Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 5. Patrimonialiser le livre pour enfants

Un défi ?

Cécile Boulaire

Texte intégral

1La question de la patrimonialisation du livre pour enfants est étroitement tributaire d’une prise en compte de la présence même des livres pour enfants (et donc des enfants !) dans les bibliothèques publiques. Il ne faut pas oublier en effet qu’il faut attendre 1924 pour qu’ouvre en France la première bibliothèque enfantine, l’Heure Joyeuse de Paris, entièrement financée par des philanthropes américains.

  • 1 Laura Noesser, Fonds ancien de littérature pour la jeunesse : catalogue de livres imprimés avant 1 (...)
  • 2 Françoise Lévêque, « Le fonds historique de littérature enfantine de l’Heure Joyeuse », Bulletin d (...)
  • 3 Catherine Dollé, La politique d’acquisition du fonds historique de l’Heure Joyeuse (1987-1994), mé (...)
  • 4 Jean-Pierre Oddos, Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives, Paris, Cercle de la librair (...)

2De manière assez surprenante, les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse, Mathilde Leriche et Claire Huchet puis Marguerite Gruny ont d’emblée à cœur d’amasser, pour leurs jeunes lecteurs, ce qu’elles peuvent réunir de livres « anciens » pour la jeunesse, afin de leur faire partager un patrimoine commun, en quelque sorte un « trésor » de la littérature pour la jeunesse. Ce fonds qu’elles appellent alors « fonds ancien »1 est la base de ce qui est formalisé en 1977 sous le titre de « fonds historique »2 ou « fonds de conservation de livres pour enfants »3, devenu aujourd’hui « fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse » au sein de la Médiathèque Françoise Sagan. Il est intéressant d’observer le glissement linguistique de « ancien » à « historique » puis « de conservation » et enfin « patrimonial » : il suit les méandres de la notion très française de « patrimoine écrit », qui témoigne elle-même d’un changement de paradigme dans la manière d’envisager les objets hérités du passé et transmissibles à nos héritiers. Je ne reviens pas sur l’émergence de la notion depuis les rapports Desgraves (1982) et Yvert (1984). Les étapes de son déploiement jusqu’au Plan d’action pour le patrimoine écrit (ministère de la Culture, 2004) sont marquées par un constant élargissement de la notion4 : ce qui était « ancien » peut simplement n’être qu’« historique », ce qui est « conservé » devient de facto « patrimonial ».

Une patrimonialisation progressive…

3Ces mêmes étapes se retrouvent dans le petit monde du livre pour enfants. La première scansion marquante est constituée par les rencontres interprofessionnelles à l’Heure Joyeuse en novembre 1994, « Le livre pour la jeunesse : un patrimoine pour l’avenir » sous-titré « De quelles sources disposent les chercheurs, enseignants, bibliothécaires, éditeurs ? ». C’est la première fois que sont officiellement réunis autour de la même table des bibliothécaires spécialisées pour la jeunesse, des chercheurs et des universitaires, qui jusqu’à présent se regardaient à distance. Les un.es en effet étaient perçu.es comme exclusivement voué.es à la lecture publique, donc à une pratique quotidienne sans mémoire ; les autres étaient considérés comme des amateurs de vieux papiers sans lien avec le présent. Or voici que pour la première fois on imagine que les deux professions ont intérêt à travailler de manière proche. C’est reconnaître une compétence de conservation à des professionnel.les que, depuis la création du CAFB « option jeunesse » (1951) on a considéré.es comme surtout voué.es à un renouvellement perpétuel de leur public et, partant, de leurs collections.

  • 5 Le livre pour la jeunesse : patrimoine et conservation répartie : actes de la journée d’étude 5 oc (...)
  • 6 L’enfance à travers le patrimoine écrit : actes du colloque, Annecy, 18 et 19 septembre 2001, Aral (...)
  • 7 Nic Diament, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », Bulletin des bi (...)
  • 8 Catherine Thouvenin (dir.), Le livre pour la jeunesse : répartir la conservation des fonds jeuness (...)
  • 9 Cécile Boulaire, Claudine Hervouet, Matthieu Letourneux (dir.), L’avenir du livre pour la jeunesse(...)

4Cette première manifestation est suivie d’une série d’autres, qui témoignent de cette rapide patrimonialisation du livre pour la jeunesse. En 2000 se tient une journée d’études à la BnF intitulée Le livre pour la jeunesse : patrimoine et conservation répartie, à l’initiative de l’Heure Joyeuse, de la BnF, de la Fédération française pour la coopération des bibliothèques (FFCB), de la Joie par les livres et de Paris Bibliothèques5. L’année suivante, le Mois du Patrimoine écrit est consacré à l’enfance et donne lieu à un colloque qui se tient à Annecy6, et à de nombreuses manifestations et expositions, permettant de mettre en valeur des fonds liés à l’enfance. En 2004, un dossier du Bulletin des bibliothèques de France intitulé « Patrimoines » fait notamment place à une réflexion de Nic Diament, alors directrice de la Joie par les livres, sous le titre « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial »7. La même année se tient, en octobre, dans le grand auditorium de la BnF, un colloque aux partenaires multiples intitulé « Répartir la conservation des fonds jeunesse »8. Cette fois, la Joie par les livres et l’Heure Joyeuse se sont associées avec les bibliothèques départementales de prêt de Seine-et-Marne, des Yvelines, de l’Essonne et du Val-d’Oise, avec BibSud, le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de Créteil, le Centre de recherches et d’information sur la littérature jeunesse, la Direction du livre et de la lecture (ministère de la Culture), la Drac Île-de-France, la FFCB, l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), Livres au trésor, les services du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, et la Ville de Paris. C’est dire si, à tous les niveaux de l’administration des bibliothèques publiques, on se préoccupe désormais de la littérature jeunesse9.

  • 10 Lucile Trunel, « L’Île aux livres à Marseille, de l’Alcazar à la coopération régionale », La Revue (...)

5Significativement, la Joie par les livres, sous-titrée alors « Centre national de littérature jeunesse », renonce à son statut d’association et devient en 2008 un secteur du département « Littérature et art » de la BnF. En octobre 2009, c’est cette fois en province que se tient la manifestation la plus ambitieuse consacrée à cette thématique : à l’Alcazar de Marseille se tient en effet la journée d’études La conservation partagée des fonds jeunesse, à l’initiative de la BnF / Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) – La Joie par les livres, en partenariat avec la bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) de Marseille, l’Agence régionale du livre Paca, la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL), la bibliothèque L’Heure Joyeuse (Paris), et la commission Jeunesse de l’Association des bibliothécaires de France (ABF). À la liste impressionnante des partenaires s’ajoute le prestige de l’établissement qui accueille la manifestation : en effet, en 2003 a été mis en place en région Paca un vaste plan de conservation des fonds de jeunesse, qui a notamment donné lieu à la création, au sein de la toute nouvelle bibliothèque l’Alcazar, de « l’Île aux livres »10, espace de documentation consacré au livre pour enfants, avec un accent mis sur sa dimension patrimoniale. Des plans de conservation « partagée » ou « répartie » se mettent en place un peu partout en France : en Midi Pyrénées et Franche-Comté (2005), en Bourgogne (2007)… mais depuis, ils semblent avoir marqué le pas.

… détrônée par la numérisation ?

  • 11 Bérénice Waty, « La numérisation concertée en littérature pour la jeunesse », Bulletin des bibliot (...)
  • 12 Bibliothèque nationale de France. [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pr (...)
  • 13 Agence régionale du livre Haute-Normandie avec les bibliothèques de Dieppe et Evreux et le Musée n (...)

6C’est qu’entre-temps s’est développée la numérisation ; des fonds publics et ministériels sont allés plus massivement aux programmes patrimoniaux comportant un volet « numérisation », voire « bibliothèque virtuelle », de sorte que parfois, avant même qu’ils aient pu être mis en place, les projets de « conservation partagée » se sont transformés en projets de « numérisation concertée ». C’est ainsi que s’intitule la journée « d’information et d’échange » La numérisation concertée en littérature pour la jeunesse qui se tient en novembre 2013 à la BnF, à l’initiative du CNLJ et de la Médiathèque Françoise Sagan-Fonds Heure Joyeuse11, deux institutions qui pilotent depuis 2012 un programme national de numérisation concertée en littérature pour la jeunesse. À l’issue de cette journée, dont les actes sont publiés… numériquement12, les deux partenaires lancent un premier « appel à initiatives de numérisation concertée des imprimés en littérature pour la jeunesse ». Il s’agit en effet d’identifier des fonds homogènes et d’apporter une aide à la numérisation, ainsi qu’à la valorisation des collections ainsi numérisées. Huit projets sont retenus pour la tranche 2015-201713, en vue de la numérisation, selon les estimations, de 1 100 volumes pour 210 000 pages environ.

7Il convient de s’arrêter brièvement sur ce rapide historique. Cela fait 90 ans que notre pays consacre des bibliothèques aux enfants, et seulement 20 ans que les professionnels considèrent que les livres destinés à ces enfants ne sont pas seulement voués à l’usage « ici et maintenant » de la lecture publique, mais constituent, de par leur présence dans les bibliothèques publiques, des éléments de ce « patrimoine écrit » mis à l’honneur depuis les années 1980. Cependant, à peine ces richesses viennent-elles à la conscience collective que le souci de leur conservation semble s’effacer devant celui de leur numérisation. Comment expliquer cela ? Il me semble que cela tient à la nature paradoxale de notre regard sur le livre pour enfants.

Le livre pour enfants, l’opposé d’un livre « rare et précieux »

8Les collections patrimoniales issues des « trésors » et autres « fonds rares & précieux » ne pouvaient pas comporter de livres pour enfants, pour une série de raisons évidentes.

  • 14 Isabelle Havelange, Ségolène Le Men, Michel Manson, Le magasin des enfants : la littérature pour l (...)

9D’une part, le livre pour enfants est une réalité relativement récente. Il faut attendre le XVIIIe siècle, avec le Magasin des enfants puis l’Ami des enfants, pour que la production devienne un peu visible14 – difficile dans ces conditions de rivaliser avec des fonds de manuscrits du haut Moyen Âge !

10D’autre part, le livre pour enfants ne se situe pas du côté de la rareté. En effet, son émergence suppose qu’il existe une classe sociale cultivée et fortunée assez nombreuse pour que la production soit d’emblée rentable ; il n’y a pas de production « bibliophilique » de livres pour enfants : le livre pour enfants est un multiple, ou il n’est pas. Par ailleurs, il n’est jamais véritablement luxueux, pour une raison évidente : nul adulte sensé ne mettrait entre les mains des bambins des ouvrages fragiles ou réalisés en matières précieuses. Par définition, le livre pour enfants a donc un aspect rustique.

11Ni rare, ni précieux, le livre pour enfants souffre par ailleurs d’une longue déconsidération due au statut mineur de son public naturel. De sorte que même lorsque d’éminents érudits constituent, à leur usage personnel, d’amples collections d’enfantina, elles ne font pas l’objet, à leur mort, de l’intérêt de la collectivité, et il n’est pas rare que les collections ainsi patiemment constituées soient dispersées. La collection Gumuchian est vendue en 1930 sans que l’État ou la moindre bibliothèque publique manifeste le souhait de la préempter ; c’est la même chose avec celle de Paul Gavault, vendue en 1950, ou celle de Roger Castaing, vendue à Drouot en juin 1977 (Jean Glénisson, lui, a légué une partie de sa collection à l’Heure Joyeuse).

12Parce qu’il n’est ni très vieux, ni très précieux, et que son destinataire mineur le déconsidère aux yeux des conservateurs, le livre pour enfants est longtemps absent des fonds de conservation. Et lorsque par extraordinaire on s’avise qu’il pourrait mériter l’intérêt des conservateurs, rien n’est simple : parce qu’il n’a pas été nativement acquis pour les collections de lecture publique, le livre pour enfants doit être récupéré « après usage »… or l’usage que les enfants font du livre pour enfants s’apparente souvent à de la consommation, voire à de la destruction. Le livre pour enfants souffre, comme objet patrimonial, d’une particulière fragilité, au point que la seule manière de le conserver serait de le tenir d’emblée à l’écart de son destinataire naturel – mais qu’est-ce que transmettre ce qui n’a pas été utilisé, usé, fréquenté ? Où est alors la valeur « patrimoniale » ?

Et pourtant, un livre « susceptible d’être rare »

13La destruction par l’usage enfantin n’est pas le seul risque encouru par cette catégorie d’objets. En effet, la constitution contemporaine de « fonds patrimoniaux », en grande partie rétrospectifs, révèle une fragilité toute particulière du livre pour enfants. Les vide-greniers le prouvent : les familles ne gardent pas les livres des enfants dès lors que ceux-ci ont passé l’âge de les lire – ils sont alors donnés, vendus, quand ils ne sont pas tout simplement détruits ; ce sort est en particulier celui de la presse, particulièrement vulnérable. Qui a gardé l’intégralité de ses collections de Pif ? de Pomme d’Api ?

  • 15 André Derval et Marie-Pierre Litaudon, « L’IMEC, centre de ressources en littérature de jeunesse » (...)

14Les bibliothèques elles-mêmes se sont longtemps adonnées à la destruction des livres retirés des rayonnages : les sections pour enfants n’avaient ni place, ni mission pour la conservation, et le désherbage aboutissait soit à des dons, soit à des destructions. Les éditeurs ne sont pas davantage soucieux de conserver leurs archives ou leurs livres, de sorte qu’il est inutile de compter sur eux pour reconstituer une collection du passé, la pression immobilière parisienne les ayant depuis longtemps conduits à se défaire des traces de leur activité passée. L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) offre relativement peu de dossiers consacrés à l’édition pour la jeunesse15, et quoi qu’il en soit n’a jamais eu pour vocation de conserver les collections de livres elles-mêmes.

15Cette vulnérabilité spécifique fait que le livre pour enfants, sans être précieux, peut être rare – encore faut-il que ce soit une rareté dont on se soucie.

Pour qui ?

16Or, le public actuel de ces documents est difficile à cerner. Il existe bien des collectionneurs d’enfantina, comme on vient de le voir, mais au-delà de leur petite catégorie, quel public pourrait être le bénéficiaire d’efforts de la collectivité en faveur d’une conservation patrimoniale des livres pour enfants ? Les réponses, à partir des années 1990, sont nombreuses, disparates même. Il y a, on l’a vu lors des rencontres de 1994, les chercheurs et étudiants (car la littérature pour la jeunesse a progressivement et timidement fait son entrée dans les thématiques de recherches universitaires, puis d’enseignement universitaire). On peut aussi compter sur la cohorte des curieux, nostalgiques, amateurs, collectionneurs – les prendre en considération signale là encore une ouverture de la part du monde des conservateurs, vers des « non-savants ». Gallica a ouvert la voie dans ce domaine, en consacrant des efforts à la compréhension des usages « amateurs-experts » qui pouvaient être faits de ses collections, notamment à l’occasion du centenaire de la déclaration de guerre en 2014. On vise encore les professionnels du livre pour la jeunesse contemporaine : auteurs, illustrateurs, éditeurs, qui peuvent trouver intérêt à un accès facile aux réalisations du passé. On suppose que cette patrimonialisation va permettre de mieux former les nouveaux bibliothécaires, qui auront ainsi accès à l’histoire de leur domaine de spécialité. Enfin on pense que cette patrimonialisation pourra aussi intéresser les enfants eux-mêmes, à travers bien sûr des actions de médiation.

Le démarrage du mouvement patrimonial

17Dans ces années 1990, tout est donc en place pour une véritable patrimonialisation du livre pour enfants : alors que des succès éditoriaux contemporains attirent l’attention des médias vers le livre pour enfants, la bibliosphère prend la mesure de sa vulnérabilité particulière qui fait que, bien qu’il ne soit ni très ancien ni très précieux, il soit en passe de devenir rare ; elle imagine un vaste public susceptible d’être le destinataire idéal de cet effort de conservation. Mais surtout, elle prend plus au sérieux l’histoire et l’intérêt du livre pour enfants, grâce à un intérêt nouveau pour des recherches historiques, menées depuis les années 1970 (il a donc fallu 20 ans).

  • 16 Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, une exposition conçue et réalisée par Annie Renonc (...)

18Ce sont peut-être en partie ces recherches qui ont permis la prise en compte, par les professionnel.les des bibliothèques, du fait que leurs propres objets présentaient un intérêt au-delà de leur usage quotidien. Par ricochet, les pratiques de ces professionnel.les se sont parfois nourries des connaissances mises au jour par les travaux des chercheurs. Des collaborations fructueuses ont révélé qu’un intérêt mutuel pouvait naître d’une meilleure connaissance des fonds. Par exemple, l’exposition Livre Mon ami, lecture enfantines 1914-1954 organisée à la Bibliothèque Forney en 1991 à partir des fonds de l’Heure Joyeuse16, a ainsi révélé un hiatus profond entre ce que révélaient les travaux des historiens du livre sur la réalité de la production et de la lecture enfantine durant cette période, et les livres conservés dans les magasins des bibliothèques enfantines. À l’occasion de cette exposition rétrospective, Marguerite Gruny, une des bibliothécaires pionnières de l’Heure Joyeuse, a reconnu que se trouvaient exposés nombre de livres qu’à l’époque elle et ses collègues n’avaient pas souhaité mettre à la disposition de leurs jeunes lecteurs : albums Disney, Tarzan, Félix le chat…

19Les travaux de chercheurs, en se multipliant, font émerger une autre image de la littérature pour enfants, dégagée du souci de faire lire « les bons livres », faisant place aux productions populaires comme aux périodiques. Prenant connaissance de ces recherches, bon nombre de bibliothécaires portent un autre regard sur leurs fonds ainsi réévalués. Il s’ensuit que pendant plus de 10 ans, la profession se met donc enfin à considérer les livres pour enfants comme des objets « à conserver ».

Une patrimonialisation en panne ?

20Il faut sans doute aussi reconnaître que l’analyse préalable des destinataires de ces politiques de patrimonialisations avait été faite un peu rapidement. Au large panel réunissant chercheurs et amateurs, artistes et éditeurs, collectionneurs et enfants, il faut pragmatiquement substituer un public plus modeste : les collectionneurs ont déjà, et depuis longtemps, leurs réseaux ; les chercheurs ne sont pas nombreux, et ils sont dispersés sur le territoire ; quant aux étudiants, ils sont, naturellement, plus intéressés par le contemporain ; les illustrateurs n’ont pas le réflexe d’aller vers les œuvres du passé ; enfin les enfants semblent, de manière bien compréhensible, attirés bien davantage par des livres récents qu’ils peuvent manipuler que par des vitrines aux ouvrages certes beaux, mais démodés. Il est donc probable que le flottement sur les destinataires de ces efforts, ajouté à la lourdeur des procédures à mettre en place, ait mis un coup d’arrêt, sans que rien ne soit officiellement décidé, à ces amples campagnes de patrimonialisation. C’est sans doute la raison pour laquelle on observe au tournant des années 2010 un virage très net de « conservation partagée » à « numérisation concertée ».

21Or, la complexité des opérations de conservation partagée impulsées par les agences régionales de coopération fournit une troisième explication à cette patrimonialisation inaboutie. Le modèle provençal de l’Alcazar, présenté comme pionnier, révèle d’emblée ses contraintes : signalement préalable des fonds, engagement des bibliothèques dans des partenariats, définition des modalités de l’investissement de chacune ; création de lieux de conservation identifiés par thème, type de document, auteurs, etc. ; puis organisation de la logistique de circulation des ouvrages désherbés vers les bibliothèques qui, chacune selon sa spécialité, ont choisi de les conserver ; enfin protection, conservation, restauration, mise en valeur. L’opération a un coût certain, difficile à assumer en période de restrictions budgétaires ; elle a aussi ses lourdeurs logistiques et humaines, difficilement compatibles avec une culture professionnelle orientée bien davantage vers la médiation et l’animation.

Les ambiguïtés de la numérisation

22Il n’est pas nouveau de relever que, trop souvent, on a considéré la numérisation comme une des modalités de la conservation – voire une alternative à cette dernière. La confusion repose sur l’illusion que sauver l’apparence d’un document écrit en le photographiant dans les meilleures conditions, et en le mettant ainsi à la disposition d’un large public, permettrait ensuite de se dédouaner des efforts pour conserver la matérialité dudit document. C’était bien sûr un raccourci absurde : il va de soi que la numérisation contribue à une meilleure conservation de certains documents, dans la mesure où la mise à disposition du contenu du document par voie numérique évite des manipulations répétées qui, elles, seraient destructrices ; c’est le cas, typiquement, des registres d’état-civil, de certains herbiers, de manuscrits médiévaux… La numérisation, dans ce cas, n’est pas un élément de la conservation du document, mais une mesure de préservation contre sa destruction, ce qui n’est pas tout à fait la même chose ; elle ne dispense en aucune manière des soins de restauration et de stockage du document physique.

23Néanmoins, dans le cas du livre pour enfants, l’inexistence, avant les années 1990, de lieux spécifiques dédiés à la conservation patrimoniale de ces documents, et l’absence de fonds spécifiquement débloqués pour en créer ont pu conduire à un certain découragement, à la faveur duquel la numérisation est apparue comme un pis-aller acceptable. Faute de pouvoir réunir ces livres « patrimoniaux », à l’échelle d’un territoire, dans un unique lieu de conservation et de mise en valeur, on pouvait peut-être se rallier à des actions collectives de mise en valeur, faute de mieux, par voie numérique – la constitution d’une bibliothèque collective dématérialisée étant une réponse à la difficulté de mettre en place des bibliothèques patrimoniales physiques.

24C’est que le cas du livre pour enfants était loin d’être aussi clair que celui des registres d’état-civil (malmenés au quotidien par des milliers de généalogistes, amateurs et professionnels), des herbiers fragiles hérités des siècles précédents mais encore précieux aux botanistes actuels, ou des manuscrits enluminés examinés à la loupe par des générations de médiévistes et de codicologues. Tous ces usagers, en effet, avaient connaissance de l’existence des documents avant que ceux-ci ne fassent l’objet d’une décision de numérisation à des fins de consultation non destructive. Pour les livres pour enfants, la situation était différente : il s’agissait de numériser des objets pour un public… qui n’était pas clairement identifié, et ce, non pas dans l’objectif d’en limiter la consultation réelle, mais à l’inverse d’en signaler l’existence concrète en même temps qu’on dispensait de leur consultation réelle ! L’ambiguïté initiale sur les destinataires des efforts de patrimonialisation débouchait sur l’ambiguïté des choix logistiques.

Un éclat paradoxal

25Or, si le livre pour enfants pose des problèmes spécifiques en termes de conservation (quoi garder, comment garder, qui a vocation à le faire), en revanche il possède des atouts singuliers dans le cadre d’une campagne de numérisation. Les élus locaux le savent bien : si la construction d’une médiathèque est un éclatant « geste » politique, bien visible de tous les administrés, en revanche rien de plus frustrant que de décider d’investir dans des efforts de numérisation patrimoniale, difficilement visibles (donc peu capitalisables en termes électoraux). Sauf si les objets ainsi préservés et mis en valeur peuvent briller d’un éclat particulier, et toucher un large public, même superficiellement.

26Or le livre pour enfants offre ces deux atouts : il est flatteur, visuellement ; et il est populaire (depuis les années Harry Potter, le secteur jeunesse est le moteur de l’édition française rituellement en crise17). Numériser des documents patrimoniaux est une action lourde, coûteuse, peu visible ; numériser des livres pour enfants est parfois très complexe (relativement aux formats et matériaux spécifiques), mais le résultat, flatteur, « passe » bien – si ces livres sont des albums illustrés en couleurs. Pour une institution publique, c’est une manière d’attirer l’attention d’un public large, sous une forme très « virale ».

  • 18 Marie-Pierre Litaudon, 2006-2008. La collection est accessible via le choix de l’accès à la « coll (...)

27L’exemple de Gallica est significatif à cet égard. La bibliothèque virtuelle de la BnF offre des milliers de titres destinés à la jeunesse, sans que, pour l’instant, rien ne les signale comme tels. Mais, depuis la présentation d’une partie de son offre sous la forme de rubriques thématiques, elle invite les internautes à s’orienter par exemple vers une collection d’abécédaires issue notamment d’une campagne de numérisation spécifique et de l’embauche d’un « chercheur associé18 ». Si la consultation des notices des livres numérisés dans Gallica peut parfois s’avérer rébarbative, il n’en est rien dès lors qu’on s’intéresse aux albums illustrés pour l’enfance, et ce d’autant plus qu’on les a numérisés en couleurs (ce qui n’était pas le cas pour les premières versions de Gallica), ce qui permet un affichage par « vignettes » extrêmement intuitif. Le service de la coopération, soucieux des réappropriations de ses numérisations par les internautes, chercheurs, curieux de toutes sortes, peut sans doute ici se féliciter d’une mise en valeur thématique qui met à l’honneur des ouvrages flatteurs, colorés, réappropriables à l’ère du web 2.0 et du « tout image » : d’un clic l’internaute peut partager sur Twitter ou Facebook, ou intégrer sur son blog l’image d’un livre patrimonial numérisé.

28Plus encore : le développement de la coopération autour de Gallica, avec notamment le programme « Gallica marque blanche » mais aussi les autres formes de partenariat avec des bibliothèques françaises, semble une réponse naturelle au problème de l’éparpillement des fonds sur le territoire. S’il est difficile de s’organiser matériellement à l’échelle d’un territoire pour conserver physiquement des livres pour enfants, il est en revanche très pratique de bénéficier d’une structure nationale qui impulse des campagnes de numérisation, puis offre son appui logistique, avant de prendre en charge une partie essentielle de la valorisation de l’objet final, puisque les fichiers numériques peuvent être visibles conjointement sur le site ou la bibliothèque virtuelle locale, et sur Gallica, comme c’est le cas des albums de Benjamin Rabier issus de la collection de la Bibliothèque municipale de Toulouse. Il arrive même que Gallica se substitue complètement à l’échelon local, comme c’est le cas pour les mêmes albums issus des collections de l'Heure Joyeuse ou de la Bibliothèque municipale de La Roche-sur-Yon. Moins d’effort d’invention d’une procédure, pour plus de visibilité : on comprend que substituer « numérisation » à « conservation » ait rencontré un tel succès.

Risques et espoirs

29On peut déplorer cette reprise en mains de l’initiative à l’échelon national, cette re-centralisation des politiques de mise en valeur qui avaient commencé à émerger à l’échelle locale. Plus positivement, il est possible aussi de considérer que cette phase est transitoire, et doit permettre la réalisation concrète de politiques de conservation réellement réparties, partagées, concertées – en un mot, informées. Par la large mise en valeur de corpus progressivement signalés par leurs possesseurs, puis numérisés et disséminés grâce à Gallica et ses services associés, c’est la connaissance même de cette littérature méconnue qui progresse. La visibilité immédiate de documents mis en ligne sur Gallica est garante de l’absence de doublons. Elle devrait permettre progressivement de dessiner en creux les absences. C’est à partir de ce constat que pourront être plus efficacement mis en place des plans de conservation de pans entiers de l’édition pour la jeunesse peut-être moins immédiatement flatteurs qu’abécédaires et albums illustrés, mais tout aussi utiles (voire plus !) à la construction de la connaissance, comme ceux du roman populaire, de la presse enfantine, de l’imagerie scolaire, etc.

Notes

1 Laura Noesser, Fonds ancien de littérature pour la jeunesse : catalogue de livres imprimés avant 1914, Paris, Direction des affaires culturelles, 1987.

2 Françoise Lévêque, « Le fonds historique de littérature enfantine de l’Heure Joyeuse », Bulletin d’informations de l’ABF, 1994, n° 165, p. 66-70. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/43764-le-fonds-historique-de-litterature-enfantine-de-l-heure-joyeuse.pdf >.

3 Catherine Dollé, La politique d’acquisition du fonds historique de l’Heure Joyeuse (1987-1994), mémoire d’études pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Marielle Mourenche : Villeurbanne, Enssib, 1995. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61761-politique-d-acquisition-du-fonds-historique-de-l-heure-joyeuse-1987-1994.pdf >.

4 Jean-Pierre Oddos, Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives, Paris, Cercle de la librairie, 1997.

5 Le livre pour la jeunesse : patrimoine et conservation répartie : actes de la journée d’étude 5 octobre 2000 (à la) Bibliothèque nationale de France, FFCB, La Joie par les livres, Paris-Bibliothèques, 2001.

6 L’enfance à travers le patrimoine écrit : actes du colloque, Annecy, 18 et 19 septembre 2001, Arald, FFCB, Bibliothèque d’Annecy, 2002.

7 Nic Diament, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, n° 5, p. 65-73. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0065-011 >.

8 Catherine Thouvenin (dir.), Le livre pour la jeunesse : répartir la conservation des fonds jeunesse : enjeux et perspectives, actes du colloque du 7 octobre 2004, Paris, La Joie par les livres ; Bibliothèque nationale de France ; Paris Bibliothèques, 2005.

9 Cécile Boulaire, Claudine Hervouet, Matthieu Letourneux (dir.), L’avenir du livre pour la jeunesse, Paris, BnF, 2010.

10 Lucile Trunel, « L’Île aux livres à Marseille, de l’Alcazar à la coopération régionale », La Revue des livres pour enfants, septembre 2004, n° 218.

11 Bérénice Waty, « La numérisation concertée en littérature pour la jeunesse », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n° 6. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/la-numerisation-concertee-en-litterature-pour-la-jeunesse-2013_64113>.

12 Bibliothèque nationale de France. [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2013/a.jp_num_litt_jeunesse_2013.html >.

13 Agence régionale du livre Haute-Normandie avec les bibliothèques de Dieppe et Evreux et le Musée national de l’éducation de Rouen ; Médiathèque Landowski, Boulogne-Billancourt ; Bibliothèque Diderot de Lyon ; BMVR Alcazar de Marseille ; Bibliothèque Romain Gary de Nice ; Médiathèque de Sèvres ; Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse.

14 Isabelle Havelange, Ségolène Le Men, Michel Manson, Le magasin des enfants : la littérature pour la jeunesse (1750-1830), Montreuil, Bibliothèque Robert-Desnos, 1988 ; Annette Baudron, L'œuvre d’Arnaud Berquin : littérature de jeunesse et esprit des Lumières, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Jacques Tatin-Gourier : université de Tours, 2009. [En ligne] < http://www.applis.univ-tours.fr/theses/2009/annette.baudron_2578.pdf >.

15 André Derval et Marie-Pierre Litaudon, « L’IMEC, centre de ressources en littérature de jeunesse », Strenæ, Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, 2016, n° 11. [En ligne] < http://journals.openedition.org/strenae/1605 >.

16 Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, une exposition conçue et réalisée par Annie Renonciat, avec la collaboration de Viviane Ezratty et de Françoise Lévêque (Bibliothèque de l’Heure Joyeuse), Bibliothèque Forney, 10 septembre-19 octobre 1991, puis Mairie du Ve arrondissement, 19 novembre-22 décembre 1991. Catalogue : Annie Renonciat, Livre, mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, Paris, Agence culturelle de Paris, 1991.

17 Voir les chiffres 2016 du Syndicat national de l’édition [En ligne] < https://www.sne.fr/app/uploads/2017/11/SNE_Chiffres_EditionJeunesse_VOK.pdf >.

18 Marie-Pierre Litaudon, 2006-2008. La collection est accessible via le choix de l’accès à la « collection : livres ». [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/html/und/livres/abecedaires >.

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site