Version classiqueVersion mobile

S.I.Lex, le blog revisité

 | 
Mélanie Leroy-Terquem
, 
Sarah Clément

Chapitre 4. Open Access, licences libres, biens communs

Parcours 11. Reprenez ce texte sur la science ouverte et transformez-le

Alexandre Hocquet

Texte intégral

1Cet article est un collage. Bien que j’en sois (Alexandre Hocquet) l’auteur, la grande majorité du texte ci-dessous a été écrite par Lionel Maurel dans divers billets publiés sur son blog S.I.Lex. La raison pour laquelle je me le permets est double : d’une part, la licence sous laquelle est publié son blog (CC0)1 me permet de reprendre ses textes, de les modifier, de me les approprier sans même les citer et je compte montrer l’intérêt de cette autorisation, en le faisant effectivement. Une partie du texte provient même d’autres auteurs : les commentaires de lecteurs du blog S.I.Lex, dont les contributions sont postées sous la même licence. Le blog de Lionel Maurel est ainsi une œuvre collective parce qu’il rassemble sous la même licence (CC0, donc) des billets et des commentaires et ma façon de l’utiliser n’en sera pas qu’une synthèse puisque je compte y ajouter des morceaux écrits par moi, pour y apporter des nuances liées à mon domaine, l’histoire des sciences2.

2D’autre part, l’objectif est de parler d’accès libre ou ouvert en milieu académique, de comprendre que l’Open est une notion plus compliquée qu’il n’y paraît, et ce, en utilisant les outils que cette licence, libre, permet. Utiliser la licence CC0, c’est essayer de construire un texte sur ce sujet fondé sur d’autres textes, tout en s’affranchissant des accusations culpabilisantes de plagiat à la moindre réappropriation. C’est un peu ce que Lionel Maurel appelle la « Science Wikifiée ». C’est aussi une façon de dénoncer les pratiques prédatrices des éditeurs et des médias en imaginant une autre forme d’écriture, et c’est ce que compte faire ce texte dans une sorte de mise en abyme. Lecteur, vous pouvez vous le réapproprier à votre tour : il est lui-même sous licence CC0.

Définition de l’Open

3Je commencerai par rappeler qu’« Open » est un adjectif flou, qu’il contient en lui des visions du monde qui peuvent être différentes, voire incompatibles, et qu’une façon opérationnelle de lever cette ambiguïté consiste à s’intéresser aux licences d’utilisation, un mode opératoire lié au monde du logiciel.

4Il existe une définition du terme Open proposée par l’Open Knowledge Foundation3. Cette définition du savoir libre est particulièrement précieuse et a joué un rôle fondamental dans le développement de l’Open Data par exemple, en fournissant un étalon auquel comparer les initiatives des gouvernements. Elle liste onze conditions à satisfaire, parmi lesquelles on retrouve certes l’accès, mais aussi la réutilisation :

“A piece of data or content is open if anyone is free to use, reuse, and redistribute it – subject only, at most, to the requirement to attribute and/or share-alike.”4

5Le concept d’Open Science tend à prendre aujourd’hui de plus en plus d’importance, en devenant progressivement le nouveau paradigme de référence de diffusion des résultats de la recherche. Il est notamment poussé par l’Union Européenne dans le cadre du programme « Horizon 2020 » et en avril 2016, un appel solennel a été lancé depuis Amsterdam pour inciter les États membres à initier des actions en faveur de la Science Ouverte. Si la définition du concept d’Open Science est parfois assez fluctuante, sinon fuyante, on s’accorde à y voir un « au-delà » de l’Open Access, s’inspirant de la même philosophie générale, mais s’appliquant à d’autres objets que les publications scientifiques. L’Open Science concerne aussi les logiciels utilisés par les chercheurs pour conduire leurs recherches (Open Source), ainsi que les données sur lesquelles ils s’appuient (Open Data).

6Il y a un certain danger à laisser le terme « Open » dériver. Par exemple, en ce qui concerne les Massive Online Open Course (MOOCs), le deuxième O de l’acronyme signifiant Open correspond à une réalité éloignée des précédentes définitions : l’accès à ces plateformes y est souvent conditionné à une inscription et à une réutilisation des données personnelles.

7La différence est dans les licences.

8Les textes fondateurs du mouvement de l’Open Access, notamment la déclaration de Budapest de 20015, établissaient bien à l’origine un lien fort entre l’accès ouvert aux articles scientifiques et les licences libres. Certains projets américains de publication scientifique comme Public Library of Science (PLoS) ont par exemple généralisé l’emploi des licences Creative Commons pour la diffusion des articles scientifiques.

9Toutefois, c’est encore loin d’être le cas pour l’ensemble des archives ouvertes ou des revues en libre accès, notamment en France, où l’utilisation des licences libres par les chercheurs est au mieux optionnelle et en pratique assez peu développée. Il a ainsi fallu attendre le début de l’année 2015 pour que la plateforme Hyper articles en ligne (HAL) en France offre formellement la possibilité à ses utilisateurs d’utiliser les licences Creative Commons. On aboutit donc au paradoxe que le développement de l’Open Access continue à se faire globalement en France « sous le signe du copyright », alors même que la propriété intellectuelle est souvent dénoncée comme un facteur d’enclosure du savoir scientifique.

10L’Open Access sans licence libre constitue pourtant un non-sens et une régression par rapport à l’esprit originel voulu par les rédacteurs de l’appel de Budapest. Cependant, les libertés offertes par les licences libres ne valent que si l’on s’en sert effectivement et c’est ce que je tente de faire modestement en écrivant ce texte. Malgré les avancées obtenues dans la loi République numérique6 et le récent plan national pour la Science Ouverte concernant l’incitation aux chercheurs à déposer leurs publications et leurs données en archives ouvertes, la question du Libre Accès en France est encore loin d’être réglée.

De l’Open Access à l’Open Science

11Dans le cas des publications scientifiques, quels bénéfices peut-on attendre du passage des articles sous licence libre ? Si l’on comprend bien l’importance des licences libres dans le secteur du logiciel, dans la mesure où la réutilisation y joue un rôle essentiel – un « Open Source » limité à l’accès au code source des logiciels est souvent considéré comme vide de sens (mais voir plus bas) –, en quoi est-il aussi important de rendre les articles scientifiques « réutilisables » ? On pourrait considérer que le vrai bénéfice de l’Open Access est de permettre la libre consultation des articles, en dehors des restrictions imposées par les « paywalls » des éditeurs scientifiques. Leur simple lecture suffirait pour pouvoir en extraire les idées et informations pertinentes. La disponibilité en ligne garantirait par ailleurs la citabilité des articles et le fait de pouvoir y renvoyer les autres lecteurs par le biais de liens hypertextes.

12On peut établir un parallèle avec l’encyclopédie en ligne Wikipédia pour essayer de faire comprendre l’intérêt des licences libres appliquées aux articles scientifiques. En dehors du logiciel libre, Wikipédia a en effet apporté la preuve depuis sa création du potentiel extraordinaire que pouvaient libérer les licences libres en lien avec la production collaborative de textes à des fins de diffusion de la connaissance. Au-delà du simple Libre Accès, le passage d’une grande masse d’articles scientifiques sous licence libre pourrait laisser imaginer la création d’une « Science Wikifiée ». Chacun serait alors libre non seulement de consulter les articles scientifiques, mais aussi de les republier, de les recombiner et de les modifier pour les améliorer et les enrichir. Chaque article dans cette optique cesserait d’être un texte figé pour devenir une matière première susceptible d’évolution par enrichissement collaboratif. Un des bénéfices que l’on pourrait attendre du passage à une Science « Wikifiée » serait d’accroître la dimension collective de la production du savoir. C’est une façon de passer de l’Accès Libre à une véritable Science Ouverte (Open Science).

Quand l’Open science rencontre l’univers académique

13L’enjeu de la définition de la Science Ouverte/Open Science, à propos de laquelle on commence à percevoir des frémissements politiques en France, se précise : il est essentiel que le terme « Open » ne soit pas dévoyé de son sens à cette occasion. La Science ne saurait être considérée comme ouverte si elle est seulement rendue accessible. Pour mériter ce qualificatif, elle devrait aussi être librement réutilisable et reproductible, au sens où l’Open Source ou l’Open Data entendent l’ouverture.

  • 7 Mario Biagioli & Peter Galison (ed.), Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in S (...)

14Cependant, la réalité sociologique du monde scientifique « professionnel » se base sur la reconnaissance qu’apporte l’article à son auteur. L’auctorialité (c’est-à-dire le fait d’être reconnu comme l’auteur d’un texte) est la principale récompense (et la façon d’évaluer) dans le monde académique d’une manière générale. Apposer son nom à un article est très important pour le chercheur ou la chercheuse, dont la réussite ne se mesure pas en termes financiers, mais à travers la réputation acquise par ses publications : c’est ce qui lui donne de la visibilité et lui permet de constituer une carrière7.

15Dans ce contexte, la comparaison avec Wikipédia est difficile. Sur un article Wikipédia, l’identité des auteurs est très peu mise en avant, la plupart des contributions sont noyées dans la masse. Si la conséquence d’une forme de travail collaborative est une dilution de la valeur de la signature, cela s’intègre mal dans une économie de la reconnaissance.

16L’éthos de la recherche académique, défini par Robert Merton8, se conforme à plusieurs normes : l’universalisme et le communalisme (qui impliquent la transparence des méthodes, des résultats, des publications…), l’originalité, le scepticisme et le désintéressement (qui impliquent la publication et sa temporalité comme unique récompense et comme évaluation)9. Le besoin d’une Science Ouverte a été invoqué de tout temps, et par tous les bords politiques (par exemple Karl Popper et son idéologie anti-totalitaire et ultralibérale)10. De plus, les transformations structurelles du monde académique (particulièrement aux États-Unis, le pays qui concentre l’essentiel de ses ressources et institutions) dans les années 1980 avec l’apparition de l’encouragement aux brevets (le fameux Bayh-Dole Act)11, et à la création d’entreprises scientifiques (comme dans les biotechnologies)12 ont par retour de balancier vu émerger une culture de l’Open (issue entre autres des milieux scientifiques liés à l’informatique et à la naissance d’Internet) académique, puis politique13.

Problèmes épistémiques

  • 14 Voir supra.

17Plusieurs raisons peuvent expliquer ce qui rend difficile l’application des principes d’une Science Ouverte, au-delà des logiques commerciales ou industrielles qui empêcheraient les scientifiques d’êtres mertoniens. On se souvient14 qu’une publication wikifiée conduit à rendre l’auteur invisible, et donc conduit à rendre inopérant le système de récompense du monde académique, voire à rendre impraticable l’évaluation en termes d’« originalité » qui permet de qualifier le premier publiant.

  • 15 Alexandre Hocquet, « RTFM ! La chimie computationnelle : une communauté scientifique loin du libre (...)
  • 16 Alexandre Hocquet, & Frédéric Wieber, “Only the Initiates Will Have the Secrets Revealed”: Computa (...)

18Dans un autre registre, des chercheurs académiques, concepteurs de logiciels scientifiques, ont à dessein décidé d’ouvrir le code source de leur logiciel pour en garantir la transparence épistémique tout en en interdisant la modification et même la compilation sur des machines non prévues15. La démarche ne s’expliquait pas seulement par une tentative de protection commerciale d’un logiciel, elle représentait la garantie de robustesse (en facilitant la maintenance) et la garantie de stabilité (en limitant les versions) du logiciel en tant qu’outil scientifique devant produire des résultats reproductibles et traçables. La licence du logiciel en question était loin d’être libre, et ce sont paradoxalement (entre autres) des considérations épistémiques liées aux normes mertoniennes qui ont justifié ce choix, particulièrement controversé dans cette communauté scientifique16.

19Plus généralement, on sait que dans le monde du logiciel libre, le concept de forking (c’est-à-dire la séparation en deux routes différentes d’un projet logiciel et la scission en deux de la communauté qui l’accompagne), directement lié à la liberté de la licence, est à la fois une grande ouverture des possibilités et une constante menace pour la communauté de développeurs d’un logiciel. C’est le cas par exemple de la saga OpenOffice dans le cas du schisme Open/Libre Office et c’est ce que le logiciel cité au paragraphe précédent a cherché à éviter.

20En conclusion, Open est un adjectif flou, dont les implications sont souvent comprises superficiellement. Le recours aux licences que ce soit dans le domaine du logiciel, des données ou des publications est l’un des moyens de lever cette ambiguïté. En particulier, les licences Creative Commons grâce à leurs clauses simplifiées et leurs imbrications possèdent la vertu pédagogique de permettre de mieux appréhender la pluralité des visions de l’« Open » et leurs implications. En science, l’adéquation de ces concepts d’ouverture avec les normes épistémiques est plus compliquée à mettre en œuvre qu’une vision superficielle de l’« Open » peut laisser paraître, non seulement pour des questions d’auctorialité, mais aussi parce que se pose la question de la confiance dans les outils.

21Grâce à la licence CC0, j’ai utilisé les arguments de Lionel Maurel (et de ses commentateurs) pour construire ma propre argumentation, fondée en grande partie sur la sienne (et la leur), mais avec un point de vue légèrement différent. Comme la « Science Wikifiée » qu’il appelle de ses vœux, ce texte peut maintenant être repris et transformé : c’est un début de Science Ouverte.

Sélection de billets

Mentions légales de SILex17

Voilà un champ de blé : pouvez-vous me dire l’épi qui est sorti le premier de terre, et prétendez-vous que les autres qui sont venus à la suite ne doivent leur naissance qu’à son initiative ? Tel est à peu près le rôle de ces créateurs, comme on les nomme, dont on voudrait faire le genre humain redevancier. […] En fait de littérature et d’art, on peut dire que l’effort du génie est de rendre l’idéal conçu par la masse. Produire, même dans ce sens restreint est chose méritoire assurément, et quand la production est réussie, elle est digne de récompense. Mais ne déshéritons pas pour cela l’Humanité de son domaine : ce serait faire de la Science, de la Littérature et de l’Art un guet-apens à la Raison et à la Liberté.

P.J. Proudhon, Les majorats littéraires, 1868.

22Cette création par Calimaq est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Zéro (CC0)18, ce qui signifie qu’elle a été placée par son auteur volontairement dans le domaine public par anticipation. En utilisant cet instrument, le créateur de ce blog a définitivement renoncé à exercer son droit d’auteur et tous les droits connexes qu’il pouvait revendiquer sur cette création.

23En l’absence d’indication contraire, cette licence concerne l’ensemble des contenus de ce blog (billets et pages) à l’exception des images qui l’illustrent (celles-ci demeurent placées sous leur mention légale d’origine).

24Attention : en publiant des commentaires sur ce blog, vous acceptez définitivement qu’ils soient placés sous la licence CC0.

26Pour en savoir plus sur le domaine public volontaire, je vous invite à lire le Manifeste pour le domaine public20 de Communia.

***

27Le blog S.I.Lex est un service de communication au public en ligne édité à titre non professionnel au sens de l’article 6, III, 2° de la loi 2004-575 du 21 juin 2004.

28Ce blog s’est vu attribuer par la Bibliothèque nationale de France un numéro ISSN21 :

29ISSN 2262-9823 sous le titre clé S.I.Lex (France).

30Son auteur et directeur de publication est Lionel Maurel (voir ici)22.

31Les commentaires ne sont pas modérés a priori sur ce blog, qui est ouvert à la discussion. Le directeur de publication se réserve la possibilité de supprimer les commentaires qui auraient un caractère injurieux ou diffamatoire, ceux qui présenteraient un caractère manifestement auto-promotionnel ou n’auraient aucun lien avec les billets sous lesquels ils sont publiés.

32Ce blog est hébergé par WordPress.com23. En cas de réclamation sur le contenu de ce site, commentaire, image ou billet, je vous propose de m’adresser un courrier électronique : calimaq [at] gmail [point] com. La loi vous permet de vous adresser directement à l’hébergeur (voyez ici)24.

33N.B. : Article 6, I, 4° de la loi 2004-575 du 21 juin 2004 :

Le fait, pour toute personne, de présenter aux [hébergeurs du site] un contenu ou une activité comme étant illicite dans le but d’en obtenir le retrait ou d’en faire cesser la diffusion, alors qu’elle sait cette information inexacte, est puni d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.

Notes

1 Les mentions légales du blog S.I.Lex et les détails de la licence CC0 peuvent être consultés ici : < https://scinfolex.com/conditions-de-reutilisation/ >.

2 Pour en savoir plus sur mon domaine de recherche : < http://poincare.univ-lorraine.fr/fr/membre-titulaire/alexandre-hocquet >.

3 On peut la retrouver ici : < https://opendefinition.org/od/1.1/fr/ >.

4 Ibid.

5http://www.budapestopenaccessinitiative.org/ >.

6 Loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique. < https://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPubliee.do?idDocument=JORFDOLE000031589829&type=general&legislature=14 >.

7 Mario Biagioli & Peter Galison (ed.), Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in Science, New York, London, Routledge, 2003.

8 Robert King Merton, The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, London, University of Chicago Press, 1973.

9https://en.wikipedia.org/wiki/Mertonian_norms >.

10 Nathaniel Tkacz, Wikipedia and the Politics of Openness, Chicago, London, University of Chicago Press, 2015.

11https://fr.wikipedia.org/wiki/Bayh-Dole_Act >.

12 Elizabeth Popp Berman, Creating the Market University: How Academic Science Became an Economic Engine, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2012.

13 Andrew L. Russell, Open Standards and the Digital Age: History, Ideology, and Networks, New York, Cambridge University Press, 2014 (coll. Cambridge studies in the emergence of global enterprise).

14 Voir supra.

15 Alexandre Hocquet, « RTFM ! La chimie computationnelle : une communauté scientifique loin du libre », in Camille Paloque-Berges & Christophe Masutti (dir.), Histoires et cultures du libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Paris, Framasoft, 2013 (coll. Framabook ; 13), p. 487-509. < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00827881/document >.

16 Alexandre Hocquet, & Frédéric Wieber, “Only the Initiates Will Have the Secrets Revealed”: Computational Chemists and the Openness of Scientific Software, IEEE Annals of the History of Computing, 2017, 39 (4), p. 40-58. < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01916969 >.

17 « Mentions légales ». < https://scinfolex.com/conditions-de-reutilisation/ >.

18https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/ >.

19https://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/ >.

20 Version anglaise du Manifeste pour le domaine public : < https://publicdomainmanifesto.org/manifesto/ >.

21https://www.issn.org/understanding-the-issn/assignment-rules/the-issn-for-electronic-media/ >.

22 « Qui suis-je ? ». < https://scinfolex.com/quisuisje/ >.

23https://fr.wordpress.com/ >?

24https://en.wordpress.com/abuse/ >.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search