Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Acteurs

Chapitre 9. La patrimonialisation des livres scolaires

L’exemple de la Bibliothèque Diderot de Lyon

Claire Giordanengo

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de l’INRP et de sa bibliothèque, voir René Guillermoteau, Du Musée pédagogique à l’ (...)
  • 2 Christophe Pavlidès, « Bibliothèque de l’Institut national de recherche pédagogique », in Patrimoi (...)

1La Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) est une bibliothèque inter-établissement qui a pour tutelles l’Éole normale supérieure (ENS) de Lyon et les universités Lyon 2 et Lyon 3. Elle conserve des collections patrimoniales d’origines très diverses : le fonds slave des Jésuites, les collections anciennes littéraires de l’université de Lyon, mais également les collections patrimoniales de l’ancien Institut national de recherche pédagogique (INRP) – Centre national de documentation pédagogique (CNDP), les plus riches pour notre propos. Celles-ci sont les héritières des collections du Musée pédagogique et de la Bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, créés à Paris en 1879 par Ferdinand Buisson1. À ce titre, les fonds patrimoniaux de la BDL couvrent le domaine de l’éducation2, entendue en son sens le plus large : ils sont constitués par exemple d’une collection de 90 000 manuels scolaires, de livres offerts en prix, notamment au XIXe siècle, de méthodes pédagogiques, de statistiques sur l’enseignement, de revues scolaires… Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (CADIST) en éducation depuis 1991, pôle associé documentaire de la BnF depuis 1993, partenaire de Gallica notamment pour la numérisation des manuels scolaires, la BDL peut être considérée comme un exemple d’une certaine forme de patrimonialisation des livres scolaires.

  • 3 Pascal Dibie, Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde : Chichery, Bourgogne no (...)

2Pour le terme de patrimonialisation, je reprendrai, sans la remettre en question, la définition proposée par Pascal Dibie : il s’agit du « processus par lequel un collectif humain cherche à conserver en l’état le passé ou à le ressaisir afin de le mettre en collection, […] en évidence »3.

3En m’appuyant sur l’exemple de la BDL, je m’attarderai d’abord sur la notion de « livres scolaires », simple en apparence, qui soulève cependant un certain nombre de questions, puis je chercherai à caractériser les différentes formes que la patrimonialisation a empruntées dans l’établissement.

Le « livre scolaire » : de quel objet parle-t-on ?

  • 4 Dominique Julia, « Livres de classe et ouvrages pédagogiques », in Henri-Jean Martin et Roger Char (...)

4Parler de la patrimonialisation des livres scolaires ou du livre scolaire signifie que l’on s’entende d’abord sur la définition de ce qu’est un livre scolaire. Or, si tout un chacun croit bien voir de quoi il s’agit, le livre scolaire est pourtant fondamentalement protéiforme4.

5Les termes le désignant sont abondants. Les dénominations ont varié selon les époques bien entendu, mais la terminologie confond bien souvent livre scolaire et manuel scolaire, prenant la partie pour le tout. Ouvrages et livres scolaires, manuels scolaires puis manuels (or un manuel n’est pas forcément scolaire), ouvrages ou livres classiques, livres de classes, livres élémentaires, ouvrages pédagogiques, livres d’enseignement : les termes ne sont jamais exactement synonymes mais sont souvent utilisés l’un à la place de l’autre, dans le langage courant comme parfois dans les publications.

6Dans cet ensemble, le groupe des manuels scolaires a fait l’objet d’une caractérisation très claire, étayée par des années de travaux de recherches et de réflexions menés notamment par Alain Choppin et les équipes du Service d’histoire de l’éducation (SHE) depuis les années 1970-1980 à l’INRP. On en retiendra que les manuels scolaires sont ces « ouvrages imprimés non périodiques conçus dans l’intention de servir à l’enseignement ». Il s’agit là d’une définition prenant en compte la destination du livre.

7Le livre scolaire ne saurait cependant se réduire au manuel scolaire, qui connaît son essor avec le développement de l’école des lois Ferry. Beaucoup de livres variés ont été employés dans des classes, avec des élèves, par des maîtres, des précepteurs, des professeurs, sans être pour autant des manuels. Peuvent être inclus dans cette catégorie les abécédaires, les alphabets, les syllabaires, tous les livres religieux possibles (livres d’heures, catéchismes, psautiers, civilités, Bible, instructions chrétiennes, croix-de-par-Dieu [sortes de petits abécédaires très répandus]), les grammaires et leurs dérivés (rudiments, particules…), les florilèges, les recueils, les abrégés, les contes de fées, les romans de chevalerie. C’est alors la dimension scolaire, la notion d’usage, de pratique qui est prépondérante dans l’acception du terme livre scolaire. Les écoles sous l’Ancien Régime ou au XIXe siècle ont fait usage de livres scolaires très variés.

  • 5 Daniel Milo, « Les classiques scolaires », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2 : la (...)

8Un certain nombre d’ouvrages gravitent autour de l’école, ils sont destinés aux élèves, sont utilisés par eux, peuvent accompagner un enseignement sans être forcément utilisés dans la classe. On pénètre avec eux dans le vaste domaine du parascolaire : il en est ainsi des anthologies, des petits classiques scolaires, des morceaux choisis, des éditions de poche de certains auteurs étudiés régulièrement dans les classes (les fameux « classiques »5) mais aussi des atlas ou des dictionnaires, destinés à un usage familial tout autant que scolaire. Entrent aussi dans cette catégorie les annales (de brevet, de baccalauréat, de concours divers et variés), et aussi des ouvrages plus récréatifs comme les cahiers de devoirs de vacances ou les recueils d’images à coller dans les cahiers ou classeurs.

  • 6 Des listes de livres que doit posséder toute bonne bibliothèque ou qui peuvent être distribués en (...)
  • 7 Cf. les listes comme « lectures pour les collégiens » sur le site du ministère de l’Éducation nati (...)
  • 8 Voir la contribution de Marie-Sophie Bercegeay : « La patrimonialisation des Contes de Perrault : (...)

9Par le phénomène des distributions de prix, des bibliothèques scolaires6 ou aujourd’hui des listes de livres recommandés par le ministère de l’Éducation nationale7, certains romans ou documentaires, sans lien direct avec l’institution scolaire à l’origine, reçoivent en quelque sorte une consécration scolaire8. Deviennent-ils des « livres scolaires » pour autant ? Répondant par l’affirmative, la bibliothèque en a collecté un grand nombre au fil des ans, qui alimentent par exemple sa collection de livres jeunesse.

10Les livres scolaires ne s’adressent pas qu’aux élèves mais peuvent également concerner les enseignants : des livres du maître ou du professeur accompagnent nombre de manuels scolaires ; la notion peut être élargie aux publications destinées aux professeurs comme les revues pédagogiques, les traités méthodologiques, les méthodes pédagogiques, les plans d’études, etc.

  • 9 Par exemple : Anne-Marie Chapouton, L’année du « mistouflon », Paris, Éditions Fleurus, 1975 (coll (...)
  • 10 Le terme de livre scolaire restant attaché au support livre, nous laisserons de côté tous les autr (...)

11On peut enfin faire entrer encore dans la catégorie des livres scolaires les romans écrits par des élèves lors d’ateliers d’écriture9, les journaux d’école (très présents notamment dans la pédagogie Freinet), les éphémères divers (journaux de clubs ou d’associations scolaires…), les palmarès de prix des lycées imprimés avec les discours des autorités ou des enseignants et les listes d’élèves primés. Ce rapide panorama montre que le livre scolaire est loin de se limiter aux seuls manuels scolaires ; il fait l’objet d’un véritable inventaire à la Prévert, révélateur de la très grande diversité de ce domaine10. À la bibliothèque, durant un siècle et demi, tous ces types de documents ont été conservés, de façon plus ou moins systématique cependant, faute sans doute de définitions et de politique documentaire claires qui puissent être systématiquement suivies sur une aussi longue période.

Un contexte de plus en plus favorable à la patrimonialisation des livres scolaires

12L’intérêt pour le monde de l’école et pour les livres scolaires est aujourd’hui croissant : il suffit de voir le nombre de musées scolaires existant dans les communes françaises11 et à l’étranger. Le fait de constituer en patrimoine les livres scolaires n’est cependant pas toujours apparu comme une nécessité, et en 1992 encore, Alain Choppin déplorait que les manuels scolaires fussent encore trop abandonnés des collectionneurs et des conservateurs12.

  • 13 Circulaire du 30 mai 1879 de Jules Ferry : « J’ai décidé qu’il y serait constitué une collection a (...)
  • 14 Philippe Marcerou, « Les manuels scolaires à l’INRP ». [En ligne] < http://ife.ens-lyon.fr/vst/Dos (...)

13L’ouverture en France d’un Musée pédagogique en 1879 peut-elle déjà s’apparenter à une forme de patrimonialisation ? Si le pays n’est pas précurseur, il s’inscrit cependant dans le mouvement des années 1870-1880 puisque l’Angleterre, le Canada, la Russie, l’Italie, la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne viennent de créer le leur. Les musées pédagogiques ne sont toutefois pas fondés dans le but d’être seulement des conservatoires ou des musées historiques : leur création s’adosse la plupart du temps à des expositions universelles ou internationales qui sont des événements voulant donner une image résolument moderne. Ils entendent montrer ce qui se fait d’intéressant en matière d’éducation, notamment à l’étranger. La dimension historique est cependant présente dès l’origine : il faut y réunir des documents et objets de toutes époques, qui pourront être utiles aux maîtres, les inspirer et donner à leur expérience pédagogique une certaine profondeur. C’est le cas au Musée pédagogique de Paris et à la bibliothèque qui l’accompagne : on y rassemble des études sur l’éducation et des documents sources13. Une exposition permanente de manuels scolaires est prévue, afin de faire connaître ce qui s’est fait dans le passé – ce n’est qu’un des aspects du Musée mais il est bien présent dès l’origine. Très rapidement, il collecte des manuels anciens et se fait attribuer dès 1926 un des quatre exemplaires du dépôt légal afin de constituer des collections de manuels scolaires contemporains (et de production française parascolaire) les plus complètes possible. Cette collecte par le dépôt légal est complétée par des appels aux dons d’éditeurs et bien sûr par des achats14.

  • 15 Recommandation n° 48 à la 22e conférence internationale de l’instruction publique.
  • 16 Créé après la fin de la Seconde Guerre mondiale à Braunschweig, le Georg-Eckert Institut < http:// (...)
  • 17 On pense par exemple à Marcel Pagnol ou à Jean L’Hôte et sa Communale. Denise Legrand, Annie Kovac (...)

14C’est surtout à partir des années 1950 et après le traumatisme des deux guerres que l’on se préoccupe plus fortement du patrimoine scolaire, y compris au niveau international. La formation des enfants par l’école redevient un enjeu de premier ordre et les manuels sont au cœur de cette préoccupation : la formation des futurs citoyens passe par eux et il importe d’éviter les dérives qui ont pu conduire au fascisme et au nazisme. L’Unesco (pour United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) et le Bureau international de l’éducation (BIE) adoptent en 1959 une résolution pour les conserver15. De grandes collections se mettent en place en Allemagne16, en Belgique, à Genève ou à Tokyo. Par-delà ces intentions politiques, la demande sociale se fait aussi plus forte, alimentée par la littérature qui nourrit la figure de l’instituteur et la situe dans l’espace social de la IIIe République17. L’intérêt pour l’école d’antan augmente au fur et à mesure que cette école d’autrefois disparaît, et cet intérêt s’étend également aux livres scolaires.

  • 18 Alain Choppin, op. cit., p. 79.
  • 19 En 1967, un petit texte iconoclaste paraît dans La gazette des archives n° 56 sous la plume de Chr (...)

15Plus généralement, la notion de patrimoine s’est élargie depuis une cinquantaine d’années. Du côté des bibliothèques, la réflexion sur la conservation a évolué également. Les livres très anciens ou précieux ne sont plus les seuls à faire l’objet d’attentions particulières ; l’intérêt s’est étendu à des livres fragiles pour différentes raisons, à des livres devenus rares, à des livres représentatifs. Le livre scolaire, qui n’entrait pas dans la catégorie des « livres anciens », qui s’apparentait plutôt à un « objet de consommation pédagogique »18, bénéficie désormais d’une attention beaucoup plus grande19.

  • 20 Il n’est que de voir leur abondance et leurs prix dans les réseaux de vente de livres d’occasion.
  • 21 Emmanuelle Chapron, Composer des bibliothèques pour les enfants. Catégories pratiques et ordre des (...)
  • 22 Sur ce célèbre recueil, voir Jean-Louis Houdebine, « Sur l’idéologie du “Lagarde et Michard” », Li (...)

16Les manuels scolaires en effet ne sont pas rares par nature : ils sont produits en abondance. Ainsi dès 1888, Le tour de France de deux enfants avait déjà été tiré à 3 millions d’exemplaires ; à la même date, 1 531 titres différents étaient en usage dans les classes primaires. De même, ils couvrent tout le territoire y compris l’outre-mer. Ils peuvent être devenus rares au fil du temps mais ils ne le sont pas au moment de leur production et certains ne le sont toujours pas20. Les livres scolaires ne sont pas très anciens : ils sont rarement antérieurs au XVIIIe siècle21 ; si l’on considère les manuels, l’immense majorité date des XIXe et XXe siècles. Or l’intérêt pour les fonds récents est allé en s’accroissant depuis les années 1960. Ce n’est pas non plus la préciosité qui a pu préserver le livre scolaire : ils étaient fabriqués en série pour être vendus à un prix modique, parfois envoyés gratuitement en spécimens aux enseignants ou prêtés aux élèves pour l’année. Autrefois déjà, ils n’étaient souvent pas pris en compte dans les inventaires après décès par les notaires, n’ayant guère de valeur marchande. De la même façon, les livres scolaires ne sont pas crédités d’une grande valeur intellectuelle : ce ne sont pas de grandes œuvres de l’esprit. Ils véhiculent des savoirs scolaires qui n’ont jamais eu la même légitimité que les savoirs savants qu’ils se contentent de vulgariser et démocratiser. À ce titre, ils sont apparus longtemps comme indignes d’une conservation patrimoniale. De plus, ils périment : ils n’ont pas « valeur éternelle » mais ont seulement une valeur d’usage, une valeur utilitaire : ils servent tant qu’ils correspondent à un programme, ensuite, ils sont abandonnés. Les livres scolaires ont parfois une durée d’usage très longue (de plusieurs décennies comme le Lagarde et Michard22) qui entretient l’illusion qu’ils ont toujours existé et existeront toujours. Enfin, le public destinataire des livres scolaires est en majorité un public d’enfants, donc un public souvent considéré comme moins légitime, moins sérieux : de façon générale, ce ne sont pas les livres destinés aux enfants qui ont été conservés prioritairement, en dehors de livres exceptionnels.

17En somme, les livres scolaires ont donc très longtemps été perçus comme des livres très quotidiens, et non comme des livres patrimoniaux : tout le monde en a vu, tout le monde en a utilisé.

  • 23 Alain Choppin, « La recherche sur l’histoire du livre et de l’édition scolaires en France : un bil (...)
  • 24 Ainsi, les Journées Pierre Guibbert, organisées à Montpellier depuis 2004 par le Centre d’études, (...)

18Si la notion de patrimoine évolue, c’est aussi sous l’action de la recherche, conservation et expertise scientifique s’alimentant l’une l’autre. Les livres scolaires sont aujourd’hui très étudiés, notamment les manuels23. Plus un domaine est fouillé, plus il suscite de questionnements. Les recherches à partir des manuels scolaires sont très diverses, elles touchent à l’histoire, l’histoire de l’édition, l’histoire du livre, l’histoire des idées, l’histoire économique, la didactique, la sociologie, la production des savoirs… Il n’est que de voir l’abondante production scientifique utilisant le livre scolaire, notamment le manuel scolaire, comme source et élément de réflexion24. Cette production encourage et légitime les efforts de conservation qui la nourrissent à son tour.

Comment se construit la patrimonialisation à la Bibliothèque Diderot de Lyon ?

19La conscience de la valeur patrimoniale du livre scolaire semble avoir toujours été présente, de façon plus ou moins marquée néanmoins, selon les différents types de livres scolaires. Les manuels, par exemple, ont toujours fait l’objet d’une conservation de type patrimonial, officiellement initiée par Lucien Herr, directeur de l’établissement, dès 1926 ; d’autres documents n’ont toutefois pas bénéficié d’autant d’attention aussi tôt. Quatre étapes dans le processus peuvent être distinguées.

20La première est celle de la constitution physique de la collection et sa réunion en un même espace de conservation. Il ne s’agit pas d’un objectif de bon rangement en magasin ; cela suppose d’abord une prise de conscience de l’intérêt d’un objet, l’existence d’une définition suffisamment claire ou consensuelle de celui-ci (proposée par la recherche, ou l’institution, ou co-construite par les deux) pour qu’il soit possible de l’isoler ; c’est aussi une étape concrète qui permet ensuite des évaluations, de meilleures approches de recherche, notamment statistiques, qui permet de donner une certaine notoriété et rend possible la valorisation ; d’un point de vue de gestion interne, cela peut générer des priorisations en termes de budget, de signalement, de reliure. La collection de manuels scolaires conservés aujourd’hui à la BDL en est un bon exemple : la bibliothèque possédait un important gisement de manuels scolaires, lié à un intérêt ancien fortifié depuis 1926 au moins ; dès 1932, des inventaires avaient été commencés, une cotation disciplinaire et par niveaux mise en place, des expositions permanentes instituées. En 2003, lorsque de nouveaux locaux lyonnais sont attribués à la bibliothèque de l’INRP, lui donnant plus d’espace, le travail est relancé : une cote spéciale est attribuée aux manuels scolaires (MS + chiffre) ainsi qu’un grand espace dans un magasin unique, ce qui permet un regroupement physique des manuels ; ceux qui n’avaient pas encore été repérés sont systématiquement prélevés dans le fonds général et introduits dans cette nouvelle collection ; parallèlement, les travaux du SHE sur les manuels permettent d’avoir une définition plus fine de ceux-ci, rendant ces prélèvements plus efficients ; au vu de l’ampleur de la collection, à partir de 2004, des crédits sont alloués pour des chantiers de catalogage systématique. Au sein de la bibliothèque, ce travail et ces réflexions ont créé une culture commune partagée autour des manuels scolaires qui n’a d’équivalent pour aucun autre type de livres scolaires.

  • 25 Cette collection est finalement intégralement cataloguée dans le Sudoc depuis 2018.

21Constituer une collection, c’est parfois aussi ménager la possibilité de faire travailler des chercheurs sur des ensembles bien délimités quand bien même le catalogage classique n’a pu être effectué : l’accès à la collection comme source pour un chercheur est alors possible. C’est le cas d’une petite collection de manuels scolaires allemands publiés sous le régime nazi et conservés à la BDL qui, bien que non cataloguée, a déjà été utilisée dans deux mémoires de master25.

  • 26 En commençant par le grand classique de Sophie Malavieille, Reliures et cartonnages d’éditeurs en (...)

22Il est intéressant de remarquer que dans les fonds patrimoniaux issus du Musée pédagogique, les deux grandes collections constituées que sont les 90 000 manuels scolaires et les 5 000 livres de prix et de jeunesse du XIXe-XXe siècles (auxquels est attribué un préfixe de cote 2R et qui sont également physiquement isolés) sont des ensembles bien identifiés, et sur lesquels il y a davantage de recherches26, de demandes de chercheurs, de prêts pour des expositions extérieures ou de numérisations.

23D’autres collections de livres scolaires pourraient également être mises en place avec profit et présenter les mêmes avantages : des collections de livres religieux, des recueils de chants scolaires, des éditions de petits classiques. Aujourd’hui dispersés dans les fonds et très aléatoirement catalogués, ces ouvrages sont difficiles à repérer, que ce soit d’un point de vue purement quantitatif et bien entendu qualitatif, et sont par là même très peu exploités. Faute de bien les connaître, il est par exemple impossible de les signaler dans le Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires alimenté par la BnF. Créer une collection, c’est parfois aussi s’exposer à une déception : on s’aperçoit parfois que l’on ne conserve pas des quantités aussi importantes que ce que l’on croyait lorsque tout était dispersé, et que le fonds est moins riche qu’on ne le pensait.

24Patrimonialiser, en second lieu, c’est aussi organiser l’accroissement et l’enrichissement des collections pour l’avenir – afin que la bibliothèque ne soit pas un agrégat de fonds morts. C’est parce que le Musée pédagogique avait toujours veillé à cet aspect que la bibliothèque est aujourd’hui riche de ses livres dédiés à l’éducation. Pendant des années, cet accroissement s’est appuyé sur la redistribution des exemplaires du dépôt légal par la BnF, sur des achats, des dons, des échanges internationaux. Aujourd’hui, l’accroissement patrimonial de la collection de manuels scolaires est un enjeu important et non résolu. Le premier obstacle a été l’interruption de la redistribution du deuxième exemplaire du dépôt légal en janvier 2015, qui a privé la bibliothèque d’un accroissement des manuels scolaires et du parascolaire français, certes non absolument exhaustif, mais fortement utile. Par ailleurs, le contexte de contrainte budgétaire qui est celui des bibliothèques universitaires limite aujourd’hui, dans un établissement comme la BDL, tout achat rétrospectif à caractère patrimonial. La culture de la collecte n’est pas enracinée dans le monde des bibliothèques comme elle l’est dans celui des musées : elle n’est pas encore suffisamment organisée et institutionnalisée pour être vraiment efficace. Compléter et accroître les collections de livres scolaires, tant anciens que plus récents, reste donc un des enjeux forts pour la bibliothèque dans les années qui viennent.

25Le catalogage constitue une troisième étape qui manifeste le caractère patrimonial attribué aux collections. Dans un contexte où le catalogage est très en retard par rapport aux masses documentaires qui mériteraient un signalement, les manuels scolaires en ont bénéficié du fait de leur identification comme un ensemble intéressant, important et rare, prioritairement à d’autres mètres linéaires d’ouvrages, peut-être intéressants mais ne présentant pas de cohérence particulière. Constituer une collection, c’est donc favoriser le signalement, et par-delà l’utilisation et l’exploitation scientifique des ouvrages. À la BDL, on constate que les collections de livres scolaires bien identifiées sont majoritairement cataloguées : c’est le cas des manuels scolaires mais aussi de la collection de livres de prix. Une bonne connaissance des fonds, favorisée par le catalogage, permet ensuite un meilleur accroissement (notamment par une meilleure gestion des dons entrants) et une meilleure exploitation scientifique. L’intérêt de la recherche pour le manuel scolaire oblige l’institution à s’interroger sur ses pratiques et à les affiner, dans un sens toujours plus exigeant. Le catalogage traditionnel des bibliothèques en Unimarc s’adapte assez mal à des collections de manuels scolaires qui ont presque tous le même titre pendant une période donnée (par exemple : Histoire-géographie 5e) ; la réflexion s’oriente aujourd’hui vers une meilleure articulation avec la banque de données Emmanuelle, créée au début des années 198027, ou vers les signalements internationaux par niveaux ; la bibliothèque réfléchit aux manières d’utiliser le Thésaurus international Éducation élaboré par le BIE de l’Unesco et souhaite créer davantage de liens vers les documents qu’elle a numérisés. Pour ces objets comme pour d’autres également entrés dans la sphère patrimoniale, les exigences de la recherche influent sur les pratiques bibliothéconomiques.

26Enfin, un patrimoine vivant, c’est un patrimoine qui est consulté, étudié et montré. Sans surprise aucune, les collections patrimoniales bien identifiées et souvent bien signalées de la bibliothèque sont celles qui suscitent le plus de valorisation, que ce soit sous la forme classique de travaux de recherche (mémoires de Master 1 et 2 à partir des manuels scolaires), de documents prêtés pour des expositions (livre de prix au musée de Grenoble, manuels scolaires aux archives de la Loire, au Musée national de l’Éducation, etc.), d’expositions montées par la bibliothèque en partenariat (exposition sur les cartonnages romantiques en 2008, exposition « Apprendre à croire » en 2016, exposition sur la poétique de la littérature de jeunesse russe en 2017, etc.), de numérisations : ce n’est pas un hasard si les deux partenariats avec Gallica portent sur les collections de livres jeunesse et de prix anciens et sur les manuels scolaires.

*

  • 28 Pierre Caspard (dir.), Le patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic éd., 1999 (...)

27Il reste certes beaucoup à faire dans la patrimonialisation du livre scolaire ; elle est déjà bien avancée dans certains domaines (manuels scolaires notamment) mais chercheurs et bibliothécaires accroissent leurs exigences ; elle tarde davantage et s’avère plus complexe sur d’autres typologies de livres scolaires. Il est rassurant et encourageant de voir que l’ouvrage collectif sur le patrimoine de l’Éducation nationale28 présente des livres scolaires très variés au côté de bâtiments, archives, photos, cahiers… : le livre scolaire est donc bien considéré aujourd’hui comme un patrimoine comme les autres.

Notes

1 Sur l’histoire de l’INRP et de sa bibliothèque, voir René Guillermoteau, Du Musée pédagogique à l’Institut pédagogique national, 1789-1956, Paris, CNDP, 1979 ; Joseph Majault, Le Musée pédagogique. Origines et fondations 1872-1879, Paris, CNDP, 1978.

2 Christophe Pavlidès, « Bibliothèque de l’Institut national de recherche pédagogique », in Patrimoine des bibliothèques de France. Un guide des régions, Paris, SPADEM, 1995, vol. Île-de-France, p. 154-157.

3 Pascal Dibie, Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde : Chichery, Bourgogne nord, Paris, Plon, 2006 (coll. Terre humaine), p. 101 ; [édition revue avec une postface inédite, 2013]. Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009 (coll. Ethnologie de la France ; 31).

4 Dominique Julia, « Livres de classe et ouvrages pédagogiques », in Henri-Jean Martin et Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard : Cercle de la Librairie, 1990, p. 468-497. Voir les travaux d’Alain Choppin, notamment : « Le livre scolaire », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. 4 : le livre concurrencé, 1900-1950, Paris, Fayard ; Cercle de la Librairie, 1991, p. 280-305 ; « L’histoire des manuels scolaires. Une approche globale », Histoire de l’éducation, 1980, n° 9, p. 1-25 ; Manuels scolaires : histoire et actualité, Paris, Hachette, 1992 (coll. Pédagogies pour demain) ; Les manuels scolaires en France de 1789 à nos jours. Bilan des études et recherches, Paris, INRP, 1995 (coll. Emmanuelle).

5 Daniel Milo, « Les classiques scolaires », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2 : la nation, le territoire, l’État, le patrimoine, Paris, Gallimard, 1984 (coll. Bibliothèque illustrée des histoires), p. 2085-2130.

6 Des listes de livres que doit posséder toute bonne bibliothèque ou qui peuvent être distribués en prix par les écoles publiques circulent dès la fin du XIXe siècle publiées par le ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

7 Cf. les listes comme « lectures pour les collégiens » sur le site du ministère de l’Éducation nationale. [En ligne] < http://www.education.gouv.fr/cid60899/lectures-pour-les-collegiens.html >.

8 Voir la contribution de Marie-Sophie Bercegeay : « La patrimonialisation des Contes de Perrault : une brève histoire des éditions », p. 60.

9 Par exemple : Anne-Marie Chapouton, L’année du « mistouflon », Paris, Éditions Fleurus, 1975 (coll. Pédagogie créatrice ; 5).

10 Le terme de livre scolaire restant attaché au support livre, nous laisserons de côté tous les autres médias scolaires comme les vues sur verre, les photographies, les bobines de films destinés à l’école, les grandes planches didactiques, le matériel pédagogique pour les sciences naturelles ou physiques, les cassettes audio et disques vinyles, les CD-ROM et tout le vaste domaine de l’internet scolaire.

11 Pour un rapide aperçu, [En ligne] < http://ecolepouilly.free.fr/otrecole.htm >.

12 Alain Choppin, Les manuels scolaires…, op. cit., p. 79.

13 Circulaire du 30 mai 1879 de Jules Ferry : « J’ai décidé qu’il y serait constitué une collection aussi complète que possible des documents propres à établir bibliographiquement l’histoire de l’enseignement primaire en France, en remontant aussi loin que possible ». Article premier du décret de création du Musée : « Il est créé au ministère de l’Instruction publique un musée pédagogique et une bibliothèque centrale de l’enseignement primaire contenant des collections diverses de matériel scolaire, des documents historiques et statistiques et des livres de classe provenant de la France et de l’étranger ».

14 Philippe Marcerou, « Les manuels scolaires à l’INRP ». [En ligne] < http://ife.ens-lyon.fr/vst/Dossiers/Histoire/manuels.htm >.

15 Recommandation n° 48 à la 22e conférence internationale de l’instruction publique.

16 Créé après la fin de la Seconde Guerre mondiale à Braunschweig, le Georg-Eckert Institut < http://www.gei.de/das-institut.html > constitue et conserve une vaste collection de manuels scolaires dans le but de permettre une certaine compréhension et réconciliation entre les peuples.

17 On pense par exemple à Marcel Pagnol ou à Jean L’Hôte et sa Communale. Denise Legrand, Annie Kovacs-Bosch, « Images publiques des enseignants. Éléments de bibliographie analytique », Recherche & formation, 1995, n° 20, p. 125-138 ; Joëlle Pierre, « Perspective narrative et construction de l’ethos d’un personnage transmédiatique : étude du personnage de l’instituteur dans des romans et des films, français et turcs », Recherches en communication, 2000, t. 13, p. 167-193.

18 Alain Choppin, op. cit., p. 79.

19 En 1967, un petit texte iconoclaste paraît dans La gazette des archives n° 56 sous la plume de Christian Wilsdorf, qui écrit dans l’article « Faut-il conserver les anciens livres scolaires ? » : « la question n’est pas de savoir où et par qui les livres scolaires anciens seront conservés mais tout simplement s’ils doivent l’être… »

20 Il n’est que de voir leur abondance et leurs prix dans les réseaux de vente de livres d’occasion.

21 Emmanuelle Chapron, Composer des bibliothèques pour les enfants. Catégories pratiques et ordre des livres au XVIIIe siècle, mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Université Paris-1, 2016 (à paraître).

22 Sur ce célèbre recueil, voir Jean-Louis Houdebine, « Sur l’idéologie du “Lagarde et Michard” », Littérature/science/idéologie, 1971, n° 1, p. 10-16 ; Jean-François Halté et André Petitjean, « Pour une théorie de l’idéologie d’un manuel scolaire, le Lagarde et Michard : le cas Diderot », Pratiques, 1974, t. 2, n° 1, p. 43-64.

23 Alain Choppin, « La recherche sur l’histoire du livre et de l’édition scolaires en France : un bilan sommaire », in Carmen Betti (dir.), Percorsi del libro per la scuola fra otto e novecento, Firenze, Pagnini, 2004 ; Laetitia Perret-Truchot (dir.), Analyser les manuels scolaires, questions de méthodes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

24 Ainsi, les Journées Pierre Guibbert, organisées à Montpellier depuis 2004 par le Centre d’études, de recherche et de documentation en histoire de l’éducation, mettent chaque année à l’honneur le manuel scolaire comme objet d’étude. De même, le Journal of Educational Media, Memory and Society, édité par le Georg-Eckert Institut, publie régulièrement des études sur ce type de document. Parmi les contributions les plus importantes à la question, voir Paul Aubin (dir.), Trois cents ans de manuels scolaires au Québec, Québec, Presses de l’université de Laval, 2006 ; Michel Berré (dir.), Les manuels scolaires dans l’histoire de l’éducation : un enjeu patrimonial et scientifique, Mons, CIPA, 2013 ; Alain Choppin, « Politique du livre scolaire et construction de l’identité nationale dans la France du XIXe siècle », in Pier Luigi Ballini, Gilles Pécuot (dir.), Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’ottocento, Venezia, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2007 (coll. Biblioteca luzzattiana ; 14) ; Alain Choppin, Martine Clinkspoor, Les manuels scolaires en France, 4 : textes officiels 1791-1992, Paris, INRP, 1993 ; Monique Lebrun (dir.), Le manuel scolaire d’ici et d’ailleurs, d’hier à demain, Québec, Presses de l’université du Québec, 2007. Voir aussi la contribution de Véronique Castagnet-Lars : « La place du patrimoine écrit dans l’enseignement de l’histoire à l’école primaire (2002-2016) », p. 215.

25 Cette collection est finalement intégralement cataloguée dans le Sudoc depuis 2018.

26 En commençant par le grand classique de Sophie Malavieille, Reliures et cartonnages d’éditeurs en France au XIXe siècle : 1815-1865, Paris, Promodis, 1985.

27 [En ligne] < http://www.inrp.fr/emma/web/ >.

28 Pierre Caspard (dir.), Le patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic éd., 1999 (coll. Le patrimoine des institutions politiques et culturelles).

Auteur

Bibliothèque Diderot de Lyon

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site