Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Conclusion générale

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

  • 64 Richard Hoggart, The Uses of Literacy, London, Chatto and Windus, 1957, tr. fr. La culture du pauv (...)
  • 65 E. P. Thompson, The Making of the british Working Class, London, Merlin, 1963 ; tr. fr. La formati (...)
  • 66 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, « La beauté du mort. Le concept de culture ‘pop (...)
  • 67 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1 (...)
  • 68 Hayden White, Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, Jo (...)
  • 69 Lynn Hunt, Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, The California Universi (...)

1En refermant ce volume et en songeant à la diversité des points de vue, des angles d’attaque de cette nouvelle manière de faire de l’histoire, on se dit qu’elle est presque aussi insaisissable que le mercure lorsqu’il s’échappe d’un thermomètre malencontreusement brisé. Des Cultural Studies britanniques qui en furent l’une des matrices et tentaient d’approcher la culture des ouvriers anglais des années 1950 (R. Hoggart64) ou celle de leurs ancêtres des années 1820 (E. P. Thompson65) au rejet brutal du concept de culture populaire par les jeunes Annalistes français pressés de prendre la place des anciens au lendemain de mai 196866, le lien ne semble pas évident. De Schopenhauer qui inspira le titre d’un article pionnier à Roger Chartier67 à la négation du caractère scientifique de l’histoire convoquée par les tenants du linguistic turn68 ou à la psychanalyse utilisée par les historiens californiens de la revue Representations, notamment Lynn Hunt69, on distingue mal ce qui peut encore réunir les partisans d’une histoire sociale et ceux d’un discours reproduisant les seuls échos de ses présupposés.

  • 70 Pour la bibliographie en langue française, voir le volume collectif : Laurent Martin et Sylvain Ve (...)
  • 71 Pour la dette envers Carlos Serrano et ses homologues espagnols en ce domaine, voir : Benoît Pelli (...)
  • 72 Voir les travaux de Marcia Abreu, et notamment sa thèse, “A cultura letrada e os tropicos” : o cam (...)
  • 73 Voir : Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del’ 500, Torino, G. Einaudi (...)
  • 74 On citera ici Wolfgang Iser, Der Akt des Lesens. Theorie ästhetischer Wirkung, Munchen, Wilhelm Fi (...)
  • 75 Michel Vovelle, De la cave au grenier : un itinéraire en Provence, de l’histoire sociale à l’histo (...)
  • 76 Antoine Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-Franço (...)

2Peut-être est-il plus aisé de commencer par cerner négativement ce qui rapproche les tenants de ce courant qui ne se veut ni une école ni une branche du savoir puisque l’histoire culturelle n’appartient en propre ni aux historiens, ni aux littéraires, ni aux sociologues, musicologues, anthropologues ou civilisationnistes qui se rangent derrière son drapeau. Il serait d’ailleurs malaisé de dessiner les couleurs de ce dernier ou les quartiers composant son blason, de même que de composer sur du papier à musique l’hymne censé entraîner d’un même pas tous ceux qui s’en réclament de près ou de loin. Sans patrie quoique plutôt occidentale, utilisant l’anglais couramment, mais sans négliger pour autant ni le français70, ni l’espagnol71, le portugais72, voire l’italien73 ou l’allemand74, l’histoire culturelle apparaît à ce stade comme un regard détaché du positivisme, du scientisme et du marxisme rigide qui sévissait en France dans les années 1960. Jouant sur les marges, les zones tampons, les frontières, cherchant dans la complexité les réponses que d’autres avaient voulu trouver dans l’application de règles froides qui semblaient accorder à l’économique et au social le primat absolu, les historiens du culturel s’efforcèrent de travailler sur le mental, l’imaginaire, les représentations. Cela faisait sourire Michel Vovelle quand il démontait les morceaux de la fusée labroussienne à trois étages75 et Antoine Prost devait rappeler, beaucoup plus tard, que l’histoire culturelle, si elle voulait multiplier les gages de sérieux, ne pouvait qu’être sociale de part en part76, ce qui tempérait quelque peu les ardeurs des plus entêtés à reprendre le combat de Don Quichotte contre les moulins à vent.

  • 77 C’est en effet lui qui a traduit tous les livres de Fernand Braudel accessibles en chinois dont la (...)

3Pour avoir prononcé, en janvier 1997, à l’Institut d’histoire mondiale de Pékin, une conférence qui présentait aux chercheurs chinois l’histoire culturelle telle qu’elle s’était développée depuis cinquante ans en Europe et en Amérique du Nord, je puis attester la puissance des interrogations qu’elle suscitait dans un pays qui souhaitait alors retrouver la voie du dialogue avec les scientifiques de tous les continents, combler le vide effrayant provoqué dans ses bibliothèques par la révolution culturelle, et s’ouvrir à la modernité dans tous les domaines. Grâce à la complicité amicale de mon traducteur, celui de Fernand Braudel devrais-je plutôt dire, Gu Liang77, je pus rapidement comprendre pourquoi le concept d’histoire culturelle était intraduisible en chinois mandarin et pourquoi de longs commentaires devaient être ajoutés à mon propos pour commencer à habituer les auditeurs puis les lecteurs autochtones à ce type d’approche. La présence au premier rang, lors de mon intervention, du directeur des Editions du peuple, lui-même traducteur de Marx en chinois, acheva de me convaincre de la complexité des problèmes soulevés par une histoire qui s’écartait des voies traditionnelles. L’imprimatur généreusement accordé par l’éditeur officiel facilita la publication de cet article dans une revue universitaire locale et permit ainsi au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines d’avoir été l’introducteur, pour ne pas dire l’importateur un temps exclusif, de l’histoire culturelle dans l’Empire du Milieu.

  • 78 Voir : Armand Mattelart et Erik Neveu, « “Cultural Studies Stories”. La domestication d’une pensée (...)

4Pour ne pas réduire cette approche à une variante des études folkloriques qui avaient connu leur heure de gloire dans les pays communistes après 1945, il avait fallu l’infinie subtilité d’un médiateur qui, pour avoir été pendant plus de dix ans à la fois le passeur de Deng Xiao Ping en français et celui de Fernand Braudel en mandarin, savait d’expérience combien les questions soulevées par la traduction d’un texte dans un autre univers mental que celui où il est éclos sont éminemment politiques, sociales et, bien évidemment, culturelles. Cela ramène directement aux chemins de traverse empruntés par les historiens du culturel qui, dans ce volume, traitent par exemple de la Gender History ou des Post-colonial studies. Si l’on y regarde de très près, on voit bien comment l’une et l’autre ont été en partie engendrées par le travail de sape accompli dans les années 1950-1960 par les tenants des Cultural Studies, ces Britanniques qui, regroupés autour de Richard Hoggart, Raymond Williams, Stuart Hall, et E. P. Thompson, refusaient la facilité promise par le concept d’aliénation des foules pour expliquer à la fois la culture de masse et le totalitarisme. Cherchant à analyser sans a priori qui le « luddisme » et qui les lectures des adhérents du Labour qui refusaient la tentation de la révolution, ces chercheurs ouvraient un immense espace à la réflexion des tenants d’une troisième voie entre le marxisme et le libéralisme. Cette « libération » explique aussi l’itinéraire d’un Armand Mattelart, formé à l’école belge des jésuites de Louvain et chargé, à l’université de Santiago du Chili avant le coup d’État de Pinochet, d’enseigner les sciences sociales sans risquer d’empoisonner la jeunesse. Cela ne lui épargna ni l’expulsion musclée ni l’interdiction de revenir dans ce pays avant la fin de la dictature mais cela ouvre la voie à d’autres explorations du champ de l’histoire culturelle qu’il faudra bien entreprendre un jour78.

5Si cette passionnante question n’a pas été abordée dans ce volume représentatif des inquiétudes des historiens du culturel depuis dix ans, d’autres l’ont été, de l’histoire coloniale aux post ou subaltern studies, elles aussi redevables aux chercheurs de l’université de Birmingham, mais désormais autonomes et largement plébiscitées par le public. Leur inclusion dans ce recueil de textes, avec des études plus classiques si l’on veut, consacrées aux médias, ou à la médiologie, aux archives de la police, à l’histoire de la symbolique et à celle des couleurs, aux lieux de mémoire et aux si sensibles questions de la mémoire, ou des mémoires, montre la diversité des territoires de l’histoire culturelle. À peu près aussi vastes que ceux de la planète, ils n’ont pas de frontières bien tranchées ni de douaniers chargés d’inspecter les bagages des voyageurs qui les parcourent. Accueillants aux réflexions sur la culture de masse et sans préjugé hostile à cette irruption dérangeante d’une forme de culture que l’école et l’université méprisèrent si longtemps avant de s’y intéresser, et parfois de se laisser emporter par la séduction des romans de la collection « Harlequin » ou l’enthousiasme suscité par la culture « hip-hop », ils ont également offert l’asile aux tenants de l’histoire mondiale ou transnationale désormais à la mode. Ouverts à tout ce qui se passe, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, mais avec du retard pour la partie orientale du continent européen, et au Nord, plus qu’au Sud cependant, et là encore, avec une préférence que l’aiguille aimantée du pôle ne suffit pas à expliquer, ils demeurent une grande zone d’échanges que ce volume entend illustrer à sa manière.

  • 79 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Édit (...)

6De ce fait, le travail qui reste à accomplir dans ce chantier de fouilles pourtant déjà bien balisé apparaît comme une sorte de filigrane ou de contrepoint aux communications ici rassemblées. Une réflexion sur les origines ou les soubassements politiques et idéologiques de l’histoire culturelle, comme sur sa portée, en termes académiques, institutionnels et sociaux, ne peut être évitée et cela pourrait faire l’objet de débats, de tables rondes, mais d’abord de recherches minutieuses dans les prochaines années. Il ne suffit en effet pas de dire ou de constater que c’est par opposition au marxisme, prétendument majoritaire, ce qu’il ne fut jamais, dans l’Université des années 1960, que l’histoire culturelle se développa, même si cela peut permettre de comprendre certaines trajectoires sociales, autrement dit certains parcours universitaires. D’autres influences jouèrent un rôle qu’il convient d’examiner de près et, parmi celles-ci, la création de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales comme celle de l’université de Nanterre ou de l’Institut d’histoire du temps présent, certes spécialisé dans l’histoire politique mais très tôt sensibilisé à la dimension de l’histoire culturelle, comme le prouvent les travaux de Jean-Pierre Rioux et de Jean-François Sirinelli, les deux pères de la première synthèse sur le sujet79. D’autres facteurs doivent être dégagés de la gangue qui les entoure pour mieux cerner la question fondamentale des origines et des causes du développement de cet objet historique dont on voit bien qu’il ne sortit pas seulement du cerveau de quelques étudiants refusant la pesanteur de la thèse et inscrivant leur révolte contre l’institution dans leur projet de renouvellement des sciences sociales.

  • 80 L’œuvre de François Dosse est exemplaire de ce point de vue puisqu’il a livré les biographies de M (...)

7Si le rôle d’une anthologie consiste plutôt à rassembler les textes qui ont été rédigés, les communications qui ont été présentées et les débats passés, rien ne lui interdit de se vouloir aussi une incitation, un aiguillon pour la recherche future et sa lecture en creux offre une sorte de cartographie du continent encore vierge ou des terres à explorer. Il faudra donc s’attaquer aux raisons de la subversion du quantitatif par le qualitatif, forcément préférable puisque subjectif et buissonnier, mais aussi aux motivations de ceux qui, formés à la rude discipline du chiffre, de la série, de l’ascèse du séjour prolongé en archives, sont à leur tour venus grossir les rangs des fantassins ou des cavaliers de l’histoire culturelle. Terre de rencontres entre historiens du politique, du social, des intellectuels et de la culture dans ses manifestations les plus diverses – médias, livres, spectacles, musiques, etc. – elle est parvenue à séduire presque autant d’iconoclastes que d’orthodoxes et cela ne peut non plus être passé sous silence, les aléas des carrières académiques n’épuisant pas la question des alliances ou celle des compromis. À une époque où les biographies intellectuelles se multiplient80, les matériaux ne manquent pas pour entreprendre cette plongée dans l’archéologie du regard culturaliste qui est sans doute la tâche la plus urgente à inscrire à l’ordre du jour de la décennie 2010-2020 si l’on ne veut pas que l’histoire culturelle se sclérose, faute d’avoir livré les secrets de sa genèse ou, plus simplement, dévoilé un peu plus les raisons qui la firent sortir du champ des préoccupations des médiévistes pour devenir le fer de lance des contemporanéistes.

Notes

64 Richard Hoggart, The Uses of Literacy, London, Chatto and Windus, 1957, tr. fr. La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

65 E. P. Thompson, The Making of the british Working Class, London, Merlin, 1963 ; tr. fr. La formation de la classe ouvrière britannique, Paris, Gallimard-Le Seuil-Hautes Études, 1988.

66 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, « La beauté du mort. Le concept de culture ‘populaire’ », Politique aujourd’hui, décembre 1970, repris dans Michel de Certeau, La Culture au pluriel, Paris, UGE, collection 10-18, 1974, p. 55-94.

67 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1505-1520.

68 Hayden White, Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1973, et Topics of Discourse : Essays in Cultural Criticism, Baltimore, John Hopkins University Press, 1978. Pour une analyse des répercussions en France de ces déconstructions post-soixante-huitardes, voir aussi : Antoine de Baecque. « Où est passé le ‘ tournant critique’ ? ». Le Débat, mars-avril 1999, n° 104, p. 162-170..

69 Lynn Hunt, Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, The California University Press, 1984.

70 Pour la bibliographie en langue française, voir le volume collectif : Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), LHistoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005.

71 Pour la dette envers Carlos Serrano et ses homologues espagnols en ce domaine, voir : Benoît Pellistrandi et Jean-François Sirinelli (dir.), LHistoire culturelle en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velazquez, 2008..

72 Voir les travaux de Marcia Abreu, et notamment sa thèse, “A cultura letrada e os tropicos” : o caminho dos livros, soutenue en 2002 à l’université de Campinas, et son abondante bibliographie.

73 Voir : Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del’ 500, Torino, G. Einaudi Editore, 1976, trad. fr., Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVe siècle, Paris, Flammarion, 1980, parce que l’auteur prétend retrouver les traces du chamanisme d’avant la christianisation des populations italiennes dans les représentations du meunier victime de l’Inquisition.

74 On citera ici Wolfgang Iser, Der Akt des Lesens. Theorie ästhetischer Wirkung, Munchen, Wilhelm Fink, 1976, trad. fr., L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Pierre Mardaga Éditeur, 1985, mais il va de soi que Norbert Elias est la référence majeure dans cette langue.

75 Michel Vovelle, De la cave au grenier : un itinéraire en Provence, de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, Comeditex / Aix-en-Provence, Edisud, 1980. On se souvient de la grande thèse d’Ernest Labrousse pour qui le social retarde toujours un peu sur l’économique et le mental sur le social, d’où la métaphore spatiale de la cave et du grenier qui entourent le logis dans lequel ils sont imbriqués.

76 Antoine Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.,), Pour une histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 1997, pp. 131-146.

77 C’est en effet lui qui a traduit tous les livres de Fernand Braudel accessibles en chinois dont la fameuse thèse sur la Méditerranée vendue à 10 000 exemplaires lors de sa publication.

78 Voir : Armand Mattelart et Erik Neveu, « “Cultural Studies Stories”. La domestication d’une pensée sauvage », Réseaux, n° 80, novembre-décembre 1996, p. 13-58. Expulsé du Chili en septembre 1973, Armand Mattelart a fait une seconde carrière universitaire à Paris VIII dans le département des sciences de l’information et de la communication. Il est le témoin privilégié des enjeux politiques et idéologiques rarement mis en lumière de l’histoire culturelle et celui non moins rigoureux de l’influence de la Compagnie de Jésus en Amérique du Sud au début des années 1960.

79 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Éditions du Seuil, 1997-1998, 4 vol.

80 L’œuvre de François Dosse est exemplaire de ce point de vue puisqu’il a livré les biographies de Michel de Certeau, Gilles Deleuze, Félix Guattari et de bien d’autres généraux de cette armée qui détrôna les anciennes gloires et les remplaça peu à peu.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540