Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine écrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. Objets

Chapitre 2. La patrimonialisation des écrits protestants

Yves Krumenacker

Texte intégral

1S’il est une image habituelle, c’est bien celle du protestantisme comme étant une religion du livre, de l’écrit, de la Bible, par opposition au catholicisme. Seule la foi sauve, mais la foi donnée gratuitement par Dieu à travers sa Parole, transcrite dans la Bible et saisie par l’inspiration de l’Esprit saint. Inversement, dans le catholicisme, c’est l’Église qui est médiatrice du salut, grâce aux sacrements réservés, pour la plupart, à un clergé ordonné, grâce à l’accomplissement de certains rites, grâce aux mérites acquis par le croyant qui cherche à se rapprocher de Dieu. Fort logiquement, le protestantisme devrait par conséquent attacher plus d’importance à l’écrit que le catholicisme.

  • 1 Philippe Martin, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Éditions du Cerf, 2003 (coll. Histoir (...)

2Cette vision est cependant à nuancer. Tout d’abord, parce que les deux confessions s’appuient sur la Bible, même si c’est sans doute de manière plus immédiate dans le protestantisme. Ensuite, parce que le principe protestant Sola scriptura s’est longtemps heurté à la réalité d’un illettrisme massif, même si des efforts considérables ont été faits pour alphabétiser les communautés protestantes – les hommes plus que les femmes. Pendant longtemps, la Bible a été un livre connu, en partie par cœur, éventuellement lu, mais toujours interprété par les pasteurs et les docteurs. La Bible dans tous les foyers, l’interprétation individuelle de l’Écriture sont des phénomènes relativement récents qui ne remontent guère, pour la France, qu’au XIXe siècle. Inversement, le catholicisme a suscité une production abondante de livres de piété, bien connus grâce aux travaux notamment de Philippe Martin1. L’opposition entre une religion de l’écrit, le protestantisme, et une religion de l’oral et du geste, le catholicisme, est donc à relativiser largement.

3Il n’en reste pas moins que, dans toutes les régions mixtes, les protestants, surtout les hommes, sont en moyenne plus alphabétisés que les catholiques et que l’écrit, même médiatisé par la parole d’un pasteur, joue un rôle plus important dans le protestantisme que dans le catholicisme. C’est la foi en la Parole qui sauve, non les œuvres. Mais le protestantisme ne se réduit pas à la Bible. C’est sans doute la source de toute autorité, mais son message doit être connu, et pour cela la propagande religieuse est nécessaire. Or, dans le protestantisme, elle passe en grande partie par les livres. Pour analyser le rôle de l’écrit dans cette confession, nous allons tout d’abord donner quelques éléments sur l’importance que le livre, et pas seulement de la Bible, y occupe. Nous examinerons ensuite la part prise par les livres dans les musées protestants, avant de présenter la Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français et de finir en évoquant rapidement le cas des archives.

Le livre, vecteur de diffusion et symbole de la Réforme

  • 2 Heinz Schilling, Martin Luther : rebelle dans un temps de rupture, éd. allemande 2012, éd. fr., Pa (...)
  • 3 Sur la « muséification » de Luther, voir l’introduction de Marion Deschamp (éd.), Mythologies luth (...)

4Il est bien connu que la Réforme est en grande partie fille de l’imprimerie. Luther a su admirablement en jouer pour diffuser ses idées2. Il a produit plus de 600 titres, principalement des écrits de circonstance, qui ont permis de faire entrer, pour la première fois, la question de la réforme de l’Église dans le débat public. C’est surtout en 1520, lorsque la rupture avec Rome apparaît inéluctable, que les écrits se multiplient : quatorze en allemand et six en latin, dix traductions de l’allemand au latin ou inversement, un tirage d’ensemble estimé à 200 000 exemplaires pour cette seule année. La production se poursuit les années suivantes, avec une proportion de plus en plus grande de textes en allemand. Parmi eux, beaucoup de courts libelles, facilement compréhensibles. À ce flot de publications de Luther s’ajoutent des textes, aussi nombreux, de ses partisans, souvent accompagnés d’images, permettant l’appropriation par une population peu instruite, à qui on peut montrer les dessins en lisant les commentaires. Autant que par la prédication, plus facilement contrôlée, la Réforme s’est répandue par l’écrit, les fameuses feuilles volantes (Flugschriften). Ce phénomène est bien connu, et a été largement mis en valeur. Le musée Luther de Wittemberg, situé dans l’ancien couvent des augustins qui a servi de maison au réformateur, contient une grande salle entière avec les écrits de Luther et de nombreux autres textes de la même époque3.

  • 4 Francis Higman, La diffusion de la Réforme en France : 1520-1565, Genève, Labor et Fides, 1992 (co (...)

5On peut en dire autant des autres réformateurs, et notamment de Calvin4. Entre 1551 et 1564, 527 titres sortent des presses genevoises, dont environ un quart provenant de Calvin lui-même, le reste étant des Bibles, des psautiers, des Nouveaux Testaments, des œuvres de Bèze, de Viret, etc. Ce sont généralement des livres de petite taille, in-8° de cinquante à cent pages, faciles à transporter clandestinement et à dissimuler, peu chers et donc accessibles à des couches importantes de la population. Beaucoup sont diffusés vers la France par des libraires et surtout par des colporteurs. La Bourse française de Genève, organisation charitable mise en place entre 1545 et 1549 pour les réfugiés français, sert de couverture pour financer les colporteurs qui vont placer leurs livres en France, ainsi que les missionnaires envoyés par les pasteurs de Genève.

  • 5 Jérémie Foa, « L’histoire au ras du sol. Temps, mémoire et oubli au lendemain des premières guerre (...)
  • 6 Hubert Bost, « Elie Benoist et l’historiographie de l’édit de Nantes », in Michel Grandjean et Ber (...)

6Les livres ne sont évidemment pas les seuls moyens de diffusion de la Réforme. Mais ils ont joué un rôle fondamental, jusqu’à apparaître comme des symboles de son expansion. L’écrit a cependant une autre fonction, moins connue, dans le protestantisme, notamment français. La Réforme, en France, est en effet la religion des vaincus. Or, on le sait, l’histoire est écrite par les vainqueurs. De plus, au XVIe siècle, à l’issue de chaque guerre de religion, les édits établissent un devoir d’oubli de ce qui s’est passé pendant les troubles, afin d’endiguer la spirale de la violence, d’empêcher les vendettas. Mais l’effet combiné de ces deux processus risque de supprimer toute mémoire protestante. C’est pourquoi, dès les origines, les protestants ont éprouvé le besoin de raconter leur histoire, de faire mémoire de ce qui leur arrivait, mais aussi tout simplement de certifier et de dater avec précision des évènements afin d’obtenir réparation5. C’est le même besoin qui pousse, à la fin du XVIIe siècle, Élie Benoist à écrire une Histoire de l’édit de Nantes, publiée en deux volumes à Delft en 1693 et 1695, afin de raconter une autre histoire que l’histoire officielle écrite par les historiographes du roi6. Bien d’autres exemples pourraient être donnés de cette nécessité de faire mémoire ou de rapporter une autre histoire que l’histoire dominante.

  • 7 Patrick Cabanel, « Impensable pèlerinage protestant ? », Archives de sciences sociales des religio (...)
  • 8 Louis Merle, « La vie religieuse des protestants du Bas-Poitou à la fin de l’Ancien Régime », Revu (...)

7Il faut encore rappeler, pour conclure ces quelques notations sur l’importance de l’écrit, le rôle fondamental de la persécution et de la clandestinité pour le protestantisme français. La Bible, Parole de Dieu, source de toute autorité, a, pendant de longues périodes, notamment au XVIIIe siècle, dû être cachée dans les familles. On peut encore voir, dans de vieilles demeures protestantes, l’endroit où l’on dissimulait la Bible familiale. De telles caches sont bien mises en évidence au Musée du Désert de Mialet, ou la Maison de Pierre et Marie Durand, en Ardèche (ill. 1). Il en était de même pour les recueils de sermons et les livres de prières, destinés à alimenter le culte de famille, ainsi que de tous les écrits susceptibles de dénoncer leur possesseur comme protestant. Ainsi soustraits aux recherches des autorités, ces ouvrages n’en prenaient que plus de valeur et deviennent les éléments forts d’une manière de commémoration7. On peut donner simplement un exemple : en Bas-Poitou, chez le docteur Gallot, d’une vieille famille réformée, les livres protestants ont été cachés dans des coffres après la Révocation ; en 1780, ces livres, toujours conservés mais désormais en mauvais état, sont considérés « comme des reliques », selon l’expression d’un visiteur (protestant) de Gallot, Pierre Dangirard8.

Illustration 1. Nouveau testament, Genève, 1621. Trouvé dans le mur d’une maison en démolition à Mazamet (Tarn) en 1891.

Illustration 1. Nouveau testament, Genève, 1621. Trouvé dans le mur d’une maison en démolition à Mazamet (Tarn) en 1891.

Source : Musée du Désert, LB077.

Les livres dans les musées protestants

8Cette importance du livre se retrouve, à l’époque contemporaine, dans les musées du protestantisme. Ces lieux consacrent la patrimonialisation de ces objets et l’invention d’un sens mémoriel renouvelé.

9En dehors du musée-bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (SHPF) à Paris, dont nous reparlerons plus loin, disons quelques mots des différents musées du protestantisme en province, tous affiliés à la SHPF, et du Musée international de la Réforme de Genève.

10Le premier en date est le Musée du Désert, fondé en 1911 au Mas Soubeyran, sur la commune de Mialet, dans les Cévennes. On y trouve environ 2 000 objets représentatifs de la résistance des huguenots ; parmi eux, « des Bibles de toutes tailles et les psautiers interdits, venus de l’étranger, où l’on puisait, dans les assemblées et en famille, la nourriture spirituelle pour fortifier sa foi. » S’ajoutent de nombreux écrits, textes législatifs, jugements et condamnations et des manuscrits (registres clandestins des pasteurs). À côté de cette part importante de l’écrit, on peut voir des chaires portatives, des croix, des méreaux (jetons de communion), des médailles et des tableaux9.

11En 1924, la SHPF achète l’emplacement de la maison natale de Calvin, à Noyon, détruite par la guerre, pour la reconstruire à l’identique et en faire un Musée Calvin, inauguré en 1930. Comme ailleurs, on y trouve du mobilier ancien, des médailles, des tableaux, une chaire, mais surtout des documents anciens, comme un exemplaire des fameux Placards de 1534, et des ouvrages des XVIe et XVIIe siècles : œuvres de Calvin et de ses contemporains, Bibles, commentaires bibliques, ouvrages de théologie, etc.

12En 1931, la SHPF accepte le legs de la maison de Pierre et Marie Durand, au Bouschet de Pranles, près de Privas, qui devient un musée du Vivarais protestant. Il est consacré à l’histoire de la famille Durand, qui a résisté à l’oppression au cours du XVIIIe siècle, par l’évocation de la vie paysanne d’autrefois. Mais l’écrit y est également bien présent, avec toujours des Bibles, des édits royaux, des reproductions des lettres de Pierre et Marie Durand, des registres de pasteurs et d’actes des synodes du Désert.

13Le Musée de la France protestante de l’Ouest, au Bois-Tiffrais, fondé en 1945, retrace l’histoire du protestantisme en Poitou, Aunis et Saintonge, du XVIe au XIXe siècle. On y trouve, comme ailleurs, des objets comme des chaires, des coupes de communion, des méreaux, mais surtout des cartes, des livres (Bibles et psautiers, ouvrages de controverse, ouvrages de théologie provenant de l’Académie protestante de Saumur), des manuscrits (registres du Désert). Le musée dispose également d’une riche bibliothèque.

14En 1961 est fondé le musée du protestantisme dauphinois, au Poët-Laval, dans la Drôme. On y trouve le même type de documents que dans les autres musées, avec comme toujours une bibliothèque comprenant des livres concernant l’histoire du protestantisme national et régional et de nombreuses archives. On peut en dire autant du musée du Protestantisme de Ferrières, dans le Tarn.

15Il faut enfin dire un mot du Musée international de la Réforme, ouvert à Genève depuis 2005. Il est bien plus vaste et plus complet que les musées déjà évoqués. Mais le principe reste le même. La visite du musée commence par une salle consacrée à la Bible. Plus loin, la salle Barbier-Mueller aborde la Réforme en France et les guerres de religion uniquement à travers une collection extraordinaire de livres et de gravures du XVIe siècle. La salle consacrée à Calvin présente évidemment ses ouvrages, mais également des documents (maquettes, plans, portraits) concernant Genève à cette époque. Dans les autres salles, les imprimés (livres et gravures) sont toujours nombreux.

  • 10 Jean Cuisenier et al., Religions et traditions populaires, Paris, Éditions de la Réunion des Musée (...)

16Que conclure de cette visite rapide des principaux musées protestants ? Tout d’abord que l’écrit est très présent. Ce n’est pas en soi étonnant, car il est difficile de présenter autre chose aux visiteurs : peu de portraits, en dehors de ceux des grands réformateurs, peu d’objets liturgiques, de dessins, de peintures, pas de statues, car le calvinisme, dominant en France, craint par-dessus tout la superstition qui pourrait être liée à ces objets. Le contraste avec le catholicisme est saisissant. On peut rappeler, à cet égard, la très riche exposition « Religions et traditions populaires » organisée de décembre 1979 à mars 1980 au Musée national des arts et traditions populaires, à Paris, qui a présenté de très nombreux objets de piété catholiques et juifs, mais où les protestants sont peu présents. Le catalogue de l’exposition explique que les objets religieux sont rares dans les intérieurs protestants (sauf chez les luthériens) : essentiellement la Bible, quelques représentations de l’Histoire sainte et des versets bibliques. Une section est consacrée à l’histoire présente des livres, des manuscrits, des caricatures ; elle n’est qu’une annexe d’une partie importante de l’exposition, dédiée à l’extériorisation de la religion, où le catholicisme est omniprésent. Enfin, la troisième grande partie de l’exposition, sur « l’enseignement du peuple » présente, pour les protestants, des catéchismes, des images (mais assez récentes) utilisées par les missionnaires à côté de nombreux livres, des psautiers et recueils de cantiques ; pour clore le tout, la section sur les clergés donne quelques portraits, des vêtements de pasteur et de diaconesse, mais aussi une Bible10. Pour les commissaires de l’exposition, le protestantisme français est donc bien une religion marquée par le livre ; plus précisément par la Bible, le catéchisme, le psautier, ce qu’on retrouve dans les musées, en compagnie de nombreux écrits clandestins.

17Le patrimoine écrit protestant tel qu’il apparaît dans ces scénographies, ce serait donc les livres à la source de la foi et les écrits qui témoignent d’une résistance protestante dans les périodes d’interdiction et de clandestinité.

La bibliothèque de la SHPF

  • 11 Sur l’histoire de la SHPF, il faut consulter les différents articles de Laurent Theis, Henri Zuber (...)
  • 12 Umberto Eco, « Observations sur la notion de gisement culturel », Traverses, 1993, n° 5, p. 9-18.

18Il nous faut à présent examiner l’institution majeure de l’histoire et de la mémoire protestante, la bibliothèque de la SHPF. La Société a été fondée en 1852, comme « une branche de la Société de l’Histoire de France », mais avec un a priori confessionnel très marqué : il s’agit de rappeler aux protestants leur passé, de dresser l’histoire protestante face à l’histoire catholique, de réfuter « les erreurs », « les calomnies »11. Le but est de « rechercher, recueillir, faire connaître tous les documents inédits ou imprimés qui intéressent l’histoire des Églises protestantes ». Les écrits sont donc pleinement reconnus comme des éléments permettant la construction d’un patrimoine réformé ; leur « redécouverte » puis leur expertise par des spécialistes étant des étapes essentielles de leur patrimonialisation12. En fait, cette préoccupation semble apparaître déjà dans les années 1830, quand certains historiens protestants cherchent à rassembler des documents dans une visée aussi bien intellectuelle que confessionnelle. Le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, dont le 1er numéro paraît en juin 1852, doit servir à publier des documents originaux bien plus qu’à fournir des synthèses historiques ; celles-ci ne deviendront plus nombreuses qu’une quinzaine d’années plus tard.

19Cette collecte et valorisation de l’écrit, et particulièrement de l’écrit manuscrit et clandestin, a été très importante au XIXe siècle. Dès l’origine, la SHPF se tourne vers les Églises partout en France. En 1867, la bibliothèque, qui avait ouvert l’année précédente, comptait déjà 7 000 ouvrages ; 46 130 en 1900, ainsi que 13 000 manuscrits et brochures. Un grand intérêt est aussi porté aux archives. Ainsi, des copistes ont été engagés pour recopier des pans entiers d’archives départementales dans les régions où les protestants ont été nombreux, des bibliothèques genevoises, etc. Par la suite, en 1924, la préservation des papiers des pasteurs est posée et, en 1927, c’est au tour de la conservation des archives des Églises. Il est demandé de déposer au siège de la Société, rue des Saints-Pères, toutes les archives ne relevant pas de la période concordataire (1802-1905). Beaucoup d’Églises, surtout en Île-de-France, ont donné leurs documents, ainsi que des sociétés bibliques, d’évangélisation, etc.

20La bibliothèque de la SHPF est ainsi devenue, au fil des ans, le principal lieu en France de conservation d’ouvrages sur le protestantisme et surtout de manuscrits et d’archives, du XVIe siècle à l’époque contemporaine.

La question des archives

21On l’a vu, les institutions protestantes prennent un soin particulier à conserver les archives de leurs Églises et des principales personnalités réformées.

22Pour les archives publiques, la situation est assez particulière. Que ce soit au niveau national, départemental ou communal, des séries particulières sont réservées aux clergés séculier et régulier. Il n’en est pas de même pour les protestants.

  • 13 Cette Régie était chargée de gérer les biens saisis aux protestants qui avaient fui la France au m (...)
  • 14 Une liste des registres conservés a été établie par Raymond A. Mentzer : Les registres des consist (...)

23Aux Archives nationales, une seule série concerne exclusivement les protestants, la série TT. Les documents qui la constituent proviennent de la Régie des biens des religionnaires13, des papiers des secrétaires d'État ayant eu au XVIIIe siècle dans leurs attributions les affaires protestantes et des registres des consistoires saisis au moment de la fermeture des temples. S’y ajoutent quelques papiers privés. Il s’agit donc avant tout des archives de la répression. Les commissaires du roi n’ont en effet pas tout gardé lorsqu’ils se sont saisis des archives des Églises : les registres des consistoires, source extrêmement riche pour retracer la vie quotidienne des communautés, ont en grande partie disparu ; les registres de baptêmes, mariages et sépultures ont davantage été conservés14. D’autres archives concernant les protestants se trouvent évidemment aux Archives nationales, mais dans des séries qui ne leur sont pas exclusivement consacrées (E, O1, T, V7, etc.)

24Il n’y a, aux archives départementales, aucun fonds spécifique au protestantisme. Pour trouver des archives protestantes, il faut aller dans la série I (fonds divers), les archives notariales, les archives de la répression (B : cours et juridictions, C : administration provinciale).

25Les archives municipales contiennent également de nombreux documents concernant les protestants, notamment dans les séries AA (correspondance), BB (délibérations consulaires), CC (comptes), EE (affaires militaires) et FF (affaires juridiques), mais ils ne sont jamais classés à part. Seule la série GG contient quelquefois une rubrique « religionnaires », non, évidemment, pour des raisons patrimoniales, mais parce que les protestants constituent alors un problème aux yeux des autorités municipales.

26La différence est donc grande entre le catholicisme, dont les archives institutionnelles sont classées à part dans les archives publiques, et les autres religions, dont le protestantisme. On lit là un héritage du passé catholique de la France.

27Ces éléments permettent de poser la question d’un patrimoine écrit protestant. L’histoire particulière du protestantisme en France a sûrement joué un rôle considérable. Il s’agit d’une confession religieuse longtemps persécutée, en butte jusqu’au début du XXe siècle à l’hostilité du catholicisme ; c’est aussi une petite minorité, de ce fait méconnue, souvent ignorée de la « grande » histoire, quand elle n’est pas niée. Bien entendu, les périodes de cohabitation paisible n’ont pas manqué et l’influence des protestants sur la société a été quelquefois importante, notamment sous la IIIe République. Mais il subsiste un imaginaire huguenot très fort de la persécution, des martyrs pour la foi, et un anticatholicisme souvent virulent encore aujourd’hui même chez les protestants peu ou pas engagés dans leur Église.

28Cela a sans doute amené les protestants à valoriser d’une part ce qui leur apparaît comme caractéristique de leur foi, la Bible (ainsi que le psautier et les différents commentaires bibliques) ; d’autre part tout ce qui témoigne à la fois de la persécution et de la résistance. Dans le premier cas, cela conduit à patrimonialiser ce qu’on considère aujourd’hui volontiers comme de « beaux livres », pas forcément illustrés mais des livres anciens, en particulier des XVIe et XVIIe siècles (le XVIIIe a peu produit, étant donné l’interdiction du protestantisme en France et les siècles suivants n’ont pas le prestige des périodes de fondation). Dans le second cas, ce sont toutes les traces du passé, même en apparence les plus insignifiantes, qui sont conservées : des registres de baptêmes, des lettres, des permis d’inhumer, etc., tout cela à côté de chroniques, mémoires, livres historiques témoignant d’une histoire autre que l’histoire « officielle ».

29Conserver la Bible en résistant à la persécution, telle est l’identité collective que ces fonds permettent de cultiver, une identité dont la version moderne est devenue « lutter pour la liberté de conscience », ce qui a pour conséquence de valoriser encore davantage tous les témoignages de résistance.

  • 15 Victor Hugo, Choses vues, in Œuvres complètes, Histoire, Paris, Robert Laffont, 1987, p. 683.

30Cette entreprise correspond à une conjoncture précise. La fondation de la SHPF a lieu en 1852. Les derniers témoins de la résistance à l’intolérance, ceux de la période du Désert (de 1685 à la Révolution), commencent à disparaître. C’est l’époque où Victor Hugo rencontre, en 1846, la mère de François Guizot, âgée de 82 ans, qui se souvenait encore des récits de sa grand-mère qui avait vu les dragons dans les montagnes des Cévennes15. Sur le plan politique, la situation s’est améliorée pour les protestants. Depuis la Monarchie de Juillet, le catholicisme n’est plus religion d’État, plusieurs enfants de Louis-Philippe sont mariés avec des luthériens, l’homme fort du régime est un protestant, Guizot, et d’autres réformés détiennent des ministères, tels Gasparin à l’Intérieur et Pelet de la Lozère à l’Instruction publique. Le début du Second Empire est moins favorable. Le coup d’État rencontre l’opposition de nombreux protestants du Midi, ce qui relance l’hostilité à leur égard. Les catholiques très opposés aux idées protestantes sont à nouveau dans les cercles du pouvoir. Le ministre de l’Instruction publique veut même, en juillet 1852, interdire aux protestants (et aux juifs) le concours de l’École normale supérieure, section des lettres.

  • 16 Sur cette conjoncture, voir André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, les réfo (...)

31Charles Read, le fondateur de la SHPF, est alors sous-directeur des cultes non catholiques au ministère des cultes et, à ce titre, on lui a demandé de clarifier la position des protestants face au nouveau régime, d’où un Rapport sur l’état de la liberté religieuse et la classification politique des protestants, de février ou mars 1852, quelques semaines avant la fondation de la SHPF. Il est parfaitement informé des tensions, de l’hostilité envers les protestants. Il peut craindre une nouvelle période difficile et préfère affirmer avec force l’identité et l’histoire du protestantisme. Cela explique le ton belliqueux de Read à de nombreuses assemblées générales. En 1854, par exemple, il s’écrie : « Trop longtemps l’histoire protestante s’est effacée devant l’histoire catholique… Réveillons-nous ! », et en 1863 : « oui, nous avons levé l’étendard contre les fauteurs de mensonges. Cet étendard, c’est celui d’une guerre sainte, d’une croisade légitime ! » et, plus loin : « Ce n’est pas notre faute si le résultat de nos patientes investigations est de lever les voiles complaisamment jetés sur tant de fautes et de crimes commis à l’encontre d’une minorité opprimée, et si la justification des innocents entraîne la condamnation des coupables. »16

32Recueillir les documents afin d’écrire l’histoire, c’est donc se battre en faveur du protestantisme contre ses ennemis d’hier et surtout ceux des années 1850, les ultramontains comme Veuillot et les rédacteurs du journal L’Univers, directement visés par les diatribes de Read. La SHPF est bien protestante. Depuis sa création, son comité n’a compris en son sein que des protestants. La possibilité, évoquée en 1932, de nommer un membre correspondant non protestant, n’a jamais été suivie d’effet. Les statuts de 1964 précisent que le comité est « formé de quarante membres, de nationalité française, et dont l’attachement au protestantisme ne saurait être contesté. » La société est donc bien un conservatoire de la mémoire protestante, même s’il n’y a jamais eu de liens formalisés avec la Fédération protestante de France. Même le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, où les auteurs non protestants ont fini par devenir de plus en plus nombreux, a toujours tenu à ce que les comités de rédaction et même de lecture soient composés exclusivement de protestants. Leur ouverture à des non-protestants ne s’est faite qu’avec le changement de nom du journal, devenu Revue d’histoire du protestantisme à partir de 2016.

33Si l’on fait abstraction de cette évolution très récente, on peut dire que la patrimonialisation des écrits protestants s’est faite dans un cadre exclusivement confessionnel, à partir du milieu du XIXe siècle, sous les auspices de la SHPF – et cela d’autant plus que les institutions publiques ignorent les Églises protestantes. Tous les musées du protestantisme situés en province sont en effet des émanations de la Société. Ces livres, ces manuscrits, sont consultables dans une bibliothèque privée, située rue des Saints-Pères, ouverte aux chercheurs de toutes origines, cela depuis longtemps, car déjà au XIXe siècle, les prêtres érudits étaient nombreux à la fréquenter. Les horaires d’ouverture ont d’ailleurs cherché à s’accommoder à l’évolution du lectorat, notamment à la présence de plus en plus importante d’étudiants. En revanche, les bibliothèques des musées de province, souvent riches de documents originaux, ne s’ouvrent qu’à la demande expresse des chercheurs. Rares encore sont les Églises qui ont considéré que leur patrimoine appartient au patrimoine national et, à ce titre, peut être conservé dans les archives ou bibliothèques publiques. C’est le choix qui a été fait par l’Église réformée de Lyon, qui a déposé la plus grande partie de ses documents aux archives municipales de la ville ; mais ce cas reste exceptionnel. La mémoire protestante ne permet sans doute pas encore de se séparer des témoignages de la difficulté qu’il y avait d’être huguenot dans la France moderne et contemporaine.

Notes

1 Philippe Martin, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Éditions du Cerf, 2003 (coll. Histoire religieuse de la France ; 22).

2 Heinz Schilling, Martin Luther : rebelle dans un temps de rupture, éd. allemande 2012, éd. fr., Paris, Salvator, 2014 ; Yves Krumenacker, Luther, Paris, Ellipses, 2017 (coll. Biographies et mythes historiques).

3 Sur la « muséification » de Luther, voir l’introduction de Marion Deschamp (éd.), Mythologies luthériennes. Les vies de Luther par lui-même, Mélanchthon et Taillepied, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017 et Yves Krumenacker, Luther, Paris, Ellipses, p. 423-427.

4 Francis Higman, La diffusion de la Réforme en France : 1520-1565, Genève, Labor et Fides, 1992 (coll. Publications de la Faculté de théologie de l'université de Genève ; 17).

5 Jérémie Foa, « L’histoire au ras du sol. Temps, mémoire et oubli au lendemain des premières guerres de Religion », in Olivier Christin, Yves Krumenacker (dir.), Les Protestants à l’époque moderne. Une approche anthropologique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 279-289.

6 Hubert Bost, « Elie Benoist et l’historiographie de l’édit de Nantes », in Michel Grandjean et Bernard Roussel (dir.), Coexister dans l’intolérance. L’édit de Nantes, 1598, Genève, Labor et Fides, 1998, p. 371-384.

7 Patrick Cabanel, « Impensable pèlerinage protestant ? », Archives de sciences sociales des religions, 2011, n° 155, p. 149-164.

8 Louis Merle, « La vie religieuse des protestants du Bas-Poitou à la fin de l’Ancien Régime », Revue du Bas-Poitou, 1959, p. 113-127.

9 [En ligne] < http://www.museedudesert.com/article4.html >.

10 Jean Cuisenier et al., Religions et traditions populaires, Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1979.

11 Sur l’histoire de la SHPF, il faut consulter les différents articles de Laurent Theis, Henri Zuber, Jean-Hugues Carbonnier, André Encrevé et Jean-Daniel Pariset dans le Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 2002, t. 148, p. 149-769, ainsi que Patrick Harismendy, « “Post tenebras lux” ou cent ans de la Société de l’histoire du protestantisme français », Revue d’histoire de l’Église de France, 2000, t. 86, p. 717-733. Toutes les citations, extraites des statuts de la SHPF ou des procès-verbaux de ses comités, proviennent de ces articles.

12 Umberto Eco, « Observations sur la notion de gisement culturel », Traverses, 1993, n° 5, p. 9-18.

13 Cette Régie était chargée de gérer les biens saisis aux protestants qui avaient fui la France au moment de la révocation de l’édit de Nantes et qui n’avaient pas été attribués à des membres de leur famille restés catholiques ou rendus à leur propriétaire.

14 Une liste des registres conservés a été établie par Raymond A. Mentzer : Les registres des consistoires des Églises réformées de France, XVIe-XVIIe siècles. Un inventaire, Genève, Droz, 2014 ; pour l’état civil, voir Gildas Bernard, Les familles protestantes en France. XVIe siècle - 1792. Guide des recherches biographiques et généalogiques, Paris, Archives nationales, 1987.

15 Victor Hugo, Choses vues, in Œuvres complètes, Histoire, Paris, Robert Laffont, 1987, p. 683.

16 Sur cette conjoncture, voir André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, les réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Nouveau testament, Genève, 1621. Trouvé dans le mur d’une maison en démolition à Mazamet (Tarn) en 1891.
Crédits Source : Musée du Désert, LB077.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search