Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 3. La patrimonialisation des Contes de Perrault

Une brève histoire des éditions

Marie-Sophie Bercegeay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On connaît bien, et ce depuis le plus jeune âge, certains récits passés de génération en génération, pour le plus grand plaisir des petits, mais également des grands. Annexés par les enfants qui en ont fait leur littérature de prédilection, les contes de fées n’ont pas toujours eu cette ambition. D’abord racontés dans les moindres chaumières par les mères et les mères-grand, ils sont peu à peu transposés sous forme littéraire, d’abord dans les livres bleus ô combien populaires au XVIIe siècle et développés par les imprimeurs troyens (notamment par les dynasties Oudot et Garnier)1, puis sous la plume de quelques conteurs précieux et précieuses. Si les contes trouvent leur origine d’abord dans l’oralité puis dans quelques recueils antiques et médiévaux, c’est bien dans les salons qu’ils gagnent en popularité. Charles Perrault, qui nous intéresse ici, ne prétend pas en être l’unique auteur. Ce qui est certain en revanche, c’est que son nom est définitivement associé aux contes de fées,...

Auteur

Bibliothèque royale de Belgique

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540