Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 3. Médiations et expériences de lecture

Littératures numériques : quelques coups de cœur

Texte intégral

1Les contributeurs et les contributrices de ce livre vous proposent une petite sélection, totalement subjective et très variée, d’œuvres numériques.

2Certaines sont en accès gratuit – en streaming le plus souvent – d’autres, téléchargeables, sont payantes – dans ce cas, les éditeurs ou les diffuseurs proposent parfois des extraits à lire sur leur site, ce qui permet de « feuilleter » le livre avant l’acquisition éventuelle.

3Nous signalons trois revues, pour la variété des artistes à découvrir et des formes de textes à lire, puis une quinzaine d’œuvres – applications et ebooks payants, blogs et sites gratuits.

4Certaines œuvres, incontournables pour nombre d’entre nous et que nous souhaitions partager, ne sont déjà plus disponibles. Ce qui témoigne de l’imbrication féroce entre les outils du web, leur obsolescence et la fragile disponibilité de la création littéraire numérique. Nous proposons quelques titres et sites ressources à la fin de cette sélection.

Des revues

5bleuOrange, revue de littérature hypermédiatique

6< http://revuebleuorange.org/​ >

7bleuOrange, revue de littérature hypermédiatique, publie depuis 2008 des œuvres hypermédiatiques originales en français et propose, en traduction, des œuvres marquantes.

8Par littérature hypermédiatique, on entend des œuvres ayant un contenu littéraire et faisant usage des technologies numériques. Ce sont des œuvres qui combinent matériau textuel et multimédia (sons, images, vidéos, etc.), des hypertextes, des textes générés par ordinateur, des fictions interactives, etc.

9bleuOrange se donne pour mission :

  • de faire découvrir cette forme littéraire encore naissante ;
  • d’en faire la promotion auprès de publics de différents horizons ;
  • d’encourager sa production en offrant aux artistes une visibilité.

10Auteur.es connu.es et nouvelles voix trouvent leur place au sein de la revue.

11Revue de création d’ici là, n° 9, « Vienne la nuit, sonne l’heure », sous la direction de Pierre Ménard, Publie.net, 2012.

12< https://www.publie.net/​livre/​dici-la-n9/​ >

13La revue D’ici là, à l’initiative de Pierre Ménard, a connu douze numéros, toujours disponibles sur le site de Publie.net. Chaque numéro avait un thème et une construction collective via la blogosphère littéraire. Un must.

14« Uniquement pour iPad, iPad mini et iPhone : iBooks étant le seul à gérer les technologies employées par cette revue de création, seuls ces appareils sont compatibles (veillez à ce que vos appareils et iBooks soient bien à jour). Pour l’iPhone, préférez le mode paysage, votre lecture n’en sera que meilleure. »

15Remue.net

16< https://remue.net/​ >

17« Pages personnelles de François Bon en 1997, puis revue littéraire en 1999, le site remue.net est devenu un collectif en 2000, réuni en association.

18Ceux qui l’animent ont en commun l’idée de la littérature comme acte et capacité de dire et d’inventer, récit du réel de ce monde dans lequel nous vivons et que nous avons en partage, espace de création littéraire en relation avec les autres arts et les formes de création que permet Internet. »

19Très riche, Remue.net est une ressource essentielle pour suivre l’actualité de la création littéraire numérique et pour découvrir des écrivain.es, des éditeur.rices, et un nombre important de liens et renvois vers d’autres sites littéraires.

Des applications, des blogs, des ebooks

20Shanghai Nø City Guide, pratiquer la ville, ebook collectif, Urbain, trop Urbain, 2012.

21Acheter [version iPhone/iPad (ePub), PDF (714 pages)] : < http://www.urbain-trop-urbain.fr/​shanghai-no-city-guide/​ >.

22Nø City Guide, ce serait une version renouvelée du guide de voyage adapté à un flâneur urbain d’aujourd’hui, visant à créer un univers de rencontre avec une ville. Univers porté par toutes formes d’écritures numériques, celles qui nous permettent de tracer des chemins de traverse entre les partitions : scientifique, littéraire et artistique. Rencontres résolument individuelles, et parfois délinquantes au regard des genres que s’imposent les « disciplines » et les systèmes de légitimité qu’elles se forgent.

23Les 50 auteur.es viennent de tous horizons, professionnels comme géographiques : Toulouse, Berlin, Paris, Venise, New York, Toronto, Shanghai, Pékin, etc. Dépaysant.

24Le Twictionnaire des e-dées reçues, suivi du Catablogue des opinions numériques, Mahigan Lepage et al., Publie.net, 2013.

25Acheter : < https://www.publie.net/​livre/​le-twictionnaire-des-e-dees-recues-et-le-catablogue-des-opinions-numeriques-mahigan-lepage/​ >.

26Un répertoire de préjugés et d’opinions ordinaires en contexte numérique, issu d’un travail collectif sur Twitter, où se côtoient des traits d’humour bien trouvés et des clichés dignes des meilleures conversations de comptoir. Un extrait ?

27« LECTURE. “Aujourd’hui, avec les blogs & tout ça, il y a plus de gens qui écrivent que de gens qui lisent.” »

28Composition no 1, de Marc Saporta, trad. par Richard Howard, Visual Editions, 2011.

29Acheter l’application : < https://visual-editions.com/​composition-no-1-by-marc-saporta >.

30Romancier « expérimental », Marc Saporta (1923–2009) publie Composition no 1 en 1962 au Seuil. Le livre, non disponible dans sa version imprimée, est composé de pages volantes non foliotées que le lecteur est invité à battre comme un jeu de cartes. Les multiples combinaisons possibles changent la chronologie des événements ou situations et par conséquent l’intrigue. Il y aurait donc autant de versions différentes que d’iPad. Alors que le livre imprimé demande aux lecteurs de mélanger les pages, l’application qui réédite le livre en version écran ne laisse aucun choix aux lecteurs, mélangeant automatiquement les pages, obligeant les lecteurs à maintenir la page à l’écran. Une version posthume complètement raccord avec l’esprit de l’auteur.

31One minute, Thierry Crouzet, Thaulk, 2015.

32Acheter, versions imprimée et numérique : < https://tcrouzet.com/​une-minute/​ >.

3319:45 UTC/GMT, la minute où l’humanité découvre qu’elle n’est plus seule dans l’univers. Une révélation de Sara Cash, la Youtubeuse aux milliards de vues.

34« Un jour en 2011, alors que je me sevrais du Net pour me guérir d’un burn-out numérique, je me suis demandé “Que pensent les autres en ce moment ? Que fait l’humanité à l’instant même ?” C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’écrire One Minute : un instantané de l’état mental de l’humanité. Restait à choisir le moment. J’en ai choisi un vers le futur, pour qu’il nous tire en avant, alors que bien des forces tentent de nous ramener en arrière. »

35Projet qui a su tirer le mieux parti de la volatilité de son support (publication sur le site de l’auteur et via Wattpad), et qui explore au mieux la spécificité des écritures sur le web : chaque page étant une porte d’entrée, un incipit possible dans un livre aux sens de lecture démultipliés.

36Maison(s) témoin, collectif, depuis 2015.

37< http://www.maisonstemoin.fr/​ >

38L’esprit du web littéraire, ce sont aussi les projets collectifs. Celui-ci est ici articulé autour de la figure de Christine Jeanney, dans un esprit de « tentative d’épuisement d’un lieu » (à la manière de Georges Perec) mais appliqué à l’espace d’un lieu sans lieu, un lieu témoin. Un accélérateur de particules littéraires et une œuvre qui se poursuit au gré de ses contributeurs.

39Louis-René des Forêts, Empreintes, Emmanuel Delaplanche, Publie.net, 2018.

40< https://www.publie.net/​weblivres/​empreintes/​ >

41Bel exemple d’un site compagnon, complément du livre d’Emmanuel Delaplanche sur l’écriture « plagiaire » de Louis-René des Forêts, publié en 2018, dans la collection Essais, chez Publie.net. Il est sans équivalence dans le monde des essais et permet la comparaison de corpus sur le modèle d’un site web bifide. L’accès au site est conditionné à l’achat du livre imprimé, mais ne nécessite pas d’achat supplémentaire.

42Des oloé, espaces élastiques où lire où écrire, Anne Savelli, D-Fiction, 2011.

43Où lire ? Où écrire ? Ainsi est formulée l’interrogation d’Anne Savelli dans son livre (uniquement) numérique Des oloé, espaces élastiques où lire où écrire.

44Nouvelle parution en avril 2020 aux éditions Publie.net dans une version révisée et augmentée, imprimée et numérique.

45Laisse venir, Pierre Ménard et Anne Savelli, La Marelle, 2017.

46< https://www.la-marelle.org/​produit/​laisse-venir/​ >

47Chacun de leur côté, Anne Savelli et Pierre Ménard ont construit d’abord un itinéraire virtuel, en une dizaine d’étapes, constitué de textes et de photographies, des captures d’écran prises à partir de Google Street View. Ils ont ensuite fait le voyage réel, en train, pour se rendre ensemble à Marseille un jour de mai 2012. Pour en revenir avec ce livre, dont le format numérique propose un mode de lecture et d’écriture adapté à ce qui fait « le propre de tout voyage, un cheminement ».

48Voir la présentation du livre, par Pierre Ménard, sur YouTube :

49< https://www.youtube.com/​watch?v=w4-zgjRoP3c&feature=youtu.be >.

50Jean Barbin, François Bon, chaîne YouTube, depuis 2017.

51< https://www.youtube.com/​playlist?list=PLFC843F0649758520 >

52De la littéraTube de création : qui est Jean Barbin ? Déjà 54 chroniques « de soi en mort, et ses conséquences » pour le découvrir…

53On the route – Transsibérien, Daniel Bourrion, Olivier Toussaint et Jean-Christophe Diedrich, blog Wordpress, 2019.

54< http://transsiberien.ontheroute.fr/​ >

55Un historien, un photographe et un écrivain en voyage, des billets au quotidien relayés via le blog et les médias sociaux. Une tendance qui renouvelle le carnet de voyage de jadis ?

56Extrait :
16 août 2019 – Je n’ai rien vu de Varsovie

57« Après l’immense aéroport de Pékin, un vol un tantinet ennuyeux jusqu’à l’escale Varsovie.

58Je n’ai rien vu de Varsovie. Son aéroport est, comme tous, un n’importe où : tout se ressemble, les visages qu’on croise sont avant tout ceux de frères humains, le temps s’écoule lentement à attendre que vienne l’heure.

59Notre avion pour Paris est un vieux bidule fatigué, qui a sans doute remplacé sur le tard le Max 8 prévu initialement (seul moyen que j’ai trouvé d’avoir moins les foies en avion : essayer de les connaître un peu, et regarder sur YouTube des vidéos de décollage, d’atterrissage, rock and roll, ces deux approches fonctionnant pour moi assez bien, ce qui n’est guère une surprise puisqu’on craint moins ce qu’on connaît).

60Moments : celui où, à l’installation des passagers, l’un d’eux voulait absolument un siège qui n’était pas le sien en semblant ne pas (vouloir) comprendre que 25 D et 28 F, ce n’est pas la même chose. »

61Moi j’attends, Davide Cali et Serge Bloch, Claire Sichez pour l’application, Sarbacane, 2013.

62< https://apps.apple.com/​fr/​app/​moi-jattends-serge-bloch-davide/​id733823646 >

63Un roman graphique jeunesse adapté en application numérique : une histoire désormais à toucher… Cette application est uniquement disponible dans l’App Store pour les appareils iOS.

64Emma et la nouvelle civilisation, Martin Page et Samuel Jean, La Marelle, 2015.

65< https://www.la-marelle.org/​produit/​emma-nouvelle-civilisation/​ >

66Une vieille dame, Emma, voit sa vie changer avec l’âge : désormais elle parle, entend, mange, regarde autrement, ce que le texte et son animation rendent avec beaucoup de grâce. Ainsi la phrase glisse-t-elle lentement vers la droite quand Emma avance vers la fenêtre… Un livre accessible et subtil, qui permet de comprendre immédiatement, et à n’importe quel âge, l’intérêt du numérique.

67Écrire avec l’algorithme, expérimentations de Joachim Séné sur le site Remue.net, depuis 2019. 

68< https://remue.net/​joachim-sene-ecrire-avec-l-algorithme >

69Dessiner un compagnonnage entre l’écriture et la programmation et en publier le résultat sur un site littéraire, tel est le nouveau projet de Joachim Séné, qui, en dehors de son site/atelier1, avait déjà ouvert Relire.net2, un espace de dialogue, parfois ludique, entre ces deux activités. Sur Relire, il faut fouiller, se laisser surprendre, jouer avec l’aléatoire. Sur Remue.net, c’est davantage de lecture qu’il s’agit, peut-être. L’écriture s’apparente à un vol d’étourneaux, des timbres en mouvement font surgir le texte de cartes postales… Le mode d’emploi n’est pas donné, il faut essayer ! Autre particularité : l’auteur fait souvent référence à des écrivains proches du numérique, ce qui invite à l’exploration.

70Un Monde incertain, de Jean-Pierre Balpe

71< http://www.balpe.name/​+-Un-Monde-Incertain-15- >

72Site de Jean-Pierre Balpe, « un univers de génération automatique littéraire ». Œuvre tentaculaire, composée de textes narratifs automatiquement générés et publiés sur des blogs, des profils de fiction sur Facebook, de vidéo-séries… Nous recommandons d’entrer dans cette œuvre par le profil incontournable de Rachel Charlus sur Facebook. Déroutant, mais jubilatoire.

73Explication de texte, de Boris du Boullay.

74< http://lesfilmsminute.com/​explicationdetexte/​ >

75« Une généalogie des sensations sémantiques

76À l’école, je détestais les explications de texte.

77Je n’aimais pas les textes non plus, mais j’aime bien leurs brumes ; comment je les imagine, comment je les projette dans la vraie vie. Et moi, je ne veux pas me couper de la vie.

78Je ne veux pas perdre la vie.

79Écrire un texte « moyen », un souvenir, une sensation. Puis lister les sensations sémantiques que ce texte m’évoque, même si le sens s’éloigne, l’empilement de sens est là.

80Essai maladif d’essayer de trouver - sans arrêt être porté vers une autre idée, une autre sensation. Une fuite en avant sans pouvoir retenir le lien des choses.

81Le sens réel échappe à cette explication de texte, mais elle n’en est pas moins vraie. Ce site est une tentative d’explication de texte, tout ce qui gravite dans l’écriture, être au bord de la falaise, sentir le vent dans la rue, l’épaisseur d’écrire, là où on se perd. »

82Poème hypertextuel réalisé en 1999 et codé à la main en HTML (raison pour laquelle elle résiste aussi bien aux changements technologiques), et qui explore le potentiel poétique de l’hyperlien de façon poignante, touchante.

83In the white darkness, de Reiner Strasser.

84< http://nt2.uqam.ca/​fr/​repertoire/​white-darkness >

85Poème interactif et animé rendant sensible, par la vue et par le toucher, la transformation des traces mémorielles chez les malades d’Alzheimer et de Parkinson. À redécouvrir d’urgence, avant sa disparition définitive due à l’obsolescence de la technologie Flash.

Des incontournables, devenus indisponibles, des archives

  • Le premier livre web Radius, projet multi-auteurs porté par les défuntes éditions Walrus : dans le domaine de la fiction en ligne, c’était particulièrement fort.
  • Le site internet de la webfiction de Cécile Portier3, Étant donnée (2012), n’est plus accessible. On trouve encore sa trace via le répertoire canadien des arts et littératures hypermédiatiques (ALH) qui propose une recension des œuvres artistiques et littéraires employant plusieurs pratiques hypermédiatiques : < http://nt2.uqam.ca/​fr/​repertoire/​etant-donnee >.

86Itinéraires, un carnet de recherche d’OpenEdition permet également de retrouver le texte intégral mais amputé du dispositif du site qui mettait en scène cette réflexion autour de la trace numérique. Un comble ou un paradoxe : < https://journals.openedition.org/​itineraires/​3124 >.

  • Pour les autres œuvres des débuts du web, on tentera de retrouver des sauvegardes en consultant les archives de l’internet, collectées par la BnF4 depuis 1996 et consultables sur accréditation.

87En 2006, la loi DADVSI (loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information) a officiellement instauré le dépôt légal de l’internet et ainsi offert une véritable assise juridique à cette activité de collecte. Le décret d’application de 2011 en a précisé le champ d’application, le limitant au web français pour la BnF, et l’a inscrit au Code du patrimoine.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10517/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 526k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search