Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Usages sociaux

Chapitre 15. Bibliothèques et musées

Exemples italiens

Andrea De Pasquale

Texte intégral

  • 1 Andrea De Pasquale, « Musées dans les bibliothèques. Le cas des bibliothèques d’État en Italie, XI (...)

1Afin de faciliter les besoins des visiteurs et des touristes, la présence d’espaces d’exposition permanente devient une caractéristique des bibliothèques gouvernementales italiennes. Le phénomène s’épanouit entre la première moitié du XIXe siècle et les années quarante du suivant1. Il est alors nécessaire de consacrer des espaces à la présentation de ce qui est considéré comme les « reliques » les plus rares ou, dans le cas de fonds particuliers, de mettre en valeur les matériaux les plus significatifs.

Préhistoire d’une pratique

  • 2 Andrea De Pasquale, La fucina dei caratteri di Giambattista Bodoni, Parme, Monte Università Parma (...)

2Le premier exemple connu d’exposition permanente des documents en bibliothèque se situe à la Bibliothèque Palatine de Parme. Cette institution a été créée suite à l’acquisition, en mars 1843, des objets de la fonderie de caractères de Giambattista Bodoni, par le directeur Angelo Pezzana auprès des héritiers de la veuve Bodoni. Le fond est disposé dans une salle spéciale, définie stanza dei punzoni près de la Galerie dite de la Vière Couronnée. L’employé engagé pour la garde des poinçons est Giambattista Zambiagi, ancien salarié de l’atelier de Bodoni ; à sa mort en 1856, lui succède son fils Antonio, également ouvrier de la Regia Tipografia. Cette collection est complétée, en 1846, par l’acquisition des archives de l’imprimeur et par une extraordinaire collection de ses éditions, y compris des exemplaires en parchemin et en soie, méticuleusement sélectionnés sur le marché des antiquités par Pezzana et d’autres directeurs de la bibliothèque. L’objectif est clair : reconstruire un espace d’exposition destiné aux visiteurs désireux de voir le matériel de l’atelier de Bodoni. De son vivant, le typographe avait lui-même permis l’accès à la fonderie et à la typographie aux visiteurs, souvent illustres, passant par Parme2.

  • 3 Andrea De Pasquale, Il sapere per tutti. La politica bibliotecaria a Torino tra XVIIe e XIX secolo(...)

3Le deuxième cas connu est celui de la Bibliothèque universitaire nationale de Turin. Au début des années 1860, suite à une série de réformes mises en œuvre par le vice-bibliothécaire de l’époque, Bernardino Peyron, sont mises en place, dans la salle des manuscrits, une série de vitrines, appelée le Musée. Il s’agit de concentrer les manuscrits et les livres imprimés rares dans un espace muséal unique ; exposition destinée à un large public, y compris de non-spécialistes. À l’intérieur se trouvent les pièces les plus significatives de la bibliothèque : nombreux manuscrits enluminés ; riches séries d’éditions piémontaises des XVe et XVIe siècles, y compris des pièces uniques ; reliures précieuses3. Cet arrangement est resté longtemps intact. En janvier 1904, un désastreux incendie a provoqué l’effondrement du toit sur les tableaux d’affichage, détruisant tout le contenu.

  • 4 Virginia Carini Dainotti, La biblioteca nazionale Vittorio Emanuele al Collegio Romano, Firenze, L (...)

4Un projet similaire de muséalisation est pensé quelques années plus tard pour la Bibliothèque centrale nationale de Rome. Après l’annexion de Rome par l’Italie en 1871, Ruggero Bonghi, ministre de l’Éducation, souhaite célébrer l’unité nationale. La bibliothèque doit s’intégrer dans le plus grand complexe des musées du Collegio Romano Palazzo. Au moment de l’inauguration de la bibliothèque, en mars 1876, le musée n’est pas encore terminé. Il aurait été occupé par des collections rassemblées par Bartolomeo Podesta, qui a été écarté du projet car il a été mêlé à un scandale lié à des irrégularités sur des acquisitions. Il avait rassemblé dans son bureau tout ce qui pouvait être utile à la formation d’un musée bibliographique. Mais nous ne savons pas de quelles reliques et raretés il s’agissait4.

  • 5 Alessandro Manzoni est un poète, dramaturge et prosateur romantique. C’est aussi un homme politiqu (...)
  • 6 Mariella Goffredo De Robertis, « La Sala Manzoniana nella Biblioteca nazionale Braidense di Milano (...)

5Dix ans plus tard, le musée dédié au grand écrivain italien Alessandro Manzoni (1785-1873)5 prend forme à la Bibliothèque nationale Braidense6. Le 5 novembre 1886, lors d’une cérémonie solennelle, le ministre de l’Éducation Ruggero Bonghi, rédacteur en chef de la publication des œuvres de Manzoni, et le préfet de la Bibliothèque Isaïe Ghiron, en présence du roi Humbert Ier, de la reine Marguerite, du prince héritier Victor Emmanuel et d’un public nombreux rassemblé dans la salle Teresiana de la bibliothèque, inaugure la salle dite Manzoniana. Cet espace a été choisi pour accueillir le don exceptionnel fait trois ans auparavant par Pietro Brambilla, mari de Victoria, fille de Pietro Manzoni, le fils aîné d’Alexandre. Pietro a procédé à un long travail de reconstruction de l’héritage de Manzoni. Il a acheté auprès de ses parents et de proches des documents sur l’écrivain. Sont ainsi mis à disposition permanente des chercheurs et du grand public les manuscrits, la bibliothèque, des portraits, meubles et souvenirs personnels d’Alessandro Manzoni. L’ensemble s’enrichit dans les années suivantes par d’autres donations et achats.

  • 7 Le biblioteche governative italiane nel MDCCCXCVIII. Notizie storiche, bibliografiche e statistich (...)

6En 1899, la Bibliothèque gouvernementale de Lucques met en œuvre un autre musée dédié à Francesco Carrara (1805-1888), célèbre criminaliste né dans la ville. Le musée exposait des portraits du juriste, ainsi que des souvenirs, des lettres et des manuscrits7.

7Au XIXe siècle, la mise en place d’expositions, aussi bien permanentes que temporaires, s’inscrit donc dans la nécessité de manifester l’unité italienne récemment gagnée et de documenter l’existence incontestable d’un patrimoine culturel commun entre les territoires annexés.

Réflexions sur une méthodologie

8Dans les mêmes années, les traités de bibliothéconomie illustrent les méthodes de réalisation d’espaces d’expositions au sein de la bibliothèque. Emblématique est le manuel de Giuseppe Fumagalli, directeur de la Bibliothèque Braidense et ancien bibliothécaire de la Bibliothèque nationale de Rome, intitulé Della collocazione dei libri nelle pubbliche biblioteche. Il y fait diverses recommandations :

  • 8 Giuseppe Fumagalli, Della collocazione dei libri nelle pubbliche biblioteche. Memoria […] del « Tr (...)

Pour qu’une riche collection de manuscrits et de livres précieux soit vraiment instructive, une exposition publique des choses les plus rares qu’elle [la bibliothèque] possède est indispensable. Cette exposition permanente a aussi pour but de protéger les souvenirs qui y sont confinés. Ils seraient trop exposés si, à chaque fois qu’un visiteur curieux venait, il fallait extraire des étagères des ouvrages et les lui confier pour qu’il les examine8.

9Fumagalli donne également des indications précises, expliquant que l’exposition doit être conçue avec des tables hautes d’environ 1,20 mètre, des vitrines pas trop profondes avec une inclinaison correcte entre 30 et 40 degrés, dans une salle lumineuse, mais pas directement soumise à la lumière du soleil pour éviter la décoloration des pièces. Il conseille l’apposition sur les vitres de rideaux coulissants de couleur verte ou jaune qui absorbent les rayons lumineux. Il souhaite l’ouverture périodique des cartes dans les différentes pages à l’aide de bandes de ruban blanc, et la substitution des autographes ou des documents par des fac-similés photographiques, comme cela se fait au British Museum. Il insiste également sur la nécessité d’accompagner les livres de notices imprimées en écriture simple et claire, avec le nom et une brève description afin que les visiteurs puissent découvrir l’exposition sans guide.

10Les pièces de l’exposition doivent comprendre : les trésors de la collection, comme les manuscrits les plus anciens et ceux qui sont utiles pour décrire l’histoire du livre et de l’écriture ; les plus célèbres autographes ; les plus beaux manuscrits enluminés ; les documents les plus précieux et curieux d’un point de la vue historique, littéraire ou typographique.

  • 9 Alfonso Minola, « Una riforma nella destinazione di talune biblioteche. Memoria letta nella tornat (...)

11Entre la fin du siècle et le début du siècle suivant, commence un débat intéressant. Émerge l’idée de transformer en musées bibliographiques certaines bibliothèques du gouvernement, en renonçant à leur accroissement, en assurant seulement la protection, la conservation et le catalogage du matériel existant, et en réservant l’accès aux chercheurs. La proposition insiste sur le fait qu’il est important de rendre ces institutions non seulement utiles aux savants, mais profitables même à toute la population afin de stimuler l’éducation au patrimoine. Ce but est atteint avec de grandes expositions de codices antiques, miniatures, autographes, cartes géographiques, dessins, gravures, incunables et estampes rares, qui accueillent le public sans restrictions9. L’idée est formalisée dans la réglementation des bibliothèques du gouvernement de 1907, sans toutefois parvenir à une réelle concrétisation.

  • 10 Anna Maria Brizzolara, « Il Museo di Ulisse Aldrovandi », in Cristiana Morigi Govi et Giuseppe Sas (...)

12La même année, à l’occasion du tricentenaire de la mort d’Ulysse Aldrovandi (1522-1605), célèbre naturaliste, il est décidé de reconstruire, dans une grande salle du Palais Poggi de la bibliothèque de l’université de Bologne, le musée mis en place par le scientifique. Cet ensemble, bien connu grâce à son testament, a été présenté au Sénat de Bologne puis, jusqu’en 1742, au Palais public, avant d’être transféré à l’Institut des sciences, puis démembré entre divers musées universitaires. Les vitrines, construites à cet effet en imitant celles du XVIIIe siècle de l’Institut des sciences, présentèrent animaux, fossiles, livres, manuscrits, planches illustrées, matrices en bois utilisées dans ses œuvres et l’herbier10.

Le livre au cœur de l’identité italienne au temps du régime fasciste

  • 11 Le accademie e le biblioteche d’Italia nel sessennio 1926-27-1931-32. Relazione a S.E. il Ministro(...)

13À partir des années 1920, sous le régime fasciste, l’activité d’exposition des bibliothèques augmente grâce au travail passionné de fonctionnaires accordant une attention particulière au développement du patrimoine des bibliothèques. Parmi ceux-ci, citons Guido Biagi (1855-1925), directeur de la Bibliothèque laurentienne de Florence, et Domenico Fava (1873-1956), directeur de la Bibliothèque Estense de Modène (1913-1933) et de la Bibliothèque nationale centrale de Florence (1933-1935). La naissance en 1926 de la Direction générale des académies et des bibliothèques est aussi décisive : elle allait encourager tous les événements contribuant à améliorer la connaissance des trésors conservés dans les bibliothèques, à témoigner des gloires du passé11. C’est un véritable changement de mentalité, interrompu par la Seconde Guerre mondiale ; un tournant marqué par l’idéologie fasciste centrée sur la grandeur culturelle et sur la primauté de l’Italie, à travers la création et la promotion de l’éducation.

  • 12 Voir la contribution de Patrizia Rusciani, « Biblioteca di storia moderna e contemporanea », Archi (...)
  • 13 Andrea De Pasquale, « I primi musei del libro in Italia », Bibliothecae.it, 2016, t. 5, n° 2. [En (...)

14Une des premières manifestations de cette volonté date de 1921 : l’idée de créer une bibliothèque-musée-archives du Risorgimento à partir des collections de la Bibliothèque nationale centrale de Rome relatives à cette période, tellement importante pour l’unification de l’Italie. L’établissement devait être géré par un comité national spécifique ; mais entre 1936 et 1938 les collections sont dispersées dans différentes institutions, mettant à mal le projet initial articulant bibliothèque et musée12. Au même moment, la Bibliothèque Laurenziana de Florence et la Bibliothèque Estense de Modène mettent en place des expositions permanentes. En avril 1922, après le succès de l’exposition des manuscrits et des éditions de Dante à la Bibliothèque laurentienne, son directeur Guido Biagi (1889-1894 ; 1895-1924), avec l’aide d’Enrico Rostagno, le directeur suivant (1924-1933), scénographie la salle de lecture, dite « Musée des livres et d’enluminures ». Elle est composée de six chambres, ouvertes tous les jours gratuitement ; elle est restée en place jusqu’à 1967. Pour Biagi, ce musée a un but populaire et éducatif. Il doit montrer aux universitaires, artistes et artisans, ce que devrait être le sentiment de la beauté, l’amour pour les choses les plus humbles, le trésor de la sagesse ou de la foi. Ce musée expose des papyrus, des manuscrits enluminés, des manuscrits autographes annotés par des célébrités : un choix de reliques paléographiques montrant les différents types d’écriture médiévale, cinquante incunables. La presse récupérée de l’ancienne typographie orientale des Médicis complète l’exposition13. Mario Ferrigni soulignait l'importance d’un tel musée du livre :

  • 14 Mario Ferrigni, « Il Museo del libro e della miniatura a Firenze », La Lettura. Rivista mensile de (...)

Nous vous recommandons d’aller le voir, pour vous convaincre de son utilité pour la diffusion de la culture et l’éducation du goût artistique. Il est important pour les savants, autant que pour les amateurs et encore plus, parmi ceux qui se consacrent à l’industrie de l’imprimerie. Il est important pour le grand public qui découvrira un art qui est toujours resté caché, uniquement accessible aux spécialistes et aux usagers privilégiés14.

  • 15 Domenico Fava, La Biblioteca Estense nel suo sviluppo storico con il catalogo della mostra permane (...)

15En 1925, Domenico Fava, directeur de la Bibliothèque Estense de Modène propose une exposition de manuscrits, de livres imprimés à figures et reliures artistiques dans la salle dite Campori. Il veut célébrer le retour de la Bible de Borso d’Este, retirée en 1859 par Francesco V, rachetée en 1923 chez un antiquaire parisien par l’industriel et sénateur Giovanni Treccani Alfieri. L’avant-propos du catalogue montre que l’exposition doit avoir un caractère essentiellement artistique et que les objets exposés doivent donner une idée aussi précise que possible des richesses de la bibliothèque et révéler le développement de l’art du livre jusqu’au XVIIIe siècle. L’exposition est en fait organisée en trois sections selon des critères artistiques (en écoles et régions géographiques) et chronologiques. Elle présente notamment des manuscrits enluminés, des livres avec des gravures sur bois et des livres avec des figures chalcographiques. Une quatrième section est consacrée à la reliure d’art. À la fin, une section présentait les origines de l’imprimerie dans le duché de Modène15.

  • 16 Primo congresso mondiale delle biblioteche e di bibliografia. Roma - Venezia, 15-30 giugno MCMXXIX (...)
  • 17 Mostra delle Biblioteche italiane. Acquisti e doni degli ultimi dieci anni, Rome, Tip. Cuggiani, 1 (...)

16En 1929, le Congrès mondial des bibliothèques et de bibliographie, qui a lieu à Rome et à Venise, est l’occasion d’un foisonnement d’expositions16. Les bibliothèques continuent dans les années qui suivent lorsqu’entre autres, est organisée en 1934 l’exposition des bibliothèques italiennes dans le bâtiment de l’Académie de Saint-Luc, conçue pour célébrer l’augmentation exceptionnelle des acquisitions pendant le régime fasciste. Cette exposition suscite la participation de 73 bibliothèques, dont 37 gouvernementales17.

  • 18 La Biblioteca Marciana nella sua nuova sede. XXVII aprile MDCCCCV, Venezia, Biblioteca Nazionale M (...)
  • 19 Le Biblioteche d’Italia dal 1932-X al 1940-XVIII, op. cit., p. 999-1000.

17Certaines de ces expositions sont devenues permanentes. Tel est le cas du dispositif de la Bibliothèque nationale Marciana où, depuis le déménagement de 1905 dans de nouveaux locaux, deux vitrines ont été installées pour présenter un choix de documents remarquables : les célèbres reliures byzantines, les manuscrits enluminés, les documents cartographiques, les autographes et l’exceptionnel bréviaire de la famille Grimani18. L’exposition permanente est inaugurée le 29 juin 1929, à la fin du premier Congrès mondial des bibliothèques et de bibliographie, par le directeur de la Bibliothèque Marciana, Luigi Ferrari. Par la suite, cette exposition est réorganisée en 1932-1940 et divisée en trois sections : les reliures artistiques ; les manuscrits enluminés les plus remarquables ; les livres gravés et en figures jusqu’au milieu du XVIe siècle. On peut voir aussi des ouvrages imprimés qui illustrent l’évolution du livre jusqu’au moment de l’édification de la bibliothèque et de l’ouverture de la salle au public19.

  • 20 Mostra bibliografica. Manoscritti e libri miniati. Libri a stampa rari e figurati dei secc. XV-XVI (...)

18La Bibliothèque Braidense a également effectué une opération similaire. À l’occasion du Congrès mondial de 1929, le directeur Tomaso Gnoli prévoit la construction d’une d’exposition bibliographique, destinée à être permanente et dont il dresse un catalogue. Cette exposition est composée de vingt-quatre vitrines, disposées dans les salles dédiées aujourd'hui aux manuscrits et au catalogue20. Elle est divisée en quatre sections : manuscrits et livres enluminés ; livres imprimés rares et figuratifs des XVe et XVIe siècles, à leur tour divisés en éditions et gravures milanaises et lombardes ; reliures artistiques ; autographes. Comme Gnoli le déclare, l’exposition est destinée au grand public. Elle se fonde sur des critères de rareté bibliographique mais aussi esthétiques, en donnant la préférence aux manuscrits enluminés et, parmi les livres, à ceux portant des gravures sur bois et sur cuivre. En revanche, faute d’espace, elle néglige des pièces de valeur exclusivement bibliographique. De plus, elle expose pour la première fois les principales éditions milanaises et quelques-unes lombardes, notamment illustrées.

  • 21 Amerigo Modi, Il Palazzo Medici-Riccardi e il Museo Mediceo, Firenze, Amministrazione della Provin (...)

19Toujours en 1929 est inaugurée, au Musée des Médicis, la Bibliothèque Riccardiana, ouverte au rez-de-chaussée du palais Medicis-Riccardi, destiné à célébrer les gloires de la célèbre famille de Florence. Après la première chambre, l’ancienne salle de Lorenzo le Magnifique, dédiée au bâtiment et à ses documents, avec des reproductions de manuscrits enluminés commandés par les Médicis, le visiteur découvre dans une deuxième salle des reliques et des souvenirs de la famille, comme le masque funéraire, les dents, les vêtements, les bijoux et les vêtements ensanglantés de Julien et les livres de Laurent appartenant à la Bibliothèque Riccardiana. Le musée est rénové en 1939 à l’occasion de l’exposition sur les Médicis organisée dans le palais, au cours de laquelle la bibliothèque a présenté dans sa salle d’étude une exposition de manuscrits, estampes et dessins illustrant des festivals, des cérémonies, des spectacles, des jeux… se référant aux Médicis. Parmi les manuscrits, est exposé le célèbre Virgile Riccardiano, l’un des produits les plus distingués de la miniature florentine du XVe siècle21.

  • 22 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., fig. p. 336-337.
  • 23 Ibid., p. 252 et fig. p. 320-321.

20Encore en 1929, l’Institut national d’archéologie et d’histoire à Rome acquiert la collection d’estampes et de dessins (7 000 pièces) de la bibliothèque de Rodolfo Lanciani, archéologue et professeur de topographie romaine à l’université de Rome. C’est l’occasion d’ouvrir une exposition permanente à la Bibliothèque d’archéologie et d’histoire de l’art. D’après les photographies prises à cette époque, la salle est équipée de vitrines et lutrins, destinés à accueillir des pièces de la collection22. Un peu plus tard, au début des années 1930, la Bibliothèque Casanatense achète de nouvelles vitrines faites pour contenir des manuscrits, des livres illustrés, gravures et d’autres reliques bibliographiques, mais nous n’avons pas d’informations précises23.

  • 24 Antonio B[oselli], « La mostra marsiliana nella Biblioteca universitaria di Bologna », Accademie e (...)

21Un nouveau cas de musée-bibliothèque se forme à Bologne en 1930. Le projet naît après une demande du sénateur Luigi Rava, président de l’Académie des sciences depuis le 20 juin 1926, soucieux de célébrer le comte Luigi Ferdinando Marsili (1658-1730), fondateur de l’Institut des sciences. Suite aux travaux d’une commission temporaire créée en 1928, une exposition Marsiliana est ouverte au public pour le bicentenaire de la mort du savant. Disposée dans la grande salle de la bibliothèque, l’exposition est fermée seulement deux jours après l’inauguration faute de locaux vraiment adaptés. Elle prend ensuite un caractère permanent, devenant le Museo Marsiliano, dans deux pièces du bâtiment. On peut y voir la statue équestre de Marsili et neuf vitrines traitant de sa vie et ses études, ses rapports avec les Turcs, sa vie militaire, illustrés par ses manuscrits, ses livres scientifiques et historiques, les publications publiées à l’occasion du deuxième centenaire et d’autres objets appartenant à Marsili, déposés par le Musée municipal de Bologne24.

  • 25 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 277, fig. p. 272-273.
  • 26 Ester Pastorello, « L’esposizione permanente di cimeli bibliografici della R. Biblioteca Universit (...)

22Le mouvement s’accentue encore dans les années 1930. Cette année-là, la bibliothèque de Lucques installe une nouvelle exposition permanente, contenant les livres les plus précieux de la bibliothèque (manuscrits enluminés, palimpsestes, incunables, portulans, reliures rares)25. En 1931, la Bibliothèque universitaire de Pavie se muséifie, suite à sa participation à l’exposition d’histoire et de science tenue à Florence à l’été 1929. Quatre vitrines sont installées dans la salle des professeurs de la bibliothèque : la médecine, documentée par les livres relatifs aux découvertes de l’université de Pavie au XIXe siècle ; les mathématiques, la chimie et l’histoire naturelle ; les faits historico-juridiques à partir des statuts des corporations professionnelles et des institutions, de traités juridiques, textes normatifs, livres liés à l’histoire du territoire, diplômes des seigneurs de Pavie, autographes des personnages illustres de la ville – y compris l’urne contenant les cendres supposées de Christophe Colomb, peut-être étudiant de l’université de Pavie – estampes universitaires, ouvrages théologiques et textes littéraires, contenant des manuscrits enluminés, reliures précieuses, deux albums illustrant les changements de la ville de Pavie. On sait peu de choses sur sa durée, mais il est fort probable que l’exposition a été fermée quelques années après sa création26.

  • 27 Domenico Fava, I libri italiani a stampa del secolo XV con figure della Biblioteca nazionale centr (...)
  • 28 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 288-289 et p. 304-305 ; Mostra di cimeli bibl (...)

23Quelques années plus tard, on assiste à la création d’expositions permanentes à la Bibliothèque nationale centrale de Florence, suite à son déménagement en 1936 dans un nouveau bâtiment. Le directeur Domenico Fava décide d’organiser une exposition littéraire stable, consacrée au livre imprimé des premiers siècles, en se fondant sur l’exceptionnelle collection d’incunables de la bibliothèque, permettant de suivre un développement topographique en Italie de la technique de l’illustration en xylographie et chalcographie. Le catalogue qui accompagne l’exposition explique que ses objectifs, et ceux des expositions bibliographiques en général, sont l’éducation de l’âme au sens de la beauté, permettant de voir les documents les plus célèbres de la gravure du livre du XVe siècle, et de faire connaître en détail l’évolution d’un art qui fit la gloire de l’Italie. Nous ne savons pas quand l’exposition a été fermée, peut-être peu après27. La Bibliothèque nationale de Naples organise à son tour une exposition permanente, bien que les informations disponibles soient rares. Elle a probablement pris la suite de l’exposition temporaire qui s’est tenue entre décembre 1938 et mars 1939, concernant les reliques bibliographiques de la bibliothèque et dont un court catalogue a été imprimé28.

24Ce mouvement massif de mise en place d’expositions permanentes se heurte toutefois rapidement à des difficultés de conservation, qui mettent à mal ces musées.

Échec des expositions permanentes

  • 29 Alfonso Gallo, « Esoticismi », Accademie e biblioteche d’Italia, 1929-1930, t. III, n° 2, p. 123-1 (...)

25Malgré cet engouement, une voix s’élève contre ces expositions. Alfonso Gallo, futur directeur de l’Institut de pathologie du livre créé en 1938, déclare en 1929 que les livres les plus précieux voyagent à travers l’Europe comme des objets de foire, pour satisfaire les curiosités des foules, mais ils s’exposent ainsi aux vols, incendies et autres dangers de toutes sortes29. Ces critiques concernent aussi les expositions permanentes car elles fragilisent la conservation des pièces présentées. Si, d’une part, le maintien des expositions au sein du lieu de conservation des pièces limite les vols, l’exposition prolongée des matériaux, d’autre part est dommageable pour les documents. Malgré l’installation de rideaux sur les vitrines, afin de protéger les pièces en l’absence du public, l’éclairage a souvent mené au jaunissement des pages exposées. L’ouverture des volumes a provoqué la déformation des reliures.

  • 30 « Bando alle mostre bibliografiche ? », La Bibliofilia, 1936, t. XXXVIII, p. 220 ; Le biblioteche (...)
  • 31 « Mostre bibliografiche permanenti e temporanee nelle biblioteche governative », Accademie e bibli (...)

26C’est pour suivre ces recommandations que la Direction générale des académies et bibliothèques ordonne la fermeture de la plupart des expositions permanentes. La circulaire du ministère de l’Éducation publique, en date du 23 janvier 1936, supprime purement et simplement les expositions, sauf dans quelques cas particuliers30. Mais le pouvoir hésite. La circulaire du 14 décembre 1937 admet la possibilité de mettre en place des expositions temporaires pour des événements spéciaux et des célébrations afin de faire connaître les trésors bibliographiques de chaque bibliothèque. En 1938, la Direction autorise les expositions permanentes mais impose la rotation des pièces exposées, pour les bibliothèques situées dans des lieux touristiques : la Bibliothèque nationale Marciana à Venise, la Bibliothèque Laurenziana de Florence, la Bibliothèque nationale Braidense de Milan, la Bibliothèque Estense de Modène, la Bibliothèque nationale de Naples, la Bibliothèque universitaire de Bologne31.

  • 32 Le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 977-978.
  • 33 Andrea De Pasquale, La fucina dei caratteri, op. cit.
  • 34 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., fig. p. 272-273.

27Les difficultés économiques de la fin des années 1930, puis surtout les bouleversements de la guerre ont conduit à des transferts vers d’autres lieux des documents les plus précieux des bibliothèques pour assurer leur sauvegarde. L’exposition de la Bibliothèque Braidense reste en place jusqu’à 1936 au moins, puis est démantelée avant 1940 pour libérer des espaces aux nouvelles acquisitions32. À Parme, la pièce hébergeant le musée de Bodoni est détruite après le bombardement de 1944 ; ce ne fut qu’en 1963 que fut inauguré, dans un endroit plus approprié, le musée Bodoni, qui est également destiné à illustrer le patrimoine lié à la figure du célèbre imprimeur33. Le Musée Carrara de Lucques est encore en place au début des années 1930, mais il est démantelé en 194234. Le musée Manzoni de Braidense, déjà mis à mal par la fondation du Centre d’études sur Manzoni en 1937 et le transfert des principaux fonds, disparaît avec la guerre ; les documents précieux sont déplacés pour leur protection à l’abbaye de Pontida. Si la plupart de ces documents sont renvoyés finalement à la Braidense, quelques pièces et une partie de l’iconographie ne sont plus restituées. La salle d’exposition devient le lieu de conservation d’un nouveau fonds : la bibliothèque des ducs de Bourbon-Parme léguée par le comte Gerli.

  • 35 Anna Maria Giorgetti Vichi, « Le mostre librarie », Accademie e biblioteche d’Italia, 1967, t. XXX (...)

28L’exposition de la Bibliothèque Marciana fut maintenue, grâce au directeur Ferrari qui s’opposa fermement aux directives ministérielles en invoquant l’intérêt des touristes du monde entier venus voir les trésors de la Bibliothèque. La Direction générale l’autorise à la garder. Elle reste en place jusqu’en 197435. L’exposition des Médicis à la Riccardiana est endommagée par la crue de l’Arno en 1966 ; rapidement démantelée, elle n’a jamais été reconstruite. Celle de la Bibliothèque Estense est conservée jusqu’à aujourd’hui, mais, au fil des années, elle a perdu son caractère permanent, devenant une salle pour des expositions thématiques temporaires. Le Musée Adrovandi est toujours attaché à la Bibliothèque universitaire de Bologne, mais les collections bibliographiques ne sont plus exposées et le Musée Marsili a été transféré au Musée de l’Université.

29Ainsi, après les expériences de la période fasciste, puis la guerre, rares sont les bibliothèques d’État qui ont continué leur activité de valorisation à travers des expositions permanentes ; elles ont préféré les expositions temporaires.

Un renouveau ?

  • 36 Lalla Romano, de son vrai nom Graziella Romano, est poétesse, écrivaine et journaliste. Son roman (...)

30Aujourd'hui, entre la difficulté des bibliothèques à être mieux perçues et la nécessité de mettre en valeur des collections trop souvent inconnues, les projets d’expositions permanentes reviennent avec insistance, d’autant que l’évolution de la technologie assure désormais la conservation des pièces. Les bibliothèques deviennent de possibles musées, ouverts aux touristes, tant pour leurs collections que pour les ensembles monumentaux dans lesquelles elles prennent place et pour les œuvres d’art qu’elles accueillent. Cette mutation est conforme à la tendance internationale qui veut que les bibliothèques nationales intègrent des musées, dans leurs murs ou en dehors. On le constate à la British Library avec la Sir John Ritblat Gallery, à la Bibliothèque nationale de Madrid, à l’Österreichische Nationalbibliothek de Vienne avec ses Musées de la littérature et des globes, à la Bibliothèque royale de Bruxelles avec le Librarium, etc. C’est la Bibliothèque nationale Braidense qui a initié le mouvement en Italie, en dédiant une salle à l’écrivain Lalla Romano (1906-2001)36 en 2014, pour y montrer ses livres, ses dessins, ses peintures et une partie du mobilier de son appartement. L’année suivante, la Bibliothèque nationale centrale de Rome a créé un espace d’exposition intitulé Spazi900, véritable musée de la littérature du XXe siècle.

  • 37 Romancière, poétesse nouvelliste et essayiste, Elsa Morante a été la compagne d’Alberto Moravia (1 (...)
  • 38 Pier Paolo Pasolini est romancier, poète, journaliste, scénariste, documentariste et réalisateur d (...)
  • 39 Umberto Saba est poète et écrivain, auteur du Canzoniere, d'Ulisse et de Ernesto.
  • 40 Si Carlo Levi a fait des études de médecine, il s’est consacré à la littérature et à la peinture. (...)

31Ce dernier cas est emblématique du rôle de la muséification dans la construction d’un patrimoine écrit et littéraire. Compte tenu du fait que, ces dernières décennies, grâce à une politique ciblée d’augmentation de ses fonds, la Bibliothèque nationale centrale de Rome s’est de plus en plus consacrée au rassemblement de bibliothèques et d’archives d’auteurs contemporains, il a été décidé de créer un véritable musée de la littérature du XXe siècle. Son but est de retracer le cheminement des principaux auteurs de la littérature italienne du siècle, en se concentrant principalement sur ceux pour lesquels la bibliothèque a le plus de documentation : Elsa Morante (1912-1985)37 et Pier Paolo Pasolini (1922-1975)38. Pour la visibilité du projet, spécialement à destination des scolaires, on recourt à des stations de consultation multimédia, vidéo et numérique. Outre les livres, sont mobilisés des objets et le mobilier des maisons d’écrivains. Cet espace accueille aussi des laboratoires d’écriture. Il entend développer et promouvoir en son sein des activités éducatives, des ateliers, des rencontres littéraires. Voulant s’imposer comme un conservatoire de la littérature nationale contemporaine, la Bibliothèque suscite de nouveaux dons d’auteurs ou de leurs héritiers. Récemment Spazi900 s’est agrandi de trois nouveaux espaces : le premier dédié à l’écrivaine sarde Grazia Deledda (1871-1936), prix Nobel de littérature en 1926, qui a vécu à Rome où elle est morte ; le second pour Umberto Saba39 (1883-1957), avec meubles, tableaux, objets, reliques provenant de son appartement de Trieste ; le troisième pour Carlo Levi (1902-1975)40 qui, une fois arrivé à Rome, a déplacé son attention du monde rural à la transformation des villes. Cette dernière réalisation a été possible grâce à la signature d’un accord de prêt entre la Bibliothèque et la Fondation Carlo Levi de Rome, convention portant sur six portraits d’écrivains appartenant à la fondation, dans le but commun de promouvoir Levi dans son double rôle de peintre et d’auteur. Aujourd’hui, les espaces ont été réorganisés. Une Galerie des écrivains est maintenant dédiée à la première moitié du siècle : D’Annunzio, Pirandello, Svevo, les futuristes, Onofri et de Pisis, Sbarbaro, Ungaretti, Montale et Quasimodo. La dernière salle du musée, utilisée à l’origine pour abriter des expositions temporaires, est devenue un espace permanent avec la mise en scène de la deuxième galerie d’écrivains, dédié à la seconde moitié du XXe siècle : Moravia et Ginzburg, dell’Arco, Bertolucci et Caproni, Penna et Vigolo, i Novissimi, Fortini, Giudici et Zanzotto, Calvino, Cerami, Rosselli et Bellezza, ainsi que des cabinets dédiés à Stanislao Nievo, et aux éditions de textes littéraires composés à la main par de célèbres imprimeurs, à la poésie visuelle avec Mirella Bentivoglio et à la poésie romaine des années 1980. Cinq installations multimédias innovantes ont été réalisées, dans le but de rendre le musée encore plus évocateur, en suscitant des émotions et en encourageant d’autres réflexions et investigations. La première présente le musée à travers le cliquetis de la machine à écrire projetée sur le sol, d’où viennent les mots d’ouverture de certains des romans les plus importants du XXe siècle, qui permettent de faire naître des narrateurs qui lisent les textes eux-mêmes. La deuxième concerne Elsa Morante : quatre épisodes de sa vie récréent les endroits où ils ont eu lieu et permettent de faire écouter de la musique tirée de la collection de l'écrivaine. La troisième reconstruit les lieux de Saba à Trieste : son appartement, le port, sa librairie, les bâtiments publics, avec des lectures de ses poésies plus célèbres. La quatrième installation concerne Pasolini : il s’agit d’une cabane et la scène se déroule dans le parc des aqueducs de Rome, avec la voix originale du poète et de la musique de l’époque. La cinquième, enfin, concerne Carlo Levi : un film documentaire montre ambiances, paysages, personnages, usages et rites, de la région Basilicata où se passe son célèbre roman Cristo si è fermato ad Eboli.

Notes

1 Andrea De Pasquale, « Musées dans les bibliothèques. Le cas des bibliothèques d’État en Italie, XIXe-XXe siècle », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, 2014, t. X, p. 229-253 et « I musei nelle biblioteche : una politica culturale antica e nuova », Accademie e biblioteche d’Italia, 2015, t. X, n° 1-4, n. s, p. 13-36.

2 Andrea De Pasquale, La fucina dei caratteri di Giambattista Bodoni, Parme, Monte Università Parma Editore, 2010 (coll. Mirabilia Palatina), p. 7-37.

3 Andrea De Pasquale, Il sapere per tutti. La politica bibliotecaria a Torino tra XVIIe e XIX secolo, Savigliano, L’Artistica, 2007, p. 78-79, 120.

4 Virginia Carini Dainotti, La biblioteca nazionale Vittorio Emanuele al Collegio Romano, Firenze, L. S. Olschki, 1956 [rééd. anast, 2003], p. 96-97.

5 Alessandro Manzoni est un poète, dramaturge et prosateur romantique. C’est aussi un homme politique, sénateur du royaume de Sardaigne. Un de ses romans les plus connus est I promessi sposi.

6 Mariella Goffredo De Robertis, « La Sala Manzoniana nella Biblioteca nazionale Braidense di Milano », in Manzoni scrittore e lettore europeo, catalogo della mostra Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, 8 febbraio-31 marzo 2001, Rome, Edizioni De Luca, 2000, p. 129-139.

7 Le biblioteche governative italiane nel MDCCCXCVIII. Notizie storiche, bibliografiche e statistiche pubblicate a cura del Ministero della Pubblica Istruzione, Rome, Società editrice Dante Alighieri, 1900, p. 188-189 ; Augusto Boselli, Il museo Carrara. Notizie, Lucca, tip. Giusti, 1899 ; Maria Luisa Moriconi e Jacopella Manfredini (dir.), I manoscritti e le opere a stampa di Francesco Carrara nella Biblioteca Statale di Lucca, Lucca, M. Pacini Fazzi, 1988, p. 17-18.

8 Giuseppe Fumagalli, Della collocazione dei libri nelle pubbliche biblioteche. Memoria […] del « Trattato generale di biblioteconomia », Firenze, Sansoni, 1890, p. 34-35 [rééd. anast. con introduzione di Giovanni Di Domenico, Manziana, Vecchiarelli, 1999].

9 Alfonso Minola, « Una riforma nella destinazione di talune biblioteche. Memoria letta nella tornata del 7 novembre 1897 », Atti dell’Accademia Pontaniana, t. XXVII, memoria n° 16, p. 1-7, ici. p. 6-7.

10 Anna Maria Brizzolara, « Il Museo di Ulisse Aldrovandi », in Cristiana Morigi Govi et Giuseppe Sassatelli (dir.), Dalla stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Casalecchio di Reno, Grafis, 1984, p. 119-124.

11 Le accademie e le biblioteche d’Italia nel sessennio 1926-27-1931-32. Relazione a S.E. il Ministro, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, 1933, p. 889-890.

12 Voir la contribution de Patrizia Rusciani, « Biblioteca di storia moderna e contemporanea », Archivi di biblioteche. Per la storia delle biblioteche pubbliche statali, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2002, p. 220-222.

13 Andrea De Pasquale, « I primi musei del libro in Italia », Bibliothecae.it, 2016, t. 5, n° 2. [En ligne] < https://bibliothecae.unibo.it/article/view/6391/6162 >.

14 Mario Ferrigni, « Il Museo del libro e della miniatura a Firenze », La Lettura. Rivista mensile del Corriere della Sera, 1922, fasc. 8, p. 575-584.

15 Domenico Fava, La Biblioteca Estense nel suo sviluppo storico con il catalogo della mostra permanente, Modena, G.T. Vincenzi e nipoti di D. Cavallotti, 1925 ; Ibid., Catalogo della mostra permanente della R. Biblioteca Estense, Modena, G.T. Vincenzi e nipoti di Dante Cavallotti, 1925.

16 Primo congresso mondiale delle biblioteche e di bibliografia. Roma - Venezia, 15-30 giugno MCMXXIX – a. VII. Atti pubblicati a cura del Ministero della Educazione nazionale (Direzione generale delle accademie e biblioteche), vol. 6 Cataloghi delle mostre, Rome, La libreria dello Stato, 1933.

17 Mostra delle Biblioteche italiane. Acquisti e doni degli ultimi dieci anni, Rome, Tip. Cuggiani, 1934 ; Accademie e biblioteche d’Italia, 1934, t. VII, n° 3 et 4 ; Le biblioteche d’Italia dal 1932 - X al 1940 - XVIII, Rome, Fratelli Palombi, 1942, p. 955 ; Mostra delle Biblioteche italiane. Acquisti e doni degli ultimi dieci anni, Rome, Tip. Cuggiani, 1934.

18 La Biblioteca Marciana nella sua nuova sede. XXVII aprile MDCCCCV, Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, XXVII aprile MDCCCCVI, p. 85. Dans la deuxième section, au point 6, il est indiqué : « Sala Bessarione per la custodia dei codici e la mostra dei cimeli ».

19 Le Biblioteche d’Italia dal 1932-X al 1940-XVIII, op. cit., p. 999-1000.

20 Mostra bibliografica. Manoscritti e libri miniati. Libri a stampa rari e figurati dei secc. XV-XVI. Legature artistiche- autografi, Milano, Casa editrice Sperling & Kupfer di H. Betz & C., 1929.

21 Amerigo Modi, Il Palazzo Medici-Riccardi e il Museo Mediceo, Firenze, Amministrazione della Provincia, 1960.

22 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., fig. p. 336-337.

23 Ibid., p. 252 et fig. p. 320-321.

24 Antonio B[oselli], « La mostra marsiliana nella Biblioteca universitaria di Bologna », Accademie e Biblioteche d’Italia, 1930, t. IV, n° 3, p. 193-198 ; Celebrazione di Luigi Ferdinando Marsili nel secondo centenario dalla morte (29 au 30 novembre 1930). Relazione delle cerimonie e discorsi a cura del comitato ordinatore, Bologne, Zanichelli, 1931 ; Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 220 et 901-902 fig. p. 224-225 ; Biancastella Antonino, « Il Museo Marsili », in Walter Tega (dir.), L’antichità del mondo. Fossili alfabeti rovine, Bologne, Editrice Compositori, 2002, p. 193-194.

25 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 277, fig. p. 272-273.

26 Ester Pastorello, « L’esposizione permanente di cimeli bibliografici della R. Biblioteca Universitaria di Pavia », Accademie e biblioteche d’Italia, 1931, t. V, n° 1-2, 1931, p. 20-27 ; Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 247, 291.

27 Domenico Fava, I libri italiani a stampa del secolo XV con figure della Biblioteca nazionale centrale di Firenze, con un’appendice di legature, Milano, U. Hoepli, 1936. Image dans Domenico Fava, Il trasporto e la sistemazione della Biblioteca nazionale centrale di Firenze nella nuova sede (luglio-ottobre 1935), relazione a S.E. il Ministro della Educazione nazionale, Firenze, tipografia “Il Cenacolo”, 1936, p. 69, fig. p. 67-68.

28 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 288-289 et p. 304-305 ; Mostra di cimeli bibliografici. Dicembre 1938 - marzo 1939, Napoli, tip. Contessa, 1938.

29 Alfonso Gallo, « Esoticismi », Accademie e biblioteche d’Italia, 1929-1930, t. III, n° 2, p. 123-124.

30 « Bando alle mostre bibliografiche ? », La Bibliofilia, 1936, t. XXXVIII, p. 220 ; Le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 961.

31 « Mostre bibliografiche permanenti e temporanee nelle biblioteche governative », Accademie e biblioteche d’Italia, 1938, t. XII, n° 3-6, p. 404.

32 Le biblioteche d’Italia, op. cit., p. 977-978.

33 Andrea De Pasquale, La fucina dei caratteri, op. cit.

34 Le accademie e le biblioteche d’Italia, op. cit., fig. p. 272-273.

35 Anna Maria Giorgetti Vichi, « Le mostre librarie », Accademie e biblioteche d’Italia, 1967, t. XXXV, n° 6, p. 497 ; Gian Albino Ravalli Modoni, « Pagine di vita della Biblioteca Marciana negli anni ottanta », Miscellanea Marciana, 2000, t. XV, p. 161, 166, note 6.

36 Lalla Romano, de son vrai nom Graziella Romano, est poétesse, écrivaine et journaliste. Son roman Maria (1953) a reçu le prix international Charles Veillon, prix suisse pour des ouvrages en français, allemands et italiens, créé pour participer à la réconciliation.

37 Romancière, poétesse nouvelliste et essayiste, Elsa Morante a été la compagne d’Alberto Moravia (1941-1961). En France, elle reçoit, en 1984, le Prix Médicis étranger pour son roman Aracoeli, paru en italien en 1982. Un de ses plus importants succès est La Storia (1974) qui a été adapté pour la télévision en 1986.

38 Pier Paolo Pasolini est romancier, poète, journaliste, scénariste, documentariste et réalisateur de films. Il écrit de son œuvre qu’elle doit combattre la « société de consommation […] recouvrant artificiellement le tissu vivant de l’Italie par un ensemble insipide et uniforme de valeurs pragmatiques propres à l’idéologie du bien-être, [elle] a littéralement étouffé l’identité du pays ». Il est assassiné en 1975.

39 Umberto Saba est poète et écrivain, auteur du Canzoniere, d'Ulisse et de Ernesto.

40 Si Carlo Levi a fait des études de médecine, il s’est consacré à la littérature et à la peinture. En 1963 et 1968, il est élu au Sénat.

Auteur

Bibliothèque nationale centrale de Rome

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search