Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Acteurs

Chapitre 7. Considérations sur la construction et l’affirmation de l’identité patrimoniale de la Bibliothèque royale de Belgique

Renaud Adam

Texte intégral

1Le site web de la Politique scientifique belge (Belspo, pour Belgian Federal Science Policy Office) – l’organisme responsable au niveau fédéral belge de la coordination des politiques scientifiques –, expose à propos de la Bibliothèque royale de Belgique (abritée dans le pôle documentation avec les Archives générales du Royaume et le Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines) que :

La Bibliothèque royale de Belgique (KBR), en tant que bibliothèque scientifique nationale de l’État belge, est en charge d’un patrimoine culturel important. Elle couvre en effet un large spectre du savoir mondial : elle détient et conserve l’ensemble du patrimoine imprimé en Belgique ou publié par des auteurs belges à l’étranger. […] [et] peut s’enorgueillir d’un patrimoine de réputation mondiale1.

  • 2 Paul Imbs, « Patrimoine : la notion et le mot », Bulletin de la classe des lettres et des sciences (...)

On le voit, cette institution est présentée comme l’un des joyaux patrimoniaux de l’État belge. Cependant, si l’on creuse un peu, on est vite confronté à l’absence de définition du terme patrimoine voire de son adjectif patrimonial. Que ce soit dans les textes législatifs, dans les publications de la Bibliothèque royale de Belgique ou encore sur son site web, on relève en effet une certaine ambiguïté dans l’usage de ces mots2.

  • 3 Le Moniteur belge, 23 avril 2002.
  • 4 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, Bruxelles, Bibliothèque (...)
  • 5 Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, 10 t., Paris, Payot, 1995.

2Ainsi, il leur est parfois donné une acceptation très large, qui renvoie à une notion juridique d’héritage commun transmis par les générations précédentes et qui appartient à la collectivité ; soit l’ensemble des œuvres entreposées dans les rayonnages de l’institution. C’est par exemple le cas de l’arrêté royal du 8 avril 2002 qui décrit les missions confiées par l’État belge à la Bibliothèque royale de Belgique et où il est précisé qu’elle doit notamment « gérer, conserver et compléter un patrimoine culturel important », sans autre précision3. Dans le rapport annuel de 2013-2014, on peut lire que les sections des manuscrits, des imprimés anciens et précieux, des estampes, des cartes et plans, de la chalcographie, de la musique ainsi que des monnaies et médailles sont regroupées au sein d’une seule et même « Direction opérationnelle » dite des « collections patrimoniales »4. On pense évidemment ici à une perception bien différente, d’ordre muséal ou historique, à l’instar de celle qui a présidé à la mise au point de la ligne éditoriale des fameux guides Patrimoine des bibliothèques de France publiés par Payot en 19955.

3C’est précisément cet aspect qui a retenu notre attention pour la présente contribution. Nous souhaitons en effet comprendre le processus qui est à l’origine de la création de ces collections patrimoniales et analyser quelles furent les étapes qui ont conduit des livres à devenir des objets patrimoniaux. L’attention se portera tout particulièrement sur l’histoire de la collection des livres imprimés, la plus pertinente pour notre propos. Pour ce faire, il convient de revenir en premier lieu sur l’origine même de la Bibliothèque royale de Belgique avant de se focaliser sur quelques séquences clés de l’histoire de ses collections.

La naissance de la Bibliothèque Royale

  • 6 Sur l’histoire de la Bibliothèque royale de Belgique, on consultera : Jean-Pie Namur, Histoire des (...)

4Lorsqu’elle déclare son indépendance en 1830, la Belgique ne dispose pas d’une bibliothèque de rang national. Pour rappel, l’ancienne Bibliothèque Royale, fondée par Philippe II en 1559 à partir d’un noyau central hérité de la célèbre Librairie des Ducs de Bourgogne, a été emportée dans la tourmente révolutionnaire. Le reliquat de ses collections, auquel il faut ajouter des fonds en provenance de la suppression des établissements religieux et d’institutions civiles à la fin du XVIIIe siècle, a été confié à l’École centrale du Département de la Dyle en 1795 avant d’être transféré à la Ville de Bruxelles après la fermeture de cette institution d’enseignement en 1802. Il faudra attendre sept années avant que le jeune État se dote d’une bibliothèque nationale puisque l’arrêté portant création de la Bibliothèque royale de Belgique n’a été signé que le 19 juin 1837 par le roi Léopold Ier6.

  • 7 Sur Charles Van Hulthem (1764-1832) et ses livres, voir Auguste Voisin, « Notice sur Charles van H (...)
  • 8 Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de Belgique, op. cit., t. 1, p. 220, 228.

5Le laps de temps qui sépare l’indépendance de la Belgique de la fondation de la Bibliothèque royale ne témoigne pas d’un quelconque désintérêt dans le chef des autorités envers l’existence d’une bibliothèque centrale. Au contraire, le ministre de l’Intérieur Barthélemy de Theux de Meylandt nourrit très tôt l’ambition de fonder une telle institution, mais pour cela il fallait un premier noyau. Pendant un temps, l’idée d’attribuer ce rôle à la Bibliothèque de la Ville de Bruxelles a retenu l’attention de certains dirigeants. Cependant, l’absence de moyens et l’état végétatif dans lequel était tombée cette bibliothèque depuis de nombreuses années ont très vite fait d’écarter cette possibilité. L’annonce de la vente de la riche bibliothèque du bibliophile gantois Charles Van Hulthem, mort en 1832, a fourni au gouvernement l’occasion qu’il attendait7. La décision d’acheter cette collection, forte de quelque 64 000 volumes, fut entérinée le 2 août 1836 et ratifiée par un arrêté royal le 22 novembre de la même année8.

  • 9 Le rapport est reproduit in extenso dans : Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de (...)

6Les débats qui ont eu lieu au Parlement autour de l’acquisition de la bibliothèque de Charles Van Hulthem sont extrêmement précieux pour comprendre le statut symbolique qui va être conféré à cette collection de livres, lui permettant de passer du statut de bibliothèque privée à celui de patrimoine national. Ainsi, dans le rapport des experts commandé par le ministre de l’Intérieur et qui fut lu devant les membres des deux chambres législatives – le Sénat et la Chambre des Représentants –, la bibliothèque de Charles Van Hulthem est présentée comme l’une des collections les plus complètes sur l’histoire nationale où l’on « trouve un assez grand nombre d’ouvrages tellement rares qu’on les chercherait vainement ailleurs »9. La présence de nombreux manuscrits inédits ou de copies collationnées par Van Hulthem lui-même relatifs à « l’histoire, la biographie et la bibliographie des Pays-Bas » est mise en exergue. Du côté des imprimés, les experts signalent que « cette collection est l’une des plus complètes qui existent, quant à l’histoire nationale ». Ils insistent au passage sur la présence des « grandes collections qui sont pour ainsi dire le fondement de toute bibliothèque » et sur son côté bibliophilique où l’on retrouve notamment de précieux témoignages de l’histoire de l’imprimerie en Belgique :

un exemplaire unique de Martens d’Alost ; des premières éditions des Frères de la vie commune, établis à Bruxelles ; de Collard Mansion de Bruges ; de Jean de Westphalie ; de Keyser d’Audenarde ; la célèbre Bible des pauvres […] ; presque toutes les éditions princeps imprimées dans les Pays-Bas ; une nombreuse collection d’Elzevirs ; tous les Plantins dans tous les formats ; un grand nombre d’éditions imprimées par les Flamands hors de la Belgique….

Le rapport se conclut par ces mots :

la collection de Van Hulthem formerait déjà le commencement d’une belle et vaste bibliothèque nationale, que la Belgique pourrait montrer à l’étranger et ouvrir à la jeunesse studieuse.

  • 10 Ibid., t. 1, p. 250.

L’exposé des motifs qui accompagne le projet de loi visant à débloquer les fonds nécessaires à l’achat en bloc de la collection Van Hulthem pointe aussi le danger pour celle-ci de se voir disséminée et « enlevée par des étrangers »10. Le législateur introduit ici une notion de défense du patrimoine national, à l’image de la patrie menacée par l’ennemi extérieur.

7Le rapport de la Commission parlementaire en charge de l’examen du projet du gouvernement, daté du 18 janvier 1837, est très explicite quant à la mission qui devra être dévolue à la nouvelle bibliothèque, celle de

  • 11 Ibid., t. 1, p. 252.

former l’esprit national, d’inspirer aux citoyens un si ardent amour de la patrie, de les rendre si idolâtres des institutions nouvelles, qu’ils s’y attachent comme à leur existence, que, présens ou absens, ils n’en parlent qu’avec passion, n’y songent qu’avec orgueil et qu’ils aimeraient mieux tout perdre que de renoncer à leur patrie11.

La future institution serait en quelque sorte

  • 12 Ibid., t. 1, p. 252-253.

l’école de tous les citoyens et qui facilite surtout à ceux qui sont nés avec du talent, mais sans fortune, les moyens de s’instruire et d’honorer un jour le pays par leurs travaux et par leurs écrits12.

Et de poursuivre cette envolée lyrique par ces mots :

  • 13 Ibid., t. 1, p. 253. L’historien tant attendu par les rapporteurs naîtra une trentaine d’années pl (...)

la Belgique se croirait largement récompensée de ses sacrifices, si ces arsenaux littéraires contribuaient à former un seul grand historien pour célébrer la gloire de nos ancêtres, porter au loin le nom du peuple et faire chérir la nationalité de ceux qui la calomnient encore13.

  • 14 Jean Stengers, Élian Gubin, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, t. 2 : (...)
  • 15 Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de Belgique, op. cit., t. 1, p. 237.
  • 16 Sur l’attitude de Van Hulthem au cours de la révolution belge, voir Fernand Leleux, Charles Van Hu (...)

8On le voit, la collection livresque que l’État belge s’apprête à acquérir devra concourir au développement du sentiment national par le biais de la connaissance du passé14. Dans les débats qui suivirent personne ne remit en cause l’achat de la bibliothèque, l’argument national l’ayant emporté. Les critiques se portèrent uniquement sur sa valeur marchande15. Le jeune Charles Van Hulthem, du haut de ses neuf ans, ne se doutait certainement pas lorsqu’il préleva sur ses économies la somme nécessaire à l’achat de son premier livre – l’Inleydinge tot de alghemeene teyckenkonst de Willem Goeree – que sa passion naissante allait, après sa mort, participer à la construction de l’identité nationale d’un pays dont il avait d’ailleurs vu la naissance d’un assez mauvais œil16.

  • 17 Cario Bronne, « Les réalités humaines », in Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, op. cit., p.  (...)
  • 18 Cette double partition trouve son origine dans l’histoire de la collection des manuscrits. En 1815 (...)

9La création de la Bibliothèque royale de Belgique est ratifiée par l’arrêté royal du 19 juin 1837. Ses portes sont ouvertes au public deux ans plus tard, le 21 mai 183917. La bibliothèque est alors divisée en deux sections : celle des Imprimés qui conserve également les cartes et plans, les estampes ainsi que les médailles ; et celle des Manuscrits18. À la suite d’une convention signée le 31 décembre 1842 entre l’État belge et la Ville de Bruxelles, les livres de la Bibliothèque de la Ville de Bruxelles sont intégrés aux collections de la Bibliothèque royale de Belgique. Cette réunion a entraîné la « restauration » de l’ancienne Bibliothèque Royale tout en mettant un terme au hiatus survenu à la suite des troubles révolutionnaires.

10L’histoire de la collection des livres imprimés est très intéressante puisqu’elle va nous permettre de mieux saisir les étapes qui ont conduit certains ouvrages à se distinguer des autres et à émerger dans le registre des trésors nationaux.

La collection des imprimés

  • 19 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », Archives et bibl (...)

11Ce processus a débuté très tôt19. Ainsi, les incunables, qui constituent le berceau de la section des Imprimés, ont rapidement reçu un traitement individuel. Entreposés dans des rayonnages qui leur sont propres depuis au moins 1845, ils émigrent une dizaine d’années plus tard, en 1856-1857, dans une pièce spécifique aménagée à leur intention. Le cabinet des incunables venait de naître. Le prêt de ces ouvrages à l’extérieur est interdit, de même que pour les livres à planches et les exemplaires uniques ou rares. Le conservateur en chef de la Bibliothèque royale de l’époque, Louis Alvin, a conscience de la richesse de cette collection et lance plusieurs campagnes de restauration qu’il confie à des relieurs bruxellois de talent. On le voit, l’embryon d’une réserve précieuse est présent dès les premières années d’existence de l’institution. Les différentes restructurations de la Bibliothèque aux lendemains de la Première Guerre mondiale par les arrêtés royaux du 31 mars 1919, du 15 février 1923 et du 14 mars 1927 font état de l’existence d’un service des Incunables et Livres précieux au sein de la Section des Acquisitions. Le terme « Réserve précieuse » est officieusement employé par le conservateur de cette section depuis 1920.

12D’autres livres ont progressivement rejoint les incunables au sein de leur service. L’intitulé de ce service dans les documents officiels montre d’ailleurs que la préciosité est un critère d’élection. La rareté en est un autre, tout comme la « curiosité ». Ainsi, une note de 1939 nous donne plus de détails :

  • 20 Cité par Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit (...)

Les ouvrages rares et précieux, en dehors des incunables, sont constitués par des livres dont certaines conditions intrinsèques ou extrinsèques en font des objets de grande valeur. Tels sont par exemple, les livres remarquables par leur belle et riche reliure, les livres de luxe, les éditions “princeps”, c’est-à-dire les premières éditions des classiques grecs et latins, les ouvrages devenus très rares et difficiles à trouver, ceux portant la signature d’un écrivain célèbre, etc., etc. Bref, ce sont des curiosités bibliographiques20.

  • 21 Georges Colin, « La Réserve précieuse », in Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, op. cit., p.  (...)
  • 22 Sur cet ancien conservateur, voir : Fernand Remy, Le personnel scientifique de la Bibliothèque roy (...)
  • 23 Le Moniteur belge, 15 mai 1965.

La fondation de la Réserve précieuse en tant que véritable section, disposant d’un personnel qualifié et d’une bibliothèque de référence, intervient à la suite de la libération de la Belgique en 1944 quand les ouvrages précieux évoqués à l’instant furent rapatriés de la Banque nationale de Belgique où ils avaient été cachés au moment de l’invasion allemande en mai 194021. Une salle de lecture séparée s’ouvre en février 1945. Cette initiative est le fruit d’un long et patient travail initié par le conservateur adjoint de la section des Imprimés, Franz Schauwers (1896-1971)22. Si l’existence de cette section est reconnue par l’institution, il faudra attendre la restructuration de l’organigramme de la Bibliothèque royale – en vertu de l’arrêté royal du 21 avril 1965 – pour que cette section soit reconnue d’un point de vue administratif23. Elle ne dépendra plus de la Section des Imprimés, mais sera intégrée au sein du département des Collections historiques avec la section des Cartes et Plans et celle de la Musique. Le cabinet des Manuscrits, le cabinet des Médailles et le cabinet des Estampes seront, pour leur part, rattachés au département des Cabinets muséologiques. L’année 1965 marque donc pour la Bibliothèque royale de Belgique l’officialisation de la partition entre ses collections patrimoniales, qu’elles soient perçues comme historiques ou muséologiques, avec le reste des autres collections.

  • 24 Georges Colin, « La Réserve précieuse », op. cit., p. 215.
  • 25 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit., p. 197

13Franz Schauwers a constitué son fonds précieux en prélevant des ouvrages au sein des différentes collections de la Bibliothèque sur la base de critères spécifiques mis au point par lui24. Il a ainsi retenu l’ensemble des livres imprimés jusqu’en 1540, soit tous les incunables et post-incunables de l’institution auquel il a ajouté les ouvrages « belges » sortis de presses avant 1600. En vertu de leur rareté sur le continent, les productions de Grande-Bretagne antérieures à l’année 1640 ont également rejoint cet ensemble, de même que tous les imprimés musicaux imprimés avant 1700. Pour les livres parus après cette date, le choix s’effectua en fonction des critères de rareté, d’illustration, de provenance, de reliure, de la présence d’autographes ou encore d’importance bibliophilique. Les sélections opérées par Schauwers furent donc réalisées à la fois de manière objective, comme retenir les premiers témoignages de l’imprimerie avant 1540, mais également subjective ; la notion d’importance bibliophilique demeure assez aléatoire, voire fluctuante. Il est intéressant de noter en outre que la Réserve précieuse dispose depuis le 1er avril 1958 d’un budget propre et que les acquisitions effectuées depuis cette date ont été versées dans un nouvel inventaire portant la cote « LP », pour « Livres précieux »25. Cette nouvelle qualification permet donc à l’institution de revendiquer clairement le statut d’ouvrage précieux pour une partie de ses collections.

  • 26 Georges Colin, Marie-Thérèse Lenger et Anne Rouzet, Bibliothèque de Madame Louis Solvay. Catalogue(...)
  • 27 Karin Pairon, Anne Rouzet, Éditeurs belges de bibliophilie (1991-2003). Catalogue d’exposition, Br (...)

14Cette affirmation, renforcée aux yeux des bibliophiles par des bibliothécaires spécialisés, a d’ailleurs engendré des libéralités prestigieuses. Quelques grands noms de la bibliophilie belge contemporaine ont légué en tout ou en partie leur bibliothèque. L’un des plus importants legs est sans conteste celui de Madame Louis Solvay, née Odile Fontaine, survenu après son décès le 30 juillet 196226. Trois orientations ont guidé les achats des époux Solvay : la reliure précieuse, du Moyen Âge au XXe siècle (462 ouvrages) ; les originaux d’auteurs belges et français, accompagnés d’autographes, manuscrits et jeux d’épreuves (242 éditions et 137 manuscrits) ; ainsi que le livre illustré contemporain, principalement français (416 volumes). Ce don a profondément marqué l’aspect des collections de la Réserve précieuse puisqu’il permettait à une certaine forme de bibliophilie, plus moderne et encore inexistante dans ses collections, d’y faire son entrée. Les précédents héritages versés à la Bibliothèque royale de Belgique témoignaient plutôt d’un goût plus marqué pour la documentation nationale, en ce sens conforme aux orientations des collections de l’institution. Notons enfin que depuis la création du Dépôt légal en 1965, les ouvrages bibliophiliques produits en Belgique passent directement au sein de la Réserve précieuse27.

  • 28 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2006, Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 29 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit., p. 202 (...)

15Le dernier évènement sur lequel il convient de revenir à propos de la Réserve précieuse est le transfert de tous les livres antérieurs à l’année 1830 dans ses collections, transfert décidé le 10 août 2006 et mis en chantier le 1er septembre suivant28. La direction de la Bibliothèque royale de Belgique a ainsi donné une plus grande cohérence à ce fonds, qui est dès lors passé de quelque 50 000 unités à pas moins de 282 000 volumes29. De la sorte, la gestion de l’ensemble des imprimés anciens de l’institution a été confiée à une seule section, achevant au passage le processus de patrimonialisation des livres imprimés de la Bibliothèque royale commencé avec la mise à l’écart des incunables par le premier conservateur du lieu, le baron de Reiffenberg.

  • 30 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2007, Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 31 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, op. cit., p. 3.

16Ces transferts ne sont pas les seules mutations connues par cette institution au niveau de son statut de bibliothèque patrimoniale de référence. L’année 2006 fut aussi l’occasion d’une grande réorganisation des structures administratives nées de la refonte de 196530. Les six sections faisant alors partie des collections historiques et muséologiques furent réunies au sein d’un seul et même département intitulé « Département des collections patrimoniales », qui sera rebaptisé en « Direction opérationnelle des collections patrimoniales » au cours de l’exercice 2013-201431. Dans la foulée de ces refontes, la Réserve précieuse fut rebaptisée « Section des Imprimés anciens et précieux ». Ces évolutions sémantiques, qui a priori pourraient passer pour anecdotiques, sont en réalité lourdes de sens. Il y a clairement dans le chef de la direction de la Bibliothèque royale de Belgique la volonté de revendiquer le statut d’acteur patrimonial livresque de référence et, surtout, de lui donner une plus grande visibilité.

  • 32 [En ligne] < http://belgica.kbr.be >.
  • 33 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2009, Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 34 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2010, Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 35 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, op. cit., p. 34.

17Deux initiatives récentes, qui ont permis à la Bibliothèque royale de renforcer son identité patrimoniale, méritent ici d’être soulignées. La première est la mise en chantier en 2008 d’une bibliothèque patrimoniale numérique, Belgica, qui rassemble des pièces issues des différentes collections patrimoniales auxquelles il faut ajouter la numérisation de sauvegarde de différentes séries de journaux32. Le site a été officiellement lancé le 17 février 2009, jour du quarantième anniversaire de l’ouverture de l’actuel bâtiment de la Bibliothèque sur le site du Monts des Arts au centre de Bruxelles33. L’année suivante, le 20 octobre 2010, était inauguré un musée du livre, baptisé Librarium. Ce projet est né du constat qu’il n’existait pas, en Belgique, « d’espace d’exposition présentant des documents authentiques, consacré à toute l’histoire du livre et de l’écrit »34. Un espace d’exposition temporaire a également été conçu à l’intérieur de ce musée afin de permettre à la Bibliothèque de faire découvrir ses trésors au grand public. Symboliquement, Librarium a été installé dans l’espace qui sépare la section des Manuscrits de la Réserve précieuse. Consécration pour ce lieu d’exposition, la Radio-télévision belge francophone (RTBF) – la première chaîne télévisée francophone publique – l’a transformé en mars 2014 en plateau de tournage pour son émission d’histoire Retour aux sources. Sur ce plateau, se rencontraient des spécialistes pour commenter les documentaires diffusés au cours de l’émission. Deux saisons y ont été tournées35.

18Par ailleurs, on ne saurait ici passer sous silence la réduction drastique des moyens financiers affectés à la Bibliothèque royale de Belgique depuis plusieurs années. En 2014, le gouvernement fédéral, dont elle dépend, lui a imposé une réduction de 19,3 % de sa dotation annuelle en vue d’assainir les finances publiques36. Cette cure d’amaigrissement, qui doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’actuelle législature en 2019, a de lourdes conséquences sur la politique d’acquisitions patrimoniales. La page web annonçant les derniers achats prestigieux n’est plus alimentée depuis octobre 201437. Il ne s’agit certainement pas d’un manque de réactivité du webmaster. Le constat est sans appel. Les priorités de l’État belge ont bien changé depuis l’époque où à la tribune de la Chambre des représentants, un député conviait ses collègues à accepter les demandes de crédit du ministre de l’Intérieur en vue de la création d’une bibliothèque nationale qui formerait une « école de tous les citoyens ». Il importe également de mentionner que l’ensemble des problèmes rencontrés actuellement par la Bibliothèque royale de Belgique ne repose pas uniquement sur la réduction de ses moyens financiers. Des critiques lui ont été faites de longue date à propos de son fonctionnement38. La Bibliothèque royale de Belgique est une bibliothèque nationale dans un état fédéralisé dans lequel les domaines couverts par elle (recherche scientifique, culture et éducation) ont tous été communautarisés ; ce qui explique notamment que la communauté flamande ait mis sur pied le projet d’une bibliographie rétrospective des ouvrages imprimés avant 1801 en Flandre (pris dans son acceptation communautaire), le Short-Title Catalogue Vlaanderen (STCV)39, alors que ce genre d’entreprise bibliographique appartient en général aux missions assurées par des bibliothèques de rang national40. Cette situation est également à l’origine de la naissance du portail « Bibliothèque patrimoniale de Flandre » (Vlaamse Erfgoed Bibliotheek) qui regroupe les six bibliothèques patrimoniales majeures de Flandre41. Dans un pays où le livre et les bibliothèques dépendent du pouvoir central, un tel portail aurait dû regrouper l’ensemble des bibliothèques patrimoniales sur son territoire.

*

19La constitution des collections patrimoniales livresques de la Bibliothèque royale de Belgique s’est donc faite en plusieurs étapes. Elle résulte de la sélection de certains ouvrages en raison de leur caractère ancien, précieux, curieux, bibliophilique ou encore de leur importance historique. Ce principe de distinction a évolué avec le temps, tendant de plus en plus vers une relative objectivité. Ce processus a débuté dans la foulée de l’ouverture de l’institution avec la collection d’incunables pour se poursuivre avec la création de la Réserve précieuse au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avant de voir réuni au sein d’une seule et même section l’ensemble des livres antérieurs à 1830. Dans les missions conférées par l’État belge à la Bibliothèque royale de Belgique, il est précisé que celle-ci doit gérer, conserver et compléter un patrimoine culturel important. Gageons que les moyens qui lui seront alloués dans le futur lui permettront de continuer d’exercer ces missions fondamentales et ainsi perpétuer son identité d’acteur patrimonial de référence au niveau du livre, tant en Belgique qu’à l’étranger.

Notes

1 [En ligne] < https://www.belspo.be/belspo/fsi/kbr_fr.stm >.

2 Paul Imbs, « Patrimoine : la notion et le mot », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 1982, t. 68, p. 281-298 ; Frédéric Barbier, « Patrimoine, production, reproduction », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, n° 5, p. 21-23. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0011-002 > ; Jean-Pierre Babelon et André Chastel, La notion de patrimoine, 3e éd., Paris, L. Levi, 2008 ; Albert Poirot, « Patrimoine », in Pascal Fouché et al. (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre, t. 3, Paris, Édition du Cercle de la Librairie, 2011, p. 153-158.

3 Le Moniteur belge, 23 avril 2002.

4 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2015, p. 3.

5 Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, 10 t., Paris, Payot, 1995.

6 Sur l’histoire de la Bibliothèque royale de Belgique, on consultera : Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de la Belgique, t. 1 : histoire des bibliothèques publiques de Bruxelles, Bruxelles, Parent, 1840, p. 213-313 ; Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1969 ; François de Callataÿ, Wim de Vos, « Introduction historique », in Pierre Delsaerdt et al. (dir.), Cent trésors de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, Fonds Mercator ; La Bibliothèque, 2005, p. 11-23. Sur la période révolutionnaire, voir notre contribution : « Le rapport de Charles-Antoine de La Serna Santander (1752-1813) sur l’état de la Bibliothèque publique de Bruxelles en 1807 », In Monte Artium. Journal of the Royal Library of Belgium, 2012, t. 5, p. 7-44.

7 Sur Charles Van Hulthem (1764-1832) et ses livres, voir Auguste Voisin, « Notice sur Charles van Hulthem, » in Bibliotheca hulthemiana ou Catalogue méthodique de la riche et précieuse collection de livres et de manuscrits délaissés par Ch. Van Hulthem…, t. 1, Bruxelles, J. Poelman, 1836, p. i-lxx ; Fernand Leleux, Charles Van Hulthem, 1764-1832, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1965 ; Marcus de Schepper, Ann Kelders et Jan Pauwels (dir.), Les seigneurs du livre. Les grands collectionneurs du XIXe siècle à la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2008, p. 14-25 ; Bart Op de Beeck, « De verzameling gedrukte werken van Karel van Hulthem en de Koninklijke Bibliotheek van België, » dans Chris Coppens et al. (dir.), E codicibus impressisque. Opstellen over het boek in de Lage Landen voor Elly Cockx-Indestege, t. 3, Louvain, Peeters, 2004, p. 493-543 ; Renaud Adam, « Le berceau d’une collection : les incunables de Charles Van Hulthem (1764-1832) », In Monte Artium. Journal of the Royal Library of Belgium, 2011, t. 4, p. 7-36.

8 Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de Belgique, op. cit., t. 1, p. 220, 228.

9 Le rapport est reproduit in extenso dans : Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de Belgique, op. cit., t. 1, p. 221-227.

10 Ibid., t. 1, p. 250.

11 Ibid., t. 1, p. 252.

12 Ibid., t. 1, p. 252-253.

13 Ibid., t. 1, p. 253. L’historien tant attendu par les rapporteurs naîtra une trentaine d’années plus tard. Il s’agit du grand érudit Henri Pirenne (1862-1935), dont les travaux ont profondément influencé l’école historique belge (Ferdinand L. Ganshof, « Pirenne (Henri) », in Biographie nationale [de Belgique], t. 30, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1958, coll. 671-723). Son influence a dépassé les frontières belges. Marc Bloch et Lucien Febvre le considéraient comme un de leurs maîtres et voyaient en lui un des inspirateurs de l’École des Annales (Bryce et Mary Lyon, The Birth of Annales History. The Letters of Lucien Febvre and Marc Bloch to Henri Pirenne (1921-1935), Bruxelles, Commission royale d’histoire de Belgique, 1991).

14 Jean Stengers, Élian Gubin, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, t. 2 : le grand siècle de la nationalité belge, Bruxelles, Racine, 2002, p. 14-16 ; Els Witte, La construction de la Belgique (1828-1847), Bruxelles, Le Cri, 2010, p. 185-204.

15 Jean-Pie Namur, Histoire des bibliothèques publiques de Belgique, op. cit., t. 1, p. 237.

16 Sur l’attitude de Van Hulthem au cours de la révolution belge, voir Fernand Leleux, Charles Van Hulthem, op. cit., p. 421-442.

17 Cario Bronne, « Les réalités humaines », in Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, op. cit., p. 87-88.

18 Cette double partition trouve son origine dans l’histoire de la collection des manuscrits. En 1815, le nouveau gouvernement du Royaume des Pays-Bas, né dans la foulée du Congrès de Vienne, avait décidé de soustraire la gestion des manuscrits à la Bibliothèque de la Ville de Bruxelles pour qu’ils redeviennent la propriété de l’État et soient rassemblés sous l’appellation « Bibliothèque de Bourgogne » (Marguerite Debae et Claude Lemaire, « Esquisse historique 1559-1837 », in Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, op. cit., p. 58-69).

19 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », Archives et bibliothèques de Belgique, 2013, t. 84, p. 191-193.

20 Cité par Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit., p. 193.

21 Georges Colin, « La Réserve précieuse », in Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, op. cit., p. 213-229.

22 Sur cet ancien conservateur, voir : Fernand Remy, Le personnel scientifique de la Bibliothèque royale de Belgique 1837-1962, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1962, p. 100-101 ; Robert W. Scheller, « Franz Schauwers », Quaerendo. A Journal Devoted to Manuscripts and Printed Books, 1971, n° 1, p. 228-229.

23 Le Moniteur belge, 15 mai 1965.

24 Georges Colin, « La Réserve précieuse », op. cit., p. 215.

25 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit., p. 197.

26 Georges Colin, Marie-Thérèse Lenger et Anne Rouzet, Bibliothèque de Madame Louis Solvay. Catalogue, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1965-1969, 3 vol.

27 Karin Pairon, Anne Rouzet, Éditeurs belges de bibliophilie (1991-2003). Catalogue d’exposition, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Chapelle de Nassau du 7 mai au 26 juin 2004, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2004. Le Dépôt légal a permis à la Bibliothèque royale de Belgique, malgré les coupes sombres dans son budget d’acquisition depuis de nombreuses années, d’assurer ses obligations de collecte du patrimoine littéraire national.

28 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2006, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2007, p. 53.

29 Claude Sorgeloos, « La Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique », op. cit., p. 202-205.

30 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2007, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2008, p. 7.

31 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, op. cit., p. 3.

32 [En ligne] < http://belgica.kbr.be >.

33 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2009, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2009, p. 82.

34 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2010, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2011, [non paginé] point 5.2.

35 Rapport annuel de la Bibliothèque royale de Belgique. Exercice 2013-2014, op. cit., p. 34.

36 La Libre Belgique, 15 juillet 2015 [En ligne] < http://www.lalibre.be/culture/politique/la-culture-va-perdre-16-de-ses-moyens-55a5e1e735708aa436f862cf >.

37 [En ligne] < http://www.kbr.be/collections/collections_fr.html >.

38 On peut se reporter aux rapports dressés à la demande des ministres en charge des institutions scientifiques fédérales : Hendrik D.L. Vervliet, Rapport sur les missions et le fonctionnement de la Bibliothèque royale Albert Ier, Anvers, s. n., 1990 ; Jean-Pierre Devroey, Marianne Dujardin, Julien van Borm, La Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Fondation roi Baudouin, 2000.

39 [En ligne] < http://www.stcv.be >.

40 Rémi Mathis, « Bibliographies nationales rétrospectives et gestion des collections patrimoniales : pour un inventaire scientifique du patrimoine imprimé européen », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 1, p. 61-67. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-01-0061-009 >.

41 [En ligne] < http://www.vlaamse-erfgoedbibliotheek.be >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search