Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 4. Du livret méprisable à l’objet de luxe

La bibliothèque bleue

Philippe Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La bibliothèque bleue, qui doit son nom aux couvertures faites d’un médiocre papier de teinte bleutée, est née à Troyes vers 1600 sous les presses de quelques éditeurs soucieux de développer une production bon marché en recyclant le fonds littéraire hérité du Moyen Âge. Le premier catalogue qui nous soit parvenu est celui de la Veuve Nicolas III Oudot, libraire à Paris, rue de la Harpe. Dressé vers 1720, il porte le nom de « Livres récréatifs, appelés communément la bibliothèque bleue ». Un tiers des titres relèvent de la fiction, un autre tiers de la piété, le reste des chansons, petits manuels pratiques, livres de magie, abécédaires... L’élite culturelle les méprise. En 1790, Bernadau, correspondant de l’abbé Grégoire à Bordeaux, évoque cette réalité :

Ceux des gens de la campagne de ce district qui savent lire, aiment volontiers la lecture et faute d’autre chose, lisent l’Almanach des Dieux, la bibliothèque bleue et autres billevesées que des colporteurs voiturent annuellement dan...

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540