Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Usages sociaux

Chapitre 13. La vie numérique du patrimoine des bibliothèques

Emmanuelle Chevry Pébayle

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1990, les bibliothèques françaises numérisent progressivement leurs fonds libres de droit parallèlement à d’autres institutions culturelles. Selon le catalogue Patrimoine1, 602 collections ont été numérisées par 188 bibliothèques. Nous retiendrons la définition du patrimoine numérisé de Cécile Tardy et Vera Dodebey, pour qui « le patrimoine numérisé renvoie à l’existence d’un objet original existant dans une matérialité différente et dont la numérisation permet d’en sauvegarder une image »2. Cette activité de numérisation s’accomplit dans un contexte favorable : une politique incitative du ministère de la Culture et de la Communication depuis 1996 qui vise une « démocratisation de l’accès à la culture, le développement de la société de l’information et de l’économie de la connaissance » et qui incite aujourd’hui à développer des services numériques innovants à partir des fonds numérisés, le développement stimulant de grands gisements textuels comme Google Books, et de bibliothèques numériques telles que Gallica, Europeana, etc., ainsi qu’une demande de plus en plus forte des usagers dont les pratiques sur internet évoluent.

  • 3 Thierry Claerr et Isabelle Westeel (dir.), Numériser et mettre en ligne, Villeurbanne, Presses de (...)
  • 4 Yves Jeanneret, Penser la trivialité, vol. 1 : la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès- (...)

2Cette mise à disposition du patrimoine numérisé constitue un véritable enjeu pour l’accès aux connaissances et la démocratisation de la culture3. Accessible, reproductible, le patrimoine numérisé et publié en ligne circule sur la toile, poursuivant son processus de trivialisation4.

3Quelles conséquences la numérisation et la publication en ligne induisent-elles sur la nature et l’usage du patrimoine des bibliothèques ? Telle est la question à laquelle ce texte se propose de répondre. Il s’agira de fournir une réflexion sur les effets de la numérisation et la publication en ligne sur le patrimoine des bibliothèques5. Nous nous proposons de voir en quoi la numérisation et la publication en ligne impactent trois domaines relatifs au patrimoine : la promotion, la sauvegarde et l’exploitation permises par les caractéristiques techniques du numérique et leur impact social. Cette contribution vise à proposer des pistes de réflexion sur la transformation du patrimoine des bibliothèques au contact du numérique. Elle se concentre en particulier sur trois bibliothèques qui mettent à disposition de grands gisements de documents en ligne : Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF avec une offre de 4 348 725 documents numérisés6 ; Medic@, la bibliothèque numérique de la bibliothèque interuniversitaire (BIU) Santé qui publie 231 469 documents numérisés en ligne7 ; enfin Numelyo, la bibliothèque numérique de la bibliothèque municipale de Lyon (BmL)8. En plus de l’étude de l’offre de ces trois bibliothèques numériques, des entretiens ont été menés avec des professionnels de la BnF et de la BIU Santé en charge de la communication sur les réseaux sociaux numériques9.

4Dans un premier temps, nous verrons comment la numérisation et la publication en ligne peuvent être au service de la promotion et de la médiation du patrimoine. Dans un second temps, nous verrons comment la numérisation permet une meilleure sauvegarde et une exploitation accrue du patrimoine. Enfin, dans un troisième temps, nous nous demanderons si la numérisation des œuvres induit un changement voire une remise en cause du patrimoine.

La numérisation et la publication en ligne appliquées à la promotion et la médiation du patrimoine

5La mise en ligne du patrimoine numérisé permet de le faire connaître, que ce soit sur les sites web ou à travers l’animation sur les réseaux sociaux numériques. L’internaute peut ainsi parvenir jusqu’à lui et découvrir son existence. L’objectif principal des bibliothèques lorsqu’elles se lancent dans un projet de numérisation est la diffusion et l’accessibilité de ressources documentaires (rares, précieuses, fragiles) reproduites sans dégradation, à l’infini et à une échelle planétaire en offrant ainsi les conditions idéales à leur circulation. Internet répond dans ce cas à des enjeux de mise à disposition de tous du bien culturel commun. Le numérique permet la diffusion d’un même document pour un coût modique, très rapidement et à un très grand nombre de destinataires.

6La publication en ligne du document numérisé va le mettre en valeur. Ce sont les caractéristiques multimédias et hypertextes du numérique qui vont permettre de présenter ce patrimoine de manière attractive. D’une part, le numérique est multimédia, c’est-à-dire que les documents numérisés sont composés, entre autres, de textes, d’images, de sons, d’animation ; les couleurs, l’esthétisme captent l’attention et distraient l’internaute. D’autre part, le numérique est constitué essentiellement de documents hypertextes contenant chacun une série de liens qui mènent à d’autres documents. Dans une exposition virtuelle, on peut cliquer sur une œuvre pour voir apparaître des éléments explicatifs. On peut aussi cliquer pour les agrandir ou faire apparaître sa notice bibliographique.

7Grâce à l’hypertexte, l’internaute est transporté de document en document. Sollicité par les possibilités de passer d’une page à une autre, l’usager suit son propre chemin sans tenir compte de celui qui lui est suggéré. La lecture se fait par rebonds et le nombre de possibilités de parcours est innombrable. Le lecteur compose un itinéraire à travers sa manière de parcourir l’objet numérisé. Le parcours de lecture se fait par intuition ou par l’attrait qu’exercent certaines rubriques par rapport à d’autres. La lecture linéaire est rompue et conditionnée par l’hypertexte, favorisant un parcours sélectif et non intégral. Cette possibilité de créer des liens entre différents objets numérisés instaure comme une mise en abîme, comme une histoire sans fin.

8De plus, le web social, véritable dispositif communicationnel, permet aux bibliothèques de se faire l’écho de l’offre numérisée en allant à la rencontre des internautes et en leur faisant connaître leurs sélections. Il favorise le rapprochement entre les professionnels et leur communauté et constitue un véritable levier pour augmenter la fréquentation de l’offre numérisée des bibliothèques [entretien n° 2]. Les médias sociaux fonctionnent très souvent en synergie. Le blog se fait le réceptacle des billets contenant les documents numérisés accompagnés de contenus éditoriaux qui sont ensuite relayés vers Facebook, Twitter, Pinterest [entretien n° 1].

9Une fois toutes les opérations réalisées, de la sélection jusqu’à la publication en ligne, les professionnels peuvent poursuivre le travail de numérisation par une médiation de l’artefact, véritable acte de création du patrimoine. La numérisation conduit alors les professionnels à endosser le rôle d’éditeur de contenus culturels. Dans le cas de Gallica, la médiation se développe autour de trois contenus éditoriaux : ceux de la page d’accueil qui changent toutes les semaines, le contenu du blog sur Gallica et la partie Sélection de Gallica où les documents sont triés par type de documents, par thématique et par aire géographique afin de mieux s’orienter dans les fonds [entretien n° 2]. Ces accès thématiques ou par périodes structurent et facilitent l’accès aux collections tout en restant fidèles à l’organisation des connaissances. L’usager peut ainsi accéder à six collections de Gallica, telle que « L’histoire de France par l’image », permettant de retrouver la représentation en image(s) d’un événement historique. « Le but poursuivi est double. Tout d’abord, il s’agit de structurer puis de développer l’accès vers plus de ressources (Twitter, Pinterest, Facebook, Newsletter, le blog, Gallica). On fédère ainsi les ressources » [entretien n° 2].

10Quant à Numelyo, la bibliothèque numérique de la BmL, elle propose des affiches anciennes accompagnées de textes explicatifs permettant de mieux apprécier l’œuvre dans son contexte historique et culturel. Ces œuvres sont sélectionnées pour leur esthétique, leur intérêt historique ou leur rareté. De plus, cette sélection constitue une porte d’entrée supplémentaire dans la collection. Pour que l’information devienne connaissance, il faut la compléter par du contenu (primaire ou secondaire), la structurer, la mettre en perspective et en relation, la travailler « en creux », la questionner et la prolonger. Cette médiation didactique participe d’une évolution du métier qui s’étend à un ensemble diversifié d’actions documentaires, favorisant la maîtrise, par le professionnel, des contenus et des outils de publication dont il a la charge. En proposant ces affiches numérisées enrichies par une éditorialisation numérique, la bibliothèque affirme un peu plus sa mission qui consiste à donner accès par tous les vecteurs à l’information et au savoir mais également à leur compréhension et à l’assimilation de ces artefacts numérisés.

11Avec Matteo Treleani, le patrimoine peut se concevoir de deux manières : soit on le considère comme un stock et alors on est face à l’impossibilité de rendre intelligible une grande masse de documents, soit le patrimoine est vu comme une construction dynamique du présent qui permet à la publication en ligne d’être un acte de création du patrimoine. Il propose :

  • 10 Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles : les archives en ligne ont-elles un sens ? Montréal, Pre (...)

au lieu de tout publier pour ensuite voir ce qu’il faut mieux éditorialiser, on part d’un regard visant à concevoir un discours sur le passé et utilisant des documents d’archives pour supporter ce discours. Ainsi, les documents ne sont plus des unités singulières à contextualiser, ce sont les discours sur le passé qui ont besoin du support des documents et non pas le contraire10.

12Parfois ce sont des amateurs qui mettent en valeur le patrimoine avec un certain retentissement sur les médias sociaux numériques. C’est le cas de la blogueuse de Savoirs d’histoire11 qui a rédigé un billet sur un document patrimonial de Gallica12, une fausse demande d’emploi rédigée par des correcteurs mécontents d’une réforme de l’orthographe et qui s’imaginaient à quoi ressemblerait une offre d’emploi écrite en 2017. Ce document a été identifié dans un journal de 1904 intitulé La Sorte, organe typographique incolore et mensuel: satirique, antilittéraire, peu artistique et quelquefois illustré… et publié dans Gallica le 9 octobre 2017. Le billet contient l’image numérisée associée à un texte qui présente son contexte : « un malicieux rédacteur de ce journal du début du XXe siècle a imaginé la “lettre de motivation du futur”, et plus précisément de 2017 ». Les blogs des particuliers sont donc complémentaires des portails institutionnels. Les professionnels de la médiation de Gallica s’appuient sur « cette communauté [les gallicanautes] très réactive toujours présente, pas artificielle, qui est une force et qui est pour nous très précieuse même pour nourrir la médiation » [entretien n° 2].

Une meilleure sauvegarde et une exploitation accrue du patrimoine

  • 13 BnF, Direction des services et des réseaux, département de la Coopération, Enquête sur la numérisa (...)

13Bien que le numérique reste un support très fragile qui pose des problèmes de conservation à long terme, il offre néanmoins un document de substitution. La numérisation évite un accès direct à l’œuvre et constitue ainsi un moyen de sauvegarder un patrimoine en danger. C’est le cas par exemple de la presse ancienne très fragile en raison de l’acidité de l’encre et de la mauvaise qualité du papier. En réduisant les manipulations, la numérisation semble par conséquent jouer un rôle dans la conservation et la sauvegarde des titres de journaux locaux très demandés. La diversité des thèmes abordés (administration, agriculture, art, culture, économie, jurisprudence, littérature, politique, social, sciences, sport, etc.) en fait des documents précieux et essentiels pour comprendre et étudier la vie quotidienne du XIXe et XXe siècles dans les différentes régions de France. L’enquête de la BnF menée en 2014 révèle que 1 522 titres de la presse locale et régionale française sont déjà numérisés par 158 bibliothèques municipales, archives départementales et structures régionales pour le livre13.

  • 14 Bruno Bachimont, Patrimoine et numérique : technique et politique de la mémoire, Bry-sur-Marne, IN (...)

14Bruno Bachimont nous invite à aller plus loin que la mise à disposition de ce qui est conservé, identifié, catalogué, se réduisant selon lui à une consommation. Il propose de réactiver les dimensions problématiques des traces conservées en questionnant la dimension patrimoniale, historique et mémorielle14.

15L’accessibilité du patrimoine en ligne favorise de nouvelles pratiques. À cet égard, six usages pris dans des domaines différents semblent significatifs de la manière dont la numérisation des fonds des bibliothèques et leur publication en ligne permettent d’exploiter ce patrimoine.

16On voit en premier lieu que la numérisation facilite les missions des professionnels de la conservation. Une étude exploratoire a permis de sonder les pratiques d’individus qui, dans un cadre professionnel ou amateur, utilisent les fonds numérisés ou qui pourraient le faire. Il en est ressorti que la numérisation du patrimoine constitue un progrès pour les professionnels des institutions culturelles :

  • 15 Emmanuelle Chevry Pébayle et Simona De Iulio, op. cit., p. 46.

Les tâches des conservateurs et du personnel des bibliothèques se retrouvent de fait facilitées : C’est une question de temps et de disponibilité. Si on va sur Gallica, on peut avoir un affichage mosaïque avec quinze images qui peuvent surgir en une seconde. Quand on a à sortir des pièces pour l’organisation d’une exposition ou pour une consultation des originaux, […] on voit la différence entre afficher une page et avoir à la chercher en format papier ! Pour une exposition, il faut vérifier si l’affiche est prêtable, la sortir des boîtes, chercher la pièce, la sortir, la rentrer, pour la chercher à nouveau pour l’encadrement15.

17Ensuite, la numérisation, quand elle s’inscrit dans des programmes de coopération, permet de reconstituer des corpus dispersés sur différents sites. Par exemple, les établissements qui numérisent la presse locale ou régionale ancienne ont saisi l’occasion pendant ces campagnes de numérisation de compléter virtuellement leurs collections grâce à une coopération locale. C’est le cas de la bibliothèque municipale de Poitiers et des archives départementales de la Vienne qui proposent les mêmes titres chacun sur leur site en précisant que cette opération est le fruit de leur coopération16. De la même manière, dispersés entre la BN, la bibliothèque municipale de Rouen et le Musée Carnavalet, les manuscrits de Flaubert sont rassemblés virtuellement grâce au protocole OAI-PMH qui est un moyen d’échanger sur internet des métadonnées entre plusieurs institutions. Gallica offre désormais tous les manuscrits de la BnF et de la Bibliothèque historique de la ville de Paris ; la bibliothèque municipale de Rouen termine la campagne de numérisation de son fonds, et toutes les ressources flaubertiennes seront ainsi bientôt disponibles sur le site Rotomagus17 et sur Gallica.

  • 18 Emmanuelle Chevry (dir.), Les droits de reproduction dans les bibliothèques, les archives et les m (...)

18En troisième lieu, les bibliothèques peuvent aussi avoir recours à la numérisation pour des travaux internes dans le cadre de l’alimentation de leur site web ou de réalisations d’expositions, de catalogues ou d’animations. C’est ainsi que la banque d’images et de portraits de la BIU Santé propose un accès unique à des fonds géographiquement dispersés dans le domaine de l’histoire de la santé. Médecine, pharmacie, odontologie, patrimoine hospitalier et médecine vétérinaire sont représentés dans les collections iconographiques de la BIU Santé et de huit institutions partenaires. Rassemblant plus de 230 000 images, cette base répond aux demandes récurrentes pour des illustrations d’ouvrages sur un sujet, pour la télévision et pour des travaux de chercheurs. À la médiathèque de l’agglomération troyenne, les demandes en interne de numérisation représentent 60 % du travail de l’atelier de photographie18. Un usager peut faire la demande d’un fac-similé d’une œuvre pour des besoins liés à la recherche ou par simple désir de posséder une copie d’une œuvre. Des reproductions d’œuvres à l’identique sur papier peuvent être réalisées par Phénix Éditions qui numérise l’œuvre demandée et l’imprime. Les demandes de reproduction externes à l’atelier de photographie représentent à peu près 40 % et proviennent du public, des chercheurs, des étudiants et des éditeurs.

19La numérisation nourrit aussi la recherche. L’accessibilité de gisements de textes en ligne et les traitements permis par le numérique sur ces textes changent profondément la manière de faire de la recherche. Alain Rey, linguiste et lexicographe, utilise la bibliothèque numérique de la BnF pour travailler à la nouvelle édition de son Dictionnaire historique de la langue française. Il se sert de Gallica pour déterminer, avec une précision accrue, la date d’apparition des mots ou leurs changements de sens19. Autre exemple, « la mise en ligne de la presse locale et régionale fait émerger de nouveaux types de recherches prosopographiques, événementielles, d’histoire des idées avec la possibilité d’analyse sémantique fine, d’histoire des organisations, des familles, des patronymes, etc. mais aussi un fort intérêt du public pour la presse ancienne locale, en particulier pour des périodes liées à des événements historiques locaux, les naufrages, les guerres »20.

20En cinquième lieu, la numérisation a transformé en profondeur la recherche généalogique. Après avoir consulté l’état civil, les registres matricule et le recensement de la population sur les sites des archives, les généalogistes professionnels ou amateurs peuvent consulter Gallica pour trouver des renseignements sur des événements dans la presse ancienne, des photos et notamment ceux des costumes traditionnels, des cartes pour situer des lieux dans leur environnement géographique.

21Enfin, la numérisation se prête à des usages pédagogiques ou de vulgarisation. Le site pédagogique de la BnF, Classes, constitue un bel exemple de la destination scolaire des documents numérisés issus de Gallica. Au sein d’Éduthèque, la BnF donne aux enseignants la possibilité de télécharger plus de 30 000 images en haute définition issues du portail « classes.bnf.fr » et près de 350 vidéos sur le XVIIIe et le XIXe siècle. Ce portail permet des recherches dans toutes les ressources éditoriales et dans toutes les images commentées. L’offre pédagogique en ligne représente plus de 85 000 pages de dossiers, 65 000 images commentées, des albums iconographiques thématiques, des documents à explorer de manière interactive, des audiovisuels, des pistes pédagogiques, des ateliers et des jeux, des chronologies, des bibliographies, des fiches pédagogiques téléchargeables, des recherches guidées dans Gallica. Les thèmes traités s’organisent autour de six grands domaines : le livre et l’écrit, écrivains et conteurs, l’histoire des représentations, l’art et l’architecture, la photographie et la cartographie.

22À travers ces quelques usages, qui n’ont pas valeur d’exhaustivité, on s’aperçoit que l’exploitation de ce patrimoine numérisé relève autant des professionnels que des amateurs. De plus, le numérique autorise de nouveaux usages qui auraient été impossibles sans ces propriétés : accès à distance, repérage rapide des documents recherchés, recoupement des informations, comptage d’occurrences…

La numérisation et la publication en ligne impliquent-elles une remise en cause du patrimoine ?

23Par la numérisation, le patrimoine change de support, d’apparence et de fonction, ouvrant des perspectives sans précédent qui obligent à remettre en cause ses caractéristiques.

24Se pose d’abord la question de la démocratisation du patrimoine. Les technologies de l’information modifient profondément la diffusion des connaissances. La profusion d’information liée au patrimoine est à la portée de tous. L’ouverture des données a pour conséquence immédiate de bouleverser le travail des chercheurs, des étudiants, des historiens et des professionnels de la conservation. Le patrimoine se démocratise. Il devient accessible à travers les infinies possibilités des réseaux numériques. Face à cette accessibilité se pose le problème de la confusion des acteurs puisque tout le monde peut proposer de l’information. Avec peu de moyens, n’importe qui peut créer un site web, un blog, une bibliothèque numérique, une chaîne YouTube, un compte Instagram, etc. Le numérique permet la circulation du patrimoine numérisé et le détourne parfois pour aboutir à des usages transformatifs. Nous sommes face à des pratiques d’usage et de remise en circulation du patrimoine par des amateurs dont le plus bel exemple reste les portraits des gallicanautes, ces utilisateurs de la bibliothèque numérique qui participent activement à la diffusion de ses contenus sur le web. Une série de sept vidéos de gallicanautes intitulée Gallica et moi : quand les gallicanautes parlent de leur bibliothèque numérique illustre des usages riches et variés21. Ces usagers font circuler le patrimoine de Gallica dans des blogs, des sites personnels, associatifs ou institutionnels, des chaînes YouTube.

  • 22 Pauline Moirez, « Bibliothèques, crowdsourcing, métadonnées sociales », Bulletin des bibliothèques (...)

25À travers les projets de crowdsourcing participatifs, les internautes sont même invités à contribuer à l’enrichissement de la description des collections : indexation collaborative (en particulier, folksonomies), identification de documents iconographiques ou audiovisuels, correction collaborative d’OCR, transcription collaborative, co-création de contenus scientifiques22. Sur le site web de la BmL, une rubrique « Contribuer » regroupe trois offres de contributions possibles : « Partagez vos lumières » permet à l’internaute d’apporter ses connaissances sur un document, « Devenez photographe » permet à l’usager de déposer en ligne ses clichés pour enrichir les collections photographiques régionales de la bibliothèque et « Guichet du savoir » permet de poser une question dont la réponse viendra alimenter une base de connaissances partagée, accessible à tous et bien indexée par les moteurs de recherche.

26Nous avions une organisation scientifique et institutionnelle du patrimoine. Or la démocratisation ressemble à une révolution dans l’organisation, la médiation et la perception que l’on a du patrimoine, engendrant une certaine confusion.

27Le numérique en général et Internet en particulier bouleversent nos modes habituels d’accès au patrimoine en mêlant les sphères du public et du privé, le monde des professionnels et des experts avec celui du grand public et brouillent les fonctions de chaque acteur. Les acteurs officiels du patrimoine rencontrent des « concurrents » dans le monde numérique. Ils se trouvent sur un pied d’égalité au niveau de l’information à publier sur internet puisque quiconque peut créer une exposition numérique, une bibliothèque numérique, un blog, qui reflète ses propres perspectives sur le patrimoine. Par exemple, les blogs Raconte moi l’histoire23 ou Savoirs d’histoire24 sont tenus par des amateurs passionnés d’histoire qui publient des articles de vulgarisation à partir de documents trouvés dans Gallica.

  • 25 Dans le cadre de la politique du gouvernement en faveur de l’ouverture des données publiques (Open (...)
  • 26 Association agréée par le ministère de l’Éducation nationale, elle vise à promouvoir le libre part (...)
  • 27 Médiathèque multilingue en ligne lancée en 2004, Wikimedia Commons vise à proposer un répertoire c (...)

28Cela ne va pas sans transformer notre rapport au contexte. Il arrive fréquemment que les internautes ne mentionnent pas l’origine du document qu’ils publient, lui faisant perdre de ce fait toute valeur. Par exemple, de nombreux usagers de Medic@ partagent des images de mauvaise qualité de la BIU Santé sur Pinterest sans préciser leur provenance. Afin d’éviter cette réutilisation du patrimoine numérisé coupé de son contexte, la BIU Santé a fait le choix de la licence ouverte Etalab25. Celle-ci permet la réutilisation des contenus à condition de mentionner leur provenance. Elle a aussi établi une convention avec Wikimedia France26 avec le projet de déposer une partie de ses images numérisées dans Wikimedia Commons27 [entretien n° 1].

  • 28 Bruno Bachimont, op. cit., p. 8.

29À tout ceci, il faut ajouter les transformations induites par l’opération de numérisation, qui peut modifier les caractéristiques de l’information qu’elle représente. Les médias numériques ne sont pas forcément neutres sur l’information qu’ils transportent. Les documents numérisés n’ont donc plus les mêmes caractéristiques que l’original, ce qui en modifie l’usage. Les changements apparaissent comme décisifs sous plusieurs aspects. La numérisation d’une œuvre entraîne la production d’une copie de l’œuvre par la perte du code et par la perte de son contexte. L’original n’existe plus et enfin le numérique induit un autre type de lecture. Par exemple, la représentation numérique d’un manuscrit enluminé ne représentera jamais le manuscrit mais la reconstruction avec d’autres critères. Il s’agit alors d’une image dénaturée. L’information n’est pas directement accessible, un code est utilisé pour la véhiculer et nécessite du matériel pour la rendre accessible ; dès lors, tout ce qui sera lisible par l’homme ne sera qu’une copie et non l’original. Bruno Bachimont28 considère que non seulement le document numérique est une reconstruction puisqu’il faut faire appel à un outil mobilisant une ressource conservée, mais il est aussi une réinvention car l’outil peut conduire à des vues différentes, des contenus adaptés aux différents contextes de consultation. Ainsi, tout le monde peut avoir accès au patrimoine mais celui-ci reste une copie. L’original est absent. L’image numérique transporte une représentation de l’œuvre et non l’œuvre elle-même. Dans « re-présentation » (réécriture, reformatage), il y a la notion de re-construction et de relecture.

30L’avènement du numérique constitue la fin du rapport physique avec le patrimoine. L’expérience esthétique se rétrécit à un contact homme-machine. Il entraîne une désincarnation de la rencontre avec les œuvres. Enfin, le patrimoine numérisé aboutit à un appauvrissement de l’environnement sensoriel. On accède à toujours plus d’informations, mais en utilisant un éventail limité de perceptions. Le document numérique perd certaines informations car il fait appel dans sa manipulation à un nombre limité de sens : lorsque nous manipulons un ouvrage, nous percevons l’aspect jauni du papier, la date approximative du document, son odeur éventuelle, le bruit que font les pages lorsqu’elles tournent et le touché du grain du papier. Le livre numérisé perd les informations des sens de l’ouïe, du toucher et de l’odorat. La carte postale numérisée, par exemple, subit une perte. Elle constitue un objet, elle a un âge, une nature de papier, un format. Si nous consultons une collection de cartes postales numérisées, nous perdons tous ces paramètres. L’abstraction fausse l’appréhension de la réalité dont le contact direct était jusqu’à présent la source essentielle de connaissance.

  • 29 Roger T. Pédauque, La redocumentarisation du monde, Paris, Éditions Cépadues, 2007 ; Jean-Michel S (...)

31Cependant, le document numérisé s’enrichit d’informations supplémentaires jusqu’ici non connues sur les œuvres originales. Les métadonnées nous donnent des informations supplémentaires sur l’œuvre : son ou ses auteur(s), sa date de publication, son format, le nombre de modifications que le document a connu… Ses informations non visibles sur un document original constituent ce que Roger T. Pédauque nomme la redocumentarisation29.

*

32La publication en ligne du patrimoine numérisé présente des atouts indéniables à la diffusion du patrimoine. Elle apporte un nouvel élan et un sens nouveau au patrimoine enrichi de nouvelles significations. Une inversion s’installe. Les usagers qui se déplaçaient pour consulter le patrimoine peuvent maintenant depuis chez eux accéder directement aux œuvres et grâce au web 2.0 le faire circuler dans des blogs, des sites personnels, sur des pages Facebook, des comptes Twitter, Pinterest, Instagram, etc. Le patrimoine devrait toucher davantage d’internautes. Par conséquent, la communication s’améliore et monte en puissance. Cette présentation dématérialisée valorise le patrimoine et répond mieux aux exigences de curiosité, d’intérêt et de recherche le concernant. Elle facilite l’accès et la compréhension des savoirs en devenant un outil de recherche au service de tous. Enfin grâce aux caractéristiques du numérique, il est possible d’exploiter davantage l’information du patrimoine grâce à ses capacités de recoupement et de traitement que ce soit du point de vue des professionnels ou celui des amateurs.

33Néanmoins, le patrimoine numérisé présente des limites. Numériser le patrimoine, c’est le dématérialiser. Or, une œuvre numérisée n’est plus une œuvre puisqu’elle est une copie imparfaite. Elle se dépossède de la matière. Le numérique n’est qu’un facteur d’accentuation. De plus, la circulation du patrimoine numérisé sur internet peut lui faire perdre les informations concernant sa provenance, lui ôtant ainsi toute valeur. Ensuite cette mise en circulation du patrimoine peut le conduire vers des usages transformatifs. La dématérialisation peut outrepasser la simple reproduction d’œuvres et conduire vers la création de nouveaux objets, qui s’affranchissent de la matière. C’est ainsi que dans Numelyo une rubrique « s’amuser » invite l’usager à copier, diffuser, transformer voire créer badges, marque-pages, cartes postales, gifs et coloriages30.

  • 31 Ministère de la Culture et de la Communication, Ouverture et partage des données publiques du sect (...)
  • 32 Laura Le Coz, Patrimoine numérisé et Open Content : quelle place pour le domaine public dans les b (...)

34Dans un contexte de politique des usages du numérique où l’on souhaite passer d’une politique de l’accès aux données à une politique de réutilisation des données31, de nouveaux enjeux attendent le patrimoine culturel. Bien que le paysage des bibliothèques françaises soit hétérogène, pour l’instant, vis-à-vis de la réutilisation du patrimoine des bibliothèques numériques32, certaines bibliothèques numériques obéissent à une logique d’ouverture, et permettent voire encouragent les réutilisations de leurs contenus comme nous avons pu le voir à travers l’exemple de la BIU Santé qui a adopté la licence ouverte.

Notes

1 [En ligne] < http://www.numerique.culture.fr >.

2 Cécile Tardy et Vera Dodebei (dir.), Mémoire et nouveaux patrimoines, Marseille, OpenEdition Press, 2015 (coll. Brésil - France, Brasil – França ; 1).

3 Thierry Claerr et Isabelle Westeel (dir.), Numériser et mettre en ligne, Villeurbanne, Presses de l’Enssib (coll. La Boîte à outils ; 19), 2010.

4 Yves Jeanneret, Penser la trivialité, vol. 1 : la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008 (coll. Communication, médiation et construits sociaux).

5 Emmanuelle Chevry, Stratégies numériques : numérisation et exploitation du patrimoine écrit et iconographique, Paris, Hermès-Lavoisier, 2011 (coll. Traitement de l'information) ; Emmanuelle Chevry Pébayle, (dir.), dossier « Valorisation des corpus numérisés », Les cahiers du numérique. Paris, Hermès-Lavoisier, 2012 ; Emmanuelle Chevry Pébayle et Simona De Iulio, « Les collections d’affiches publicitaires numérisées : entre construction de l’offre et appropriations », Les enjeux de l’information et de la communication, 2015, n° 16/2, p. 41-52. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2015-2-page-41.htm# >.

6 [En ligne] < http://gallica.bnf.fr >. Chiffre relevé le 3 mars 2018.

7 [En ligne] < http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/index.php >. Chiffre relevé le 3 mars 2018.

8 [En ligne] < http://numelyo.bm-lyon.fr >.

9 Entretien n° 1 du 25 janvier 2018 avec le chargé de mission web de la BIU Santé ; entretien n° 2 du 2 février 2018 avec la coordinatrice générale de la médiation numérique de Gallica au sein du département de la coopération.

10 Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles : les archives en ligne ont-elles un sens ? Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2014 (coll. Parcours numériques ; 3).

11 [En ligne] < https://savoirsdhistoire.wordpress.com/page/2/ >.

12 [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9798543z/f2.item.r=.zoom >.

13 BnF, Direction des services et des réseaux, département de la Coopération, Enquête sur la numérisation de la presse ancienne locale et régionale. Rapport de synthèse, 2014. [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/enquete_num_presse2014.pdf >. Voir aussi la contribution de Claire Haquet : « Numériser et exploiter les objets du quotidien : les journaux locaux en Meurthe-et-Moselle », p. XX.

14 Bruno Bachimont, Patrimoine et numérique : technique et politique de la mémoire, Bry-sur-Marne, INA, 2017 (coll. Médias et humanités).

15 Emmanuelle Chevry Pébayle et Simona De Iulio, op. cit., p. 46.

16 BnF, op. cit., p. 17.

17 [En ligne] < http://www.rotomagus.fr/rotomagus/?mode=desktop >.

18 Emmanuelle Chevry (dir.), Les droits de reproduction dans les bibliothèques, les archives et les musées : actes de la journée d'études à la Médiathèque de l'agglomération troyenne 18 novembre 2004, Reims, Centre de recherche sur la transmission des modèles littéraires et esthétiques, 2005.

19 Gallica et moi : Alain Rey. [En ligne] < https://www.youtube.com/watch?v=Ffjd6ezeykc >.

20 BnF, op. cit., p. 19.

21 [En ligne] < https://www.youtube.com/playlist?list=PLtRFEzn7EZGJiJlv7YQtyrKmMTGMin6xn >.

22 Pauline Moirez, « Bibliothèques, crowdsourcing, métadonnées sociales », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n° 5, p. 32-36. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-05-0032-007 >.

23 [En ligne] < http://www.racontemoilhistoire.com >.

24 [En ligne] < https://savoirsdhistoire.wordpress.com/page/2/ >.

25 Dans le cadre de la politique du gouvernement en faveur de l’ouverture des données publiques (Open Data), Etalab a conçu la « Licence Ouverte / Open Licence », qui facilite et encourage la réutilisation des données publiques mises à disposition gratuitement.

26 Association agréée par le ministère de l’Éducation nationale, elle vise à promouvoir le libre partage de la connaissance.

27 Médiathèque multilingue en ligne lancée en 2004, Wikimedia Commons vise à proposer un répertoire central de contenus libres (images, sons, vidéos, textes audio, etc.) pouvant être facilement utilisés par tous les projets Wikimedia.

28 Bruno Bachimont, op. cit., p. 8.

29 Roger T. Pédauque, La redocumentarisation du monde, Paris, Éditions Cépadues, 2007 ; Jean-Michel Salaün, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l'information », Études de communication, 2007, n° 30, p. 13-23. [En ligne] < https://journals.openedition.org/edc/428 >.

30 [En ligne] < http://numelyo.bm-lyon.fr/diy.php >.

31 Ministère de la Culture et de la Communication, Ouverture et partage des données publiques du secteur culturel pour une (r)évolution numérique dans le secteur culturel, Rapport réalisé par le département des Programmes numériques du Secrétariat général, 2013.

32 Laura Le Coz, Patrimoine numérisé et Open Content : quelle place pour le domaine public dans les bibliothèques numériques patrimoniales ?, mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Sylvain Machefert : Villeurbanne, Enssib, 2017.

Auteur

Université de Strasbourg, université de Haute-Alsace, université de Lorraine, LISEC EA 2310

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site