Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Usages sociaux

Chapitre 11. Transmettre les « Trésors »

De la stratégie de valorisation à la naissance du bien culturel

Anne Réach-Ngô

Texte intégral

1L’image du trésor joue un rôle essentiel dans bon nombre d’expositions de livres précieux, qui s’attachent, dans leurs catalogues, à faire de cette présentation le lieu d’un événement, au sens culturel, esthétique, voire quasi religieux du terme. À cet égard, citons le discours d’ouverture du maire de Clermont-Ferrand reproduit dans le catalogue Trésors et merveilles de Clermont-Ferrand, paru en 1999 :

  • 1 Trésors & merveilles. Bibliothèque municipale et interuniversitaire, Clermont-Ferrand, 15 octobre 1 (...)

Qu’est-ce qu’un trésor ? Le mot émerveille. Il évoque la valeur, la rareté, la préciosité et la sauvegarde vigilante. La bibliothèque municipale et interuniversitaire possède de nombreuses pièces classées “trésors” qui ont été acquises au fil du temps et soigneusement conservées par son département “patrimoine”. […] En sortant de l’ombre une sélection de ses plus belles pièces, la bibliothèque offre aux regards de tous les curieux un aperçu substantiel de cette magnifique collection publique. […] Les collections patrimoniales constituent la partie la plus précieuse d’un fonds riche d’un million de documents. Bien entendu, les pièces exposées n’en constituent qu’une infime partie, caractéristique de sa diversité et de sa richesse. Le dévoilement partiel d’un tel patrimoine constitue un événement1.

2Ce discours d’escorte exploite au mieux les dénotations et connotations du titre de l’exposition, « Trésors et merveilles », pour valoriser l’objet exposé – les pièces les plus intéressantes du fonds concerné – et attiser la curiosité du visiteur et/ou du lecteur du catalogue. Il s’agit de convoquer un imaginaire du trésor (« le mot émerveille ») qui tient autant à la réalité de l’objet présenté (« cette magnifique collection publique ») qu’à la sélection et à l’évaluation qui ont été opérées (les pièces ont été « classées “trésors” », relevant d’une reconnaissance institutionnelle). Il s’agit également de privilégier un public (« tous les curieux ») en consacrant un temps et un protocole spécifiques à un tel accès, présenté comme une autorisation exceptionnelle, un « dévoilement partiel » (« en sortant de l’ombre une sélection de ses plus belles pièces »).

  • 2 Lucas Burkart (dir.) et al., Le trésor au Moyen Âge : discours, pratiques et objets, Florence, Sis (...)
  • 3 Voir le programme des journées d’étude organisées par Marianne Besseyre et Philippe Cordez, « Char (...)

3Un tel procédé de valorisation, qui use de la métaphore filée du trésor, n’a rien d’original. Bien au contraire, fort nombreuses sont les expositions de livres, manuscrits, imprimés et autres témoins écrits, à affirmer présenter un ensemble de pièces que l’on peut qualifier de « Trésor ». Selon les auteurs de l’étude intitulée Le trésor au Moyen Âge, la notion de trésor constitue aujourd’hui « une sorte d’évidence culturelle », un « concept nomade »2 que l’on ne peut définir qu’en le rattachant à d’autres notions telles que le « bien commun », la « collection » ou encore le « capital ». Dans un autre article consacré aux trésors carolingiens, Marianne Besseyre et Philippe Cordez évoquent la multiplicité des expositions qui voient le jour aujourd’hui sous le titre de « Trésors » et soulignent la difficulté à « distinguer le souhait publicitaire d’une institution se profilant en maîtresse généreuse d’objets singuliers, et l’histoire riche et complexe de la notion de thesaurus, effectivement liée à ces objets »3. Selon eux, les objets historiques que constituent les « Trésors » donnent lieu à une forme d’« instrumentalis[ation] du désir » propre à la valorisation patrimoniale, le terme même de « trésor » renvoyant à « une image rhétorique projetée sur des objets ».

4C’est à cette étiquette de « trésor » que l’on s’intéressera ici afin de déterminer comment elle concourt à intégrer les collections de livres présentées lors d’expositions, au sein d’une représentation collective du bien patrimonial, considéré comme un trésor à offrir au public, valoriser et transmettre collectivement à la postérité. En confrontant la réalité socio-historique des Trésors, notamment au Moyen Âge et à la Renaissance, à l’objet muséographique auxquels ils donnent lieu aujourd’hui, il s’agira d’interroger la signification d’une telle appellation. Dans le cas plus spécifique du patrimoine écrit, on examinera comment une telle désignation contribue à la valorisation, clairement idéologique, d’un bien culturel dont la légitimité doit encore être affirmée, voire défendue.

Réalité socio-historique du « Trésor » dans l’Antiquité et au Moyen Âge

5Avant de désigner un objet muséographique, le terme de « trésor » renvoie à une réalité socio-historique qui, depuis l’Antiquité, répond à des nécessités économiques et politiques. Sa transmission de génération en génération dépend de dispositifs de conservation qui relèvent d’individus et d’institutions bien déterminés, susceptibles d’en exploiter le pouvoir, au nom de la collectivité ou pour eux-mêmes.

  • 4 Pour les différentes significations du terme de trésor et les réalités socio-historiques auxquelle (...)

6C’est le cas du trésor d’église, né du souci d’associer à la consécration de lieux de culte un ensemble d’objets destinés à en assurer le service, du trésor royal, né de la volonté de constituer un capital économique susceptible d’être remobilisé en cas de besoins financiers, mais également des trésors de particuliers que sont les réserves monétaires, qui ont pu être enfouies notamment pour échapper à diverses formes de pillages, que l’on retrouve des siècles plus tard, et que l’on qualifie alors de « trouvaille » ou de « trésor archéologique »4.

7La diversité des objets réunis sous cette désignation témoigne des manifestations concrètes que peut prendre l’expression de la valeur dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Il s’agit d’objets composés de matériaux précieux, à commencer par les pièces de monnaies, mais aussi tous les objets tels la vaisselle, les bijoux, les objets ornementaux en or ou argent, sertis de joyaux, les tissus précieux, etc. Ces objets sont le fruit d’un processus artisanal de production, qui a nécessité un travail d’une extrême finesse. Ils peuvent tirer leur valeur aussi bien de l’abondance qui caractérise leur rassemblement que de leur rareté. Cela est particulièrement valable dans le cas des reliques, qui constituent la pièce maîtresse des trésors d’église et cumulent une valeur symbolique – religieuse – mais aussi pécuniaire, puisque ces biens font l’objet d’un véritable marché au Moyen Âge. La valeur de ces trésors tient à la fois de leurs qualités propres et de leur histoire, le processus de constitution du trésor nécessitant une transmission intergénérationnelle ainsi qu’un enrichissement progressif au cours d’une longue période.

8Par métonymie, le terme désigne également le lieu où ces objets sont conservés, espace protégé, sacré dans le cas du trésor d’église comme dans celui du trésor royal, dont l’accès est fortement réglementé. En effet, la préservation du trésor présuppose son occultation au plus grand nombre, non seulement parce que sa possession suscite des convoitises, mais aussi parce que ses usages (le service religieux, l’ostentation des richesses royales lors de visites diplomatiques) sont réservés à des circonstances particulières à destination de spectateurs choisis. Lorsque ces objets sont exposés, ce n’est pas tant la qualité artistique de ces objets qui prévaut, mais bien davantage leur valeur symbolique, c’est-à-dire leur capacité à rendre ostensible la puissance de leurs possesseurs (le Dieu des chrétiens, le roi ou le seigneur qui en détient la propriété). Les usages du trésor (son ostentation comme son occultation) concourent à lui ajouter comme trait définitoire la sacralité, c’est-à-dire la capacité à susciter un respect à la fois individuel et collectif à l’égard de biens qui sont sortis du réseau habituel de circulation des objets précieux.

  • 5 Éric Palazzo, Le Moyen Âge : des origines au XIIIe siècle, Paris, Beauchesne, 1993 (coll. Histoire (...)
  • 6 Marie-Hélène Tesnière, « La littérature autour de 1300 dans la librairie du Louvre : recherches », (...)
  • 7 Yann Potin, La mise en archives du trésor des chartes XIIIe-XIXe siècle, thèse pour le diplôme d’a (...)

9Les études consacrées à la définition du « Trésor » au Moyen Âge s’en tiennent à ces objets socio-historiques et négligent le plus souvent un autre bien culturel qui naît pourtant à la même époque et emprunte un certain nombre de traits à la réalité économique et politique du trésor : le livre. Certes, parmi les objets du culte se trouvent bien conservés dans la sacristie des livres liturgiques5, de même que les livres font l’objet de vastes collections mises en valeur dans des bibliothèques princières6, jouant un rôle considérable dans les relations de pouvoir comme un objet d’ostentation ou d’échange, de dons et de contre-dons. De même, des objets écrits comme les chartes7, conservées dans le trésor royal, ou les inventaires du trésor d’église souvent inscrits à l’intérieur même des livres liturgiques, témoignent de la prégnance du geste d’inscription dans la constitution des différents types de trésor. Mais il ne semble pas exister de lieux spécifiques consacrés à la conservation des livres qui portent explicitement le nom de « trésor » en France, si ce n’est l’objet même qui se prête sans doute le mieux à l’expression métaphorique de la valeur, en une relation étroite entre le contenant et le contenu, à savoir le livre.

  • 8 Mary J. Carruthers, The book of memory: A study of memory in medieval culture, Cambridge, Cambridg (...)
  • 9 Sur cette question, on retient toutefois la précieuse étude de Brigitte Roux, Mondes en miniatures (...)

10Les diverses études consacrées au Trésor n’ont pas relevé que, dès l’Antiquité et tout au long du Moyen Âge, le terme de trésor désigne aussi une réalité intellectuelle, catégorie rhétorique comme la mémoire, dès Cicéron8, ou catégorie épistémologique dont le Tresor de Brunetto Latini semble être le précurseur9. Le lien a davantage été mis en valeur avec le Thesaurus latin, sans que soit prise en compte l’évolution qui se produit du Thesaurus au Trésor tel qu’il apparaît en langue française dès le XIIe siècle. Le premier à utiliser un tel terme en français pour désigner un ouvrage dont l’ambition encyclopédique est manifeste, Brunetto Latini, est italien. Célèbre précepteur de Dante, il rédige son Trésor en langue française alors qu’il est en exil en France, mais on peut supposer qu’il est influencé dans le choix de son titre par la tradition italienne, où le lien entre la bibliothèque et le Trésor est beaucoup plus fort qu’en France. Dans le prologue de cet ouvrage, l’ensemble des connaissances assemblées est défini comme un « trésor », et sa portée politique rappelée, au même titre que les autres facultés nécessaires au bon gouvernement du royaume :

  • 10 Francis J. Carmody (éd.), Li livres dou tresor, réimpr. de l’éd. de Berkeley [u.a.], 1948, Genève, (...)

Cis livres est apielés tresors. Car si come li sires ki vuet en petit lieu amasser cose de grandisme vaillance, non pas pour son dedit solement, mes pour acroistre son pooir et pour aseurer son estat en guerre et en pais, i met les plus chieres choses et les plus precieus joiaus k’il puet selonc sa bonne entencion ; tout autresi est li cors de cest livre compilés de sapience, si come celui ki est estrais de tous les membres de philosophie en une sonme briement10.

11D’autres ouvrages rédigés entre le XIIIe et le XVe siècle attestent en langue française un emploi métaphorique du terme de « trésor » comme réserve de connaissances, voire comme bibliothèque des savoirs et des valeurs. Ainsi, l’entreprise encyclopédique, même si elle se cantonne à des ouvrages spécialisés, adopte le terme de « trésor » pour qualifier des sommes de connaissances, médicales dans le cas du Trésor des pauvres ou du Trésor de chirurgie, philosophique dans le cas du Trésor de Sidrac, ou encore plus techniques, comme dans le Trésor de vénerie qui expose notamment les sons à produire avec un cor lors de ce loisir noble qu’est la chasse.

12Ainsi, si au Moyen Âge, la bibliothèque princière ou l’espace de la sacristie dédié à la conservation des livres ne sont pas explicitement qualifiés de « trésor », du moins en France, l’espace symbolique du livre comme réceptacle de savoirs, mode de conservation et lieu d’élection de la valeur s’exprime dans les choix titulaires de divers ouvrages qui couvrent tous les domaines de connaissance.

Les T(h)resors de la Renaissance, une entreprise de vulgarisation à visée publicitaire11

  • 11 Lorsque l’on parle du livre du XVIsiècle intitulé « Trésor », on écrira le titre sous la forme « (...)
  • 12 Nous nous permettons de renvoyer au projet de recherches Thresors de la Renaissance, site que nous (...)
  • 13 Anne Réach-Ngô, « De la catégorisation bibliothéconomique du livre à la genèse éditoriale de l’œuv (...)

13Plus encore, à la Renaissance, le titre de T(h)resor semble acquérir la fonction d’une étiquette titulaire, non étudiée jusqu’à ce jour12. On identifie une véritable vogue éditoriale des T(h)resors avec plus d’une centaine d’ouvrages qui portent ce titre entre 1475 et 1630, soit plus de 450 éditions13. Le développement de ce type d’ouvrages est lié au renouvellement de la conception de la collection au XVIe siècle, entreprise plus individuelle que rend manifeste la naissance des cabinets de curiosités dans lesquels on a pu voir un ancêtre du musée. L’objet-livre intitulé T(h)resor témoigne d’une redéfinition de la thésaurisation des écrits, non plus sur le mode de la préservation et de la sauvegarde, mais sur le mode de la distribution et de la mise en usage.

14La conception du livre qui préside à l’élaboration d’un tel produit éditorial est avant tout commerciale, suivant la célèbre formule d’Henri-Jean Martin, « le livre, cette marchandise ». Acquérir un livre, c’est faire un investissement et désirer en retour en tirer profit. Le T(h)resor désigne ainsi un produit éditorial qui se caractérise d’abord, aux dires des imprimeurs-libraires, par sa rentabilité. Son ambition affichée dans les péritextes est le plus souvent de réunir en un unique volume (et donc pour une modeste somme) un vaste ensemble de savoirs et d’écrits accumulés au cours du temps. Les divers procédés de compilation mis en œuvre pour composer ces ouvrages s’apparentent dès lors d’une manière métaphorique à la constitution d’un trésor. Il s’agit d’accumuler des écrits, de les sélectionner et de les évaluer afin de n’en conserver que la quintessence, puis d’affirmer ostensiblement la valeur des biens rassemblés en les consacrant sous la forme d’un objet, le livre, qui les réunit en un unique réceptacle (ill. 1).

Illustration 1. Page de titre du Thresor admirable, de la sentence prononcée par Ponce Pilate, contre Nostre Sauveur Jesus-Christ, Paris, Guillaume Julien, 1580

Illustration 1. Page de titre du Thresor admirable, de la sentence prononcée par Ponce Pilate, contre Nostre Sauveur Jesus-Christ, Paris, Guillaume Julien, 1580

Sur la page de titre, se trouve représenté un coffre qui évoque la conservation des écrits sacrés, en écho au titre de l’ouvrage.

Source : Exemplaire de la British Library, cote : C.99.b.49, photographie de l’auteur.

15Mais les péritextes de ces ouvrages affirment également des objectifs qui renouvellent la conception traditionnelle du trésor telle qu’elle se manifestait à travers les réalités socio-historiques ainsi désignées. Les livres intitulés T(h)resor veulent transmettre aux lecteurs un matériau écrit qui ne leur était pas toujours accessible, ce dont témoigne le choix de la langue vernaculaire. Les compilateurs se donnent également pour finalité d’être utiles au lecteur, en produisant de petits traités réunissant des remèdes de médecine, des modèles de lettres, des prières, méditations et autres écrits servant à guider les pratiques de dévotion quotidienne. Le livre-trésor se doit ainsi d’être accessible au plus grand nombre et maniable, synthétisant des bibliothèques entières. Il met en exergue l’opposition entre deux définitions de la valeur, celle, infinie, des vertus et profits contenus dans ces ouvrages, et celle, modeste, du prix de ces éditions, généralement d’une qualité très relative, de petit format et rarement illustrées. Le T(h)resor tel que les milieux éditoriaux le conçoivent n’est donc plus un bien occulté, mais présenté au public, remis en circulation par les diverses manipulations textuelles que connaissent les textes-sources, et mis en partage.

16Malgré cette réorientation définitoire, la rhétorique publicitaire employée pour présenter ces livres prend appui sur des références historiques (le trésor royal, par exemple, dans le Tresor de Brunetto Latini) qui leur confèrent une certaine authenticité et en garantissent la valeur. Les métaphores chrétiennes (« trésor divin », « trésor de sapience »), et notamment la parabole du trésor enfoui dans les champs ou la parabole des talents, sont souvent convoquées dans les péritextes pour justifier l’acte de publication, présenté comme une « mise en lumière ». Publier consiste à rendre accessible des trésors écrits dont l’occultation auprès d’un large public constituerait un péché.

  • 14 Voir la note 15 pour les graphies de l’édition citée.
  • 15 Anne Réach-Ngô, « Le Trésor des bons esprits françois, Promotion de ou promotion sur la culture im (...)
  • 16 Olivier Guyotjeannin et Yann Potin, « La fabrique de la perpétuité : le trésor des chartes et les (...)

17Cette mise en partage se manifeste aussi dans le souci d’inventorier pour un large public, comme un outil mis à disposition, des écrits dont la connaissance était jusque-là réservée à une élite. C’est cette volonté que traduisent les premières Bibliothèques imprimées, comme celle de La Croix du Maine et du Verdier, mais également bien moins connu mais tout aussi intéressant, le Trésor des bons esprits français14 qui paraît à la fin du XVIe siècle15. Visant à établir un état des lieux des œuvres dignes d’être conservées, qu’elles soient seulement mentionnées, citées ou commentées, l’entreprise de constitution des T(h)resors relève ainsi de la démarche première de l’archivage, qui consiste en un geste de collection et de rassemblement, pour soi ou pour autrui. Rappelons qu’étaient déjà désignées sous l’appellation de « Trésor des chartes » les premières archives nationales fondées par Philippe Auguste au XIIe siècle16. Publier un T(h)resor, suivant la métaphore filée du contenant et du contenu, proche de celle de l’arca, à la fois coffre et mémoire, consiste ainsi pour l’auteur, le traducteur ou le compilateur, à mettre au jour ses propres archives. La pratique de l’archivage s’accompagne d’une réévaluation, voire d’une restauration des écrits passés, à destination de nouveaux publics.

  • 17 Anne Réach-Ngô, « Les Trésors de la Renaissance ou l’élaboration d’une pensée du patrimoine », in (...)
  • 18 André Chastel, « La notion de patrimoine », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2 : la (...)
  • 19 Ibid.

18Dans tous les cas, le geste de publication traduit l’intention de constituer puis de transmettre un héritage, en faisant des écrits l’objet d’un legs des auteurs du passé17. Comme le rappelle André Chastel, « le terme romain de patrimonium concerne une légitimité familiale qu’entretient l’héritage ; il explicite une relation particulière entre le groupe juridiquement défini et certains biens matériels tout à fait concrets : un espace, un trésor, ou moins encore »18. Les T(h)resors imprimés se présentent comme l’un de ces objets fédérateurs qui fondent la communauté. Ils assurent les trois fonctions du bien patrimonial : la commémoration (reconnaître la nature passée de ces écrits), la consécration (affirmer leur valeur) et la recréation (leur donner une nouvelle actualité). Mais en tant que « lieu de mémoire »19, réceptacle favorisant la mise à disposition d’un héritage en partage, les T(h)resors affirment dans le même temps que ce sont aussi les usages, voire les usagers, qui assurent leur reconnaissance et leur succès. L’acte de transmission de ces écrits et l’appel à l’attention des publics constituent le principal moteur de leur succès (ill. 2).

Illustration 2. Page de titre du Thresor du remede preservatif, et guerison (bien experimentée) de la Peste, et fievre pestilentialle, Anvers, Michel L’Empereur, 1531

Illustration 2. Page de titre du Thresor du remede preservatif, et guerison (bien experimentée) de la Peste, et fievre pestilentialle, Anvers, Michel L’Empereur, 1531

La page de titre comprend un quatrain publicitaire qui met en valeur la rentabilité d’un tel achat : « Au Lecteur. / Tu ne me peulx trop acheter / Ne trop garder ny estimer / Sy tu ne veulx moy proufiter / Lis moy donc sans y rien laisser. »

Source : Exemplaire conservé à la BnF, cote : RES 4-TE30-20. [En ligne] < gallica.bnf.fr >. Bibliothèque nationale de France.

Les Trésors aujourd’hui, un procédé rhétorique de valorisation patrimoniale

19Qu’en est-il aujourd’hui des stratégies de valorisation des « Trésors » du passé ? Quelles réalités le terme désigne-t-il et quelle représentation renvoie-t-il, lors des expositions de livres, de la transmission du patrimoine écrit ?

20Depuis 1993, le statut de « trésor national » relève d’une certification de la part du ministère de la Culture20. L’expression désigne les « biens culturels qui, présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national au point de vue de l’histoire, de l’art ou de l’archéologie, ont fait l’objet d’un refus temporaire de sortie du territoire »21. La notion de « trésor » constitue ainsi une appellation institutionnelle qui engage un traitement spécifique de l’objet, tant du point de vue de sa conservation que de son exposition à des publics. L’emploi du terme « trésor » traduit le statut exceptionnel du bien inventorié et la nécessité pour l’État d’assurer son maintien sur le territoire français comme partie intégrante de l’identité nationale. En cela, il en vient à incarner le bien patrimonial par excellence, doté d’une aura sacrée qui contribue sans doute aujourd’hui à la remotivation du terme de « trésor » pour désigner un ensemble de valeurs culturelles qui se doivent de faire l’unanimité auprès des publics.

  • 22 Theodor Graesse, Trésor de livres rares et précieux ou Nouveau dictionnaire bibliographique, Dresd (...)
  • 23 Les trésors des bibliothèques de France : manuscrits, incunables, livres rares, dessins, estampes, (...)

21En ce qui concerne le patrimoine écrit, la tradition qui associe le terme de trésor aux fonds des bibliothèques patrimoniales en France est fort ancienne. Certains ouvrages, bibliographies et catalogues ont concouru à l’assimiler à la conservation des livres rares et précieux, comme l’indique l’ouvrage de Théodore Graesse intitulé Trésor des livres rares et précieux ou Nouveau Dictionnaire bibliographique, dont la première édition date de 185922. L’objectif de cet outil est de rassembler des données bibliographiques concernant « plus de cent mille notices de livres curieux, rares et recherchés, d’ouvrages de luxe ». De même, la collection des « Trésors des bibliothèques de France », qui donne un aperçu des singularités des fonds français par lieux de conservation, naît en 1925 et sert toujours de référence aujourd’hui23. C’est aussi le terme de « Trésor » qui est employé dans les grandes entreprises de catalogage et de présentation au public des collections de la BnF tout au long des années 1950 et 1960.

  • 24 Les expositions de la BnF, notamment, portent régulièrement ce titre : Trésors de la Bibliothèque (...)

22À partir des années 1970, de nombreuses expositions voient le jour en France, à Paris et en province, sous le titre de « Trésors de la bibliothèque de » suivi du lieu de conservation des livres exposés24. Le terme de « trésor », selon un tel emploi, signifie « collection ». Sélectionner des livres issus des fonds d’une bibliothèque pour les exposer au public consiste à montrer des « trésors ». Le geste de valorisation se situe alors dans la sélection et l’organisation des objets, tout comme le faisaient les compilateurs d’écrits anciens qui piochaient dans le vaste réservoir des livres à disposition pour en proposer des sommes qu’on pourrait qualifier de best of. Les expositions constituent de nos jours une occasion de « révéler », suivant une expression que l’on retrouve fréquemment dans les catalogues de ces expositions, la véritable valeur des biens détenus par les institutions qui en ont la charge.

23Ces expositions sont révélatrices d’une conception nouvelle de la culture en France qui s’est développée avec la naissance d’un ministère des Affaires culturelles confié à André Malraux en 1959. Elles viennent rappeler que les collections publiques, loin d’être enfermées dans des lieux de conservation qui les réservaient à une élite, sont mises à disposition du grand public, éclairées d’une évaluation préalable et de discours d’escorte qui visent à en souligner l’intérêt et la représentativité historique. Aussi topiques qu’ils soient, les qualificatifs « les plus notables », « les plus admirables », « les plus excellents écrits de ce temps » inscrits sur les pages de titre des T(h)resors de la Renaissance relevaient d’une même démarche. Dans les deux cas, il s’agit de mettre en avant une étiquette promotionnelle susceptible d’attirer l’attention de nouveaux publics auxquels ces écrits à la Renaissance, puis ces livres anciens aujourd’hui, n’étaient pas destinés initialement.

  • 25 Des trésors au cœur du VIe arrondissement : la bibliothèque et les archives du Sénat, Paris, Mairi (...)

24Les stratégies de valorisation engagées peuvent alors exploiter le motif du trésor pour élaborer une certaine connivence avec le public, comme en témoigne le titre de l’exposition Des trésors au cœur du VIe arrondissement : la bibliothèque et les archives du Sénat (2013)25 où se trouve convoqué l’imaginaire collectif des trésors, hérité de la fiction et des légendes – la chasse au trésor, la découverte inattendue, la révélation de l’objet caché. C’est au public des curieux interpellés par les affiches de l’exposition de partir en quête de ces trésors, parfois présents dans leur propre quartier sans qu’ils en aient eu connaissance. En cela, on retrouve la stratégie des imprimeurs-libraires de la Renaissance qui faisaient déjà du motif du trésor un argument de vente en faveur d’un produit éditorial dont ils ont assuré le lancement puis le succès. En faisant de l’objet-livre un réceptacle digne d’accueillir un trésor, ils ont témoigné du souci, nouveau à la Renaissance, de mettre en partage les connaissances et écrits accumulés par un petit nombre. Les vastes entreprises de traduction des thesaurii latins, de condensation des bibliothèques savantes en de petits volumes facilement consultables, ou encore d’explicitation par diverses aides à la lecture d’ouvrages demeurés abscons au plus grand nombre relèvent d’un tel enjeu de divulgation.

25Tout comme les compilateurs du XVIe siècle présentaient dans leur préface le travail de collecte, de sélection et d’agencement des écrits rassemblés, les commissaires d’exposition introduisent les visiteurs puis les lecteurs dans la « fabrique du patrimoine », en mettant notamment l’accent sur l’histoire des collections. Chacune des pièces exposées est replacée dans une histoire qui met en valeur sa circulation, les usages qui ont pu être fait du livre, son intégration finale à un fonds. Autant que le bien lui-même, c’est alors le procédé de la patrimonialisation du bien, la manière dont celui-ci se charge progressivement d’une valeur symbolique, qui sont mis en avant. Dans le cas de l’exposition Impressions d’Europe: trésors de la BNUS entre France et Allemagne, en 200326, la situation géographique singulière de la ville de Strasbourg a été particulièrement mise en avant, faisant de l’objet exposé le lieu d’inscription d’une identité culturelle. Il en a été de même de l’exposition Trésors russes des bibliothèques strasbourgeoises, en 201227, qui servait aussi des desseins politiques. Ainsi, le maire de Strasbourg joue-t-il d’une définition littéraire du trésor empruntée à Gogol dans Les Âmes mortes : « Qu’importent les Trésors ! Plutôt qu’argent entasser, mieux vaut amis posséder », pour faire de l’exposition de 2012 le témoignage de la relation d’amitié entre Strasbourg et la Russie.

  • 28 De l’incunable au vidéodisque : trésors de la Bibliothèque municipale de Pau : catalogue de l’expo (...)
  • 29 Voir l’affiche, conservée à la BnF, de l’exposition consacrée en 2011 aux Manuscrits de la cathédr (...)

26Rassemblés pour l’occasion, recontextualisés et habillés d’une signification nouvelle qui tient à une intention scénographique cohérente, les trésors exposés se trouvent réinscrits au sein d’une actualité socio-culturelle afin de venir répondre aux interrogations de notre époque. Ils offrent des clés pour comprendre les temps présents. L’exposition de Pau De l’incunable au vidéodisque: trésors de la Bibliothèque municipale de Pau28, qui a eu lieu en 1993, invitait ainsi à voir dans les objets écrits exposés des témoins des diverses étapes qui ont jalonné l’histoire du patrimoine écrit, permettant de saisir, nourris du passé, les révolutions médiologiques en cours. La portée symbolique des objets rassemblés tient alors à leur valeur testimoniale et mémorielle. Les Trésors, dépositaires de l’autorité du passé, désignent des objets dont la valeur ne prête pas à discussion. Les anniversaires et plus largement les commémorations servent dès lors régulièrement de prétexte à ce type de manifestations29. La reconnaissance par le public, notamment à travers son admiration ou son émerveillement, de la valeur des biens rassemblés, fait ainsi écho au respect dû aux auctoritates, convoqués dans les péritextes des T(h)résors de la Renaissance (ill. 3).

Illustration 3. Page d’accueil du site de l’exposition « Trésors ! » organisée en 2014 par la Bibliothèque municipale de Lyon

Illustration 3. Page d’accueil du site de l’exposition « Trésors ! » organisée en 2014 par la Bibliothèque municipale de Lyon

La sélection et le montage d’extraits iconographiques issus d’objets patrimoniaux apparaissent comme une invitation à la réappropriation.

Source : < https://www.bm-lyon.fr/​expo/​14/​tresors/​index.html >.

  • 30 Trésors de l’écrit : 10 ans d’enrichissement du patrimoine écrit, Paris, Réunion des musées nation (...)

27Dans ces divers exemples, l’image du trésor sert à mettre en scène auprès du grand public la mission des institutions chargées de la conservation et de la valorisation des livres et manuscrits, en en faisant des « trésoriers » chargés de faire fructifier un tel patrimoine national. En témoignent certaines expositions qui visent à rendre compte des politiques d’acquisition comme Trésors de l’écrit : 10 ans d’enrichissement du patrimoine écrit30 qui s’est tenue à Paris en 1991. Ces politiques font de plus en plus souvent l’objet d’une médiatisation, visant à remobiliser les publics en les invitant à participer à des acquisitions par le biais d’appels à mécénat. L’émergence de telles pratiques participatives, grandement facilitées par le développement des médias sociaux, exploite le motif du trésor pour donner vie, le temps de l’acquisition, à une communauté de donateurs qui partagent alors avec l’institution, non pas la propriété de l’ouvrage, mais, bien plus essentielle, la responsabilité de la reconnaissance de son statut de bien collectif. La BnF est ainsi parvenue en 2012 à réunir la somme nécessaire à l’acquisition du Livre d’heures de Jeanne de France, manuscrit enluminé du XVe siècle, qui venait d’être classé Trésor national. La conservation dans une institution publique française de ce précieux ouvrage et sa valorisation par sa numérisation et sa mise en ligne sur le site Gallica ont été à l’occasion présentées comme des enjeux cruciaux de la politique culturelle française, s’inscrivant dans un riche passé dont il s’agissait d’assurer la survie dans un contexte de crise économique avéré.

  • 31 Voir la présentation de ces événements sur leurs sites respectifs : pour la BnF, de 2005 à 2012 : (...)

28Le développement d’une communication plus régulière entre les institutions et leurs publics, notamment par le biais des nouveaux médias, tels les sites, pages Facebook et comptes Twitter des institutions, a donné lieu à de nouveaux événements qui ont également recours au motif du trésor. Le terme apparaît comme un ressort efficace pour solliciter l’attention des publics de moins en moins disponibles face à l’afflux d’événements culturels de toutes sortes. Ainsi, la Bibliothèque Sainte-Geneviève (BSG), à Paris, tout comme la BnF, ou la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, mais également des bibliothèques moins importantes, comme la Bibliothèque de l’université et de la Société industrielle de Mulhouse, la Bibliothèque municipale de Mulhouse et les Archives de Mulhouse réunies autour de ce projet, organisent-elles ou ont-elles organisé des rencontres intitulées « Trésor du mois » qui visent à jeter un éclairage singulier sur une acquisition récente ou sur une pièce exceptionnelle de leur fonds31. La récurrence de ces manifestations contribue à fidéliser de nouveaux publics autour de ces biens patrimoniaux. Le Trésor exposé redevient ainsi un pôle structurant de la vie culturelle de la cité.

*

29La place accordée aux expositions de livres dans l’actualité des Trésors aujourd’hui rend bien compte du déplacement d’accent qui s’est produit au sein de la notion. Alors que les imprimeurs-libraires, en diffusant des T(h)resors, célébraient le développement possible, par le biais de l’imprimerie, d’une nouvelle forme de la culture en langue vernaculaire, les responsables des institutions culturelles semblent aujourd’hui vouloir affirmer l’intérêt et la nécessité de défendre l’existence d’un patrimoine culturel commun, mis en danger par le développement de la culture mainstream. La présentation de « Trésors » lors d’expositions invite les publics à reconnaître, plus qu’à interroger, l’élection de ce qui a de la valeur pour une société donnée. En cela, au-delà de la dimension marketing que comprend le recours à un tel artifice rhétorique, la visite du trésor retrouve une dimension quasi religieuse.

Notes

1 Trésors & merveilles. Bibliothèque municipale et interuniversitaire, Clermont-Ferrand, 15 octobre 1998-17 janvier 1999, préface de Serge Godard, maire de Clermont-Ferrand, p. 2.

2 Lucas Burkart (dir.) et al., Le trésor au Moyen Âge : discours, pratiques et objets, Florence, Sismel, Edizioni del Galluzzo, 2010 (coll. Micrologus' library ;32), p. 14. Voir également Lucas Burkart, Le trésor au Moyen Âge : questions et perspectives de recherche. Der Schatz im Mittelalter: Fragestellungen und Forschungsperspektiven, Neuchâtel, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, 2005 (coll. L'Atelier de Thesis ;1).

3 Voir le programme des journées d’étude organisées par Marianne Besseyre et Philippe Cordez, « Charlemagne et les objets. Des thésaurisations carolingiennes aux constructions mémorielles », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 15 août 2008, n° 12, § 1[En ligne] < http://cem.revues.org/7432 >.

4 Pour les différentes significations du terme de trésor et les réalités socio-historiques auxquelles il renvoie, voir Annick Guerreau-Jalabert et Bruno Bon, « Le Trésor au Moyen Âge : étude lexicale », in Le trésor au Moyen Âge : discours, pratiques et objets, op. cit., p. 11‑31. Pour une étude des principaux types de « trésors » au Moyen Âge, voir notamment Philippe George, « Définition et fonction d’un trésor d’église », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 15 août 2005, no 9. [En ligne] < http://cem.revues.org/719 > ; Yann Potin, « Entre trésor sacré et vaisselle du prince », Hypothèses, 2008, vol. 7, n° 1, p. 45‑56 ; Philippe Henwood, Les collections du trésor royal sous le règne de Charles VI (1380-1422) : l'inventaire de 1400, Paris, CTHS, 2004 (coll. CTHS-Histoire ; 18) ; Les trésors de sanctuaires de l’Antiquité à l’époque romane. Communications présentées au Centre de recherches sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Nanterre, Centre de recherches sur l'Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, 1996 (coll. Cahier ; VII).

5 Éric Palazzo, Le Moyen Âge : des origines au XIIIe siècle, Paris, Beauchesne, 1993 (coll. Histoire des livres liturgiques) et « Le livre dans les trésors du Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la memoria médiévale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1997, vol. 52, n° 1, p. 93‑118 ; Marie Michel, La place du livre dans la société médiévale : le livre trésor. Étude à travers l’exemple du Livre de Kells, mémoire de Master, sous la direction de Dominique Rigaux : université de Grenoble-Alpes, 2009. [En ligne] < https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00406915 >, évoque cet enjeu mais son objectif n’est pas d’étudier ce que recouvre la notion de « livre-trésor ».

6 Marie-Hélène Tesnière, « La littérature autour de 1300 dans la librairie du Louvre : recherches », in Hélène Bellon-Méguelle (dir.) et al., La moisson des lettres : l’invention littéraire autour de 1300, Turnhout, Brepols, 2011 (coll. Texte, codex & contexte ; 12), p. 49‑80.

7 Yann Potin, La mise en archives du trésor des chartes XIIIe-XIXe siècle, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, École nationale des chartes, 2006.

8 Mary J. Carruthers, The book of memory: A study of memory in medieval culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p 33-43.

9 Sur cette question, on retient toutefois la précieuse étude de Brigitte Roux, Mondes en miniatures : l’iconographie du Livre du trésor de Brunetto Latini, Genève, Librairie Droz, 2009 (coll. Matériaux pour l'histoire ; 8).

10 Francis J. Carmody (éd.), Li livres dou tresor, réimpr. de l’éd. de Berkeley [u.a.], 1948, Genève, Slatkine Reprints, 1998, p. 6.

11 Lorsque l’on parle du livre du XVIsiècle intitulé « Trésor », on écrira le titre sous la forme « T(h)resor » afin de rendre compte des deux graphies que l’on rencontre à l’époque. Alors qu’au Moyen Âge, les ouvrages manuscrits s’intitulent le plus souvent « Tresor », la lettre h apparaît progressivement dans les titres des ouvrages imprimés au XVIe siècle, sans doute pour rappeler le lien avec le thesaurus latin.

12 Nous nous permettons de renvoyer au projet de recherches Thresors de la Renaissance, site que nous sommes en train de réaliser en partenariat avec l’ITEM-CNRS. [En ligne] < https://eman.hypotheses.org/198 >. Voir Anne Réach-Ngô, « Le site des Thresors de la Renaissance, de la bibliothèque numérique du chercheur à la bibliothèque imaginaire de l’utilisateur », Réforme, Humanisme, Renaissance, 2019/1, n° 88, p. 149-179. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-reforme-humanisme-renaissance-2019-1-page-149.html# >.

13 Anne Réach-Ngô, « De la catégorisation bibliothéconomique du livre à la genèse éditoriale de l’œuvre : le cas des Trésors imprimés à la Renaissance », Seizième Siècle, 2014, n° 10, p. 211-224. [En ligne] < https://www.persee.fr/doc/xvi_1774-4466_2014_num_10_1_1101 >.

14 Voir la note 15 pour les graphies de l’édition citée.

15 Anne Réach-Ngô, « Le Trésor des bons esprits françois, Promotion de ou promotion sur la culture imprimée de la Renaissance ? », in Sylvie Ducas (dir.), Paroles de livres, Paris, Éditions Nicolas Malais, 2015, p. 25-39.

16 Olivier Guyotjeannin et Yann Potin, « La fabrique de la perpétuité : le trésor des chartes et les archives du royaume, XIIIe-XIXe siècles », Revue de synthèse. Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, 2004, 5e série, p. 15-44.

17 Anne Réach-Ngô, « Les Trésors de la Renaissance ou l’élaboration d’une pensée du patrimoine », in Michel Deshaies et al. (dir.), La Renaissance en Europe dans sa diversité, t. 3 : circulation des hommes, des idées et des biens, héritages, Nancy, université de Lorraine, 2014, p. 529-543.

18 André Chastel, « La notion de patrimoine », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2 : la Nation, le territoire, l’État, le patrimoine, Paris, Gallimard, 1986 (coll. Bibliothèque illustrée des histoires), p. 405.

19 Ibid.

20 Edmond Honorat, « Trésors nationaux et œuvres d’intérêt patrimonial majeur », La revue du Louvre et des musées de France, 2008, n° 2, p. 25-32.

21 [En ligne] < http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Musees/Les-collections/Tresors-nationaux >.

22 Theodor Graesse, Trésor de livres rares et précieux ou Nouveau dictionnaire bibliographique, Dresde, R. Kuntze, 1859-1869 ; Genève, Slatkine Reprints, 1993.

23 Les trésors des bibliothèques de France : manuscrits, incunables, livres rares, dessins, estampes, objets d’art, curiosités bibliographiques, Paris, G. Van Oest ; Les Éditions d'art et d'histoire, 1925-1942.

24 Les expositions de la BnF, notamment, portent régulièrement ce titre : Trésors de la Bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1980 ; Cent trésors de la Bibliothèque nationale, 1989 ; Trésors de la Bibliothèque nationale de France. Volume I : mémoires et merveilles, VIIIe-XVIIIe siècle, 1996 et Volume II : aventures et créations, XIXe et XXe siècles, 2001 ; Trésors de Byzance. Manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale de France, 2001 ; Le luxe dans l’Antiquité. Trésors de la Bibliothèque nationale de France, 2017 pour le Cabinet des Médailles. Les bibliothèques municipales ont également souvent recours à un tel titre. Citons à titre d’exemple, en 1972, l’événement intitulé Trésors de la Bibliothèque de Grenoble : exposition du deuxième centenaire de sa fondation ; Trésors de la Bibliothèque de Valenciennes en 1994, Trésors des bibliothèques de Colmar et de Sélestat en 1998, Trésors de la Bibliothèque de Bordeaux en 2014, pour ne citer que quelques expositions des dernières décennies.

25 Des trésors au cœur du VIe arrondissement : la bibliothèque et les archives du Sénat, Paris, Mairie du VIe arrondissement, 2013.

26 Impressions d'Europe : trésors de la BNUS entre France et Allemagne, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2003.

27 Trésors russes des bibliothèques strasbourgeoises, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2012.

28 De l’incunable au vidéodisque : trésors de la Bibliothèque municipale de Pau : catalogue de l’exposition, Pau, Bibliothèque municipale, 1993.

29 Voir l’affiche, conservée à la BnF, de l’exposition consacrée en 2011 aux Manuscrits de la cathédrale de Reims, trésors gothiques de la bibliothèque du Chapitre à l’occasion des 800 ans de la cathédrale qui précise : « la cathédrale a 800 ans ». Voir également l’exposition qui s’est tenue à Bordeaux, sous le titre Trésors mauriaciens de la Bibliothèque municipale de Bordeaux. Centenaire de la naissance de François Mauriac (11 octobre 1985), Bordeaux, Bibliothèque de Bordeaux, 1985.

30 Trésors de l’écrit : 10 ans d’enrichissement du patrimoine écrit, Paris, Réunion des musées nationaux, 1991.

31 Voir la présentation de ces événements sur leurs sites respectifs : pour la BnF, de 2005 à 2012 : < http://www.bnf.fr/fr/espace_decouverte/tresor_du_mois_archives/s.tresor_du_mois_2012.html > ; pour la BSG, < http://www.bsg.univ-paris3.fr/category/tresorbsg > ; pour la BNUS, entre 2011 et 2016 : < http://www.bnu.fr/collections/le-tresor-du-mois > ; pour la ville de Mulhouse, < http://www.pole-doc-fonderie.uha.fr/tresor-du-mois >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Page de titre du Thresor admirable, de la sentence prononcée par Ponce Pilate, contre Nostre Sauveur Jesus-Christ, Paris, Guillaume Julien, 1580
Légende Sur la page de titre, se trouve représenté un coffre qui évoque la conservation des écrits sacrés, en écho au titre de l’ouvrage.
Crédits Source : Exemplaire de la British Library, cote : C.99.b.49, photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Illustration 2. Page de titre du Thresor du remede preservatif, et guerison (bien experimentée) de la Peste, et fievre pestilentialle, Anvers, Michel L’Empereur, 1531
Légende La page de titre comprend un quatrain publicitaire qui met en valeur la rentabilité d’un tel achat : « Au Lecteur. / Tu ne me peulx trop acheter / Ne trop garder ny estimer / Sy tu ne veulx moy proufiter / Lis moy donc sans y rien laisser. »
Crédits Source : Exemplaire conservé à la BnF, cote : RES 4-TE30-20. [En ligne] < gallica.bnf.fr >. Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Illustration 3. Page d’accueil du site de l’exposition « Trésors ! » organisée en 2014 par la Bibliothèque municipale de Lyon
Légende La sélection et le montage d’extraits iconographiques issus d’objets patrimoniaux apparaissent comme une invitation à la réappropriation.
Crédits Source : < https://www.bm-lyon.fr/​expo/​14/​tresors/​index.html >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search