Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 2. La patrimonialisation des écrits protestants

Yves Krumenacker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il est une image habituelle, c’est bien celle du protestantisme comme étant une religion du livre, de l’écrit, de la Bible, par opposition au catholicisme. Seule la foi sauve, mais la foi donnée gratuitement par Dieu à travers sa Parole, transcrite dans la Bible et saisie par l’inspiration de l’Esprit saint. Inversement, dans le catholicisme, c’est l’Église qui est médiatrice du salut, grâce aux sacrements réservés, pour la plupart, à un clergé ordonné, grâce à l’accomplissement de certains rites, grâce aux mérites acquis par le croyant qui cherche à se rapprocher de Dieu. Fort logiquement, le protestantisme devrait par conséquent attacher plus d’importance à l’écrit que le catholicisme.

Cette vision est cependant à nuancer. Tout d’abord, parce que les deux confessions s’appuient sur la Bible, même si c’est sans doute de manière plus immédiate dans le protestantisme. Ensuite, parce que le principe protestant Sola scriptura s’est longtemps heurté à la réalité d’un illettrisme massif...

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540