Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 4. Du livret méprisable à l’objet de luxe

La bibliothèque bleue

Philippe Martin

Texte intégral

1La bibliothèque bleue, qui doit son nom aux couvertures faites d’un médiocre papier de teinte bleutée, est née à Troyes vers 1600 sous les presses de quelques éditeurs soucieux de développer une production bon marché en recyclant le fonds littéraire hérité du Moyen Âge. Le premier catalogue qui nous soit parvenu est celui de la Veuve Nicolas III Oudot, libraire à Paris, rue de la Harpe. Dressé vers 1720, il porte le nom de « Livres récréatifs, appelés communément la bibliothèque bleue ». Un tiers des titres relèvent de la fiction, un autre tiers de la piété, le reste des chansons, petits manuels pratiques, livres de magie, abécédaires... L’élite culturelle les méprise. En 1790, Bernadau, correspondant de l’abbé Grégoire à Bordeaux, évoque cette réalité :

  • 1 Cité dans Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une politique de la langue : la Révol (...)

Ceux des gens de la campagne de ce district qui savent lire, aiment volontiers la lecture et faute d’autre chose, lisent l’Almanach des Dieux, la bibliothèque bleue et autres billevesées que des colporteurs voiturent annuellement dans les campagnes. Ils ont la fureur de revenir vingt fois sur ces misères, et, quand ils en parlent, (ce qu’ils font très volontiers), ils vous récitent pour ainsi dire mot à mot leurs livrets1.

2Cette image d’une littérature pour indigents qui ressassent les mêmes textes jusqu’à les connaître par cœur a fini par s’imposer. Elle est véhiculée par des libraires et des universitaires.

3Depuis un demi-siècle, la bibliographie abordant ce sujet s’est enrichie de centaines de titres. Les chercheurs s’interrogent sur les circuits de distribution, la généalogie des textes ou l’acte de lire. Mais cet objet, qui nous est parvenu par hasard tant il est fragile et méprisé, peine à trouver sa place au sein des bibliothèques. Si quelques collectionneurs le traquent comme un animal encore plus rare que coûteux, il est exceptionnellement mis en valeur dans les fonds publics, les expositions ou les médias. Devant ce silence, il est tentant de le considérer comme un type d’objet typographique, et non pas comme un patrimoine.

De la cuisine à la bibliothèque

  • 2 Cité dans John Lough, L’écrivain et son public. Commerce du livre et commerce des idées en France (...)
  • 3 La bibliothèque bleue entièrement refondue considérablement augmentée, Liège, F.J. Desoer, 1787-17 (...)

4Dès son apparition, chacun sait que la bibliothèque bleue n’est pas réservée à un menu peuple ignorant. Maintes anecdotes montrent l’élite parcourant ces opuscules pour se distraire. La plus célèbre est rapportée par Tallemant des Réaux. Il décrit la princesse de Conti, exilée de Paris par le cardinal de Richelieu, fuyant la capitale. Près de Compiègne, elle s’arrête chez M. de la Jonquières. Ne trouvant pas le sommeil, « elle demanda quelques livres et lut avec plaisir un vieux Jehan de Paris tout gras qui se trouvait à la cuisine »2. Comme bien d’autres, elle se délasse de contes merveilleux, de récits de chevalerie ou de fables burlesques. Mais il s’agit bien d’une littérature à part : si elle est lue, elle n’est pas conservée avec les autres livres mais traîne dans les communs, sur les tables des cuisines ou sur les lits des chambrières. Au siècle suivant, la disqualification est encore plus nette. Selon un éditeur liégeois, ce sont des romans « que la plus mince bourgeoise n’oseroit se vanter d’avoir lus, non pas à cause du style & du langage [...] mais précisément parce qu’ils font l’amusement de la plus vile populace »3.

  • 4 Kris Peeters, « Contrefaçon contrefaite et parodie. Les étrennes de la Saint Jean et les recueils (...)
  • 5 La bibliothèque bleue entièrement refondue…, op. cit., tome I, p. XI.
  • 6 Ibid., tome II, p. VII.
  • 7 Ibid., tome II, p. VIII.
  • 8 C’est le cas dans le Catalogue des livres de la bibliothèque de Aimé-Martin, Paris, Antoine-August (...)

5Une certaine élite cultivée sait se moquer de cette mode. C’est ainsi que le cercle bachique, réuni autour de Caylus et Maurepas, fait publier Étrennes de la Saint Jean (1738)4, plagiat d’une édition populaire tant sur la mise en page que pour l’utilisation des gravures ou la qualité du papier. En revanche, est plus sérieuse l’entreprise appelée la « bibliothèque bleue refondue » que Jean Castillon propose à partir de 1775 chez l’imprimeur parisien Costard. Il s’agit, pour les éditeurs, de revisiter les textes traditionnels pour les rendre agréables à un public lettré. Les préfaces donnent deux récits de l’origine de cette opération, sans doute de pures inventions. Une première anecdote met en scène une compagnie d’amis dans un salon. Celui qui est surnommé l’Auteur se plaint du style ampoulé des romans actuels, de leurs longueurs, de leur artificialité, de leur manque de sentiment. L’hôtesse lui répliquant que c’est le propre de toute littérature, il fait l’éloge des écrits anciens. On se moque de lui car, pour chacun, ces textes sont ceux de la bibliothèque bleue, ces livrets que la cuisinière lit. L’auteur s’emporte : il suffirait de les moderniser pour qu’ils plaisent. Il relève le défi : « L’auteur ne s’est pas contenté de les rajeunir, il a tâché de les rendre dignes de toute sorte de lecteurs, & les refondant entièrement & en y ajoutant des situations & des épisodes nouveaux »5. Une seconde anecdote met en scène un érudit qui, par hasard, entre en possession d’un manuscrit ancien de Fortunas. Il est choqué par ce qu’en ont fait les éditions de colportage. Il s’étonne : « C’est assez que cet ouvrage ait été défiguré, jusqu’à présent, par un traducteur infidèle »6. Face à ce qu’il assimile à une catastrophe littéraire, il comprend le mépris des élites : « C’est sans doute à l’ancienneté du langage qu’il faut attribuer l’espèce de dédain que certaines personnes affectent pour cette histoire. Elles l’ont abandonnée au peuple, qui en fait son profit : il semble que son instinct soit plus sûr que le goût raffiné de ceux qui le méprisent. »7 Ces deux récits distinguent clairement des histoires anciennes, qui par leur âge méritent le plus grand respect, et des éditions de colportage qui ne se donnent la peine ni d’actualiser, ni de respecter l’intention des auteurs. Ils particularisent deux publics : le plus grand nombre qui peut se contenter de livres de faible qualité et les élites pour qui il faut imprimer de nouvelles éditions. C’est ainsi que sont données Pierre de Provence et la belle Maguelonne, Robert le Diable, Richard sans peur, Fortunas ou Jean de Calais. La collection remporte un notable succès. Quand, dans les catalogues de vente, il est question de la « bibliothèque bleue », c’est souvent à ces ouvrages reliés qu’il est fait référence8.

  • 9 Conception présentée, par exemple, in Bibliothèque universelle des romans, Paris, février 1778, p. (...)
  • 10 Marc-Antoine René de Voyer de Paulmy d’Argenson, De la lecture des livres françois, Seconde partie(...)
  • 11 Bibliothèque britannique…, Genève, Bibliothèque britannique, 1798, p. 125-126
  • 12 Bibliothèque universelle des romans, Paris, 1787, p. 182.

6À la fin du XVIIIe siècle, les avis sont très partagés. Certains y voient l’ancêtre du roman français9. Mais la saveur médiévale a été affadie. Parlant des rééditions de l’Histoire de Mélusine, un critique remarque que le texte est désormais sans intérêt : « On l’a réduit dans le dix septième siècle dans un état à ne pouvoir plus être regardé que comme un livre de la bibliothèque bleue. »10 Celle-ci serait donc destinée à un public inculte ou à des femmes un peu mièvres. Le terme est péjoratif. Un chroniqueur présentant, dans une gazette, L’amour à la première vue (Londres, 1797), prévient ses lectrices : « Nous pouvons garantir aux femmes qui aiment à répandre des larmes sur les volumes de la bibliothèque bleue, que ce roman fourmille d’intrigues, de mystères, de surprises, de palpitations, de tendres attachemens »11. C’est aussi la lecture des enfants. En 1787, un des auteurs de la Bibliothèque universelle des romans déclare ainsi avec nostalgie : « Cette bibliothèque bleue, si dédaignée de nos orgueilleux critiques, amusa mes tendres années ; oui, j’aime à retrouver encore les doux souvenirs de cet âge, et les premières émotions de l’enfance. »12 L’affaire semble entendue ! Au mieux, la bibliothèque bleue doit être considérée comme le réceptacle d’un génie médiéval, d’une imagination qui a donné naissance à la littérature actuelle. Au pire, elle est corrompue par des éditions de colportage qui abâtardissent l’héritage. Elle est devenue une infra-production destinée à un peuple inculte qui se contente d’une langue archaïque et d’intrigues absurdes. L’objet lui-même n’est digne que des tables sales des cuisines car, chez tous nos témoins, c’est un topos de trouver ces livrets entre casseroles et jambons. La répétition doit nous faire douter de la réalité de l’image.

  • 13 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. De Selle, Paris, Barrois & Davitz, 1761, p. 134, (...)
  • 14 Ibid., p. 81, n° 842 (rangé sous la rubrique « Sciences et Arts »).
  • 15 Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verruë, Paris, Gabriel Martin, 1737, p. 113-114
  • 16 Ibid., p. 119, n° 272.
  • 17 Ibid., p. 30, n° 83, une édition de 1548 en 4 vol ; p. 101, n° 247-248, une édition de 1577 (Lyon  (...)
  • 18 Ibid., p. 110-111, n° 261 de l’inventaire, une édition de 1627 (Lyon).
  • 19 Catalogue des livres de la bibliothèque de feue Madame la Marquise de Pompadour…, Paris, Jean-Thom (...)
  • 20 Helwi Blom, « La présence des romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVI (...)
  • 21 Catalogue des livres rares et curieux, manuscrits et imprimés comportant la bibliothèque de feu le (...)

7D’ailleurs, quelques érudits savent conserver des livrets. La plupart du temps, les bibliographes prennent cependant la peine de distinguer les romans de chevalerie incunables, par exemple, des mêmes récits publiés en livrets bleus. Ainsi, dans la vente de la collection de Marcellin De Selle († 1759), trésorier général de la marine de 1741 à 1759, figure une Histoire des quatre fils Aymon & de Regnauld de Montauban, que le catalogue signale « très ancienne édition, goth. In fol avec fig. v.b. ». Le vendeur prend la peine dans ses « Éclaircissement sur quelques pièces rares » de la distinguer du colportage. Ces éditions lui inspirent un grand mépris d’autant plus qu’elles « se sont beaucoup multipliées sous les presses des Imprimeurs de Troyes. Cette histoire fait partie de la collection de la bibliothèque Bleue. Ces dernières éditions sont très fautives »13. Malgré tout, des collectionneurs s’y intéressent. De Selle, quoique bibliophile et amateur d’éditions princeps et de grands papiers, ne néglige pas le colportage. On trouve dans sa bibliothèque trois éditions troyennes : un Almanach ou pronostication de laboureurs, les Prophéties de Mich. Nostradamus et un Recueil des Prophéties & révélation tant anciennes que modernes14. Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1670-1736), est également une collectionneuse effrénée de tableaux, d’objets d’art, de bijoux, de meubles de prix et de livres. Elle réunit une bibliothèque de plus de 18 000 volumes. Le catalogue, dressé par le libraire Gabriel Martin, signale des livrets de colportage. Le numéro 265 regroupe des éditions troyennes (Conquestes du Grand Charlemagne, Histoire de Fortunatus, Vie de Gargantua) ou rouennaises (Robert le Diable, Jean de Paris, Pierre de Provence, Richard sans peur)15. D’autres titres sont dispersés, en particulier un Huon de Bordeaux imprimé à Rouen16. Ce goût est d’abord celui d’une amoureuse des romans. Elle ne se contente pas de les conserver, elle les étudie, rédigeant des notices qui sont utilisées par l’abbé Nicolas Lenglet-Dufresnoy (1674-1735) pour écrire De l’usage des romans (1735). Elle possède ainsi de nombreuses éditions d’Amadis de Gaule17 ou une Histoire de Galien Restauré18, des récits chers aux livrets de colportage mais qui, ici, n’en sont pas ; ce sont des volumes précieux et anciens. L’intérêt pour la bibliothèque bleue est également la marque d’une collectionneuse qui apprécie les documents devenus rares ; elle conserve, par exemple, des pamphlets et des mazarinades. La fragilité est un critère de possession. Le choix est encore plus net chez la marquise de Pompadour. Le catalogue de la vente de sa bibliothèque signale une dizaine d’éditions troyennes de Oudot, la majorité étant classée sous la rubrique « Romans de chevalerie de Charlemagne & des XII Pairs »19 : La plaisante & triomphante histoire des hauts chevelareux faits d’armes du prince Malidaus (n° 1612 de la vente), La conquête du grand Charlemagne (n° 1616), Histoire des quatre fils Aymon (n° 1618), Mort de Roger (n° 1619), Huon de Bordeaux (n° 1621), Histoire de Morgant le Géant (n° 1623), Les prouesses & vaillances du redouté Mabrian (n° 1625), Histoire de Maugis (n° 1626), Histoire de saint Alexis (n° 1661)… Dans son étude sur les ventes et leurs catalogues, Helwi Blom montre que les organisateurs prennent en compte cet intérêt, faisant régulièrement apparaître la catégorie « bibliothèque bleue »20. Des bibliophiles soigneux réunissent en recueils factices ces livrets, comme le fait Pierre-Antoine de Milly (1728-1799). Avocat au Parlement de Paris et procureur au Châtelet, cet érudit rassemble une bibliothèque éclectique dans laquelle il aime travailler, comme le prouvent les annotations dont il parsème ses ouvrages. En cinq volumes, deux in-4° et trois in-8°, il regroupe 34 textes classés sous la rubrique « Collection de romans et autres pièces de la bibliothèque bleue »21.

  • 22 Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verruë, op. cit., p. 119, n° 272.
  • 23 BnF : RES - Y2- 609 : (Valentin et Orson.) L’Histoire des deux nobles et vaillants chevaliers Vale (...)
  • 24 La bibliothèque bleue, Montigny sur Canne, Manoir du Pron chez Gérard Oberlé, mars 1983, n° 33.
  • 25 Ibid., n° 63.
  • 26 Ibid., n° 52.

8Cet indice est précieux pour l’historien, qui constate combien les collectionneurs, dès le XVIIIe siècle, ont pris soin de leurs livrets bleus. La comtesse de Verrue a fait relier son Huon de Bordeaux de « mar. rouge »22. Son Valentin et Orson, conservé aujourd’hui à la BnF, a une « Rel. mar. bleu aux armes de la comtesse de Verrue »23. Les ventes de livres actuelles, remettant en circulation ces opuscules, en attestent aussi. Le catalogue de mars 1983 de Gérard Oberlé mentionne plusieurs livrets ayant des reliures des XVIIe ou XVIIIe siècles : Les véritables et principales circonstances de la mort deplorable de Madame la marquise de Ganges (Rouen, Pierre Cailloué, 1667) en « vélin ivoire de l’époque »24 ; une Melusine (Troyes, Nicolas Oudot, 1660) en « basane brune granit. de l’époque »25 ; une Grande Bible des Noels (Angers, veuve Jacques Bossard, 1750) en « vélin souple de l’époque »26 par exemple.

9L’engouement de ces bibliophiles est à replacer dans la montée de l’intérêt pour ce que leurs contemporains appellent les « antiquités gauloises », c’est-à-dire ce qui touche à la littérature française du Moyen Âge. Leur geste ne traduit pas uniquement un regret de temps disparus, c’est l’affirmation d’un génie français propre, le lieu où prend racine l’affirmation d’une supériorité intellectuelle nationale dans l’Europe des Lumières. Ce n’est pas la bibliothèque bleue à proprement parler qui est recherchée mais les « romans de chevalerie » ; le reste, livres de piété, facéties, recueils pratiques, almanachs ou canards, demeure oublié. Mais la bibliothèque bleue n’est qu’un aspect de collections vouées au roman ou à d’autres genres. Madame de Pompadour, Marcellin de Selle ou la comtesse de Verrue ne réussissent pas à donner ses lettres de noblesse à ce qui reste aux yeux de beaucoup une infra-littérature.

Le tournant du XIXe siècle

10Au XIXe siècle, la bibliothèque bleue, secteur éditorial en pleine activité, semble demeurer l’apanage des classes populaires. C’est ainsi que la présentent Eugène Sue, Champfleury, Flaubert, Maupassant ou Zola. C’est la lecture des servantes à la cuisine pendant les pauses, des paysannes le soir, des domestiques en cachette de leurs maîtres ou des enfants peu éduqués. C’est le souvenir qu’en garde Agricol Perdiguier quand il compose son autobiographie :

  • 27 Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Genève, Bachet, 1855, t. 2, p. 44.

Étant encore enfant, je m’étais rendu familier avec quelques héros […] j’avais possédé des recueils de cantiques et des recueils de chansons, et appris par cœur du chrétien et du profane : l’enfant prodigue, la belle Judith, Sainte Geneviève de Brabant, saint Eustache, des chants d’amour, de gloire, de patrie […] j’avais possédé l’Âme dévote, le Miroir de l’âme, les quatre fils Aymon27.

11Critiques et historiens continuent à considérer la bibliothèque bleue comme une littérature de « seconde zone ». À propos d’une édition normande de Robert le Diable, un écrivain assène :

  • 28 Amélie Bosquet, La Normandie romanesque et merveilleuse…, Paris / Rouen, Techener / Le Brument, 18 (...)

Cet ouvrage est digne de tout l’intérêt que peuvent inspirer l’absurde et l’extravagant, débités avec ce ton d’importance qui en relève si ingénieusement le ridicule28.

12Dans son Manuel du libraire (1860-1865), Brunet rejette toujours ces livrets, considérant, par exemple, que les « gravures [sont] fort mal exécutées ».

13Le changement vient de quelques bibliophiles curieux. Un des premiers est l’Anglais Thomas Frognall Dibdin (1776-1847). Chargé, en 1817, par le comte Spencer de faire sur le continent des recherches bibliophiliques, il entreprend un long périple qui le mène en France et en Allemagne. À Rouen, il visite l’ancien magasin de Lecrène-Labbey, spécialiste de la bibliothèque bleue. Il décrit des manuels qui

  • 29 Thomas Frognall Dibdin, Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France, Paris, Cra (...)

sont toujours lus avec plaisir, sinon avec empressement, par le bon peuple de France. En un mot, c’est cette basse littérature, en supposant qu’elle mérite ce nom, qui nous révèle le génie et le caractère des classes inférieures de la société. Je vous assure que quelques uns de ces livres de pacotille offrent des singularités tout-à-fait curieuses. Les livres les plus élémentaires, je veux dire les abécédaires, frappent les yeux par la solennité extérieure dont ils sont revêtus […] Que ces compositions fugitives et légères arrivent jusqu’au boudoir d’une maison respectable, c’est ce que je n’aurai pas, moi voyageur, la témérité d’affirmer ; mais qu’elles soient familières à la classe moyenne et inférieure, c’est une vérité.29

  • 30 Ibid., t. 1, p. 186.

14Si, pour lui, la bibliothèque bleue demeure un produit populaire, elle le passionne. À son grand regret il ne peut se procurer qu’un petit nombre des livrets, qu’il appelle « exemplaires moricauds »30. Il avoue avoir dépensé bien de l’argent pour acquérir La confession de la bonne Femme, Huon de Bordeaux, Valentin et Orson, Quatre fils Aymon, Calendrier du berger, Conquêtes de Charlemagne, Cuisinier français. Maréchal expert… Dans ses souvenirs, il les décrit et loue leur dimension morale. Il cite de très longs extraits et reproduit une page d’un Abécédaire à la Croix de Dieu.

15Cet intérêt pour l’objet demeure exceptionnel. Ce sont toujours les textes qui attirent, documents précieux à restituer dans leur pureté originelle. Antoine Le Roux de Lincy (1806-1869) réagit ainsi avec violence au travail de Castillon. Cet ancien élève de l’École des Chartes en poste à la bibliothèque de l’Arsenal, secrétaire de la Société des bibliophiles français, est un médiéviste qui pense trouver dans la littérature populaire des souvenirs du style et de l’inspiration des écrits anciens. Il publie un Recueil de farces, moralités et sermons joyeux (1831-1838) ou un Livre des proverbes français (1842). Ses Légendes populaires de la France (1831) se veulent une réhabilitation de la bibliothèque bleue. Il demande au poète, bibliothécaire et académicien, Charles Nodier (1780-1844) d’en rédiger la préface.

  • 31 Nouvelle bibliothèque bleue ou légendes populaires de la France, Paris, Colomb de Batines / J. Bel (...)

16Celui-ci y manifeste d’abord un réflexe national. À la question, posée par l’Académie, de l’origine de Riquet à la Houppe ou de Cendrillon, beaucoup émettent l’idée que l’inspiration vient de légendes indiennes. Nodier ne peut l’admettre : il faut « rendre à l’Inde ce qui appartient à l’Inde et à Perrault ce qui appartient à Perrault ». Il défend le principe du génie national car « tout peuple a sa poésie ». Il faut la chercher dans les temps primitifs, avant « le crépuscule honteux de la décadence ». Il existe une « bibliothèque qui se compose de ces merveilleuses traditions écrites » : la bibliothèque bleue. Ces textes recèlent « en eux tout ce que la vieillesse des nations, comme celle des hommes, aime à conserver du passé, les souvenirs rians du premier plaisir, les souvenirs touchans du premier amour ». Or, tout cela est méprisé par « notre expérience morose et notre savoir pédantesque », autant de manifestations qui tentent de cacher la déchéance morale actuelle ; aujourd’hui, on lit « des vers scandaleux, des chansons obscènes, des romans extravagants et dissolus, des rêveries turbulentes des factieux et les rêveries impies des sophistes ». Il convient de revenir à des histoires qui, « je ne crains pas de le dire, [sont] plus utiles à la conduite de la vie ». Il donne des exemples : « La douce résignation de Griselidis et les courageuses épreuves de Geneviève de Brabant ont rendu populaires plus d’excellentes leçons de morale qu’il n’en sortira jamais des élucubrations politiques, statistiques, esthétiques, philanthropiques et humanitaires. » Nodier milite pour un retour au « tact judicieux et délicat qui est naturel à tous les peuples »31. La bibliothèque bleue est donc un triple réceptacle : celui d’une inspiration purement nationale ; celui d’une morale simple et efficace ; celui d’un âge d’or. C’est l’invention d’une intention.

17Dans son introduction, Antoine Le Roux de Lincy reprend la dimension moralisante :

  • 32 Ibid., p. XV-XVI.

En réimprimant les ouvrages de cette Bibliothèque, j’ai eu pour but de présenter un ensemble de nos plus anciennes traditions religieuses, historiques ou romanesques ; [elle] ne renferme aucune impureté ni rien de contraire aux lois sacrées de la morale et de la religion : toujours le crime est puni, la vertu récompensée.32

Illustration 1. Récit hagiographique consacré à saint Hubert, Neufchâteau, 1810

Illustration 1. Récit hagiographique consacré à saint Hubert, Neufchâteau, 1810

Source : Collection particulière.

  • 33 Ibid., p. XIV.

18La matière hagiographique, qui forme l’un des fondements de la bibliothèque bleue, en est un exemple (ill. 1). Mais son propos tend aussi vers la patrimonialisation. Rejetant les adaptations de Castillon à la fin du siècle précédent, « je me suis appliqué à reproduire les textes de l’ancienne bibliothèque bleue. Il faut respecter cette version admise par le peuple ; elle est sacramentelle et nous a conservé la mémoire de nos plus anciennes traditions »33. L’auteur place la bibliothèque bleue au rang des biens communs qui forment le socle de l’identité nationale et, à ce titre, elle ne peut être transformée, rénovée ou corrigée. Elle est un monument au même titre que les pièces d’architecture ou de littérature. Cette valeur impose à Le Roux de Lincy de développer une méthode. Il parle de quatre formats (in-4°, in-8°, in 12°, in-16°) et fait un historique de la maison fondée par Jean Oudot dont il publie un catalogue. Chacun des textes qu’il donne est accompagné d’une notice dans laquelle il cherche l’origine de la trame romanesque, compare les épisodes à l’histoire française ou locale, donne une bibliographie… La bibliothèque bleue se rapproche de la « grande littérature ». Une telle curiosité est l’écho de la naissance du folklore et des collections de rites et de chansons qu’il engendre. La découverte de la bibliothèque bleue est une des pièces de l’intérêt pour un monde rural dont la résistance à l’évolution économique surprend romanciers et antiquaires.

  • 34 Charles Nisard, sous-secrétaire au ministère de la Police, est philologue, éditeur et traducteur. (...)

19Les choses s’accélèrent au milieu du XIXe siècle. En novembre 1852, le ministre Charles Maupas crée la commission pour l’examen des livres dont Charles Nisard (1808-1890)34 est le secrétaire adjoint. Celui-ci rencontre alors la bibliothèque bleue. Il est conquis, s’intéresse à ces fragiles volumes, enquête auprès des éditeurs contemporains, collectionne les illustrations. Son enquête débouche sur une première synthèse en 1854. C’est pour lui un apostolat : prouver au public que ces livrets ont de la valeur. Conscient de l’importance de sa tâche, il considère que son activité est équivalente aux grands travaux scientifiques de son temps :

  • 35 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage, rééd., Paris, G (...)

Aux yeux de l’érudit, le principal intérêt des livres populaires, c’est leur origine ; il veut qu’on lui en fasse connaître exactement les auteurs et les dates ; s’ils ont été écrits d’abord en français ou s’ils sont des traductions ou des imitations [...] ce que fait l’antiquaire pour les médailles frustes et illisibles, s’appliquant à en restituer les textes et les figures, je l’ai fait pour les livres populaires35.

20Le célèbre Champfleury, dans la préface de son Histoire de l’imagerie populaire, tient le même discours :

  • 36 Champfleury, Histoire de l’imagerie populaire, Paris, E. Dentu, 1869 (rééd. Ressouvenances, 2004), (...)

Trop humble, l’image populaire, pour ceux qui s’intitulent connaisseurs ! manquant de prétentions, de solennité et de ragoût, elle n’a point été classée dans les registres où les burins officiels sont rangés chronologiquement36.

21Outre la défense de ses qualités esthétiques, il estime que cette production est révélatrice :

  • 37 Ibid., p. XIII.

L’imagerie populaire, parce qu’elle plut longtemps au peuple, dévoile la nature du peuple. Dans ces estampes, on surprend ses croyances religieuses et politiques, son esprit gaulois, son sentiment amoureux37.

22Sortir ces œuvres du mépris qui les entoure, c’est faire preuve de nostalgie mais aussi croire au génie créateur du peuple et appeler à l’émergence d’un nouvel art.

Le choix des collectionneurs

  • 38 Gérard Oberlé, « La bibliothèque bleue chez les particuliers de la Pompadour à Hélot », Troyes et (...)

23Désormais la bibliothèque bleue, non limitée aux récits de chevalerie, est envisagée sous toutes ces facettes. Les collectionneurs se passionnent. C’est la naissance de ce que Gérard Oberlé appelle la « bibliophilie bourgeoise »38. Enthousiaste, Alexis Socard remarque en 1864 :

  • 39 Alexis Socard, Livres populaires imprimés à Troyes de 1600 à 1800. Hagiographie, ascétisme, Paris, (...)

Combien de bibliophiles, même les plus illustres, placèrent dans leurs vitrines privilégiées les produits des Oudot et des Garnier, au défaut d’exemplaires gothiques de Claude Nourry, de Lyon, ou d’Antoine Vérard de Paris. Le prince d’Essling, en sa riche collection de vieux romans, et avant cet illustre ami des livres, Crozet, le savant libraire de la bibliothèque Royale, ainsi que Charles Nodier, le prince de bibliophiles, possédaient des éditions troyennes qu’ils jugeaient dignes et splendides39.

  • 40 Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Fr. Noel, Paris, Galliot, 1841, p. 11, n° (...)
  • 41 Bibliothèque de M. G. Gancia. Catalogue des livres rares et manuscrits précieux…, Paris, Librairie (...)

24Le marché du livre s’empare de cette mode. En 1841, lors de la dispersion de la bibliothèque de Noel, apparaît un lot signalé comme « bibliothèque bleue, 14 pièces sur la chiromancie, in-18, très curieux »40. Les collectionneurs se renseignent. Dans la vente de la collection Gancia, en 1868, figurent Les croniques et vertueux faitz du preux et vaillant prince Iudas Machabeus avec une mention explicite : « Bel exemplaire de la première bibliothèque bleue ». Ce n’est pas un hasard puisque dans la même vacation apparaît la Nouvelle bibliothèque bleue de Leroux de Lincy (1842) qui est signalée « devenu rare »41. Les plus beaux exemplaires deviennent vite hors de prix. Le 19 avril 1862, une Danse macabre, incunable parisien de 1492, est vendue 1 170 francs alors qu’elle est très courte de marges et qu’elle est déreliée. Les éditions troyennes de Jehan Lecoq (1539) et de Garnier (1641) sont immédiatement recherchées. À tel point que Bailleu en donne une réédition sous le titre de La Grande Danse macabre (1862).

  • 42 Expérience faite par Prosper Blanchemain, Œuvres inédites de P. de Ronsard, Paris, Auguste Aubry L (...)
  • 43 Georges Vicaire, Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle, Paris, A. Rouquerre, 1894, t. 1, co (...)

25Pour lui, cette réédition participe à une vaste entreprise. Sa boutique, installée 43 du quai des Grands-Augustins à Paris, croule sous les ouvrages anciens, en particulier du XVIe siècle. Les spécialistes viennent les consulter quand ils ne peuvent les acheter42. C’est ce goût qui justifie la publication des 18 volumes de la Bibliothèque gothique publiée de 1868 à 1874. Parmi les titres proposés, le curieux découvre le Miracle de Monseigneur Sainct Nicolas, Le Grant Testament Villon le petit, Les Cris de Paris, Les Estrennes des filles de Paris ou Les merveilles du monde selon le temps qui court43. Ce sont des éditions rares dont les tirages sont de très belles factures : deux exemplaires sur velin, dix sur papier de chine, deux cents sur papier vergé fort. Bailleu vise une clientèle fortunée curieuse d’éditions dites « antiques ».

  • 44 Patrick Lahire (éd.), Libraires et imprimeurs. 59. Lille Nord (1813-1881), Paris, Centre historiqu (...)
  • 45 Si la reine se situe p. 53 chez Garnier, elle est p. 27 chez Bailleu.

26Le même soin se retrouve dans sa Grande Danse macabre. Il fait réaliser l’impression dans les ateliers lillois de Jean-Baptiste Horemans, spécialisé dans les articles de piété, les chansons populaires et autres travaux de ville44. Dans son introduction, Bailleu fait référence à une Danse macabre de la fin du xve siècle, semblant en donner une copie. C’est un mensonge. En fait, il s’inspire directement d’une édition faite à Troyes par Jean-Antoine Garnier en 1728. Il a d’ailleurs accès à ses bois. Les mêmes accrocs se retrouvent à plus d’un siècle de distance. Ainsi, pour la page sur le chartreux et le sergent, on remarque des manques similaires sur les bordures, une déformation identique sur le visage du sergent (ill. 2 et 3). Bailleu ne se contente pas d’un reprint. Il recompose les textes avec des caractères bien propres et reconsidère la mise en page. Ainsi, si Garnier range la reine morte à la fin de la série des femmes, Bailleu l’installe en tête, place logique puisque la Danse présente les individus du plus puissant au plus humble45. Le modeste volume de la bibliothèque bleue est devenu un produit de luxe pour bibliophiles cultivés et avertis.

Illustration 2. La grande danse macabre des hommes et des femmes, Troyes, permission de 1728. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 14

Illustration 2. La grande danse macabre des hommes et des femmes, Troyes, permission de 1728. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 14

Source : Collection particulière.

Illustration 3. La grande danse macabre, Paris, Baillieu libraire, 1862. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 13

Illustration 3. La grande danse macabre, Paris, Baillieu libraire, 1862. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 13

Source : Collection particulière.

27Sans atteindre la qualité de cette édition, d’autres imprimeurs se lancent dans l’aventure. En 1878, à Paris, Ollendorff, avec l’aide scientifique de M. Chassant et de la Société des antiquaires de Normandie, réimprime le Sermon prononcé par le R.P. Esprit de Tinchebray, capucin. Ce discours humoristique avait été publié à Caen en 1694. Consultant cette réédition, un critique note :

  • 46 Sermon prononcé par le révérend père Esprit de Tinchebray, capucin, dans l’église des dames religi (...)

Les exemplaires de cette modeste production, devenus aujourd’hui très rares et très recherchés, ne portent ni nom de lieu, ni date, ni nom d’imprimeur [...] Bien qu’ils s’appliquent autant aux productions de la bibliothèque bleue en général, qu’au sermon facétieux de notre soi-disant compatriote, leur lecture ne nous paraît pas inutile pour apprécier tout à la fois et la pièce elle-même et le genre spécial de littérature auquel elle appartient46.

  • 47 La bibliothèque bleue, Montigny sur Canne, op. cit., n° 83.
  • 48 Ibid., n° 61.
  • 49 Ibid., n° 62.
  • 50 Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le P. D’E…, Paris Silvestre, 1839, p. II.
  • 51 Ibid., p. 72, n° 632 du catalogue.

28Ces livrets devenus précieux sont, à nouveau, adroitement reliés. Lors de la vente, à Lyon en 1866, de la collection Desq sont présentés les Prédictions de Jean Belot, édition rouennaise du XVIIe siècle, un Compost des bergers de Troyes et un Catéchisme des gens mariés publiés à Caen en 1782, trois beaux volumes qui bénéficient de reliures neuves. Le catalogue de mars 1983 de Gérard Oberlé signale nombre de reliures au XIXe siècle : un Conqueste du Grand Charlemagne (Troyes, J. A. Garnier, 1728) avec « basane fauve mouchetée, large listel de basane plus claire avec filets et fleurons d’angles à froid, tranches rouges, dos orné (relié vers 1850) »47 ; une Histoire de Morgant le Geant (Troyes, Nicolas Oudot, 1608) en « demi chagrin rouge »48 ; une Histoire des nobles et vaillans chevaliers nommez Mille Amis (Rouen, Louis Costé, XVIIe siècle) en « demi-veau brun, coins, tranches rouges »49. Guillaume Pavée de Vendeuvre (1779-1870), un de ces collectionneurs passionnés, conseiller général puis député de l’Aube (1820-1824 et 1827-1837), pair de France en 1837, se tourne vers le célèbre relieur Joseph Thouvenin dont l’atelier parisien reçoit près de 3 000 commandes par an dans les années 1820-1830. Il lui confie la reliure d’un Pasquille imprimé chez le troyen Oudot sans doute vers 1715 et fait porter ses armes dorées sur les plats. Quel soin apporté à un ouvrage de colportage ! La bibliothèque de François Victor Masséna (1799-1863), ornithologue amateur mais aussi redoutable bibliophile, est vendue en 1839. Le catalogue de la vente prévient : « Aucune bibliothèque, soit publique, soit particulière, n’est aussi complète en romans de chevalerie »50. Y sont conservées des éditions de colportage comme cette Complainte des argotiers (Troyes, 1630)51. Son fils, Victor (1836-1910), spécialiste des incunables et des éditions illustrées italiennes du XVIe siècle, se constitue une remarquable bibliothèque de travail. Son désir de trouver des illustrations de la Renaissance et des xylogravures le pousse vers les éditions populaires, supposées les réceptacles de bois anciens. Il offre à ses livres des reliures contemporaines aux couleurs éclatantes, en maroquin ou en parchemin, sur lesquelles s’enlèvent ses armes dorées. C’est aussi pour les illustrations qu’Albert Flocon (1909-1994) achète des livrets bleus de la collection de Georges Heilbrun. Graveur, théoricien et historien de la gravure : il raffole de ses bois.

  • 52 Il est alors installé 9 rue Henner à Paris (9e).

29S’il y a des collectionneurs, il y a peu de marchands spécialisés. Un des premiers est Gérard Oberlé. Enfant, il aimait tant le Messager boîteux. Devenu libraire, il ramasse chez ses collègues ces opuscules qui n’intéressent personne. Son premier catalogue est publié en 197152 mais sur la centaine d’exemplaires présentés, presque aucun ne trouve preneur. Installé au Manoir du Pron à partir de 1976, il récidive l’année suivante sans plus de succès. En revanche, son catalogue de 1983, présentant 511 titres, dont beaucoup en provenance de la collection Heilbrun, passionne. Le poète Norge (1898-1990), qui en fait la préface, s’exclame : « Un trésor ! La découverte d’un trésor ! C’est celui de la littérature de colportage, la bibliothèque bleue. Une mythologie française, une instinctive culture rustique ».

30La bibliothèque bleue est donc devenue un trésor, apprécié à sa juste valeur. Encore doit-elle passer entre les mains d’experts qualifiés pour accéder au statut de patrimoine.

L’entrée à l’université

  • 53 Alexis Socard, Livres populaires..., op. cit., p. II

31Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce sont avant tout des passionnés d’histoire locale qui découvrent l’importance de ces livrets au hasard des recherches ou parce qu’ils sont liés aux métiers de l’imprimerie. À Troyes, Alexis Socard est le chantre de ces manuels si difficilement conservés que « dans notre for intérieur nous les choyons, nous les caressons ni plus ni moins que nous ferions de vieux amis depuis longtemps absents et retrouvés par hasard »53. Avec amour, il décrit son travail :

  • 54 Ibid.

Tantôt, je les découvrais par lambeaux incomplets du commencement ou de la fin, tantôt en fragments salis ou maculés de graisse ou de fumée. Dieu sait quelle joie quand le volume avait tous ses membres et qu’il n’était que taché. Quelle joie plus grande encore, quand une édition inconnue, ou non encore vue, me tombait sous la main54.

  • 55 Voir sa notice biographique. [En ligne] < http://www.cths.fr/an/prosopo.php?id=103112# . Un fonds (...)
  • 56 Gustave Clément-Simon, « La bibliothèque bleue de Limoges », Le bibliophile limousin, 1904, t. XIX (...)
  • 57 Albert et Louis Lacrocq, Henri Hugon, « Paul Ducourtieux (1846-1925) », Bulletin de la société arc (...)
  • 58 Paul Ducourtieux, « Les almanachs populaires et les livres de colportage de Limoges », Bulletin du (...)

32Bien d’autres le suivent, en particulier Alexandre Assier qui publie La bibliothèque bleue depuis Jean Oudot Ier jusqu’à M. Baudot 1600-1863 (Paris, 1874). D’autres régions font de même. À Limoges, cette entreprise est d’abord menée par Gustave Clément-Simon (1833-1909), magistrat ayant démissionné en 1879 parce qu’il refuse l’arrivée au pouvoir des républicains. Il consacre alors sa vie à la recherche historique, constituant un impressionnant fonds privé sur l’histoire de la Corrèze. Très actif, il est un des fondateurs de la société historique du Bas-Limousin (1856) et de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze (1878)55. En 1904, il rédige un fort article sur les livres de colportage qu’il décrit avec précision56. L’intérêt de Paul Ducourtieux (1846-1925)57 est autant professionnel qu’historique. Imprimeur passionné par le passé de Limoges, il publie la plupart des ouvrages fondamentaux sur la région et crée la revue Le Bibliophile limousin. Il est un membre actif de la Société archéologique et historique du Limousin et devient sous-conservateur du musée Adrien-Dubouché de Limoges. Pour faire connaître le patrimoine littéraire, il organise une exposition sur le livre limousin (1895) et il fournit une étude très complète sur la bibliothèque bleue (1921)58.

  • 59 Édouard Frère (1797-1874) auteur du Manuel du bibliographe normand (1858).

33Dans la première moitié du XXe siècle, les collectionneurs sont toujours actifs. Un des plus célèbres est René Helot (1875-1940). Médecin de l’hôpital de Rouen, il s’investit dans la lutte contre la tuberculose. C’est aussi un érudit qui participe à la vie de nombreuses sociétés savantes : Société normande des amis du livre ; Société des Amis des monuments rouennais ; Comité des beaux-arts et arts photographiques de la Société industrielle de Rouen… Gendre d’un célèbre bibliophile normand59, il collectionne tout ce qui concerne sa région. C’est ainsi qu’il rencontre la bibliothèque bleue à laquelle il consacre une Étude sur la Bibliothèque bleue en Normandie (1928). De manière classique, il collationne et décrit. Fait nouveau, il mesure l’hétérogénéité et se penche avec précision sur la réutilisation des bois de gravures pour des éditions très différentes. Il observe les stocks des éditeurs, montrant qu’ils écoulent des livrets de leurs confrères.

  • 60 Paul Sébillot, « La littérature orale, les livres de colportage et l’imagerie », Revue des traditi (...)
  • 61 Paul Sébillot, Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, Maisonneuve et Cie, 1881, p. X. Sur (...)
  • 62 Catherine Velay-Vallatin, L’histoire des contes, Paris, Fayard, 1992.
  • 63 Cité dans Nina Gorgus, Le magicien des vitrines, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’ho (...)
  • 64 Ce musée, fondé en 1937, est l’héritier du musée d’Ethnographie créé en 1879 à Paris au palais du (...)

34C’est grâce aux anthropologues que le livre bleu entre lentement dans la sphère universitaire. Il y pénètre par la porte du « populaire » grâce à des chercheurs comme Paul Sébillot (1843-1918)60 qui insiste sur le rôle de la bibliothèque bleue comme lieu de passage entre la culture chevaleresque médiévale et le conte oral. Il considère qu’elle a « fourni aux narrateurs campagnards des épisodes et parfois des récits entiers, tels que Jean de Calais »61. Il scrute aussi la manière dont les contes de Perrault sont passés, grâce à elle, dans l’imaginaire collectif62. Georges Henri Rivière (1895-1985) a une approche plus théorique quand il définit le folklore comme « le savoir du peuple »63. Dans une conférence donnée au Louvre en 1941, il distingue trois niveaux : la civilisation matérielle ; la structure sociale ; la littérature et les traditions orales. Il oppose un folklore paysan, qui serait, par essence, riche et mouvant, et un folklore ouvrier, plus pauvre et stéréotypé. Il craint que le premier ne disparaisse. Dans les années 1960-1970, sa position s’enrichit en prenant en compte la longue durée, replaçant le patrimoine culturel dans un processus de civilisation commencé au milieu du XVIIIe siècle pour durer jusqu’à nos jours, phénomène directement lié à une phase d’essor économique. Les livrets de colportage ou l’imagerie sont deux des manifestations de cette culture. Fort de cette conviction, il organise plusieurs expositions : images du Mans (Palais de Chaillot, octobre-décembre 1951), de Toulouse (Palais de Chaillot, janvier-mars 1953), de Lille (Palais de Chaillot, février-mai 1958)… Grâce à lui, les manuels bleus entrent au Musée des arts et traditions populaires au moment même de sa création64.

  • 65 Pierre Brochon, Le livre de colportage en France depuis le XVIe siècle, Paris, Gründ, 1954, préfac (...)
  • 66 Ibid., préface, p. 92.
  • 67 Robert Mandrou, compte rendu du livre Le livre de colportage en France depuis le XVIe siècle, in A (...)

35C’est en ce milieu du XXe siècle que le monde universitaire s’empare de ces manuels grâce à Pierre Brochon (1922-2004). Dans la préface à son étude, Georges Henri Rivière souligne l’importance de la bibliothèque bleue qui est trop méconnue : « La littérature de colportage, qu’elle donne ou qu’elle reçoive, participe [...] aux grands courants de civilisation. Constatation d’importance, à opposer au silence, voire au dédain que lui réserve souvent l’histoire littéraire. » Il en vante les qualités matérielles et iconographiques pour conclure qu’elle intéresse « de vastes secteurs de l’histoire sociale ». Il milite pour qu’elle soit replacée « à son véritable niveau, celui de la création originale »65. Pierre Brochon adopte le même ton : « Vagabonde, humble et méconnue, la littérature de colportage n’en reste pas moins une étape, un élément de la formation de notre culture nationale qu’on ne peut ignorer. »66 Déçu, Robert Mandrou, dans un compte rendu publié aux Annales, qualifie l’ouvrage d’« ébauche au titre trop ambitieux »67. Il est vrai qu’il ne repose que sur le dépouillement de deux catalogues de libraires et sur une liste de titres essentiellement des XVIIIe et XIXe siècles.

  • 68 Robert Mandrou, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La bibliothèque bleue de Troy (...)
  • 69 Ibid., p. 19.

36Il revient justement à Robert Mandrou (1921-1984) de réaliser une étude plus systématique qui débouche sur De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La bibliothèque bleue de Troyes (1964)68. À partir du dépouillement de 450 titres conservés à Troyes, il veut approcher la mentalité des groupes sociaux « les plus nombreux et les plus difficiles à atteindre ». Son travail se distingue de ce qui s’est déjà fait par deux dimensions. La première est la création d’une classification en « cinq grandes unités significatives » : mythologie et merveilleux (ill. 4) ; traités, calendriers, almanachs donc la « connaissance du monde » ; ouvrages de piété ; romans, farces, chansons et soties, amour, mort… tout ce qui relève des « traits d’affectivité » ; représentations de la société, des métiers, jeux, éducation. La seconde grande qualité est la quête des évolutions historiques, sans toutefois rechercher systématiquement les filiations. Il décrit un monde où les individus sont soumis à leurs passions, ont besoin d’évasion, craignent le châtiment divin ; un monde fermé aux progrès des sciences. Pour Robert Mandrou, ces livrets permettent de dépasser la simple constatation : « La bibliothèque de colportage représente sans doute la meilleure information sérielle, dont l’historien puisse disposer à l’heure actuelle, pour approcher la culture populaire sous l’Ancien Régime. »69

Illustration 4. Propheties ou predictions perpetuelles, Troyes, Jean-Antoine Garnier, vers 1760

Illustration 4. Propheties ou predictions perpetuelles, Troyes, Jean-Antoine Garnier, vers 1760

Source : Collection particulière.

  • 70 Geneviève Bollème, « Littérature populaire et littérature de colportage au XVIIIe siècle », in Liv (...)
  • 71 Emmanuel Le Roy Ladurie, compte rendu de La bibliothèque bleue. La littérature populaire en France (...)
  • 72 Jean-Jacques Darmon, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteur (...)
  • 73 Voir, par exemple : Anne Sauvy, « La librairie Chalopin. Livres et livrets de colportage à Caen au (...)
  • 74 Voir par exemple : La bibliothèque bleue & les littératures de colportage, op. cit.

37À sa suite, pendant une quinzaine d’années, les études fleurissent. Geneviève Bollème70 observe les textes, donnant « la clé de cet univers culturel des masses populaires qui n’était jusqu’à elle, ou peu s’en faut, que bleu grimoire »71. Jean-Jacques Darmon72 explore les domaines plus politiques et économiques, scrutant les fonds de la commission de colportage, les rapports de police, les livres de compte… Révélant la richesse de la série T des archives départementales, qui conserve les permis de colportage, il explique l’organisation des marchands, vrais professionnels comme ceux du Haut-Comminges, et le déclin du colportage. Bien d’autres études enrichissent le tableau en dévoilant des variations régionales73. Des colloques74 étendent la perspective à bien d’autres pays : chapbooks anglais, historias de cordel espagnols, foliotos de feira brésiliens...

  • 75 Günter Berger, « Aspekte und Rezeption des mittelalterlichen Romans im 17. Jahrhundert », in Reinh (...)
  • 76 Lise Andries, Hans-Jürgen Lüsebrink, « État présent des recherches », Dix-Huitième siècle, 1986, n (...)

38Immédiatement s’est posée la question de la pertinence du mot « populaire » et deux conceptions se sont affrontées. La première fait de la bibliothèque bleue un lieu de conservation d’une culture des masses, l’espace de résistance d’une mémoire. Elle serait le moyen, plus ou moins conscient, de réagir à une entreprise contrôlée par les élites parisiennes. La seconde perception est inverse. Les livrets participeraient d’une action de contrôle des populations. En diffusant, à grande échelle et à moindre coût, une morale, une piété et un savoir particuliers, ils encadrent les comportements, la croyance et les imaginaires. Un autre débat s’intéresse au statut de cette production : est-ce une « contre littérature » ou une « paralittérature » ? une littérature de l’entre-deux, entre oral et savant ?75 Ou faut-il, comme le roman policier, la classer dans la « littérature » ?76 À partir des années 1980, pour contourner ces querelles vides de sens, on préfère parler de « littérature à grande diffusion ».

  • 77 Lise Andriès, La bibliothèque bleue au XVIIIe siècle : une tradition éditoriale, Oxford, Voltaire (...)
  • 78 Guy Demerson (dir.), Livres populaires du XVIe siècle, Répertoire Sud-Est de la France, Paris, Édi (...)
  • 79 Marie-Dominique Leclerc, « Richard sans Peur dans la bibliothèque bleue : XVIIe XIXe siècle », Ann (...)
  • 80 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (XVe-XIXe siècle), Paris, Albin Michel, 1993.

39Il est impossible, dans cette contribution, de dresser une bibliographie d’un sujet riche de centaines d’entrées. À côté des études d’ensemble77, il est possible, en partant de quelques exemples, de définir trois approches. La première se fonde sur le repérage d’éditions comme l’a fait, à partir de 1978, une équipe de recherche spécialisée sur la Renaissance (RCP 560), publiant une synthèse sur les livrets du sud-est de la France78. La seconde entrée est celle des textes qui sont analysés, replacés dans une généalogie intellectuelle et comparés79. Enfin, des chercheurs se penchent sur la diffusion, la production et toutes les facettes économiques de la production80.

À la bibliothèque

  • 81 Pierre Brochon, op. cit., préface, p. 101.
  • 82 Notice sur la bibliothèque d’Aix, Paris, Firmin Didot, 1831.
  • 83 Catalogue méthodique de la bibliothèque de la ville de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, C. Le R (...)
  • 84 Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de la ville de Chartres, Chartres, Garnier, 1840, p. 1 (...)

40Ces historiens, qui mettent à l’honneur les livrets de la bibliothèque bleue, savent la difficulté qu’il y a à les consulter car ils « sont malheureusement peu accessibles même et surtout dans les grandes bibliothèques publiques »81. Pourtant, dès le XIXe siècle, l’expression « bibliothèque bleue » apparaît dans les catalogues de bibliothèques, celle d’Aix en 183182 ou de Boulogne-sur-Mer en 186583 ; mais elle fait référence aux éditions de Castillon ou aux volumes de la collection refondue. Exceptionnellement, il sert pour désigner des éditions de colportage, il est alors synonyme de volume de faible prix. C’est ce que pense le bibliothécaire de Chartres quand il catalogue une édition de l’Histoire de Griselidis : « Conte naïf relégué aujourd’hui parmi les livrets de la bibliothèque bleue. »84

41Pourtant, une consultation rapide des catalogues en ligne montre que de nombreuses bibliothèques possèdent quelques livrets. C’est le cas des bibliothèques universitaires de Rennes, Nancy ou Strasbourg, des bibliothèques municipales de Nancy, Strasbourg, Versailles, Chartres ou Reims ; celle de Lyon en possède une trentaine. Seules trois institutions disposent, chacune, de plusieurs centaines d’ouvrages bleus : la BnF à Paris, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille, la Médiathèque du Grand Troyes (MGT). Un catalogue commun permet de décrire 4 959 éditions différentes et de localiser 6 778 exemplaires dont les deux tiers imprimés à Troyes. Trois fonds ou trois politiques ?

42À la BnF, la bibliothèque bleue, ne faisant pas l’objet d’un traitement particulier, ne constitue pas un fonds spécifique. Les livres sont dispersés selon leur sujet sous de très nombreuses cotes : La Belle Bible des cantiques de la naissance et des autres mysteres de Notre Seigneur (Troyes, Veuve de Jean Oudot, 1723) est consultable sous la cote Ye. 11311 ; Histoire de Huon de Bordeaux, pair de France et duc de Guienne, contenant les faicts et actes heroïques, compris en deux livres, autant beau et recreatif discours que de long temps ayt esté leu. Reveu et corrigé de nouveau (Troyes, Nicolas Oudot, 1666) l’est en RES P- Y2- 316... En fait, des livrets sont rangés en D, Lb4, Li5, Li28, Ln27, R, S, Te, V, X, Y, Ye, Yf, Y2, Z, Zp… Une telle dissémination montre que la bibliothèque bleue n’est pas envisagée comme ensemble homogène et cohérent.

  • 85 Sophie Bernillon, « La bibliothèque du MuCEM : du projet à l’épreuve du réel », Bulletin des bibli (...)
  • 86 Monique Lambert, « La collection de 3 000 livrets bleus de la Bibliothèque des arts et traditions (...)
  • 87 Marie-France Noël, « La banque de données des impressions populaires du Musée des arts et traditio (...)

43La situation est totalement différente à Marseille. En 2005, le MuCEM a hérité de la collection du Musée des Arts et Traditions Populaires85, rassemblée par la volonté de Georges Henri Rivière en quête des restes d’une France rurale traditionnelle, en partie mythifiée. La collection86 s’enrichit par trois canaux : dons de donateurs privés, dons d’institutions publiques et achats. Les gestionnaires achètent beaucoup, spécialement des ensembles, voire des collections entières : une vingtaine de livres en 1942-1945 ; 101 à la librairie Ritti en 1948 ; 112 à librairie Deschamp en 1949 ; 80 à R. Saulnier d’Épinal la même année ; 173 à librairie Deschamps en 1950 ; 136 volumes de la collection Bureau en 1967 ; 68 de celle de François Bernard en 1976 ; 245 de celle de Flocon en 1978 ; 147 de celle de René Hélot mis en vente en 1987 par Gérard Oberlé ; 602 de celle de Louis Ferrand en 1989. Enfin, des livrets sont déplacés au sein de l’institution pour enrichir la collection ; ils viennent, par exemple, des fonds Van Gennep ou Peslouan. Désormais, la bibliothèque bleue est clairement identifiée, faisant l’objet d’une banque de données spécifique87, regroupant 3 000 cotes. Elle est identifiée par des numéros particuliers : 1R et 2R (Réserve) pour les dos carrés et recueils factices ; O1R et O2R pour les volumes plus minces. Avec un échantillon étendu, elle couvre un éventail très large de thèmes. À partir de 2007, une campagne de numérisation est lancée.

  • 88 Monique Lambert, op. cit.
  • 89 Philippe Nieto, « Les "impressions populaires" du Musée national des arts et traditions populaires (...)

44En 1990, Monique Lambert, conservateur en chef de la bibliothèque du Musée des arts et traditions Populaires, vante les qualités de ces fonds : « La bibliothèque des arts et traditions populaires constitue en France, à l’heure actuelle, le meilleur centre de recherche sur les impressions populaires françaises. »88 Quelques années plus tard, sans remettre en cause la richesse de la collection, Philippe Nieto, chef de service à la bibliothèque MuCEM de janvier 2009 à mars 2012, s’interroge sur les possibles valorisations de celle qu’il appelle la « belle endormie ». Considérant la bibliothèque patrimoniale comme un objet « hybride », il se demande si ces livrets ne devraient pas rejoindre une bibliothèque89. De fait, aussi riche et précieuse soit-elle, la collection du MuCEM souffre de sa position. Le changement de tutelle, imaginé par Philippe Nieto, suffirait-il ? L’exemple de Troyes montre qu’il faudrait bien plus que cela.

  • 90 Alfred Morin, Catalogue descriptif de la bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, (...)
  • 91 Jean-Paul Oddos, « La bibliothèque bleue dans les collections publiques », Troyes et la bibliothèq (...)

45Ici, l’histoire de la collection est totalement différente. La MGT possède une remarquable collection de livres bleus. Le fonds est très ancien puisqu’il est d’abord formé par les legs de collectionneurs. Un des premiers est celui effectué, en 1888, par la veuve de Charles-Edmond Mitantier (1812-1887), notaire et bibliophile. Il doit également beaucoup à Louis et Alfred Morin90. Louis Morin (1866-1942), employé de la bibliothèque puis archiviste, collectionne les livrets bleus. Il tente d’en dresser un inventaire en effectuant des recherches dans les bibliographies, les catalogues de ventes, les collections de la BnF, de l’Arsenal, du Musée des arts et traditions populaires, de la Bibliothèque bodléienne d’Oxford… Les bibliothécaires comprennent très vite l’importance du travail de ces érudits et collectionneurs91. Marcel Piquard décide de donner une identité à ces livrets. Un peu avant 1940, il disperse le « Cabinet local » en trois : les livres sur la ville, les éditions troyennes, la bibliothèque bleue. Reprenant et complétant les fiches de son père, Alfred Morin dresse le Catalogue descriptif de la bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus) (1974) qui regroupe 1 200 références et Jean-Paul Oddos termine de coter les ouvrages.

46Débute alors une intense politique de valorisation qui se déploie dans trois directions. La première est scientifique avec l’organisation de diverses journées d’études. Ainsi celle des 12 au 13 novembre 1999, organisée avec l’École nationale des Chartes, voit intervenir spécialistes de l’histoire du livre et de la lecture, chercheurs français et étrangers92. Parallèlement, les textes bleus sont mis en valeur. En partenariat avec Phénix Éditions, la BMVR de Troyes réédite en 1999 La Misère des garçons boulangers de la ville et fauxbourgs de Paris, reprise de l’édition de la veuve Garnier de 1715 ; le Catéchisme à l’usage des grandes filles, pour être mariées, avec la manière d’attirer les amans par demandes et réponses, reprise de l’édition effectuée par Baudot ; le Dialogue entre Cartouche et Mandrin, dont l’éditeur est mal connu. Enfin, les ouvrages sont présentés au public dans des expositions temporaires ou dans Mille ans de livres à Troyes. Des outils pédagogiques sont disponibles dès les années 1980. En 1986, les auteurs d’une anthologie, publiée par le Centre départemental de documentation pédagogique, préviennent que leur choix « a été dicté par la préoccupation didactique, en sorte que l’enseignant comme l’enseigné, quels que soient son âge et ses centres d’intérêt, puisse y trouver matière à réflexion et à divertissement »93. La bibliothèque bleue est bien un patrimoine, présenté aux élèves, utilisé par les professeurs ; un espace plaisant et savant. Plus récemment, a été réalisé un dossier éducatif94, fruit d’un partenariat entre le service éducatif de la MGT et l’académie de Reims, qui propose de nombreuses reproductions de livrets et de bois, des idées d’exploitation pédagogique en salle informatique... Grâce à cette volonté ancienne, Troyes est devenu le lieu de patrimonialisation de la bibliothèque bleue, abritant une base de données à vocation nationale.

*

  • 95 Jean Davallon, Le don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Par (...)
  • 96 Philippe Martin, « Une piété bleue : le livre de colportage de Pellerin et la religion (1810-1828) (...)

47Entre le XVIIIe et le XXe siècle, la bibliothèque bleue a connu les trois phases de la patrimonialisation mise en évidence, pour d’autres objets, par Jean Davallon95 : la reconnaissance ; la connaissance ; la valorisation. Dans notre cas, ce processus met en jeu des ressorts bien particuliers. Il est d’abord le fait de collectionneurs qui, à tous les niveaux, sont les véritables « inventeurs », repérant, préservant, évaluant, bonifiant. Les professionnels, spécialement des bibliothèques, interviennent très tard. Le second point remarquable est la redécouverte permanente depuis Jean Castillon. Environ tous les cinquante ans, un écrivain, un conservateur ou un universitaire attirent l’attention sur ces livrets. Pour l’un, il faut en préserver le contenu, pour l’autre, sauver un objet fragile, pour un autre encore tenter d’approcher les mentalités. Il est d’autant plus surprenant que la bibliothèque bleue peine à trouver sa place au cœur du patrimoine. Troyes y est parvenue, pour des raisons d’identité locale, mais Marseille a échoué. Il est encore plus étonnant qu’elle soit absente de la mémoire de bien des villes ; Épinal, si fière de l’activité de ses imagiers, oublie que la célèbre firme Pellerin a été, au XIXe siècle, le principal centre de production de livrets de colportage96. Il est également étonnant que les petits ouvrages du début du XXe siècle à destination des enfants soient, presque partout, effacés de l’histoire alors qu’ils sont les derniers avatars d’une aventure commencée à Troyes trois siècles auparavant. Le « grand public », tant recherché par les gestionnaires du patrimoine, ne s’est pas encore approprié la bibliothèque bleue. Manque d’occasion ? Impossibilité de saisir clairement son statut littéraire ? Fragilité du support ? Les explications ne manquent pas.

  • 97 Expression forgée par Jean Pouillon, « Plus ça change, plus c’est la même chose », Nouvelle revue (...)
  • 98 Jean Davallon, Le don…, op. cit., p. 27.

48Est-il possible de changer le regard ? Sachant que l’acte de patrimonialisation fonctionne sur le processus de la filiation inversée97, qu’il se construit selon « un rapport au passé à partir du présent »98, nous devons nous demander ce que notre époque peut attendre de la bibliothèque bleue. Souhaite-t-on y voir une culture populaire ? Espère-t-on y trouver la survie d’un imaginaire médiéval ? Attend-on qu’elle ouvre les portes d’une mentalité faite de superstitions ? Aspire-t-on à voir surgir les premiers signes d’une production industrielle ? Livre hybride, entre ephemera et édition classique, entre production de masse et préservation d’un imaginaire médiéval, entre merveilleux et conseil pratique, entre piété traditionnelle et récit de faits divers, le livret bleu serait un « patrimoine hybride », entre musée et bibliothèque, entre collectionneurs et universitaires, entre oubli et valorisation. Par cette impossibilité à être fermement saisi, il demeure fidèle à l’ambition de ses créateurs.

Notes

1 Cité dans Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une politique de la langue : la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 2002 (coll. Folio ; 117), p. 193-194.

2 Cité dans John Lough, L’écrivain et son public. Commerce du livre et commerce des idées en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Chemin vert, 1978 (coll. Le Temps et la mémoire), p. 119-120.

3 La bibliothèque bleue entièrement refondue considérablement augmentée, Liège, F.J. Desoer, 1787-1788, tome I, p. V, préface.

4 Kris Peeters, « Contrefaçon contrefaite et parodie. Les étrennes de la Saint Jean et les recueils badin du bout du banc », in Nicolas Cronk, Kris Peeters (dir.), Le Comte de Caylus. Les arts et les lettres, Amsterdam/New-York, Rodopi, 2004, p. 245-261.

5 La bibliothèque bleue entièrement refondue…, op. cit., tome I, p. XI.

6 Ibid., tome II, p. VII.

7 Ibid., tome II, p. VIII.

8 C’est le cas dans le Catalogue des livres de la bibliothèque de Aimé-Martin, Paris, Antoine-Augustin Renouard, 1825. Le numéro 1307 mentionne : « La bibliothèque bleue, histoire de Pierre de Provence, Robert le Diable… Liège 1787 2 vol. ».

9 Conception présentée, par exemple, in Bibliothèque universelle des romans, Paris, février 1778, p. 8.

10 Marc-Antoine René de Voyer de Paulmy d’Argenson, De la lecture des livres françois, Seconde partie, Paris, Moutard, 1780, p. 52-53.

11 Bibliothèque britannique…, Genève, Bibliothèque britannique, 1798, p. 125-126

12 Bibliothèque universelle des romans, Paris, 1787, p. 182.

13 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. De Selle, Paris, Barrois & Davitz, 1761, p. 134, n° 1405 de l’inventaire (rangé sous la rubrique « Romans de chevalerie ») ; p. XXXII (pour l’éclaircissement). La vente commence le 9 mars 1761.

14 Ibid., p. 81, n° 842 (rangé sous la rubrique « Sciences et Arts »).

15 Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verruë, Paris, Gabriel Martin, 1737, p. 113-114.

16 Ibid., p. 119, n° 272.

17 Ibid., p. 30, n° 83, une édition de 1548 en 4 vol ; p. 101, n° 247-248, une édition de 1577 (Lyon / Paris), une de 1555 (s.l.), une de 1573 (Anvers), une de 1629 (Paris).

18 Ibid., p. 110-111, n° 261 de l’inventaire, une édition de 1627 (Lyon).

19 Catalogue des livres de la bibliothèque de feue Madame la Marquise de Pompadour…, Paris, Jean-Thomas Herissant, 1765.

20 Helwi Blom, « La présence des romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVIIIe siècles », in Thierry Delcourt, Élisabeth Parinet (dir.), La bibliothèque bleue & les littératures de colportage, Paris / Troyes, École des Chartes / La Maison du Boulanger, 2000, p. 52-67.

21 Catalogue des livres rares et curieux, manuscrits et imprimés comportant la bibliothèque de feu le citoyen de Milly, Paris, Jannet / Fauvelle / Sagnier, an VII, p. 207-208, n° 1091 du catalogue. La vente a lieu au domicile de Milly le 21 fructidor VII. Le contenu des recueils est le suivant. Volume 1 : Huon de Bordeaux (Troyes, 1705) ; Valentin et Orson (1719) ; La grande Danse Macabre (s.d.). Volume 2 : Les quatre fils Aymon (1757) ; Gallien restauré (1700) ; Le compost des Bergers (1705) ; Mélusine (1699). Volume 3 : Charlemagne (1705) ; Vieilles nouvelles rajeunies ; Rares exemples d’amitié ; L’Avare corrigé ; Amour et Florindre ; Les Trois Aveugles ; Richard sans peur (1705) ; Tiel Eulespiègle (1714) ; L’honnête réception d’un Me Savetier ; Les satuts de Herpinot réformé, etc. ; Pierre de Provence et la belle Maguelone (1714). Volume 4 : Fortunas ; Entretien des bonnes Compagnies ; Le Maréchal expert ; Pasquille nouvelle sur les Amours de Lucas et Claudine ; Éloge funèbre de Michel Morin ; Ses regrets sur le mort de son Âne ; Son testament en vers ; La misère des garçons chirurgiens. Volume 5 : L’acad. des Jeux ; L’aventurier Buscon ; L’innocence reconnue ; Le miroir des femmes ; Robert le Diable ; La belle Hélène ; La vengeance du trépas de Michel Morin ; Donation de ses biens.

22 Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verruë, op. cit., p. 119, n° 272.

23 BnF : RES - Y2- 609 : (Valentin et Orson.) L’Histoire des deux nobles et vaillants chevaliers Valentin et Orson, enfans de l’empereur de Grece et nepveux du tres-chrestien Pepin Roy de France..., Rouen, veuve Louys Costé, (s. d.,), In-4°.

24 La bibliothèque bleue, Montigny sur Canne, Manoir du Pron chez Gérard Oberlé, mars 1983, n° 33.

25 Ibid., n° 63.

26 Ibid., n° 52.

27 Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Genève, Bachet, 1855, t. 2, p. 44.

28 Amélie Bosquet, La Normandie romanesque et merveilleuse…, Paris / Rouen, Techener / Le Brument, 1845, p. 10, n. 2.

29 Thomas Frognall Dibdin, Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France, Paris, Crapelet, 1825, t. 1, p. 173-176. Il s’agit de la traduction de son Bibliographical, antiquarian and picturesque Tour in France and Germany (1821), par Théodore Licquet, conservateur de la bibliothèque publique de Rouen.

30 Ibid., t. 1, p. 186.

31 Nouvelle bibliothèque bleue ou légendes populaires de la France, Paris, Colomb de Batines / J. Belin-Leprieur, 1842, p. II-X.

32 Ibid., p. XV-XVI.

33 Ibid., p. XIV.

34 Charles Nisard, sous-secrétaire au ministère de la Police, est philologue, éditeur et traducteur. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1875. Il s’intéresse à la culture populaire : Curiosités de l’étymologie française de quelques proverbes et dictons populaires (1863), Chansons populaires chez les anciens et chez les Français, essai historique suivi d’une étude sur la chanson des rues contemporaine (1867), Étude sur le langage populaire ou patois de Paris et de sa banlieue (1872) …

35 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage, rééd., Paris, G. P. Maisonneuve & Larose, 1968, p. III-IV.

36 Champfleury, Histoire de l’imagerie populaire, Paris, E. Dentu, 1869 (rééd. Ressouvenances, 2004), p. IX-X.

37 Ibid., p. XIII.

38 Gérard Oberlé, « La bibliothèque bleue chez les particuliers de la Pompadour à Hélot », Troyes et la bibliothèque bleue, colloque 1988, Les cahiers Aubois d’Histoire et d’Éducation, 1989, n° 12, Troyes, CNDP, p. 34-46.

39 Alexis Socard, Livres populaires imprimés à Troyes de 1600 à 1800. Hagiographie, ascétisme, Paris, Auguste Aubry, 1864, p. II.

40 Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Fr. Noel, Paris, Galliot, 1841, p. 11, n° 139 de l’inventaire. La vente a lieu le 2 août 1841 à Paris.

41 Bibliothèque de M. G. Gancia. Catalogue des livres rares et manuscrits précieux…, Paris, Librairie Bachelin-Deflorenne, 1868, p. 134, n° 822 de l’inventaire (pour les Croniques) ; p. 133, n° 819 de l’inventaire (pour Leroux de Lincy).

42 Expérience faite par Prosper Blanchemain, Œuvres inédites de P. de Ronsard, Paris, Auguste Aubry Libraire, 1855, p. 9.

43 Georges Vicaire, Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle, Paris, A. Rouquerre, 1894, t. 1, col. 674-679.

44 Patrick Lahire (éd.), Libraires et imprimeurs. 59. Lille Nord (1813-1881), Paris, Centre historique des archives nationales, 2003, p. 72 et 103.

45 Si la reine se situe p. 53 chez Garnier, elle est p. 27 chez Bailleu.

46 Sermon prononcé par le révérend père Esprit de Tinchebray, capucin, dans l’église des dames religieuses de Haute-Bruyère, le 22 juillet 1694, fête de sainte Madeleine, réimprimé avec une étude sur la bibliothèque bleue, Caen, imprimerie de F. Le Blanc-Hardel, 1884, préface. Le Blanc-Hardel a pris la succession de Chalopin, principal imprimeur bleu à Caen.

47 La bibliothèque bleue, Montigny sur Canne, op. cit., n° 83.

48 Ibid., n° 61.

49 Ibid., n° 62.

50 Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le P. D’E…, Paris Silvestre, 1839, p. II.

51 Ibid., p. 72, n° 632 du catalogue.

52 Il est alors installé 9 rue Henner à Paris (9e).

53 Alexis Socard, Livres populaires..., op. cit., p. II

54 Ibid.

55 Voir sa notice biographique. [En ligne] < http://www.cths.fr/an/prosopo.php?id=103112# >. Un fonds spécifique Gustave Clément-Simon est conservé aux archives départementales de la Corrèze (cote 6 F).

56 Gustave Clément-Simon, « La bibliothèque bleue de Limoges », Le bibliophile limousin, 1904, t. XIX, p. 139-150.

57 Albert et Louis Lacrocq, Henri Hugon, « Paul Ducourtieux (1846-1925) », Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, 1927, t. 72, p. 153-188. Un fonds spécifique Paul Ducourtieux est conservé aux Archives départementales de la Haute-Vienne (cote 23 F), il a été inventorié en 1995.

58 Paul Ducourtieux, « Les almanachs populaires et les livres de colportage de Limoges », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1921, p. 1-15, p. 62-73, p. 134-145.

59 Édouard Frère (1797-1874) auteur du Manuel du bibliographe normand (1858).

60 Paul Sébillot, « La littérature orale, les livres de colportage et l’imagerie », Revue des traditions populaires, 1894, t. 7, p. 362 ; Gargantua dans les traditions populaires (1883) ; L’imagerie populaire en Bretagne (1888) ; Livres et images populaires (1894).

61 Paul Sébillot, Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, Maisonneuve et Cie, 1881, p. X. Sur cette question, voir : Rudolf Schenda, Volk ohne Buch. Studien zur Sozialgeschichte der populären Lesestoffe, 1770-1910, Munich, D.T.V., 1977.

62 Catherine Velay-Vallatin, L’histoire des contes, Paris, Fayard, 1992.

63 Cité dans Nina Gorgus, Le magicien des vitrines, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, p. 147.

64 Ce musée, fondé en 1937, est l’héritier du musée d’Ethnographie créé en 1879 à Paris au palais du Trocadéro, dont la salle de France est ouverte en 1884. Les 7 500 pièces de cette salle forment le fonds d’origine du Musée des arts et traditions populaires. Sa bibliothèque est d’abord constituée de 600 volumes provenant de la bibliothèque personnelle de Georges Henri Rivière, puis enrichie par collectes pendant les années de guerre. En 1997, la bibliothèque réunit 90 000 ouvrages, dont 5 000 anciens (datant essentiellement du XVIIe siècle) et 3 000 titres de périodiques (dont 420 en cours), deux tiers français et un tiers étrangers.

65 Pierre Brochon, Le livre de colportage en France depuis le XVIe siècle, Paris, Gründ, 1954, préface, p. 7-8.

66 Ibid., préface, p. 92.

67 Robert Mandrou, compte rendu du livre Le livre de colportage en France depuis le XVIe siècle, in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1955, vol. 10, n° 4, p. 583.

68 Robert Mandrou, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La bibliothèque bleue de Troyes, 1re éd. 1964, rééd., Paris, Imago, 1985.

69 Ibid., p. 19.

70 Geneviève Bollème, « Littérature populaire et littérature de colportage au XVIIIe siècle », in Livre et société en France au XVIIIe siècle, Paris / La Haye, 1965, p. 61-92 ; Geneviève Bollème, La bibliothèque bleue. La littérature populaire en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Julliard, 1971.

71 Emmanuel Le Roy Ladurie, compte rendu de La bibliothèque bleue. La littérature populaire en France, in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1973, vol. 28, n° 1, p. 146-151 (citation p. 151).

72 Jean-Jacques Darmon, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteurs et culture populaire, Paris, Plon, 1972.

73 Voir, par exemple : Anne Sauvy, « La librairie Chalopin. Livres et livrets de colportage à Caen au début du XIXe siècle », Bulletin d’histoire moderne et contemporaine, 1978, n° 11, p. 95-140 ; Gwennolé Le Menn, « Une bibliothèque bleue en langue bretonne », Annales de Bretagne, 1985, t. 92, p 229-240.

74 Voir par exemple : La bibliothèque bleue & les littératures de colportage, op. cit.

75 Günter Berger, « Aspekte und Rezeption des mittelalterlichen Romans im 17. Jahrhundert », in Reinhold R. Grimm (dir.), Mittelalterrezeption in der französischen Literatur des 17-20. Jahrhundert, Heidelberg, C. Winter, 1985, p. 89-109.

76 Lise Andries, Hans-Jürgen Lüsebrink, « État présent des recherches », Dix-Huitième siècle, 1986, n° 18, p. 7-22. [En ligne] < https://www.persee.fr/doc/dhs_0070-6760_1986_num_18_1_1580 > ; Lise Andries, La bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris, Robert Laffont, 2003, p. 9-15, introduction.

77 Lise Andriès, La bibliothèque bleue au XVIIIe siècle : une tradition éditoriale, Oxford, Voltaire Foundation, 1989.

78 Guy Demerson (dir.), Livres populaires du XVIe siècle, Répertoire Sud-Est de la France, Paris, Éditions du CNRS, 1986.

79 Marie-Dominique Leclerc, « Richard sans Peur dans la bibliothèque bleue : XVIIe XIXe siècle », Annales de Normandie, 2014, t. 64, n° 1, p. 229-253.

80 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (XVe-XIXe siècle), Paris, Albin Michel, 1993.

81 Pierre Brochon, op. cit., préface, p. 101.

82 Notice sur la bibliothèque d’Aix, Paris, Firmin Didot, 1831.

83 Catalogue méthodique de la bibliothèque de la ville de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, C. Le Roy, 1865, t. 2, p. 132.

84 Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de la ville de Chartres, Chartres, Garnier, 1840, p. 164.

85 Sophie Bernillon, « La bibliothèque du MuCEM : du projet à l’épreuve du réel », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, n° 4, p. 160-169. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2015-04-0160-012 >.

86 Monique Lambert, « La collection de 3 000 livrets bleus de la Bibliothèque des arts et traditions populaires », Bulletin d’information de l’ABF, 1990, n° 146, p. 6-20 ; Geneviève Deblock, « “Impressions populaires”. La collection de livrets conservée au MuCEM et la diffusion des savoirs par les livres de colportage (XVIIe-XIXe siècles) », Documents pour l’histoire des techniques, 2008, n° 16. [En ligne] < http://dht.revues.org/677 >.

87 Marie-France Noël, « La banque de données des impressions populaires du Musée des arts et traditions populaires », Bulletin d’informations de l’ABF, 1990, n° 146, p. 17-19.

88 Monique Lambert, op. cit.

89 Philippe Nieto, « Les "impressions populaires" du Musée national des arts et traditions populaires au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée », Le Vieux Papier, fasc. 2015, 418, p. 562-572.

90 Alfred Morin, Catalogue descriptif de la bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974. Voir Henri-Jean Martin, « Hommage à Louis et Alfred Morin », La bibliothèque bleue & les littératures de colportage, op. cit., p. 7-10.

91 Jean-Paul Oddos, « La bibliothèque bleue dans les collections publiques », Troyes et la bibliothèque bleue, colloque 1988, op. cit., p. 20-29.

92 Isabelle Masse, « Bibliothèque bleue et littératures de colportage », Bulletin des bibliothèques de France, 2000, n° 2, p. 103-104. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-02-0103-005 >.

93 Marie-Dominique Leclerc, Alain Robert, Des éditions au succès populaire. Les livrets de la bibliothèque Bleue (XVIIe-XIXe siècles), Troyes, CDDP, 1986, t. II, p. 7.

94 [En ligne] < http://www.cndp.fr/crdp-reims/fileadmin/documents/preac/patrimoine_mediatheque_troyes/La_Bibliotheque_bleue_dossier_didactique.pdf >.

95 Jean Davallon, Le don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermes Science-Lavoisier, 2006.

96 Philippe Martin, « Une piété bleue : le livre de colportage de Pellerin et la religion (1810-1828) », Revue française d’histoire du livre, 2012, t. 133, p. 167-198.

97 Expression forgée par Jean Pouillon, « Plus ça change, plus c’est la même chose », Nouvelle revue de psychanalyse, 1977, t. 15, p. 203-211. Elle est reprise et développée par Jean Davallon, « Le patrimoine : une filiation inversée ? », Espaces Temps, les Cahiers, 2000, t. 74-75, p. 6-16.

98 Jean Davallon, Le don…, op. cit., p. 27.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Récit hagiographique consacré à saint Hubert, Neufchâteau, 1810
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Illustration 2. La grande danse macabre des hommes et des femmes, Troyes, permission de 1728. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 14
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 3. La grande danse macabre, Paris, Baillieu libraire, 1862. Détail de la rencontre de la mort avec le Chartreux et le Sergent p. 13
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Illustration 4. Propheties ou predictions perpetuelles, Troyes, Jean-Antoine Garnier, vers 1760
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site