, certains manuscrits grecs de Rhenanus, faute d’une connaissance étendue du contenu de cette collection. Dans les premières années du XVIIIe siècle, le bénédictin dom Calmet (1672-1757) se rendit à Sélestat, sans doute au cours de l’époque où il occupait les fonctions de sous-prieur de l’abbaye de Munster (de 1704 à 1706)22. On doit à Pierre Petitmengin d’avoir exhumé des manuscrits conservés à la bibliothèque municipale de Saint-Dié les notes prises par le savant ecclésiastique qui consacra aux fonds sélestadiens assez de temps pour en rédiger une liste des livres remarquables à ses yeux23. Dom Calmet vit manifestement la bibliothèque paroissiale et celle de Rhenanus, puisqu’il mit par écrit une « liste des livres de la Bibliothèque qui est sur la voute (sic) de la Grande Eglise de Scelestad < et de celle qui est a la douane > »24. Il décrit 48 ouvrages, soit 17 manuscrits et 31 imprimés. Quatre volumes, disparus depuis, ne sont connus que par cet inventaire. Cette liste met en évidence qu’un certain nombre de livres de la collection de Rhenanus avaient déjà été transférés au début du XVIIIe siècle à l’église paroissiale. Malheureusement, les notes prises par dom Calmet ne purent être insérées dans la Bibliotheca Bibliothecarum manuscriptorum nova de dom Bernard de Montfaucon imprimée en 1734. On peut cependant supposer que cette première démarche de signalement des fonds ne fut pas pour rien dans le catalogue dressé par un disciple de Schoepflin en 1739.

  • 25 Hubert Meyer, « Propos sur la bibliothèque de Beatus Rhenanus », AABHS, 1985, t. 35, p. 94 pour le (...)
  • 26 BHS, ms. 439.

27Ce n’est en effet qu’en 1739 que Jean-Daniel Papelier rédigea le premier inventaire des collections humanistes. Ce document pose d’ailleurs un certain nombre de questions : il a été dressé presque deux siècles après la mort de Rhenanus ; les volumes « empruntés » par les Jésuites n’y figurent pas ; les collections de la paroisse et du savant sélestadien ne sont pas distinctes. Enfin, le catalogue de Papelier n’a vraisemblablement jamais été déposé à Sélestat puisque le Magistrat de cette ville chargea le 15 avril 1774 l’abbé Scherer de « former incessamment un répertoire général des livres et manuscrits qui composent [la bibliothèque de cette ville] […], dont l’original sera déposé dans notre chancellerie, et une copie dans la bibliothèque, et à charge de n’extrader aucun livre ny manuscrit à qui que ce soit même par emprunt sans un décret d’autorisation du Magistrat »25. Si le catalogue de Papelier nous est parvenu, c’est uniquement grâce à une copie réalisée par l’historien et bibliothécaire Antoine Dorlan26, l’original ayant disparu dans l’incendie de la bibliothèque municipale de Strasbourg en 1870.

28Le premier effort de catalogage des fonds précieux réalisé à la fin de l’Ancien Régime fut poursuivi un siècle plus tard. Le milieu du XIXe siècle avait ainsi été marqué par la réalisation du premier catalogue des manuscrits médiévaux sélestadiens. Ses auteurs, Henri Michelant et Hippolyte Cocheris, auraient repris les notices établies par Amand Kleitz, bibliothécaire et archiviste de la Ville de Sélestat de 1846 à sa mort en 1867. Dans l’introduction de leur inventaire, ils tinrent à mentionner l’amélioration du sort des collections transférées en direction de l’Hôtel de Ville en 1841 :

  • 27 Henri Michelant et Hippolyte Cocheris, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publique (...)

la collection des livres et des manuscrits, depuis cinquante ans environ, a successivement passé des greniers de l’église à ceux du tribunal et de divers bâtiments qui ont été affectés à la mairie ; […] elle a souffert longtemps de la négligence et de l’incurie de l’administration municipale, mais […] celle-ci, recomposée depuis peu, a pris le parti de l’enlever à un dépérissement complet. Les manuscrits et les livres ont été effectivement transportés dans un local neuf, disposé à cet effet dans le nouvel hôtel de ville, où ils ont été classés et catalogués par M. Kleitz, bibliothécaire et professeur de troisième au collège de la ville27.

  • 28 Sur le contexte de la rédaction de ces catalogues, voir Françoise Mélonio, Naissance et affirmatio (...)

29Suit la description de 137 volumes de manuscrits (les manuscrits reliés dans des imprimés ne furent pas inventoriés), dont les notices, somme toute assez indigentes, furent plus tard reprises, et surtout enrichies, dans l’entre-deux-guerres par le bibliothécaire Joseph Walter. Ce premier catalogue des manuscrits comporte le premier inventaire des lettres de la correspondance de Rhenanus encore conservées. La bibliothèque municipale de Sélestat avait ainsi eu la chance de voir une partie de ses manuscrits décrits dans l’un des sept volumes in-4° publiés entre 1848 et 1885 constituant pour ainsi dire la première vague des catalogues des manuscrits des bibliothèques publiques françaises28.

30C’est grâce au bibliothécaire Amand Kleitz que le catalogage des fonds anciens connut le progrès le plus notable. Dans le rapport qu’il transmit au Maire le 23 décembre 1849 (soit trois ans après son entrée en fonction), il notait lui-même qu’il avait « révisé et soigneusement catalogué tous ces anciens ouvrages, qui s’élèvent au nombre de 2 645 volumes ». Si l’étude des catalogues réalisés par Kleitz reste à faire, on peut néanmoins considérer à juste titre qu’il a contribué de manière décisive à une meilleure connaissance des fonds.

  • 29 Jakob Achilles Mähly, « Beatus Rhenanus von Schlettstadt », Alsatia. Jahrbuch für elsässische Gesc (...)
  • 30 Adalbert Horawitz, Beatus Rhenanus. Eine Biographie, Wien, Karl Gerold’s Sohn, 1872 ; « Die Biblio (...)
  • 31 Adalbert Horawitz et Karl Hartfelder, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, Leipzig, B. G. Teubner, 18 (...)

31De fait, ce n’est qu’à partir du moment où l’on dispose de catalogues, même sommaires, que purent être lancés divers travaux de mise en valeur des fonds concernés. C’est ainsi que fut publiée en 1856 la première biographie de Beatus Rhenanus, fruit du labeur du philologue bâlois Jakob Achilles Mähly (1828-1902)29. Cette première biographie devait désormais être suivie d’une longue série de travaux scientifiques qui accompagnèrent, voire nourrirent, la mise en valeur du patrimoine écrit sélestadien. Il faut souligner en particulier la contribution de l’école historique et philologique allemande, représentée en particulier par deux savants : Adalbert Horawitz (1840-1888) et Karl Hartfelder (1848-1893). On doit au premier une série de travaux sur la vie et l’œuvre de Beatus Rhenanus30. Les deux savants unirent leurs forces afin de publier en 1886 la première édition de la correspondance du savant sélestadien qui fait encore en partie autorité de nos jours31. Dans l’avant-propos de leur œuvre commune, les éditeurs ne manquèrent pas de déplorer les conditions d’accès aux fonds, dont la sécurité n’était d’ailleurs pas garantie, ainsi que les moyens mis en œuvre en vue de leur conservation, insuffisants en raison de l’état matériel des lettres.

  • 32 Joseph Gény, Geschichte der Stadtbibliothek zu Schlettstadt. Festschrift zur Einweihung des neuen (...)
  • 33 Fr. Edouard Sitzmann, Biographie des hommes célèbres de l’Alsace depuis les temps les plus reculés (...)
  • 34 Charles Schmidt, Histoire littéraire de l’Alsace à la fin du XVe siècle et au commencement du XVIe(...)

32C’est à l’abbé Gény (1861-1905), bibliothécaire de la Ville de Sélestat de 1887 à sa mort, que l’on doit également les premiers travaux permettant de resituer la bibliothèque de Beatus Rhenanus dans l’histoire des fonds de la bibliothèque municipale32. Ce savant fit également l’objet d’une notice dans la Biographie des hommes célèbres de l’Alsace de Sitzmann33, premier dictionnaire systématique de biographies alsaciennes. On n’y trouve cependant aucune indication concernant la teneur et la localisation de sa bibliothèque. Ce dernier aspect met en évidence le fait que la patrimonialisation est toujours en cours. Bien pis, le grand savant Charles Schmidt oublia complètement Rhenanus dans la galerie d’humanistes qu’il présenta dans son Histoire littéraire de l’Alsace34.

33Cette meilleure connaissance de la teneur de la bibliothèque paroissiale et de la collection de Rhenanus ne manqua pas d’accompagner, quand elle ne les rendit pas possibles, les premières formes de mise en valeur de ces fonds. Le souci de leur préservation combiné à la mise en valeur, voire la muséification, de ces volumes constitue à plus d’un titre l’aboutissement même de ce processus. Il faut reconnaître que le transfert de ces bibliothèques vers des locaux aménagés à cet effet et dotés du mobilier adéquat rendait possible en 1841 une reconnaissance pleine et entière de ce patrimoine par tous. Le fait même d’installer la bibliothèque de lecture publique moderne et les collections anciennes au sein même de la mairie, la maison commune de l’ensemble des habitants de Sélestat, revêtait aussi une forte dimension symbolique.

  • 35 Hubert Meyer, « La Halle aux Blés de Sélestat. L’installation de la bibliothèque dans ses locaux » (...)

34On peut déceler les premières manifestations de la mise en valeur de ces collections dans le fait que le bibliothécaire Kleitz avait veillé, dans l’agencement de la bibliothèque, à rendre visible un certain nombre de pièces remarquables. Il notait lui-même dans le rapport transmis au Maire le 23 décembre 1849 qu’il avait « rangé dans les armoires du buffet au milieu de la salle, les manuscrits et les incunables, en mettant en évidence, sous les cases vitrées, ceux qui offrent le plus d’intérêt »35. Les visiteurs de passage à Sélestat pouvaient ainsi découvrir un certain nombre de trésors du patrimoine écrit de cette ville dans des conditions convenables. Paul Huot, dans son ouvrage Des Vosges au Rhin : excursions et causeries alsaciennes, rappelle les grandes étapes de la constitution des collections de la bibliothèque municipale de Sélestat et finit par le constat suivant :

  • 36 Paris, Veuve Berger-Levrault et fils, 1866, p. 159-160.

aussi peut-on avancer sans crainte qu’il n’y a peut-être pas en France une grande ville de 10 000 âmes possédant une bibliothèque comparable à celle qui nous occupe, surtout par le nombre et la beauté exceptionnelle de ses incunables et de ses manuscrits dont quelques-uns sont publiques [sic]. Le local situé dans l’hôtel de ville […] est très convenable et parfaitement disposé, même pour les simples curieux. Les exemplaires les plus remarquables sont ouverts sous des vitrines placées au milieu des salles, en pleine lumière, de manière à donner une idée suffisante de l’exécution matérielle du livre à ceux qui ne viennent pas en faire une étude spéciale et approfondie. Sous ce rapport, je le dis à regret, mais quiconque a pu le faire la comparaison sera de mon avis, la bibliothèque de Schlestadt fait honte à celle de Colmar36

35Le conseil municipal, dans sa séance du 7 septembre 1867, constatait qu’« il y a quelques années déjà que le besoin d’agrandissement des locaux destinés à la bibliothèque et aux archives communales se fait vivement sentir, sans avoir pu jusqu’à présent remédier à cet inconvénient ». Les édiles proposèrent de ce fait qu’en raison du décès du bibliothécaire-archiviste Kleitz, « le logement qu’il occupait à la Mairie et contigu à l’une des salles de la bibliothèque est devenu libre et pourra sans frais être réuni à la bibliothèque ». Néanmoins, grâce à une importante politique d’acquisition, les locaux de la bibliothèque, installée au deuxième étage de la mairie, devaient se révéler bientôt trop petits. Le conseil municipal décida au cours de sa séance du 19 janvier 1888 de préparer le déménagement des collections vers la Halle aux Blés, validant ainsi la décision visant à l’aménager en bibliothèque. La Halle servit à la conservation et à la mise en valeur de la bibliothèque jusqu’à son déménagement au printemps 2015 (ill. 1).

Illustration 1. La Halle aux blés, où la Bibliothèque s’installe en 1889. Carte postale

Illustration 1. La Halle aux blés, où la Bibliothèque s’installe en 1889. Carte postale

Source : Collection particulière.

  • 37 Joseph Gény, Geschichte der Stadtbibliothek zu Schlettstadt, op. cit.

36Ce transfert de 1889 vers la Halle aux Blés constitua un autre événement marquant dans la pleine reconnaissance de la valeur patrimoniale des bibliothèques de la paroisse et de Rhenanus. Il convient d’abord de rappeler que cet édifice avait été construit à l’emplacement occupé par l’ancienne douane, où la ville stockait les denrées servant au commerce ainsi que le sel. Le 7 mars 1836, le conseil municipal adopta le principe de la construction d’une halle couverte, qui devait pouvoir contenir 3 000 sacs debout et des greniers pour 800 à 1 200 sacs. Les plans avaient été dressés par Gustave Klotz, en collaboration avec l’architecte de la ville de Sélestat Louis Rivaud. La première pierre fut posée le 7 mai 1843 et les travaux s’étendirent jusqu’au début de l’année 1845 (le premier marché aux grains s’y tint le 1er mars 1845). Cet édifice perdit cependant sa raison d’être à partir du moment où le rail permettait d’acheminer des quantités importantes en un temps limité. Les collections des archives et de la bibliothèque y furent installées en mai 1889 ; l’inauguration eut lieu en grande pompe le 6 juin 1889 et fut accompagnée, comme il se doit, d’une Festschrift portant sur l’histoire des collections37.

37Ce fut pour la bibliothèque municipale de Sélestat l’occasion d’un nouveau départ. En effet, un édifice public bien distinct de l’Hôtel de Ville, jadis dévolu au stockage des nourritures terrestres, était désormais consacré aux nourritures intellectuelles. C’est en son sein que furent désormais regroupées les différentes formes du patrimoine sélestadien (écrit, artistique…). Il faut en outre souligner la pertinence du choix de cet édifice, idéalement situé dans l’espace urbain, du point de vue des problématiques intellectuelles et artistiques dans lesquelles les collections précieuses plongeaient leurs racines : dans le centre historique, à deux pas de la résidence urbaine des abbés d’Ebersmunster, édifice représentatif de l’architecture de la Renaissance, à proximité de l’église Saint-Georges, qui abritait jadis la bibliothèque paroissiale et la collection de Rhenanus. Enfin, cette institution patrimoniale était désormais clairement identifiée et identifiable dans l’espace urbain, en particulier grâce à la mosaïque exécutée par l’entreprise César Winterhalter de Strasbourg avec l’inscription Stadtbibliothek-Museum et la reproduction des deux blasons de la ville : l’aigle et le lion, qui ornaient depuis 1907 la façade du bâtiment.

  • 38 Il suffit de mentionner à cet égard la reconstruction du château du Haut-Koenigsbourg, non loin de (...)
  • 39 Jean-Marie Montavon, « Réflexions sur l’âge d’or de Sélestat », AABHS, 2010, t. 40, p. 19-30, p. 2 (...)

38Aussi, l’installation du patrimoine écrit sélestadien n’avait pas pour seul but de donner à la bibliothèque municipale plus de volume afin d’en assurer la conservation et la mise en valeur : cette translation à travers l’espace urbain donnait aux fonds constitués à la charnière entre les époques médiévale et moderne un nouveau statut, à une époque où l’on se référait souvent à un Moyen Âge en partie idéalisé38. C’est sans doute d’autant plus vrai pour une ville qui avait tardé à se défaire de son enceinte fortifiée héritée de la fin du XVIIe siècle, au risque de compromettre son développement au cours de l’époque contemporaine. Le culte rendu à une époque glorieuse et à ses reliques pouvait aussi avoir quelque chose de réconfortant pour une ville à une époque où le futur semblait incertain. Il faut dire que Sélestat avait connu dès la fin du XVIe siècle le début d’une période de déclassement « qui la fit quitter progressivement le groupe des villes importantes en Alsace »39. Or, l’émergence de cet équipement patrimonial regroupant en un seul et même édifice clairement visible dans l’espace urbain les archives, les collections muséales ainsi que le patrimoine écrit se déroulait au moment où les autorités allemandes procédaient au démantèlement de l’enceinte de Vauban qui avait permis à la ville de vivre repliée sur elle-même depuis près de deux siècles. On serait ainsi tenté de faire de l’âge d’or des XVe et XVIe siècles, matérialisé par les collections précieuses de la bibliothèque municipale, une espèce de valeur refuge permettant peut-être d’affronter l’avenir de manière plus sereine.

Illustration 2. L’espace muséographique dans la Halle aux blés, vers 1950. Carte postale

Illustration 2. L’espace muséographique dans la Halle aux blés, vers 1950. Carte postale

Source : Collection particulière.

  • 40 Paul Adam, « Un sanctuaire de la culture alsacienne. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat », Les (...)

39Bien plus, l’installation dans cet édifice confirma l’amorce de la muséification des collections précieuses entamée au deuxième étage de l’Hôtel de Ville. En effet, les prémices d’une présentation des documents précieux à la mairie se prolongèrent dans la salle du premier étage de la Halle aux Blés. La salle du premier étage de cet édifice fut aménagée afin de servir d'écrin à une exposition permanente donnant à voir les pièces les plus remarquables du patrimoine écrit sélestadien (ill. 2). L’agencement des espaces de la Bibliothèque Humaniste, en particulier la grande salle d’exposition du premier étage, fut pensé comme un espace propice à la présentation des documents les plus remarquables. Des vitrines furent confectionnées à cet effet, tandis que les rayonnages de 1841 furent réemployés. De plus, le cadre architectural lui-même en imposait : la grande salle constituait un long trapèze de 36 mètres de long, flanqué de courtes travées perpendiculaires garnies de rayonnages remplis d’ouvrages anciens. Les visiteurs pouvaient légitimement penser qu’il s’agissait de la nef d’une église romane (les arcs en plein cintre étant très présents) donnant sur une série de chapelles rayonnantes. Des œuvres d’art provenant notamment des églises sélestadiennes y furent également disséminées, d’ailleurs sans problématique apparente mais sans doute afin de susciter avant tout une émotion chez les visiteurs. On alla jusqu’à reproduire dans la salle le décor qui ornait la resserre d’archives de l’église Saint-Georges où étaient disposées les collections de la bibliothèque paroissiale. Bien plus, l’abbé Joseph Walter, qui fut bibliothécaire de la ville de Sélestat de 1919 à 1950 et par ailleurs président des amis de la cathédrale de Strasbourg de 1928 à 1952, fit acquérir, afin d’orner la grande salle de la Bibliothèque Humaniste, des moulages en plâtre de statues visibles sur la première église du diocèse. L’ensemble de ce cadre, qui ne connut que de minimes modifications jusqu’en 2015, fit dire au bibliothécaire l’abbé Adam que « les longues rangées de livres aux reliures usées, les anciens vitraux qui ne laissent filtrer qu’une lumière parcimonieuse, tout cela créé une atmosphère de paix et de recueillement en ce lieu qui est un des sanctuaires les plus émouvants de la culture alsacienne »40.

40Cette consécration de la vocation muséale de la bibliothèque municipale, clairement assumée par la Ville de Sélestat qui l’affichait au pignon du bâtiment, visait aussi à intégrer cet équipement, dès la fin du XIXe siècle, dans une dynamique touristique. Ce ne fut d’ailleurs pas sans lien avec la création, le 18 mai 1901, de l’office de tourisme (Verschönerungsverein) de Sélestat dans le sillage de la publication du Führer durch Schlettstadt par le bibliothécaire, l’abbé Gény. Dans la première édition de cet ouvrage en 1899, il était bien question à la fois de la bibliothèque, des archives et du « petit musée » (Bibliothek, Archiv, sowie das kleine Museum der Stadt befinden sich seit 1889 in der 1842 erbauten Fruchthalle, p. 12), qui apparaissaient parmi les éléments les plus remarquables (« Hauptsehenswürdigkeiten ») du patrimoine sélestadien. Un guide publié après 1906 soulignait l’exposition des plus beaux manuscrits dans une grande vitrine ; la bibliothèque pouvait être visitée tous les jours de 9 h 00 à 18 h 00, en présence d’un employé.

  • 41 Qui fit l’objet d’onze éditions entre 1881 et 1906.

41Ainsi, la bibliothèque municipale fut d’autant plus confortée après 1889 dans sa fonction de musée, vitrine des patrimoines de la Ville de Sélestat. Cependant, cette valorisation touristique du patrimoine écrit sélestadien semblait si bien s’inscrire dans la durée que ses premières occurrences dans les guides touristiques furent même antérieures au déménagement de 1889. De fait, la bibliothèque de la ville avec ses collections archéologiques, ses manuscrits apparut dans le guide Joanne Vosges, Alsace et Lorraine dès l’édition de 1885. Il en va de même dans le guide sur les Vosges de Curt Mündel41 dès 1884. Dans sa septième version de 1913, cet ouvrage présente les édifices remarquables tout au long d’un périple à travers le centre-ville et décrit ainsi la bibliothèque-musée :

  • 42 Curt Mündel, Führer durch die Vogesen, Strassburg Verlag von Karl J. Trübner, 1913, p. 35.

Der Kirchgasse folgend zur Stadtbibliothek, dem Stadtarchiv und Museum, unten Fruchthalle, Eingang in der kleinen Seitengasse l., Meldung durch den Bibliotheksdiener. Bibliothekar Dr Clauss. Unten in der Vorhalle fränkische Steinsärge und mittelalterliche Grabdenkmäler. Reiche Handschriftensammlung, mittelalterliche Miniaturen, wertvolle Inkunabeln, die alte Pfarrbibliothek des 16. Jahrh. und die Privatbibliothek des Beatus Rhenanus42.

  • 43 Hubert Meyer, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat de 1938 à 1945 », AABHS, 1988, t. 38, p. 190 (...)

42La présentation des ouvrages les plus précieux fut cependant interrompue par la Seconde Guerre mondiale. Après le retour, en octobre 1940, des collections précieuses qui avaient été évacuées vers le château de Hautefort au début du mois de mars de la même année, l’exposition put néanmoins retrouver son emplacement. Conformément à l’idéologie ambiante, la présentation du patrimoine écrit sélestadien fut réorganisée de manière à mettre en évidence l’ancrage de la Bibliothèque Humaniste dans l’aire culturelle allemande, en faisant notamment de Rhenanus l’auteur de la première histoire scientifique des Allemands (die erste wissenschaftliche Geschichte der Deutschen)43.

43Alors que le discours politique allait bientôt être favorable à la démocratisation culturelle, la vocation touristique de la Bibliothèque Humaniste s’affirme après 1945. Le cinquième centenaire, célébré en fait au début de l’année 1953, de la création de la bibliothèque paroissiale donna lieu à un certain nombre de travaux d’aménagements du premier étage de la Halle aux Blés. Le bibliothécaire d’alors, l’abbé Paul Adam, rappela dans son allocution prononcée à l’occasion de l’inauguration qu’« au cours de l’année passée, les visites d’érudits et de touristes ont été plus nombreuses que jamais : soit en groupe, soit isolés, ils admiraient les manuscrits et les incunables exposés dans les vitrines, ainsi que les œuvres d’art disposées dans le hall d’entrée et la salle de lecture ». Il formulait également le vœu de pouvoir un jour occuper également le rez-de-chaussée de la Halle afin

d’y installer un musée. Les nombreux souvenirs du passé, conservés actuellement dans la salle des archives, sans qu’il fût possible au public de les voir, pourront ainsi servir à la formation culturelle et historique des Sélestadiens et des touristes. Dans de grandes vitrines, on exposera les objets préhistoriques et romains, les anciennes monnaies, les faïences, etc., tandis que les tableaux, les pierres sculptées, les statues, les portraits des Sélestadiens célèbres seront disposés dans les diverses travées.

44Ce projet donna lieu à divers aménagements dans ce qui devint alors la salle de lecture de la Bibliothèque Humaniste (qui renfermait jusqu’alors les fonds des archives municipales) et à l’inauguration, le 27 février 1958, du « nouveau Musée de Sélestat » ; il s’agissait en fait de l’installation de vitrines contenant des collections archéologiques et de la statuaire ancienne.

  • 44 Paul Adam, « La Bibliothèque municipale de Sélestat », in Vitalité de Sélestat et de sa région, Sé (...)

45La consolidation de la vocation touristique de la Bibliothèque Humaniste se traduisit aussi par une amplitude horaire d’ouverture croissante. Une plaquette publiée en 1956 indique que « la bibliothèque est ouverte tous les jours de 8 à 12 et de 14 à 18 heures, sauf samedi et dimanche. Sur demande préalable, visites guidées ». Ces dernières constituèrent pendant longtemps le seul type de médiation proposée aux différents publics. Dans une publication de 197044, le même bibliothécaire, Paul Adam, rappela que « ce trésor, il faut le conserver, le garder avec soin, mais il faut aussi le maintenir en vie, le faire fructifier, en le rendant accessible à tous ». C’était à ses yeux en direction du plus grand nombre qu’était proposée la déclinaison de l’exposition permanente en trois vitrines (manuscrits ; imprimés ; « les souvenirs de l’humanisme sélestadien »). L’abbé Paul Adam assumait pleinement le fait d’

  • 45 Ibid., p. 206.

exposer dans des vitrines, au milieu de la grande salle, les livres et les documents les plus précieux, malgré les risques de lente détérioration que cela implique. Les résultats sont très encourageants. Des milliers d’amateurs de culture, venus de tous les pays et de tous les milieux sociaux, viennent chaque année admirer nos collections ; ils sont ravis et déclarent que nulle part ailleurs en Europe ils ne peuvent se familiariser avec tant de trésors. Particulièrement nombreux et attentifs sont les groupes de jeunes45.

46Il est cependant difficile de concilier l’idée d’une exposition permanente du patrimoine écrit avec sa bonne conservation, à plus forte raison lorsque la sélection de livres exposés est peu ou prou la même du milieu du XXe siècle au début du troisième millénaire.

  • 46 Il faut cependant souligner que ces travaux portent quasi exclusivement sur la collection et l’œuv (...)

47Alors même que la prise de conscience de la valeur exceptionnelle du patrimoine écrit sélestadien, alimentée par de remarquables travaux scientifiques46, ne cessait d’animer les esprits des contemporains, la vocation touristique de la Bibliothèque Humaniste ne cessa de prendre de l’ampleur jusqu’à la fermeture de l’équipement le 31 janvier 2014, en vue de la mise en œuvre du projet de la Nouvelle Bibliothèque Humaniste. Plus de 20 000 visiteurs vinrent chaque année à Sélestat pour découvrir une véritable histoire du livre du VIIe au XVIe siècle, à l’aide des cinq vitrines de la salle d’exposition, qui s’articulaient autour des manuscrits du VIIe au XVe siècle, des incunables, de la vie et de l’œuvre de Rhenanus et d’une galerie d’autres humanistes sélestadiens (comme Wimpheling, Bucer, Taurellus…). La dernière vitrine était consacrée à l’évolution de la géographie au cours du XVIe siècle, ainsi qu’à Érasme de Rotterdam. Tout en assurant la préservation de ses collections les plus précieuses (à l’aide de trains de restauration, de microfilmage puis de la première tranche du projet de numérisation menée entre 2008 et 2012), la Bibliothèque Humaniste eut à cœur de poursuivre la mise en valeur de ses fonds en direction du plus grand nombre en s’insérant dans des réseaux touristiques et institutionnels, ainsi qu’en développant des liens avec l’Éducation nationale, dans le cadre notamment d’un service éducatif.

Vers la Nouvelle Bibliothèque Humaniste

  • 47 Pierre-Jacques Lamblin, « Quand j’entends parler de patrimoine, je sors de ma réserve », Bulletin (...)

48Il apparaît ainsi que, depuis quelques décennies, la Bibliothèque Humaniste, équipement culturel aux multiples missions, entretient une tradition assez ancienne de mise en valeur des éléments les plus remarquables de ses collections ; à ce titre, elle semble constituer une illustre exception dans le milieu des institutions assurant la conservation du patrimoine écrit. En effet, dans le milieu feutré des bibliothèques patrimoniales, il était plutôt admis, pendant longtemps d’ailleurs, de conserver ses manuscrits et autres imprimés anciens loin du regard de possibles visiteurs. À cet égard, on pouvait parler de manière encore plus légitime de « trésor », c’est-à-dire d’un ensemble d’objets de grande valeur que l’on garde hors de portée des gens du commun47.

49Fort heureusement, depuis une quinzaine d’années, les esprits des conservateurs de bibliothèques ont évolué à ce sujet. Sans doute aussi sous l’effet de la pression ou de la demande sociale, le patrimoine écrit se donne de plus en plus à voir, à l’aide de grandes expositions (sur les manuscrits carolingiens de la BnF48 ou celle sur le roi Arthur, fruit d’un partenariat entre la BnF, les Champs libres de Rennes et la Médiathèque de l’agglomération troyenne49) ou en inscrivant les fonds anciens dans un programme architectural destiné notamment à les mettre en valeur. Sur ce dernier point, il faut rappeler le rôle pionnier de Thierry Delcourt qui permit à la Médiathèque de l’agglomération troyenne de structurer ses espaces en partie autour de la reconstitution de la salle de l’ancienne abbaye Saint-Loup, dans laquelle fut conservée pendant des décennies la bibliothèque de Clairvaux. Il faut d’ailleurs souligner que cette réalisation architecturale fut accompagnée du déploiement d’une exposition permanente intitulée « Mille ans de livres à Troyes », intégrant un volet touristique dans le fonctionnement de cette bibliothèque50.

50Un certain nombre d’autres projets de construction ont suivi une démarche plus ou moins similaire en intégrant par exemple le patrimoine écrit au sein d’un équipement dévolu avant tout à la lecture publique, à l’instar de la Bibliothèque multimédia intercommunale Epinal-Golbey, qui conserve en son sein depuis 2008 ses fonds les plus précieux sur les boiseries de l’ancienne abbaye de Moyenmoutier51. La salle dite « des boiseries » est même destinée à être fréquentée par le public puisqu’elle lui est accessible tous les mercredis et samedis après-midi. Des visites guidées y sont régulièrement organisées. Parmi les réalisations récentes dévolues à la mise en valeur du patrimoine écrit dans une perspective résolument touristique, on citera également le Scriptorial d’Avranches, qui a ouvert ses portes en août 200652. Dans ce cas précis, une étape décisive a été franchie : il ne s’agit plus d’une exposition permanente portant sur l’histoire du livre et des bibliothèques mais bel et bien d’un musée à part entière, destiné à rendre intelligibles la confection et l’histoire des manuscrits du Mont Saint-Michel.

  • 53 Laurent Naas, « Une bibliothèque en cours de métamorphose : vers la Nouvelle Bibliothèque Humanist (...)

51C’est dans une logique identique que se situe le projet de la Nouvelle Bibliothèque Humaniste, qui a vocation à répondre aux enjeux actuels de la conservation et de la mise en valeur de ses collections53.

  • 54 Laurent Naas et Claire Sonnefraud, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat : une bibliothèque aux (...)

52Depuis juin 1997 et l’ouverture de la médiathèque intercommunale de Sélestat, la Bibliothèque Humaniste est à la croisée des chemins. N’exerçant plus ses missions liées au développement de la lecture publique, elle a dès lors pu se concentrer sur la conservation du patrimoine écrit de la cité humaniste. Le départ des archives historiques (du XIIIe siècle à 1945), suite à la création d’un service d’archives municipales à part entière, a d’autant plus contribué à cette redéfinition des missions de la bibliothèque54. Dans un souci de mise en valeur de ses collections, elle a par ailleurs développé un ensemble d’outils (expositions temporaires, programmes d’animations, service éducatif), destinés à compléter l’exposition permanente mise en place à partir de 1889. Néanmoins, les visites successives des inspecteurs généraux des bibliothèques ont mis en évidence le caractère inadapté des locaux à l’exercice des missions d’une bibliothèque d’étude et de recherche. D’autre part, l’inadéquation de la présentation des collections d’ouvrages anciens avec les attentes des visiteurs de la fin du XXe et du début du XXIe siècle, ainsi que l’absence de toute forme de médiation (en dehors des visites guidées et de l’audio-guidage), ont d’autant plus motivé la conception de plusieurs projets destinés à donner un nouveau souffle à cet équipement culturel.

53Ce souhait de revalorisation de la Bibliothèque Humaniste est inscrit depuis 2010 dans le projet de ville, fil conducteur de l’action publique au cours des années à venir. Il faut également noter que la labellisation « Ville d’art et d’Histoire », non dénuée de liens avec le projet de la Nouvelle Bibliothèque Humaniste, a également été inscrite au projet de ville, au titre du « Rayonnement du centre-ville ». La restructuration de la Bibliothèque Humaniste s’inscrit dès lors dans un vaste programme urbain visant notamment la requalification du centre historique et dans lequel la valorisation des patrimoines, bâtie comme écrit, est amenée à porter sa contribution en termes de dynamisme et d’attractivité. Cette mise en tourisme revendiquée n’exclut pas la vocation scientifique de l’équipement. Le projet scientifique et culturel de la Nouvelle Bibliothèque Humaniste, tout en réalisant un diagnostic de l’existant, formule à son tour un certain nombre de propositions portant sur l’évolution de cette institution.

54La Nouvelle Bibliothèque Humaniste doit ainsi permettre de se défaire de la confusion qui domine l’image de cette institution patrimoniale, en particulier depuis l’ouverture de la médiathèque intercommunale. Cette confusion est d’ailleurs accentuée par l’aménagement inadapté des espaces, un parcours de visite incompréhensible et une muséographie obsolète qui peinent à traduire la qualité des collections, reposant davantage sur l’accumulation et l’effet d’ambiance que sur un discours raisonné et accessible au plus grand nombre. Ainsi, la Nouvelle Bibliothèque Humaniste devra s’inscrire dans une logique de transmission et de dialogue, de telle façon que cet établissement voué à conserver les traces du passé, soit également en mesure de transmettre à un large public ce patrimoine unique à l’aide d’une médiation appropriée. Le nouvel équipement doit également s’ancrer dans le XXIe siècle. En effet, le développement d’une culture numérique à partir des années 1990 n’est pas sans rappeler l’importance du livre imprimé à partir du milieu du XVe siècle dans la transmission des savoirs et les méthodes pédagogiques mises en œuvre, conduisant ainsi à une nouvelle perception du monde.

55L’articulation entre la bibliothèque d’étude et de conservation, d’une part, et les pratiques muséales qui y sont développées, d’autre part, doit également être repensée. Ainsi, la Nouvelle Bibliothèque Humaniste doit développer, autour de la bibliothèque patrimoniale, une nouvelle dimension muséale garante de la sécurité des collections et s’appuyant de manière significative sur la médiation afin de faciliter le partage et l’accès à la connaissance, dans une démarche d’ouverture et de culture en direction du plus grand nombre. En outre, cette ambition, liée au volet scientifique des collections, devra déboucher sur une amélioration sensible de la qualité de l’accueil des chercheurs et aura vocation à s’inscrire dans une logique partenariale en direction des programmes de recherches et des milieux scientifiques, tant au plan national qu’international. La Nouvelle Bibliothèque Humaniste, tout en s’inscrivant dans une politique de valorisation scientifique avec pour objectif de se positionner comme centre de référence sur l’humanisme rhénan et le livre, est appelée à devenir un véritable outil de développement touristique du territoire. Si ce projet s’inscrit de manière immédiate dans une logique d’ancrage territorial, le rayonnement attendu devra le porter à l’échelle nationale et internationale.

56Le projet architectural retenu au cours de la réunion du jury du 11 septembre 2014 est celui conçu par l’architecte Rudy Ricciotti, auteur par ailleurs du Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, de la passerelle pour la Paix à Séoul ou le Nikolaisaal de Potsdam en Allemagne, le Palais des festivals à Venise, le Musée d’Art contemporain de Liège et plus récemment du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), à Marseille. Le parti pris de l’architecte consiste à restituer les volumes de l’ancienne Halle aux Blés, antérieurs aux aménagements de 1889. Cet édifice bénéficie d’un parfait ancrage dans le tissu urbain en raison de l’intégration cohérente de l’extension réalisée en grès des Vosges. Cet ajout abrite notamment un Café des Lettres, lieu de vie et de rencontres au sein de la ville. Les abords de cet équipement bénéficient d’un réaménagement urbanistique complet. En passant de 1 000 m2 à 2 500 m2, la Nouvelle Bibliothèque Humaniste dispose enfin de tous les espaces destinés à assurer au mieux la conservation (tant du patrimoine écrit que des objets d’art) et la mise en valeur de ses collections : aux 350 m2 de l’exposition permanente il importe d’ajouter les 110 m2 dédiés aux expositions temporaires, alors qu’un auditorium de 135 places est consacré aux conférences, aux concerts et autres temps de rencontre avec les différents publics. Un atelier de restauration est dévolu à l’entretien des collections.

57L’exposition permanente présente l’histoire du livre et de la transmission des savoirs au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, tout en présentant la démarche originale suivie dans le cadre de l’école paroissiale de Sélestat. Une place particulière est évidemment accordée à Beatus Rhenanus. La muséographie intègre en outre les dernières évolutions que peut apporter le numérique, en s’appuyant sur la numérisation des collections menée de 2008 à 2012. Elle propose une série de dispositifs ludiques favorisant l’appropriation des contenus par toutes les générations (ill 3).

Illustration 3. Vue de l’espace muséographique, juin 2018

Illustration 3. Vue de l’espace muséographique, juin 2018

Source : Cliché de la Ville de Sélestat.

58Les travaux de mise en œuvre du projet architectural avaient été lancés au début de l’année 2016, à la suite du déménagement des collections mené à la fin du printemps 2015. Depuis le 23 juin 2018, les amateurs du livre ancien peuvent à nouveau découvrir les trésors de la Bibliothèque Humaniste dans un nouvel écrin et à l’aide d’une médiation appropriée.

*

59L’étude de l’histoire des collections les plus précieuses de la Bibliothèque Humaniste et de leur mise en valeur permet de dégager les grandes lignes de leur patrimonialisation à partir de la fin de l’Ancien Régime. Le déroulement de ce processus met en évidence le fait que seule une bonne connaissance de ces collections, obtenue à l’aide de la rédaction d’inventaires qui en décrivent le contenu, leur confère cette dimension hors du commun que tous finissent par leur reconnaître. Assurément, la seule aura des bienfaiteurs de la bibliothèque paroissiale et de Beatus Rhenanus n’y suffit pas. C’est à partir du moment où les bibliothécaires mènent le catalogage des fonds pour en assurer le signalement qu’ils rendent possibles des travaux scientifiques permettant d’en approfondir la connaissance. Les collections concernées entrent ainsi dans un cercle vertueux constituant la patrimonialisation qui, du signalement à la mise en valeur, continue à alimenter le « savoir » et le « faire-savoir » qui alimentent la reconnaissance de la valeur exceptionnelle de ces fonds.

60Enfin, le cas précis des collections patrimoniales sélestadiennes rend bien compte du fait que le patrimoine écrit peut contribuer à alimenter une identité à l’échelle locale. C’est particulièrement vrai à la fin du XIXe siècle, à une époque où la ville de Sélestat se défait de son corset hérité de l’Ancien Régime, tout en appréhendant de se projeter dans l’époque contemporaine. Le transfert des collections de l’école latine et de Beatus Rhenanus en 1889, leur conférant ainsi une nouvelle inscription au cœur de l’espace urbain, constitue un moment charnière qui en fait véritablement des valeurs refuges, héritées des pères fondateurs des débuts de l’époque moderne et le témoignage d’un âge d’or dont on admire depuis lors les reliques exhibées dans une châsse récemment transfigurée.

Notes

1 Albert Poirot, « Patrimoine », in Pascal Fouché (dir.) et al., Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Electre – Éditions du Cercle de la Librairie, 2011, p. 153.

2 Hubert Meyer, « Bibliothèque Humaniste », in Patrimoine des bibliothèques de France. Un guide des régions, t. IV : Alsace, Franche-Comté, Paris, Payot, 1995, p. 110-119 et Laurent Naas, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, entre le Moyen Âge et la Renaissance », Arts et métiers du livre, 2013, n° 297, p. 20-35.

3 Jean-Marie Montavon, « Sélestat », in Bernard Vogler (dir), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés, 1354-1679, Strasbourg, La Nuée bleue, 2009, p. 177-197.

4 Jean-Marie Montavon, « Sélestat », in Bernard Vogler (dir), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés, 1354-1679, Strasbourg, La Nuée bleue, 2009, p. 177-197.

5 Paul Adam, Histoire religieuse de Sélestat, t. I : des origines à 1615, Sélestat, Impr. Alsatia, 1967, p. 67-69.

6 Archives municipales de Sélestat, GG 40, fol. 24 v°.

7 Trad. de Paul Adam, op. cit. ; on trouvera le texte original chez Joseph Clauss, « Nekrologium (1357-1529) und Grabinschriften (1306-1781) der Stadt Schlettstadt i. Els. », Freiburger Diözesan-Archiv, 1924, t. 52, p. 185-187.

8 Hubert Meyer, « Création et développement de la Bibliothèque Paroissiale de Sélestat », Annuaire des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, 2002, t. 52, p. 19-25 (parfois approximatif).

9 Bibliothèque humaniste de Sélestat [désormais BHS], ms. 53 et ms. 111.

10 BHS, K.533.

11 Texte original chez Joseph Clauss, op. cit., p. 219-220.

12 Paul Adam, op. cit., p. 72-73.

13 Eram Martini Ergersheimi Archipresbyteri et Rectoris ; Melchior frater et haeres me Ecclesia (sic) divae Mariae apud Selestadium dono dedit.

14 Pierre Petitmengin, « Les livres de Beatus Rhenanus », in André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 1 : les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530, Paris, Promodis – Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 298-301 et James Hirstein, « La bibliothèque de Beatus Rhenanus : une vue d’ensemble des livres imprimés », in Rudolf de Smet (dir.), Les humanistes et leur bibliothèque, Humanists and their Libraries, Leuven, Peeters, 2002 (coll. Travaux de l'Institut pour l'étude de la Renaissance et de l'humanisme ; 13), p. 113-142.

15 Hubert Meyer et Pierre Petitmengin, « Ex libris Beati Rhenani : les imprimés qui ont quitté la Bibliothèque de Sélestat depuis le milieu du XVIIIe siècle », Annuaire des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat [désormais AABHS], 1985, t. 35, p. 123-133.

16 Laurent Naas, « Un ouvrage de Beatus Rhenanus en vente chez Christie’s à New York, le 11 avril 2013 », AABHS, 2015, t. 65, p. 46-49.

17 Antoine Dorlan, Notices sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, Colmar, L. Reiffinger, 1843, p. 354.

18 Hubert Meyer, « La bibliothèque humaniste vient d’acquérir une œuvre ayant appartenu à Beatus Rhenanus (1485-1547) : l’édition aldine des œuvres d’Euripide (1503) », AABHS, 2004, t. 54, p. 62-64.

19 Philippe-André Grandidier, Œuvres historiques inédites, t. VI, Colmar, H. Georg, 1867, p. 334.

20 Hubert Meyer, « Création et ouverture d’une bibliothèque publique au 2e étage de la mairie de Sélestat », AABHS, 1991, t. 41, p. 161-169 ; p. 161-162 pour le passage cité.

21 Ibid., p. 166 pour le texte cité.

22 René Bornert (dir.), Les monastères d'Alsace, t. II : Abbayes de bénédictins des origines à la Révolution française, Strasbourg, Éditions du Signe, 2009, p. 397-398.

23 Pierre Petitmengin, « Notes de dom Calmet sur des manuscrits conservés en Lorraine et dans les pays voisins (avec le premier catalogue de Sélestat) », in Andreas Bihrer et Elisabeth Stein (dir.), Nova de veteribus. Mittel- und neulateinische Studien für Paul Gerhard Schmidt, Munich-Leipzig, K. G. Saur, 2004, p. 1036-1061.

24 Op. cit., p. 1055 ; voir en particulier les pages 1052-1061 au sujet des livres sélestadiens.

25 Hubert Meyer, « Propos sur la bibliothèque de Beatus Rhenanus », AABHS, 1985, t. 35, p. 94 pour le passage cité.

26 BHS, ms. 439.

27 Henri Michelant et Hippolyte Cocheris, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, t. III, Paris, Imprimerie impériale, 1861, p. 541-602, p. 543-544 pour le passage cité.

28 Sur le contexte de la rédaction de ces catalogues, voir Françoise Mélonio, Naissance et affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Paris, Seuil, 2001, p. 178-181 ; Marcel Thomas, « Les manuscrits », in Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 3 : les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle, Paris, Promodis – Éditions du Cercle de la librairie, 1991, p. 172-175.

29 Jakob Achilles Mähly, « Beatus Rhenanus von Schlettstadt », Alsatia. Jahrbuch für elsässische Geschichte, Sage, Sitte und Sprache, 1856-1857, t. 6, p. 201-261.

30 Adalbert Horawitz, Beatus Rhenanus. Eine Biographie, Wien, Karl Gerold’s Sohn, 1872 ; « Die Bibliothek und Correspondenz des Beatus Rhenanus », Sitzungsberichte der Wiener Akademie [phil.-hist. Classe], 1874, t. 78, p. 314-340.

31 Adalbert Horawitz et Karl Hartfelder, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, Leipzig, B. G. Teubner, 1886 ; un compte rendu en fut réalisé par Gustave Knod, Centralblatt für Bibliothekswesen, 1887, t. 4, p. 305-315.

32 Joseph Gény, Geschichte der Stadtbibliothek zu Schlettstadt. Festschrift zur Einweihung des neuen Bibliothksgebäudes am 6. Juni 1889, Strasbourg, Du Mont-Schauberg, 1889.

33 Fr. Edouard Sitzmann, Biographie des hommes célèbres de l’Alsace depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. II, Rixheim, F. Sutter, 1910, p. 553-554.

34 Charles Schmidt, Histoire littéraire de l’Alsace à la fin du XVe siècle et au commencement du XVIe siècle, Paris, Librairie Sandoz et Fischbacher, 1879. Jacques Wimpheling a droit a contrario à une notice de 188 p., tandis que l’alter ego d’Érasme apparaît à tout le moins dans l’index nominum, sous la forme « Béatus Rhénanus » [sic].

35 Hubert Meyer, « La Halle aux Blés de Sélestat. L’installation de la bibliothèque dans ses locaux », AABHS, 1989, t. 39, p. 17.

36 Paris, Veuve Berger-Levrault et fils, 1866, p. 159-160.

37 Joseph Gény, Geschichte der Stadtbibliothek zu Schlettstadt, op. cit.

38 Il suffit de mentionner à cet égard la reconstruction du château du Haut-Koenigsbourg, non loin de Sélestat, à l’initiative de l’empereur d’Allemagne Guillaume II à partir de 1899.

39 Jean-Marie Montavon, « Réflexions sur l’âge d’or de Sélestat », AABHS, 2010, t. 40, p. 19-30, p. 25 pour le passage cité.

40 Paul Adam, « Un sanctuaire de la culture alsacienne. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat », Les Vosges, 1969, t. 2-3, p. 23.

41 Qui fit l’objet d’onze éditions entre 1881 et 1906.

42 Curt Mündel, Führer durch die Vogesen, Strassburg Verlag von Karl J. Trübner, 1913, p. 35.

43 Hubert Meyer, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat de 1938 à 1945 », AABHS, 1988, t. 38, p. 190-201.

44 Paul Adam, « La Bibliothèque municipale de Sélestat », in Vitalité de Sélestat et de sa région, Sélestat, Ville de Sélestat, 1970, p. 205-210.

45 Ibid., p. 206.

46 Il faut cependant souligner que ces travaux portent quasi exclusivement sur la collection et l’œuvre de Beatus Rhenanus (tandis que la bibliothèque paroissiale de Sélestat reste pour ainsi dire terra incognita). Laurent Naas, « 60 ans d’annuaires des Amis de la Bibliothèque Humaniste (1951-2011) : acteurs, axes de recherches et perspectives », AABHS, 2012, t. 62, p. 107-118.

47 Pierre-Jacques Lamblin, « Quand j’entends parler de patrimoine, je sors de ma réserve », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 5, p. 40-47. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0040-007 >.

48 Visible du 20 mars au 24 juin 2007. [En ligne] < http://expositions.bnf.fr/carolingiens/ >.

49 Visible du 20 octobre 2009 au 24 janvier 2010. [En ligne] < http://expositions.bnf.fr/arthur/ >.

50 [En ligne] < http://www.mediatheque.grand-troyes.fr/webmat/content/mille-ans-de-livres-troyes >.

51 [En ligne] < http://www.bmi.agglo-epinal.fr/EXPLOITATION/la-salle-des-boiseries.aspx >.

52 [En ligne] < http://www.scriptorial.fr/ >.

53 Laurent Naas, « Une bibliothèque en cours de métamorphose : vers la Nouvelle Bibliothèque Humaniste », Gutenberg Jahrbuch, 2015, t. 90, p. 183-202.

54 Laurent Naas et Claire Sonnefraud, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat : une bibliothèque aux missions atypiques », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 4, p. 38-42. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-04-0038-008 >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. La Halle aux blés, où la Bibliothèque s’installe en 1889. Carte postale
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 2. L’espace muséographique dans la Halle aux blés, vers 1950. Carte postale
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Illustration 3. Vue de l’espace muséographique, juin 2018
Crédits Source : Cliché de la Ville de Sélestat.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

Auteur

Bibliothèque humaniste de Sélestat

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site