Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 3. La patrimonialisation des Contes de Perrault

Une brève histoire des éditions

Marie-Sophie Bercegeay

Texte intégral

  • 1 Voir dans ce volume la contribution de Philippe Martin : « Du livret méprisable à l’objet de luxe  (...)
  • 2 On fait ici allusion au référentiel normatif des FRBR (pour Functional Requirements for Bibliograp (...)

1On connaît bien, et ce depuis le plus jeune âge, certains récits passés de génération en génération, pour le plus grand plaisir des petits, mais également des grands. Annexés par les enfants qui en ont fait leur littérature de prédilection, les contes de fées n’ont pas toujours eu cette ambition. D’abord racontés dans les moindres chaumières par les mères et les mères-grand, ils sont peu à peu transposés sous forme littéraire, d’abord dans les livres bleus ô combien populaires au XVIIe siècle et développés par les imprimeurs troyens (notamment par les dynasties Oudot et Garnier)1, puis sous la plume de quelques conteurs précieux et précieuses. Si les contes trouvent leur origine d’abord dans l’oralité puis dans quelques recueils antiques et médiévaux, c’est bien dans les salons qu’ils gagnent en popularité. Charles Perrault, qui nous intéresse ici, ne prétend pas en être l’unique auteur. Ce qui est certain en revanche, c’est que son nom est définitivement associé aux contes de fées, dans leur version divertissante aussi bien que moralisante. Cette littérature a désormais acquis un statut nouveau dans l’histoire littéraire occidentale, celui de patrimoine, objet de transmission textuel permis par de nombreux canaux de diffusion. Ces contes, nous le verrons, se trouvent en réalité au croisement de deux réalités : d’une part, ils étaient déjà considérés comme une forme de « patrimoine » du temps de Perrault, qui les modifia à loisir pour servir une cause littéraire et culturelle majeure, et d’autre part, leur immatérialité, en tant qu’œuvres, s’est rapidement manifestée au sens bibliothéconomique du terme2, dans de très nombreuses éditions qui ont permis à tout un chacun de s’approprier ces récits. Nous chercherons donc à comprendre au fil de ce chapitre comment la succession des éditions a permis aux Contes de Perrault de se constituer comme patrimoine matérialisé et propre aux usages individuels et collectifs quels qu’ils soient.

Charles Perrault, les Contes et leur enjeu littéraire

  • 3 Charles Perrault et Claude Beaurain, Yvette Saupé (éd.), Les murs de Troyes ou l’origine du burles (...)

2Cet écrivain d’exception voit le jour sous le règne de Louis XIII et passe sa vie à servir loyalement son successeur, le Roi Soleil. L’époque est marquée tant par la famine et les guerres que par le faste et le luxe de la cour, dont il se servira dans ses récits qui contribueront au rayonnement de la cour de France à l’étranger. D’une famille lettrée et bourgeoise, Charles reçoit une éducation brillante au collège. Il travaille ensuite à la maison suite à un coup d’éclat en cours de philosophie où, pourtant élève remarquable, son professeur lui dénie le droit au débat. Avec son ami Claude Beaurain et l’aide de ses frères, Jean, avocat, et Pierre, receveur des finances, il étudie et commence à écrire. Au cours de cette période, il produit plusieurs traductions, ainsi qu’une poésie lyrique. Les murs de Troyes ou l’origine du burlesque3 fondent son goût pour le burlesque et l’humour, qu’il développera par la suite dans ses contes. Ce poème est sa première expérience d’écriture en faveur des Modernes, parti auquel il adhérera dans la grande Querelle qui l’oppose à Nicolas Boileau et Jean de La Fontaine.

  • 4 Charles Perrault et al., L’Énéide travestie, Paris, Augustin Courbé, 1648.
  • 5 Charles Perrault, « Portrait d’Iris », Divers portraits pour la Grande Demoiselle, Paris, éd. Huet (...)
  • 6 Charles Perrault, À M. de Collières sur la négociation de la paix, ode, Paris, éd. Jean-Baptiste C (...)
  • 7 Charles Perrault, Ode sur le mariage du Roy, Paris, Charles de Sercy, 1660.
  • 8 Charles Perrault, « Le miroir ou la métamorphose d’Orante », Recueil de divers ouvrages en prise e (...)
  • 9 Charles Perrault, Le dialogue de l’amour et de l’amitié, Paris, Charles de Sercy, 1660.

3Après l’obtention de son diplôme d’avocat, Charles entre dans la vie active, d’abord aux côtés de son frère comme commis aux finances de la ville de Paris pendant une dizaine d’années, puis auprès de Jean-Baptiste Colbert. Il ne cesse d’écrire, quittant pour un temps le burlesque de L’Énéide travestie4 pour des œuvres galantes et précieuses : le Portrait d’Iris5, l’Ode sur la paix6, l’Ode sur le mariage du Roy7, Le miroir ou la métamorphose d’Orante8 ou encore le Dialogue de l’amour et de l’amitié9. Cette dernière œuvre, ainsi que son poste auprès du surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures, lui ouvrent les portes des salons précieux de la capitale. Auxiliaire de Colbert, il devient responsable du mécénat de Louis XIV, du contrôle des œuvres littéraires et artistiques et des divertissements du roi. Il a également la lourde responsabilité du chantier du Louvre et d’autres bâtiments à la gloire du monarque, dont l’Arc de triomphe ou les Jardins de Versailles.

  • 10 Charles Perrault, Le siècle de Louis le Grand, poème, suivi de À monsieur de la Quintinye, sur son (...)
  • 11 Charles Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes, en ce qui regarde les arts et les science (...)

4Son style précieux et littéraire s’améliore alors qu’il entre à la petite et à la grande Académie. Fait secrétaire et porte-parole officiel de l’Académie des Belles-Lettres, il profite de son intronisation pour proposer plusieurs réformes. Il dote notamment l’institution d’un registre des séances, d’une véritable bibliothèque, d’une horloge, de jetons de présence et d’un nouveau système d’élection pour les places vacantes. L’Académie sert aussi de caisse de résonance au parti pris qu’il affirme en faveur des Modernes. Ainsi, le 27 janvier 1687, lors d’une séance d’actions de grâce, il crée une véritable polémique en faisant lire son poème Le siècle de Louis le Grand10 où il prône la supériorité des Modernes sur les Anciens. L’un des chefs de file du parti des Anciens, Nicolas Boileau, s’insurge violemment contre ce poème. Nous ne ferons pas ici l’étude de cette Querelle. Elle nous importe pour montrer que les écrits suivants de notre conteur, Charles Perrault, vont tous découler de cette longue bataille politique, littéraire et artistique, qui a servi d’ancrage contextuel et de motif à l’écriture et à la publication de ses contes. Il tente de prouver à coups de prouesses littéraires la supériorité de son camp, afin de faire pencher le roi, arbitre suprême, du côté des Modernes. Pour cela, il publie les quatre tomes du Parallèle des Anciens et des Modernes11, dans lequel il

  • 12 Marc Fumaroli, « Les abeilles et les araignées », in Anne-Marie Lecoq (dir.), La querelle des Anci (...)

se livre à une comparaison systématique, dans tous les domaines de l’encyclopédie, depuis les divers genres des belles-lettres, des arts et de la musique, jusqu’aux diverses disciplines des sciences et des techniques, entre les mérites des Anciens et ceux des Modernes12.

5Par le biais de cette œuvre éminemment critique, il ancre sa thèse de supériorité des Modernes dans la période antique, en démontrant que les contemporains de ceux que nous considérons comme les grands classiques gréco-latins étaient tout aussi appréciés par leurs concitoyens. La suprématie des auteurs et artistes de son siècle ne fait donc, pour lui, aucun doute.

  • 13 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé. Avec des moralitez, Paris, Claude Barbin, 16 (...)
  • 14 Charles Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes, op. cit.
  • 15 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé, op. cit.

6C’est dans ce contexte, littérairement troublé, qu’il écrit et publie ses Histoires ou Contes du temps passé, avec des moralités13 dans lesquels on retrouve les mêmes thèmes et termes évoqués et utilisés dans son Parallèle14. La question du merveilleux, matière principale du recueil d’Histoires ou Contes du temps passé15 est au cœur de la Querelle. Le seul merveilleux acceptable pour Perrault et ses partisans n’est plus un univers mythologique antique, mais un merveilleux chrétien. Pour Marc Fumaroli,

  • 16 Marc Fumaroli, « Les abeilles et les araignées », op. cit., p. 195.

les petits Poucets, les Cendrillons, les Belles au bois dormant des Contes de Perrault représentent la langue, l’éloquence et l’esprit français empêché de se manifester par toutes sortes d’ennemis et de persécuteurs ; les ogres, les mauvaises fées, les vieilles sorcières, les parents ingrats, autant de figures d’un pédantisme et d’un obscurantisme qui cherchent à écraser sous le poids du passé les germes féconds toujours à empêcher de croître et de faire fleurir au grand jour et au présent16.

7D’un caractère certes archaïque, ces contes ont une ambition résolument moderne en proposant un nouveau merveilleux, propre à la langue et à la culture française, celle de l’aristocratie et des salons. Les contes de tradition populaire, sous la plume de Charles, deviennent des armes et des arguments dans la Querelle : ils n’ont pas été écrits par hasard mais servent un but, celui de prouver au monde entier que les récits oraux et la culture populaire, par le biais d’un travail de réécriture conséquent qui donne toute sa saveur au récit, ne sont pas négligeables. Pour lui, les contes sont un moyen comme un autre de prouver que la littérature n’est pas tributaire des Anciens car elle offre une nouvelle expérience de lecture, malgré les thèmes traditionnels qui servent de base au récit. Il s’agit d’une conception inédite de l’imitation des Anciens :

  • 17 Marc Fumaroli, « Les Contes de Perrault et leur sens second : l’éloge de la modernité au siècle de (...)

Le registre des Contes où il faisait se rejoindre des schèmes narratifs et naïfs qu’on pouvait croire surgis de la nuit des temps à la forme galante moderne et mondaine la plus artiste et piquante qui soit reprenait les mêmes termes apologétiques de la modernité de Louis XIV, mais cette fois à l’adresse d’un public enchanté et unanime17.

  • 18 Marie-Sophie Bercegeay, Histoires, ou Contes du temps passé, Charles Perrault, mémoire de Master 1 (...)

8Les Contes, en héritiers reconnaissants de l’Antiquité et en proposant des textes modernes dans leur format et leur traitement témoignent d’une ambition bien plus large que la seule Querelle. Leur sens profond, issu des contes populaires, fait écho à notre propre psyché tandis que leur forme ne va cesser d’évoluer à travers les multiples éditions parues entre 1693 et 2014 et sur lesquelles porte cette étude. Des premières lectures de Griselidis dans les salons précieux aux applications créées sur smartphone revisitant ces histoires célèbres de par le monde, les Contes de Perrault sont réellement devenus des objets patrimoniaux. On se propose ici de retracer les étapes de ce processus depuis la fin du XVIIe siècle18.

  • 19 Catherine Velay-Vallantin, L’histoire des contes, Paris, Fayard, 1992, p. 31-32.

9Tous les contes repris par Perrault ont été profondément remaniés depuis la tradition populaire. S’il a édulcoré « certains épisodes au profit de l’accentuation des motifs authentiquement folkloriques »19, selon Catherine Velay-Vallantin, il a surtout réutilisé les termes apologétiques de la modernité sous Louis XIV pour les insérer dans des récits à destination d’un premier public hautement politisé, car courtisan. Ainsi, Les Fées célèbrent la langue française, celle de la beauté et de la spiritualité, perçues comme les qualités essentielles de l’art de vivre des Modernes ; Griselidis est composé certes à la gloire de la religion, mais n’en demeure pas moins féministe, et les Souhaits ridicules dénoncent la sottise humaine. Peau d’Âne glorifie la mode et l’artisanat du royaume à travers le luxe et la haute couture, de même que Cendrillon qui célèbre également la grâce et le pardon. Ces deux princesses font figure d’humilité et de pauvreté, contrairement à celle de Riquet à la Houppe où, là encore, le luxe et le faste de la cour sont mis en exergue. Dans Le Petit chaperon rouge, outre l’allégorie que l’on retrouve également dans Le Petit Poucet, sur la forêt comme retour à l’état primitif et sauvage de l’humanité, c’est l’innocence qui est célébrée. Ce dernier conte illustre également le combat entretenu par Perrault contre les Anciens, à l’image de la lutte de David contre Goliath.

10On y trouve également une image du passage du temps : de la barbarie à un état royal civilisé, comportant une réelle organisation ainsi qu’une mobilité sociale, thématique associée au Chat botté. Barbe Bleue fait référence à la Fronde ainsi qu’à Colbert et Mazarin à travers les deux frères sauveurs. Enfin, la Belle au Bois dormant représente dans son sommeil le retard de la France du Moyen Âge, puis la Renaissance et le début du Grand Siècle, celui de Louis XIV, lors de la levée de la malédiction.

11La naïveté première des Contes est bel et bien un leurre. Leur succès originel tient de ce chiasme entre Anciens et Modernes, entre le monde primitif des loups, fées et forêts obscures, et le monde moderne de prospérité et de luxe où se retrouve le public lettré de Perrault. Ce succès va conduire à la multiplicité des éditions, mais surtout à une intemporalité des contes, devenus classiques, mais pourtant sans cesse revisités.

L’histoire éditoriale des Contes de Perrault

  • 20 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé, avec des Moralités, Paris, Claude Barbin, in- (...)
  • 21 « Prélude contenant tout ce qui s’est passé à l’Académie française le jour de la Feste de Saint Lou (...)
  • 22 Charles Perrault, « Les souhaits ridicules », Mercure Galant, novembre 1693, p. 39-50.
  • 23 Charles Perrault, Griselidis. Nouvelle, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1694 ; Griselidis, nouvelle (...)

12Avant la première édition chez Claude Barbin le 11 janvier 169720, certains des contes ont été soumis au rythme de publication habituel de l’époque. Après un passage obligé par la récitation à l’Académie française le 25 août 1691, puis dans les salons, la Marquise de Saluces ou la patience de Griselidis est publié dans le Mercure Galant21, incontournable journal littéraire. En 1693, c’est au tour des Souhaits ridicules22 d’être publiés dans la même revue. La même année paraissent deux éditions de Peau d’asne, probablement chez Jean-Baptiste Coignard et aujourd’hui disparues. Plusieurs publications23 de ces trois histoires voient le jour entre 1694 et 1695 chez cet éditeur. Suivant les pratiques du siècle, Charles cherche un protecteur pour la parution d’un ouvrage plus complet. Il le trouve en la personne d’Élisabeth-Charlotte d’Orléans, petite nièce de Louis XIV à qui il envoie par l’intermédiaire de son fils, Pierre Darmancour, un manuscrit autographe richement calligraphié.

  • 24 Henri George, « La comédie du Chat botté », La belle histoire des images d’Épinal, Paris, Le cherch (...)
  • 25 Charles Perrault, Félix Lorioux (ill.), Le Petit chaperon rouge, Paris, Librairie Hachette, 1920.
  • 26 Charles Perrault, Warja Lavater (ill.), Le Petit chaperon rouge, Paris, éd. Ad. Maeght, 1965.
  • 27 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Contes, Paris, éd. Hetzel, 1862.

13Le premier recueil paraît donc en 1697 sous le nom de son fils à qui a été accordé le privilège royal. S’il s’adresse avant tout à un public lettré, il est intéressant de constater que cette première édition contient des illustrations réalisées par l’auteur lui-même et gravées par François Clouzier. Cette question est centrale dans l’histoire des éditions des Contes de Perrault. Bien souvent, les images vont permettre une réappropriation de l’œuvre, que ce soit par les enfants grâce à des dessins hauts en couleurs, qu’ils soient naïfs comme ceux d’Épinal24, stylisés comme chez Félix Lorioux25 ou encore par un système de code comme dans l’interprétation de la graphiste Warja Lavater26 ; ou bien par les critiques tels que Sainte-Beuve qui publiera un texte sur l’édition des Contes illustrés par Gustave Doré27.

  • 28 Interrogation du Catalogue général de la BnF et du Système universitaire de documentation, le 28 o (...)

14Depuis 1697 jusqu’en 2014, pas moins de 2 039 éditions des Contes de Perrault nous sont parvenues (ill. 1)28. Initialement publiés en recueil, les contes sont de plus en plus isolés, dans de petits opuscules illustrés, reprenant un à trois contes dans un format plus maniable pour des mains enfantines : moins lourd, avec toujours plus d’images, notamment grâce à l’apparition de l’album dans le courant du XXsiècle. Pour comprendre pleinement le processus de patrimonialisation de ces histoires, il est nécessaire de suivre pas à pas le rythme de publication des Contes et d’inscrire ces parutions dans le contexte tant éditorial qu’historique et social de l’époque.

Illustration 1. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 1697 et 2014

Illustration 1. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 1697 et 2014

15Ces histoires isolées sont également l’apanage des « contes bleus », publiés par les éditeurs troyens dans la bibliothèque bleue pour une somme modique, et extrêmement populaires, ce qui a assuré aux contes de Perrault une large diffusion, d’abord en France puis à l’étranger, la première traduction ayant vu le jour en 1729.

16Ce sont probablement plusieurs dizaines de millions d’exemplaires qui ont circulé dans toute l’Europe entre le XVIIe et la première moitié du XIXe siècle et dont nous n’avons que de faibles traces, du fait de la médiocrité de leur exécution et d’une absence d’intérêt pour ces livrets sans valeur à l’époque. Ces best-sellers ne sont pas comptabilisés dans cette étude du fait de leur perte critique : les 16 ouvrages parus avant 1800 sont principalement des rééditions réalisées du vivant de Perrault ainsi que des collections qui commencent à apparaître à l’aube des années 1800 et réunissent plusieurs conteurs et conteuses précieux, dont mesdames d’Aulnoy, Leprince de Beaumont et la comtesse de Murat.

17Avec la multiplication des imprimeurs et malgré les mutations qui affectent la Bibliothèque bleue, les éditions des Contes ou histoires du temps passé sont toujours plus nombreuses. On en compte plus de 80 au cours du XIXe siècle (ill. 2).

Illustration 2. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XIXe siècle

Illustration 2. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XIXe siècle
  • 29 Reprenant Le Chat botté, Le Petit Poucet, Riquet à la houppe, Barbe-bleue et parfois Le Petit chap (...)
  • 30 Reprenant Peau d’Âne, Cendrillon, La Belle au bois dormant, Le Petit chaperon rouge et plus rareme (...)

18Les plus grands succès sont La Barbe-bleue, La Belle au bois dormant, Peau d’Âne et Cendrillon, dans des éditions plus ou moins séparées, souvent entre les « contes d’aventures » pour les garçons29 (à la couverture bleue) et les « contes de princesses » (en rose et doré) pour les petites filles30, encore d’actualité aujourd’hui chez les éditeurs au grand dam des parents… et des enfants, en raison du caractère sexiste de cette dichotomie.

  • 31 Anonyme, « Le Chat botté », in Gérard Bertrand, Marion Durand, L’image dans le livre pour enfants, (...)

19L’imagerie d’Épinal marque durablement l’iconographie des Contes avec ses planches illustrées pour la jeunesse. Dans ces dernières, les images occupent la place du texte, souvent coupé et réduit à sa plus simple expression, segmenté en unités dramatiques, comme on peut le constater dans cette planche du Chat botté31 (ill. 3).

Illustration 3. Extrait de l’image Le Chat botté, Épinal, Imagerie Pellerin, XIXe siècle

Illustration 3. Extrait de l’image Le Chat botté, Épinal, Imagerie Pellerin, XIXe siècle

Source : Collection particulière.

  • 32 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Les contes de Perrault, dessins par Gustave Doré, Paris, éd (...)

20Destinées aux enfants, ces éditions fleurissent tout au long du siècle (ill. 4), toujours plus adaptées, tant dans le fond que dans la forme pour devenir des objets d’étrennes et de jeux. Malgré tout, certains éditeurs consciencieux préservent les textes de Charles Perrault et les agrémentent de riches illustrations, faisant de ces ouvrages des spécimens luxueux. C’est le cas de Pierre-Jules Hetzel avec son édition illustrée par Gustave Doré32 dont Sainte-Beuve dira :

  • 33 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Contes, gravures de la première édition Hetzel illustrée, d (...)

Je ne sais rien en revanche, de plus magique et de plus féériquement éclairé que la haute avenue couverte, la nef ogivale de frênes séculaires, par laquelle le jeune prince s’avance vers le perron de l’escalier, dans La Belle au bois dormant33.

Illustration 4. Part des éditions des Contes de Perrault parues dans des collections entre 1860 et 2014

Illustration 4. Part des éditions des Contes de Perrault parues dans des collections entre 1860 et 2014
  • 34 On note récemment : Contes de Perrault, éd. Ouest-France, ill. Fraipont, Lorioux, Doré, La Nézière (...)

21D’abord figure d’exception, l’édition d’Hetzel va servir d’exemple à de nombreux éditeurs qui emploieront au cours du temps de célèbres illustrateurs pour redonner de l’attrait à ces histoires « du temps passé ». On le voit dans les livres commémoratifs : la célébration du tricentenaire de Charles Perrault et la nouvelle mode des contes de fées (expositions patrimoniales dans les musées et bibliothèques, films, séries télévisées, romans pour la jeunesse, etc.), ont donné lieu à de multiples ouvrages de qualité34, proposant ces histoires enrichies par les artistes les plus illustres, dans un esprit de transmission générationnel.

22Si ces ouvrages restent rares au XIXe et XXe siècles, ce n’est pas pour autant que l’on ne voit pas apparaître des livres soignés comprenant entre autres les écrits du conteur. C’est dans les collections notamment que sa présence est requise. Les masses rurales ayant été alphabétisées grâce aux lois Guizot et à l’école obligatoire, les éditeurs profitent d’un marché de niche permettant une grande fidélisation du public. La bibliothèque rose d’Hachette en est certes le précurseur en 1858, mais cette tendance n’a toujours pas disparu aujourd’hui des rayonnages pour enfants (ill. 5).

Illustration 5. Part des adaptations des Contes de Perrault au XXe siècle

Illustration 5. Part des adaptations des Contes de Perrault au XXe siècle
  • 35 Annie Renonciat, Jean Perrot, Tricentenaire Charles Perrault, Les grands conteurs du XVIIIe siècle (...)

23À partir de 1904, le conte est définitivement – et durablement – annexé par la pédagogie. La loi Combes qui sépare l’Église et l’État empêche les religieux d’enseigner. De fait, les programmes scolaires sont renouvelés et les éditeurs chrétiens intègrent les Contes de Perrault dans leurs collections. En raison de leur sacralité laïque, ces histoires morales deviennent des supports éducatifs : « On voit que, par ces directives, les contes ont pénétré de façon officielle le milieu scolaire à la fin du XIXe siècle, légitimés et consacrés comme les premières lectures classiques des enfants »35.

24Ce terme « classique » est à prendre en considération. Il s’agit bien, désormais, de transmettre une production passée et originale, à la morale inattaquable. Ces contes, de par leur fonction même, comblent un vide social et éthique (les moralités) et répondent à des questions essentielles et toujours actuelles : qui suis-je ?, pourquoi suis-je là ?, qu’est-ce que la vie ?, comment vivre ?, etc. En plus d’ancrer une tradition, celle de la cour française sous Louis XIV, et même, celle d’un monde sauvage et primitif, l’acceptation de ces histoires dans le monde éducatif permet d’une part de reconnaître l’existence d’un style culturel distinct et purement français, et d’autre part, donne aux enfants les clés de compréhension des valeurs de cette culture : celles du courage, de la joie, de la beauté et de l’humour. Ce sont toutes ces qualités que l’on retrouve chez les personnages des Contes, tant dans leurs personnalités que dans leurs relations ou leurs vies trépidantes.

25Outre Jean-Frédéric Wentzel et Alfred Mame, éditeurs chrétiens, ce sont les éditions Henri Laurens, Hachette, Garnier Frères et Flammarion qui éditent le plus de contes pour la jeunesse dans les années 1900, dans une perspective bien souvent pédagogique, mais également pour contrer les intentions mercantiles des éditeurs non laïques en refusant de leur céder tout à fait cette part de marché. Depuis le XIXe siècle et tout au long du XXe siècle, les éditeurs pour la jeunesse se préoccupent de plus en plus de la portée éducative de leurs publications. C’est pour cette raison que l’on voit apparaître davantage de contes modifiés (ill. 6) pour en supprimer la violence et le sang, susceptibles de choquer la jeunesse.

Illustration 6. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XXe siècle (1900-1999)

Illustration 6. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XXe siècle (1900-1999)
  • 36 Charles Perrault, Maurice Bouchor (préf.), Contes, vol. 1, Paris, éd. Association philotechnique, (...)

26Il s’agit bien de ménager la sensibilité de l’enfant, selon les nouveaux principes de la psychologie. Maurice Bouchor, le premier, apporte de réelles modifications au texte de Perrault, toujours en conservant sa qualité littéraire36. Entreprise pédagogique certes mais également éditoriale : son œuvre se veut réfléchie à la lumière des classiques pour la jeunesse. Véritables jalons dans l’histoire littéraire et agrémentés d’introductions, de notes de bas de page et de conclusions, ces paratextes font de ces ouvrages pour la jeunesse des livres (presque) savants, qui rencontrent un franc succès.

27La Troisième République accorde une place centrale au livre et les Contes de Perrault ne sont pas en reste. Vecteur privilégié pour diffuser des idées nouvelles, le livre, et particulièrement le livre de contes, en raison de son public et de son caractère éthique, permet de développer un certain nationalisme dont la France a bien besoin après le traumatisme de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle les éditions traitant du merveilleux se sont faites rares (manque de main-d’œuvre, de papier, et une époque peu propice pour penser aux fées). L’essor de ce merveilleux se renouvelle après-guerre, pour panser les plaies de la nation et distraire les jeunes, durablement marqués par l’horreur et la famine. Malgré la crise économique, les années 1930 marquent un véritable regain dans la production des Contes de Pérot. En effet, de 1930 à 1939, ce sont plus de 130 éditions qui voient le jour. Cette recrudescence s’explique par la nouvelle société qui émerge en France, tournée vers le loisir.

28Auparavant cantonnée aux classiques, la littérature pour la jeunesse se renouvelle également à partir des années 1930, bien que l’on constate dans le même temps un certain immobilisme chez des éditeurs pour qui les contes de fées sont des valeurs sûres. Il s’agit de plaire, bien sûr, aux enfants, mais surtout aux parents, principaux acheteurs. Certains éditeurs se maintiennent ainsi dans la tradition, le plus loin possible des innovations que l’on constate chez Hachette, Flammarion ou Larousse dont le dynamisme s’explique également par l’amélioration des procédés techniques et industriels, notamment par l’apparition du cartonnage, permettant l’essor de l’album en couleur. Ces tensions entre immobilisme et dynamisme, entre héritage des classiques et renouveau des contes de fées, entre tradition et innovations, on les retrouve aussi bien entre la littérature générale et la littérature pour la jeunesse, ou même dans le pays tout entier, économiquement, politiquement, monétairement et idéologiquement instable du fait des lourdes pressions sociétales et de la montée des idéologies totalitaires et antisémites.

L’apparition de l’album et l’entrée des Contes de Perrault à l’école

29L’album, donc, connaît une spectaculaire progression au cours du XXe siècle. D’abord parus sous forme de livres illustrés, les Contes ont toujours été accompagnés d’illustrations, depuis leur première édition jusqu’à ce jour (les éditions savantes n’échappent pas à cette règle, représentant généralement des planches de Doré). Malheureusement, il est impossible, au vu du nombre d’éditions et de la diversité des formats existants, de donner une estimation de la part des albums parus au sein des éditions des Contes de Perrault. Nouveau mode de lecture, l’album fait primer l’image, prépondérante par rapport au texte. L’écrit reste toutefois articulé à l’image, au point d’empêcher la distinction entre ces deux éléments dans certains cas.

  • 37 Charles Perrault, Pierre Belvès (ill.), Le Chat botté, conte de Perrault, Paris, éd. Flammarion, 1 (...)
  • 38 Charles Perrault, Gérard Franquin (ill.), Le Chat botté, Paris, éd. Flammarion, 1979 (coll. Albums (...)

30Les nouvelles méthodes éducatives favorisant la spontanéité de l’enfant vont mettre à la mode l’album en couleur. Le Mouvement d’Éducation nouvelle auquel adhère Paul Faucher permet la création des célèbres Albums du Père Castor chez Flammarion. Teintés de poésie et esthétiquement réussis, ces opuscules souples ont un succès immense. Faucher publie ainsi de nombreux auteurs et illustrateurs issus des pays frontaliers de l’URSS proposant des œuvres novatrices. Il n’oublie pas pour autant les classiques de la littérature pour enfants et retravaille quelques contes de Charles Perrault, dont Le Chat botté, illustré par Pierre Belvès37 et par Gérard Franquin38. Style et vocabulaire sont revus, tout comme la typographie et les couleurs, afin de correspondre aux capacités visuelles et cognitives du jeune enfant.

31À partir des années 1950, le nombre d’éditions monte en flèche. Les nouvelles avancées de la psychologie, de la psychanalyse et de la pédagogie font de l’album un support privilégié pour la pérennisation de ces histoires. Elles se font également le reflet des avancées sociétales en cherchant à briser les tabous par le traitement de thématiques osées : sexe, violence, mort, dérives, exclusion. Certaines histoires, telles que Peau d’Âne, connaissent alors un regain de succès. Le baby-boom et la scolarisation massive incitent les éditeurs à publier davantage pour la jeunesse, d’autant que les pouvoirs publics sont désormais conscients des bienfaits de la lecture chez les plus jeunes. Le rôle du conte, depuis mai 1968, est mis en avant et replacé dans son contexte :

  • 39 Association nationale pour la formation et le perfectionnement professionnel dans les métiers de l (...)

Depuis cette date, on a commencé en France à remplacer le texte dans son contexte, à considérer le conte comme une réalité sociale, une manifestation de l’oralité, et donc à le traiter, non plus comme un texte abstrait et désincarné dont seul le contenu, et parfois la forme linguistique seraient dignes d’attention, mais comme émanant d’une personne vivante, parlant à d’autres personnes vivantes, commune à un moment de l’oralité unique, fugitif et toujours recommencé39.

32On commence alors à trouver sur le marché de nombreux ouvrages de critique des contes, repris sous des points de vue littéraires, historiques, folkloristes, pédagogiques ou psychanalytiques. Cette réflexion autour du conte inscrit ces histoires dans une remise en perspective critique, étape essentielle dans le processus de patrimonialisation de la littérature, notamment les écrits des Lumières : les appareils critiques accompagnent la majeure partie des rééditions, cas que l’on retrouve pour les Contes de Perrault. Si tous les intertextes ne sont pas réalisés par des historiens ou des critiques spécialisés, ces derniers interviennent régulièrement dans le cadre de ce renouveau, tout au long des années 1970 et 1980.

  • 40 Ministère de l’Éducation nationale, Liste des ouvrages de littérature en cycle III, 2002. [En lign (...)
  • 41 Raymond Perrin, Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du XXIe siècle. Esquisse d’u (...)
  • 42 Sylviane Ahr, Nathalie Denizot (dir.) Les patrimoines littéraires à l'école : usages et enjeux, Na (...)

33Une dizaine d’années plus tard, en 1995, la littérature pour la jeunesse entre officiellement dans les programmes de l’Éducation nationale, bien qu’il soit admis dès 1923 que les contes peuvent servir de supports aux cours préparatoires. La culture française a toujours été marquée par son goût pour les classiques, d’abord grecs et latins. Peu à peu, les collections récréatives (Hachette) ont trouvé leur place sur les bancs de l’école, d’abord dans les livres de prix, puis sont apparues dans les manuels scolaires eux-mêmes en 1930. La « morale utile » telle que la décrit Charles Perrault dans sa préface de 1694 permet de transmettre valeurs et messages éducatifs grâce à l’identification aux personnages et à l’acceptation du merveilleux. En juin 2002 est élaborée la liste de références pour le cycle 340, pour introduire la littérature de jeunesse dans les programmes. Elle comporte ainsi « des classiques de l’enfance souvent réédités et qui constituent un patrimoine se transmettant de génération en génération »41, dont deux contes de Perrault : Cendrillon et Barbe-Bleue, rapidement rejoints par La Belle au bois dormant. Les deux premiers contes sont proposés exempts de collection, d’édition, d’illustrateur ou d’adaptateur, le support étant librement laissé à la discrétion du professeur. D’abord facultative, cette liste devient obligatoire en 2004, et les Contes de Perrault sont imposés, tant dans le cycle 3 que dans les manuels destinés au collège et au lycée où des extraits des contes les plus célèbres sont prescrits comme objets d’étude sur le conte, le merveilleux ou encore les courants littéraires42.

34Toujours plus importante, cette liste de référence est réactualisée tous les trois ans et les Contes de Perrault sont passés dans leur intégralité de la rubrique des « œuvres classiques » à celle des « œuvres patrimoniales », véritable reconnaissance de la part des instances décisionnelles du gouvernement français. Comble du succès, les Contes de Perrault ont été offerts en juin 2011 aux élèves de CM1 par Luc Châtel, ministre de l’Éducation nationale lors de l’opération « Un livre pour l’été ». Il défend son choix en insistant sur le rôle patrimonial et littéraire des œuvres de Charles Perrault :

  • 43 Charles Perrault, Luc Châtel (préf.), Imagerie Pellerin (ill.), Neuf contes, Paris, Ministère de l (...)

Avec ce « livre pour l’été », grâce à la plume de Perrault et à celle des illustrateurs d’Épinal, les classiques de l’enfance sont une nouvelle fois mis à l’honneur. Ils incarnent ce patrimoine littéraire que nous avons reçu en héritage et que nous devons transmettre à notre tour. Nous y sommes d’autant plus attachés que, depuis des générations, l’École et les familles ont su allier leurs forces pour le faire découvrir et aimer aux jeunes générations. En réaffirmant cette mission, l’École réaffirme l’intemporalité du plaisir de lire. […] Avec ce « livre pour l’été », c’est donc un classique de l’enfance, mais aussi un texte profondément moderne que vont découvrir les écoliers de France. Perrault n’est-il pas le premier de nos Modernes, lui qui a su s’emparer de la prose pour retranscrire des récits populaires et en dégager toute la portée symbolique et éducative ? […] La force de ce désormais classique mais indémodable conteur a considérablement et durablement influencé notre littérature et notre imaginaire. Tout le monde croit connaître ces Contes mais peu en connaissent la version première43.

35En effet, si tous les grands et les petits du monde entier connaissent les Contes de Perrault, peu en connaissent encore aujourd’hui les formulettes, force du récit du conteur. Sous prétexte des réécritures et de la confusion croissante avec les contes des Frères Grimm, quels parents et enfants connaissent la véritable fin du Petit Chaperon rouge, non sauvée par un bûcheron, mais bel et bien dévorée par le loup, ou se rappellent encore de la Reine-Mère ogresse de la Belle au bois dormant, voulant dévorer ses petits-enfants à la sauce Robert et qui finit sa vie dans une grande cuve emplie de vipères et de crapauds ?

36Les Contes de Perrault ont réussi grâce à leur qualité littéraire et leur visée moralisatrice à traverser les siècles. Le projet de notre conteur précieux, ancré dans la tradition des Modernes, a porté ses fruits : grâce à lui, les enfants d’aujourd’hui ont un aperçu du luxe à la française et de la période de prospérité mondaine connue par l’auteur. Intemporels, ses contes n’en ont pas moins été largement repris et réadaptés pour correspondre aux goûts et aux besoins des enfants, notamment à la fin du XXsiècle et au début du XXIe, où les éditions n’ont eu de cesse de paraître (ill. 7), sous tous les formats possibles et imaginables : livres pour enfants, livres d’art, livres critiques, albums, dessins animés, films, jeux vidéo, livres audio, CD-ROM, DVD, applications…

Illustration 7. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 2000 et 2014

Illustration 7. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 2000 et 2014
  • 44 Christiane Connan-Pintado et Catherine Tauveron, Fortune des « Contes » de Grimm en France, Forme (...)

37Il faut pour cela remercier le cercle des critiques et des historiens qui ont remis les contes sur le devant de la scène mondiale, mais aussi les adaptateurs et illustrateurs, dont ceux de la firme Disney, qui par leurs adaptations (ou disneyification) ont certes affecté la qualité littéraire et le sérieux de ces histoires, mais n’en ont pas moins permis une diffusion mondiale ! L’industrialisation d’une société de loisirs a permis une augmentation exponentielle de la circulation des œuvres, dont les illustrations, sans cesse renouvelées, ont joué sur la réception d’un public de plus en plus jeune. On retrouve dans cette histoire de trois siècles les étapes essentielles décrites pour démontrer la patrimonialisation des Contes des frères Grimm44. Des images d’Épinal à Michel Fiodorov, en passant par Félix Lorioux et Gustave Doré, ou plus récemment par Jean Claverie et Elsa Oriol, toutes ces images ont contribué à nos représentations intimes de ces histoires, devenues par leur force évocatrice, leur persistance et leur reprise par les instances gouvernementales, des œuvres patrimoniales.

Notes

1 Voir dans ce volume la contribution de Philippe Martin : « Du livret méprisable à l’objet de luxe : la bibliothèque bleue », p. 77.

2 On fait ici allusion au référentiel normatif des FRBR (pour Functional Requirements for Bibliographic Records).

3 Charles Perrault et Claude Beaurain, Yvette Saupé (éd.), Les murs de Troyes ou l’origine du burlesque, Tübingen, G. Narr Verlag, 2001.

4 Charles Perrault et al., L’Énéide travestie, Paris, Augustin Courbé, 1648.

5 Charles Perrault, « Portrait d’Iris », Divers portraits pour la Grande Demoiselle, Paris, éd. Huet, 1659.

6 Charles Perrault, À M. de Collières sur la négociation de la paix, ode, Paris, éd. Jean-Baptiste Coignard, 1698 (écrite en 1660).

7 Charles Perrault, Ode sur le mariage du Roy, Paris, Charles de Sercy, 1660.

8 Charles Perrault, « Le miroir ou la métamorphose d’Orante », Recueil de divers ouvrages en prise et en vers, dédiés à son altesse monseigneur le Prince de Conti, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1675.

9 Charles Perrault, Le dialogue de l’amour et de l’amitié, Paris, Charles de Sercy, 1660.

10 Charles Perrault, Le siècle de Louis le Grand, poème, suivi de À monsieur de la Quintinye, sur son livre De l’instruction des jardins fruitiers et potagers…, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1687.

11 Charles Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes, en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. Avec le poëme du Siècle de Louis le Grand et une Epistre en vers sur le Genie, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1688.

12 Marc Fumaroli, « Les abeilles et les araignées », in Anne-Marie Lecoq (dir.), La querelle des Anciens et des Modernes, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 2001, p. 195.

13 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé. Avec des moralitez, Paris, Claude Barbin, 1697.

14 Charles Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes, op. cit.

15 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé, op. cit.

16 Marc Fumaroli, « Les abeilles et les araignées », op. cit., p. 195.

17 Marc Fumaroli, « Les Contes de Perrault et leur sens second : l’éloge de la modernité au siècle de Louis le Grand », Revue d’histoire littéraire de la France, 2014, n° 4, vol. 114, p. 775-796.

18 Marie-Sophie Bercegeay, Histoires, ou Contes du temps passé, Charles Perrault, mémoire de Master 1, Villeurbanne, Enssib, 2015 et Les éditions des Contes de Perrault de 1914 à nos jours, mémoire de Master 2, Villeurbanne, Enssib, 2016.

19 Catherine Velay-Vallantin, L’histoire des contes, Paris, Fayard, 1992, p. 31-32.

20 Charles Perrault, Histoires ou Contes du temps passé, avec des Moralités, Paris, Claude Barbin, in-12, 1697.

21 « Prélude contenant tout ce qui s’est passé à l’Académie française le jour de la Feste de Saint Louis », Mercure Galant, septembre 1691, p. 7-23.

22 Charles Perrault, « Les souhaits ridicules », Mercure Galant, novembre 1693, p. 39-50.

23 Charles Perrault, Griselidis. Nouvelle, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1694 ; Griselidis, nouvelle avec le conte de Peau d’asne et celuy des Souhaits ridicules, 2e éd., Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1694 ; Griselidis, nouvelle avec le conte de Peau d’asne et celuy des Souhaits ridicules, 4e éd., Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1695.

24 Henri George, « La comédie du Chat botté », La belle histoire des images d’Épinal, Paris, Le cherche-midi, 2005, p. 13.

25 Charles Perrault, Félix Lorioux (ill.), Le Petit chaperon rouge, Paris, Librairie Hachette, 1920.

26 Charles Perrault, Warja Lavater (ill.), Le Petit chaperon rouge, Paris, éd. Ad. Maeght, 1965.

27 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Contes, Paris, éd. Hetzel, 1862.

28 Interrogation du Catalogue général de la BnF et du Système universitaire de documentation, le 28 octobre 2017.

29 Reprenant Le Chat botté, Le Petit Poucet, Riquet à la houppe, Barbe-bleue et parfois Le Petit chaperon rouge, dans des couvertures aux tons bleus.

30 Reprenant Peau d’Âne, Cendrillon, La Belle au bois dormant, Le Petit chaperon rouge et plus rarement, Les Fées dans des couleurs rose pastel.

31 Anonyme, « Le Chat botté », in Gérard Bertrand, Marion Durand, L’image dans le livre pour enfants, Paris, éd. L’École des Loisirs, 1975, p. 124.

32 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Les contes de Perrault, dessins par Gustave Doré, Paris, éd. J. Hetzel, 1862.

33 Charles Perrault, Gustave Doré (ill.), Contes, gravures de la première édition Hetzel illustrée, dessins de Gustave Doré, Paris, Hachette, 1978, p. 295.

34 On note récemment : Contes de Perrault, éd. Ouest-France, ill. Fraipont, Lorioux, Doré, La Nézière, Sabran, 2014.

35 Annie Renonciat, Jean Perrot, Tricentenaire Charles Perrault, Les grands conteurs du XVIIIe siècle et leur fortune littéraire, Paris, Press Edition, 1998, p. 87.

36 Charles Perrault, Maurice Bouchor (préf.), Contes, vol. 1, Paris, éd. Association philotechnique, Hachette & Cie, 1901.

37 Charles Perrault, Pierre Belvès (ill.), Le Chat botté, conte de Perrault, Paris, éd. Flammarion, 1955 (coll. Les Albums du Père Castor).

38 Charles Perrault, Gérard Franquin (ill.), Le Chat botté, Paris, éd. Flammarion, 1979 (coll. Albums du Père Castor).

39 Association nationale pour la formation et le perfectionnement professionnel dans les métiers de l’édition France, Approche 85 : le livre populaire aux XIXe et XXe siècles, Paris, éd. Asfored, 1985, p. 29.

40 Ministère de l’Éducation nationale, Liste des ouvrages de littérature en cycle III, 2002. [En ligne] < http://eduscol.education.fr/cid47303/liste-de-reference-2002-des-œuvres-de-litterature-pour-le-cycle%20iii.html >.

41 Raymond Perrin, Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du XXIe siècle. Esquisse d’un état des lieux. Enjeux et perspectives : à travers les romans, les contes, les albums, la bande dessinée et le manga, les journaux et les publications destinées à la jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 222.

42 Sylviane Ahr, Nathalie Denizot (dir.) Les patrimoines littéraires à l'école : usages et enjeux, Namur, Presses universitaires de Namur, 2013 ; Marie-France Bishop et Anissa Belhadjin (dir.), Les patrimoines littéraires à l’école. Tensions et usages actuels, Paris, Honoré Champion, 2015.

43 Charles Perrault, Luc Châtel (préf.), Imagerie Pellerin (ill.), Neuf contes, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, 2011.

44 Christiane Connan-Pintado et Catherine Tauveron, Fortune des « Contes » de Grimm en France, Forme et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013. Voir aussi Thomas Clark Pollock, “Transmitting our literary heritage”, The English Journal, 1942, n° 3, vol. 31, p. 200-210.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 1697 et 2014
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Illustration 2. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Illustration 3. Extrait de l’image Le Chat botté, Épinal, Imagerie Pellerin, XIXe siècle
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 4. Part des éditions des Contes de Perrault parues dans des collections entre 1860 et 2014
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Illustration 5. Part des adaptations des Contes de Perrault au XXe siècle
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Illustration 6. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault au XXe siècle (1900-1999)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Illustration 7. Répartition chronologique des éditions des Contes de Perrault entre 2000 et 2014
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10581/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k

Auteur

Bibliothèque royale de Belgique

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site