Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Annexe

Présentation de l’ADHC

Laurent Martin

Texte intégral

1L’association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC) a officiellement vu le jour le 1er janvier 2000, dans les formes prévues par la loi de 1901. Son origine remonte à la fin des années 1990, quand un certain nombre d’enseignants et de chercheurs (parmi lesquels le président actuel de l’association, Pascal Ory, et ses deux vice-présidents, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli) ont constaté à la fois l’importance qu’avait prise cette spécialité au sein des sciences historiques et son manque de visibilité voire de reconnaissance en France. L’association s’est voulue un lien entre tous ceux qui travaillaient dans ce champ et un lieu de débat où pouvaient se confronter théories et pratiques de l’histoire culturelle.

2Aux termes de ses statuts, l’ADHC entend tout d’abord contribuer à l’avancement du travail de conceptualisation du champ. Aux côtés des historiens, nombreux sont les anthropologues, les sociologues, les historiens des arts, les civilisationnistes, les chercheurs en cultural studies qui travaillent sur des objets ou des questions relevant de l’histoire culturelle. Il s’agit de s’interroger sur l’identité de celle-ci, sur les emprunts ou les chemins de traverse des uns et des autres, le tout dans une perspective résolument comparative en termes géographiques.

3L’ADHC est ouverte à tous ceux que cette question intéresse : étudiants, enseignants (du primaire, du secondaire comme du supérieur), chercheurs, médiateurs culturels, administrateurs, etc. Association internationale francophone, elle est non exclusive de la création d’associations analogues dans d’autres aires culturelles.

4L’ADHC entend aussi faire œuvre de communication. Les chantiers de l’histoire culturelle sont aujourd’hui trop nombreux pour que chaque spécialiste puisse maîtriser l’ensemble de l’information disponible. Le but de l’association est donc d’aider à cette maîtrise, en tenant à jour le calendrier des colloques, journées d’études et séminaires dans le champ, ainsi qu’en diffusant chaque année une sélection de résumés de thèses.

5Un bulletin annuel, dont s’occupent Catherine Bertho Lavenir et Évelyne Cohen, publie les actes du congrès, une dizaine de résumés de thèses récemment soutenues en histoire culturelle et l’annonce des principaux colloques signalés pour l’année suivante. Le bulletin est envoyé à chaque membre de l’association à jour de sa cotisation.

6Une lettre électronique tenue par Philippe Poirrier, synthétise l’information scientifique. On y trouve la récapitulation de tous les projets de colloques et journées d’études reçus par l’association, une sélection bibliographique, une sélection de sites informatiques du mois, des informations sur les expositions les plus significatives, des informations institutionnelles et une rubrique « médias ».

7Un annuaire de l’association, conçu comme un outil de travail, permet de repérer les chantiers en cours. On peut le consulter, en partie du moins, sur le site Internet animé par Noémie Giard et Antonin Guyader2. Le site sera entièrement refait cette année.

8Un congrès annuel, qui se tient traditionnellement le dernier samedi de septembre, réunit les membres de l’association autour de questionnements épistémologiques. Après la tenue de l’Assemblée générale, au cours de laquelle sont exposés les rapports moral et financier de l’association, la matinée se clôt sur la conférence d’un invité dont l’œuvre et le parcours personnel ont compté dans l’histoire de l’histoire culturelle. L’après-midi s’organise autour de tables rondes thématiques ; ce sont les textes des premières et quelques-uns des transcriptions des secondes qui sont données à lire dans ce volume.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540