Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Usages sociaux

Chapitre 16. Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale de la bibliothèque au musée

Claudio Galleri

Texte intégral

1Connu sous le nom d’hôtel Paulet, l’ancien hôtel de ville de Lunel a connu une période de remise à neuf durant 18 mois, de juin 2012 à décembre 2013. Parmi ses particularités, ce bâtiment accueille une bibliothèque qu’un collectionneur, Louis Médard, a voulu implanter dans sa ville natale. Le bâtiment a rapidement eu pour vocation essentielle d’abriter cette collection, quelles qu’aient été par ailleurs ses anciennes fonctions (des différents services municipaux à bibliothèque de prêt et de lecture publique). Dans la réflexion sur la destination de ce bâtiment, le maintien sur place de la collection est resté un invariant. Le « fonds Médard » est autant un lieu et un concept qu’une bibliothèque formant un ensemble cohérent. Au sein d’une démarche de revalorisation de la ville et de son histoire, l’équipement muséal nouvellement conçu s’inscrit à plusieurs titres dans les réflexions autour d’un patrimoine à appréhender et à transmettre.

2Le projet scientifique et culturel du musée Médard décline un programme de développement et explicite la volonté de la ville de Lunel d’obtenir l’appellation « Musée de France », dans le cadre de la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002. Cette ambition naît d’un double constat : d’une part, l’existence d’une collection permanente inventoriée depuis de nombreuses années et dont les conditions de conservation sont souvent jugées exceptionnelles, et d’autre part, la volonté d’enrichir les collections, de développer l’accès et de proposer une médiation autour de thématiques scientifiques structurées. Le Haut Conseil des musées de France a attribué l’appellation « Musée de France » au musée Médard de Lunel, par un arrêté du 3 avril 2017, publié au Journal officiel du 29 avril 2017.

  • 1 La rédaction et le développement du projet scientifique et culturel du musée se sont appuyés sur l (...)

3De la constitution de la collection au legs fondateur, des premières explorations et présentations à la naissance d’une entité spécifique, le fonds Médard permet d’illustrer les étapes d’une véritable « fabrique » du patrimoine écrit1.

Louis Médard, du bibliophile à la collection publique

4Jean-Louis Médard, dit Louis, naît à Lunel le 2 juillet 1768, d’une famille de négociants protestants. Il reçoit une éducation classique qui le satisfait peu et quitte, en 1783, le collège de Nîmes. Son goût pour les auteurs classiques viendrait d’un ami de la famille, le négociant nîmois Barthélémy Fornier de Lédenon, qui lui offre son premier livre en 1781. Médard présente ce Virgile comme son plus ancien ami. C’est la maladie qui empêche ensuite le jeune Louis de rejoindre ses frères à Cadix pour y exercer le grand commerce. Il apprend alors le métier de canut à Lyon, mais après son contrat d’apprentissage, décide de s’installer à Montpellier, où il côtoie Auguste Rigaud (écrivain et poète occitan) et assiste aux événements révolutionnaires. En 1801, Louis fonde avec Jean Parlier (1762-1830, également bibliophile), la « Maison de commerce Médard & Parlier » qui connaît un grand succès commercial dans le négoce de tissus. Médard court les routes de l’Empire à la recherche des meilleurs producteurs de toiles peintes et on le retrouve dans les territoires allemand, suisse, belge ou dans la région mulhousienne, en Normandie et dans la capitale. C’est à Paris qu’il se trouve pour son mariage, le 16 septembre 1807, avec Jeanne Jacqueline Sara Filliettaz (1788-1857), fille de l’un des plus importants manieurs d’argent de la place.

5En 1813, Louis crée la maison « Médard et Compagnie » et s’installe dès 1816 à Toulouse. Il dispose désormais d’une importante collection de livres classiques et continue de l’enrichir grâce au service de plusieurs commissionnaires parisiens : les relieurs Simier, père et fils, les libraires Ledoyen ou Techener. Il entretient également des amitiés avec des fonctionnaires bien placés : Émile Mariton, archiviste de la Couronne ou Maurice Angliviel, neveu du philosophe La Beaumelle et bibliothécaire en charge des manuscrits au dépôt des cartes et plans de la Marine.

6Les Médard rentrent à Montpellier à l’été 1818 et s’installent en plein cœur de la vieille ville. En 1834, Louis connaît une grave crise de santé et fait ses dernières dispositions testamentaires, qui confirment la donation du cabinet à sa ville natale. Pendant les dernières années de sa vie, il accroît sa collection et lui adosse un appareil critique exceptionnel. Un catalogue manuscrit d’une rare rigueur et un corpus de près de 800 notes éclairent les choix du collectionneur. Le testament mentionne également son attachement au développement des écoles d’enseignement mutuel et d’autres activités ecclésiales. Le 26 juillet 1841, jour du décès de Médard, le pasteur libéral Charles Grawitz prononce l’éloge funèbre du collectionneur. En 1858, un an après le décès de la veuve, la ville de Lunel prend possession du cabinet de livres et l’installe dans l’hôtel de ville.

7Dans le fonds Médard, les connaissances se sont amassées sous la forme bien spécifique d’un cabinet de livres. Conservés sous de précieuses reliures, les plus grands textes de la littérature ont été magnifiés par le goût d’un collectionneur autodidacte. Il est le représentant d’un fort courant d’amateurs en ce début de l’industrieux XIXe siècle. Sur les terres agricoles du Pays de Lunel, entre vignes et étangs, la collection peut paraître une activité bien oisive. C’est pourtant dans cette bourgade de 6 385 âmes en 1841 que Louis Médard, grand bourgeois montpelliérain, décide d’implanter – pour une éternité rêvée – une collection dont les liens avec ce territoire sont extrêmement ténus. En revanche, le territoire de Lunel, son histoire particulière, ses interactions avec deux grandes agglomérations (Nîmes et Montpellier), ses richesses ne sont que très partiellement suggérées par les volumes de cette collection de prestige. Ce constat explique en partie les difficultés de prise en compte et de gestion de cette bibliothèque patrimoniale à travers le temps, sans oublier l’idée singulière du donateur de destiner ce fonds précieux à l’attention des collégiens. D’où la nécessité de toute une série de réflexions sur le positionnement de la collection.

8Aujourd’hui, Lunel est une ville moyenne (25 200 habitants en 2015, quatrième ville de l’Hérault), engagée dans nombre de politiques publiques pour maintenir ses infrastructures à la hauteur de son rayonnement territorial. Intéressée par une significative évolution démographique et touchée par différentes problématiques sociales, la commune dispose notamment d’un contrat de ville pour la période de 2015 à 2020, orienté sur trois axes prioritaires : la cohésion sociale, le développement économique et l’emploi, le cadre de vie et le renouvellement urbain. Dans ce contexte, la ville de Lunel et l’intercommunalité déploient une action culturelle en direction de la population et du développement touristique. Sous l’initiative municipale, le paysage patrimonial s’est particulièrement enrichi ces dernières années avec l’ouverture du musée Médard (2013) et du musée de la Tour des prisons (2014). De plus, la communauté des communes gère d’autres points d’intérêt du territoire : le site archéologique gallo-romain d’Ambrussum et le pôle œnotouristique Viavino de Saint-Christol.

De la bibliothèque au projet muséal

  • 2 Romuald Goudeseune, Louis Médard et ses livres. Biographie d’une collection, mémoire de maîtrise, (...)
  • 3 France. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Départements, Tom (...)

9L’histoire de la collection a fait l’objet d’une synthèse en 2010 dans le cadre d’un travail universitaire2 et plusieurs pistes restent encore à explorer concernant les réseaux de Louis Médard, au-delà du commerce et de la bibliophilie. D’autre part, le fonds Médard est connu des chercheurs et des professionnels depuis de nombreuses années. Il a été signalé à la communauté scientifique par le biais de publications diverses et présenté par segments. Dès 1898, il est signalé au Catalogue général des manuscrits (CGM) ; en juin 1988 est évoquée son intégration dans l’application SIBIL (pour Système informatisé pour les bibliothèques de Lausanne). En 1995, il fait l’objet d’une fiche synthétique de présentation dans la collection « Patrimoine des bibliothèques de France »3. En mars 2000 a lieu le microfilmage des manuscrits médiévaux par le Centre national de la recherche scientifique/ Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS/IRHT). Fin 2010, les notices bibliographiques sont intégrées à la Base Patrimoine du Catalogue collectif de France (CCFr) à la suite de la rétroconversion en EAD des notices de manuscrits (CGM). Les Journées du patrimoine 2012 voient aussi l’ouverture du premier volet du portail documentaire « museemedard.fr ». Fin 2013, le musée Médard ouvre au public, ainsi qu’un site web comprenant une bibliothèque numérique où figurent le fonds Médard et d’autres fonds anciens.

10En 2010, lors du transfert des collections de lecture publique ainsi que de la compétence afférente vers la communauté de communes, la ville de Lunel a décidé de conserver la responsabilité de son « fonds ancien ». Comme le rappelle l’Inspection générale des bibliothèques, cette situation n’est pas un cas particulier : neuf communes ont choisi de conserver la gestion de leurs seuls fonds patrimoniaux lors du transfert de la compétence « Bibliothèques » à leur établissement public de coopération intercommunale de rattachement. Ce rapport révèle les raisons premières de l’option choisie par Lunel :

  • 4 Les conséquences sur les fonds patrimoniaux de la prise de compétence Bibliothèques par les établi (...)

La commune concernée souhaite délibérément conserver la gestion de ses fonds patrimoniaux pour les mettre en valeur, car ils sont considérés comme participant fortement de l’identité de la commune et/ou comme susceptibles de concourir à son attractivité, etc. […] Ce choix peut être déterminé par un contexte très spécifique : présence dans la commune d’une maison d’écrivain (maison de Jean Giraudoux à Bellac) ou d’un ensemble prestigieux (Bibliothèque humaniste de Sélestat ; manuscrits du Mont Saint-Michel à Avranches, réunis dans un « Scriptorium » municipal ; fonds Rochegude à Albi ; fonds Médard à Lunel)4.

  • 5 Voir, par exemple, Alain Sansot, « Réinventer la bibliothèque ? », Bulletin des bibliothèques de F (...)

11Par ailleurs, nombre d’études confirment la nécessité pour les bibliothèques de se réinventer5. L’environnement informationnel et médiatique évolue plus vite chaque jour, l’offre de documents sur de nouveaux supports ne cesse de croître, la dématérialisation de la connaissance entre dans une phase critique et les fonds patrimoniaux sont confrontés à l’inutilisation de leurs collections. À l’heure de la bibliothèque comme « troisième lieu », est-il possible de présenter une bibliothèque comme collection, comme cabinet, comme un artefact lié à son créateur et à son monde ? Y a-t-il une pertinence à montrer l’histoire des bibliothèques comme un sujet à part entière ? Comment s’interroger objectivement sur le devenir d’un objet si particulier ? Peut-on/doit-on mettre le livre et ses collectionneurs au musée ?

  • 6 Voir la contribution d’Alan Marshall : « Les musées de l’imprimerie et leurs évolutions », p. 35.

12Les musées ont depuis toujours la vocation première d’accueillir les collections singulières. Certaines expositions ont mis à l’honneur les collectionneurs eux-mêmes. Rares sont cependant les initiatives qui proposent de mettre la démarche du collectionneur au centre de leurs propositions muséographiques. C’est ce que le musée Médard souhaite faire : montrer pourquoi, pour quels besoins, des hommes amassent quantité de volumes pour créer un objet spécifique, une bibliothèque. Dans cette réflexion et préfiguration, trois typologies ont été examinées : les bibliothèques « muséifiées » ; les espaces muséographiques de médiation du livre, rattachés ou non à des bibliothèques ; enfin les musées techniques consacrés aux « arts et métiers » du livre6. Quant aux musées français consacrés complètement ou partiellement au livre, six ont l’appellation « Musée de France ». Il s’agit de quatre « musées-bibliothèques » : le musée Pierre-André Benoît à Alès (Gard), le musée Pétrarque à Fontaine-de-Vaucluse, la bibliothèque-musée de Saint-Calais (Sarthe) et le musée-bibliothèque de Chauny (Aisne), ainsi que deux musées de l’imprimerie : ceux de Valréas et de Lyon.

  • 7 Jacques Joseph Techener, Un musée bibliographique au Louvre, Paris, Bureau du « Bulletin du biblio (...)
  • 8 Journée organisée par le centre Médial de l’université de Lorraine et la Direction régionale des a (...)

13La question de l’exposition du livre n’est pas nouvelle. On peut en déceler les prémices dans la « monstration » du livre au sein des cabinets de curiosités. De manière plus moderne, la question d’une mémoire de l’objet « livre » est posée par l’un des fondateurs du Bulletin du bibliophile. En 1852, Joseph Techener fait paraître une plaquette de 10 pages intitulée : « Un musée bibliographique au Louvre »7. Il y expose les enjeux et les modalités d’une exposition des « monuments de l’écriture, de l’imprimerie et de la reliure. » Malgré le peu d’évolution dans les solutions proposées depuis 150 ans, il est à remarquer un retour en force de cette réflexion concernant les lieux et les expositions de patrimoine écrit ainsi que de rencontres thématiques sur le sujet, comme la journée d’étude Muséographie et scénographie de l’écrit en 20158.

14Après plusieurs décennies d’expositions de livres, on sait aujourd’hui ce qui reçoit l’adhésion du public et ce qui le fait fuir. Dès le colloque de 1999, consacré au « Livre exposé », les conclusions s’étaient parfois montrées sévères :

  • 9 Hubert Bari, « Exposer le livre, est-ce imposer l’ennui ? », in Le livre exposé : enjeux et méthod (...)

Hors de tout appareillage muséographique, un projet réduisant le livre à sa seule exposition en vitrine est comme l’exposition d’un animal dans le formol de son musée zoologique : un animal mort. Et un projet mort doit connaître le sort de ce qui est mort : être enterré. Et ceci pour la paix des vivants, c’est-à-dire les visiteurs potentiels, à qui trop de mauvais musées et trop de mauvaises expositions ont été imposés9.

15Or, l’enjeu principal, pour le musée Médard, est de ne pas tomber dans les travers de l’exposition statique de livres. Le seul élément de cette nature proposé dans notre parcours est le cabinet de Louis Médard, autour duquel s’articulent des propositions muséographiques et non des livres écartelés et montrés pendant des années à un public lassé.

Médard : un musée, un concept

16Plusieurs questionnements ont ainsi accompagné la réflexion sur la pertinence d’un nouvel équipement patrimonial. Quelle peut être la destinée d’une bibliothèque ancienne de taille réduite (5 000 volumes) dans une ville moyenne, à une époque où les publics semblent se détourner du livre ? Quelle place donner à ce cabinet dans l’ensemble du projet de réhabilitation du bâtiment ? L’acte de constitution de la bibliothèque (le testament) et la volonté constamment réaffirmée du donateur sont-ils des éléments qui dictent aujourd’hui la création d’un musée autour du livre ? Que recouvre, in fine, la notion de « patrimoine écrit » ? D’autre part, certains impératifs sont inscrits du début dans la définition de son périmètre. D’abord, l’unité du « cabinet Médard » comprend aussi le mobilier, les reliures comme un ensemble cohérent. Face à des publics intéressés, mais encore difficiles à appréhender, la commune s’impose ensuite de proposer un programme attractif (gratuit, innovant, à développement progressif) pour accroître la fréquentation, en gardant une attention constante à la qualité des animations culturelles proposées.

  • 10 Pour exemple, Médard ne possède pas d’exemplaire de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, alors (...)

17À partir de ces considérations, le musée Médard est conçu comme un lieu de médiation : du livre et de ses contenus, des collections de livres, des arts et métiers liés au patrimoine écrit. Autour du cabinet bibliophilique de Louis Médard, le propos du musée porte essentiellement sur l’histoire du livre et des collections. Il développe un important volet consacré aux arts et métiers du livre (reliure, papier, typographie, gravure, etc.), ainsi que des éclairages sur les patrimoines littéraires et sur l’histoire des idées véhiculée par les textes. Quant au « cabinet Médard », il présente une image de la collection de livres en un temps donné. Collectionner est une affaire de choix. La volonté du collectionneur n’a pas à être remise en cause mais elle est interrogée par tous les moyens à disposition. Les aspects ou œuvres ignorés par la collection10 sont souvent plus instructifs et « parlants » que les monuments exhibés.

18Il s’agit, par ailleurs, d’un lieu vivant, notamment parce que les livres ne peuvent pas rester exposés sur une trop longue durée. Au-delà du dévoilement d’une collection, il s’agit de faire vivre des concepts. En ce sens, le musée Médard doit être envisagé comme un centre d’interprétation du livre et de l’écrit ouvert aussi à d’autres expressions (spectacle, arts plastiques). Si son propos est largement axé sur les techniques du livre, ce n’est pas un musée proprement « technique » : quelques outils sont présentés pour leur valeur patrimoniale et/ou pédagogique qui permet une approche sensible. Enfin, le musée Médard souhaite apporter des éléments de réponse à la problématique particulière de la mise en valeur de l’objet « livre » par des dispositifs immatériels. Il devra veiller à la restitution du sensible et des spécificités du livre à travers les nouveaux médias.

  • 11 Le projet de réhabilitation et de conception de l’espace muséal a été réalisé par l’agence C + D A (...)

19Le bâtiment qui l’abrite, hôtel de ville du milieu du XIXe siècle à l’après Seconde Guerre mondiale, a été considéré comme un atout majeur pour abriter un établissement dédié au patrimoine culturel en centre-ville. Les travaux d’une commission sur le patrimoine de Lunel, entre 2009 et 2010, ont permis de recentrer le projet sur la spécificité majeure de cette demeure depuis 1858 : le « fonds Médard », la bibliothèque léguée à la ville et reconstituée dans une salle du bâtiment. Seule la façade a conservé son aspect historique du XVIIIe siècle, tandis que tous les espaces intérieurs ont été réhabilités avec un parti pris contemporain et une fonctionnalité tournée vers l’exposition, la conservation et l’accueil du public (ill. 1)11. L’identité visuelle de l’ensemble du bâtiment inclut la présence de textes importants pour Louis Médard. Le visiteur est accueilli dans un grand livre ouvert : des passages de Virgile en latin sont « imprimés », en grand format, sur les murs de l’entrée et de la cage d’escalier. Les espaces ouverts aux publics (autour de 400 m2) s’étendent sur les deux principaux niveaux du bâtiment, selon un parcours de visite modulable qui met en lumière les thématiques et le concept du musée, ainsi que les expositions temporaires. La salle dite « des Oiseaux », conçue dans un premier temps pour montrer l’Histoire naturelle de Buffon, permet de présenter par rotation des ouvrages anciens et contemporains et donne accès aux exemplaires numérisés par le biais d’une table tactile.

Illustration 1. Espace d’accueil du Musée

Illustration 1. Espace d’accueil du Musée

Source : © Ville de Lunel – Service communication.

20Cœur du dispositif du musée, le cabinet Médard est restitué dans sa totalité comme le stipule le testament (ill. 2). Pour le visiteur, il s’agit d’une rare opportunité d’approcher l’esprit d’une bibliothèque authentique. En effet, les meubles donnés par Médard ont permis de reconstituer un environnement proche de celui qui existait dans sa maison à Montpellier. Il est très rare de pouvoir entrer dans les réserves d’une bibliothèque, mais depuis quelques années, elles sont souvent montrées dans le cadre de dispositifs muséographiques, comme à la médiathèque de Troyes.

Illustration 2. Le « Cabinet Médard »

Illustration 2. Le « Cabinet Médard »

Source : © Ville de Lunel – Service communication.

Des collections, des thématiques

  • 12 Jean-François Delmas, L’Inguimbertine, maison des muses, Paris, Nicolas Chaudun, 2008.

21Dans son ouvrage consacré à l’histoire et à l’avenir de la bibliothèque-musée de Carpentras, le conservateur Jean-François Delmas expose son idée d’une « mise en scène de l’esprit des collections »12. Pour le musée Médard, une des idées fondamentales est de montrer et expliquer cet « esprit de collection » à l’époque du bibliophile, entre l’héritage de la Révolution française et les idéaux de la Restauration et de la Monarchie de Juillet.

22Le collectionneur de livres est au croisement de plusieurs univers, notamment celui du marché de l’art et celui de la connaissance (la fameuse « République des Lettres »). Il est souvent fantasmé comme une figure idéale entre manieur d’argent et pur esprit. Le propos du musée se rapproche autant que possible d’une analyse historique rigoureuse du fait « collectionneur », la collection de livres envisagée comme fait social. Parmi les cabinets de bibliophilie qui se sont ouverts au regard du public le plus large, le cabinet du duc d’Aumale à Chantilly en est sans doute l’exemple le plus marquant. Comment interpréter cette « manie » de la collection de livres ? Comment donner à voir une pratique qui relève de l’intime, de la sphère privée ? Qui allie la plus pure subjectivité à l’envie de posséder et au désir d’élévations (intellectuelle, artistique, spirituelle…) ? Pour répondre à ces questionnements, une proposition muséographique a été conçue. Dans l’histoire des collections et des musées, le « cabinet de curiosités », la « chambre des merveilles » des Allemands (Wunderkammer), occupe une place symbolique majeure. En retournant la proposition initiale du cabinet comme miroir du monde, on peut imaginer d’y faire entrer les collectionneurs. Ce ne sont plus uniquement les objets qui y seront exposés, mais aussi ceux qui ont eu pour obsession de les choisir, de les inventorier, de les apprêter pour les faire entrer dans un espace d’exhibition de trésors. Faire entrer l’amateur, et plus particulièrement le bibliophile, dans son cabinet. Un cabinet où les curieux seraient l’objet de notre propre curiosité. Ce « cabinet des bibliophiles curieux » est un espace particulier au sein du parcours de visite (ill. 3). Jusqu’ici, cette pièce aménagée pour montrer le confinement et le caractère secret de la collection a permis d’évoquer la figure de Louis Médard, les particularités de ses ouvrages et les arts et techniques qui ont façonné le livre à travers les siècles.

Illustration 3. Le « Cabinet des curieux »

Illustration 3. Le « Cabinet des curieux »

Source : © Ville de Lunel – Service communication.

23Les patrimoines littéraires sont aussi au cœur du concept du musée Médard. Sur les 1962 œuvres présentes dans la collection, deux classes thématiques sont surreprésentées : l’histoire et les belles-lettres, qui composent près de 80 % de l’ensemble. Les littératures dominent clairement avec 50 % des ouvrages classés dans cette catégorie par le collectionneur. Ce choix s’accompagne d’un intérêt plus original pour l’occitan et les dramaturgies étrangères. Ces centres d’intérêt de Louis Médard sont repris dans le cadre d’expositions thématiques et donnent l’occasion de s’interroger sur l’histoire des auteurs entre oublis et renaissances. Parmi ces pistes, citons les auteurs antiques, le Moyen Âge revisité, les littératures dramatiques, le collectionneur qui devient éditeur (Médard qui réunit des documents sur la Révolution française), la censure. Quant au livre interdit, le Petit catalogue de Médard équivaut à un « enfer » de bibliothèque soit un fonds caché qui regroupe les ouvrages à caractère licencieux mis à l’index. Ainsi, l’exposition De l’Enfer des femmes (2016) a montré sa sensibilité pour les belles éditions illustrées au sujet galant, tout en offrant un regard sur l’image de la femme sous l’Ancien Régime.

  • 13 Recherches de Denise Rouger et Paul Culot. Voir Louis Médard et les relieurs de son temps, catalog (...)

24Les arts et métiers du livre sont également au cœur des propositions du musée. En lien direct avec les choix éditoriaux du collectionneur, le musée interroge la place de l’image dans le cabinet Médard. C’est encore une fois à la lecture des notes de l’érudit collectionneur que l’on se rend mieux compte d’un intérêt marqué pour les estampes qui figurent souvent en plusieurs états avec des particularités que le bibliophile ne manque pas de mettre en exergue. Pour un bibliophile passionné, la reliure prend aussi une place très importante. Les rapports étroits de Médard avec les relieurs et ses commandes en témoignent. Avec les noms de Bauzonnet, Thouvenin, Bozerian et Simier, il s’agit d’une collection constituée des relieurs parisiens les plus renommés de son époque, entre le goût néoclassique et le revival de modèles anciens. Différentes recherches ont aussi révélé le rôle de mécène joué par Médard et la présence dans sa collection d’œuvres de relieurs de Montpellier : Gout, Jaujon, Durville13. En plus de son soutien financier, le bibliophile agit aussi en intermédiaire pour introduire l’apprenti relieur montpelliérain Gout fils dans l’atelier de Simier.

25Enfin, la mise en valeur des archives anciennes, principalement communales et remontant au Moyen Âge, sont un quatrième point fort de la muséographie. Il s’agit d’un prolongement très pertinent sur la mémoire locale de Lunel, qui trouve plusieurs points de résonance dans la bibliothèque de Louis Médard et dans les autres fonds anciens rattachés, comme celui de l’abbé Roüet. Parmi les sujets déjà proposés : les plans d’alignement, le canal et le port, l’exploitation du sel.

Le projet du musée Médard

26Après une première phase d’ouverture et d’activités progressivement mises en place, le musée Médard souhaite affiner son projet ainsi que confirmer son rôle stratégique dans le dispositif de développement culturel de la ville. Lunel veut renouveler son image et l’établissement est au cœur de cette politique, de la requalification du centre historique à l’impulsion d’un lien social, de la sensibilisation au patrimoine à la redécouverte d’une vocation touristique. Sur ce point, se pose plus crucialement la question de l’actualisation du sens de la donation de Louis Médard. De quelle manière transmettre aux publics les valeurs de sa bibliothèque, une sorte de « République des livres » ? Pour répondre à cette exigence de transmission, la ville a décidé d’instaurer la gratuité d’entrée et celle de toutes les animations et ateliers. Ce geste a prolongé l’ancienne décision municipale d’offrir les livres scolaires aux élèves pour respecter l’esprit de la donation de Louis Médard. Cette vocation éducative du patrimoine doit rester au cœur du projet de l’établissement.

27Au-delà des propositions esquissées, il est légitime de réfléchir, en même temps, à la création d’un plus ambitieux « pôle du livre » à Lunel. Les liens déjà tissés avec les artisans et les artistes de ce domaine pourraient être incrémentés et élargis aux écoles d’art, préfigurant une vitrine d’excellence et une dynamique intéressante pour la ville. Dans ce contexte, l’appellation « Musée de France » répond au souhait de pérenniser le projet de conservation et de mise en valeur du fonds. Ainsi, le musée Médard bénéficie du contrôle scientifique et technique de l’État et des différentes mesures du dispositif : subventions, protection des collections, dépôts, droit de préemption, dispositions fiscales pour le mécénat d’entreprise. L’inscription dans un réseau national synonyme de qualité donne des bases plus solides dans les actions à construire et à développer.

28Parmi ces actions, le signalement et l’enrichissement des collections sont au cœur des préoccupations de l’établissement. Rares sont les livres du fonds Médard à ne pas avoir été numérisés dans le cadre des grands projets de numérisation à l’échelle nationale ou internationale. Ainsi, il faut bien envisager l’intérêt de la collection dans son ensemble et non par ses parties composantes, privilégiant en même temps les particularités des ouvrages (reliure, notes du bibliophile, pièces truffées, gravures et ex-libris). Une politique de mise en valeur des fonds est en cours sur le site web du musée. La bibliothèque numérique comprendra à terme la présentation de l’ensemble des collections patrimoniales de la Ville (archives communales, périodiques locaux) en plus des collections du musée. Parallèlement, et dans le but de présenter une collection vivante et d’actualiser son propos dans le domaine du livre et du patrimoine écrit, le musée poursuit une politique d’acquisition ciblée sur plusieurs axes : les livres issus de collections de l’entourage de Médard ou en lien avec ses notes manuscrites (éditions convoitées ou souhaitées, documents mentionnés dans la correspondance) ; les documents et objets liés à sa vie et à son activité, entre commerce et bibliophilie ; des outils et objets relevant des arts et métiers du livre ; les ouvrages significatifs pour l’histoire de Lunel et de son environnement (en lien avec les archives et les fonds locaux) ; enfin, les livres d’artiste et l’« objet livre » : dans l’idée de jeter des ponts vers la création contemporaine, entre innovations et réemploi des traditions du livre. Des artistes sont d’ailleurs invités pour faire dialoguer leurs créations avec le fonds Médard, comme Anna Baranek, avec ses livres peints et poétiques, et Jean-Charles Legros, auteur de livres « sans coutures ».

  • 14 De la Région Languedoc-Roussillon et du dispositif national de l’Acquisition patrimoniale d’intérê (...)
  • 15 Parmi les dons : en 1884, une partie de la bibliothèque de l’abbé Roüet ; en 1897, l’académicien H (...)

29Suivant ces préconisations, le musée a pu acquérir ces dernières années des pièces intéressantes : des livres de proches de Médard (Jean Parlier, Vincent Perdonnet, Auguste Rigaud), des matrices de gravure, une série de maquettes de presses de différentes techniques d’impression. En 2010, la ville de Lunel s’est portée acquéreur de 96 fers des maîtres relieurs René et Alphonse Simier (père et fils), avec l’aide de subventions14. Parmi les livres de Louis Médard, 400 ont été reliés dans l’atelier parisien des Simier et l’exposition de ces outils permet d’établir un lien entre l’ouvrage et le fer qui a laissé son empreinte sur la couvrure. Pour financer ces opérations, et mis à part un budget dévoué à ces enrichissements et aux possibilités d’aides, le musée est susceptible d’attirer de nouveaux dons. D’ailleurs, la bibliothèque de Lunel a connu quelques accroissements de ses fonds par le biais de donations ultérieures au legs Médard15.

30La valorisation s’appuie aussi sur des expositions thématiques et des expositions-dossier, davantage centrées sur des documents particuliers ou sur des aspects complémentaires, permettant une découverte du fonds en évitant d’exposer des livres en permanence avec tous les problèmes de conservation que cela engendre. En tant que centre d’interprétation du patrimoine écrit, le musée développe l’utilisation du multimédia et les dispositifs de médiation comme des écorchés de livres, des maquettes (éventuellement manipulables) et outils « à toucher » pour mettre le visiteur dans la peau du calligraphe, du scribe, du relieur, du graveur… Pour rompre le cycle des expositions historico-chronologiques ou techniques, la programmation, à l’avenir, s’orientera davantage vers des questions transversales. La résonance avec des éléments d’actualité pourra ainsi enrichir le contenu de la visite, comme l’objet fétiche de collection (pour le livre), l’héritage de valeurs républicaines, la condition de la femme, le dialogue entre confessions… À ce propos, plusieurs sujets se prêtent à des développements intéressants : la saga industrielle dans le Languedoc (lien avec Médard et le textile) ; l’évolution des supports d’écriture jusqu’à l’écran ; le livre et la culture protestante ; des regards croisés entre patrimoine, collections et artistes contemporains sensibles à l’univers du livre et du papier ; les liens et oppositions entre culture locale et « culture légitime » (véhiculée par le cabinet Médard) ; la littérature et la culture occitanes ; en parallèle avec l’exemple de Médard, les démarches de différents collectionneurs ; les contours du livre interdit et des manifestations de la censure. Enfin, dès la saison 2014-2015, un rythme régulier d’animations a été conçu et inscrit dans la programmation culturelle de la ville de Lunel. Les espaces du musée accueillent des événements en lien avec ses missions et son domaine d’investigation. Dans la dynamique des dispositifs nationaux, des animations spécifiques et pertinentes sont proposées lors des Journées européennes du patrimoine, de la Nuit des musées, jusqu’aux plus récentes Journées des métiers d’art.

31Dans une politique de partenariat et de réseau, le musée Médard commence à profiter de prêts consentis par d’autres institutions et, en même temps, à faire connaître ses collections par les demandes d’exposition à l’extérieur. Cette déterritorialisation du patrimoine montre qu’il acquiert progressivement un statut universel.

Un musée ouvert à tous

32En lien avec sa raison d’être initiale, la bibliothèque de Louis Médard a toujours attiré des regards curieux. Cependant, la politique d’ouverture au public a tardé à se mettre en place. À son inauguration, en décembre 2013, le musée Médard a mis en place un service des publics, composé de deux agents, dans le but de décloisonner cette entité patrimoniale « confidentielle » et de réfléchir à des dispositifs spécifiques de médiation. Suivant la mise en place de multiples animations, la fréquentation annuelle est en nette augmentation, passant de 3 729 visiteurs en 2014 à 6 689 en 2017. Deux grandes catégories de visiteurs sont apparues : les « publics naturels », pour lesquels les thématiques du musée suffisent à susciter l’envie de visite, et des « publics captifs », dont l’obligation de visite (scolaire, familiale…) doit être prise en compte et surmontée.

33Ce sont justement les accueils et certaines manifestations qui permettent d’élargir le « socle » de fidèles. Quant aux scolaires, accueillis de la petite section de maternelle jusqu’au lycée, ils sont destinataires de plusieurs propositions de visite et d’atelier : découverte du musée, manuscrits enluminés, l’Histoire naturelle des oiseaux de Bouffon, la calligraphie, le papier marbré… Pour le temps hors scolaire, il faut signaler le succès des ateliers des « petits bibliophiles » (8-10 enfants par atelier), prolongés en été. Différents projets pourraient aussi être envisagés autour de thèmes historiques et littéraires. À part les visites commentées tout au long de l’année, adultes et jeunes peuvent s’initier aux techniques du livre et de l’écrit (enluminure, calligraphie, fabrication de papier) grâce à des ateliers conduits par des artisans spécialisés.

34La rénovation récente du bâtiment permet une accessibilité optimale pour l’ensemble des visiteurs en conformité avec la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Suite à une démarche de développement de son accessibilité et à l’acquisition de plusieurs outils (fiches de salle en gros caractères, boucles auditives), le musée a obtenu en 2016 le label « Tourisme & Handicap » pour le handicap auditif, mental et moteur.

35L’obtention de ce label fait partie des actions menées pour améliorer l’image du musée et construire de nouveaux partenariats. Au niveau local, l’association des Amis du musée Médard organise différents prix (reliure, nouvelle, ex-libris) et des expositions qui constituent de bonnes occasions de rayonnement dans le domaine international de la création autour du livre. Parmi les autres partenaires incontournables : la médiathèque intercommunale du Pays de Lunel, l’office de tourisme du Pays de Lunel, le Pays Vidourle Camargue et sa mission patrimoine avec des projets de subventions européennes et de mécénat. Pour les institutions, il faut signaler les relations avec les départements de l’Hérault (archives) et du Gard (Direction du livre et de la lecture), ainsi que la structure régionale Languedoc-Roussillon Livre et lecture (programmes de numérisation et de mise en valeur), devenue plus récemment Occitanie livre et lecture.

36Quant aux réseaux nationaux, le musée Médard fait partie depuis 2012 de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires. S’il n’est pas une maison d’écrivain, le musée a vocation à diffuser et valoriser les œuvres littéraires et les auteurs, véritable but de la fédération. Les Rencontres de Bourges et les groupes de travail permettent également d’échanger autour de la médiation de ces patrimoines et de la complexité de collections hétéroclites (manuscrits, livres, objets).

  • 16 Jean-Luc Rouiller, La bibliothèque de La Grange, Genève, La Baconnière arts, 2011 (coll. Belles pa (...)

37À l’international, le musée Médard, déjà membre de l’ICOM (pour International Council of Museums), adhère à l’Association of European Printing Museums (AEPM), rassemblant des musées entièrement ou partiellement consacrés à l’histoire de l’imprimerie et des arts graphiques (typographie, gravure, design graphique, reliure, etc.). Suivant les routes commerciales de Louis Médard, le musée aurait également intérêt à se rapprocher de possibles partenaires suisses. Pour ne citer qu’un exemple, il faut évoquer la bibliothèque du domaine de La Grange à Genève, qui fut la propriété de Guillaume Favre16. Aujourd’hui géré par la Bibliothèque de Genève (BGE), ce fonds permet de confronter le cabinet de Louis Médard à celui d’un contemporain avec lequel il fut très certainement en contact.

  • 17 Béatrice Ferrier et al. (dir.), L’esprit de collection. Journée des jeunes chercheurs de la Sociét (...)

38Enfin, des partenariats scientifiques sont en cours de développement. Comme toute bibliothèque spécialisée, le musée Médard a toujours été plus connu et plus fréquenté par les érudits et les chercheurs. Ces relations permettront de développer la démarche de valorisation scientifique du musée sur ses thématiques principales. Parmi les partenaires déjà identifiés, il faut citer la Société Voltaire, avec qui le musée a organisé des journées « Jeunes chercheurs 2014 »17 ; à l’université Paul-Valéry de Montpellier, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM) a mené plusieurs travaux sur les manuscrits médiévaux du musée Médard. L’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge classique et les Lumières (IRCL - UMR 5186), de la même université, est à l’origine de la redécouverte du fonds Médard. Leurs quatre axes de recherche sont très liés aux thématiques du musée : circulation des idées et renouvellement des formes littéraires dans l’espace culturel franco-britannique (XVIe-XVIIIe siècles) / traditions, transferts et transmissions / arts de la scène et du spectacle / production, réception, circulation du livre (XVIe-XVIIIe siècles). Depuis l’année universitaire 2014-2015, le musée Médard propose une journée d’atelier et de visite pour les étudiants du Master 2 Littérature, théâtre, arts et cultures de l’université d’Avignon dans le cadre d’un séminaire sur l’histoire du livre. Enfin, le Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’université de Tours sollicite le musée dans le cadre du projet EDITEF (pour L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité).

  • 18 Michel Melot, « Qu’est-ce qu’un objet patrimonial ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, (...)

39Les différentes phases de ce projet de mise en valeur d’un ensemble patrimonial particulier, la bibliothèque d’un collectionneur, ont permis de faire un lien et de créer un sens avec ses origines. En effet, la volonté du donateur Louis Médard d’en faire un bien public, d’instruction et d’émancipation pour les habitants, a été remise à jour par une forte action politique qui incite à une appropriation collective de ce patrimoine. Si le caractère de collection bibliophilique exceptionnelle semblait la confiner à une élite d’experts, son ouverture culturelle et ses aspects esthétiques peuvent rencontrer la sensibilité d’un public bien plus large, susceptible de se reconnaître, d’autre part, dans cette filiation de partage de valeurs et de sensibilité18. Ainsi, la redécouverte du patrimoine écrit et de l’objet livre constitue le premier pari du musée Médard, poursuivi par une médiation innovante et attentive aux divers destinataires.

40La récente investiture institutionnelle, arrivée avec l’appellation « Musée de France », ne peut que conforter le projet porté par le musée Médard. Celui d’un patrimoine né d’une intention humaniste, fait d’objets signifiants et raffinés, porteur de sens et d’une histoire commune. La création du dispositif muséal répond à l’ambition de consolider le fonds Médard en tant qu’objet patrimonial ancré dans le territoire et offert à la découverte touristique.

Notes

1 La rédaction et le développement du projet scientifique et culturel du musée se sont appuyés sur le travail de Romuald Goudeseune, responsable du fonds Médard de 2008 à 2013.

2 Romuald Goudeseune, Louis Médard et ses livres. Biographie d’une collection, mémoire de maîtrise, sous la direction de Christian Amalvi : université Paul-Valéry-Montpellier 3, 2010. Voir aussi La Bibliothèque de Louis Médard à Lunel : mélanges, Montpellier, Association sauvegarde et valorisation du patrimoine imprimé et Centre d’étude du XVIIIe siècle, 1987 ; Denise Rouger, « La bibliothèque de Jean-Louis Médard », in Jean-Paul Chabrol et Laurent Gambarotto (dir.), Éclairer le peuple : Jean-Louis Médard (1768-1841) : négociant, mécène, protestant, languedocien, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2004 (coll. Le temps de l’histoire), p. 43-47.

3 France. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Départements, Tome XXXI, Paris, Librairie E. Plon, Nourrit et Cie, 1898. L’étude du fonds Médard doit beaucoup à l’intérêt qu’il suscite chez les chercheurs montpelliérains. Nombre d’entre eux sont membres du Centre d’étude du XVIIIe siècle (UA 1037 du CNRS) : Georges Dulac, Claudette Fortuny, Claude Lauriol.

4 Les conséquences sur les fonds patrimoniaux de la prise de compétence Bibliothèques par les établissements publics de coopération intercommunale, Rapport n° 2011-0020 de l’Inspection générale des bibliothèques, novembre 2011, p. 20-21.

5 Voir, par exemple, Alain Sansot, « Réinventer la bibliothèque ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n° 4, p. 55-57. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-04-0055-002 >. Dans cette « mue des bibliothèques », à signaler le projet de la médiathèque parisienne Françoise Sagan, née autour du fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse.

6 Voir la contribution d’Alan Marshall : « Les musées de l’imprimerie et leurs évolutions », p. 35.

7 Jacques Joseph Techener, Un musée bibliographique au Louvre, Paris, Bureau du « Bulletin du bibliophile », 1852.

8 Journée organisée par le centre Médial de l’université de Lorraine et la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Lorraine, en partenariat avec la BnF, à Nancy le 25 juin 2015.

9 Hubert Bari, « Exposer le livre, est-ce imposer l’ennui ? », in Le livre exposé : enjeux et méthodes d’une muséographie de l’écrit, Lyon, Bibliothèque municipale, 1999, p. 6. Journées d’études organisées en novembre 1999 par l’Enssib, la BmL et le Conseil de l’Europe dans le cadre du projet d’Itinéraire culturel du livre. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1228-le-livre-expose-enjeux-et-methodes-d-une-museographie-de-l-ecrit.pdf >.

10 Pour exemple, Médard ne possède pas d’exemplaire de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, alors qu’on l’attend dans une telle collection.

11 Le projet de réhabilitation et de conception de l’espace muséal a été réalisé par l’agence C + D Architecture de Nicolas Crégut et Laurent Duport (Nîmes).

12 Jean-François Delmas, L’Inguimbertine, maison des muses, Paris, Nicolas Chaudun, 2008.

13 Recherches de Denise Rouger et Paul Culot. Voir Louis Médard et les relieurs de son temps, catalogue de l’exposition, Lunel, Bibliothèque municipale de Lunel, 2003.

14 De la Région Languedoc-Roussillon et du dispositif national de l’Acquisition patrimoniale d’intérêt national (APIN) : ministère de la Culture, Direction du livre et de la lecture. Pour les dernières acquisitions, voir Claire Costenoble, « Cinq ans d’acquisitions au musée Médard de Lunel (34) : une rétrospective », Fédération nationale des maisons d’écrivain & des patrimoines littéraires, Bulletin d’informations semestriel, 2016, n° 34, p. 6-7.

15 Parmi les dons : en 1884, une partie de la bibliothèque de l’abbé Roüet ; en 1897, l’académicien Henri de Bornier donne 11 volumes de ses œuvres ; en 1938, don des manuscrits d’Antoine Roux par sa fille Antoinette. La plus grande partie des accroissements est due aux envois du ministère de l’Instruction publique.

16 Jean-Luc Rouiller, La bibliothèque de La Grange, Genève, La Baconnière arts, 2011 (coll. Belles pages de la Bibliothèque de Genève ; 6). De même, la bibliothèque de Vincent Perdonnet de Lausanne pourrait fournir un lien pertinent.

17 Béatrice Ferrier et al. (dir.), L’esprit de collection. Journée des jeunes chercheurs de la Société Voltaire 2014, Ferney-Voltaire, Société Voltaire, 2015. [En ligne] < http://societe-voltaire.org/vn4.pdf >.

18 Michel Melot, « Qu’est-ce qu’un objet patrimonial ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, n° 5, p. 5-10. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0005-001 >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Espace d’accueil du Musée
Crédits Source : © Ville de Lunel – Service communication.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Illustration 2. Le « Cabinet Médard »
Crédits Source : © Ville de Lunel – Service communication.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Illustration 3. Le « Cabinet des curieux »
Crédits Source : © Ville de Lunel – Service communication.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Musée Médard – Lunel

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search